Version classiqueVersion mobile

Le double en traduction ou l’(impossible ?) entre-deux. Volume 2

 | 
Michaël Mariaule
, 
Corinne Wecksteen

Le scandale de la retraduction ou de la multiplicité du double

Raluca Anamaria Vida

Texte intégral

Introduction

1Parler du double en traduction relève, selon d’aucuns, de la tautologie. Car la traduction est en elle-même une « entité » qui flotte toujours entre, paraît-il, des territoires et des notions complémentaires ; lorsqu’on parle de traduction, on parle surtout de couples : langue-source et langue-cible, auteur et traducteur, texte-source et texte-cible, public-source et public-cible, fidélité ou trahison...

2L’équilibre du terme lui-même, donc sa stabilité ontologique aussi, réside justement dans la complémentarité foncière des couples qui en charpentent le squelette notionnel : dans la traduction, l’auteur, quelque unique et irremplaçable soit-il face à son original, devient le partenaire virtuel du traducteur en tant que producteur d’un texte qu’il faut faire revivre dans une langue autre que la sienne. La langue-source, jusque là toute puissante, s’y trouve réduite à un simple « moyen de faire passer », qu’il faut incessamment, parfois violemment, remplacer afin de permettre au texte en question de devenir accessible mondialement. C’est pourquoi les notions de double, de rapport, de couple, d’entre-deux, ne représentent pas seulement des moyens de théoriser autour du traduire : elles en constituent, pour la plupart des chercheurs, mais aussi des traducteurs, le fondement même, tout comme la complémentarité qui les caractérise vient soutenir, paradoxalement, son équilibre profond.

3Et pourtant il y a, malgré cette tendance généralisante, un produit interlinguistique et interculturel qui dénie la double nature traditionnellement assignée à la traduction. La retraduction – qui représentera, ici, la reprise du traduire d’un original dans une langue-culture-cible où il existe déjà des (re) traductions disponibles de ce même original – anime, malgré sa marginalisation systématique, les débats centrés autour de la multiplicité du traduire depuis que saint Jérôme, le patron des traducteurs, a accompli la première – et, sans doute, la plus durable – retraduction de l’histoire, la Vulgate.

1. Sur la nature multiforme du phénomène retraductif. Retraduction, fidélité et innovation

4Ontologiquement et génériquement parlant, la retraduction, qui s’affirme comme la totalité, à la fois réelle et potentielle, des retraductions disponibles ou possibles d’un même original dans une langue-culture-cible donnée, présente, à la différence de la traduction tout court, une « doublification », voire multiplication, des couples notionnels qui confèrent à cette dernière le statut de produit et de processus biunivoque.

5À la différence du « traduire », « retraduire » implique un double, et souvent multiple, rapport : tout d’abord, il représente le processus de reproduction, voire de recréation, d’un texte-source, habituellement littéraire, dans une langue-culture-cible, alors qu’une version-cible existe déjà dans cette deuxième langue « d’accueil ». Plus encore, le retraduire institue une relation dialectique plus ou moins problématique à la fois, premièrement, entre la retraduction en cause et la ou les (re)traduction(s) qui la précède (nt) et deuxièmement, entre celle-ci et toute retraduction éventuelle (ultérieure), dont elle est censée bloquer la production, au moins pour une période aussi longue que possible. D’où le côté scandaleux de la retraduction par rapport à la traduction, qui, elle, ne connaît pas de rival, car l’original qu’elle rend connu internationalement ne constitue pas une menace pour elle : il lui transfère, tout au contraire, le capital culturel qu’il a acquis grâce à sa consécration nationale.

6La dichotomie la plus classique, peut-être, de l’histoire des débats centrés sur la traduction – fidélité versus trahison / liberté – est doublée, dans le cas de la retraduction, d’une autre dichotomie issue directement de ce paradoxe concurrentiel qui anime tout phénomène retraductif : fidélité versus innovation. En effet, il semble que les oppositions les plus fameuses dans l’histoire traductive reposent toutes sur la recherche obstinée de la fidélité, qui est arrivée à s’identifier, en quelque sorte, à la traduction même : « traduire le sens »/ « traduire la forme », « traduire en prose »/ « traduire en vers » dans le cas de la traduction poétique (voir la fameuse querelle qui opposa Mme Dacier à Houdar de la Motte), traduire à travers des « verres colorés » ou à travers des « verres transparents » (Mounin), « équivalence dynamique »/ « équivalence formelle » (Nida), « traduction-non-texte »/ « traduction-texte » (Meschonnic), « sourciers »/ « ciblistes » (Ladmiral).

7Pourquoi donc remplacer deux antinomies désormais classiques (fidélité/ trahison et fidélité/liberté) par une autre, à savoir fidélité/innovation ? La réponse est toute simple : parce qu’il ne s’agit pas d’une antinomie, car c’est la fidélité même qui est soumise sans cesse à un travail innovateur à travers la retraduction. D’autre part, si la liberté et la trahison sont toujours définies par rapport à, et à partir de l’original (tout comme la fidélité, d’ailleurs), l’innovation est la seule notion qui exprime le mieux l’« interrelationnement » qui caractérise les (re)traductions d’un même original les unes par rapport aux autres via leur fidélité subjective envers l’original.

8Le couple fidélité-innovation illustre de la sorte parfaitement la nature doublement seconde (chronologiquement et ontologiquement parlant) de la retraduction : chaque retraducteur doit prendre en compte à la fois l’original et son auteur (rapport de fidélité) et ses rivaux directs, à savoir les retraducteurs qui ont fourni des versions-cibles précédant la sienne et qu’il faut remplacer auprès du public grâce à une idéologie traductive nouvelle (rapport d’innovation). Et nous verrons, plus loin, que ce va-et-vient incessant qui déchire les retraducteurs, lesquels doivent rester fidèles tout en étant, en quelque sorte, obligés d’innover afin de s’imposer devant un public disposant d’un nombre croissant de versions d’un même original, conduit à une manière d’analyser le phénomène retraductif basée sur la concurrence acerbe que fait ressortir la mise en face à face des stratégies traductives déployées dans les retraductions congénères.

2. Dryden et Goethe : la multiplicité du traduire dans le passé

9Bien que le terme de « traduction » soit employé extensivement lorsqu’il s’agit de parler de la retraduction, le fait qu’il ne réussit pas à rendre compte de la nature doublement seconde de cette dernière cache l’interrelationnement retraductif, qui est l’une des caractéristiques de base de tout phénomène interlinguistique itératif et qui instaure une rivalité active (que le « re- » fait ressortir de manière nette) entre les retraductions d’un même original. Le « re- » de « retraduction » annonce la hiérarchisation chronologique qui entretient la rivalité multiforme instaurée grâce au choix qui peut être opéré par le public-cible commun des retraductions d’un même original.

10Ce que nous affirmons ici de manière explicite n’est pas nouveau. Dans le passé, il y a eu des taxinomies qui ont dépassé l’étemel clivage entre la restitution fidèle du sens ou de la forme, prôné même dans le cas de théoriciens célèbres du XXe siècle, tels que Nida (voir son opposition entre l’« équivalence dynamique », qui privilégie l’équivalence de la réponse, et l’« équivalence formelle », qui poursuit la littéralité de la forme) ou Meschonnic, qui oppose à la « traduction-introduction » (ou « traduction-non-texte ») la « traduction-texte », seule capable de mettre en place une poétique traductive basée sur la reproduction du rythme original et sur le « décentrement » des structures linguistiques-cibles. Il s’agit, plus précisément, du modèle ternaire de Dryden et du système retraductif de Goethe.

2.1. Dryden et ses trois manières de traduire

  • 1 John Dryden, cité par George Steiner, Après Babel, Paris, Albin Michel, 1978, p. 240.

11Dryden réussit à proposer un inventaire des modes de traduire qui échappe à la simple dichotomie classique « traduire le sens » ou « la lettre ». Sa première variante de traduction est constituée par la métaphrase. Elle désigne le passage mot à mot, au cours de l’acte traductif, d’une langue-source à une langue-cible, et Dryden l’illustre par la traduction de Ben Johnson de l’Art poétique d’Horace. A l’autre bout de sa classification se trouve ce qu’il appelle imitation, dans laquelle le traducteur – s’il mérite encore ce nom ! – prend la liberté d’altérer, parfois complètement, non seulement la forme, mais aussi le sens du texte original. Il reste une troisième possibilité, que Dryden qualifie comme la meilleure, et qu’il affirme avoir accomplie dans sa propre traduction. C’est la paraphrase, ou la « traduction large dans laquelle le traducteur ne perd pas de vue l’auteur, afin de ne pas s’égarer, mais serre de moins près les mots que la signification qui peut être parfois développée mais jamais modifiée »1.

2.2. Le système retraductif de Goethe

  • 2 Wolfgang Johann Goethe, Poésies diverses, Pensées, Divan oriental-occidental, traduit en français p (...)

12Le système circulaire de Goethe, présenté dans la postface du Divan oriental-occidental2 (1819) est emblématique du traitement analytique de la retraduction, car il introduit dans la problématique de sa classification, sans pourtant lui imposer une terminologie définitive, la question chronologique. Sa catégorisation s’efforce d’inscrire le trinôme évolutif des versions successives d’un original dans une sorte de cycle capable de joindre les deux bouts de toute tentative traductive à l’aide d’une transition harmonieuse de l’étranger au national. Sa première variante traductive initie le public-cible à la culture-source tout en se situant dans des paramètres propres à la littérature nationale qui lui sert de berceau. S’ensuit, comme une conséquence naturelle de cette traduction (ou première variante), qui introduit le texte-source dans la littérature nationale-cible, la deuxième version (ou, dans nos propres termes, la première retraduction). Celle-ci se définit ontologiquement par une opération de « domestication », d’appropriation, visant à produire dans l’espace culturel d’accueil un substitut qui présente le contenu original sous une forme spécifique à la langue-culture et à la tradition littéraire-cibles.

13Une fois de plus, la troisième variante, qui correspond cette fois-ci à un troisième temps du phénomène traductif, est qualifiée de meilleure. Elle se distingue comme étant capable d’abandonner les deux cultures spécifiques que les versions antérieures ont rapprochées et de s’affirmer comme « version interlinéaire ». Placée sous le signe d’une intuition véritablement recréatrice et d’une symbiose à même de maintenir l’écart entre l’unicité de l’original et la nouveauté de son entéléchie, elle peut agir a posteriori sur celui-ci également, en le rendant productif par le renouvellement qu’il opère au sein de la langue-cible.

14Nous avons tenu à décrire les systèmes drydenien et goethéen parce que leur point de départ repose sur l’acceptation de la multiplicité des versions traductives, donc des retraductions. Si, pour Dryden, la classification se situe hors de l’histoire (puisque la paraphrase, la métaphrase et l’imitation peuvent être élaborées dans n’importe quel ordre chronologique), chez Goethe l’analyse des trois versions possibles suit un mouvement chronologique linéaire aboutissant à la retraduction idéale. Cette double manière d’envisager et d’analyser le phénomène retraductif nous a aidée à comprendre non seulement qu’une approche complète de la retraduction doit contenir un système analytique basé sur une double perspective, à la fois synchronique et diachronique, mais que la complexité de sa problématique impose l’élaboration d’une méthode efficace d’analyse basée sur l’observation évolutionniste des enchaînements retraductifs qui pourraient lui servir de corpus illustratifs.

3. L’analyse de la retraduction basée sur la multiformité foncière du phénomène retraductif. Le complexe causationnel en réseau

15C’est la double non-originalité de la retraduction qui doit être retenue dans une analyse de la retraduction : d’abord, elle comporte, tout comme la traduction, un original auquel elle est censée rester fidèle ; ensuite, elle s’insère dans un enchaînement de productions homologues librement disponibles dans une même culture-cible, ce qui suppose un choix supplémentaire de la part du lecteur-cible, choix régi par des critères de sélection nettement plus subjectifs que dans le cas d’une (première) traduction, tels la notoriété d’un certain retraducteur ou la promesse d’une fidélité accrue annoncée dans une éventuelle préface.

  • 3 Le terme d’« agglomération » a plusieurs valences, selon le Petit Robert : « 1. Fait de s’agglomére (...)
  • 4 « [...] a happy plurality of voices » (Geoffrey Wall, « Retranslating Madame Bovary », in Palimpses (...)
  • 5 « [...] posthumous conversation » (Ibid).

16Comme nous l’avons déjà dit, le rôle novateur qui caractérise la retraduction est une conséquence directe de la rivalité multiple qu’elle institue au sein de la même langue-culture. Cette évidence est d’autant plus saillante lorsque les retraductions se multiplient dans un laps de temps très court, et que leur multiplication est très difficile, sinon impossible, à justifier par des facteurs objectifs tels que la nécessité, qui, elle, caractérise tout transfert interlinguistique premier. Dans certains cas, les retraductions semblent s’accumuler autour de certains « nœuds » chronologiques dans de véritables « agglomérations retraductives »3, ce qui entretient une concurrence active entre les différentes versions. C’est alors qu’intervient le dialogue inter-retraductif, explicite ou non, qui assurera l’épaisseur temporelle du phénomène retraductif, à travers ce que Geoffrey Wall appelle « a happy plurality of voices »4 réunies dans une « conversation posthume »5.

17L’analyse déployée dans ce qui suit est censée saisir le rapport chronologique inter-retraductif pour rendre compte de la multiformité scandaleuse du phénomène retraductif. Elle est basée sur ce que nous appelons un « complexe causationnel en réseau ». Partant du système aristotélicien de la « causation » quadruple, telle qu’elle est détaillée par Anthony Pym (Method in Translation History, 1998), le complexe causationnel est dialectisé par l’introduction d’une cinquième « cause », la cause « temporelle », seule capable de rendre compte du fonctionnement interne des phénomènes retraductifs.

18Dans son livre Method in Translation History, publié en 1998, Anthony Pym utilise le terme de « causation » (en anglais dans l’original) pour parler du fait que chaque traduction est constituée d’un complexe de causes qui, selon l’exemple aristotélicien de l’objet en tant que rapport de causes qui font de lui ce qu’il est, investissent la traduction de l’épaisseur ontologique propre à tout produit humain. Nous choisissons d’employer le calque « causation » (et l’adjectif correspondant, « causationnel »), au lieu de « causalité » (et, respectivement, « causatif »), parce que la « causation » désigne l’ensemble des principes premiers qui sont à l’origine et qui déterminent un objet-produit élaboré par un acteur humain – dans notre cas, la (re)traduction en tant que transfert interlinguistique.

  • 6 Rappelons-nous, à cet égard, les dires d’un Walter Benjamin : « Une traduction est une forme. Pour (...)

19À la différence de « causalité », qui désignerait le processus, la raison ou l’élément déclencheur qui rend compte de l’apparition d’un événement ou d’un produit (du type cause-effet, donc « le pourquoi » d’un produit), la « causation » nous aide à décortiquer le complexe de causes qui font d’un objet ce qu’il est. Le système causationnel est formé, chez Aristote et chez Pym, par quatre causes fondamentales : la cause matérielle (composée par l’original, son auteur, la langue-culture-cible), la cause formelle (les stratégies / normes imposées ou mises en œuvre pendant le processus retraductif, que nous identifions à l’« idéologie traductive » adoptée ou élaborée par le (re) traducteur afin d’aboutir au produit final), la cause finale (la visée du (re) traducteur, le public-cible) et, enfin, la cause efficiente (le (re)traducteur lui-même, qui s’inscrit dans le texte de la manière dont l’auteur s’inscrit dans l’original ; c’est lui qui assure le passage à l’acte de la « potentialité traductive » illimitée6 contenue dans l’original).

20Si nous prenons en compte la nature scandaleusement, car doublement, non-originale des retraductions et le fait qu’elles s’entrelacent chronologiquement et sont liées entre elles de par leur parenté commune (dictée par le retour incessant au même original), mais aussi grâce aux relations de rivalité dictées par leur inscription dans un même système culturel-cible, il s’ensuit que la, les (re)traduction(s) précédant une retraduction donnée constitue (nt), aristotéliciennement parlant, elle(s)-aussi des causes. Des causes qui ne peuvent être rattachées à aucune des quatre causes aristotéliciennes présentées par Pym.

21C’est pourquoi, afin d’aboutir à une analyse de la retraduction, le découpage du système causationnel en quatre causes seulement doit être dynamisé, dialectisé une fois de plus, dans le sens où la temporalité intrinsèque à tout phénomène retraductif doit devenir, elle aussi, visible à travers l’interrelationnement multiple qui définit les retraductions d’un même original. Or, une (re)traduction précédant une certaine retraduction ne peut être associée à une seule cause, soit-elle matérielle, formelle, finale ou efficiente, puisqu’elle est régie, à son tour, par un complexe de causes parfaitement homologue à celui de n’importe quelle version faisant partie d’un enchaînement retraductif. Pourtant, et malgré le fait que la/les (re)traduction(s) antérieure(s) à une retraduction donnée n’entre (nt) pas, à proprement parler, dans l’élaboration de celle-ci en tant qu’élément(s) constitutifs), elle(s) en influence (nt) le choix de l’idéologie traductive à adopter, allant jusqu’à en déterminer l’existence même, si la nécessité de renouveler l’accès à l’original est dictée par l’évolution de la langue-culture-cible (la (re)traduction antérieure étant vieillie).

22Les retraductions précédentes constituent, à leur tour, elles aussi des causes, car elles s’entrelacent, chronologiquement parlant. Où exactement les placer dans le quatuor causationnel aristotélicien ? La réponse est la suivante : pour les insérer dans le complexe de causes qui déterminent un phénomène retraductif, le découpage du système causationnel en quatre causes seulement devrait être dynamisé, dialectisé une fois de plus, car la temporalité intrinsèque à toute manifestation retraductive devrait devenir, à l’instar du retraducteur dans le quatuor initial, elle aussi visible à travers une cinquième cause, la cause temporelle.

23La cinquième cause temporelle est indispensable à l’étude analytique de la retraduction : c’est en mettant en rapport temporel les (re)traductions qui forment un phénomène (enchaînement) retraductif que nous pouvons nous rendre immédiatement compte, sans même nous pencher sur les produits (re) traductifs proprement dits et sur leur relation avec l’original, quelle cause du quatuor aristotélicien prend le devant de la scène lors d’un nouveau transfert interlinguistique. Pour ce qui est, par exemple, des retraductions dominées par des causes plutôt « objectives », telles le vieillissement de la langue ou le remplacement d’une génération de lecteurs par une autre, marquée par des goûts différents (englobées dans la cause matérielle ou dans la cause finale), elles peuvent être très facilement repérées par la mise en œuvre de la cause temporelle : là ou l’écart chronologique (Tn – Tn-l) est assez grand (plusieurs décennies, voire siècles), le chercheur peut être sûr qu’il s’agit de ce type particulier de traduction et aller puiser ses recherches dans la cause qui subit des modifications notables (la cause matérielle dans le cas des traductions obsolètes).

24Par contre, dans le cas d’une prolifération retraductive hors du commun (voir l’agglomération retraductive repérée dans le cas du phénomène retraductif mallarméen analysé plus loin), qui sera toujours très facilement observable grâce à la cause temporelle, ce ne sont plus les causes matérielle ou finale qui constituent l’élément déclencheur du processus retraductif, mais, tout au contraire, la volonté subjective du retraducteur de prouver au public-cible qu’il peut renouveler la fidélité envers l’original grâce à une idéologie traductive novatrice, qui l’aide à s’imposer sur le « marché retraductif » et à dominer ses prédécesseurs immédiats. Cette fois-ci, la volonté novatrice et essentiellement personnelle du retraducteur sera englobée dans la conjonction des causes formelle (l’idéologie traductive mise en œuvre) et efficiente (le retraducteur lui-même).

  • 7 La matrice désigne l’ensemble ordonné de n×p nombres, généralement présentée sous la forme d’un tab (...)

25La dialectisation des systèmes (quatuors) causationnels isolés (c’est-à-dire fixés à des moments précis de l’histoire de par l’appartenance des (re) traductions qui les dominent à une époque donnée), réalisée par la mise en avant de la cinquième cause temporelle, transforme ces mêmes systèmes, une fois mis ensemble, en un réseau matriciel complexe (dans le sens mathématique du terme7), ouvert et régi par l’entrecroisement des « nœuds » causationnels (à savoir les causes des différentes (re)traductions) à différents paliers (para) textuels plus ou moins visibles. C’est pourquoi une analyse en réseau, qui mette en rapport les différentes causes des retraductions composant un phénomène retraductif donné, nous aide à comprendre le fonctionnement intime de ce dernier. Une analyse verticale, « en colonne »– les retraductions analysées contrastivement du point de vue d’une des causes, telle la cause formelle dominée par l’idéologie traductive officielle (objective) ou personnelle (subjective) – est donc mise en rapport avec une analyse horizontale, « en ligne » (des retraductions par rapport à l’original, d’un point de vue stylistique, linguistique, compositionnel ou autre). Les conclusions de ces analyses partielles sont, elles aussi, mises incessamment en contact, pour que le déroulement analytique soit à même de surprendre la nature scandaleusement protéiforme de la retraduction, de répondre à la question lancinante de son vieillissement / oubli / remplacement prématuré ou de justifier la consécration d’une de ses versions.

4. L’analyse du phénomène retraductif anglais des Poésies de Mallarmé : les dernières retraductions

  • 8 Il s’agit du sixième vers du sonnet mallarméen « Le Tombeau d’Edgar Poe ».

26Le phénomène retraductif anglais débute, dans le cas des poésies mallarméennes, dans la première moitié du XXe siècle, par deux volumes publiés à Londres à neuf années de distance l’un de l’autre. Le Stéphane Mallarmé in English Verse by Arthur Ellis paraît en 1927. Il est suivi, en 1936, par les Poems of Stéphane Mallarmé, retraduits par Roger Fry. Après une période de « trêve retraductive » – qui dure plus d’un demi-siècle et pendant laquelle « seulement » trois retraducteurs, le poète américain C.F. Macintyre {Selected Poems, 1957), et les poètes britanniques Anthony Hartley (Mallarmé, 1965) et Keith Bosley (The Poems of Mallarmé, 1977) choisissent de se mesurer à Mallarmé – l’intérêt des traducteurs, mais aussi des poètes, pour l’œuvre poétique de celui qui fut couronné « Prince des poètes » en 1896, semble augmenter incessamment. Depuis 1990 et jusqu’en 2006, six retraductions voient le jour, dont deux en Grande Bretagne (les Poems of Mallarmé de Brian Coffey, publiés à Londres en 1990 et le volume intitulé The Meaning of Mallarmé : A Bilingual Edition ofhis Poésies ’ and ‘Un coup de Dés’, signé par Charles Chadwick et paru en 1996 en Écosse, à Aberdeen), trois aux États-Unis (les Collected Poems d’Henry Weinfield, [1994], un volume dont le titre reproduit l’un des vers les plus fameux de Mallarmé8 – To Purify The Words of the Tribe : The Major Verse Poems of Stéphane Mallarmé – signé par la poète (sse) Daisy Aldan [1999], et les Collected Poems and Other Verse, retraduits par les Australiens E.H. et A.M. Blackmore en 2006) et une sur Internet (les Selected Poems de A.S. Kline, pseudonyme de Tony Kline, disponibles depuis 2004 sur le site en libre accès du traducteur, www.tonykline.co.uk).

27À partir de la dernière décennie du XXe siècle, donc, aux États-Unis, en Grande Bretagne, voire sur Internet, poètes, professeurs, traducteurs professionnels ou amateurs, semblent vouloir relever le défi de la poétique mallarméenne à travers des approches et des techniques à la fois divergentes et convergentes. Les divergences relèvent surtout de leurs idéologies personnelles vis-à-vis de la traduction poétique en général et de la possibilité de retraduire Mallarmé à travers la recréation du sens ou, dans la mesure du possible, de la forme – rythme, prosodie, rime y compris – que revêtent ses poésies, tandis que les convergences caractérisent principalement la disposition des recueils, car dans leur grande majorité, toutes ces retraductions, toujours bilingues, à une exception près – A.S. Kline, le retraducteur « internaute » – sont accompagnées de para-textes explicatifs renvoyés à la fin du volume et appelés, selon le cas, « Commentary » chez Henry Weinfield (1994), « Expositions » chez Daisy Aldan (1999), voire « Explanatory Notes », chez les Blackmore (2006).

28Dans les lignes suivantes, nous nous concentrerons sur la dernière « agglomération » retraductive, qui se caractérise par la multiformité idéologique qu’elle manifeste, puisqu’elle contient les retraductions d’une poète new-yorkaise (Daisy Aldan) et d’un mathématicien internaute anglais (A.S. Kline), ainsi que la retraduction à quatre mains des professeurs universitaires australiens E.H. et A.M. Blackmore.

4.1. La retraduction de Daisy Aldan

29Après presque un demi-siècle d’activité créatrice, traductive, et pédagogique prolifique, Daisy Aldan achève, en 1999, sa retraduction de cinquante-quatre poésies mallarméennes, accompagnées de son fameux désormais « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard »/ « A Throw of The Dice Will Never Abolish Chance » et publiées dans le recueil bilingue To Purify the Words of the Tribe. Une inadvertance saute aux yeux du lecteur dès qu’il ouvre le florilège en question : si l’une des plus fameuses phrases du « prince des poètes » constitue le titre, en anglais, du livre (en original : « Donner un sens plus pur aux mots de la tribu », sixième vers du « Tombeau d’Edgar Poe »), la retraduction même du poème offre une autre version du même vers : « They, like a Hydra ’s vile spasm on hearing the angel / Once give a purer meaning to the -words of the tribe » (Aldan 1999 : 93). La réduction du groupe infinitif opérée dans le titre est remplacée, dans la poésie, par une traduction littérale, ce qui donne à penser que le vers en question a tout simplement été isolé de son contexte d’origine, puis ajusté de sorte qu’il serve d’« en-tête » représentatif du livre tout entier.

30Les « Expositions » qu’Aldan offre à son public visent toujours à clarifier les poésies, qui sont analysées de façon pédagogique, pour ne pas dire simpliste. Une grande partie des sonnets sont découpés en quatrains et en tercets habituellement expliqués à l’aide d’une ou deux phrases. Néanmoins, Aldan se penche parfois sur la structure prosodique des poésies, sur laquelle elle attire l’attention à l’aide d’un « notez » persuasif, qu’elle investit d’une véritable force perlocutoire : « Note the ingenious rhyme scheme : terza rima » (Aldan 1999 : 177) ; « Note the brilliant Sound structure » (Aldan 1999 : 203).

  • 9 « Here we note the obsession of the poet [...] » (Aldan 1999 : 168) ; « we note again Mallarmé’s ob (...)

31Les phrases qui composent les expositions, toujours courtes et souvent parsemées d’un « nous » inclusif spécifique à la visée pédagogique qui caractérise le discours aldanien9 viennent à l’encontre de son idéologie traductive, qui allie la vulgarisation de la poésie mallarméenne à une « traduction-approximation » (au sens etkindien du syntagme) où les vers blancs ou libres, émancipés des contraintes prosodiques, ne reproduisent le rythme original que partiellement, normalisant, par-dessus le marché, la syntaxe mallarméenne. Bien que la retraductrice admette, dans son « Foreword », que « The majesty of Stéphane Mallarmé ’spoetry résides not alone in the lofty ideas andprofoundandpoignant strivings, but in the form, the verse and Sound structures which [...] contain the attributes which can thrill a lover of the art of poetry » (Aldan 1999 : vi), elle estime que les traductions, faute de pouvoir reproduire fidèlement la forme et la structuration originale, « must serve only as keys » (Aldan 1999 : vi).

32Selon Aldan, la libération du vers des contraintes métriques ne doit pas conduire à la littéralité, ni transformer les traductions en simples « versions deviating from the original » (Aldan 1999 : vi). Elle devrait, au contraire, permettre au retraducteur de « saisir », afin de la refaire, l’« expérience » mallarméenne, ce que les autres (re)traductions auraient manqué de faire :

Havingfound no translations presently existing which seem consistently to grasp the experience of this profound individual, I have taken up the challenge in an attempt to bring the translation into English one step further. (Aldan 1999: vi).

  • 10 En voici le co-texte original : « Hyperbole ! de ma mémoire / Triomphalement ne sais tu / Te lever, (...)

33Malheureusement, refaire l’expérience de « cet individu profond » s’identifie chez Aldan à une normalisation de la syntaxe mallarméenne entraînant une monotonie sémantique qui désensorcelle le verbe original. La première strophe de « Prose », qui opère l’antéposition du syntagme prépositionnel « de ma mémoire » (qui pourrait, justement à cause de ce déplacement, être rattaché, en tant que complément du nom, à « Hyperbole »10) et de l’adverbe de manière « triomphalement », ainsi que l’inversion du complément du nom « vêtu de fer » (« Hyperbole ! De ma mémoire / Triomphalement ne sais tu / Te lever, aujourd’hui grimoire / Dans un livre de fer vêtu : ») est retraduite à l’aide de déplacements qui « lissent », dans les trois cas, la syntaxe originale : « Hyperbole ! do you not know / How to rise triumphantly / From my mernory, today a grimoire /In a tome bound in iron : » (Aldan 1999 : 55).

34La nouvelle phrase mallarméenne devient d’une platitude inquiétante, et cet exemple n’est guère singulier : dans « Une négresse par le démon secouée », le déplacement du participe passé passif est contrecarré, en traduction, par une restructuration phrastique, à laquelle viennent s’ajouter un déplacement d’ordre sémantique (« secouée », suggérant à la fois la possession par le démon et les soubresauts qui en résultent, est retraduit par un « possessed » nettement plus appauvrissant) et une commutation du déterminant (« le démon » versus « a démon »), qui réduit la force maléfique généralisée (ici, « le démon » renvoie plutôt au « diable », au sens religieux, et non mythologique, du mot) suggérée par l’article défini générique : « A Negress possessed by a démon » (Aldan 1999 : 15).

35Si le désir le plus grand de Daisy Aldan est d’« assister les lecteurs » dans leur « expérience » des poèmes mallarméens (« I hope [... ] to assist readers in truly experiencing the poems » (Aldan 1999 : vi)), son idéologie traductive vulgarisatrice-instructive en anéantit trop souvent la syntaxe recherchée – qui rend la phrase imprévisible et nuit à sa transparence signifiante – sans parler de la rime, totalement absente dans la retraduction. Il faut, néanmoins, saluer la préservation du vocabulaire rare que Mallarmé a tant affectionné (« grimoire » est retraduit, dans « Prose », par l’emprunt « grimoire » ; le « calice clair » de « Toast funèbre » est retraduit littéralement par « clear chalice », etc.). Malheureusement, le respect rencontré au niveau du vocable s’allie souvent à l’aplatissement syntaxique. Si, chez Mallarmé, le but suprême de la poésie est de « donner un sens plus pur aux mots de la tribu » à travers une architecturation dynamique de la phrase, Aldan semble vouloir refaire le chemin inverse et restituer ce « sens pur » à la « tribu des lecteurs » libres d’en faire, désormais, l’expérience, aussi linéaire soit-elle.

4.2. La retraduction de A.S. Kline

36« Postées » sur Internet en 2004 afin qu’elles soient accessibles et librement téléchargeables, en un clic, par n’importe quel « navigateur », les retraductions mallarméennes du mathématicien britannique A.S. Kline (de son vrai nom Tony Kline) font partie de son projet titanesque Poetry in Translation, qui est, d’ailleurs, le nom de son site personnel, http://www.tonykline.co.uk.

  • 11 http://www.tonykline.co.Uk/PITBR/French/MallarmeUnCoupdeDes.htm#_Toc 160 699754 (sur le site « Poe (...)

37La vulgarisation que vise A.S. Kline, dans le cas de Mallarmé comme des autres auteurs retraduits, est d’un autre ordre que celle de Daisy Aldan : son désir est de faire connaître à un nombre aussi grand que possible de lecteurs anglophones les œuvres d’auteurs consacrés, qu’il (re)traduit selon une « e-déologie » traductive qui lui est totalement propre. Il est le seul, d’ailleurs, parmi les retraducteurs anglophones à ne pas opter pour une présentation bilingue des retraductions – à une exception près, « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard », dont la retraduction, « A Throw of the Dice Will Never Abolish Chance », élaborée seulement en 200711, est précédée par le texte original, ainsi que par une brève présentation du poème par Kline lui-même et par une traduction de la Préface de Mallarmé à l’édition de 1897.

38Ses trente-sept retraductions mallarméennes sont présentées sur la page en ligne comportant le titre de Mallarmé : Selected Poems. Elles comprennent une sélection des plus fameuses poésies du barde : de « Salut »/ « Toast » ou « Placet futile »/ « Futile Petition » jusqu’à « Brise Marine »/ « Sea Breeze », elles passent par les « Tombeaux » (de Baudelaire, de Verlaine, d’Edgar Poe), par les sonnets mallarméens les plus remarquables (« Quand l’ombre menaça... », « Le vierge, le vivace... », « Victorieusement fui... » et « Le Sonnet en – yx »/ « Ses purs ongles très haut... »), sans oublier « Prose » ou « L’après-midi d’un faune ». La mise en rimes, qui n’est pas toujours parfaite, essaie de suivre la disposition originale.

39En raison de son effort manifeste pour offrir au grand public internaute des poèmes rimés, la syntaxe et le vocabulaire mallarméens sont souvent assujettis à diverses transformations syntaxiques et / ou prosodiques. Le premier vers d’« Une négresse... »/ « A negress... » : « Une négresse par le démon secouée » est retraduit par un déplacement de « possessed » en tête de vers, déplacement qui compense, par son étrangeté syntaxique par rapport à l’anglais, l’interposition du complément d’agent entre le sujet et le participe passé opérée dans l’original : « Possessed by a demon a negress ».

  • 12 Cf. http://www.tonykline.co.Uk/PITBR/French/MallarmeUnCoupdeDes.htm#_Toc 160699754 ; page consultée (...)

40Malgré ses réussites, parfois remarquables, surtout au niveau prosodique, voire syntaxique, les seules paroles appartenant à A.S. Kline, rencontrées dans la brève présentation qui précède sa retraduction d’« Un Coup de dés... », révèlent une attitude mi-modeste, mi-orgueilleuse envers son propre travail de retraducteur : « [t]he English ‘translation’ is offered as an equivalent text to, or interpretation of, the original »12. Kline identifie ses retraductions à la fois à des équivalents dignes de se mesurer à l’original et à des interprétations de celui-ci ; sans doute ce rapprochement de ses versions à des interprétations relève des modifications, parfois plus grandes que d’autres, que son effort considérable pour recréer des schémas ry (th) miques mallarméens a entraînées.

4.3. La retraduction d’E-. H. et A.-M. Blackmore

41Les Collected Poems and Other Verse [Poésies complètes et autres vers] d’E.H. et d’A.M. Blackmore sont la dernière retraduction mallarméenne à avoir été publiée en anglais, en 2006. En tant que toute dernière retraduction, elle porte un double fardeau : elle a le nombre le plus grand de rivales, et elle doit essayer de rester « la dernière » aussi longtemps que possible, car ce statut est le seul à la différencier des autres retraductions aux yeux du public-cible contemporain, surtout dans une société régie par les lois du marché de consommation, où « dernier » équivaut toujours à meilleur. Car, s’il y a un quelconque critère de sélection décisif choisi par le lecteur/acheteur occidental par rapport à un classique étranger, celui-ci est représenté précisément par la « nouveauté » de la retraduction. Or, étant donné que Mallarmé avait déjà connu neuf retraductions anglaises, dont cinq étaient parues à partir de 1990, et que Oxford University Press avait déjà publié une retraduction assez appréciée des poésies de Mallarmé en 1937 : Poems of Stéphane Mallarmé, accomplie par Roger Fry et accompagnée de commentaires de Charles Mauron, la publication d’une nouvelle retraduction devait apporter quelque chose qui lui permette de concurrencer ses homologues dans un domaine où la nouveauté restait encore possible.

42Au niveau de la traduction poétique proprement dite, tout avait déjà été expérimenté par les (re)traducteurs précédents : la (re)traduction-recréation rimée (Ellis, Weinfield), la traduction en vers blancs (Maclntyre, Aldan), la transposition de la poésie en prose (Chadwick), l’adaptation-imitation (Ciaran), voire la retraduction rimée sur Internet (Kline). Que proposer de nouveau dans ces conditions de « saturation retraductive » ? Premièrement, une retraduction à quatre mains. La double signature assure, chez certains lecteurs, la qualité d’un travail en équipe, où c’est toujours la meilleure solution qui est retenue pour une version finale. Deuxièmement : étant donné que la dernière retraduction publiée, celle de Daisy Aldan, était en vers blancs, ils remettent à l’honneur la traduction rimée.

43Dans ces circonstances, le seul moyen de se démarquer par une quelconque unicité résiderait, peut-être, non pas dans la forme, mais dans le contenu proprement dit du recueil en question. En effet, d’après la « Note on the Text and Translation », qui débute précisément par la présentation du contenu du volume, le lecteur est averti, dès les premières lignes, qu’il y trouvera toutes les poésies rassemblées par Mallarmé en 1894 sous le titre de Poésies, ainsi que les Poèmes en prose publiés en 1897 dans le volume Divagations et « Un Coup de dés... » préparé en vue de la publication en 1897. C’est surtout dans le choix de l’original à traduire que résiderait l’unicité mondiale de la dernière édition : étant donné qu’il n’existe aucune autorisation écrite, de la part de Mallarmé lui-même, par rapport à la publication des poésies qu’il n’avait pas expressément insérées dans la collection mise au point avant sa mort, les Blackmore décident de respecter scrupuleusement le manuscrit de 1894, reléguant toutes les autres poésies dans la première « Annexe » qui suit la section intitulée « Poésies / Poetical Works ».

44Les Collected Poems réussissent donc à retrouver une sorte de « fidélité de base » envers Mallarmé, fidélité qui passe par le respect de « l’architecture » élaborée par le poète lui-même, et qui dépasse les frontières de la langue anglaise, puisque même les éditions françaises, donc originales, pècheraient par infidélité envers l’organisation du fameux « Livre » mallarméen. Cette manière astucieuse de rejoindre l’original en manuscrit, par-delà les éditions publiées dans la langue-culture-source, leur assure l’unicité tant recherchée au niveau basique de la mise en recueil des poésies mallarméennes.

45D’autre part, les Blackmore sont les seuls, parmi les retraducteurs anglophones, à mentionner explicitement d’autres retraductions mallarméennes antérieures à la leur, recourant à une métaphore suggestive pour justifier la prolifération des retraductions mallarméennes : « [t]he more incurable the disease, the greater the diversity of treatments offered for it » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : ixxx). Henry Weinfield, Daisy Aldan ou Charles Chadwick sont mentionnés non pas pour être critiqués, mais en tant que véritables devanciers qui ont essayé, à leur tour, de dépasser les difficultés que toute (re)traduction de Mallarmé présuppose. Il est intéressant de remarquer que, par le fait qu’ils nomment les trois retraducteurs qui les précèdent de près – Kline, avec ses retraductions sur Internet est, bien entendu, laissé de côté – ils s’insèrent explicitement dans le phénomène retraductif mallarméen qu’ils sont censés sinon couronner, au moins prolonger avec succès. Mais leur désir d’unicité prend, encore une fois, le devant de la scène : ils n’oublient pas de mentionner que presque toutes les retraductions anglaises ont eu comme texte de départ l’édition de la Pléiade de 1945, et que leur version, synthétise « [...] the results of the last six decades of Mallarmé research » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : xxxi).

46Au niveau des techniques retraductives proprement dites, ils prennent le soin d’attirer l’attention sur le fait qu’ils ont modifié la ponctuation toutes les fois que la syntaxe française s’est avérée trop ambiguë pour les habitudes du lecteur anglophone. Toujours en vue d’une plus grande fluidification de la lecture, ils renoncent aux majuscules là où le début du vers ne marque pas le début d’une nouvelle phrase : cette stratégie typographique serait issue de « […] preliminary experiments » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : xxx), pendant lesquelles ils ont découvert que les lecteurs trouvaient que les retraductions étaient plus faciles à suivre si les vers commençaient par une minuscule.

47Bien que les rimes qu’ils utilisent suivent la tradition anglaise, qui semble être « [...] less tolerant of rime riche than French » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : xxx), elles respectent assez souvent la disposition originale. La retraduction de « Prose », par exemple, reproduit fidèlement le schéma rimique mallarméen (abab/cdcd, etc.) : « Hyperbole ! can you not rise / from my memory triumph-crowned, / today a magic scrawl which lies / in a book that is iron-bound » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : 53), et ce, malgre le fait que, tout comme Daisy Aldan, les retraducteurs redistribuent les éléments phrastiques en vue d’une normalisation syntaxique. Dans « Une négresse... »/ « A negress... », le premier vers est réorganisé, toujours en vue d’un ajustement propre aux lois syntaxiques anglaises : « Une negresse par le démon secouée » versus « A negress aroused by the devil is longing » (E.H. et A.M. Blackmore 2006 : 191).

48La recherche à tout prix de l’unicite absolue, accompagnee par le souci d’offrir au lecteur anglophone une retraduction rimée et rythmée qui ne déstabilise pas, pour autant, ses habitudes syntaxiques et lexicales, semblent etre les ingrédients de l’idéologie traductive sur laquelle misent les retraducteurs australiens de Mallarmé et grâce à laquelle ils espèrent dominer, aussi longtemps que possible, le phénomène retraductif anglais des Poésies de Mallarmé. Pour l’instant, leur succes semble garanti : ils figurent en tant que best-seller absolu dans le cas des livres mallarmeens (poesie, prose, correspondance y compris) sur le site http://www.amazon.com. Il reste a voir s’ils garderont cette position une fois qu’une nouvelle retraduction verra le jour.

49Si les considérations que nous avons re levées à propos des trois « conduites » retraductives différentes envers l’œuvre mallarméenne relèvent plutôt de l’axe vertical du complexe causationnel, il est impératif de dialectiser l’examen des diverses ideologies traductives en le mettant en rapport avec une analyse comparative, à l’« horizontale », de quelques vers retraduits du point de vue de leur fidélité envers l’original, mais aussi envers les ideologies traductives propres à chacun des retraducteurs. Dans ce sens, l’analyse des trois premiers vers du poème « Brise marine » nous permettra de voir dans quelle mesure les retraducteurs sont fidèles ou innovateurs envers l’original, envers eux-mêmes, mais aussi envers le public-cible qu’il faut seduire afin de garantir la survie de leurs propres produits.

4.4. Analyse contrastive des premiers vers de « Brise marine »

La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D’être parmi l’écume inconnue et les cieux ! (Stéphane Mallarmé)

The flesh is sad, alas! and I’ve read all the books.
To escape! To flee far away! I sense the birds drunk
With joy to be amid foreign foam and skies! (Daisy Aldan 1999: 37)

The flesh is sad, alas! – and I’ve read all the books.
Let’s go! Far off. Let ’s go! I sense

That the birds, intoxicated, fly
Deep into unknown spume and sky!
(A. S. Kline, http://www.poetryintranslation.com/​PITBR/​French/​
Mallarme.htm#_Toc223495106)

The flesh is sad – and I’ve read every book.
O to escape – to get away! Birds look
as though they ’re drunk for unknown spray and skies. (E. H. and A. M.
Blackmore 2006 : 25)

50Le premier vers – l’un des plus fameux de la création poétique mallarméenne – est retraduit identiquement et littéralement par Aldan et par Kline, même si cela signifie, pour ce dernier, renoncer à la rime riche de l’original (il fait « rimer »« books » avec « sense » !). On observe immédiatement, d’ailleurs, que Kline développe les trois premiers vers du poème en les transformant en un quatrain dans lequel le nombre de syllabes de chaque vers est différent, ce qui nuit visiblement à l’harmonie prosodique atteinte par l’original. Seuls les Blackmore renoncent à la traduction littérale, par l’abandon de « hélas » – interjection dont la présence dénonce le regret, le découragement de l’artiste déchiré entre la chair qui le trahit et la désillusion renfermée dans les livres – et par la commutation en nombre de « livres » à « book » : « Theflesh is sad-and l’ve readevery book ». Il semble que le désir d’unicité s’allie, chez les derniers traducteurs, à la recherche d’une rime (« book » – « look ») qui éloigne encore plus la retraduction de l’original. Le pluriel de « livres » correspond, ici, au désenchantement de l’artiste, et le remplacement de « tous » par « every », adjectif indéfini à signification similaire, est la conséquence directe de cette recherche obstinée de la rime, qui, chez les derniers retraducteurs, semble vouloir garantir la qualité indéniable du résultat d’un travail à quatre mains.

51Les répétitions, assez rares chez Mallarmé, et, par là même, d’autant plus significatives dans l’économie de la poésie, sont « synonymisées » par Aldan. Le deuxième vers, aussi fameux que le premier, étale une répétition du verbe « fuir » qui dramatise le désir d’évasion du poëte : « Fuir ! là-bas fuir ! [...] ». La retraduction réduit la tension originale par l’emploi de deux verbes différents : « To escape ! to flee far away ! ». Il faut, néanmoins, saluer la présence de « far », qui rappelle le « là-bas » original.

52Là où Aldan avait supprimé les répétitions, Kline les préserve scrupuleusement : la réitération est gardée dans la transposition anglaise, bien qu’elle soit retraduite par une commutation de l’infinitif à valeur exclamative à une phrase impérative : « Let’s go ! Far off. Let’s go ! ». Or, cet impératif, dont le « ’s » n’est que la contraction d’un « us » inclusif, fausse le désir d’évasion inassouvi – et surtout solitaire ! – du poète, car la répétition de l’infinitif est encadrée, en original, de deux pronoms personnels à la première personne du singulier, qui excluent d’emblée toute autre présence humaine : « La chair est triste, hélas ! Et j’ai lu tous les livres. / Fuir ! La-bàs fuir ! Je sens que les oiseaux sont ivres ». Les Blackmore remplacent, tout comme Aldan, la répétition par des synonymes (« Fuir ! là-bas fuir ! » versus « O to escape – to get away ! »). Encore une fois, le pronom personnel sujet de « sens » est supprimé, et « les oiseaux », dont le déterminant est éliminé, deviennent le sujet de la phrase : « birds look ». Dans l’original, le poète est celui qui ressent, en imagination, l’ivresse des oiseaux, et le rejet renforce le sentiment solitaire qui domine les premiers vers du poème et, par là même, l’atmosphère d’ensemble de « Brise marine » : « Je sens / que les oiseaux sont ivres ».

53Aldan, fidèle à son désir de normalisation de la phrase mallarméenne, annule le rejet original, assignant aux oiseaux une « joie » absente de l’original, qui investit l’image poétique d’un sentiment qui annule le désespoir du poète : « I sense the birds drunk /With joy ». Kline est le seul qui reste fidèle à la disposition originale, doublant, par l’insertion d’un quatrième vers, le rejet original : « I sense /That the birds, intoxicated, fly / Deep into unknown spume and sky ! ». Bien qu’ils préservent le rejet, les Blackmore suppriment le sujet humain, sans doute à cause de leur désir, affirmé dès leur « Note on the Text and Translation », de préserver à tout prix la rime : « Birds look /as though they ’re drunk for unknown spray and skies ». Il faut également noter la présence de la minuscule en tête du troisième vers, qui réduit la force du rejet, mais qui est fidèle à l’ambition des retraducteurs de fluidifier la lecture du poème.

54Le troisième vers contient une construction chère à Mallarmé : la préposition « parmi » suivie d’un nom au singulier : « D’être parmi l’écume inconnue et les cieux ! ». Aldan, libérée de toute contrainte prosodique ou rythmique, est la seule qui reste fidèle à la structure originale : « to be amid foreign foam and skies ! ». Kline étoffe la préposition à l’aide d’un adverbe (« Deep intounknown spume and sky ! »), ce qui lui permet d’insérer un nouveau vers dans le triptyque original. Il faut également noter, dans son cas, la présence du nom d’origine franco-latine « spume », lequel investit le vers d’une impression de préciosité qui compense la normalisation opérée au niveau de la préposition. La commutation en nombre de « cieux », retraduit par « sky », correspond parfaitement à l’idéologie traductive de l’internaute, qui prêche la conservation, à n’importe quel prix, de la rime. E.H. and A.M. Blackmore détournent le sens d’« ivres » par l’introduction de la préposition « for », qui traduit le désir secret du poète de s’évader dans l’espace privilégié trouvé entre l’écume des mers et les cieux : « drunk for unknown spray and skies ». Le remplacement du signe d’exclamation par un point renvoie à la normalisation de la ponctuation annoncée dès la préface.

Conclusion

55Notre analyse, élaborée à partir de la multiplicité foncière du retraduire, a mis en exergue les différentes idéologies traductives des (re)traducteurs et la manière dont ils les mettent effectivement à l’œuvre afin de rester fidèles à l’original, tout en faisant preuve, en même temps, de techniques/stratégies innovatrices dans le but précis d’imposer leur propre (re)traduction sur un « marché » traductif déjà saturé.

56Les réflexions des retraducteurs, qui témoignent d’une conscientisation, plus ou moins ouvertement avouée, de leur statut de re-créateurs à la fois non-originaux et non-uniques, ont été doublées d’une analyse contrastive des premiers vers de « Brise marine ». Le but de cette analyse déployée à la fois diachroniquement et synchroniquement a été de mettre en exergue la « double antériorité historique » (Alexis Nouss 2008 : 386) propre aux retraductions, mais aussi le dialogue inter-traductif, qui confère à celles-ci le statut d’œuvres novatrices et de créations souvent dignes de se mesurer à l’original, mais aussi à leurs rivales directes.

57Ceci n’aurait pas été possible si nous n’avions pas dénoncé comme inadéquate l’éternelle dualité qui caractérise la traduction tout court. Car l’entre-deux devient, dans le cas de la retraduction, un entre-plusieurs scandaleux pour d’aucuns, où la rencontre des voix traductives garantit ce que les traducteurs visent toujours, à savoir le rapprochement asymptotique du statut privilégié propre à tout original, atteint grâce à l’adoption d’une idéologie traductive souvent révolutionnaire.

Bibliographie

Bibliographie

Références

BALLARD Michel, Le Commentaire de traduction anglaise, Paris, Nathan, 1992.
 – , De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1992.
 – , Versus. Vol. II, Des Signes au texte, Paris, Ophrys, 2004.
 – , (éd.), Europe et traduction, Arras / Ottawa, Artois Presses Université, Les Presses de L’Université d’Ottawa, 1998.

BENJAMIN Walter, Œuvres. Vol. I ; Mythe et violence, Paris, Denoël, 1971.

BERMAN Antoine, L’Epreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne Romantique, Paris, Gallimard, 1984.

ETKIND Efim, Un art en crise : essai de poétique de la traduction poétique, Paris, L’Âge d’Homme, 1982.

GOETHE Wolfgang Johann, Poésies diverses, Pensées, Divan oriental-occidental, traduit en français par Jacques Porchat, Paris, Hachette, 1861.

MESCHONNIC Henri, Pour la poétique II Poétique de la traduction, Paris, Gallimard, 1973.

NOUSS Alexis, « Du Transhistoricisme traductionnel », in Pym Anthony, Miriam Shlesinger, Daniel Simeoni (eds.), Beyond Descriptive Translation Studies : Investigations in Homage to Gideon Toury, Amsterdam, John Benjamins, 2008, p. 383-398.

PYM Anthony, Method in Translation History, Manchester, St. Jerome Publishing, 1998.
 – , Pour une Éthique du traducteur, Ottawa-Arras, Presses Universitaires d’Ottawa, Artois Presses Université, 1997.

PYM Anthony, SHLESINGER Miriam et SIMEONI Daniel (eds.), Beyond Descriptive Translation Studies : Investigations in Homage to Gideon Toury, Amsterdam, John Benjamins, 2008.

STEINER, George, Après Babel, Paris, Albin Michel, 1978.
*** Pourquoi donc retraduire ?, Palimpsestes n° 15, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004.

Corpus

MALLARME, Stéphane, Œuvres complètes (1945). Edition établie et annotée par Henri Mondor et G. Jean-Aubry. Paris, Gallimard, 1984.
 – , Poems, traduits en anglais par Roger Fry, Londres, Chatto &. Windus, 1936.
 – , Selected Poems, traduits en anglais par C.F. MacIntyre, Los Angeles, University of California Press, 1957, rééd. 1992.
 – , Collected Poems, traduits en anglais par Henry Weinfield, Los Angeles, University of California Press, 1994.
 – , To Purify the Words of the Tribe. The Major Verse Poems of Stéphane Mallarmé [Purifier les mots de la tribu. Les poèmes en vers majeurs de Stéphane Mallarmé], traduits en anglais par Daisy Aldan, Balfour, Sky Blue Press, 1999.
 – , Collected Poems and Other Verses, traduits en anglais par E.-H et par A.-M. Blackmore, Oxford, Oxford University Press, 2006.
Poetry in Translation, site géré par Tony Kline, http://www.tonykline.co.uk/PITBR/French/MallarmeUnCoupdeDes.htm#_Toc160699754.

Notes

1 John Dryden, cité par George Steiner, Après Babel, Paris, Albin Michel, 1978, p. 240.

2 Wolfgang Johann Goethe, Poésies diverses, Pensées, Divan oriental-occidental, traduit en français par Jacques Porchat, Paris, Hachette, 1861.

3 Le terme d’« agglomération » a plusieurs valences, selon le Petit Robert : « 1. Fait de s’agglomérer naturellement ; action d’agglomérer (diverses matières) à l’aide d’un liant ; 2. Union, association intime et, enfin, 3. concentration d’habitations ». C’est principalement le premier aspect que nous retiendrons dans le syntagme d’« agglomération (re)traductive ». Il sera utilisé pour désigner un regroupement de plusieurs (re)traductions intégrées à un phénomène retraductif, qui se succèdent dans un laps de temps très court, défiant, de la sorte, toute explication contextuelle liée à une quelconque nécessité (de nature linguistique [vieillissement de la langue-culture-cible], herméneutique, ou autre) qui pourrait leur être attribuée.

4 « [...] a happy plurality of voices » (Geoffrey Wall, « Retranslating Madame Bovary », in Palimpsestes, « Pourquoi donc retraduire », n° 15, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 95).

5 « [...] posthumous conversation » (Ibid).

6 Rappelons-nous, à cet égard, les dires d’un Walter Benjamin : « Une traduction est une forme. Pour la saisir comme telle, il y a lieu de revenir à l’original. Car c’est lui qui contient la loi de cette forme, en tant qu’elle est enclose dans la possibilité même qu ’il soit traduit. » (Walter Benjamin, « La Tâche du traducteur », in Œuvres. Vol. I ; Mythe et violence, Paris, Denoël, , 1971, p. 262).

7 La matrice désigne l’ensemble ordonné de n×p nombres, généralement présentée sous la forme d’un tableau à n lignes et p colonnes.

8 Il s’agit du sixième vers du sonnet mallarméen « Le Tombeau d’Edgar Poe ».

9 « Here we note the obsession of the poet [...] » (Aldan 1999 : 168) ; « we note again Mallarmé’s obsession... » (Aldan 1999 : 173) ; « On another level, we might recognize this as a metaphor [...] » (Aldan 1999 : 180) ; « Space is indifferent to our conjectures concerning it... » (Aldan 1999 : 192) ; « Once again, we are dealing with “Hair”[...] » (Aldan 1999 : 202) ; « This sonnet inevitably makes us think of A Throw of the Dice (Un Coup De Dés) » (Aldan 1999 : 203).

10 En voici le co-texte original : « Hyperbole ! de ma mémoire / Triomphalement ne sais tu / Te lever, aujourd’hui grimoire / Dans un livre de fer vêtu : » (Aldan 1999 : 54).

11 http://www.tonykline.co.Uk/PITBR/French/MallarmeUnCoupdeDes.htm#_Toc 160 699754 (sur le site « Poetry in Translation » géré par Tony Kline ; page consultée le 23.02.2008).

12 Cf. http://www.tonykline.co.Uk/PITBR/French/MallarmeUnCoupdeDes.htm#_Toc 160699754 ; page consultée le 24.02.2008).

Auteur

Est docteur en traductologie et littérature comparée (directeur de thèse : M. Michel Ballard et Mme Rodica Pop ; titre de la thèse : « La Retraduction entre fidélité et innovation »). Elle a été boursière du gouvernement français entre 2005 et 2008, assistante universitaire à l’Université Technique du Bâtiment de Bucarest entre 2009 et 2010 (chargée des cours de Traduction économique en langue française et de Théorie et Pratique de la Traduction). Actuellement, elle est traductrice et chargée de la presse auprès de l’Ambassade de la République Algérienne Démocratique et Populaire à Bucarest. Elle est également traductrice littéraire (du français vers le roumain et du roumain vers l’anglais).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search