Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

De la traversée de la Manche à la Catalogne : itinéraires de la dentelle mécanique1

Àngels Solà

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été menée dans le cadre du projet approuvé par le Ministerio de Educación y Cien (...)

1Catalogne et Pas-de-Calais présentent des similitudes dans l’activité dentellière, qu’elle soit à la main ou mécanique. En particulier, la traversée de la dentelle semi-mécanique et mécanique de Nottingham à Calais se poursuivit via Lyon jusqu’à Barcelone, où elle semble être arrivée vers 1833. Haut lieu de production de la dentelle à la main, la région de Barcelone vit le développement de cette nouvelle activité se faire dans des conditions jusqu’ici peu connues.

2La dentelle mécanique commença à se développer à Barcelone, ainsi que dans d’autres villes européennes, à partir de l’existence d’une importante manufacture de confection de dentelle manuelle qui remonterait au milieu du XVIIe siècle. Comme à Calais, cette tradition s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Quelques grandes entreprises continuent cette activité comme la maison Volart Encajes y Tejidos S.A, fondée en 1857, pourtant originellement consacrée à la dentelle à la main. Avant de parler de l’arrivée de la dentelle mécanique à Barcelone, je me réfèrerai à quelques caractéristiques de la manufacture des dentelles et des blondes manuelles en Espagne et surtout en Catalogne depuis ses débuts. Il s’agira de déterminer comment se fit le passage de la dentelle manuelle à celle élaborée au métier à tisser mécanique, à partir de 1834.

3Depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle, l’aire de Barcelone – bien plus la province que la ville à proprement parler – se convertit sûrement en l’une des régions principales de la production de dentelles de la monarchie espagnole, qui disposait d’un marché important pour vendre ses produits à ses colonies américaines.

4Les études manquent sur les origines des dentelles en Espagne ; c’est à partir d’une documentation ponctuelle et dispersée qu’on considère que cette production existait déjà au XVe siècle dans quelques villes castillanes et se fondait, du moins pour certaines spécialités, sur l’héritage juif et l’influence musulmane. Les premières dentelles espagnoles – j’emploie ce terme comme synonyme de « randa » et de dentelle rapportée, mots qui faisaient aussi référence à ce type de tissu – étaient de trois sortes : en premier lieu, l’effilé, puis celles faites à l’aiguille avec du fil – appelées dentelles d’Espagne – et finalement celles réalisées avec du fil en or ou en argent – appelées point d’Espagne – que certains considèrent comme un galon.

  • 2 « Sanchica hace puntas de randas ; gana al día ocho maravedíes […] cómo es posible que una rapaza (...)

5Les contacts avec la Flandre supposèrent l’introduction et la copie des dentelles aux fuseaux, dont on connaît la production dans plusieurs points de la Péninsule depuis au moins le début du XVIIe siècle (c’est le cas de La Mancha, connue grâce à un passage du Quichotte qui explique comment la jeune fille de Sancho Panza faisait une dentelle aux fuseaux très bien payée2). Durant le dernier tiers du XVIIIe siècle la mode imposa l’usage de grandes mantilles noires faites entièrement en dentelle aux fuseaux avec de la soie comme on le voit dans certains portraits féminins de Goya.

Les dentelles manuelles catalanes du XVIIe au XIXe siècle

6L’existence de la production de dentelles manuelles à des fins commerciales n’est prouvée, dans le cas catalan, qu’à partir de 1658. Il y a deux causes qui motivent le développement de l’activité à cette époque. En premier lieu, elle est due à la suspension de l’importation de dentelle française ou flamande causée par les guerres franco-espagnoles et, deuxièmement, à l’essor de Mataró comme centre économique spécialisé dans la production de dentelles qui étaient vendues dans la Péninsule ibérique, grâce à un large réseau de muletiers, et dans les colonies américaines.

  • 3 Pau Romeva, Història de la indústria catalana, Barcelona, [s.n.], 1952, p. 19.

7On pense qu’en 1770 il y avait plus de 40 000 femmes et petites filles occupées à faire de la dentelle dans l’aire de Barcelone3.

8Au milieu du XIXe siècle, la production de dentelles aux fuseaux en Catalogne était encore très importante puisqu’on considère qu’elle occupait environ 30 000 femmes dans une frange côtière qui avait Barcelone pour centre. Il faut dire que cette ville, qui, avec environ 120 000 habitants commençait à développer une importante industrie cotonnière, comptait 22 049 ouvrières et 32 223 ouvriers dans ce secteur ; par conséquent, le nombre de femmes employées dans la fabrication de dentelles n’était absolument pas dédaignable. En dépit de la concurrence de la dentelle mécanique, déjà très perfectionnée en 1870, l’activité de la dentelle manuelle resta très importante dans plusieurs villes catalanes, essentiellement sur la ligne côtière ou proches de celle-ci, jusqu’aux environs de 1920.

9On peut supposer que la production de dentelles en Catalogne, au XIXe siècle, fut très importante et que la production se vendait à l’étranger, mais les données disponibles font penser que celle-ci n’est jamais arrivée à avoir l’importance qu’elle eut par exemple dans la région française du Puy-en-Velay.

10La manufacture dentellière comprenait une large gamme de qualités et par conséquent aussi plusieurs modalités d’entrepreneurs, les uns consacrés à une production de luxe et les autres, en contrepartie, orientés vers une demande populaire. Quand un nouveau système fiscal s’établit en 1845, le secteur dentellier fut divisé en deux groupes. Dans l’un figuraient les fabricants de dentelles, c’est-à-dire le négoce de ceux qui s’occupaient de la production de qualité, faisaient de nouveaux dessins et élaboraient de grandes pièces somptueuses à prix très élevés, comme les mantilles. Dans le second étaient intégrés ceux qui s’occupaient des dentelles les plus grossières, avec des dessins traditionnels, ceux qui faisaient essentiellement des bandes étroites et qui probablement achetaient ce que des dentellières indépendantes leur fournissaient. Mais ni l’un ni l’autre des deux groupes dentelliers contribuables n’était important. En 1849, il n’y avait que 16 entreprises dans le premier et 25 dans le deuxième (tableau 1). Ces données mettent en doute l’idée reçue que la production dentellière manuelle catalane fut très élevée et de très grande qualité. Cependant, il faut considérer qu’une grande partie de la production de moindre qualité se commercialisait grâce à la vente ambulante dans les rues, les foires et les marchés ; ceux qui la vendaient ne payaient sûrement pas de contribution. C’est la raison essentielle pour laquelle leur nom ne figure dans aucune source fiscale.

Tableau 1. Hommes et femmes dans le négoce dentellier de Barcelone, 1849

Tableau 1. Hommes et femmes dans le négoce dentellier de Barcelone, 1849

Source : M. Saurí y J. Mata, Manual histórico-topográfico, estadístico y administrativo, o sea Guía general de Barcelona, Imprenta Saurí, Barcelona, 1849.

  • 4 Ces informations proviennent de mes recherches en cours Encajes y encajeras en Cataluña.

11Il faut aussi souligner que, dans cette activité productive, il y avait des hommes mais aussi des femmes comme on peut le voir dans le tableau 1 qui se rapporte aux données que nous avons pour 1849. Les principaux fabricants de dentelles, ceux qui en faisaient d’une qualité supérieure avec dessins à la mode et les présentaient dans les Expositions internationales (et y gagnèrent plus d’une fois des médailles) étaient des hommes. Aucune femme ne participa à l’un de ces concours, mais certaines d’entre elles le firent dans un concours à caractère national. Antònia Casals (nom de célibataire : Llobet) participa à l’exposition industrielle de Madrid de 1827, où elle reçut une médaille de bronze. Deux autres dentellières catalanes présentèrent des produits dans la même exposition, ce qui montre que leurs négoces avaient une certaine importance et elles, l’esprit des affaires4.

  • 5 Ibid.

12Bien que les dentelles vendues dans les négoces appartenant aux femmes ne fussent pas en général de la meilleure qualité, cela ne signifie pas que leur production ne se vendît pas sur de lointains marchés. Il y a des preuves que leurs produits arrivaient à plusieurs villes espagnoles et même en Amérique déjà pendant le XVIIe siècle5.

13En définitive la production catalane de dentelles manuelles se caractérisa surtout par sa structure non organisée formellement et sa qualité moyenne ou moyenne-inférieure, bien qu’il y eût quelques firmes aux pièces de très haute qualité, présentes sur le marché international.

Les débuts de la production de tulle et dentelle mécanique en Catalogne, 1833-1900

14La technologie pour la fabrication de tulles et dentelles avec métiers mécaniques arriva en Espagne par la Catalogne, surtout à Barcelone, entre 1830 et 1895, selon le type de produit (tableau 2). Les premières entreprises qui adoptèrent des métiers mécaniques pour la fabrication de tulles et dentelles ne produisaient pas de dentelles à la main. Ce furent des entreprises nouvelles. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que quelques entreprises dentellières traditionnelles adoptèrent le métier mécanique.

  • 6 Àngels Solà Parera, La indústria sedera a Barcelona al segle XIX, El món de la seda i Catalunya, D (...)
  • 7 Francesc Cabana, Fàbriques i empresaris. Els protagonistas de la revolución industrial a Catalunya (...)
  • 8 A. Solà Parera, La indústria sedera a Barcelona al segle XIX, El món de la seda, op. cit., p. 278.

15La fabrication de tulle avec des métiers arriva avec un certain retard dans la capitale catalane puisqu’elle fut introduite au début de la décade de 18306. Le premier métier pour la production de tulle fut introduit en Catalogne avec le droit d’exclusivité de cinq ans par la société Dotres, Clavé y Fabra en 1833. Cette firme avait été constituée cette même année à partir d’une précédente à caractère exclusivement commerciale – Bruno Petit et Cie – dédiée sûrement au commerce de la soie et à l’importation de tissus de soie de Lyon, ville où résidait l’un des associés de l’entreprise. La nouvelle société décida entreprendre la production de tulle et de tissus de soie avec métiers. Pour défendre son droit d’exclusivité, elle entreprit un procès contre le Français Hippolyte Raynard, qui avait déjà introduit cette activité dans la ville sans avoir sollicité (et obtenu) la concession de ce droit. La société Dotres, Clavé y Fabra, en 1841, augmenta considérablement son activité dans la soie et, pour cela, acheta un grand terrain dans le quartier barcelonais du Raval où elle édifia une fabrique énorme avec une machine à vapeur de dix chevaux pour filer et surtout tisser deux types différents de produits de soie. En 1850, elle disposait de 16 métiers destinés à la production de tulles et de 34 pour d’autres tissus7. L’entreprise utilisa le fil de soie élaboré dans une fabrique de sa propriété dans la ville de Valence8.

Tableau 2. L’introduction de nouveautés technologiques pour faire la dentelle mécanique à Barcelone, 1834-1900

Nouveautés technologiques

année

firme introductrice

direction

Métier pour tisser tulle bobin

1833

Dotres, Clavé y Fabra

Emploi de la machine à vapeur

1842

Dotres, Clavé y Fabra

rue Carretes Barcelone

Métier pour fabriquer du fil de dentelle, soie ou coton

1847

José Margarit Lleonart

Introduction d’une machine pour fabriquer les blondes, dites de Bruxelles, et tissus mécaniques de soie, coton et fil

1853

Francisco Fradera y Antonio Tauran

Mataró

Processus mécanique pour la fabrication de blondes et dentelle

1854

Jaime Vives

Barcelone

Métier pour fabriquer la dentelle (avec mécanisme Jacquard)

1854

Dotres, Clavé y Fabra

rue Carretes Barcelone

Métier pour fabriquer la dentelle (avec mécanisme Jacquard)

1856

Dotres, Clavé y Fabra

rue Carretes Barcelone

Perfectionnement de la fabrication de tulles brodés, imitation blondes et dentelles

1857

Dotres, Clavé y Fabra

rue Carretes Barcelone

Processus pour augmenter la fabrication de tulle lisse

1858

Dotres, Clavé y Fabra

rue Carretes Barcelone

Métier horizontal pour fabriquer la dentelle avec Jacquard

1875

Miquel Clavé y Cía.

rue Carretes Barcelone

Processus pour la fabrication de rideaux, dentelles américaines et crochet

1893

Viudez y Baquedano

Barcelone

Métiers de 8 mètres de largeur pour fabriquer les rideaux

1894

Johnston, Shields y Cía.

Sant Martí de Provençals

Processus mécanique pour la fabrication de dentelle et entredoses

1895

Casimiro Volart

Sant Martí de Provençals

Sources : Archive de la Oficina Española de Patentes y Marcas (OEPM, Madrid) ; Solà, « La indústria sedera… » ; J. Fiter i Inglès, Consideraciones relativas á los encajes : su carácter artístico y proceso histórico : especialmente en España, Barcelona, La Renaixansa ; http://barcelonapatrimoni.blogspot.com.es/​2006/​l’escocesa Cabana, Fàbriques i fabricants, III, 253-255 ; Checa Martí, « La Escocesa, un espai fet a cop d’innovar », Icària 11, 2006.

  • 9 Roldós se dédiait spécialement à tisser le coton et à la confection de tricot à Mataró. Pour Roldó (...)
  • 10 Oficina Española de Patentes y Marcas, privilegio 1191.
  • 11 José Fiter, El telar mecánico, Barcelona, s.n., s.d., p. 33 ; Agustín Urgellés, Exposición general (...)

16La confection mécanique de tulle brodé, avec lequel on imitait la blonde et les dentelles manuelles, commença à Barcelone à une date très proche du rythme européen de modernisation du secteur, contrairement à l’introduction des métiers mécaniques à tulle. Les premiers métiers furent introduits par deux voies séparées dans les années 1850 : l’invention et l’importation. La première entreprise qui fabriqua des tissus avec des métiers mécaniques fut la firme Antonio Roldós, de Mataró, associée à celle de Francisco Fradera, qui s’était dédiée aux filatures de coton et à la confection de tricot de coton9. D’autre part, en 1854, Jaime Vives demanda le privilège d’invention pour « un système mécanique pour la fabrication de blondes et dentelles »10. À ce premier métier, qui probablement était une modification d’un autre du type Leavers, s’en ajoutèrent d’autres dans les années suivantes. À l’exposition générale catalane de 1871, la firme fut appréciée pour la blonde exposée, élaborée mécaniquement11.

  • 12 Bureau Espagnol de Patentes et Marque, privilège 1395. Avec ce système, la firme prétendait « imit (...)

17En 1856, Dotres, Clavé y Fabra reçut le droit exclusif pour cinq ans d’importer des métiers du type Leavers et commença à produire de la dentelle mécanique12.

  • 13 D. L. R. Léon, Guía consultiva, Barcelona, s.n., 1875, p. 15. Catálogo general de los objetos que (...)
  • 14 Oficina Española de Patentes y Marcas.
  • 15 Cabana, Fàbriques i empresaris, III, p. 253-255.

18Autour des années 1870, d’autres entreprises entrèrent dans le secteur, par exemple la firme La Habanera, installée à Blanes, qui s’annonçait comme « Fabrique de dentelle, guipures et nouveautés de Pedro Bosch » et spécifiait qu’elle utilisait des « processus spéciaux ». Cette entreprise participa à diverses expositions, dont celle des Produits catalans de 1877, et fut primée dans plusieurs13. Le perfectionnement de la production mécanique de dentelles et blondes permit de tisser des pièces plus larges, pour rideaux. En 1893 la firme Viudez y Baquedano reçut le droit de fabriquer rideaux et dentelles14. L’année suivante, profitant d’un changement dans la législation économique espagnole qui permettait l’établissement en Espagne d’entreprises étrangères, la firme écossaise Johnston, Shields and Cie, connue sous le nom de La Escocesa, s’installa à Sant Martí de Provençals (Barcelone). Au début, elle disposait de 6 métiers Jacquard de 5 mètres de long et 8 de large, qui fonctionnaient avec une machine à vapeur de 60 chevaux. Elle comptait 40 ouvriers étrangers, parmi lesquels il y avait 10 femmes. Ses produits furent bien accueillis de sorte que l’entreprise se développa et le nombre d’employés augmenta jusqu’à 200, tous espagnols15.

  • 16 Ibid., III, p. 236-237.

19À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, plusieurs firmes catalanes de dentelle manuelle, en plus de Jaime Vives et Cie, développèrent une section pour fabriquer la dentelle mécaniquement. Autour de 1897, Josep Fiter Inglés, neveu du fondateur de la maison Fiter, prenait cette décision de même que Ramon Volart et Costa, fils et successeur de Casimir Volart qui, avec son associé Ramón Campmany, en 1857, avait ouvert à Barcelone un négoce de blondes faites à main qui avait atteint une grande réputation16. À la vue du nombre de demandes de brevets pour produire la dentelle avec des métiers déposés à partir de la fin des années 1880 et dans la décade suivante, il semblerait qu’il y eut un véritable boom dans le secteur. Il y eut neuf demandes de brevets acceptées et octroyées. Il faut indiquer que parmi huit d’entre elles, il y avait au moins quatre étrangers, les Anglais Bouman et Steegmann, le Lyonnais Geay et l’autrichien Matitsch et un cinquième – Becker – qui sûrement l’était aussi, bien que, dans sa demande, il indiquât seulement sa résidence à Barcelone (tableau 3).

Tableau 3. Concessions de patentes pour la fabrication de dentelle mécanique, 1888-1900

Objet de la patente

année

sollicitant

lieu de résidence

Amélioration dans la fabrication de dentelles, blondes et tissus tressés

1888

Frederick H. Bouman

Halifax (West Yorkshire, G. B.)

Fabrication mécanique de dentelle et entredoses de toutes classes de tissus

1889

Frederick H. Bouman

Halifax (West Yorkshire, G. B.)

Fabrication de tulle imitation de chantilly

1893

Joaquín Sans Massaguer

Barcelone

Fabrication de tulle imitation de chantilly

1896

Casimiro Volart

Barcelone

Processus pour la fabrication de dentelle appelée de Lyon

1896

Félix Geay

Lyon

Machine pour fabriquer la véritable dentelle de bolillo

1897

August Matitsch

Vienne (Autriche)

Une machine pour fabriquer tulles, blondes et dentelle

1899

Ricardo Becker

Barcelone

Processus mécanique pour fabriquer puntilla ou dentelle et entredoses de coton, appelées vulgairement « Valenciennes »

1900

Edward B. Steegmann

Leicester (Grande-Bretagne)

Source : Archive de la Oficina Española de Patentes y Marcas (OEPM, Madrid), archives n. 8925, 9262, 15022, 17771, 19106, 20774.

20L’innovation technologique des entreprises catalanes de dentelles mécaniques a toujours été dépendante de l’étranger puisqu’en Catalogne il n’y a pas eu un développement du secteur mécanique propre.

21Aucune des entreprises catalanes qui commencèrent la production de dentelle mécanique ne fut fondée par des femmes. Elles ne disposaient ni de capital ni des connaissances techniques pour entreprendre une initiative de ce genre. La considération idéologique qui les destinait aux travaux domestiques pesait aussi beaucoup. Les femmes, par contre, continuaient d’être actives dans la production et la vente de dentelles faites à la main, dans des ateliers familiaux ou de leur propriété exclusive. Le retrait des entreprises dentellières du marché de la fabrication de dentelles manuelles, devant la concurrence des dentelles mécaniques, à partir des années 1870, permit aux femmes obtenir un rôle important dans le secteur, qui se termina dans les années 1960 à cause de la disparition, pour des raisons d’âge, des dernières marchandes de dentelles manuelles.

Notes

1 Cette recherche a été menée dans le cadre du projet approuvé par le Ministerio de Educación y Ciencia, « La reconstrucción de la actividad económica en Cataluña : trabajo y movilidad social » (HAR2008-01998/Hist).

2 « Sanchica hace puntas de randas ; gana al día ocho maravedíes […] cómo es posible que una rapaza que apenas sabe menear doce bolillos de randas », Miguel de Cervantes, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha (1615), Madrid, Ed. Castalia, 1984, vol. II, p. 439.

3 Pau Romeva, Història de la indústria catalana, Barcelona, [s.n.], 1952, p. 19.

4 Ces informations proviennent de mes recherches en cours Encajes y encajeras en Cataluña.

5 Ibid.

6 Àngels Solà Parera, La indústria sedera a Barcelona al segle XIX, El món de la seda i Catalunya, Diputació de Barcelona, Terrassa, 1991, p. 271-274.

7 Francesc Cabana, Fàbriques i empresaris. Els protagonistas de la revolución industrial a Catalunya, Enciclopèdia Catalana, Barcelona, 1994, III, p. 212.

8 A. Solà Parera, La indústria sedera a Barcelona al segle XIX, El món de la seda, op. cit., p. 278.

9 Roldós se dédiait spécialement à tisser le coton et à la confection de tricot à Mataró. Pour Roldós voir Francesc Costa, Mataró liberal, 1820-1856. La ciutat dels burgesos i els proletaris, Éditorial Rafael Dalmau, Mataró, 1985, p. 184. Voir la cession totale des privilèges aux Archives Municipales de Mataró, livres du notaire José Aparicio 1854, p. 267.

10 Oficina Española de Patentes y Marcas, privilegio 1191.

11 José Fiter, El telar mecánico, Barcelona, s.n., s.d., p. 33 ; Agustín Urgellés, Exposición general catalana de 1871, Imprenta de Leopoldo Doménech, Barcelona, 1871, p. 116 : exposant 280.

12 Bureau Espagnol de Patentes et Marque, privilège 1395. Avec ce système, la firme prétendait « imiter la blonde catalane et […] aussi la dentelle appelée de Brussels : les imitations que nous avons élaborées mécaniquement, ont la même présentation et solidité que celles fabriqué à la main » affirmait Francisco Orellana en 1860. Le fabricant et négociant en soie Dotres, Clavé y Fabra importait aussi des dentelles mécaniques d’Angleterre, qui se diffusèrent à partir des années 1870. Voir Francisco Orellana, Reseña completa descriptiva y critica de la exposición industrial y artística de productos del Principado de Cataluña, Barcelona, Jaime Jepús, 1860, p. 223.

13 D. L. R. Léon, Guía consultiva, Barcelona, s.n., 1875, p. 15. Catálogo general de los objetos que figuran en la manifestación de productos catalanes de ciencias, letras y Bellas Artes, Agricultura o Industria, inaugurada en 4 de mayo de 1877 por S. M. el Rey D. Alfonso XII e improvisada en su obsequio en el edificio de la Universidad de Barcelona, Barcelona, Imprenta de Salvador Manero, 1877, p. 61-63.

14 Oficina Española de Patentes y Marcas.

15 Cabana, Fàbriques i empresaris, III, p. 253-255.

16 Ibid., III, p. 236-237.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Hommes et femmes dans le négoce dentellier de Barcelone, 1849
Légende Source : M. Saurí y J. Mata, Manual histórico-topográfico, estadístico y administrativo, o sea Guía general de Barcelona, Imprenta Saurí, Barcelona, 1849.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Université Barcelone

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540