Version classiqueVersion mobile

Le droit de traduire

 | 
Salah Basalamah

Liminaires

À mes parents, affection et bienveillance.

À Iman, amour et endurance.

À mes filles, régénération et innocence.

À la mémoire de mon beau-père (février 2004).

Texte intégral

1Les Presses de l’Université d’Ottawa reconnaissent avec gratitude l’appui accordé à son programme d’édition par Patrimoine canadien en vertu de son Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition, le Conseil des arts du Canada, la Fédération canadienne des sciences humaines en vertu de son Programme de l’aide à l’édition savante, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et l’Université d’Ottawa.

2Les Presses reconnaissent aussi l’appui financier de la Faculté des arts de l’Université d’Ottawa dont a bénéficié cette publication.

« Et si l’original appelle un complément, c’est qu’à l’origine il n’était pas là sans faute, plein, complet, total, identique à soi. Dès l’origine de l’original à traduire, il y a chute et exil ».
Jacques Derrida

« Le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux d’un traducteur ».
Marcel Proust

« L’un original disait : “Le traducteur est sur mes traces. L’ennui, c’est que je suis moi-même sur les traces de mes traces” ».
« Moins le traducteur abdique sa propre personnalité, plus il parvient à rendre celle de l’original ».
Carlos Batistat

« Parmi l’énumération nombreuse des droits de l’homme que la sagesse du XIXe siècle recommence si souvent et complaisamment, deux assez importants on été oubliés, qui sont le droit de se contredire et le droit de s’en aller ».
Charles Baudelaire

© Artois Presses Université, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search