Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

La traversée, aquarelle

Christine Chélini

Texte intégral

« La traversée », aquarelle de Christine Chélini, 27.11.2009, 24 x 32 cm

1Avril 1969 : dans un mois j’aurai 14 ans. C’est la première fois que je vais en Angleterre et que je prends le bateau. Je suis descendue du train qui venait de Paris avec ma lourde valise et je longe les quais sous des auvents prévus à cet effet, à la ile indienne, dans la longue colonne de jeunes de mon âge, ou plus. C’est l’aventure…

2Nous sommes des centaines à monter dans cet énorme bateau par une passerelle où il faut encore vaincre les ampoules aux mains et le poids qui tire maintenant sur les bras… À l’instant où j’entre dans le bateau, un solide Anglais, membre de l’équipage, vient à mon secours en attrapant ma valise comme si elle n’était pas plus lourde qu’une plume et l’entasse dans un lieu prévu pour entreposer les bagages…

3La traversée commence. De spacieux salons, en dessous du niveau du pont, nous accueillent ; moquette au sol, confortables sièges, banquettes et fauteuils. Partout, des tables basses, des bars, où l’on peut acheter du Coca-Cola, des bières, des limonades, du café ou du thé (au lait s’il vous plaît), et des comptoirs où les fumeurs font la queue pour acheter des cigarettes détaxées…

4Je ne connais personne, je n’ai que mes yeux pour tout regarder, tout découvrir.

5Les côtes de Calais s’effacent bientôt des hublots, et c’est la pleine mer qui nous entoure. De temps en temps, d’autres paquebots passent à l’horizon puis disparaissent. La mer est couleur d’huître, le bateau, habitué, se bat bien pour fendre les grosses vagues sous l’œil impassible des membres de l’équipage anglais. Bientôt, les salons sont enfumés, les bières, les Coca, les cafés et même le thé au lait, ont eu, roulis incessant aidant, raison de nos estomacs. Les salons sont devenus inhabitables et, dans un dernier effort contre le mal de mer, je me hisse en haut d’un escalier en fer qui mène au pont, sur les conseils de jeunes avisés qui, visiblement, n’en sont pas à leur première traversée de la Manche… Bientôt, je sens le vent fort et les vagues qui arrosent le plancher du pont et les parois peintes en blanc du navire. Je jette un œil sur les canots de sauvetage, recouverts d’une bâche, qui sont suspendus tout autour du paquebot, et je repère une ou deux bouées bien sympathiques qui sont à portée de main, pour au cas où… Je me tiens ferme à un pilier métallique ; je suis arrosée, trempée, j’ai les mains glacées, je suis transie de froid, mais je respire, et parviens ainsi à maintenir mon estomac.

6Peu à peu, la mer semble se calmer. Une éclaircie efface la moiteur tenace qui monte encore des salons. Les falaises de Douvres apparaissent, blanches, beiges, rosées. le haut-parleur diffuse l’annonce de l’arrivée, en anglais. Je redescends chercher ma valise et les salons ressemblent à un champ de bataille. L’équipage de la compagnie maritime semble indifférent à ce spectacle. Pendant que nous reprenons la passerelle et mettons pied, un peu pâles et secoués tout de même, sur le sol anglais, une équipe de ménage entre pour effacer les traces de la traversée dans les salons du bateau.

7Dans un mois, j’ai quatorze ans, je suis en Angleterre, la vie est belle, je suis enthousiasmée. D’immenses bobbies avec leur casque, brillant au soleil revenu, arpentent le quai et nous sommes dirigés vers les douanes avant de entrer dans les cars qui nous attendent pour la grande banlieue de Londres ou autres destinations. Je vais rejoindre celui qui va vers Reading et la maison de famille d’accueil, Mr et Mrs Morrown (économes dans un établissement scolaire), et leurs deux filles Jane et Joséphine.

8Ah, cette première traversée Calais-Douvres en avril 1969 !

Christine Chélini, artiste peintre, le 18 février 2010, quarante ans plus tard

Table des illustrations

Légende « La traversée », aquarelle de Christine Chélini, 27.11.2009, 24 x 32 cm
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k

Auteur

Artiste peintre, le 18 février 2010, quarante ans plus tard

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540