Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

Entre mythe et réalité, de Gaulle, de la traversée de la Manche à la traversée du « désert »

Frédéric Turpin

Texte intégral

1C’est un lieu commun d’affirmer combien Charles de Gaulle affectionnait les paysages austères de Lorraine, notamment celui que peut encore contempler tout visiteur qui prend le temps de regarder au loin à travers les fenêtres de la tour d’angle de La Boisserie. Mais l’homme se montre aussi très sensible à la démesure parfois déchaînée des océans face à laquelle l’être humain paraît bien peu de choses.

2Pour « terrien » qu’il fût tout au long de sa carrière militaire puis politique, l’écrivain et mémorialiste de Gaulle affectionne particulièrement les métaphores marines. Il écrit dans ses Mémoires de guerre :

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 1. L’Appel. 1940-1942, Paris, Plon, 1953, p. 137.

À moi-même, menant une bien petite barque sur l’océan de la guerre, l’Indochine apparaissait alors comme un grand navire désemparé que je ne pouvais secourir avant d’avoir longuement réuni les moyens du sauvetage. Le voyant s’éloigner dans la brume, je me jurais à moi-même de le ramener un jour.1

  • 2 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 3. Le Salut. 1944-1946 [1959], Paris, Presses Pocket, (...)

3Ou encore, commentant la situation catastrophique de la France à la Libération dans le tome 3 de ses Mémoires de guerre, il fait appel au flux et au reflux de la mer : « La mer, en se retirant, découvre donc soudain, d’un bout à l’autre, le corps bouleversé de la France »2. Le Général se présente volontiers, de manière métaphorique, comme l’homme des tempêtes, capable par son charisme personnel de traverser et de faire traverser à la nation française les graves crises de son existence.

4Le thème de la « traversée » est donc omniprésent dans la vie et l’œuvre littéraire du général de Gaulle. Il constitue même, à plus d’un titre, une sorte de passage obligé qui révèle à chaque fois l’homme du destin à ses semblables. Mais il est une « traversée » que le mémorialiste occulte dans ses mémoires et qui, pourtant, dure plus de trois ans et qui fait même école auprès de ses compagnons : celle qui est bientôt mythifiée sous le vocable biblique de « traversée du désert », c’est-à-dire la période au cours de laquelle le Général, en situation d’échec, prend volontairement du champ par rapport à la vie politique française.

5L’objet de cette communication est de montrer ce paradoxe de la mémoire gaullienne et gaulliste. En effet, c’est l’appel du 18 juin au micro de la BBC qui fonde le mythe de de Gaulle et non le fait de traverser la Manche la veille. Et la « traversée » que la mémoire gaulliste retient et qui fait ensuite école est celle d’un revers de carrière transfiguré par le verbe gaullien.

La traversée : un moment fondateur de la carrière de Charles de Gaulle

  • 3 Éric Roussel, Les journées qui ont fait la France. 16 juin 1940. Le naufrage, Paris, Gallimard, 20 (...)

6Le 17 juin 1940, vers 9h00, alors que le cabinet Paul Reynaud est démissionnaire et que le maréchal Pétain forme le nouveau gouvernement, le général de Gaulle s’envole depuis l’aéroport de Mérignac pour Londres. Celui qui est encore, pour quelques heures, le sous-secrétaire d’état à la guerre choisit la poursuite de la guerre et donc la rébellion contre ce qui va devenir le premier acte du nouveau gouvernement : la demande d’armistice. « Rebelle », il le devient, non « par destination », mais par la force des choses, « lorsque ce à quoi il croit de toutes ses forces se trouve mis en cause »3 selon l’analyse d’Éric Roussel.

  • 4 Jean Lacouture, De Gaulle. Tome 1. Le rebelle, Paris, Seuil, 1984.

7Cette traversée de la Manche constitue un acte fondateur dans la carrière et, par la suite, dans le mythe. Elle marque la rupture, le moment précis où un destin individuel bascule hors de l’ordre établi. Le « rebelle » suivant l’expression désormais consacrée de Jean Lacouture4 est né ce jour-là, même si c’est son fameux appel du lendemain qui a été érigé, pour la postérité, comme le symbole de cette rupture.

  • 5 Frédéric Turpin, André Diethelm, De Georges Mandel à Charles de Gaulle, Paris, Les Indes savantes, (...)
  • 6 É. Roussel (16 juin 1940), p. 205.
  • 7 Ibid. (16 juin 1940), p. 206.

8Toutefois, les circonstances de ce départ demeurent encore, pour l’historien, sujet à controverses. En effet, la version gaullienne présente un simple départ tandis que celle du général anglais Spears, qui le ramène dans son avion en Angleterre, est d’une tout autre facture. Le Général, se sentant menacé – l’arrestation, quelques heures plus tard, d’un autre partisan de la poursuite du combat, Georges Mandel5, montre que la menace n’était pas forcément imaginaire –, après avoir brouillé les pistes, se serait jeté précipitamment dans l’avion au moment du décollage6. Seule certitude, le général Spears est venu à Bordeaux pour ramener en Grande-Bretagne une personnalité française d’envergure nationale capable de réunir autour de son nom des Français décidés à continuer la lutte. Faute d’obtenir l’accord de Georges Mandel, il revient à Londres avec le général de Gaulle sans trop savoir d’ailleurs qu’en faire dans l’immédiat7.

9Cette traversée constitue bien l’acte de rupture qui permet à Charles de Gaulle de devenir le chef de la France libre avant d’en être en 1944 le libérateur. Il n’empêche qu’elle constitue physiquement et symboliquement l’acte qui le fait entrer en rébellion à l’instar de Jules César traversant le Rubicon le 11 janvier 49 av. J. -C. Le franchissement, par César et ses légions, de ce petit fleuve côtier, qui marque la séparation entre la province romaine ordinaire de la Gaule cisalpine et le territoire administré directement par les magistrats romains, viole la loi de Rome qui interdit à quiconque de pénétrer à Rome avec une armée sauf autorisation expresse du Sénat. Il marque le début de la guerre civile qui oppose César à Pompée.

  • 8 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition. 1946-1958. Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1984.

10Si Charles de Gaulle, pas plus que les gaullistes, n’ont jamais attaché d’importance à cette traversée historique du 17 juin 1940, lui préférant l’appel du 18 juin, celle du 14 juin 1944 trouve pleinement sa place dans le panthéon de la geste gaullienne. En effet, à la suite du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944, le président du Gouvernement provisoire de la République française entend réinstaller son autorité au fur et à mesure de la libération du territoire national. À cette fin, il traverse la Manche à bord du contre-torpilleur des Forces navales françaises libres La Combattante commandé par le capitaine de corvette Patou. Pour le Général et douze de ses proches collaborateurs, notamment l’amiral Thierry d’Argenlieu et Claude Hettier de Boislambert, le moment est solennel et chargé d’une intense émotion. Vers 13h00, ils foulent enfin le sol de France entre Courseulles et Graye, peu avant de se rendre à Bayeux. Cette traversée efface ainsi symboliquement la traversée solitaire du 17 juin 1940 qui disparaît de la mémoire gaullienne et gaulliste. Mais même cette seconde traversée est rapidement reléguée au rang de simple épisode, parmi tant d’autres, de l’épopée gaullienne. Au point que, paradoxalement, le thème de la « traversée » appliqué à Charles de Gaulle est associé à une autre période de sa vie, une phase dite de « désert » entre 1955 et 1958, même si certains comme Olivier Guichard la font débuter dès 1951 – l’échec de son retour au pouvoir à la suite des élections législatives – ou comme Jean Charlot en 19538.

La « traversée du désert »9 ou l’art de transfigurer un revers de carrière

  • 9 Sur les définitions de la « traversée du désert », consulter la notice de Bernard Lachaise : Trave (...)
  • 10 Charles de Gaulle, Discours et messages. Tome 1. Dans l’attente. 1946-1958, Paris, Plon, 1970, p.  (...)
  • 11 Éric Roussel, Charles de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 573.

11Cette phase de retrait volontaire de la scène politique française, le général de Gaulle en donne lui-même le signal lors de sa conférence de presse du 30 juin 1955. Il met en sommeil le Rassemblement du Peuple Français qu’il a fondé en 1947 et dans lequel il s’est considérablement investi pendant plusieurs années de vaine lutte contre la 4e République. De Gaulle annonce alors aux journalistes que « tout laisse prévoir qu’un long temps s’écoulera avant que nous nous retrouvions. Mon intention est, en effet, de ne pas intervenir dans ce qu’il est convenu d’appeler “la conduite des affaires publiques” »10. En fait, personne ne peut alors prévoir que cette période dite de la « traversée du désert » durera trois ans. Nombreux sont ceux qui espèrent ou craignent qu’elle ne soit définitive. Le Général est officiellement « ailleurs », loin des péripéties politiciennes. En fait, comme le souligne Éric Roussel, « il ne cesse d’observer, de s’informer et de prendre des contacts »11.

  • 12 B. Lachaise, Traversée du désert, p. 1125.
  • 13 Témoignage d’Olivier Guichard dans Fondation Charles de Gaulle, Avec de Gaulle. Témoignages. Tome  (...)

12Ce retrait de la vie publique correspond donc à une phase de sa vie qui peut être fort justement qualifiée de « très active »12. En effet, de Gaulle entretient une importante correspondance qui lui permet de maintenir le contact avec de nombreux fidèles ainsi qu’avec des Français d’horizons différents. Surtout, le Général reçoit beaucoup dans son bureau du premier étage au 5 rue de Solférino à Paris où il descend régulièrement deux jours par semaine. Nombreux sont ceux qui souhaitent approcher l’homme du 18 juin tandis que celui-ci continue, par ce biais, à se tenir informé de l’évolution de la situation de la France. Certes, tous les visiteurs n’ont pas forcément présenté spontanément une demande d’audience particulière. Ses proches collaborateurs, comme Olivier Guichard ou Jacques Foccart, savent si nécessaire provoquer des demandes13. La « traversée du désert » s’apparente alors au « temps des confidences » savamment distillées par le Général à des interlocuteurs qui, le plus souvent, s’empressent de les répéter à des journalistes avides de les rapporter. Le « désert » n’est ainsi pas synonyme d’oubli.

  • 14 Foccart parle. Tome 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1994, p. 121-124.
  • 15 É. Roussel, Charles de Gaulle, p. 568.
  • 16 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue… souvenirs de famille et journal politique, Paris, Plo (...)
  • 17 Ibid., p. 404-405.
  • 18 Ibid., p. 428.

13Charles de Gaulle profite de son temps libre pour voyager. Il voyage même beaucoup et parfois très loin. Dans la lignée de ses deux voyages en Afrique de 1953, il continue à parcourir les territoires de l’Union française. Il accomplit ainsi, du 8 août au 19 septembre 1956, un véritable tour du monde qui le conduit notamment à Tahiti, Madagascar, Djibouti… En mars 1957, il voyage à travers le Sahara14. Il se déplace également en métropole, ce qui lui permet de « maintenir le contact avec des responsables et accessoirement d’échapper à la solitude de Colombey »15. Il se consacre davantage à sa famille qu’il reçoit à La Boisserie ou qu’il visite. Le 3 mars 1955, il déjeune ainsi en famille à Boulogne-sur-Mer dans le pied-à-terre de Jacques Vendroux16. Quelques mois plus tard, en octobre 1955, Charles et Yvonne de Gaulle viennent passer le week-end à Calais. Ils logent boulevard La Fayette chez les Vendroux. Le samedi, après un déjeuner à Wissant à l’hôtel Marie-Stella, ils parcourent à marée basse la plage qui s’étend de Wissant au Cap Gris-Nez pour le plus grand plaisir du Général « qui aime cette solitude marine » seulement troublée par les regards incrédules des pêcheurs. Le lendemain, ils visitent le quartier de Calais-Nord puis se promènent à Ardres et dans l’Ardrésis17. En octobre 1957, Charles et Yvonne reviennent sur Calais et sa région pendant trois jours. Le programme est bucolique : halte à la ferme de Coulogne, promenade dans l’Audruicquois, visite du château de Fouquehove où le Général venait passer des vacances enfant18.

  • 19 Témoignage d’Olivier Guichard, p. 281.
  • 20 É. Roussel, Charles de Gaulle, p. 568.
  • 21 J. Vendroux, Cette chance, p. 402.
  • 22 Témoignage d’Olivier Guichard, p. 281.

14Au cours de cette « traversée du désert », De Gaulle travaille beaucoup depuis 1953, et encore plus après 1955, à la rédaction de ses Mémoires de guerre, dont le premier tome sort en librairie en octobre 1954, le second en juin 1956 et le troisième en octobre 1959. Pour Olivier Guichard, il s’est même « surtout intéressé, pendant trois ou quatre ans, à ses Mémoires »19. Il aime « essayer » ses textes et les effets qu’il produit auprès de ses proches, son beau-frère, Georges Pompidou, André Malraux ou encore Raymond Aron20. Par exemple, il lit deux matinées de suite à son beau-frère Jacques Vendroux, en août 1955, à la Boisserie, deux chapitres du second volume21. Mais les Mémoires n’ont pas qu’une vocation littéraire. Ils constituent aussi « une opération de remise en piste très importante » par le grand succès de librairie et surtout de presse qu’ils génèrent. Selon Olivier Guichard ils ont été « une bonne chose pour la manière dont nous pouvions entretenir l’intérêt de la presse, de façon permanente »22.

  • 23 Louis Terrenoire, De Gaulle et l’Algérie. Témoignage pour l’histoire, Paris, Fayard, 1964, p. 43.

15Surtout, écrit Louis Terrenoire, « tel Orphée à la recherche d’Eurydice, il allait retrouver et retremper, au feu des années épiques, avec “une certaine idée de la France”, quelque peu ternie depuis dix ans, une certaine idée du rôle historique de Charles de Gaulle »23. Il s’agit de prendre du champ et de faire oublier l’image partisane d’un chef de parti politique pour retrouver celle du recours national. À travers ses Mémoires, de Gaulle prend donc soin d’écrire de son vivant, et alors même qu’il ne sait pas si son rôle national est terminé, son interprétation de l’histoire et de la part qu’il y a prise, qu’il entend poser comme l’Histoire.

16L’invention de la « traversée du désert » est en marche puisque une fois revenu au pouvoir, en 1958, il ne reste plus au Général qu’à transfigurer ce passage à vide de sa carrière. Tel Moïse conduisant le peuple hébreu à travers le désert du Sinaï, Charles de Gaulle, ayant achevé son œuvre de libération de la France en 1945, ouvre le grand chapitre de la Terre promise : la fondation de la 5e République et l’ouverture d’une nouvelle ère dans l’histoire de France. Le terme de « traversée du désert » – probablement inventé par Edmond Michelet – ne prend donc tout son sens qu’une fois le Général revenu au pouvoir. Elle devient, pour celui qui forge de son vivant son mythe, une manière de donner une continuité rationnelle à son parcours politique national. D’ailleurs, ses Mémoires ne traitent, de manière très sélective, que de la Seconde guerre mondiale, puis de son retour au pouvoir en 1958 et de son action à la tête de la nouvelle 5e République. L’épisode du RPF est expédié en quelques lignes tandis que la « traversée du désert » n’a pas droit de cité. Mais, malgré le silence gaullien, la réécriture de l’histoire est en route à travers ce nouvel épisode de l’épopée, une sorte de creux entre deux périodes brillantes qu’il a bien fallu habiller d’un voile à la hauteur du personnage de légende qu’est Charles de Gaulle.

Conclusion

17Le thème de la « traversée » appliqué au général de Gaulle s’apparente paradoxalement à une traversée virtuelle, à un passé reconstruit et mythifié qui s’efforce d’effacer un creux politique, plutôt qu’à un moment pourtant fondateur de sa carrière, le 17 juin 1940, voire dans une moindre mesure le 14 juin 1944.

18Le souci de réécriture de l’histoire l’emporte ainsi chez le mémorialiste de Gaulle, au point d’ailleurs de faire école auprès des gaullistes puis, plus généralement, au sein de la classe politique française. L’expression « traversée du désert » devient bientôt synonyme de creux dans une carrière politique, mais revers acceptable ouvrant sur une autre période faste.

19Ainsi Georges Pompidou, après avoir été Premier Ministre d’avril 1962 à juillet 1968, entame une courte « traversée du désert » qui le voit tout de même siéger à l’Assemblée nationale et participer à la campagne du référendum perdu par le Général en avril 1969. Cette « traversée du désert » pompidolienne s’achève avec son élection à la présidence de la République en juin de la même année.

  • 24 Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Gouverner. Tome 4. 1962-1970. Combattre toujours,(...)

20Un autre ancien Premier Ministre du général de Gaulle, Michel Debré, relatant son passage à vide entre 1962 et 1966, entre Matignon et le ministère des Finances, intitule de même ce chapitre du quatrième tome de ses Mémoires : « La traversée du désert »24. La « traversée du désert » devient ainsi une figure de style qui tend à rendre acceptable un échec, il est vrai provisoire.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 1. L’Appel. 1940-1942, Paris, Plon, 1953, p. 137.

2 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. Tome 3. Le Salut. 1944-1946 [1959], Paris, Presses Pocket, 2006, p. 7.

3 Éric Roussel, Les journées qui ont fait la France. 16 juin 1940. Le naufrage, Paris, Gallimard, 2009, p. 194.

4 Jean Lacouture, De Gaulle. Tome 1. Le rebelle, Paris, Seuil, 1984.

5 Frédéric Turpin, André Diethelm, De Georges Mandel à Charles de Gaulle, Paris, Les Indes savantes, 2004, p. 75-76.

6 É. Roussel (16 juin 1940), p. 205.

7 Ibid. (16 juin 1940), p. 206.

8 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition. 1946-1958. Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1984.

9 Sur les définitions de la « traversée du désert », consulter la notice de Bernard Lachaise : Traversée du désert, p. 1124-1126, dans Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire Charles de Gaulle, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006.

10 Charles de Gaulle, Discours et messages. Tome 1. Dans l’attente. 1946-1958, Paris, Plon, 1970, p. 633.

11 Éric Roussel, Charles de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 573.

12 B. Lachaise, Traversée du désert, p. 1125.

13 Témoignage d’Olivier Guichard dans Fondation Charles de Gaulle, Avec de Gaulle. Témoignages. Tome 2. Le temps du Rassemblement (1946-1958), Paris, éditions Nouveau Monde, 2005, p. 279.

14 Foccart parle. Tome 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1994, p. 121-124.

15 É. Roussel, Charles de Gaulle, p. 568.

16 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue… souvenirs de famille et journal politique, Paris, Plon, 1974, p. 391-392.

17 Ibid., p. 404-405.

18 Ibid., p. 428.

19 Témoignage d’Olivier Guichard, p. 281.

20 É. Roussel, Charles de Gaulle, p. 568.

21 J. Vendroux, Cette chance, p. 402.

22 Témoignage d’Olivier Guichard, p. 281.

23 Louis Terrenoire, De Gaulle et l’Algérie. Témoignage pour l’histoire, Paris, Fayard, 1964, p. 43.

24 Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Gouverner. Tome 4. 1962-1970. Combattre toujours, Paris, Albin Michel, 1992.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540