Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Avant-propos

Corinne Wecksteen et Ahmed El Kaladi

Texte intégral

1Après de nombreuses années de carrière dédiées à la traductologie, à la traduction et à la didactique de la traduction, Michel Ballard a décidé de prendre sa retraite à la fin de l’année universitaire 2006- 2007. À cette occasion, ses amis et collègues ont tenu à lui offrir ce volume d’hommages, en signe de reconnaissance et de gratitude envers un enseignant-chercheur qui n’a pas ménagé sa peine pour que la traductologie puisse avoir droit de cité dans l’institution universitaire, mais aussi en signe de profonde amitié pour un homme posé et affable, égal à lui-même et toujours prêt au dialogue et à l’échange.

2La place qu’occupe Michel Ballard dans le domaine des études traductologiques se mesure à l’aune des nombreux participants à ce volume et des différents pays et institutions qu’ils représentent : France, Belgique, Suisse, Allemagne, mais aussi Espagne, Grande-Bretagne, Pologne et Liban.

3Les articles ici réunis reflètent une variété d’approches et de points de vue. Ainsi, on trouvera des réflexions théoriques, mais aussi des études traductologiques sur corpus abordant un aspect particulier, ou encore des éclairages dont l’orientation est davantage linguistique. Nous avons délibérément choisi de ne pas organiser les articles en rubriques et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, certains thèmes abordés dans ces mélanges sont de nature transversale et nous avons donc pensé qu’il serait arbitraire de les classer dans telle ou telle catégorie. Ensuite, nous avons décidé de laisser au lecteur le plaisir de découvrir le volume à sa guise et de faire son propre cheminement traductologique. Néanmoins, des lignes directrices se dégagent, parmi lesquelles on trouvera la créativité du traducteur, la difficulté de la traduction interculturelle, mais aussi les problèmes liés aux registres et à l’oralité, pour n’en citer que quelques-unes. L’ensemble offre des regards croisés et complémentaires sur divers aspects théoriques et pratiques de la traduction et de la traductologie.

4 La traductologie dans tous ses états : ce titre à dessein polysémique reflète le double fondement de ce recueil, qui donne la parole à des auteurs explorant la traductologie sous divers aspects mais qui témoigne aussi de l’émoi suscité par le départ à la retraite de Michel Ballard. Comment, en effet, envisager que cet enseignant-chercheur, qui jusqu’au bout de sa carrière a mené de front enseignement, direction de masters et de doctorats, écriture d’articles, d’ouvrages, organisation de colloques, direction d’un centre de recherche, puisse tout à coup laisser la traductologie orpheline d’un de ses plus ardents défenseurs et promoteurs ? Il suffit de voir les recueils collectifs qu’il a édités, que ce soit aux Presses Universitaires de Lille ou chez Artois Presses Université, les articles qu’il a publiés dans des revues françaises ou étrangères, les ouvrages qu’il a rédigés, pour se rendre compte de l’énergie qu’il a consacrée à la réflexion traductologique, que ce soit sur le plan théorique, historique, ou didactique. Car Michel Ballard a aussi le souci du pédagogue et ses écrits témoignent de la place qu’il octroie à ceux qui sont la raison d’être de l’enseignement universitaire : les étudiants. Ceux-ci ont pu apprécier sa disponibilité, son ouverture, mais aussi sa rigueur scientifique et ses exigences de qualité pour les travaux entrepris.

5Au sein de l’Université d’Artois, Michel Ballard a créé en 1996 un DEA, devenu depuis Master, adossé à un centre de recherche en traductologie, le CERTA, désormais intégré comme axe de recherche dans le centre « Textes et Cultures ». Il a su animer la recherche en mettant en place des séminaires, des journées d’études et des colloques et en insufflant une dynamique qui a permis à la traductologie de se développer et de s’établir durablement à l’Université d’Artois, tout en lui assurant un rayonnement international dans ce domaine. Nous sommes certains que Michel Ballard continuera à participer, d’une manière ou d’une autre, à nos manifestations scientifiques et qu’il contribuera encore longtemps au développement de la recherche en traductologie.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search