Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

Conclusions

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 D’où la tentation d’en écrire l’histoire : voir R. Morieux, Une mer pour deux royaumes : la Manche (...)

1Sauf si l’on remonte aux temps préhistoriques, où les grandes glaciations auraient permis de gagner les îles britanniques à pied sec, la Manche est un invariant des temps historiques1. Calais est certes l’endroit rêvé pour réfléchir à ce que représente le fait de la traverser, que ce soit en réalité ou dans le reflet que cette réalité imprime dans l’imaginaire des hommes et des sociétés. Un détroit sépare et unit à la fois : mais l’une ou l’autre fonction peuvent l’emporter. Quand les deux rives sont dominées par des puissances différentes, et a fortiori quand celles-ci sont ennemies, quand la Manche est une frontière, la séparation l’emporte ; quand, comme aujourd’hui, la Manche est un espace interne, c’est la fonction de trait d’union qui prend le dessus. Voilà qui est bien clair : mais dans la réalité, les choses le sont moins, parce que les deux fonctions du détroit, la séparation et le contact, ne disparaissent jamais et coexistent toujours. Après le véritable mur qu’elle a été pendant la seconde guerre mondiale, la Manche est aujourd’hui, bien que la France et la Grande-Bretagne soient deux nations aux politiques et aux aspirations bien distinctes, une mer intérieure de la Communauté Européenne, ce que l’on a tendance, la mémoire étant plus courte que l’histoire, à considérer comme une nouveauté exceptionnelle. Or nous avons pu voir que la Manche a plusieurs fois au cours de l’histoire eu ce caractère d’espace interne : l’établissement d’une chronologie de la conjoncture politique et événementielle est d’évidence l’un des préalables à toute réflexion sur la traversée France-Angleterre sur une longue période, du Moyen Âge à nos jours.

  • 2 Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, Xe-XXe(...)

2Le deuxième point qui ressort avec force des différentes communications est que la matérialité même de la traversée a toujours, indépendamment même de la conjoncture, représenté une épreuve qu’il fallait surmonter, un risque qu’il fallait déjouer. Depuis l’exploit de Louis Blériot, seuls les nageurs solitaires frappent encore les imaginations : et nos étudiants sont stupéfaits quand on leur explique que Guillaume, le futur Conquérant, a dû attendre un été entier pour enfin, in extremis, trouver le vent qui allait porter sa flotte jusqu’aux côtes de l’Angleterre. De même, des voyageurs ordinaires que sont les moines de Saint-Bertin dont Charles Mériaux nous a fait suivre le périple, ont dû attendre le vent pendant un bon mois avant de franchir les flots ! Les difficultés matérielles conduisent tout naturellement à la mise en œuvre et à l’exploitation de l’entreprise que représente la traversée par ceux qui la pratiquent, en fonction de leurs objectifs. Mais la traversée est aussi immatérielle, et cela a été un troisième aspect de nos échanges : comme on le sait, il arrive que les idées traversent la Manche2

***

  • 3 Alban Gautier, « Wassail, drinchail et savoir-vivre, ou la disqualification culturelle d’une élite (...)
  • 4 J. M. Wallace-Hadrill, Early Germanic Kingship in England and on the Continent, Oxford, OUP, 1971, (...)

3Quant à la chronologie et au caractère mouvant de la conjoncture politique que les rives de la Manche ont connus, nous sommes partis d’un premier millénaire pendant lequel le bras de mer a, dans l’ensemble, plutôt été un lieu réunissant deux composantes d’un même ensemble qu’une barrière infranchissable. Cet ensemble, mis à part la période romaine qui, après la conquête sous l’empereur Claude – les deux expéditions de César en 55 et 54 avant J.-C. n’ayant pas abouti à une occupation – fait de la Britannia l’une des provinces de l’Empire romain, n’est pas politique, mais seulement, et c’est d’ailleurs ce qui l’a rendu durable, culturel et économique : des deux côtés de la Manche, on est dans un même monde3, sans qu’il y ait des motifs particuliers d’opposition. Après le départ des armées romaines, les peuples germaniques qui se sont installés des deux côtés de la Manche sont assez proches les uns des autres : au reste, les Saxons sont nombreux sur les côtes de la Gaule franque, tout autant que les Francs dans l’Angleterre anglo-saxonne. Et les liens sont étroits entre le royaume du Kent et les Mérovingiens, et la christianisation de la grande île doit beaucoup aux missions venues de la Gaule, avant que les Irlandais ne s’en mêlent. Et si les influences carolingiennes sur les institutions anglo-saxonnes sont clairement décelables, nul n’a oublié le rôle qu’a joué l’Anglo-Saxon Alcuin à la cour de Charlemagne4. Sans doute l’épisode viking a-t-il troublé cette relative quiétude : mais après tout, les Vikings sont présents des deux côtés de la Manche, que ce soit en East-Anglie ou en Normandie. Aussi bien, comme l’a souligné Charles Mériaux à partir de l’exemple des moines de Saint-Bertin, le voyage entre l’Angleterre et la continent a-t-il dès le Xe siècle sa routine : certes, on utilise moins le port traditionnel du haut Moyen Âge, Quentovic, mais l’on part de Wissant, de Boulogne ou de Montreuil, quand le vent – qu’il faut souvent attendre plusieurs semaines – le permet. Les relations entre la Normandie et la Flandre sur une rive, et l’Angleterre sur l’autre, sont constantes et, dans la première moitié du XIe siècle, elles se doublent de liens politiques étroits qui vont se matérialiser par des alliances dynastiques : ce sont celles-ci qui, à terme, vont introduire dans cet ensemble à l’intérieur duquel la Manche n’est qu’un point de passage l’élément structurel qui va finir par la transformer en frontière.

  • 5 M. Aurell, L’Empire des Plantagenêts, Paris, Perrin, 2003, p. 9-13 et F. Madeline, L’empire des Pl (...)
  • 6 J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1976.
  • 7 J. Gillingham, The Angevin Empire, Londres, 2e éd., 2001.
  • 8 Voir A. Derville, Histoire de Calais, Dunkerque, éditions des Beffrois, 1985.
  • 9 M. Vale, The Angevin Legacy, Oxford, Blackwell, 1990.
  • 10 Sur le sens du traité de Paris, voir les études de Pierre Chaplais, rééditées dans ses Essays in M (...)

4Ce lien dynastique a d’abord conduit à une forme d’unification politique. On le sait, c’est parce qu'Édouard le Confesseur était le fils de la Normande Emma, sœur du duc de Normandie Richard II, le grand-père de Guillaume « le Conquérant », que ce dernier revendique son héritage face à « l’usurpateur », Harold Godwinson. La conquête donne naissance à des constructions de type impérial, même si l’emploi de ce terme fait toujours débat chez les historiens5, « l’empire Normand »6, puis « l’empire Plantagenêt »7. Notons au passage que Calais ne faisait pas partie de cet empire mais du comté de Flandre, et que ce sont les vicissitudes de la Guerre de Cent Ans qui l’ont unie en 1348 à l’Angleterre, une association qui a duré jusqu’en 1558 (n’oublions pas non plus que Boulogne a aussi été brièvement une ville anglaise, de 1544 à 1550)8. Au reste, la Flandre et les comtés de Boulogne et d’Artois ont été étroitement mêlés à l’histoire de cet ensemble. Toujours est-il que cet équilibre, intégrant dans un même ensemble des territoires répartis des deux côtés de la Manche, s’est rompu quand l’évolution des structures de l’état a rendu de plus en plus difficile la cohabitation de deux pouvoirs de nature souveraine : en l’occurrence, le roi d’Angleterre pouvait difficilement se contenter de rester sur ses domaines continentaux le vassal du roi de France. La commise des biens de Jean sans Terre par Philippe Auguste, suivie par une campagne de conquête en 1204 confirmée par la victoire de Bouvines en 1214, aboutit à la construction de deux espaces nationaux bien distincts, même si les Plantagenêt conservent encore une partie de l’Aquitaine. C’est d’ailleurs ce domaine continental9, dont le statut a été transformé par le traité de Paris10, qui sera à l’origine de l’un des plus longs et des plus violents conflits qui ait divisé l’Europe, la guerre de Cent Ans. Par ce traité, Henri III et saint Louis avaient essayé de redonner consistance à un lien féodal (qui n’existait même pas pour certains de ces domaines), au moment même où une évolution, déterminée par le retour en force du droit romain, donnait une consistance nouvelle au concept de territoire : d’où une situation intenable qui conduisait à des affrontement incessants auxquels les rois anglais descendants d’Henri III essaieront de mettre fin en revendiquant la couronne de France à la disparition des Capétiens directs. Cela leur permit de reconstituer dans sa plus grande ampleur leur domaine continental (Édouard III avec le traité de Brétigny en 1360) ou même d’unir les deux royaumes de France et d’Angleterre (la double monarchie et le traité de Troyes entre Henry V et Charles VI en 1420) : mais l’effort disproportionné auquel la monarchie anglaise fut contrainte au moment même où l’économie européenne atteignait son nadir et alors qu’elle était dirigée par un souverain incapable (Henri VI) la conduisit au désastre et permit une reconquête française définitive.

  • 11 Voir la thèse d’Éric Barré, Les actes se rapportant à la vie maritime dans les registres de l’Échi (...)

5À partir de 1450, la Manche est donc surtout une frontière, même si c’est seulement quand elle a été française que la ville de Calais s’est réellement trouvée opposée à ceux qui tenaient la rive d’en face. Deux observations à ce propos : tout d’abord, et nous y reviendrons, elle n’est jamais, et même aux pires moments, réduite à son seul statut de frontière ; elle continue à remplir bien d’autres fonctions. Et puis, précisément, ces « pires moments » sont assez rares, ou du moins de courte durée. Les débarquements anglais se font le plus souvent à Calais, puis, quand la ville est perdue, les troupes anglaises abordent le continent par les Pays-Bas ou l’Allemagne. Inversement, les Français débarquent là où ils pensent bénéficier d’un soutien, que ce soit au Pays de Galles – là où abordera aussi Henri Tudor avec ses mercenaires, son contingent français et ses quelques partisans – ou en écosse, voire en Irlande. Rares sont les débarquements qui abordent des côtes devenues de véritables forteresses qu’il faut prendre d’assaut : s’il n’avait remporté la victoire inespérée d’Azincourt, Henri V se serait sans doute vu reprocher une stratégie de débarquement qui l’obligea à rester longtemps bloqué par le siège d’Harfleur. En dépit de leur supériorité, bien établie à la fin du XVIIe siècle, les flottes britanniques semblent n’avoir jamais envisagé sérieusement un tel assaut ; ni les troupes que Napoléon avaient massées au camp de Boulogne, ni les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, s’en remettant au survol aveugle des V2, ne l’ont tenté. Le débarquement allié, si l’on y réfléchit, est le seul débarquement conquérant qui a dû affronter, avec les pertes massives que l’on sait, un rivage complètement fortifié. Mais il est vrai que ces épisodes violents ont laissé dans le paysage des marques spectaculaires qui en renforcent l’emprise sur les mémoires. Pour autant, le voisinage de la mer laisse toujours planer la menace : les Français, pour s’en prémunir, avaient au temps de la guerre de Cent Ans établi une ligne continue de tours de guet le long des côtes normandes11, et les Anglais ont fait de même à plusieurs reprises : comme l’a montré Frédérique Laget, la peur de l’invasion les a toujours tenaillés, bien qu’ils n’aient eu à subir que quelques raids sans lendemains, même s’ils furent parfois dévastateurs. En fait, c’est moins la conjoncture politique que la matérialité de la traversée qui, pendant de longs siècles et dans des circonstances particulières a représenté le plus sérieux obstacle au passage du détroit.

***

  • 12 Voir la page 32 de l’édition de La Famille Fenouillard, Paris, Armand Colin, 1893, accessible sur (...)

6En effet, la traversée a toujours été source d’aléas et de difficultés variées. Les récits des voyageurs du Moyen Âge et des temps modernes – ou ceux qui les concernent – sont tout aussi riches d’enseignements sur ce point, et même les plus illustres ont payé leur tribut à la fortune de mer : que l’on se souvienne du naufrage de la Blanche Nef où disparurent Guillaume Adelin, l’héritier d’Henri Ier, et tous ses compagnons, et dont la conséquence presque inéluctable fut une guerre qui dévasta pendant des décennies l’Angleterre et la Normandie. Le problème est d’abord individuel, et nul n’a su mieux l’évoquer que le génial Christophe12... En effet, « les affres de la traversée » qu’a détaillées Jean-Pierre Navailles sont bien une réalité, dont je puis témoigner pour avoir passé, quand j’habitais en Angleterre, de longues heures sur le parking du port à attendre que la mer permette au ferry qui reliait Douvres à Dunkerque d’appareiller ! Réalité qui est devenue particulièrement tangible dès que le voyage n’a plus été réservé à ceux qui y étaient contraints par leur profession, aux étudiants ou encore aux aristocrates désireux d’accomplir le « Grand Tour » qui marquait leur entrée dans l’âge adulte, c’est-à-dire surtout à partir du XIXe siècle.

  • 13 La bibliographie anglaise sur le rôle de Calais dans le commerce de la laine et sur l’importance p (...)
  • 14 C. Allmand, Henry V, Berkeley, 1992 ; sur la participation et le soutien des membres du Parlement (...)
  • 15 Je reprends ici l’analyse bien connue de Charles Tilly : Cœrcion, capital and European States A.D. (...)

7Mais ce qui n’est pour l’individu qu’un problème somme toute mineur est un réel obstacle lorsqu’il s’agit de faire traverser la Manche à de grandes quantités de marchandises ou à des armées. La logistique de la traversée suppose des moyens matériels et, plus encore, une volonté politique. De ce point de vue, les relations entre les Îles Britanniques et le continent sont clairement dissymétriques. Les Français – et plus tard les Hollandais, dont on oublie trop que la marine a été une rivale potentielle extrêmement dangereuse à plusieurs occasions – se sont en général contentés de simples raids, nous l’avons déjà signalé. La seule véritable expédition française en Angleterre est celle voulue par Bonaparte, et elle a avorté, s’interrompant avec le camp de Boulogne : celle de Guillaume le Conquérant est surtout normande, même s’il a attiré dans son armée des Bretons, des Flamands et quelques Poitevins ou Aquitains. Quant au prince Louis, le fils de Philippe-Auguste, c’est à l’appel d’une partie des barons anglais qu’il a franchi la Manche ; d’ailleurs, sitôt qu’une solution plus avantageuse pour eux s’est profilée, il a dû la repasser fort vite ! En revanche, les Anglais et les Écossais ont dû organiser leurs têtes de pont sur le continent, comme en témoignent l’organisation de l’Étape de Calais pour les uns et celle de l’Étape de Middleburgh pour les autres13. Et, à partir du moment où le royaume anglais a voulu agir sur le continent de façon déterminante, il lui a fallu se doter de structures d’intervention efficaces. Dans le cadre impérial qui était celui de l’« empire » Plantagenêt, ces structures étaient en partie féodales, et reposaient sur les rapports des souverains avec les « Cinque Ports », d’une part, et avec la Cité de Londres, de l’autre. Mais par la suite, le rôle de la Cité est devenu essentiel : le succès du débarquement victorieux d’Henry V en France s’est joué sur sa capacité à obtenir, grâce à la confiance des Londoniens, et notamment de leurs représentants au Parlement, un soutien financier qui lui a permis d’envoyer en Zélande des agents aux poches bien garnies et de disposer des équipements (voiles, cordages, etc.) indispensables14. L’Angleterre n’a pas disposé avant le XVIIe siècle de flottes capables de transporter ses armées, du moins quand il s’agissait de monter des actions d’envergure sur le continent, et c’est leur capacité financière qui a permis aux souverains de noliser les flottes hollandaises et zélandaises qui leur ont permis de faire passer leurs troupes sur les côtes de France ou des Pays-Bas. On le voit, ces structures sont moins des structures militaires que des structures politiques : l’avance du système fiscal anglais, édifié précocement sur une taxation indirecte régulière puis développé par une fiscalité directe dont l’octroi par le Parlement garantit la légitimité politique, permet au souverain anglais d’emprunter facilement et de disposer rapidement des sommes indispensables. Et les rois anglais, après quelques expériences désastreuses au détriment des banquiers de Lucques et de Florence, ont évidemment trouvé dans la Cité de Londres et les London Merchants ces bailleurs de fonds qui leur ont permis, tout en bénéficiant des capacités coercitives caractéristiques des monarchies, de disposer des avantages engendrés par les ressources en capital propres aux grandes cités marchandes15.

  • 16 S. Anglo, « Le Camp du Drap d’Or et les entrevues d’Henry VIII et de Charles Quint », Les Fêtes de (...)

8Si les écossais se sont contentés d’organiser leur commerce, les Anglais ont très fréquemment fait passer la Manche à leurs armées. La période médiévale voit se multiplier les « chevauchées » anglaises, surtout à partir du moment où la tête de pont de Calais, qui facilite débarquement ou embarquement, est organisée : la « Croisade » de l’évêque de Norwich Henry Despenser, dont Jean Devaux a retracé les péripéties, si absurdes que soient ses conséquences politiques, en est un bon exemple. Ces grandes entreprises n’ont pas forcément un but strictement militaire : L’article de Stéphane Curveiller rappelle à quel point le Camp du Drap d’Or a été une entreprise complexe, le déploiement de fastes inouïs requérant autant sinon plus de moyens techniques que le transfert d’une armée ordinaire : chevaux, tentures, musiciens, et même des canons – encore qu’ils aient eu un rôle de prestige tout pacifique : la compétition pour l’honneur entre la France et l’Angleterre – et le roi d’Angleterre n’était pas moins soucieux de son prestige face à Charles Quint16 – était aussi exigeante que la compétition militaire qui reprit ses droits un peu plus de vingt ans plus tard. Louis Sicking a en effet analysé le transport de 35 000 hommes qu’Henry VIII, allié de Charles Quint contre François Ier, a fait passer de Douvres à Calais en 1544 : la flotte française est alors la plus importante, mais les Anglais font appel à deux escadres zélandaises et à une escadre flamande qui totalisent trois cents navires. Par la suite, la leçon infligée par l’Invincible Armada ayant porté ses fruits, les Anglais ont disposé de flottes qui leur permettaient de dominer l’espace maritime qui les encercle, mais leur domination n’a pas été telle qu’elle ait interdit à quelques audacieux de braver leurs vaisseaux pour exploiter l’obstacle matériel que continuait à représenter la Manche, même pour eux et leurs alliés : Patrick Villiers a ainsi évoqué les grandes heures des corsaires de Boulogne, Calais et Dunkerque pendant la Révolution et l’Empire.

9Certes, aujourd’hui, cet obstacle matériel est surtout exalté comme un enjeu sportif, notamment pour des nageurs, comme nous l’a rappelé Magali Domain en évoquant la première traversée de la Manche à la nage en 1875 : l’exercice relève encore de l’exploit, et non des moindres, alors qu’il n’en va plus de même pour la traversée aérienne. D’ailleurs, les aérostiers avaient déjà franchi le détroit quand Louis Blériot a effectué sa tentative victorieuse, et Patrick Oddone nous a bien montré que l’on ne pouvait la réduire à son aspect sportif : bien d’autres enjeux, y compris militaires, se profilaient derrière l’exploit. Et de fait, il faut toujours affronter la traversée et ceux qui s’en chargent réussissent encore à en tirer pouvoir et profit. Les transports transmanche constituent une véritable industrie, conjuguant la voie ferrée (car le tunnel, grand absent du colloque, est pourtant devenu l’un des moyens les plus rapides et les plus efficaces de traversée), la voie aérienne et la voie maritime, les ferries modernes et les hydroglisseurs ayant résisté à la concurrence, que l’on imaginait un temps fatale, du rail. Et comme toute industrie, celle-ci a ses technologies, ses règles, ses marchés, sa conjoncture propre : en prenant l’exemple des salaires sur le moyen terme, Michel-Pierre Chélini nous en a clairement fait prendre conscience. Aussi bien les difficultés ne sont plus tout à fait celles du passé : si les tempêtes sont toujours aussi violentes, les sous-marins font courir plus de dangers aux bateaux de pêche que les coups de vent, et les cargos redoutent avant tout l’embouteillage des rails montants que les ferries peinent à couper… L’ambiguïté de la tension entre facilité et difficulté est particulièrement sensible dans le cas des mouvements migratoires, dont Jean-Pierre Renard et Sabine Duhamel ont suivi l’évolution de 1945 à nos jours, en s’attachant au cas de la France et de l’Angleterre.

***

  • 17 M. Clanchy, From Memory to Written Record, Londres, Edward Arnold, 1979 [2e éd., Oxford, Blackwell (...)

10Car les barrières immatérielles, qu’elles soient politiques, techniques, intellectuelles, religieuses ou culturelles, ne sont parfois pas des obstacles moindres que les matérielles. Mais il est réconfortant de constater qu’elles n’ont jamais empêché les contacts de s’opérer, les influences de s’exercer et les idées de circuler. Les exemples médiévaux n’ont pas manqué, à commencer par celui de ces nombreux étudiants anglais dont Cédric Giraud nous a révélé la trace à Laon puis à Paris. Il est vrai que les notions d’espace « anglais » ou « français » sont passablement brouillées – même si l’identité anglaise commence à se définir – : c’est ce qui a poussé les étudiants anglais vers le continent, où leurs souverains, qu’ils soient Normands ou Angevins, contrôlaient des domaines bien plus vastes et plus prospères que le Capétien ; or, ils étaient les premiers employeurs laïcs potentiels pour leurs administrations précocement sophistiquées17, le roi de France ne s’étant que tardivement converti aux procédures bureaucratiques. Le passage par les écoles cathédrales de la vallée de la Loire ou, mieux encore, par Laon, Reims ou surtout Paris, leur ouvrait de surcroît les portes d’une carrière ecclésiastique « transmanche ». Mais la période médiévale montre aussi la fragilité de ces influences et de ces circuits d’échanges intellectuels, qui subissent les contrecoups de la conjoncture : l’expulsion des étudiants qui refusent de prendre le parti de Philippe le Bel contre Boniface VIII (et dont le plus célèbre est précisément un Britannique, le franciscain écossais et maître en théologie d’Oxford Duns Scot) met fin au cursus honorum prestigieux qui conduisait les plus grandes gloires intellectuelles insulaires de la maîtrise oxonienne à la parisienne ; et avec la guerre de Cent Ans, les Anglais disparaîtront de Paris, laissant la place aux Écossais. Cela nous rappelle que la mémoire des liens entre les moines de Saint-Bertin évoqués par Charles Mériaux et l’église de Bath, un temps exaltée, est elle aussi sujet à éclipse et à réévaluation : quand la réforme gagne Bath, le souvenir de ces moines eux-mêmes chassés par la réforme de Gérard de Brogne est effacé. Les tumultueuses relations entre les puritains anglais et les protestants hollandais à l’époque moderne auraient pu fournir d’autres illustrations de ce même phénomène.

  • 18 Cf. John Marshall, John Locke, Toleration and Early Enlightenment Culture, Cambridge, Cambridge Un (...)
  • 19 P. N. Miller, « ‘Freethinking’ and ‘Freedom of Thought’ in Eighteenth-Century Britain », The Histo (...)
  • 20 Ann Thomson, « Le libre penseur anglais et l’athéiste français : constructions opposées et complém (...)
  • 21 J.-P. Genet, « Traverser la Manche […] », Les idées passent-elles la Manche ?, p. 7-18.

11Pourtant, il est des cas où ces contacts s’avèrent infiniment plus solides, au point qu’ils deviennent quasiment irréversibles. Si les libres penseurs ou libertins français se sont réfugiés plus volontiers en Hollande, c’est bien d’Angleterre qu’est venue l’étincelle qui a enflammé les Lumières françaises. Si sur le plan de l’histoire des idées il faudrait bien évidemment évoquer l’œuvre de John Locke18, l’expérience de Voltaire met l’accent sur l’immersion dans le milieu anglais, et pas seulement dans le milieu intellectuel : c’est la fluidité de la société, des échanges, de la communication comme celle des transports qui fascine Voltaire, et après lui les Français, Montesquieu ou Diderot. Même si les différences restent sensibles19 et peuvent parfois s’exacerber en une incompréhension profonde génératrice de malentendus20, un grand dialogue intellectuel s’est ouvert à partir de l’œuvre de Locke (déjà largement préparé par celui des savants : que l’on songe à Descartes et à Hobbes), qui va profondément influer sur la sphère publique dans son ensemble en France comme en Angleterre, tant au niveau des formes qu’à celui des contenus, au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle. C’est un dialogue en profondeur, dont le centre de gravité est constitué par les problèmes de la société civile et de ses multiples rapports possibles avec la liberté individuelle, la morale publique, les régimes politiques et le développement économique. Il est entretenu par la présence constante en Angleterre des nombreux exilés français qui y sont expédiés par les soubresauts politiques que connaît la France21. Et il est encore amplifié par le cosmopolitisme de Londres, qu’illustrerait à lui seul le rôle de Karl Marx : les idées de Marx ont bien traversé la Manche, mais pas dans le sens que l’on imagine le plus souvent !

  • 22 Elle vient de soutenir en 2008 une habilitation à diriger les recherches intitulée Invention, cult (...)
  • 23 Maxine Berg, Luxury and Pleasure in Eighteenth Century Britain, Oxford, Oxford University Press, 2 (...)
  • 24 À titre d’exemple, voir Colin Jones, « Un transfert culturel franco-britannique (fin XVIIIe siècle (...)

12Il aurait bien sûr été possible de puiser des exemples dans bien d’autres domaines. Mais il est heureux que le site même de Calais nous ait entraîné vers l’un d’eux, souvent négligé et pourtant essentiel, celui de l’histoire des techniques. L’étude des échanges et des transferts techniques entre la France et les îles britanniques est l’un de ces champs de l’histoire que des contacts scientifiques internationaux revivifiés permettent de ranimer soudain : l’un des programmes soutenus par le Groupe de Recherche « France-Îles Britanniques » du CNRS, animé par Liliane Pérez22, en a administré la preuve en s’attachant à l’expérience des artisans français et anglais, notamment à travers la quincaillerie, qui s’est développée en fabriquant pour les classes moyennes des objets imités de ceux, luxueux, qu’utilisaient les couches supérieures de la société. C’est d’autant plus important que l’histoire des techniques a elle-même aujourd’hui pris un essor nouveau, permettant de comprendre à partir d’un travail méticuleux sur des aspects matériels comment s’opèrent des changements culturels profonds23. Ces échanges permettent d’explorer des zones inattendues et pourtant riches d’enseignements24. Calais nous offre ici l’exemple de l’industrie dentellière, et bien que nous parlions là d’une implantation, c’est bien d’une histoire de traversée qu’il s’agit encore : Tom Fisher a remis en lumière les liens qui unissent par-dessus la Manche les industries de Nottingham et de Calais, tandis qu’avec Angel Solá, les perspectives comparatistes nous entraînaient jusqu’à Barcelone. Le cas de l’industrie dentelière illustre d’ailleurs aussi l’élargissement actuel du champ de l’histoire des techniques par ses prolongements scientifiques (la numérisation des métiers) et artistiques.

***

  • 25 J.-P. Genet, « Traverser la Manche ».

13L’espace Schengen fait-il resurgir symboliquement la continuité territoriale entre les îles britanniques et le continent ? Ou la traversée transmanche est-elle plus que jamais une réalité, matérielle et immatérielle, avec laquelle il faut compter ? L’historien n’est pas prophète, et c’est aux politiques qu’il revient, aujourd’hui, à la fois de rêver et de mettre en œuvre, avec les difficultés, mais aussi les succès, que chacun connaît et peut apprécier, les réalités du nouvel espace européen. Quand bien même l’écologie parviendrait-elle à muséifier l’espace naturel, celui-ci va continuer à opposer ses contraintes à tous ceux qui, physiquement, doivent continuer à affronter la traversée. Et puis, toute traversée est un passage qui conduit vers un ailleurs et, si certaines évolutions convergentes s’observent à l’intérieur de l’espace européen tout entier, les différences restent marquées, aux plans culturels, sociaux et politiques, entre la société britannique et celles des rives continentales qui leur font face, même si c’est surtout avec la société française que ces différences sont les plus apparentes. L’espace maritime peut sans aucun doute avoir une fonction de trait d’union, car le temps des traversées faites dans des intentions hostiles ou belliqueuses est heureusement terminé. Mais la traversée conserve sa dimension métaphorique et symbolique, d’autant plus que le dialogue intellectuel et culturel entre les pays francophone et les îles britanniques, si intense aux XVIIIe et XIXe siècles, connaît, notamment depuis la seconde guerre mondiale25, un relatif affaiblissement, d’autant que rien ne semble fait au niveau national pour le stimuler, du moins dans une France qui semble d’un côté obnubilée par sa relation à l’Allemagne et, de l’autre, par une peur panique devant l’hégémonie linguistique de la langue anglaise. Le message du président du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais pouvait heureusement nous inciter à être plus optimistes sur ce point. Il n’en reste pas moins que, si la traversée de la Manche reste au plan matériel l’un des axes les plus dynamiques du développement européen, il y a encore beaucoup à faire et à entreprendre sur le plan immatériel, culturel, intellectuel, et sociétal. Merci aux Amis du Vieux Calais et aux organisateurs de ce beau colloque de nous avoir permis de faire ce double constat.

Notes

1 D’où la tentation d’en écrire l’histoire : voir R. Morieux, Une mer pour deux royaumes : la Manche frontière franco-anglaise, XVIIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

2 Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, Xe-XXe siècles), dir. J.-Ph. Genet et F.-J. Ruggiu, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007.

3 Alban Gautier, « Wassail, drinchail et savoir-vivre, ou la disqualification culturelle d’une élite », Cahiers de Recherche Médiévale et Humaniste, no 19, juillet 2010, montre que l’image des Anglo-Saxons comme un peuple grossier et arriéré est une construction idéologique postérieure à la conquête et que sur bien des points la situation était identique des deux côtés de la Manche.

4 J. M. Wallace-Hadrill, Early Germanic Kingship in England and on the Continent, Oxford, OUP, 1971, p. 98-151.

5 M. Aurell, L’Empire des Plantagenêts, Paris, Perrin, 2003, p. 9-13 et F. Madeline, L’empire des Plantagenêts. Espace féodal et construction territoriale, Hypothèses 2007, 2008, p. 239-252.

6 J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1976.

7 J. Gillingham, The Angevin Empire, Londres, 2e éd., 2001.

8 Voir A. Derville, Histoire de Calais, Dunkerque, éditions des Beffrois, 1985.

9 M. Vale, The Angevin Legacy, Oxford, Blackwell, 1990.

10 Sur le sens du traité de Paris, voir les études de Pierre Chaplais, rééditées dans ses Essays in Medieval diplomacy and Administration, Londres, Hambledon Press, 1981, II et III : Le traité de Paris et l’inféodation de la Gascogne allodiale, Le Moyen Âge, 1955, p. 121-137 ; Le duché-pairie de Guyenne : l’hommage et les services féodaux de 1259 à 1303, Annales du Midi, 1957, p. 5-38 ; Voir M. Vale The Angevin Legacy, p. 48-63 ; J. R. Maddicott, Simon de Montfort, Cambridge, CUP, 1994 et J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 257-264.

11 Voir la thèse d’Éric Barré, Les actes se rapportant à la vie maritime dans les registres de l’Échiquier de Normandie conservés aux archives départementales de la Seine Maritime (Saint Michel 1336 – Saint Michel 1497), Université de Caen, 2004.

12 Voir la page 32 de l’édition de La Famille Fenouillard, Paris, Armand Colin, 1893, accessible sur Gallica…

13 La bibliographie anglaise sur le rôle de Calais dans le commerce de la laine et sur l’importance politique, financière et militaire de la garnison de Calais (pendant longtemps la seule « armée permanente » anglaise) est trop importante pour être détaillée ici. Pour le reste des îles bitanniques, voir notamment Irish and Scottish Mercantile Networks in Europe and Overseas in the seventeenth and eighteenth centuries, éd. par D. Dickson, J. Parmentier et J.H. Ohlmeyer, Gand, Academia Press, 2006.

14 C. Allmand, Henry V, Berkeley, 1992 ; sur la participation et le soutien des membres du Parlement à la campagne, J.-P. Genet, « La Normandie vue par les historiens et les politiques anglais au XVe siècle », Pierre Bouet et Véronique Gazeau éds., La Normandie et l’Angleterre au Moyen âge, Caen, Presses Universitaires de Normandie, 2003, p. 277-306.

15 Je reprends ici l’analyse bien connue de Charles Tilly : Cœrcion, capital and European States A.D. 912-1992, Cambridge [Ma.], Blackwell, 1992 ; voir aussi Cities and the rise of States in Europe, éd. par C. Tilly et Wim P. Blockmans, Boulder et Oxford, Westview, 1994.

16 S. Anglo, « Le Camp du Drap d’Or et les entrevues d’Henry VIII et de Charles Quint », Les Fêtes de la Renaissance. II. Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, éd. J. Jacquot, Paris, éd. du CNRS, 1960, p. 113-134.

17 M. Clanchy, From Memory to Written Record, Londres, Edward Arnold, 1979 [2e éd., Oxford, Blackwell, 1993].

18 Cf. John Marshall, John Locke, Toleration and Early Enlightenment Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

19 P. N. Miller, « ‘Freethinking’ and ‘Freedom of Thought’ in Eighteenth-Century Britain », The Historical Journal, vol. 36, no 3 1993, p. 599-617.

20 Ann Thomson, « Le libre penseur anglais et l’athéiste français : constructions opposées et complémentaires », La France et les Îles Britanniques : un couple impossible ?, éd. par V. Gazeau et J.-P. Genet, Paris, Publications de la Sorbonne, à paraître.

21 J.-P. Genet, « Traverser la Manche […] », Les idées passent-elles la Manche ?, p. 7-18.

22 Elle vient de soutenir en 2008 une habilitation à diriger les recherches intitulée Invention, culture technique et entreprise entre France et Angleterre au XVIIIe siècle, avec un mémoire inédit qui doit paraître prochainement : La pièce et la geste. Entreprises, cultures opératoires et marchés à Londres au XVIIIe siècle.

23 Maxine Berg, Luxury and Pleasure in Eighteenth Century Britain, Oxford, Oxford University Press, 2005.

24 À titre d’exemple, voir Colin Jones, « Un transfert culturel franco-britannique (fin XVIIIe siècle/début XIXe siècle) : les dents et le sourire », Les idées passent-elles la Manche ?.

25 J.-P. Genet, « Traverser la Manche ».

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540