Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

La Quête de l’exploit : 1875, la première traversée de la Manche à la nage

Magali Domain

Full text

  • 1 On peut traduire cette devise par « Rien de grand n’est facile », ou « rien de glorieux n’est faci (...)
  • 2 Matthew Webb est né dans cette ville le 18 janvier 1848. Le mémorial en son honneur a été érigé en (...)
  • 3 Anne Haudiquet, Hélène Heyriès, Autour du monument des Bourgeois de Calais, Guide des sculptures m (...)
  • 4 Selon une légende tenace de ce côté-ci de la Manche, la première traversée du détroit du pas de Ca (...)

1Nothing great is easy1 : telle était la devise du capitaine Webb, aujourd’hui inscrite sur le mémorial qui lui est dédié dans sa ville natale, Dawley (Shropshire)2. Le souvenir du capitaine Webb s’est largement estompé de ce côté-ci de la Manche, où seule une sobre stèle érigée tardivement, en 1979, se dressant dans un coin de parking de la plage de Calais, rappelle l’exploit accompli par cet étonnant personnage du XIXe siècle3. En effet, le capitaine Webb est le premier homme à avoir traversé la Manche à la nage le 25 août 1875 en rien moins que 21 heures et 45 minutes4.

2Par la grâce de cet exploit quasi surhumain et par la force de sa seule volonté, Matthew Webb a définitivement inscrit son nom dans l’histoire du sport. Ce n’est cependant pas tout à fait un hasard si ce fut un Britannique, au départ simple employé de la marine marchande, qui se retrouva du jour au lendemain l’objet d’une adulation internationale pour avoir accompli cette traversée mythique. L’Angleterre fut en effet, à l’ère industrielle, le berceau du sport moderne et c’est dans un climat de culte de la performance et du record que Matthew Webb pratiqua, d’abord en amateur puis en professionnel, la natation pour en devenir un champion reconnu et imité.

Des monuments rendent hommage au premier homme à avoir traversé la Manche à la nage : à gauche, le mémorial de Dawley, à droite celui de Calais (carte postale appartenant à l’auteur et cliché de l’auteur).

  • 5 Sur ce sujet, voir l’ouvrage très stimulant d’Isabelle Quevall, S’accomplir ou se dépasser. Essai (...)

3La quête de l’exploit qui a conduit Matthew Webb à se dépasser pour accomplir l’impensable est devenue aujourd’hui structurelle dans le domaine du sport de haut niveau, où il faut sans cesse repousser ses propres limites, l’athlète prenant le risque d’abîmer son corps utilisé comme instrument de compétition, mais surtout considéré comme une machine dont le rendement doit toujours être amélioré. Les ravages causés par cette idéologie de la performance sur la santé physique des athlètes sont bien connus de nos jours – la multiplication des « cliniques du sport » est là, entre autres, pour en témoigner. La quête de l’exploit induit également, on le sait maintenant, un déséquilibre psychologique chez le sportif, sans cesse confronté à ses limites physiologiques et poussé à les dépasser à tout prix sous peine de subir l’échec, échec psychologiquement destructeur5.

4À l’époque de Matthew Webb, les excès de l’autodépassement sportif n’avaient pas encore été expérimentés. En triomphant de façon prodigieuse des éléments naturels qui faisaient obstacle à une traversée de la Manche à la nage, Matthew Webb n’a pas seulement accompli un exploit prométhéen que lui auraient autorisé ses extraordinaires capacités d’endurance physique. Si l’on examine ce que fut son existence après ce jour fameux du 25 août 1875 marquant son triomphe face à « l’Everest de la natation » (ainsi que l’on surnomme l’épreuve de la traversée de la Manche à la nage), on s’aperçoit que Matthew Webb s’est en fait engagé volontairement – mais sans doute assez inconsciemment – dans une voie qui l’obligeait à aller toujours plus loin, à tenir toujours plus longtemps, à toujours prendre plus de risques… Cette voie du dépassement continuel l’a finalement mené à sa perte. C’est donc une figure de l’histoire du sport à la fois glorieuse et tragique qu’incarne Matthew Webb.

  • 6 Le nageur Johnson, originaire de Leeds, alors réputé le meilleur d’Angleterre, abandonne après 1h (...)

5Voyons tout d’abord rapidement ce qui a amené ce jeune homme issu d’un milieu modeste à vouloir tenter la folle aventure. C’est peu de temps après la tentative manquée du nageur J. B. Johnson en date du 24 août 18726 que Matthew Webb conçoit le projet de réussir la traversée de la Manche à la nage sans l’aide d’aucun artefact dans le sens Angleterre-France.

  • 7 Voir Captain Webb on the Art of Swimming, Ward Lock & Co, London & New York, s. d.

6Qu’a-t-il alors comme exploit sportif à son actif ? Dans ses courts mémoires7, il explique que, très jeune, en compagnie de garçons de son âge, il a appris à nager pendant de longues heures dans la rivière Severn qui coule à Dawley. Un engagement précoce, à douze ans, dans la marine marchande, lui permet de sillonner tous les océans et lui apporte une bonne connaissance de la mer. Il reçoit une médaille d’or de la part de la Royal Humane Society of London et une autre de la Liverpool Humane Society pour avoir tenté de sauver le 23 avril 1873 un camarade, Michael Hynes, qui disparut dans l’Atlantique. À cette occasion, Webb se vante d’être resté trente-sept minutes dans l’eau avant d’avoir été lui-même secouru. De façon drolatique, il raconte également avoir gagné un pari d’endurance dans l’eau contre un chien de race Terre-Neuve, le pauvre animal ayant déclaré – si l’on peut dire – forfait au bout d’une heure et demie !

Portrait de Matthew Webb, vers 1875 (collection de l’auteur)

7On ne peut donc pas dire qu’en 1873 Webb soit un véritable sportif au sens où il ne s’entraîne pas pour la compétition, mais c’est un homme qui pratique depuis longtemps une activité physique, avec un plaisir certain, et qui en tire une véritable fierté. Le désir de célébrité et la volonté d’être le premier à remporter officiellement un défi historique semblent être à l’origine du tournant que prend du jour au lendemain la vie de ce nageur amateur de vingt-cinq ans. Pour un jeune homme issu d’un milieu social très modeste le sport peut aussi apparaître comme un tremplin vers la reconnaissance.

  • 8 Sur la rencontre entre Matthew Webb, Robert Watson et Frederik Beckwith, voir Kathy Watson, The Cr (...)

8C’est donc après avoir appris l’échec dans cette entreprise de J. B. Johnson, alors réputé être le nageur le plus rapide d’Angleterre, que Webb se décide à tenter la traversée de la Manche à la nage. Il rencontre le journaliste Robert Watson, fondateur de l’hebdomadaire The Swimming Notes and Records, qui l’emmène aux bains municipaux de Lambeth pour lui présenter le professeur de natation Frederik Beckwith. Ce dernier, ancien champion habitué à organiser des galas, va jouer auprès de lui à la fois le rôle d’entraîneur et de manager8. En effet, Matthew Webb doit quitter son emploi de capitaine dans la marine marchande pour se consacrer totalement à la réussite de son projet. Pour que l’argent rentre, il faut organiser un véritable battage médiatique qui assurera la publicité du nageur, génèrera des paris et pourra rapporter des récompenses.

  • 9 David Elderwick, Captain Webb, Channel Swimmer, K.A.F. Brewin Books Studley, 1987, p. 28.

9Les séances d’entraînement quotidiennes à Lambeth vont durer plus d’un an. Elles s’accompagnent d’un régime alimentaire essentiellement à base de viande grasse et de salade agrémenté tout de même de la consommation de trois pintes de bière par jour. Matthew Webb s’astreint à une hygiène de vie qui lui interdit le café, le thé et les alcools forts, et l’oblige à se coucher tôt9.

  • 10 Ibid., p. 30.

10Mesurant 1,73 m, pesant 89 kilos et affichant un tour de poitrine de 109 centimètres, Matthew Webb a des allures d’Hercule. Le docteur anatomiste Henry Smith, qui l’examine longuement, affirme que ses bonnes capacités respiratoires, son rythme cardiaque régulier et la puissance de ses muscles font véritablement de lui un champion potentiel de la natation longue distance10.

  • 11 La date de l’événement n’est pas sûre : le times parle du 19 juillet, tandis que the telegraph par (...)

11Reste à le prouver au public. Avant de réussir sa traversée du Channel, Matthew Webb, 27 ans, n’est déjà plus un inconnu des milieux sportifs britanniques, depuis sa participation, sous l’égide de Frederik Beckwith, à une compétition d’endurance retentissante le 3 juillet 1875 : Webb gagne le match face à Johnson, en parcourant 20 miles entre Blackwall et Gravesend en 4 heures et deux minutes. Deux semaines plus tard, il nage durant 8 heures et 45 minutes entre Douvres et Ramsgate11. Les journalistes anglais s’intéressent de plus en plus à lui, d’autant qu’il a fait connaître publiquement sa folle ambition.

  • 12 Voir le compte rendu de cette première tentative de traversée dans the Illustrated London News, 21 (...)

12Profitant de cet engouement autour sa personne, Matthew Webb fait savoir qu’il tentera la traversée de la manche dans les prochains jours. Pourtant, les conditions météorologiques ne sont pas très favorables. Mais les journalistes s’impatientent et vont bientôt repartir à Londres s’il ne se jette pas à l’eau - au propre comme au figuré ! Aussi, le 12 août 187512, le corps enduit de graisse de marsouin afin de mieux résister au froid, revêtu d’un caleçon rouge écarlate et chaussé de lunettes de protection, Webb plonge en milieu d’après-midi depuis le quai de l’Amirauté à Douvres dans une mer plutôt calme. Mais le temps est instable et des nuages noirs se profilent à l’horizon. Le nageur est escorté par un lougre sur lequel ont pris place des journalistes, et par deux petites embarcations à rames. On lui donne des tranches de bœuf saignant à dévorer, et on lui sert régulièrement du brandy pour le réchauffer.

Le capitaine Webb lors de sa première tentative de traversée de la Manche, gravure tirée du magazine The illustrated London news, édition du 21 avril 1875 (collection de l’auteur)

  • 13 Journal de Calais, 18 août 1875.

13Mais, alors qu’il a déjà parcouru à la brasse une distance de 13 miles, dérivant en direction des Goodwin Sands, le nageur, qui avance maintenant à la lueur d’une lampe à pétrole, doit se résigner à abandonner la partie. En effet, une très forte houle s’alliant à un déluge de pluie rendent sa progression trop épuisante et mettent surtout en péril les navires qui le suivent. Webb a tout de même nagé durant six heures et 49 minutes dans les eaux du détroit, du jamais vu. Arrivé à Calais à quatre heures du matin, il repart rapidement pour Douvres après avoir pris quelques heures de repos, non sans avoir déclaré au reporter du Journal de Calais qu’il compte bien profiter du retour probable du beau temps pour réitérer sa tentative13.

  • 14 Voir le Times du 26 août 1875.

14Onze jours plus tard14, le soleil est au beau fixe. Pas un nuage, pas un souffle de vent. À douze heures cinquante-six, le capitaine Webb plonge à nouveau dans les eaux du Channel depuis le quai de l’Amirauté de Douvres pour faire cap à l’est, vers Calais. Cette fois, le nageur renonce à porter des lunettes de protection, on ne sait trop pourquoi : la lumière intense, presque phosphorescente, renvoyée par les flots, lui fait pourtant plisser les yeux et l’handicape. En tout cas, il s’est à nouveau abondamment enduit de graisse de marsouin et les mêmes navires l’accompagnent.

15En Angleterre, les parieurs misent près d’un million de livres sur l’issue de la tentative du capitaine Webb, les conditions de la validation de l’exploit étant que le nageur ne devait toucher aucun des bateaux l’accompagnant, et qu’il ne pouvait se sustenter qu’avec de la nourriture lancée du bord.

16Avançant au rythme régulier de 20 à 21 brasses par minute, Webb entraîne dans son sillage une multitude de poissons qui le prennent pour l’un des leurs (peut-être à cause de l’odeur de marsouin ?). Après huit heures de nage, alors que le soleil commence à décliner, il est cruellement piqué à l’épaule par une méduse. Pour surmonter sa douleur et se donner du courage, le nageur ingurgite au clair de lune force viande, pain, légumes, bière, café et brandy, et même de l’huile de foie de morue réputée revigorante.

17Alors que la fatigue commence sérieusement à l’envahir au bout de quelques heures, les encouragements de ses compagnons embarqués à bord des bateaux escorteurs lui sont moralement d’un grand secours. Mais personne ne put l’empêcher de dériver au gré des courants tumultueux de la Manche. Si l’on retrace son itinéraire, on constate que Matthew Webb a parcouru soixante-quatre kilomètres lors de sa traversée, alors que le détroit du pas de Calais a grosso modo une largeur de 35 km.

18Vers 6h30 du matin, après plus de 18 heures passées dans l’eau, Matthew Webb montre d’évidents signes de faiblesse. Il n’avance plus qu’au rythme de douze brasses par minute. Mobilisant toutes ses forces, malgré les intenses douleurs qui lui ankylosent les muscles, le nageur, contre toute attente, poursuit vaille que vaille sa progression. On imagine l’énergie surhumaine qu’il dut mobiliser avant d’atteindre son but, les côtes de France – bientôt en vue.

  • 15 Journal de Calais, 26 août 1875.

19Vers 8 heures du matin, le pilote calaisien Pollet aperçoit un lougre anglais louvoyant à l’entrée du port suivi à peu de distance de deux canots ; entre les bâtiments, le capitaine Webb, la figure violacée à cause des rayons du soleil se réverbérant sur l’eau, et des plaques de sel collées autour des yeux, nage toujours. À 10 heures 41, le sportif foule enfin la plage des Baraques (aujourd’hui Blériot-Plage), sous les applaudissements frénétiques d’une foule nombreuse. Une charrette avait été avancée dans la mer jusqu’aux moyeux pour emmener le héros épuisé le plus vite possible vers un lieu de repos, en l’occurrence l’hôtel de Paris, rue de la mer à Calais. À son arrivée, il est enveloppé dans une couverture, un docteur le frictionne vigoureusement tandis qu’il sirote un verre de genièvre offert par un baigneur… Après quelques heures de profond sommeil, le nageur est à nouveau frais et dispos15 !

Le capitaine Webb arrive sur la plage des Baraques après presque 22 heures de nage dans le détroit, gravure tirée du magazine The illustrated London news, édition du 4 septembre 1875 (collection de l’auteur)

  • 16 Comme on pouvait le lire dans l’édition du New York Times du 3 octobre 1875, « Captain Webb has ac (...)
  • 17 Le Times (édition du 28 août 1875) décrit dans quelle atmosphère d’enthousiasme le capitaine Webb (...)

20L’exploit prodigieux de Matthew Webb fait immédiatement les gros titres des journaux du monde entier. L’homme devient un exemple pour des milliers de jeunes Britanniques qui vont s’adonner avec passion à la natation, sport qui, on le sait, connut un développement beaucoup plus précoce en Angleterre qu’en France16. Webb est dorénavant reçu avec tous les honneurs partout où il va, il perçoit de l’argent versé en récompense pour sa bravoure par de généreux donateurs britanniques issus de toutes les classes sociales, son effigie est reproduite sur de la vaisselle et son nom fait vendre même des cigarettes, début d’un merchandising aujourd’hui banal pour les étoiles du monde sportif17.

21Matthew Webb est alors à la croisée des chemins : va-t-il retrouver sa paisible vie de capitaine de la marine marchande, ou va-t-il choisir de poursuivre dans la voie de l’exploit, qui implique de devoir à nouveau se surpasser, et donc de surpasser les limites naturelles de l’être humain, au risque d’y laisser la vie ? Sans doute à la fois pour des raisons de prestige et pour des raisons pécuniaires, Webb se lance dans la seconde voie, qui va le conduire à se métamorphoser en professionnel de l’exhibition sportive.

  • 18 K. Watson, p 164-193. Matthew Webb se retrouva pendant cette période plus d’une fois en compétitio (...)

22Son manager n’a pas de peine à lui trouver constamment de nouveaux challenges à relever, avec des prix à remporter à la clef. Il n’est pas question de dresser ici la liste des courses d’endurance et autres défis lors desquels Webb s’est opposé aux meilleurs nageurs du monde entier18. Lors de ces compétitions, qui l’amènent à se produire plus d’une fois aux États-Unis – ce qui conforte sa réputation internationale – Webb connaît parfois l’échec : c’est sans doute la raison pour laquelle il préfère se spécialiser dans le face-à-face avec l’élément aquatique.

  • 19 D. Elderwick, p. 63-66.

23Arrêtons-nous uniquement sur deux exhibitions très révélatrices de la spirale dans laquelle Webb s’enfonce inexorablement. La première a lieu le 15 mars 188019 : Webb parvient à flotter 60 heures d’affilée dans l’eau de l’aquarium de Westminster à Londres devant des milliers de personnes venues se repaître d’un spectacle étrange. Webb prend ses repas en restant dans l’eau et adopte des positions lui permettant de se relaxer, cela devant plusieurs milliers de personnes qui se succèdent pour contempler the aquatic freak sans avoir le droit de lui adresser la parole (2 500 personnes le premier jour, 4 000 le deuxième, 9 000 le troisième). Il souffre cependant rapidement de fortes douleurs à la nuque mais tient bon, et empoche 277 livres une fois sorti de l’eau, au bout de 60 heures donc.

  • 20 Ibid., p. 91-93.
  • 21 Ibid., p. 103.

24La seconde a lieu deux ans plus tard20 : Webb reste immergé pendant 128 heures et 30 minutes dans un caisson rempli d’eau à Boston, exposé dans le Horticultural Hall. Les promoteurs vendent le spectacle sous le titre cynique de « Living Death ». L’entrée est fixée à 25 cents par personne. Webb, qui prétend avoir accompli cette performance dans le seul but de prouver au public les capacités de l’être humain à vivre dans l’élément liquide, touche 1000 dollars. Il avoue que le fait d’avoir été privé de sommeil pendant près de six jours a provoqué chez lui une grande fatigue, mais prétend qu’après 8 heures de profond sommeil, sa récupération était complète. Pourtant, sa santé se détériore : quelques semaines plus tard, lors d’un match d’endurance face à un nageur plus jeune, Willie Beckworth, il est pris d’un malaise et doit quitter la piscine de Lambeth, en crachant du sang. Il souffre de congestion pulmonaire21. Le glorieux athlète a-t-il conscience qu’il se transforme en véritable phénomène de foire ? Cela nous éclaire sur le statut encore incertain du sportif professionnel à l’époque victorienne.

  • 22 Le journaliste Robert Watson, qui a bien connu Matthew Webb, écrivit (dans ses Mémoires publiés en (...)

25Quoi qu’il en soit, l’entourage de Webb fit tout pour le dissuader de tenter un exploit hors de portée de l’être humain, un exploit évidemment suicidaire : traverser à la nage les eaux tumultueuses des rapides du Niagara. Maintenant marié et père de deux enfants, Webb, dont le corps montre des signes d’usure, pense sérieusement à se retirer. Mais pour faire vivre sa famille, il a besoin d’accomplir une nouvelle action d’éclat qui lui rapporterait une jolie somme, somme qu’il pourrait placer et dont il pourrait tirer un revenu régulier22. Psychologiquement, il éprouvait peut-être aussi le besoin de se rassurer sur ses capacités d’autodépassement en remportant une nouvelle victoire spectaculaire sur les éléments.

  • 23 Voir le Times des 26 et 27 juillet 1883.

26Son nouveau manager, Fred Kyle, organise l’événement. Le 24 juillet 188323, Webb plonge dans les rapides des chutes du Niagara sous le regard et les applaudissements de plusieurs centaines de spectateurs. Mais bientôt il ne peut lutter contre les tourbillons qui l’emportent inexorablement. Plusieurs fois, les spectateurs l’aperçoivent luttant contre les vagues déchaînées, levant les bras avant d’être englouti par les flots. Il est vu pour la dernière fois non loin du Railway Suspension Bridge, neuf minutes après sa plongée. Le corps de Matthew Webb sera retrouvé quelques jours plus tard, quatre miles en deçà des rapides. Son crâne présentait une profonde blessure, son costume de bain était en lambeaux. Il repose aujourd’hui non loin des chutes du Niagara, dans le cimetière d’Oakwood.

  • 24 Le deuxième homme à avoir officiellement traversé la Manche à la nage après Webb fut Thomas Willia (...)

27Avant de nous écrier sur le caractère suicidaire de la tentative de Webb, n’oublions pas que la traversée de la Manche à la nage passait elle aussi à l’époque de Webb pour absolument irréalisable. Il fallut attendre trente-six ans après l’exploit de Webb pour qu’un autre homme réussisse à traverser la Manche à la nage24, ce qui justifie pleinement le culte qui lui est toujours rendu dans le monde anglo-saxon. La mort, qui peut nous paraître inutile et absurde, de Webb, doit être replacée dans le contexte d’une recherche effrénée de la performance qui nous est devenue si familière dans le domaine du sport. Cette recherche de la performance atteint avec Webb un paroxysme inédit à son époque et prend indéniablement une dimension caricaturale avec cette dérive vers ces « shows » dégradants précédemment évoqués. Elle n’en conserve pas moins une portée édifiante : la quête de l’exploit incite l’Homme à repousser les limites de sa nature, dans le sens d’une exaltation des possibilités de l’être humain. Mais cette quête comporte elle aussi ses limites, celle que les éléments et la Nature imposent et imposeront toujours à l’Homme.

Notes

1 On peut traduire cette devise par « Rien de grand n’est facile », ou « rien de glorieux n’est facile ».

2 Matthew Webb est né dans cette ville le 18 janvier 1848. Le mémorial en son honneur a été érigé en 1909 et inauguré par Thomas Webb, l’un des frères de Matthew. Cent ans plus tard, en février 2009, un camion effectuant une manœuvre sur la place où il trônait, (endommage gravement le mémorial, qui doit faire l’objet de réparations, voir The Shropshire Star Newspaper, 27 février 2009).

3 Anne Haudiquet, Hélène Heyriès, Autour du monument des Bourgeois de Calais, Guide des sculptures monumentales à Calais, musée de Calais, 1999, p. 60.

4 Selon une légende tenace de ce côté-ci de la Manche, la première traversée du détroit du pas de Calais à la nage aurait été accomplie par un certain Jean-Marie Saletti en 1815 : emprisonné sur un ponton anglais à Douvres après Waterloo, cet homme se serait évadé et aurait rejoint par ses propres moyens, sans embarcation, le rivage français. Si l’on peut encore voir la tombe de Jean-Marie Saletti au cimetière Saint-Brice, près de Paris, aucune preuve tangible ne permet toutefois d’accorder un quelconque crédit à cette histoire. Voir à ce sujet Les vingt-trois façons connues de traverser le Détroit du pas de Calais, Chambre de Commerce et d’Industrie de Calais, janvier 1975.

5 Sur ce sujet, voir l’ouvrage très stimulant d’Isabelle Quevall, S’accomplir ou se dépasser. Essai sur le sport contemporain, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 2004 (notamment les pages 185-242).

6 Le nageur Johnson, originaire de Leeds, alors réputé le meilleur d’Angleterre, abandonne après 1h 3mn d’immersion. Voir The Graphic, édition du 7 septembre 1872.

7 Voir Captain Webb on the Art of Swimming, Ward Lock & Co, London & New York, s. d.

8 Sur la rencontre entre Matthew Webb, Robert Watson et Frederik Beckwith, voir Kathy Watson, The Crossing, the Glorious Tragedy of the First Man to Swim the English Channel, Tarcher, 2000, p. 63-74.

9 David Elderwick, Captain Webb, Channel Swimmer, K.A.F. Brewin Books Studley, 1987, p. 28.

10 Ibid., p. 30.

11 La date de l’événement n’est pas sûre : le times parle du 19 juillet, tandis que the telegraph parle du 20.

12 Voir le compte rendu de cette première tentative de traversée dans the Illustrated London News, 21 août 1875, p. 190.

13 Journal de Calais, 18 août 1875.

14 Voir le Times du 26 août 1875.

15 Journal de Calais, 26 août 1875.

16 Comme on pouvait le lire dans l’édition du New York Times du 3 octobre 1875, « Captain Webb has achieved a vast ocean of good giving an impulse to swimming throughout the country ». Sur le développement de la natation en Angleterre à la suite de l’exploit de Webb et sur la constitution de la Channel Swimming association, voir Margaret A. Jarvis, Captain Webb and 100 years of Channel Swimming, David & Charles, 1975.

17 Le Times (édition du 28 août 1875) décrit dans quelle atmosphère d’enthousiasme le capitaine Webb fut reçu au Cinque Ports Yacht Club et comment le maire de Douvres lui décerna à cette occasion de nombreux honneurs. Le nageur fit également l’objet d’un accueil triomphal à Londres et dans tout le pays, lequel exaltait à grands cris la gloire du England’s hero à tel point que, comme le remarquait un journaliste du magazine Land and Water, « From the remotest village in the Highlands down to the lowest slum in Wapping, there was probably not a soul to whom the name of Captain Webb is unknown ». C’est ce même magazine qui organisa une souscription en l’honneur du capitaine Webb, qui s’élevait en mars 1876 à la somme de £ 2,424. Voir D. Elderwick, p. 54-62 et K. Watson, p. 134-163.

18 K. Watson, p 164-193. Matthew Webb se retrouva pendant cette période plus d’une fois en compétition avec le capitaine Boyton, autre vedette sportive de l’époque, mais américaine celle-là. Paul Boyton avait tenté de traverser la Manche à plusieurs reprises en 1875, mais, contrairement à Webb, il s’était muni d’une combinaison flottante ainsi que d’un appareil à voile et à pagaie double très maniable.

19 D. Elderwick, p. 63-66.

20 Ibid., p. 91-93.

21 Ibid., p. 103.

22 Le journaliste Robert Watson, qui a bien connu Matthew Webb, écrivit (dans ses Mémoires publiés en 1899) à propos de sa plongée dans les eaux du Niagara : « his object was not suicide, but money and imperishable fame ». Dans l’édition du New York Times du 26 juillet 1883, Webb expliquait effectivement avoir pour objectif de gagner $ 10 000. Le nageur ajoutait être bien conscient de l’existence du vortex mais pensait pouvoir se dégager de sa force d’attraction par sa seule force : « When I reach the whirlpool, I will strike out with all my strength an try to keep away from the suctionhole in the centre. My life will then depend on my muscles and my breath, with a little touch of science behind them. It may take two or three hours to get out of the whirlpool, which is a quarter of a mile long. When I do get through I will try to land on the Canadian side, but if the current is too swift, as I think it is, I will keep on down to Lewinston on the American side ».

23 Voir le Times des 26 et 27 juillet 1883.

24 Le deuxième homme à avoir officiellement traversé la Manche à la nage après Webb fut Thomas William Burgess : le 6 septembre 1911, sa treizième tentative fut la bonne. La difficulté rencontrée à rééditer l’exploit de Webb a d’ailleurs jeté la suspicion sur l’authenticité de celui-ci : la rumeur a longtemps couru que Webb se serait laissé remorquer par l’un de ses navires accompagnateurs durant le trajet. Des règles de validation ont par la suite été établies par la Channel Swimming association afin de lever toute controverse, voir http://www.channelswimmingassociation.com, rubrique « General rules ».

List of illustrations

Caption Des monuments rendent hommage au premier homme à avoir traversé la Manche à la nage : à gauche, le mémorial de Dawley, à droite celui de Calais (carte postale appartenant à l’auteur et cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/511/img-1.jpg
File image/jpeg, 157k
Caption Portrait de Matthew Webb, vers 1875 (collection de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/511/img-2.jpg
File image/jpeg, 77k
Caption Le capitaine Webb lors de sa première tentative de traversée de la Manche, gravure tirée du magazine The illustrated London news, édition du 21 avril 1875 (collection de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/511/img-3.jpg
File image/jpeg, 269k
Caption Le capitaine Webb arrive sur la plage des Baraques après presque 22 heures de nage dans le détroit, gravure tirée du magazine The illustrated London news, édition du 4 septembre 1875 (collection de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/511/img-4.jpg
File image/jpeg, 323k

© Artois Presses Université, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540