Version classiqueVersion mobile

La traduction dans les cultures plurilingues

 | 
Francis Mus
, 
Karen Vandemeulebroucke
, 
Lieven D’Hulst
, 
et al.

La traduction dans les cultures plurilingues/Translation in multilingual cultures : quelques réflexions sur le plurilinguisme en traductologie1

Lieven D’hulst et Reine Meylaerts

Texte intégral

1. Introduction : le défi du plurilinguisme

  • 1 Nous remercions Francis Mus de ses commentaires précieux.

1Que la confusion « babélique » du monde moderne n’engendre pas une « confusion » des langues, la simple traduction anglaise du titre du volume que le lecteur a sous les yeux suffirait à le montrer : elle laisse « intactes » les deux langues mises en regard. Cependant, cette mise en regard du même au même ne parvient à dissimuler les différences des usages linguistiques. Ainsi, une petite enquête sur Internet, à partir de la machine de recherche Google (à la date du 22 décembre 2010), montre que l’expression « cultures plurilingues » est nettement plus fréquente que l’expression « cultures multilingues », cependant que les proportions sont exactement inverses pour les expressions correspondantes en anglais. Serait-ce une raison pour considérer que les deux expressions ne sont pas équivalentes ? Quoi qu’il en soit, l’équivalence des usages, singulièrement ceux qui relèvent du discours savant, est l’affaire des disciplines concernées par ces usages. En l’occurrence, les deux expressions citées ne se réfèrent pas, semble-t-il, à des théories bien précises sur le plurilinguisme ou sur la traduction de textes plurilingues. À se limiter, en effet, aux usages propres au discours savant sur la traduction plurilingue, d’autres épithètes se présentent spontanément à l’esprit : hétéroglossiques, diglossiques, bilingues, etc. Ces épithètes sont davantage tributaires de traditions de pensée clairement identifiables, raison pour laquelle elles ne figurent pas dans l’intitulé de ce volume face à l’infinie complexité des situations où se produisent les langues (cf. Cronin 2008), c’est une moindre précaution que d’éviter, d’entrée de jeu, des mises en perspectives théoriques ou méthodologiques trop prononcées.

  • 2 Dans ce qui suit, nous nous référerons à la conception d’Even-Zohar selon laquelle la culture est « (...)

2D’autres éléments du titre sont également susceptibles de retenir notre attention : il ne s’agit naturellement pas de s’appesantir ici sur les traits distinctifs d’une « culture »2, mais de s’interroger sur les impliqués langagiers d’un tel concept. Pour d’aucuns, la langue balise la culture, si bien que l’expression cultureplurilingue est une contradiction dans les termes. D’autres prétendront exactement l’inverse : à l’époque de la mondialisation, chaque culture est de fait une culture plurilingue, l’expression devenant une tautologie.

3Enfin, la dernière composante du titre concerne le statut de la « traduction », et plus particulièrement de la traduction littéraire produite dans les cultures plurilingues. Est-ce que le multilinguisme engendre toujours des pratiques traductives ? Existe-t-il des cultures ou des environnements plurilingues d’où la traduction est absente ? Certes, comme l’avance José Lambert (2004), la traduction est le fruit « naturel » du contact interculturel, bien que ce dernier mette également en œuvre d’autres techniques, telles que l’adoption de la langue concurrente, l’apprentissage d’une langue commune, la création de pidgins, etc. Force est cependant de constater que la réflexion sur les relations entre le plurilinguisme et la traduction littéraire n’en est qu’à ses débuts. En est sans doute partiellement responsable l’idée convenue que la traduction est la substitution complète, à un texte littéraire écrit en une langue source A et appartenant à une culture A, d’un texte littéraire en une langue cible B, destiné à un public cible B dans une culture cible B. La traduction opérerait donc entre deux cultures géographiquement et linguistiquement séparées. Or, une telle définition duale, aussi bien de la traduction que des langues et des cultures, ne résiste pas au double constat que les textes littéraires, autant que leurs auteurs et lecteurs, sont plurilingues au départ et qu’en conséquence, ce plurilinguisme, à comprendre comme « the co-presence of two or more languages (in a society, text or individual) » (Grutman 2009a : 182), engendre aussi des contacts, parmi lesquels il convient évidemment de citer la traduction.

4C’est depuis une décennie seulement que les relations complexes entre plurilinguisme et traduction ont retenu l’attention des traductologues. Une simple recherche à partir du mot clé « multilingualism » dans la Translation Studies Bibliography de John Benjamins révèle que, sur une période qui couvre une quarantaine d’années (1972-2010), la moitié des publications associant la traduction et le plurilinguisme ont vu le jour entre 2000 et 2010. Elles couvrent un large éventail de questions de théorie et de méthode, parmi lesquelles certaines n’ont pas manqué d’inspirer jusqu’à une reconsidération de la catégorie de traduction elle-même. Ainsi, une bonne part des travaux portant sur la traduction littéraire se sont évertués à montrer que celle-ci opère fréquemment à l’intérieur de cultures plurilingues plutôt qu’entre des cultures monolingues. Auquel cas, comme le souligne Sherry Simon (2006 : 17), la traduction, loin de souligner l’étrangeté et l’éloignement d’une culture-source perçue à partir d’une culture-cible, atteste au contraire sa co-présence. Comme quoi, la distinction binaire entre des « sources » et des « cibles » se trouve considérablement fragilisée : la culture-source peut prendre l’initiative de la traduction, proposer la sélection des textes à traduire, orienter la réception des textes traduits, mais également occasionner l’interruption des contacts noués par la traduction (Meylaerts 2004). Bref, la traduction produite dans les cultures plurilingues met en cause un des célèbres postulats des études de la traduction : « translations are facts of the target culture » (Toury 1995 : 29).

5Dans les paragraphes qui suivent nous nous pencherons plus en détail sur les relations complexes mais fondamentales entre traduction et plurilinguisme, successivement en relation avec des textes littéraires et avec leurs écrivains, tout en sachant que lesdites catégories sont inséparables.

2. Textes plurilingues et/en traduction

  • 3 Quelques exemples célèbres : François Rabelais, Pantagruel (1532), Lawrence Sterne, Tristram Shandy(...)

6Les études littéraires peuvent se prévaloir d’une solide tradition d’analyses de textes plurilingues, qu’il s’agisse d’études sur les formes du plurilinguisme (unités lexicales et énoncés en langue étrangère, distinction entre dialectes et sociolectes, etc.) ou sur ses fonctions (profilement des personnages, construction de l’intrigue, etc. ; cf. Schogt 1988, Stratford 2008). Rien d’étonnant, en l’occurrence : le plurilinguisme littéraire couvre une histoire séculaire (Forster 1968 ; Stratford 2008)3. Et cependant, on n’oubliera pas que l’idéologie romantique d’« une » langue et d’« une » littérature au sein d’« une » nation s’inscrivait en faux contre les usages plurilingues : écrire dans la langue nationale, c’est prendre part au projet de construction de la nation, c’est exprimer une sorte de loyauté vis-à-vis de celle-ci, laquelle procure en retour une identité nationale à l’écrivain en question (un écrivain français, un poète anglais, un dramaturge italien, etc.). Au point que le plurilinguisme se voyait couramment accusé de trahir la littérature nationale, voire le peuple et la nation (cf. Grutman 2000).

7Il faut attendre l’avènement de l’ère postcoloniale pour que le plurilinguisme prenne un nouvel élan. Les écrivains postcoloniaux, ces « translated men » (Rushdie 1991 : 17), sont loués pour l’usage qu’ils font de pidgins ou de créoles, « which are a mixture, or blend, of imported European languages and local vernacular languages » (Bandia 1996 : 147). Ces techniques d’écriture ont des visées tour à tour esthétiques, sociologiques et historiques, ce sont des sources d’innovation et de créativité :

More and more Western academics, living in centralized cultures where the monopoly of communication is traditionally held by monolingual media, are noticing the real multilingualism lying beneath the surface of official, often State-induced monolingualism. (Delabastita & Grutman 2005 : 14)

8On aurait tort de croire que les travaux sur le plurilinguisme se cantonnent au paradigme postcolonial. Ainsi, Rainier Grutman, dans une étude du roman québécois du dix-neuvième siècle (Grutman 1997), introduit le concept d’hétérolinguisme, en référence à l’usage de langues étrangères ou de variétés sociales, régionales et historiques apparues dans des textes littéraires d’époques différentes. Ce concept rappelle bien entendu celui d’hétéroglossie (Bakthine 1981), c’est-à-dire la stratification sociale à l’intérieur de toute langue, une stratification qui, selon Bakhtine, se manifeste tout particulièrement dans le roman. Mais Grutman voulait surtout cibler la nature des effets hétérolingues au sein de l’œuvre. Pour d’autres chercheurs, les processus d’écriture et de lecture de textes littéraires plurilingues sont à comprendre comme des processus de « traduction » continue. Dans Translating Montreal (2006), Sherry Simon montre des formes « déviantes » de traduction comme l’interférence créatrice ou la traduction sans original (un texte littéraire issu d’un contexte bilingue ou plurilingue, où écrire et traduire se chevauchent dans un acte de création qui ne se fonde sur aucun original) : autant de « techniques that drive writing in both English and French [...]. These are “warm” forms of translation, which turn translation away from its normative function, disturbing the boundaries of each cultural space » (Simon 2006 : 15). Pour le confort du lecteur monolingue, les éléments hétérolingues se voient parfois accompagnés de traductions ou de gloses. Lorsque la traduction est mise en abyme dans le texte, ou que l’original et sa traduction sont co-présents dans le même texte, le plurilinguisme littéraire, on l’a dit, a pour vocation de mettre à l’épreuve la traditionnelle idée de substitution (cf. D’hulst 2008).

9On notera également que les études sur la traduction de textes littéraires plurilingues (le mot « traduction » étant pris ici dans son acception restreinte) sont loin d’être rares ou marginales en traductologie (Lionnet 2003, Millán-Varela 2004, Delabastita & Grutman 2005, Goldfajn 2006, Suchet 2009). Mais force est de constater que nombre d’entre elles se sont cantonnées aux prétendus problèmes de traduction, voire à la prétendue intraduisibilité d’œuvres plurilingues (Stratford 2008), se basant sur le postulat déjà mentionné du monolinguisme du texte littéraire et sur le présupposé d’une équivalence parfaite entre « original » et « traduction ». Au-delà des études normatives, les études descriptives des traductions de textes littéraires plurilingues ont permis de dépasser ce postulat et ce présupposé ; selon Myriam Suchet : « [to] hlow apart the traditional dichotomy of source text versus target text, as well as many other structural notions such as fidelity and équivalence » (Suchet 2009 : 151). Puisque les textes littéraires plurilingues représentent souvent les tensions voire les conflits identitaires entre les différentes langues et leurs locuteurs à l’intérieur d’une culture plurilingue, la traduction de ces textes reproduira et prolongera ces tensions, surtout lorsque les dispositions hétérolingues du texte-source se trouvent reproduites au sein du texte-cible. Quel degré de plurilinguisme une traduction peut-elle (ou doit-elle) accueillir dans un contexte culturel donné (Meylaerts 2006a et Meylaerts 2006b) ? Quelles sont les modalités et fonctions identitaires du plurilinguisme littéraire dans les traductions littéraires ? Telles sont les questions censées orienter nos réflexions futures sur l’identité et la dynamique culturelles des cultures plurilingues passées et présentes.

3. Écrivains plurilingues et auto-traducteurs

10Comparons maintenant les auteurs plurilingues et les auto-traducteurs : la distinction entre les deux catégories est graduelle et relative. Ainsi, un auteur singulièrement créatif en tant qu’auto-traducteur sera aisément qualifié comme un auteur plurilingue plutôt que comme un auto-traducteur. Pareille distinction réduit les rôles de l’écrivain et du traducteur, cependant que l’univers globalisé d’aujourd’hui semble l’espace de prédilection pour les rencontres entre écrivains plurilingues et auto-traducteurs, voyageant librement entre les littératures : « within the emerging body of non-territorial post-national literary paradigms, the counterpoint between writer and translator is increasingly found in the same subject » (Stephanides 2004 : 103). Or, on n’oubliera pas que les écrivains plurilingues et les auto-traducteurs étaient déjà nombreux dans l’Antiquité, qu’ils le sont restés au long du Moyen Âge jusqu’à l’Europe pré-moderne. Sans totalement disparaître, leur nombre a diminué pendant l’ ère des États-nations (Hokenson & Munson 2007 : 1) pour remonter à l’ère postcoloniale. On observera également que la traductologie a jusqu’ici quelque peu négligé les auto-traducteurs. Citons encore Hokenson et Munson :

the keepers of the canon rather strenuously insisted on the linguistic purity of its foundational figures, such as Chaucer and Dante, and they routinely ignored the founders’ youthful translations of foreign texts. [...] It is clear that well before the German Romandes extolled the mother tongue in such decisive terms, leaving translation theory with some heavy baggage, Renaissance commentators had already cleared the way for the West ’s long embrace of nadonalistic monolingualism. For centuries, theories of nation and genius erased the intercultural origins of literary innovation. (Hokenson & Munson 2007 : 1-2)

11En d’autres termes, la traductologie a emboîté le pas aux histoires littéraires nationales en identifiant les écrivains comme des instances nationales monolingues et en acceptant le simple partage des rôles de l’écrivain et du traducteur. S’ajoutent d’autres problèmes conceptuels encore :

Since the bilingual text exists in two language Systems simultaneously, how do the monolingual categories of author and original apply ? Self-translation, the specific ways in which bilinguals rewrite a text in the second language and adapt it to a different sign System laden with its own literary and philosophical traditions, escapes the categories of text theory, for the text is twinned. (Hokenson & Munson 2007 : 3)

12Pareille dualité discursive semble également caractériser l’auto-traducteur et l’écrivain plurilingue : à l’instar du traducteur opérant dans une « interculture » (Pym 1998), les deux instances citées se recouvrent au moins partiellement au plan personnel et littéraire : « [they represent [a] linguistic and cultural overlap par excellence, in person as in literature » (Hokenson & Munson 2007 : 4). Comme quoi, l’analyse des textes issus de la plume d’un auto-traducteur ou d’un écrivain plurilingue, au lieu de se concentrer sur les dissemblances entre les différentes versions, devrait modifier le tir : « begin at a level more basic than current binary theoretical models of “gaps” between texts, languages and cultures. One must start from a point closer to the common core of the bilingual text, that is, within the textual intersections and overlaps of versions » (Hokenson et Munson 2007 : 4).

13Bien que l’écriture multilingue et l’auto-traduction soient des pratiques courantes, il va de soi que tous les écrivains polyglottes ne deviennent pas des écrivains plurilingues ou des auto-traducteurs. Tandis que certains s’en tiennent à l’écriture monolingue tout court, la plupart de ceux qui franchissent le pas soit limitent leurs activités plurilingues dans le temps – en les cantonnant par exemple au début de leur carrière littéraire – soit les confinent à des genres moins prestigieux comme la littérature de jeunesse (Meylaerts 2010). Pourquoi en fin de compte ces écrivains ne profitent-ils pas de l’opportunité qui leur est offerte d’atteindre un public plus large ? On pourrait sans doute invoquer un manque de compétence langagière, qui peut être partiellement réel (le bilinguisme parfait est rare après tout) mais aussi partiellement imaginé. Depuis l’idéal romantique de l’originalité et du génie créateur, l’écriture littéraire a été entourée d’une aura telle qu’elle a également dû s’adosser à une parfaite maîtrise de la langue. Corrélativement, rares sont les écrivains plurilingues et les auto-traducteurs qui se sentent à la hauteur de leur tache (Sela-Shefify 2005 : 18). C’est pourquoi certains polyglottes développent bien une carrière de traducteur professionnel (par exemple de textes techniques, au Parlement ou ailleurs) et simultanément une carrière d’écrivain, mais sans jamais devenir un écrivain plurilingue ou auto-traducteur (Meylaerts 2008).

  • 4 Il est entendu que les termes « minoritaire » et « dominant » ne réfèrent pas à des grandeurs numér (...)

14Outre le manque de compétence (réel ou imaginé), d’autres facteurs, d’ordre collectif cette fois-ci, peuvent également jouer un rôle. Des études sociolinguistiques ont ainsi établi que le va-et-vient entre les langues dans les sociétés plurilingues répond à des principes ou à des conventions : ce va-et-vient « doesn’t take place randomly, nor does it depend on individual initiatives, but it is socially regulated and follows collective patterns of speech behaviour » (Grutman 2009b : 13). Pour identifier et comprendre les mécanismes collectifs inhérents à l’écriture plurilingue et à l’auto-traduction, il s’impose d’analyser les façons dont ces activités se rapportent à l’institutionnalisation des langues et des littératures dans les sociétés plurilingues (Meylaerts 2009). Dans la plupart des sociétés plurilingues actuelles, une seule langue est institutionnalisée comme langue officielle dans les domaines de l’enseignement, des institutions politiques, légales, administratives... aux dépens, par conséquent, des autres langues. Il en résulte des relations hiérarchiques, souvent adversatives, entre la langue ainsi devenue dominante et les langues minoritaires4, ainsi qu’entre les littératures véhiculées par ces langues. Comme quoi, celles-ci deviennent porteuses de valeurs antagonistes et parfois même irréconciliables. Et ce sont ces hiérarchies qui co-déterminent les conditions d’apparition de diverses formes d’écriture multilingue et d’auto-traduction. Le prétendu libre choix d’une langue littéraire est en fait indiciel d’un positionnement littéraire, socioculturel et sociopolitique ; ce dernier peut constituer une entrave à l’écriture plurilingue et à l’auto-traduction. Écrire ou se traduire en langue dominante sont des pratiques qui offrent certes de la visibilité et du prestige littéraires aux écrivains plurilingues mais qui se laissent aussi comprendre, par les groupes minoritaires, comme des sortes de trahisons vis-à-vis de la langue et de la littérature minoritaires, comme des instruments visant à rehausser le prestige de la langue et de la littérature dominantes (D’hulst 2003). Par contre, lorsque ces mêmes écrivains plurilingues écrivent ou s’auto-traduisent en langue minoritaire, les groupes majoritaires risquent d’interpréter cette décision comme une mise en question de leur prestige linguistique et littéraire (Meylaerts 2009). Lorsque les hiérarchies institutionnelles et symboliques sont mises en vedette, les écrivains plurilingues et les auto-traducteurs ont la vie dure.

4. Présentation des articles

15Voilà les principales questions – et les débats qu’elles suscitent – que nous avons souhaité voir abordées dans cet ouvrage. Nous les avons ordonnées selon les trois axes suivants : les médiateurs, les espaces plurilingues et les écrivains plurilingues. Ces axes couvrent pour l’essentiel des pratiques littéraires de l’époque moderne (XIXe et XXe siècles), cependant que les contributions veillent à intégrer des concepts issus de la sociolinguistique, de l’anthropologie, de la politicologie et de l’éthique.

Médiateurs

16Les médiateurs comptent parmi les instances les moins visibles et les moins étudiées des échanges interculturels : qu’il s’agisse des traducteurs, des locuteurs bi- ou plurilingues, des éditeurs, journalistes ou interprètes qui assurent le va-et-vient entre deux ou plusieurs cultures ou au sein d’une culture nationale, leurs traces sont souvent difficiles à repérer : d’abord parce que l’histoire littéraire ne s’intéresse qu’accessoirement à ce qui rappelle l’incomplétude des littératures nationales ; ensuite, parce que l’action de médiation cherche rarement à se mettre elle-même en relief.

17Ainsi, pour Aurélia Klimkiewicz, la traditionnelle démarche communicative s’en tient à décrire le déroulement extérieur des échanges ainsi que l’efficacité de la coopération entre les locuteurs. Elle ne parvient pas à rendre compte des processus mentaux qui participent de manière implicite de l’échange, telle la mise en œuvre de la mémoire qui permet d’attacher une valeur singulière à tel élément langagier ou de comprendre la complexité des attitudes adoptées face à l’autre langue. Il faut donc se tourner vers l’éventail d’indices où l’acte énonciatif ou narratif revient sur le sujet parlant/pensant lui-même en procurant tour à tour des commentaires métalangagiers (réfléchis : correction, explication, etc.) et épilinguistiques (spontanés ou inconscients).

18Les deux contributions suivantes examinent quelques usages plurilingues relevés dans des revues littéraires françaises et belges du XIXe siècle. Lieven D’hulst compare deux communautés plurilingues de la même période, l’une franco-flamande, l’autre belgo-flamande. La première revue, L’Roubaigno, mêle le dialecte picard, le français ainsi qu’une langue métissée inédite, constituée d’éléments flamands, français et picards et censée servir de vecteur littéraire pour la communauté des migrants flamands établis dans le nord de la France. La seconde revue, La Casserole, agence le français et le marollien, dialecte flamand de Bruxelles qui intègre des éléments français. D’une part, le plurilinguisme discursif élaboré par les locuteurs plurilingues permet de rendre poreuse la frontière entre une culture dominante et une culture dominée ; d’autre part, elle vise à conférer une certaine légitimité à cette dernière.

19Karen Vandemeulebroucke s’attelle à l’étude de deux revues belges francophones de la seconde moitié du XIXe siècle, la Revue de Belgique et La Jeune Belgique. L’étude discursive et contrastée des propos tenus sur la traduction et des traductions proprement dites révèle un écart frappant entre les deux pratiques. Tandis que le discours officiel de la revue, porté par des médiateurs critiques, prône l’égalité entre les traductions du flamand et celles des autres langues, la réalité des usages discursifs est bien plus nuancée, tandis que leur évolution est à mettre en rapport avec la situation de plus en plus précaire du flamand littéraire dans la Belgique du XIXe siècle.

20Reine Meylaerts se penche sur deux auteurs bilingues belges qui se sont mutuellement traduits. Le premier, Stijn Streuvels, écrit en néerlandais, tandis que le second, Camille Melloy, se sert du français comme langue d’écriture. L’analyse montre les effets du rapport inégal entre les deux langues et du statut différent des deux médiateurs interculturels sur leurs choix des langues et des pratiques discursives. Malgré le fait que Streuvels écrit et traduit en néerlandais (c’est-à-dire dans une langue mineure vis-à-vis du français), il bénéficie d’une position supérieure à celle de Melloy : écrivain reconnu en Flandre mais également bien au-delà, il se voit nanti d’un capital symbolique nettement supérieur à celui du second. En plus, étant donné que les deux écrivains partagent les mêmes origines linguistiques et culturelles, les rôles du traducteur et de l’écrivain se recouvrent parfois partiellement.

21Les deux contributions suivantes ciblent, toujours à partir d’exemples éloquents, la mise en discours du plurilinguisme. Myriam Suchet attribue un rôle primordial à l’hétérolinguisme, observatoire qui permet de repenser la pratique et la théorie de la traduction. En s’appuyant sur le roman Triomf de Marlene van Niekerk, elle argue, à l’instar de Peter Auer, d’un cas littéraire de « fused lect ». La présence d’éléments hétérolingues dans le roman vise en effet à mettre en scène la dynamique complexe de l’échange des langues. Comme quoi, l’analyse de l’hétérolinguisme invite à substituer au plan de la langue celui du discours et à comprendre la traduction non plus comme un transfert linguistique mais comme un acte de ré-énonciation.

22Enfin, Erika Mihálycsa se penche sur la traduction de Translations, la pièce bien connue de Brian Friel qu’elle a elle-même traduite en hongrois, en 2001, pour le Théatre Hongrois de l’Etat à Cluj en Roumanie. La nature auto-réflexive de la pièce, l’ancrage local de celle-ci (elle opère une déconstruction des lectures unionistes de l’Irlande et de la langue commune) et les ressemblances avec la culture d’arrivée ont rendu la tache de la traductrice particulièrement ardue. Celle-ci passe ensuite en revue les principaux écueils rencontrés ainsi que les décisions traductives qu’elle a prises.

Espaces plurilingues

23Les médiateurs se relaient dans les espaces, ces derniers étant investis de dispositifs culturels, politiques et sociaux très variables. D’où l’invitation à s’interroger sur les liens entre ces derniers.

24Michaela Wolf, pour commencer, centre son propos sur la monarchie habsbourgeoise, un État pluriculturel qui regroupe une douzaine de nationalités et un ensemble de modes de communication, qu’elle répartit en trois catégories : la communication « polyculturelle » (à base bi- ou plurilingue), la traduction « polyculturelle » (entre les langues de la monarchie) et la traduction « transculturelle » (entre la monarchie et d’autres cultures). L’ensemble de ces pratiques constituent un véritable défi à qui souhaite manier les concepts traditionnels de traduction et d’identité. Wolf emprunte plusieurs concepts à Homi Bhabha (« hybridité », « cultural translation », etc.), afin de mieux appréhender la stratification complexe de cette culture.

25En choisissant l’exemple de Londres à la fin de l’époque victorienne, Denise Merkle privilégie les fissures d’un espace de transit et qui cependant parvenait à incarner ce que Benedict Anderson a appelé une « communauté imaginée ». La communauté londonienne s’est formée en dépit de l’urbanisation accélérée de la Grande-Bretagne et de l’afflux de réfugiés politiques et d’autres migrants vers le centre urbain. Pour preuve, deux exemples sont analysés : les stratégies plurilingues et traductives de Karl Marx, exilé politique qui diffuse avec une remarquable habileté ses écrits en anglais ; le East End et son ghetto juif, espace d’immigrés, d’écriture et de traductions en plusieurs langues d’œuvres narratives qui mettent en scène le migrant juif.

26Rachel Weissbrod présente une analyse systémique des trois littératures produites en Israël : hébraïque, israélienne et juive. Cette triple distinction croise et invalide en même temps l’ancienne corrélation entre une langue et sa nation. Tandis que le critère distinctif de la littérature hébraïque est la langue, il en va autrement pour la littérature israélienne, fondée sur des critères géopolitiques. Enfin, la littérature juive ne se laisse pas cantonner à un seul espace, à une seule langue ou à une seule idéologie, se caractérisant plutôt par son attachement particulier à des thèmes comme la migration, l’exil, le déplacement ou l’expérience des réfugiés. La visibilité aussi bien que la légitimité des trois littératures sont redevables à des traductions vers d’autres langues, ou encore à des actes institutionnels comme l’instauration d’une Union générale d’écrivains en Israël ou la création d’un prix prestigieux israélien attribué à des écrivains qui n’écrivent pas en hébreu. Ces actions « officialisent » les relations entre ces trois littératures.

27Nitsa Ben-Ari, quant à elle, étudie l’influence de la littérature populaire à deux moments clefs de l’évolution de la littérature hébraïque. Le premier volet de son analyse porte sur les traductions de romans historiques juifs-allemands du XIXe siècle. Ces traductions ont facilité la diffusion d’images modernes du juif ou du judaïsme en général. Le second volet concerne le roman populaire au XXe siècle, un roman désormais porteur de plusieurs autres cultures européennes (allemande, française, hongroise...). Dans les deux cas, la littérature traduite a servi à mieux faire accepter la littérature populaire au sein de la culture hébraïque.

28Gillian Lane-Mercier s’interroge sur les rapports que nouent la traductologie et la littérature comparée dans une culture plurilingue comme le Canada. Elle choisit d’étayer son analyse sur quelques métaphores fondatrices, en l’occurrence celles du pont et de ses dérivés ; elle en explicite et analyse en même temps les présupposés et enjeux idéologiques et politiques, en référence, notamment, aux travaux du traducteur-comparatiste Philip Stratford. Force est de constater que les représentations des rapports interdisciplinaires diffèrent à l’intérieur même du pays, étant déterminées par un ensemble de facteurs d’ordre historique, social, politique, idéologique, institutionnel et économique.

29Ce sont des questions similaires que pose Nicole Nolette au théatre bilingue de l’Ouest canadien. Elle analyse en particulier les enjeux révélés par l’usage dramatique du bilinguisme anglais-français, notamment dans la pièce Sex, lies et les F.-M. de Marc Prescott. Il s’agit pour ce dernier de valoriser le bilinguisme à l’encontre de l’unilinguisme anglais : un bilinguisme caractérisé par le codeswitching et la traduction. Quant aux représentations de la version bilingue de la pièce intitulée Boom !, elles recourent aux ressources du surtitrage, procédé qui tente d’explorer le potentiel de la traduction en performance.

30Francesca Blockeel, quant à elle, étudie les traductions de la littérature de jeunesse dans les quatre langues officielles d’Espagne (le castillan, le catalan, le galicien et le basque). Ce genre s’étant inégalement développé dans les quatre langues, la traduction entre celles-ci s’impose et devient une pratique courante à la fin des années 1990. 11 est notable que le castillan sert souvent de langue-pivot à de nombreux auteurs-traducteurs qui souhaitent assurer une diffusion internationale à leurs récits procurés dans une des langues mineures. Un des effets paradoxaux de cette orientation internationale est l’atténuation des spécificités culturelles réclamées par les littératures régionales.

Auteurs plurilingues

31Le troisième axe réunit des contributions sur des auteurs plurilingues. Britta Benert se penche sur l’œuvre de Tomi Ungerer, écrivain, illustrateur et graphiste alsacien. L’on sait que l’identité alsacienne est un thème de prédilection chez de nombreux écrivains du XXe siècle, tels Stefan Zweig ou René Schickelé. Ungerer est l’auteur de plusieurs œuvres qu’il a traduites lui-même, telle son autobiographie À La guerre comme à la guerre (1991). Toutefois, il ne conçoit pas sa propre activité traductrice comme une forme de transposition ou de substitution ; il évite en effet le recours à de telles conceptions binaires, déployant au contraire dans ses réécritures un large éventail de techniques d’hybridation.

32L’article d’An Van Hecke aborde l’œuvre des « chicano writers », c’est-à-dire des écrivains d’origine mexicaine devenus des citoyens américains. Il en va ainsi pour Alejandro Morales, auteur du roman Waiting to happen. Toutefois, Morales n’est pas le prototype de l’auteur chicano. Pour commencer, il alterne des points de vue (parfois contradictoires) sur le Mexique et sur les États-Unis. Ensuite, il conçoit son œuvre comme une sorte de traduction culturelle, plutôt que comme une traduction interlinguale proprement dite. Enfin, l’espagnol pénètre l’anglais sous des formes variables et quelquefois imprévisibles : avec traduction et sans traduction.

33Lisa Bradford, ensuite, se propose de dresser le constat des difficultés spécifiques qu’elle a rencontrées en composant une anthologie bilingue (anglais-espagnol) de onze « Latino poets ». La traduction en espagnol de poèmes souvent écrits en un mélange d’anglais et d’espagnol, s’est révélée une tache particulièrement ardue : il fallait identifier les différentes formes d’hétéroglossie utilisées par les poètes et réfléchir à des techniques de traduction permettant d’éviter l’homogénéisation linguistique. Ainsi, le recours au « Spanglish » ne va pas sans difficultés : ce n’est pas un créole stable. Bradford montre la complexité des solutions envisagées à partir de l’œuvre de Pat Mora, une écrivaine chicana née dans la zone El Paso/Juárez du Texas.

34Si l’écriture plurilingue n’est pas une pratique rare ou étrange, elle n’est pas pour autant privée de paradoxes, car elle vise souvent l’attestation d’une langue unique, la langue originelle. C’est cette dernière piste qu’explore K. Alfons Knauth dans sa contribution sur le poète et traducteur brésilien Haroldo de Campos. Knauth se penche sur la relation particulière entre la traduction et la création plurilingue, en se référant notamment aux conceps de « transcréation » et de libre création polyglotte. Il montre que c’est dans les textes plurilingues plutôt que dans les traductions que se forme le véritable « interlecte » entre les langues et discours de l’univers. C’est en même temps un appel au lecteur plurilingue, l’interlocuteur du « babelidioma », celui qui peut désormais se passer de traductions.

Bibliographie

Bibliographie

Bakhtin Mikhaïl, The Dialogic Imagination : Four Essays by M.M. Bakhtin, in M. Holquist (ed.), C. Emerson (transi.), Austin, University of Texas Press, 1981.

Bandia Paul, « Code-switching and code-mixing in African Creative writing : Some insights for translation studies », TTR, 1996, 9 : 1, p. 139-153.

Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

Cronin Michael, « The Expanding World : An Alternative Brief History of the Twenty-First Century. La complexité en expansion : nouvelles zones de traduction », série de quatre conférences tenues à Montréal (Concordia University), 24-30 septembre 2008, inédit.

Delabastita Dirk & Grutman Rainier (eds), Fictionalising Translation and Multilingualism, special issue of Linguistica Antverpiensia (New Series), 2005, 4.

D’hulst Lieven, « Les Wallonnades (1845) de Joseph Grandgagnage ou du laboratoire de la poésie belge » in Jean-Pierre Bertrand & Lise Gauvin (éds), Littératures mineures en langue majeure : Québec/Wallonie-Bruxelles, Bruxelles, P. I.E.-Peter Lang ; Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2003, p. 205-216.

– , « Cultural translation : A problematic concept ? » in Anthony Pym, Miriam Shlesinger & Daniel Simeoni (eds), Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in homage to Gideon Toury, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 2008, p. 221-232.

Even-Zohar Itamar, « The Making of Culture Repertoire and the Role of Transfer », Target, 1997, 9 : 2, p. 355-363.

Goldfajn Tal, « Non-homeland : when translation is not a footnote », RiLUnE, 2006, 4, p. 151-166.

Grutman Rainier, Des Langues qui résonnent. L’Hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, Montréal, Fides, 1997.

– , « Écriture bilingue et loyauté linguistique », Francophonies d’Amérique, 2000, 10, p. 137-147.

– , « Multilingualism » in Mona Baker & Gabriela Saldana (eds), Routledge Encyclopedia of Translation Studies, London/New York, Routledge, 2009a, p. 182-186.

– , « Writing and Reading Diglossia : Evidence from the French-speaking World » in Carolina P. Amador Moreno & Ana Nunes (eds), The Representation of the Spoken Mode in Fiction, Lewiston/Queenston/Lampeter, The Edwin Mellen Press, 2009b, p. 13-40

Hokenson Jan W. & Munson Marcella, The Bilingual Text. History and Theory of Literary Self-Translation, Manchester, St. Jerome, 2007.

Lambert José, « La traduction dans les sociétés multilingues » in Harald Kittel (ed.), Übersetzung -Translation – Traduction, New York/Berlin, Walter de Gruyter, 2004, p. 69-85.

Lionnet Françoise, « Creole Vemacular Translations in Mauritius », MLN, 2003, 118, p. 911-932.

Meylaerts Reine, « La traduction dans la culture multilingue : À la recherche des sources, des cibles et des territoires », Target, 2004, 16 : 2, p. 289-317.

Meylaerts Reine (ed.), Heterolingualism in/and Translation. Special Issue of Target, 2006a, 18 : 1.

– , « Literary Heteroglossia in translation : When the language of translation is the locus of ideological struggle » in J. Duarte (ed.), Translation Studies at the Crossroads of Disciplines, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2006b, p. 85-98.

– , « Translators and (their) norms : towards a Sociological construction of the Individual », in Miriam Shlesinger, Daniel Simeoni & Anthony Pym (eds), Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in homage to Gideon Toury, Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins, 2008, p. 91-102.

– , « Les relations littéraires au-delà des oppositions binaires : national et international, traduit et non traduit », TTR, 2009, XXII : 2, p. 93-117.

– , « Habitus and Self-Image of native literary translators in diglossic societies », Translation and Interpreting Studies, 2010, 5 : 1, p. 1-19.

Millán-Varela Carmen, « Hearing Voices : James Joyce, narrative voice and minority translation », Language and Literature, 2004, 13 : 1, P- 37-54.

Pym Anthony, Method in Translation History, Manchester, St. Jerôme Publishing, 1998.

Rushdie Salmon, Imaginary Homelands. Essays and Criticism 1981-1991, London, Granta Books, 1991.

schogt H. G, Linguistics, Literary Analysis andLiterary Translation, Toronto/Buffalo/ London, University of Toronto Press, 1988.

Sela-Sheffy Rakefet, « How to be a (recognized) translater : Rethinking habitus, norms, and the field of translation », Target, 2005, 17 : 1, p. 1-26.

Simon Sherry, Translating Montreal. Episodes in the Life of a Divided City, Montreal/ Kingston, McGill-Queen’s UP, 2006.

Stephanides Stephanos, « Translatability of Memory in an Age of Globalization », Comparative Literature Studies, 2004, 41 : 1, p. 101-115.

Stratford Madeleine, « Au tour de Babel ! Les défis multiples du multilinguisme », Meta, 2008, LIII : 3, p. 457-470.

Suchet Myriam, « Translating literary heterolingualism : Hijo de hombre’s French variations » in Anthony Pym & Alexander Perekrestenko (eds), Translation research projects 2, 2009, p. 151-164, http://isg.urv.es/publicity/isg/publications/trp_2_2009/index.htm.

Toury Gideon, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1995.

Notes

1 Nous remercions Francis Mus de ses commentaires précieux.

2 Dans ce qui suit, nous nous référerons à la conception d’Even-Zohar selon laquelle la culture est « the aggregate of options utilized by a group of people, and by the individual members of the group, for the organization of life » ; le concept de « société », désignant plutôt « a large group of people living on a certain territory » (Even-Zohar 1997 : 355- 356), est davantage investi de traits institutionnels et territoriaux.

3 Quelques exemples célèbres : François Rabelais, Pantagruel (1532), Lawrence Sterne, Tristram Shandy (1760), Umberto Eco, Il nome delle Rosa (1980), Anthony Burgess, A Clockwork Orange (1962).

4 Il est entendu que les termes « minoritaire » et « dominant » ne réfèrent pas à des grandeurs numériques, mais à des relations de pouvoir, résultats d’institutionnalisations divergentes. Sur les mécanismes de pouvoir linguistique, voir également Bourdieu (1982).

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search