Version classiqueVersion mobile

Le double en traduction ou l’(impossible ?) entre-deux. Volume 1

 | 
Michaël Mariaule
, 
Corinne Wecksteen

Dépasser la dualité en traduction : l’équivalence en matière de questionnaire

Franck Barbin

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution est directement inspirée de notre participation à un projet de recherche sur la vision du mentoring et la gestion des émotions dans les entreprises françaises et anglaises. Au cours de ce projet en collaboration avec l’École des Mines de Paris, l’ICN École de management de Nancy et la Brunel Business School de Londres, nous avons été amené à remettre en question les stratégies mises en place habituellement pour traduire les questionnaires. Il faut dire que peu de traducteurs s’intéressent réellement à cette tâche (ou sont invités à s’y pencher), si bien que la traduction de questionnaires est souvent réalisée par des spécialistes d’autres disciplines qui ont mis au point des méthodes de traduction qui font preuve de leur manque de connaissance en ce domaine. Ces chercheurs ratent ainsi l’occasion de mettre le doigt sur des dysfonctionnements manifestes de leur travail (ambiguïtés, incompréhensions, choc culturel, etc.) qui auraient pu être détectés plus tôt mais qui n’apparaîtront que lors de la phase analytique des données recueillies. La méthodologie souvent adoptée masque certains problèmes de compréhension, car le traducteur a tendance à rectifier de lui-même les erreurs manifestes qui ne sont pas ainsi véritablement discutées. Il est donc essentiel de faire dialoguer le(s) traducteur(s) et les spécialistes disciplinaires et d’intégrer dès le départ le(s) traducteur(s) à l’équipe de recherche.

2L’exemple que nous développons ici nous permet de sortir de la dualité classique entre texte de départ et texte d’arrivée dans laquelle un texte établi une fois pour toutes ne peut souffrir aucune déformation (ou trahison) lors de sa traduction. Nous souhaitons affirmer avec force que la traduction doit oublier ce principe d’identité entre le texte de départ et le texte d’arrivée. Si le traducteur poursuit cette voie, il est sûr d’échouer dans la mission qu’il se donne parce qu’il est impossible d’atteindre ce but. Le traducteur ne peut obtenir un texte en tout point identique au texte de départ. Il doit se sortir de cette illusion stérile et chercher à la place une équivalence au niveau du discours. Dans le cas qui nous intéresse ici de la traduction de questionnaires, cette équivalence va au-delà des pratiques habituelles en traduction et prend une tout autre dimension. Le texte d’arrivée n’est plus le simple double du texte de départ ; il devient son alter ego, perdant ainsi son statut de texte second. La notion de texte de départ disparaît purement et simplement au profit de deux versions complémentaires du même texte. Lors des rencontres entre l’équipe française et l’équipe anglaise, notre rôle ne se limitait pas à offrir une traduction de la version française de départ ; nous prenions une part active dans la modification du questionnaire. Il s’agissait plus que d’un simple va-et-vient entre le texte de départ et le texte d’arrivée dans un souci de fidélité ; les chassés-croisés incessants entre la version de départ et la version d’arrivée tenaient davantage d’un remaniement constant des deux questionnaires, d’un enrichissement mutuel de ces deux versions interdépendantes. La trame de départ devait être modulée en fonction d’impératifs de recherche (réponses à provoquer chez les répondants) mais aussi d’impératifs d’intercompréhension culturelle (compréhension différente d’un pays à l’autre). Nous montrons ainsi comment ces multiples échanges nous ont permis d’aboutir à une version concertée et acceptable pour les deux pays dudit questionnaire.

1. Méthodologie classique

3Comme nous le rappelions en préambule, la traduction de questionnaires n’intéresse guère les traducteurs qui jugent cette tâche indigne de leur attention. Ils estiment que ce type de texte n’est pas noble et ne nécessite pas forcément d’avoir recours aux services d’un traducteur professionnel. Cette traduction purement technique pourrait être réalisée par des logiciels de traduction performants. Qui plus est, les chercheurs qui font usage de questionnaires ne font pas appel à des traducteurs professionnels pour accomplir cette tâche apparemment facile. Les spécialistes d’autres disciplines considèrent qu’ils peuvent assurer cette tâche de traduction eux-mêmes. Dans ces conditions, il ne nous semble pas inutile de rappeler les méthodologies habituelles utilisées par ces chercheurs pour traduire les questionnaires avant d’aborder notre propre méthode.

4D’après ce que nous pouvons lire dans la littérature (Harkness et al. 2002 ; Smith 2004), la méthode la plus usuelle repose sur le principe du « ask-the-same-question », c’est-à-dire que les chercheurs d’autres disciplines cherchent à trouver la question qui semble la plus proche de la question de départ. Cela revient à traduire littéralement les items d’un questionnaire pour coller au plus près à la question de départ (simple transcodage).

5Même lorsque leur questionnement est valable, les moyens mis en œuvre ne sont pas toujours pertinents. Les chercheurs sont parfaitement conscients du fait qu’il existe de nombreux problèmes d’équivalence linguistique et conceptuelle, allant d’erreurs de traduction à des variations de connotations de certains termes (Crompton et Lyonette 2006 par exemple), mais les solutions qu’ils adoptent ne sont pas convaincantes, voire pertinentes. Pour s’assurer que la traduction d’une question est bonne, ces chercheurs la vérifient par rétro-traduction (back-translation), c’est-à-dire en retraduisant la question dans le sens inverse, comme l’indiquent notamment Davoine et Méda :

De plus en plus vigilantes, les équipes impliquées dans la construction de questionnaire mettent en œuvre des procédures reconnues pour limiter les erreurs de traduction et d’interprétation. La procédure de rétro-traduction (« back-translation ») est courante désormais. (Davoine et Méda 2008 : 5)

6S’ils retrouvent la question de départ en retraduisant, ils ont l’impression que la traduction est satisfaisante et ils conservent cette question traduite. Ce type de critère de fidélité prouve de manière évidente le manque de connaissance en la matière de ces chercheurs. Cela est tout à fait normal parce que ce ne sont pas des spécialistes de traduction et qu’ils essaient de choisir la méthode qui leur semble la plus adaptée. Janet Harkness rapporte clairement ce genre de faiblesse :

La littérature spécialisée néglige très largement les théories modernes de la traduction et les recherches en linguistique pragmatique qui auraient pourtant d’après nous beaucoup à offrir pour la traduction et l’évaluation de questionnaires. (Harkness et al. 2002 : 36)

7Penchons-nous à présent plus spécifiquement sur le projet de recherche qui nous a conduit à réfléchir sur la méthodologie à adopter pour traduire des questionnaires. En toute logique, nos collègues nous ont soumis la méthodologie qu’ils suivent habituellement et qui souffre des mêmes travers que nous venons de dénoncer. Silvester Ivanaj, un des membres de l’équipe française qui est professeur associé à l’ICN École de management de Nancy, nous a proposé la méthode de traduction suivante. Il nous a dit que cette procédure s’applique souvent lorsque l’on doit utiliser un même questionnaire en anglais et en français. Si nous prenons un questionnaire d’origine écrit en anglais (QCM original), sa démarche comprend six phases. Premièrement, le QCM original est traduit de l’anglais au français par un locuteur natif français, ce qui permet d’aboutir à un premier questionnaire intermédiaire en français (QCM intermédiaire 1). Deuxièmement, ce QCM intermédiaire 1 est traduit du français vers l’anglais par un locuteur natif britannique (QCM intermédiaire 2). La troisième étape consiste à comparer, question par question, les deux questionnaires rédigés en anglais, à savoir le QCM original et le QCM intermédiaire 2. Deux cas de figure se présentent alors : si la comparaison est probante (c’est-à-dire que les deux questions rédigées en anglais sont identiques), la question est validée (étape 4). Dans le cas contraire, les questions qui ont un sens différent sont révisées (étape 5). La sixième et dernière étape revient à reproduire la même procédure avec d’autres traducteurs, notamment lorsque de nombreuses questions sont à revoir.

8Toutefois, dans les faits, cette sixième étape est souvent occultée. En effet, les scientifiques ont le plus souvent recours à un seul traducteur pour des raisons évidentes d’économie d’argent et de temps. Ce coût est d’autant plus important que le traducteur professionnel choisi doit avoir l’habitude de traduire des questionnaires et posséder une bonne connaissance du domaine concerné. Tout le monde sait parfaitement que la recherche, notamment en France, souffre d’un manque patent de moyens et le coût des traducteurs est relégué au second voire au troisième plan.

9Je ne développerai pas dans le présent article comment les chercheurs se servent des entretiens et des phases de pré-test pour améliorer le questionnaire car, à leurs yeux, ces étapes ne modifient pas le mécanisme de traduction en tant que tel. Si par exemple un pré-test du questionnaire les amène à modifier une question, ils répercuteront ce changement à l’autre questionnaire en suivant une méthode de traduction classique, telle que nous l’avons décrite ci-dessus.

10En procédant de cette manière, le questionnaire traduit reste prisonnier du questionnaire original et comporte des ambiguïtés et des incompréhensions qui pourraient être évitées en faisant dialoguer le(s) traducteur(s) et les spécialistes disciplinaires. Le problème n’est pas pour autant nouveau : dès 1956, certains chercheurs faisaient le constat que la traduction et la formulation des questionnaires constituaient le maillon faible des études comparatives (Kumata et Schramm 1956 : 231). Nous allons maintenant présenter la nouvelle approche de traduction que nous avons élaborée au cours de cette recherche portant sur la vision du mentoring en entreprises.

2. Nouvelle approche

11L’approche que nous proposons possède d’emblée un atout majeur : nous étions intégré dès le départ au projet de recherche. Comme nous connaissions déjà certains membres de l’équipe française, nous avons pu faire entendre notre voix de traducteur et insister sur l’importance d’assister à toutes les réunions de travail afin de comprendre tous les tenants et aboutissants du projet. Nous avons donc eu l’opportunité de suivre pas à pas la création et l’évolution de cette recherche, ce qui nous a permis d’en connaître les présupposés et d’en cerner au mieux les attentes (Barbin, à paraître). Cette intégration précoce au projet nous a octroyé un avantage certain, mais cette situation ne résout pas pour autant tous les problèmes liés à la traduction dudit questionnaire.

12La difficulté majeure qui se présente ne se situe pas le plus souvent au niveau de la qualité linguistique de la traduction (les questions traduites ne comportent que rarement des erreurs grossières), mais plutôt au niveau des problèmes de compréhension interculturelle. Même si la question traduite semble en tout point identique à la question de départ (identité de surface), cela ne veut pas dire qu’elle va être comprise de la même façon par le répondant d’arrivée. Ce qui doit primer, c’est d’induire le même type de réponse chez les répondants des deux pays afin que les résultats du questionnaire soient comparables. La comparabilité des questions est essentielle pour mettre en évidence les différences et les similarités entre ces deux pays en matière de mentoring (Smith 2002). Cela implique un dialogue nécessaire entre le traducteur et les équipes de recherche.

13La première traduction du questionnaire est par nature en partie prisonnière du questionnaire original et s’apparente au travail qu’un traducteur sollicité à la fin de l’élaboration du questionnaire pourrait effectuer. En reprenant le questionnaire traduit et en oubliant le questionnaire de départ, le traducteur, secondé par l’équipe de recherche concernée, peut initier une phase d’idiomatisation et de simplification. De plus, le questionnaire de départ n’est pas fixé une fois pour toutes mais peut être infléchi pour mieux répondre aux objectifs de la recherche et pour mieux s’adapter à la réalité culturelle de l’autre pays. Dans le cas qui nous intéresse, nous avons contribué à modifier de multiples items du questionnaire de départ et à l’enrichir de nos trouvailles issues du questionnaire d’arrivée. Nous savions que nous avions la possibilité de modifier le questionnaire de départ, chose inconcevable dans une traduction classique où nous sommes liés par le texte de départ. Nous avons donc traduit le questionnaire en anglais en gardant cet élément à l’esprit. Cela ne veut pas dire pour autant que le traducteur a toute latitude en matière de modifications. Celles-ci doivent recevoir l’aval des spécialistes de la discipline.

14En d’autres termes, le traducteur n’est pas seul dans cette tâche. Il bénéficie de l’expertise de l’équipe de recherche étrangère, ce qui offre un double avantage. Premièrement, ces échanges permettent d’aboutir à une meilleure formulation des questions (pas de jargonnage risquant d’être mal compris), d’éviter les formulations fautives, ambiguës ou choquantes pour le répondant et de faciliter ainsi la compréhension des items. C’est pour cette raison que la méthode que nous proposons implique une clarification des questions posées aux répondants. Ces échanges élucident également, avant de soumettre le questionnaire aux répondants, les problèmes concernant l’ordre des questions (des réponses peuvent être induites par l’ordonnancement des questions), leur adéquation avec les réponses proposées (QCM masquant des alternatives de réponses). Deuxièmement, ils apportent une nouvelle perspective au questionnaire et fournissent une nouvelle grille de lecture et d’interprétation. Ces échanges multiples (réunions de travail, conversations téléphoniques, courriers électroniques) s’avèrent fructueux et enrichissent mutuellement les deux versions du questionnaire dans le but d’éveiller des réponses équivalentes et comparables.

15Pour arriver à ce résultat, nous avons mis en place une procédure en deux temps en collaboration avec Kate Darlington, chercheur à la Brunel Business School de Londres. Dans un premier temps, nous nous sommes mis à la place des répondants, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Toutefois, nous ne cherchions pas à répondre aux questions posées, mais à les paraphraser, à les expliciter afin de trouver de meilleures formulations. Une personne posait les questions tandis que l’autre passait en revue toutes les formulations concurrentes qui lui venaient à l’esprit. Au bout de quinze minutes, nous inversions les rôles. Cette méthode nous a permis de sortir du cadre limité du questionnaire et du carcan de la trace déjà écrite qui sclérosent l’univers des possibles linguistiques. En explicitant les présupposés des questions, nous avons pu améliorer leur formulation et trouver des énoncés plus idiomatiques qui ne sentent pas la traduction.

16Dans un second temps, nous avons cherché à répondre directement aux questions en nous fondant sur notre propre expérience. Cela nous a permis d’améliorer la formulation des réponses proposées et de découvrir certains items manquants dans le questionnaire. La personne qui pose les questions ne se focalise pas sur les réponses en tant que telles ni sur le vécu du chercheur ; elle cherche plutôt à glaner des idées nouvelles et à rebondir sur des idées lancées par la personne qui incarne le répondant.

17Cette approche a l’avantage d’apporter une vision fraîche sur un questionnaire que vous avez déjà maintes fois lu et revu et de retrouver une certaine spontanéité. La verbalisation des questions permet de découvrir d’autres erreurs, imprécisions ou incohérences. Cela ne veut pas dire que tous les problèmes sont résolus avant de soumettre le questionnaire aux répondants, mais cela augmente la fiabilité du questionnaire en limitant les difficultés qui ne seraient autrement apparues qu’après avoir fait passer le questionnaire. En définitive, même si cette méthode peut sembler chronophage de l’extérieur, elle permet de gagner du temps précieux lors de la phase d’analyse des données recueillies et d’éviter au maximum les dysfonctionnements possibles du questionnaire. Elle présuppose toutefois que le traducteur connaisse réellement la recherche mise en place afin qu’il puisse proposer des idées pertinentes.

18En définitive, nous ne pouvons que vivement conseiller aux chercheurs d’autres disciplines d’intégrer le plus rapidement possible un traducteur à leur projet de recherche et de ne plus le reléguer à la fin du parcours. En procédant ainsi, le traducteur sera en mesure de proposer une traduction plus adaptée à leurs besoins. Ils pourront également bénéficier de son avis tout au long du projet et améliorer ainsi le questionnaire de départ et celui d’arrivée en les rendant plus directement intelligibles pour les répondants. Les résultats qu’ils obtiendront seront par là même meilleurs et plus facilement comparables. Une question mal formulée et donc mal comprise conduira à des résultats souvent inexploitables voire à de fausses pistes. Les spécialistes d’autres disciplines gagneront du temps (plus besoin d’expliquer au traducteur le projet de A à Z) et en efficacité (données plus fiables).

3. Illustrations

19Nous allons maintenant développer quelques exemples pour illustrer notre propos. Nous ne pourrons pas développer ici les différentes étapes par lesquelles nous sommes passés avant d’arriver à la version définitive du questionnaire. Nous nous contenterons de mentionner les étapes qui nous semblent majeures. Pour montrer le bien-fondé de notre approche, nous avons décidé de ne choisir que deux exemples afin de pouvoir justifier plus amplement notre traduction.

3.1. Question du titre

20Nous nous sommes heurtés d’emblée à un problème de taille : la perception de la notion de mentoring est très différente entre la France et le Royaume-Uni. La littérature traitant de ce sujet est abondante dans les pays anglo-saxons, mais elle reste marginale en France (Kram 1983 ; Ragins 1997). Les chercheurs français s’intéressent principalement au coaching. Il a fallu attendre les toutes dernières années pour qu’ils commencent à se pencher sur le mentoring (Damart et Pezet 2008 ; Persson et Ivanaj 2009). Cela explique a fortiori pourquoi le public francophone n’est pas familier avec ce concept. Cet état de fait suppose d’aborder les répondants d’une manière différente si nous voulons attirer leur attention et leur faire comprendre l’objectif de notre projet. Il a donc fallu appréhender le titre de manière différenciée dans les deux pays.

21Le titre initial du projet en français était « Recherche sur les relations de mentoring » et celui en anglais « The relationship between mentors and their work-based mentees ». Il nous est vite apparu qu’il était impossible de conserver le terme « mentoring » dans le titre, mais pour des raisons diamétralement opposées, sous peine de ne pas cibler les bonnes personnes dans notre enquête. Si nous avions utilisé le terme « mentoring » en France, nous aurions exclu d’emblée la plupart des managers que nous souhaitions interroger. En effet, ce vocable aurait rebuté bon nombre de personnes : elles ne se seraient pas senties concernées par notre étude par méconnaissance de ce terme. Ce terme n’évoque que peu de choses à un manager français. Il est familier avec les concepts de coaching ou de relations de pairs, mais pas avec celui de mentoring. À l’inverse, la notion de mentoring aurait été bien trop imprécise dans un contexte britannique. Nous aurions recueilli des confidences dépassant trop largement le cadre de notre projet, peu importe l’intérêt de ces réponses. Le terme de mentor est usuel au Royaume-Uni ; on l’entend même régulièrement à la télévision pour désigner une personne qui compte dans la vie d’une autre, une personne qui a de l’influence sur elle. Un membre de sa famille peut être qualifié de « mentor ». Pour ne pas complètement occulter la notion de mentoring, nous avons décidé de l’expliquer dans l’introduction au questionnaire : « le terme de mentoring a été retenu pour désigner cette situation. Le manager A est appelé mentor et le manager B mentoré » et « the word “mentoring" is used to describe this situation. Manager A is called a “mentor” and Manager B a “mentee” or protégé ».

22Cela nous a conduits à proposer cette version intermédiaire du titre du projet : « Recherche sur la coopération entre managers » et « Research project on the relationships between managers ». Ce titre présente l’avantage d’introduire l’idée de manager, qui correspond bien au répondant ciblé et qui fait vite consensus. Ce titre transitoire posait néanmoins d’autres problèmes. Le terme de « coopération » en français semble très réducteur par rapport à l’ensemble des relations possibles entre managers. De même, le terme de « relationship » en anglais est très connoté lorsqu’il est employé seul et fait plutôt penser à des relations personnelles que professionnelles. Il ne peut donc être conservé tel quel. En revanche, le terme anglais de « relationship » nous a donné l’idée d’utiliser le terme de « relation » en français qui est beaucoup moins limitatif que celui de « coopération ». Voici un exemple parmi tant d’autres d’éclairage mutuel entre la version française et la version anglaise du questionnaire, illustrant bien le fait qu’il n’existe pas en tant que telle de version de départ du questionnaire. Il s’agit au contraire d’un éclairage et d’un enrichissement réciproques des deux versions.

23Fort de nos diverses réflexions, nous avons abouti aux titres définitifs suivants : « Les relations interpersonnelles entre managers » et « Influential relationships within British and French environments ». Nous avons adjoint un adjectif au substantif « relation (ship) » dans les deux versions pour préciser notre point de vue. Comme nous pouvons le constater, il n’y a pas d’identité stricte entre la version française et la version anglaise du questionnaire, mais une équivalence générale de discours. Le titre du questionnaire doit associer l’idée de mentoring et celle de la place des émotions en entreprise aussi bien dans l’esprit des managers français que dans celui des managers britanniques. Le substantif français « relation » était en déficit de cette dimension émotionnelle ; nous avons ainsi ajouté l’adjectif « interpersonnel ». En revanche, le substantif anglais « relationship » avait un surplus émotionnel. Nous l’avons donc modéré en ajoutant l’adjectif « influential » pour bien indiquer que nous mettions l’accent sur les relations d’influence au sein des entreprises et non uniquement sur les relations personnelles. Le titre anglais indique clairement que notre projet vise à comparer les situations britannique et française. L’équipe française n’a pas jugé bon d’alourdir le titre français de cet aspect, car cet élément était mentionné à deux reprises au début de l’introduction au questionnaire : « Ce questionnaire est proposé à des managers français et anglais ayant une expérience professionnelle d’au moins 10 ans » et « à des fins de comparaison internationale ». Nous avons enfin été vigilants sur l’emploi de l’adjectif britannique et non anglais qui était tout d’abord pressenti. Nous savons que, par un abus de langage, l’adjectif « anglais » est souvent employé pour désigner en fait l’ensemble des îles britanniques, ce qui a tendance à offusquer les Écossais, les Gallois et les Irlandais. Ces derniers acceptent dans l’ensemble d’être considérés comme des Britanniques mais refusent l’appellation Anglais. Autant ménager l’intégrité nationale de tous les répondants britanniques afin de mieux les disposer à répondre au questionnaire.

3.2. Clarté de la question 9

24Nous avons trouvé d’emblée que la question 9 du questionnaire manquait de clarté et qu’elle prêtait à confusion, même située dans la logique dudit questionnaire. Pourtant, cette question était à notre avis essentielle pour l’ensemble du projet. Même si les deux équipes de recherche n’étaient pas forcément convaincues de la nécessité de remanier cette question au départ, nous avons réussi progressivement à en éclaircir la teneur. Il faut garder à l’esprit que les répondants ne liront qu’une fois rapidement chaque question. Ces dernières se doivent donc d’être directement intelligibles et univoques. L’avis plus extérieur du traducteur peut parfois être utile dans ce cas, car il se rapproche de l’état d’esprit des répondants qui ignorent tout des présupposés de la recherche. Toutefois, nous avions dans ce cas l’avantage certain de connaître également le point de vue des deux équipes de recherche. C’est pourquoi la version anglaise est dès le départ plus explicite que la version française, car elle est déjà nourrie de cette approche. Les deux versions de départ étaient formulées comme suit : « À laquelle allez-vous vous référer ici d’un point de vue chronologique ? 1re, 2e, 3e, autre » et « Where is this mentor placed chronologically amongst your influential relationships ? First/second/third ».

25Le problème majeur concernait le positionnement chronologique du mentor auquel le répondant allait se référer dans le reste du questionnaire. Cette question centrale méritait de s’y arrêter car elle allait déterminer les réponses que les personnes interrogées donneraient. Eric Pezet a par exemple rapidement compris qu’il fallait revoir cette question essentielle parce que « c’est celle qui supporte tout le travail ». Nous n’attendions pas que les répondants nous parlent de tous les mentors qu’ils avaient pu rencontrer durant leur carrière de manière générale et qu’ils en dressent un portrait-type. Nous désirions au contraire qu’ils choisissent celui qui les avait le plus influencés et qu’ils décrivent cette relation en particulier. La nouvelle formulation de la question 9 mettait cet aspect en lumière : « Par rapport aux dates des rencontres avec ces personnes, à laquelle allez-vous vous référer ? » et « Out of these influential people, where does the most influential one stand chronologically ? » (versions 2).

26L’équipe anglaise a relancé le débat sur cette fameuse question et a souhaité la rendre plus claire. Elle émettait des doutes sur le type de réponse à fournir. Nous avons abondé dans leur sens et nous en avons donc profité pour remanier également la version française de cette question en accord avec l’équipe française : « En fonction de l’ordre dans lequel vous les avez rencontrées, à laquelle allez-vous vous référer ? 1re 2e 3e autre » et « Please choose the most influential manager and place him/her chronologically amongst all your influential relationships » (versions 3).

27La phase de pré-test du questionnaire nous a amené à expliciter encore davantage cette question qui avait perturbé certains répondants. Une remarque revenait régulièrement chez les personnes qui avaient accepté de répondre au questionnaire pilote :

Je n’ai pas d’emblée compris la question relative au mentor de référence, je te suggérerais de préciser qu’il s’agit de choisir un des mentors pour illustrer dans le cadre du questionnaire la relation à ce mentor. (Une répondante)

28Nous avons à chaque fois tenté de tenir compte de ces précieuses observations. Le terme « chronologique » de départ a fini par être évincé des deux versions du questionnaire, aboutissant ainsi aux versions définitives suivantes : « Parmi ces personnes, choisissez celle à laquelle vous allez vous référer dans ce questionnaire. Situez-la par rapport aux autres en indiquant si elle est la 1re, la 2e, la 3e… que vous avez rencontrée » et « Please choose the most influential manager and indicate if he/she was the first, second, third… mentor you met during your career ».

29Nous pouvons constater que les versions définitives du questionnaire sont plus claires et idiomatiques pour les répondants et qu’elles présentent des différences notables au niveau de la formulation entre la version française et la version anglaise. La méthode habituelle de l’identité entre questions (ask-the-same-question approach) est abandonnée au profit d’une équivalence de discours qui respecte les spécificités culturelles de chaque pays. Il faut toutefois noter que, le plus souvent, ce n’est pas le traducteur qui a le mot de la fin dans le choix de la formulation retenue. Ce sont les spécialistes de la discipline qui décident en dernier lieu, même si l’avis du traducteur est plus entendu que d’accoutumée.

Conclusion

30L’approche de la traduction de questionnaires que nous proposons se différencie des traductions habituelles par plusieurs aspects. Tout d’abord, la traduction du questionnaire n’a pas eu lieu a posteriori comme c’est normalement le cas, c’est-à-dire après que la version définitive du questionnaire de départ a été établie. Nous avons été intégré d’emblée au projet de recherche, ce qui représente un avantage indéniable. Puisque nous avons pu assister à toutes les réunions de travail, nous avons suivi l’évolution du projet. Nous avons pu ainsi participer à l’élaboration du questionnaire et nous imprégner de tous les impératifs de recherche. Cela nous a permis de procéder à des explicitations successives du questionnaire car les créateurs du questionnaire finissent par ne plus se rendre compte des ambiguïtés générées par la formulation des questions aussi bien au niveau linguistique que culturel. La fiabilité du questionnaire s’en trouve renforcée.

31L’idée de texte de départ disparaît par la même occasion et la limite entre questionnaire de départ et questionnaire d’arrivée tend à s’effacer. Le questionnaire de départ perd son statut de modèle qui ne peut souffrir aucune transformation. Il évolue au gré des multiples échanges et s’enrichit grâce aux interactions entre le questionnaire français et le questionnaire anglais. Le questionnaire d’arrivée n’est plus le simple double du questionnaire de départ ; il devient son alter ego. Il devient aussi légitime que le questionnaire de départ pour servir de base de réflexion et de traduction. Le but ultime est de déclencher des réponses équivalentes et intelligibles pour les deux pays afin que les données collectées soient comparables, enjeu souvent abordé par les chercheurs mais qui pose encore de nombreuses difficultés. Il faut tenter de minimiser l’impact des multiples biais d’interprétation et de construction des questionnaires (biais d’empathie, de confirmation ou de réponse par exemple). Le traducteur a un rôle important à jouer à cet égard car il conserve un regard plus extérieur par rapport aux autres parties prenantes.

Bibliographie

Bibliographie

BARBIN Franck, « Contexte et traduction : au-delà des apparences », in Le Contexte, 17es Journées de Rochebrune, à paraître.

CROMPTON Rosemary & Clare LYONETTE, « Some Issues in Cross-National Comparative Research Methods : A Comparison of Attitudes to Promotion, and Women’s Employment, in Britain and Portugal », Work, Employment and Society, 20, 2, 2006, p. 403-414.

DAMART Sébastien & Eric PEZET, « Étude exploratoire sur l’attitude des managers envers le coaching », Revue de gestion des ressources humaines, 67, 2008, p. 38-48.

DAVOINE Lucie & Dominique MEDA, Place et sens du travail en Europe : une singularité française ?, Noisy-le-Grand, Centre d’Études de l’Emploi, 2008.

HARKNESS Janet A., Fons J. R. VAN DE VIJVER & Peter Ph. MOHLER, Cross-Cultural Survey Methods, New York, John Wiley & Sons, 2002.

KRAM Kathy, « Phases of the Mentor Relationship », Academy of Management Journal, 26, 4, 1983, p. 608-625.

KUMATA Hideya & Wilbur SCHRAMM, « A Pilot Study of Cross-Cultural Meaning », Public Opinion Quarterly, 20, 1, 1956, p. 229-238.

PERSSON Sybil & Silvester IVANAJ, « Faut-il adopter le mentoring en France ? États des savoirs et perspectives généalogiques », Management & Avenir, 25, 2009, p. 98-115.

RAGINS Belle Rose, « Diversified mentoring relationships in Organizations : A Power Perspective », Academy of Management Review, 22, 1997, p. 482-521.

SMITH Peter B., « Acquiescent Response Bias as an Aspect of Cultural Communication Style », Journal of Cross-Cultural Psychology, 35, 1, 2004, p. 50-61.

SMITH Tom W., « Developing Comparable Questions in Cross-National Surveys », in Harkness Janet A., Fons J.R. Van de Vijver & Peter Ph. Mohler (eds), Cross-Cultural Survey Methods, New York, John Wiley & Sons, 2002.

Auteur

Enseigne l’anglais depuis quatre ans à l’Université de Rouen dans le département Langues et Communication. Il s’intéresse tout particulièrement à la manière de tenir compte de l’oralité à l’écrit (notamment pour un matériel folklorique) et de la place du mentoring et des émotions en entreprise. Il est habitué des rencontres à l’Université d’Artois, notamment « Le Traducteur-censeur dans le monde arabe » en juin 2007 et « Statistique textuelle et traduction : quelles pertinences ? » en janvier 2006. Il traduit régulièrement des articles dans les domaines de la gestion et de la psychologie.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search