Version classiqueVersion mobile

Le double en traduction ou l’(impossible ?) entre-deux. Volume 2

 | 
Michaël Mariaule
, 
Corinne Wecksteen

Green : lieu de double je(u) ?

Michel Ballard

Texte intégral

  • 1 Cf. la thèse de Cindy Scodeller, La Présence du traducteur, Université d’Artois, 2009.

1Le thème du double est fondamental en traduction, dans la mesure où l’on s’attend à ce que le texte dérivé de l’original entretienne avec lui une sorte de relation en miroir, où les formes jouent un rôle variable de référence pour l’évaluation de l’équivalence ou de la fidélité. Cette fonction a évolué non seulement dans le temps, mais aussi selon les théories qui servent de base à la description de l’acte ainsi qu’à la comparaison des termes de cette relation. Une certaine perception de la traduction comme rupture d’identité a généré les rapsodies de la dégradation et de l’impossible existence ; on a mis un certain temps à placer cet idéalisme en perspective et à lui substituer une vision évolutive du double. Les théories de la traduction ont progressivement intégré des paramètres comme la réalité des différences linguistiques et la présence d’un individu réécrivant le texte en fonction d’un matériau autre possédant en lui un potentiel spécifique forcément source de divergence dans l’écriture du double visé. Le thème de la présence du traducteur1 est devenu une autre direction majeure de recherche pour une juste appréciation de la déviance des textes traduits ; la pratique de l’autotraduction apparaît alors comme un terrain de choix pour l’exploration de ce phénomène. Il nous a semblé intéressant de prendre pour objet dans ce cadre général l’étude sur le terrain de Green autotraducteur pratiquant et producteur de pensées sur la traduction : la question à laquelle nous essaierons de répondre (sans peut-être y parvenir !) sera de savoir quelles sont les formes que prend la déformation du texte et ce qu’elle révèle de l’acte lui-même.

2 Nous commencerons par mettre notre thème en perspective par un rappel de deux mythes fondateurs : Babel et la Septante.

1. Écritures, langues et traduction : le mythe du sujet impur

3Nous n’insisterons pas sur Babel, mais il n’est peut-être pas inutile de rappeler que cet épisode de la Bible, outre le fait qu’il martèle l’idée que l’homme ne doit pas tenter d’être l’égal de Dieu, trahit sinon une inquiétude face à la diversité des langues, du moins un effort pour rendre compte d’un aspect de la condition humaine sous la forme d’un récit fabuleux. La diversité des langues est une réalité dont l’origine est rattachée par le discours théologique à la mise en scène d’une seconde chute de l’homme, collective cette fois, qui va le priver, sous forme punitive, du pur langage hérité de l’état édénique. Ce mythe, qui est censé avoir valeur d’explication, accrédite l’idée d’une langue originelle, sans doute parfaite ou en tout cas permettant aux hommes de communiquer, alors que la malédiction de Babel crée la difficulté de communiquer.

4La force de cette interrogation, mêlée au rêve d’une langue-mère, réapparaît sous des formes scientifiques au début du XIXe siècle avec les investigations des comparatistes : « Les langues existantes sont rassemblées, sur la base de caractéristiques distinctives communes [...] en sous familles [...] qu’on fait toutes remonter à une Ursprache (langue originelle) unique possédant les caractéristiques qu’elles ont en commun » (Robins 1976 : 188) ; on arrive ainsi à déduire une langue originelle qui aurait été la source des langues européennes et de certaines langues d’Asie : l’indo-européen. Cependant, Mounin souligne que : « La linguistique française a toujours été très hostile à ce mysticisme de la Ursprache, ce qui explique la sévérité de Bréal sur Schlegel » (Mounin [1967] 1974 : 177). Ce scepticisme se retrouve chez Vendryes :

Les linguistes étudient les langues qui se parlent et qui s’écrivent ; ils en poursuivent l’histoire en s’aidant des documents les plus anciens qui aient été découverts ; mais si haut qu’ils remontent dans cette histoire, ils n’ont jamais affaire qu’à des langues très évoluées, qui ont derrière elles un passé considérable dont nous ne savons rien. L’idée que par la comparaison des langues existantes on aboutirait à la reconstitution d’un idiome primitif est chimérique. C’est une chimère qu’ont peut-être caressée jadis les fondateurs de la grammaire comparée ; elle est abandonnée depuis longtemps. (Vendryes [1923] 1968 : 17 ; c’est nous qui soulignons)

L’histoire de la traduction religieuse en Occident, si l’on se réfère à la Lettre d’Aristée comme source ou comme témoignage, est marquée par un acte insigne d’autotraduction qui mérite d’être réexaminé pour ses implications. Au IIIe siècle avant J.-C., Ptolémée II Philadelphe (-285Z-247) poursuit la politique culturelle de son père et commande une traduction de la Torah en grec. Il s’agit de la première traduction d’un texte religieux et sa mise en place, tout comme sa perception, auront une influence déterminante pour l’histoire et la philosophie de la traduction en général. C’est dans la Lettre d’Aristée que l’on trouve le récit mythique de la traduction de ce texte qui allait prendre pour nom celui de Septante parce qu’il fut l’aboutissement d’un travail effectué en 72 jours par 72 savants « d’âge vénérable et vertueux ».

5La Lettre d’Aristée fait partie des apocryphes de l’Ancien Testament, c’est-à-dire des écrits imités des saintes Écritures ou générés par elles et qui sont considérés comme d’origine douteuse et de ce fait ne sont pas admis dans le canon biblique. Néanmoins, ce texte que l’on estime être du début du IIe siècle (il serait antérieur à -168 selon Pelletier) est le plus ancien document relatant les circonstances de cette traduction. Il a de plus été repris et commenté par divers auteurs juifs et chrétiens, dont Philon le Juif, dans une Vie de Moïse (Ier siècle après J.-C.).

6Le récit de Philon est celui qui accrédite de la façon la plus explicite l’idée d’une autotraduction divine pendant laquelle les traducteurs humains sont réduits à l’état de médiums : « comme sous l’influence d’une inspiration divine ils prononçaient non qui ceci, qui cela, mais tous les mêmes noms et les mêmes verbes, comme si en chacun d’eux se fit entendre intérieurement la voix d’un invisible souffleur » (Philon in Aristée 1962 : 79-80).

7Le récit que fournit Aristée du travail des traducteurs diffère quelque peu de celui de Philon. Dans sa Lettre, Aristée dit que Démétrios les conduisit à l’île de Pharos et que là, « ils procédèrent au travail en se mettant d’accord entre eux sur chaque point par confrontation » (Ibid. : 231 ; c’est nous qui soulignons), procédure qui semble beaucoup plus vraisemblable que celle évoquée par Philon dans sa Vie de Moïse (Ier siècle avant J.-C.) : les traducteurs, isolés dans des cellules, produisirent des traductions qui s’avérèrent identiques quand on les compara. Le texte de Philon introduit donc un élément merveilleux : l’accord des traducteurs sans qu’ils se soient consultés, qui accrédite l’idée d’une inspiration divine de la traduction et donc la valide à la fois comme équivalent total de l’original et comme texte sacré.

8De toute façon, ce qui ressort de cette légende sous ses formes diverses, c’est l’idée d’une indéniable méfiance vis-à-vis de la traduction parce qu’elle est un acte humain ; aujourd’hui, nous avons intégré dans la théorie de la traduction la notion de différence et surtout, en ce qui concerne le facteur humain, la notion de subjectivité. Le principe fondamental de l’impérieuse immuabilité du texte religieux a fortement marqué la perception de la traduction en Occident. La légende d’Aristée revue par Philon est catégorique dans son refus de l’humain comme traducteur, seule l’inspiration divine permet de dépasser la subjectivité ; la légende originelle est plus rationnelle dans son traitement de la subjectivité puisqu’elle renvoie à son effacement par la confrontation et l’accord. On notera que dans cette lettre, rien n’est dit de la relation entre les textes, l’important est « l’identité » des textes pour Philon, « l’accord » des traducteurs pour la légende originelle. L’idée de confrontation sera reprise par saint Augustin dans sa critique de saint Jérôme, qui a tendance à avoir une approche plus humaniste de la traduction, donc faisant intervenir le jugement et l’aggiomamento.

  • 2 On perçoit alors l’utilité et même la nécessité des deux premiers chapitres des Belles Infidèles de (...)

9Si l’on revient sur le mythe originel, on constate que la qualité de la traduction lui est conférée par l’absence d’intervention humaine, la perfection de la traduction est divine ; on perçoit à quel point ce mythe est pernicieux car il rejette la perfection de la traduction dans l’inatteignable2 et dévalue a priori toute opération humaine : c’est ce mythe qui a généré toutes les métaphores de la traduction comme dégradation. La question du caractère entropique de la traduction n’a pas tout de suite été formulée en termes scientifiques. Dans l’Antiquité, et longtemps au-delà, on a rendu le traducteur responsable, un peu comme les tyrans barbares rendaient responsables les porteurs de mauvaises nouvelles avant de les décapiter. Il a fallu un certain temps avant de prendre conscience que les langues avaient des constitutions différentes et que celles-ci pouvaient causer cela ; mais cette veine explicative fut longtemps entachée par la présence de considérations axiologiques établissant la supériorité de certaines langues sur d’autres.

10Le mythe de la Septante nourrit l’idée fondamentale qui a été un thème majeur de l’histoire de la traduction, à savoir que la traduction est impossible, la traduction parfaite s’entend. Mais, dans la mesure où l’un des obstacles majeurs est l’homme en tant qu’intermédiaire, on peut penser que celui qui se traduit (comme Julien Green) ne se trahira pas et qu’il arrivera à créer un (véritable) double de l’original, d’autant qu’il manipule en tant que bilingue des langues adultes et égales en statut linguistique et culturel. Le bilinguisme a par ailleurs toujours été considéré comme un gage de qualité en matière de traduction, que l’on considère l’histoire des interprètes depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui. Un personnage comme Julien Green, bilingue s’autotraduisant, représente donc un cas intéressant pour l’étude de ce phénomène.

2. Green : bilinguisme, écriture et traduction

  • 3 Dans la mesure où les références suivantes seront au même ouvrage, nous ne répéterons, le plus souv (...)

11Julien Green est né à Paris en 1900 dans une famille américaine originaire des états du Sud. « Dès qu’il a l’âge de parler il entend régulièrement deux langues » (Lucera in Green 1985 : 9), qui correspondent à deux univers parallèles : l’anglais, langue de la mère, langue d’avant la naissance, « langue ombilicale » comme dit Lucera, langue affective et langue de la religion ; le français langue du dehors, de l’environnement social, puis de l’école. Sa mère ne lui parle qu’en anglais : « Jamais nous n’échangeâmes un seul mot dans une autre langue que celle-là » (Green 1985 : 10)3 ; c’est aussi en anglais que sa mère lui lit la Bible.

12Julien Green est bilingue dans sa chair : il manie à l’oral et à l’écrit deux langues (français et anglais) apprises dès l’enfance ; son bilinguisme naturel va entraîner à un moment un bilinguisme d’écriture qui ira jusqu’à l’autotraduction. Il est par ailleurs plurilingue par éducation et curiosité : il apprend l’allemand, qu’il manie avec aisance et qui lui donne accès à une autre culture et à la Bible de Luther qu’il lit dans le texte ; à cela s’ajoutera l’apprentissage de l’hébreu.

13La relation de Green aux langues s’effectue par la pratique au quotidien, par la lecture de la littérature, la pratique de l’écriture, la lecture et l’étude des textes bibliques. Son commerce avec les langues et les cultures l’amène à réfléchir sur les langues et la traduction. Une bonne partie de sa réflexion est dérivée de son attrait pour la Bible.

14Il y a deux lecteurs de la Bible en Green : le lecteur esthète ou amoureux des textes, et le lecteur érudit : l’un aime la Bible de sa culture telle qu’elle est, l’autre note ses inexactitudes et s’engage dans un processus de comparaison des textes traduits avec l’original ; l’un aime la traduction recréée, qui préserve l’esprit, l’autre demande une traduction littérale (qui risque d’ailleurs de le décevoir).

15Jusqu’à l’âge de 16 ans, la Bible qu’il connaît est celle que lui lisait sa mère, celle du Roi Jacques. Ultérieurement, quand sa connaissance de l’allemand le lui permet, il lit la Bible de Luther dans le texte et la trouve « très proche d’esprit de celle du Roi Jacques » (Green : 193). Sa démarche comparative s’élargit à la Vulgate et à la version française, et quand il compare ces différents textes, il constate qu’il y a parfois des différences assez nettes.

16Dans Le Langage & son double, il fait état de son premier contact avec l’hébreu en 1919 de façon presque dramatique : « je jetai mon premier coup d’œil sur une bible hébraïque que j’achetai sur le champ avec une grammaire pour l’accompagner » (Green : 197) ; il éprouve dans cette première tentative pour pénétrer l’hébreu la difficulté de la langue et demande à un ami israélite de lui lire le premier verset de la genèse : il est alors impressionné par les sonorités, qui lui semblent venir d’un autre âge ; mais il n’ira pas au-delà dans ses efforts. Plus tard, en 1935, il décide de reprendre l’apprentissage de l’hébreu et sur les conseils d’un ami, professeur au Collège de France, entre en relation avec un rabbin et c’est avec ce guide (comme Jerome) qu’il apprend cette langue. Il apprend des passages de la Bible par cœur et au bout d’un certain temps, il a l’impression de pénétrer enfin le texte de l’Ancien Testament et c’est par la texture de la langue et ce qu’elle permet que ce contact s’effectue : « quand David rage contre ses ennemis, il ne le fait pas dans le style exalté d’un théologien anglais du XVIIe siecle, mais comme un chef bédouin à l’œil sauvage, avec des sons grinçants venus du fond de la gorge et une gesticulation frénétique » (Green : 201).

17Il a alors le sentiment de toucher la une limite de la traduction : « je sentais que c’etait là ce que les traducteurs ne pouvaient rendre, quelles que fussent leurs tentatives » (Ibid.). Pourtant il reconnait que les traducteurs de la Bible du Roi Jacques ont osé « faire porter à l’anglais des vêtements hébreux plutôt que de forcer la langue des Écritures à s’habiller à l’anglaise, de peur que l’anglais ne trahisse I’original » (Green : 207), attitude radicalement différente des traducteurs de la Bible en France au XVIIe siecle. « Les traducteurs anglais étaient modernes dans leur façon de traduire [...] ils comprirent que pour un livre comme la Bible seule une traduction littérale devait être faite » (Ibid.) et il souligne combien le phénomène est remarquable à l’epoque des belles infidèles. Le résultat fut que des expressions hébraiques passèrent ainsi dans la langue anglaise : « le problème de la traduction va plus loin que de toumer de belles phrases et d’en donner de faciles a lire, c’est d’attraper l’esprit même de la langue qui va être traduite » (Green : 209 ; c’est nous qui soulignons).

18Green a done en 1941 des vues qui annoncent celles de Meschonnic et de Berman en ce qui concerne la traduction du texte biblique (et de façon plus indefinie pour les autres types de textes), disons que Meschonnic et Berman ont repris certaines de ces idées, qui appartiennent à toute une tradition de la traduction.

19Pour Green, les langues possèdent une texture, des caractéristiques qui diffèrent et font la difficulté de traduire. Les langues possèdent des caractéristiques différentes qui génèrent des faqons differentes de dire et d’ecrire, et done de penser. L’experience de l’autotraduction lui permet de decouvrir la capacite de dédoublement que les langues génèrent au niveau de l’ecriture et de la personnalité ; il en rend compte dans un autre texte de 1941 où il relate comment, après avoir écrit un texte en franqais, il décide de le traduire en anglais : « je m’aperqus que j’écrivais un autre livre, un livre d’un ton si complètement different du texte franqais que tout l’eclairage du sujet était transformé ; en anglais j’étais devenu quelqu’un d’autre » (Green : 183). Et plus loin il revient sur le sujet :

Is one the same person in French as in English? I mean, does one say the same things? Does [one] think in the same way in both languages and in terms which are, so to speak, interchangeable? I do not pretend to be able to solve such difficult problems, but it might be interesting to examine them. Sometimes I am tempted to think that the roots of the human language go very deep in our personality. To teach a child a language in preference to another is to interfere with that child’s manner of being for the rest of his days. A little Frenchman does not see the universe as does a little American, and that is due, for the most part, to the language through which the universe is, so to speak, presented to them.(Green: 220; c’est nous qui soulignons)

20Pour Julien Green, comme pour les partisans de l’hypothèse Whorf-Sapir, une langue détermine notre façon de voir le monde et surtout de le dire, et donc de traduire. Il est intéressant de voir jusqu’où cette conception est vérifiable dans les propres autotraductions de Green et de toute façon ce qu’elles révèlent de manière générale.

3. Etude sur corpus

21Le passage que nous allons analyser est extrait de « Memories of Happy Days » texte écrit en anglais par Green en 1940 et traduit par lui-même en 1943 (« Souvenirs des jours heureux »). La distance temporelle qui sépare ces deux actes place l’expérience de Green dans une catégorie différente de celle de l’autotraducteur simultané qui sans doute fait davantage interagir un texte sur l’autre ; il y a une prise de distance plus grande et l’on pourrait penser qu’il est davantage dans la situation d’un exotraducteur ; il redécouvre son texte et ceci peut expliquer certains comportements.

Just about this time, the tango came into fashion and somehow it seemed to dispel any sad thoughts brought on by the slaughter in distant Serbia. (Green 1940/1985: 78)
À peu près à l’époque de la guerre des Balkans, le tango devint à la mode comme s’il allait disperser les pensées sinistres apportées par le récit des massacres dans la lointaine Serbie. (Green 1943/1985: 79)

Nous allons décrire la traduction de Julien Green par rapport aux deux axes du langage :

22Sur l’axe paradigmatique, celui des choix, on peut constater :

23– l’explicitation du repère temporel « this time » en « l’époque de la guerre des Balkans ».

24Est-ce bien ? Si l’on adopte une attitude bermanienne de préservation du flou de l’original, c’est mal ; si l’on adopte une attitude pragmatique ou fonctionnaliste, c’est bien car le lecteur est ainsi informé avec plus de précision.

25– L’utilisation de « disperser » est-elle une forme d’interférence avec « dispel » ? Dans la mesure où, selon Hachette Oxford, « dispel » a pour équivalents courants : « chasser [doubt, fear, rumour] ; dissiper [illusion, myth, notion] », on peut répondre par l’affirmative.

26– La traduction de « sad » par « sinistre » n’est-elle pas une surtraduction ?

27– L’étoffement par « récit » assure une meilleure construction en français.

28Sur l’axe syntagmatique, on peut constater le passage de la coordination par « and » à l’enchâssement à l’aide de « comme si ». La coordination en anglais établit un rapport temporel (de l’ordre de la successivité) entre le contenu de la première proposition et celui de la seconde, qui présente le devenir (l’effet de la première mais actualisé de manière modalisée par « seem »). La construction enchâssée en français établit un lien de l’ordre d’un futur hypothétique à propos des effets « possibles » du tango alors que le texte anglais expose de façon modalisée, une réalité : l’effet du tango sur la population. On peut dire qu’il y a déformation du texte, mais la transformation syntaxique donne une construction caractéristique du français et un style séduisant.

  • 4 Green indique lui-même un autre cas d’interférence qui lui est arrivé durant sa scolarité à propos (...)
  • 5 L’étoffement par « récit », qui assure une meilleure construction en français, et l’enchâssement de (...)

29Ainsi, à propos de deux lignes de texte, on peut constater que la traduction de Julien Green non seulement n’est pas littérale mais apporte des transformations à l’original qui, pour certaines, sont des déformations. L’explicitation du repère temporel peut se défendre mais les autres modifications sont critiquables : interférence4, surtraduction, déformation du sens d’un segment. Sur cinq éléments de transformation, deux5 semblent justifiés par la nature de la langue mais l’un d’eux est critiquable au niveau du transfert du sens.

30Voilà pour ce qui est du commentaire de la traduction de Green par rapport à son original. Nous allons maintenant provoquer un autre type de commentaire ou d’interrogation en faisant intervenir une reformulation plus littérale du texte anglais de Julien Green :

À peu près à cette époque/au même moment, le tango devint à la mode et d’une certaine façon, il parut/sembla dissiper/chasser les tristes/ sombres pensées engendrées par/que faisaient naître les massacres (perpétrés) dans la lointaine Serbie.

31On constate que la traduction littérale (que Green n’a pas adoptée) est tout à fait possible, avec des potentiels de variantes ponctuelles au niveau des signes : « à cette époque/ au même moment », « il/ cette danse ».

32Si nous voulons verrouiller le texte, nous constatons que le nœud le plus intéressant du point de vue traductologique se situe au niveau du dernier syntagme, expansion de « pensées » :

– Green : « les pensées sinistres apportées par le récit des massacres dans la lointaine Serbie »
– traductions littérales : « les tristes/sombres pensées engendrées par/que faisaient naître les massacres (perpétrés) dans la lointaine Serbie »

On peut constater que nous n’étoffons plus, comme Green, « les massacres » par « le récit » mais que nous n’utilisons pas le même verbe (« engendrées » au lieu de « apportées ») ; le calque de la construction anglaise n’est pas possible parce qu’on ne peut pas dire en français : « *les pensées sinistres apportées par les massacres dans la lointaine Serbie » ; l’étoffement est généré par la construction du verbe : le verbe « apporter » suppose un agent (qui dans la traduction de Green est « le récit »), sinon il faut changer de verbe. Nous utilisons « générées/engendrées » mais de cette façon nous avons besoin d’un verbe entre « massacres » et « Serbie » (du moins si nous voulons conserver la préposition « dans », sinon on peut dire, en utilisant une autre préposition : « les sombres pensées engendrées par/que faisaient naître les massacres de la lointaine Serbie »).

33Enfin, si nous plaçons « perpétrés » entre « massacres » et « dans la lointaine Serbie », nous utiliserons plutôt « faisaient naître » que « engendrées » pour ne pas avoir une assonance. On voit bien, avec cet exemple, à quel point la traduction est une écriture où les éléments sont imbriqués et agissent les uns sur les autres, laissant paraître des compatibilités ou des incompatibilités pour la formation d’un tissu textuel : c’est en ce sens que l’on peut dire que la langue dicte sa loi en tant que générateur de tissu textuel.

34La traduction est une réécriture d’un texte en relation de paraphrase à visée identitaire. Voilà l’être de la traduction et l’objet de la traductologie. Poser l’étude de la création textuelle en relation d’équivalence, c’est apporter le complément nécessaire à l’étude sociologique ou polysystémique de la traduction, qui ne fait qu’étudier des transferts culturels globaux dans lesquels se trouve pris l’acte de traduire. Dans notre effort pour générer une traduction plus littérale, nous avons fait apparaître un foisonnement de variantes parmi lesquelles le traducteur en fin de compte doit choisir pour offrir un texte qu’il estime présentable au public ; voici en fin de compte le texte de surface que nous proposerions, tout en sachant que la subjectivité de lecteurs bilingues ou d’un autre traducteur pourrait le remettre en question :

À peu près à cette époque, le tango devint à la mode et d’une certaine façon, il sembla dissiper les sombres pensées que faisaient naître les massacres de la lointaine Serbie.

L’observation d’un autre extrait pris dans la suite du texte révèle des phénomènes analogues [nous numéroterons les différents points du commentaire en raison de sa nature complexe] :

I knew from certain hushed whispers and horrified raising of eyebrows that the tango was supposed to be a naughty dance. Decent people frowned on it and old Pope Pius the Tenth was so pained by its growing success that he tried to have another dance introduced to take its place, the prim Venetian Furlana, which one danced at a distance of two or three feet from one’s partner, preferably with a fazzoletto or handkerchief in one’s hand. Parisians looked on and grinned, their faith in tango unperturbed. (Green 1985: 78)
À certains chuchotements, murmures et sourcils levés, j’appris que les gens « bien » voyaient dans le tango une danse osée. Le vieux pape Pie X était si contrarié par ce succès foudroyant qu’il proposa à la place une danse vénitienne très guindée, la Furlana, qu’on dansait à trois ou quatre pas de son partenaire, le « fazzoletto » à la main, autrement dit le mouchoir. Les Parisiens sourirent, mais leur foi dans le tango n’en fut pas moins fervente. (Green 1985: 79)

Que constate-t-on ?

1. L’antéposition du complément indirect (« À certains chuchotements, murmures et sourcils levés »), origine de la connaissance, qui semble souhaitable sur le plan stylistique pour rapprocher le verbe (« j’appris ») de son complément direct (« que les gens... ») ; en outre la séduction de cette transformation peut être liée au registre plus soutenu ainsi établi.

2. Un intéressant traitement de deux SN expansés : « certain hushedwhispers and horrified raising of eyebrows » :

2.1. Hushed whispers : ce syntagme aux composantes presque tautologiques est scindé en deux noms juxtaposés : « chuchotements, murmures ».

35Nous avons présenté ce problème (de façon plus large) dans Versus 2, au chapitre 23 (répétition et redondance), et en particulier, pour le cas présent, la répétition du signifié (p. 304 sqq) : cela veut dire que l’on peut rattacher ce phénomène aux tendances des discours avec le fait que l’anglais aime davantage les répétitions et les redondances que le français. Nous donnons, entre autres (Versus 2 : 307), l’exemple suivant qui permet d’illustrer (sous forme de variantes) trois manières de traduire le pléonasme : par effacement, par aménagement ou par compensation :

Baskett, too, like other old Whigs, combined radical politics with a hearty contempt for modern innovation. (J. Cary)
De plus, le docteur Baskett, à l’instar d’autres vieux Whigs, alliait à ses idées avancées en politique un souverain mépris de l’innovation (effacement)/de tout ce qui était moderne (compensation par développement d’un terme)/envers les dernières innovations (aménagement de « moderne » en « dernières »).

Julien Green opte pour l’aménagement, qui consiste, en l’occurrence, à reporter le sémantisme du participe adjectivé sur un nom : « chuchotements, murmures ».

2.2. Pour l’unité de traduction suivante : « horrified raising of eyebrows : sourcils levés », on peut noter le passage de l’aspect imperfectif (« raising ») à l’aspect accompli (« levés »), et l’effacement du participe adjectivé (« horrified ») : ce qui peut, selon les critères classiques de la traduction, être considéré comme fautif.

3. Puis, il y a enchâssement de la phrase avec une partie de la suivante (« que les gens “bien” voyaient dans le tango ») ; ce phénomène est permis par l’utilisation d’un passif en anglais, qui laisse ouverte l’identité de l’agent, la source de cette perception du tango comme une mauvaise chose, quelque chose de critiquable. Le texte français utilise la personne (présente dans la phrase suivante : « decent people ») comme sujet, ce qui rejoint les tendances des discours.

4. En ce qui concerne « naughty » qualifiant « dance », le dictionnaire (H-Oxf.) donne deux entrées :

  1. (disobedient) [child] vilain; you naughty boy! vilain!; don’t be naughty! sois sage!; a naughty word un gros mot;
  2. (suggestive) [joke, picture, story] coquin; the naughty nineties: la Belle Époque.

Il y a donc chez Green une certaine recherche lexicale (créativité) avec l’utilisation de « osée ».

5. Mais on notera que l’action des « decent people » (« frowned on it ») est supprimée, il y a donc entropie de ce côté ; « decent » est traduit par choix d’un de ses équivalents acceptés.

6. Pour ce qui est du Pape, il y a d’abord sa réaction affective, puis son action.

6.1. Réaction affective : « old Pope Pius the Tenth was sopained by its growing success : Le vieux pape Pie X était si contrarié par ce succès foudroyant ».

36Pour « pain », le dictionnaire (H-Oxf.) donne pour le sens moral : « (grieve) chagriner ; avec pour exemple : « it pains me to have to tell you that : cela me chagrine de devoir vous dire que » ; « pained » en tant que participe adjectivé est donné sous forme de l’équivalence suivante : « with apained expression : d’un air affligé ».

37Green, encore une fois, se montre créatif avec l’utilisation de « contrarié ».

38Pour ce qui est de « growing », on peut dire qu’à nouveau il y a déformation du sens par l’utilisation de « foudroyant ».

6.2. De même pour l’action du Pape, qui dans le texte anglais tient plus de la persuasion et de l’action indirecte : « he tried to hâve another dance introduced to take its place » alors que dans le texte français elle tient de l’action directe : « il proposa à la place ».

7. Pour ce qui est de « Prim », dont les équivalents donnés dans le dictionnaire (H-Oxf.) sont : « collet monté, guindé, très convenable, compassé, contraint, très correct, impeccable, net », il y a simplement choix.

  • 6 Cette traduction littérale, encore une fois (on s’en doute) ne vise pas à être un « corrigé » de la (...)

8. « Preferably » n’est pas traduit, de même que le verbe « looked on ». Voici enfin une proposition de traduction plus littérale6 avec en plus des variantes possibles :

I knew from certain hushed whispers and horrified raising of eyebrows that the tango was supposed to be a naughty dance. Decent people frowned on it and old Pope Pius the Tenth was so pained by its growing success that he tried to have another dance introduced to take its place, the print Venetian Furlana, which one danced at a distance of two or three feet from one’s partner, preferably with a fazzoletto or handkerchief in one’s hand. Parisians looked on and grinned, their faith in tango unperturbed. Je voyais bien à certains chuchotements discrets et haussements de sourcils horrifiés que le tango était perçu comme une danse coquine/ qu’il y avait quelque chose d’indécent dans cette danse. Les gens convenables/comme il faut la désapprouvaient/la regardaient de travers et le vieux pape Pie X, chagriné/affligé par son succès grandissant, essaya de faire adopter à la/sa place une danse vénitienne compassée/qui avait plus de tenue/de retenue, la Furlana, qu’on dansait en maintenant son partenaire écarté/à distance, le « fazzoletto » (le mouchoir) à la main.
– Les Parisiens voyaient tout cela d’un air amusé/se contentèrent d’en sourire, sans abjurer/renier leur foi dans le tango/ (indéfectiblement) fidèles au tango.
– Les Parisiens prenaient tout cela avec le sourire et continuaient d’adorer/de pratiquer... le tango.

Si l’on fait le bilan de ces observations, on aboutit à des constats analogues à ceux concernant le premier extrait : une modification d’ordre stylistique qui bonifie le texte en français (1), des équivalences transformatrices selon les tendances des discours (2.1.) (3), des phénomènes entropiques provenant d’un certain nombre d’effacements (2.2.) (5) (6.2) ; des inexactitudes (6.1) (6.2.) ; des trouvailles lexicales, manifestations de la créativité (4) (6.1.) et des choix lexicaux dans le paradigme des équivalences enregistrées (5). Voici un choix de traduction « littérale », sans variantes :

Je sentais bien à certains chuchotements discrets et haussements de sourcils horrifiés que le tango était perçu comme une danse indécente. Les gens convenables la regardaient de travers et le vieux pape Pie X, affligé par son succès grandissant, essaya de faire adopter à sa place une danse vénitienne compassée, la Furlana, qu’on dansait en maintenant son partenaire à distance, le « fazzoletto » (le mouchoir) à la main. Les Parisiens prenaient tout cela avec le sourire et continuaient de pratiquer le tango.

4. Réflexion(s) et prise de distance : en quête d’un sens

39Que penser de tout cela ? Quelles conclusions peut-on tirer de cette analyse, forcément ponctuelle mais quand même révélatrice ? Quel enseignement tirer de cette analyse, de ce coup de sonde dans une pratique particulière ?

  • 7 Nous renvoyons bien entendu sur ce point à l’ouvrage fondamental de Michaël Oustinoff.

40La quatrième de couverture du Langage et son double dit : « les textes réunis dans ce volume vont de l’essai aux mémoires et ont en commun d’avoir été écrits et traduits par l’auteur, soit de l’anglais en français, soit inversement. C’est un cas à peu près unique dans toute la littérature. Pas de trahisons, le même cerveau a pensé dans les deux langages (sic) et les mots sont passés à travers le miroir pour que la pensée ressurgisse intacte de l’autre côté » ; la présente analyse incite au scepticisme. Le contenu de cette portion de péritexte pose d’ailleurs de manière implicite la question, qu’il faut bien poser, même si elle risque de paraître indécente pour certains, de la valeur et de l’origine de ce genre de déclaration car en effet ce texte va à l’encontre de ce qu’est la traduction, des propres déclarations de Green concernant la traduction aussi bien que des études sur l’autotraduction7.

41Nos conclusions ou remarques, élaborées à partir des commentaires de traduction que nous venons de présenter, iront du particulier au général et emprunteront les voies de la cartographie que nous avons élaborée sous le nom de « traductologie réaliste » (cf. Ballard 2006 & 2007).

42Pour ce qui est de la manière de traduire, l’observation de la traduction de Green fait apparaître qu’elle n’est pas littérale de façon constante. Les causes du non-littéralisme peuvent être attribuées à deux sources : les tendances des discours, les spécificités des langues, d’une part ; des options personnelles sur lesquelles nous reviendrons. L’écriture de la traduction selon les tendances des discours accrédite ou applique les déclarations de Green concernant la force de la langue au niveau de la manière d’écrire. Pour ce qui est des autres cas : choix lexicaux, variantes, créativité, inexactitudes, il faut faire intervenir le facteur humain, singulièrement absent de certaines théories de la traduction.

43Il convient par ailleurs de souligner le caractère aléatoire de la traduction littérale et peut-être encore plus du calque poussé que semblent réclamer aussi bien Green que Benjamin :

[...] ce que signifie la fidélité dont la caution est la littéralité, c’est que l’ouvrage puisse exprimer la grande nostalgie d’un complément apporté à son langage. La vraie traduction est transparente, elle ne cache pas l’original, elle ne se met pas devant sa lumière, mais c’est le pur langage que simplement, comme renforcé par son propre médium, elle fait tomber d’autant plus pleinement sur l’original. (Benjamin [1923] 1971 : 272 ; c’est nous qui soulignons)

Où est la révélation du texte anglais de Green ? Dans sa propre traduction ? Dans les essais de traduction que nous avons proposés en essayant d’aller vers un littéralisme, où la polysémie des signes, la multiplicité des équivalences au niveau des synonymes et des combinaisons syntaxiques montre bien les limites de l’équivalence en miroir ? L’original possède une profondeur qui l’ouvre aux interprétations multiples et la multiplicité des équivalences de ses composantes l’ouvre à la multiplicité de la réécriture soumise aux aléas de la subjectivité.

44Il y a, nous semble-t-il, une certaine distorsion des fins de la traduction dans le texte de Benjamin : lorsqu’un traducteur agit, son objet n’est pas de retourner au pur langage ni de faire tomber le pur langage sur la traduction ; la littéralité n’est pas (forcément ou toujours) la voie d’accès à la meilleure transmission du texte original, elle peut être un des résultats, une des manifestations de l’effort que fait le traducteur pour recréer l’esprit du texte, mais les portions de texte où le littéralisme peut paraître satisfaisant sont séparées par des portions où l’instinct, la créativité, amènent à s’éloigner de la matérialité du texte d’origine. L’observation du travail de reformulation et surtout d’écriture qui s’effectue à partir et autour d’un mot dans sa polysémie et sa contextualisation nous fait percevoir la difficulté et même l’irréalisme de la traduction dite littérale absolue et continue ; les mots, qui sont des épicentres de sens et de réécriture ne se correspondent pas de manière totale, globale, de langue à langue, ils sont des potentiels dont on essaie de cerner l’utilisation en contexte et de rendre le poids dans un contexte d’écriture qui contribue à l’élaboration d’une texture qui ne coïncide pas en tous points avec celle d’origine ; ce moulage, dont rêvent certains « idéalistes » ou « littéralistes », est impossible en raison de la nature des langues, de la présence d’un sujet traduisant qui se pose en regard du sujet qui a écrit l’original, et des paramètres spatiotemporels des deux actes d’écriture.

45Ces considérations sur l’élaboration de la traduction, et de sa texture, peuvent être faites à propos de la traduction de Green par Green comme à propos de toute traduction. Le travail de Green rejoint la pratique commune dans une proportion moyenne de son exécution, c’est-à-dire qu’il n’est pas littéraliste à tout prix ni de façon constante. En revanche, on peut constater un certain nombre de libertés et d’écarts (que nous avons signalés au cours du commentaire) que l’on peut attribuer au privilège de l’auteur qui s’estime libre avec son texte et ne pas avoir de devoirs absolus envers les formes de l’original. Il y a par ailleurs, dans d’autres sections du Langage et son double (par exemple p. 108 sqq dans : « On keeping a diary : tenir un journal »), des pratiques macrotextuelles qui consistent à supprimer des passages ou à les paraphraser de manière réductrice. De telles pratiques se retrouvent chez les professionnels : à certaines époques (cf. les belles infidèles), dans le cadre de certains romans populaires sur ordre du commanditaire.

  • 8 Nous renvoyons sur ce point à l’article de David Ar Rouz (2005) qui, après avoir évoqué plusieurs d (...)

46L’observation de la pratique autotraduisante de Green nous amène à constater une fois de plus la dualité qui existe entre celui qui théorise de manière injonctive et celui qui pratique de manière instinctive : les considérations de Green sur l’espèce de moule que la langue crée pour l’utilisateur devraient le placer dans une pratique traductive proche de celles de l’âge classique, or il adopte en partie des stratégies d’équivalence que ne renieraient pas certains linguistes. En revanche, il use et abuse de sa position d’auteur réécrivant son texte dans les variations et même les inexactitudes qu’il introduit avec une certaine désinvolture. Plus fondamentalement, nous avons l’occasion d’observer de façon exacerbée la dualité qui existe entre l’auteur qui crée et le traducteur qui doit reproduire de façon sinon servile du moins contrainte. La traduction devrait par essence être mimétique ; dès que le traducteur est écrivain, il a du mal à rester en retrait et à freiner sa créativité, sa liberté (on le voit par exemple avec quelqu’un comme Marguerite Yourcenar), or dans le cas de l’autotraduction, la créativité est hors contrôle et pourra toujours passer comme supérieure à la fidélité, privilège suprême de l’auteur traducteur de son œuvre. L’autotraducteur dévore son œuvre (en toute impunité) comme il a dévoré son expérience pour en faire une œuvre, il s’agit d’une dynamique implacable au même titre que le processus naturel de la vie. L’original n’a pas le même degré de sacralité pour l’auto traducteur que pour le traducteur ou certains lecteurs exigeants8.

  • 9 Sur cette conception, voir la thèse de Raluca Vida sur la retraduction (cf. notre bibliographie).

47Pour achever cette mise en perspective, il nous semble bon de souligner un autre point qui ressort des observations faites sur les textes de Green, à savoir le caractère proligère de la traduction : elle porte en elle la descendance de l’original par la réactivation des processus créatifs. Certes, il y a bien ce potentiel différent des deux langues en présence (et dont Green souligne l’emprise sur lui, à un point tel que l’on pourrait, et l’usage viendrait le confirmer, dire qu’il provoque chez lui une forme de schizophrénie d’écriture et de pensée) mais la théorisation élaborée par Benjamin et qui a trouvé un si large écho via Berman vient renverser la donne linguistique en en faisant un moteur de travail d’une langue par l’autre. Ce qui en fin de compte semble se révéler via la traduction et en particulier l’autotraduction c’est, tout autant qu’une dualité où le traducteur se pose ou se découvre face à l’auteur, la mise à jour d’un processus créatif, qui sans cesse conteste et remet en question la construction antérieure par une prolifération de variantes dont la retraduction9 met en scène et motive la structuration comme texte neuf, rival et contestataire.

Bibliographie

Bibliographie

Références

ARISTÉE, Lettre d’Aristée à Philocrate ; introduction, texte critique, traduction et notes par André Pelletier, s.j., Paris, Éditions du Cerf, 1962.

AR ROUZ David, « D’une pratique à l’autre : la médiation de la théorie », in Peeters Jean (éd.), La Traduction : de la théorie à la pratique et retour, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 31-41.

BALLARD Michel, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions (1992), réédition, nouvelle préface, Lille, Presses du Septentrion, collection « Étude de la traduction », 2007.
 – , Le Nom propre en traduction, Paris, Ophrys, 2001.
 – , Versus (vol. 1) : Repérages et Paramètres, Paris, Ophrys, 2003.
 – , Versus (vol. 2) : Des signes au texte, Paris, Ophrys, 2004.
 – , « La traductologie, science d’observation », in Ballard Michel (éd.), Qu ’est-ce que la traductologie ? (Actes du colloque des 26-27-28 mars 2003 organisé dans le cadre des travaux du CERTA), Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2006, p. 179-194.
 – , « Éléments pour une méthodologie réaliste en traductologie », in Garbovskiy Nikolay (éd.), The Science of Translation Today, Proceedings of the International Conférence of The Moscow School of Translation and Interprétation (Lomonossov State University : 1-3 October 2007), Moscow University Press, 2007, p. 47-60.

BENJAMIN Walter, « Die Aufgabe des Übersetzers », préface à la traduction des Tableaux parisiens de Baudelaire, Heidelberg, Weissbach, 1923.
 – , « La tâche du traducteur », traduction française de Maurice Gandillac, in Benjamin Walter, Œuvres, vol. I, Mythe et violence, Paris, Denoël, 1971, p. 261-275.

BERMAN Antoine, « La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain », in Berman Antoine et al., Les Tours de babel, essais sur la traduction, Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1985, p. 31-150.

MARIAULE Michaël, Les Limites de la traduction et la traduction des limites, thèse de doctorat, Université d’Artois, 2007.

MOUNIN Georges, Les Belles Infidèles (1955), Lille, P.U.L., 1994.
 – , Histoire de la linguistique des origines au XXe siècle, (1967), 3e éd. revue, Paris, P.U.F., 1974.

OUSTINOFF Michaël, Bilinguisme d’écriture et autotraduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, 2001.

ROBINS R.H., Brève histoire de la linguistique, de Platon à Chomsky, traduit de l’anglais par Maurice Borel, Paris, Seuil, 1976.

SCODELLER-LEFEBVRE Cindy, La Présence du traducteur, thèse de doctorat, Université d’Artois, 2009.

SELESKOVITCH Danica et LEDERER Marianne, Interpréter pour traduire, Paris, Didier, 1984.

VENDRYES Joseph, Le Langage : introduction linguistique à l’histoire, (1923), réimpression, Paris, Albin Michel, 1979.

VIDA Raluca, La Retraduction : entre fidélité et innovation, thèse de doctorat, Université d’Artois, 2009.

Dictionnaires

Grand Dictionnaire Hachette Oxford (anglais-français/français-anglais), Paris-Oxford, 2001.

Le Robert et Collins Super Senior, Français-anglais /anglais-français (1995), Glasgow, Harper Collins et Paris, Dictionnaires Le Robert, 1996.

Corpus

GREEN Julien, Le Langage et son double, introduction et notes de Giovanni Lucera, Paris, Éditions de la Différence, 1985.
 – , L’Inconnu et autres récits, Paris, Livre de Poche, 2008.

Notes

1 Cf. la thèse de Cindy Scodeller, La Présence du traducteur, Université d’Artois, 2009.

2 On perçoit alors l’utilité et même la nécessité des deux premiers chapitres des Belles Infidèles de Mounin qui tendent à démontrer la faisabilité de la traduction, entreprise qui sera réitérée sous d’autres formes par Seleskovitch et Lederer ; la thèse de Michaël Mariaule (Les Limites de la traduction et la traduction des limites) reprend ce thème de façon plus systématique dans l’optique de la « traductologie réaliste ».

3 Dans la mesure où les références suivantes seront au même ouvrage, nous ne répéterons, le plus souvent, que le nom de Green pour alléger la présentation.

4 Green indique lui-même un autre cas d’interférence qui lui est arrivé durant sa scolarité à propos du mot « versatile » (Green 1985 : 177) et estime à plusieurs reprises que le bilinguisme parfait est très rare : « être tout à fait bilingue est presque impossible » (Ibid. : 173) ; « un homme parfaitement bilingue est donc un oiseau très rare, une sorte de merle blanc » (Ibid. : 177).
Nous avons également relevé un cas d’interférence dans un récit intitulé « L’inconnu » : « Mais le sommeil ne venait pas tout de suite. [...] Avec réluctance, Vivien essayait d’y voir clair » (Green 2008 : 28) ; « réluctance » en français n’a pas ce sens, il n’est utilisé que comme terme technique dans le domaine de la physique pour désigner un phénomène de résistance magnétique.

5 L’étoffement par « récit », qui assure une meilleure construction en français, et l’enchâssement des propositions coordonnées.

6 Cette traduction littérale, encore une fois (on s’en doute) ne vise pas à être un « corrigé » de la traduction de Julien Green mais un exercice de style à visée traductologique ; nous avons redonné le texte anglais pour un confort de lecture.

7 Nous renvoyons bien entendu sur ce point à l’ouvrage fondamental de Michaël Oustinoff.

8 Nous renvoyons sur ce point à l’article de David Ar Rouz (2005) qui, après avoir évoqué plusieurs des autotraducteurs étudiés par Oustinoff, déclare : « l’original n’a pas, pour les auto-traducteurs, le caractère sacré qu’on lui confère bien souvent » (Ar Rouz 2005 : 32).

9 Sur cette conception, voir la thèse de Raluca Vida sur la retraduction (cf. notre bibliographie).

Auteur

Est l’auteur de : De Cicéron à Benjamin, Presses du Septentrion, 2007 ; Le Commentaire de traduction anglaise, A. Colin (collection « 128 »), 2007 ; Versus (vol. 1) : repérages et paramètres et Versus (vol. 2) : des signes au texte, Ophrys, 2003 et 2004. II a coordonné 14 collectifs et actes de colloques parus aux Presses du Septentrion et chez Artois Presses Université. Ses recherches portent sur l’histoire de la traduction et l’épistémologie de la traductologie ; il conçoit la traductologie (« traductologie réaliste ») comme une démarche d’investigation de la traduction faisant intervenir l’observation de corpus de textes traduits et intégrant les facteurs humains, sociologiques et culturels qui président à leur production.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search