Version classiqueVersion mobile

Le double en traduction ou l’(impossible ?) entre-deux. Volume 1

 | 
Michaël Mariaule
, 
Corinne Wecksteen

La double contrainte du traducteur de sociolectes littéraires : entre adéquation et acceptabilité

Karen Bruneaud-Wheal

Texte intégral

  • 1 Fremdheit (Ang. strangeness), « l’étrangeté de l’étranger dans toute sa force » (Berman 1984 : 247)

La traduction se situe […] dans cette région obscure et dangereuse où l’étrangeté démesurée de l’œuvre étrangère et de sa langue risque de s’abattre de toute sa force sur le texte du traducteur et sa langue, ruinant ainsi son entreprise et ne laissant au lecteur qu’une Fremdheit inauthentique. Mais si ce danger n’est pas couru, on risque de tomber immédiatement dans un autre danger : celui de tuer la dimension de l’étranger. (Berman 1984 : 248)1

1Cette phrase à elle seule résume parfaitement la double contrainte (ou double-bind) à laquelle est soumis le traducteur de textes littéraires. Lorsque nous avons reçu cet appel à communication pour les journées du « double en traduction », il nous a semblé impossible de ne pas l’interpréter comme le « double-bind » qui déchire le traducteur, ce schizophrène hanté par son désir de bien faire, d’être fidèle à la lettre originale, mais dans une langue autre, tâche impossible s’il en est. Dans la traduction de sociolectes littéraires, c’est-à-dire de faits de langue dits « non standard », le traducteur subit plus que jamais la pression de ce paradoxe qui lui demande de choisir entre le possible, qui consisterait à étirer, modeler, faire violence à la langue de réception pour lui faire restituer l’étrangeté de l’autre, et celle lui demandant d’être lisible, acceptable – et vendable – avant tout. C’est l’éternel dilemme entre adéquation et acceptabilité pour reprendre les mots de Toury (1995, 1998). Le sujet est vaste et dépasse largement l’envergure d’une communication comme celle-ci, aussi avons-nous restreint la présente analyse au parcours de traduction d’un traducteur particulier (Maurice-Edgar Coindreau) et à son traitement d’un idiolecte spécifique, celui de l’idiot du Bruit et de la fureur (Faulkner 1938). À travers des exemples concrets, nous observerons les stratégies que le traducteur met en place pour gérer cette double contrainte et résoudre les difficultés liées à la traduction d’une « écriture-déviance » (Folkart 1991 : 170).

2Nos recherches portent plus particulièrement sur des textes de la littérature anglophone présentant des traits linguistiques non standard, tout en s’inscrivant dans la pratique globale de la traduction littéraire. En effet, il n’est pas question ici de littérature dialectale réservée à des locuteurs de dialecte, mais bien d’œuvres de littérature générale, qui présentent dans leur écriture, des occurrences, plus ou moins nombreuses et plus ou moins fréquentes, de discours non standard. L’intérêt de ce type de littérature pour la traductologie est double : d’une part, à l’instar de Lane-Mercier (1997), nous sommes d’avis que la traduction de sociolectes littéraires est paradigmatique de la traduction en général, en ce qu’elle focalise un certain nombre de difficultés inhérentes à la traduction, et d’autre part, elle oblige le traducteur à adopter une position socio-idéologique par rapport au texte traduit, affirmant ainsi sa « visibilité » et la responsabilité de ses actes (Lane-Mercier 1995 : 87). Ce type de littérature représente donc un point de départ privilégié pour étudier l’action du traducteur et les choix idéologiques et politiques que celui-ci peut être amené à faire.

3Notre approche traductologique s’inspire du paradigme bermanien de l’analytique des tendances déformantes comme moyen d’évaluation des décalages d’équivalence. Nous souhaitons comprendre, à travers les choix opérés par le traducteur, comment celui-ci gère sa double allégeance à la lettre du texte source et à la langue du texte d’arrivée. Notre perspective se veut interdisciplinaire et s’inscrit en droit fil de la traductologie réaliste prônée par Michel Ballard : cette démarche est basée sur l’observation de l’action du traducteur et de ses « façons de faire pour essayer d’en décrire le fonctionnement » (Ballard 2006 : 189), et nous permettre de « déboucher sur la mise en évidence de ce qui relève de l’individuel et du collectif ou de l’inconscient dans l’effectuation de l’acte de traduction » (Ballard 2007 : 47). En examinant le parcours de traduction de Maurice-Edgar Coindreau, nous tenterons ainsi de discerner lesquels de ces choix semblent relever de contraintes extérieures (normes linguistiques et esthétiques, position dans le polysystème, etc.), et lesquels nous semblent résulter de la personnalité du traducteur comme agent social défini par son habitus spécifique et individuel. Nous serons donc amenée à mobiliser des apports du champ de la sociologie appliqués à la traduction (Simeoni 1998, Gouanvic 2007), de la théorie du polysystème (Toury 1995, 1998) et bien entendu de l’analytique bermanienne des tendances déformantes.

4 Nous allons dans un premier temps définir la notion de non-standard et le concept de dialecte littéraire, ainsi que le rôle socio-idéologique que celui-ci joue dans les œuvres concernées. Nous reviendrons dans un deuxième temps sur notre ancrage théorique, avant d’aborder notre étude sur corpus destinée à mettre en évidence le travail du traducteur pour gérer la double contrainte de la traduction des « écritures-déviances ».

1. Ever’body talks different2

  • 2 En référence à Steinbeck (1939) : « “Ever’body says words different, ’ said Ivy. ‘Arkansas folks sa (...)

5La première chose que nous souhaitons noter, c’est que la notion de langue « non standard » s’inscrit en faux de l’idéologie du « standard » (L. Milroy 1999 : 174), ou variété neutre, explicite, « impersonnelle et anonyme » pour reprendre les termes de Bourdieu (1982 : 31). Le non-standard relève de l’usage particulier, de « la langue réelle dans son existence concrète » (Coseriu 2006). Il est « marqué » et peut présenter des formes grammaticales et syntactiques déviantes. Celles-ci fonctionnent généralement en système, un système doté de sa propre cohérence.

  • 3 Frédérique Spill (2009 : 282) parle d’une plus forte implication du lecteur dans le processus de (r (...)

6Les écrivains anglo-saxons ont bien compris l’intérêt de cette variabilité de la langue, sa capacité à être appropriée et remodelée pour évoquer une « vérité plus littérale que celle qu’ils auraient pu représenter en se limitant aux formes orthographiques et grammaticales standard » (Ives 1950 : 138), et nombreux sont ceux qui ont recréé des dialectes littéraires dans leurs œuvres. Le literary dialect est défini comme toute « tentative sérieuse de la part d’un auteur de représenter par écrit un discours restreint géographiquement, socialement, ou les deux », une stratégie stylistique qui a pour effet de recréer une certaine oralité vernaculaire (Berman 1985/1999 : 64) et de « démarquer socialement ou géographiquement (ou les deux) les personnages qui parlent ce dialecte » (Ives 1950 : 137-138). L’intérêt majeur du recours au dialecte littéraire ainsi défini réside dans ses propriétés déictiques : le non-standard suppose une distance énonciative plus faible et un recours au contexte situationnel et linguistique plus marqué (Cheshire 1997 : 80), c’est le langage de l’affect, de l’implicite, il établit une connexion plus forte entre le locuteur et le récepteur, et une plus grande implication de ce dernier (ce que Cheshire désigne sous le terme d’« involvement »). Au sein de l’œuvre littéraire, cette caractéristique sert le rapprochement socio-stylistique en impliquant plus fortement le lecteur3 : là où le standard exprime une relation de type public, formel, etc., le dialecte, régional, social ou idiosyncratique peut être utilisé dynamiquement pour représenter une relation plus intime, familière, affective, etc. (Traugott 1981 : 309). Utiliser le non-standard dans une œuvre littéraire est donc l’instrument idéal pour accentuer l’identification (Burkett 1978 : 7-8), l’illusion de réalisme ou d’authenticité (Fowler 1977 : 99 ; McKay 1976/1981 : 201).

  • 4 Folkart 1991 : 296.

7Enfin, il est essentiel de revenir sur la dimension de « recréation » des dialectes/sociolectes/idiolectes littéraires : il ne s’agit en aucun cas de « mimésis » absolue avec la réalité, mais d’une « représentation » stylistique et subjective opérée par l’écrivain. L’épaisseur de cette représentation est de nature à la fois conventionnelle et novatrice. En effet, elle est soumise aux contraintes « pragmatico-linguistiques » de l’écriture littéraire (rester dans les limites de la lisibilité, ne pas tomber dans la caricature, etc.), mais également à la position socio-idéologique de l’auteur et à sa stratégie d’orientation des effets de lecture (Lane-Mercier 1995 : 85). Les passages en dialecte peuvent donc s’assimiler à des syntagmes idiomatiques (comme les proverbes ou les locutions)4 : ils sont à la fois la manifestation d’un univers sociolinguistique et « d’une inventivité, donc de l’individuel » (Folkart 1991 : 292), et ce, quelles que soient les conventions pragmatico-linguistiques mobilisées pour leur actualisation. Comme Ballard le souligne, même le proverbe, syntagme idiomatique conventionnel et figé par excellence, « appartient à un répertoire mais il est utilisé par un individu dans une situation, un contexte, à des fins multiples […] ; cette utilisation textuelle peut revêtir des formes diverses dont il convient de tenir compte pour sa traduction » (Ballard 2006-2007 : 62). Nous arguons donc que l’utilisation des sociolectes relève à la fois d’une convention collective, mais également de la « compétence discursive d’un sujet individuel, et plus spécifiquement des traits idiosyncratiques qui la caractérisent » (Kerbrat-Orecchioni citée par Chapdelaine 1996 : 104).

8Cette conclusion nous permet de faire un lien vers le type particulier de sociolecte dont nous allons traiter dans cette communication : l’idiolecte. La fonction idiolectale d’un discours donné correspond à la charge individuelle dont est porteur le discours d’un personnage. C’est la stylisation la plus extrême de la langue, puisqu’elle renvoie au discours d’un personnage unique, « détournant, en quelque sorte, la notion d’idiome : le langage qui s’impose dès [les] premières pages ne coïncide pas, en effet, avec l’ensemble des moyens d’expression d’une communauté » (Spill 2009 : 63). Le discours est ainsi individualisé par divers moyens, l’un d’entre eux, celui qui nous intéresse ici, consistant à recréer un « mind-style », c’est-à-dire une représentation psycho-stylistique de la compétence et des modes de cognition d’un personnage particulier, une notion que Fowler a définie comme suit :

  • 5 « Le terme de “mind-style” renvoie à la représentation linguistique spécifique du mode de cognition (...)

We may coin the term ‘mind-style’ to refer to any distinctive linguistic presentation of an individual mental self. A mind-style may analyse a character s mental life more or less radically; may be concerned with relatively superficial or relatively fundamental aspects of the mind; may seek to dramatize the order and structure of conscious thoughts, or just present the topics on which a character reflects, or display preoccupations, prejudices, perspectives and values which strongly bias a character’s world-view but of which s/he may be quite unaware. (Fowler 1977: 103)5

9Pour notre analyse de la double contrainte, nous avons choisi une illustration d’idiolecte (de mind-style) très spécifique : celui de l’idiot du Bruit et de la Fureur. Benjy est un personnage inarticulé : son discours n’en est pas un au sens propre puisqu’il est incapable de parler, sa production vocale se limite à des geignements et des cris, et le monologue créé par Faulkner reflète cette incapacité à « s’exprimer » au sens propre du terme. Benjy n’est pas un être pensant qui nous raconte quelque chose, le récit qui nous est donné est celui de son expérience (sensorielle pour la majeure partie) de la réalité : « Benjy does not use words, he does not tell us things, but experiences them directly » (Polk 1996 : 105). Les caractéristiques non standard de l’idiolecte de Benjy relèvent d’une compétence linguistique et cognitive limitée : une restriction que l’on retrouve dans l’agencement syntaxique de son discours et sa sous-lexicalisation.

2. Quelles contraintes pour la traduction ?

  • 6 Qu’elle soit « ethnocentrique » selon les termes de Berman (1985/1999) ou « annexionniste » selon c (...)

10Le français et l’anglais sont loin d’être égaux sur le plan de la variabilité linguistique : là où l’anglais se soumet à l’appropriation, à la variation et à l’innovation en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, « en français il faut être poète ou avoir la bénédiction de l’Académie pour se livrer au moindre bouleversement linguistique » (Wuilmart 2007 : 132). Par ailleurs, comme le souligne Berman, les discours traditionnels de la traduction véhiculent une idéologie de la traduction essentiellement normative (1985/1999 : 29), là où l’auteur a fait preuve d’audace, « d’anti-idéologie », la traduction doit « être écrite dans une langue normative – plus normative que celle d’une œuvre écrite directement dans la langue traduisante » (Berman 1985/1999 : 35). Cette forme de traduction assimilatrice6 consiste à acclimater le texte, à le « niveler […] pour lui faire passer la rampe et le rendre digeste par les concitoyens […], le raboter pour éliminer ses excroissances étrangères et bizarres » (Wuilmart 2007 : 130). Selon Berman, les traductions « ethnocentriques » sont directement liées à « la théorisation de la destruction de la lettre au profit du sens » (Berman 1985/1999 : 67), alors que traduire les « écritures-déviances » requiert de traduire l’« iconicité », la « corporéité » du discours, en d’autres termes, de « traduire le sens des formes » (Meschonnic 1973 : 421).

  • 7 « […] chaque champ est l’institutionnalisation d’un point de vue dans les choses et dans les habitu (...)

11Le traducteur, en tant qu’agent socialisé, est pris entre cette doxa, qui participe à son habitus spécifique7, et son habitus primaire ou individuel. Il y a nécessairement congruence (Bourdieu 1997 : 120) entre l’habitus primaire du traducteur, qui résulte de sa trajectoire personnelle, de son éducation, etc., et son habitus spécifique, acquis « par la pratique de la traduction dans le champ littéraire » (Gouanvic 2007 : 152). Cet ancrage théorique nous permet de rendre compte de l’influence croisée des sphères internes et externes de la traduction, c’est-à-dire, de ce que Ballard désigne comme la sphère limbique « des réseaux de qualités et de capacités humaines [ ] qui président à l’exécution de l’acte de traduction » (que l’on peut rapprocher de la « pulsion » de traduire bermanienne ou de l’habitus primaire du traducteur), et :

[…] une première sphère externe où se situent les langues et les textes (ce qui inclut l’identité de l’auteur et celle du traducteur), que l’on pourrait qualifier de sphère d’influences et de patrons (au sens de modèle), qui enveloppe le tout et régule la réception, les normes d’écriture, on peut y placer aussi les facteurs économiques qui ont une incidence sur la traduction. (Ballard 2006 : 183)

  • 8 Les 12 tendances déformantes identifiées par Berman sont : la rationalisation, la clarification, l’ (...)

La sphère « externe » ainsi définie nous renvoie directement au positionnement du traducteur et de l’œuvre à traduire dans le polysystème (ou champ) littéraire, et nous rapproche donc à la fois de la théorie bourdieusienne et de celle du polysystème développée par Even-Zohar (1990) et Toury (1995, 1998). Il nous semble que la mobilisation de la théorie bourdieusienne, en replaçant le traducteur au cœur du processus de traduction, nous permet de dépasser le mécanicisme du polysystème tout en en conservant les apports, et, in fine, de comprendre « les facteurs déformants opérant dans le traduire » par l’intermédiaire du sujet traduisant (Berman 1989 : 676)8. En développant « une réflexion sur le traducteur » comme le recommande la cinquième tâche du traductologue (Berman 1989 : 677), nous faisons appel à la fois à la sociologie de la traduction (le traducteur avec son habitus d’agent socialisé du champ littéraire) et à son éthique du traduire, autrement dit à sa responsabilité individuelle (Berman Ibid.).

3. Le traducteur entre doxa et pulsion de traduire

12Agrégé d’espagnol, Maurice-Edgar Coindreau débute sa carrière dans un lycée à Orléans, avant d’obtenir un poste à Princeton, où il sera Professeur de français de 1922 à 1961. C’est à ce poste qu’il repère les talents de la littérature américaine comme John Dos Passos, William Faulkner, Flannery O’Connor, avant de les « importer » en France. Lorsqu’il traduit The Sound and the Fury (1938), il n’en est pas à son coup d’essai, il a déjà traduit As I Lay Dying (1934) et Light in August (1935). La réception de Faulkner en France est extrêmement élogieuse : déjà repéré par Valéry Larbaud et André Malraux, on s’accorde à voir en lui un génie de la littérature américaine (Gouanvic 2007 : 153) . L’écrivain reçoit même un meilleur accueil en France que dans son propre pays où il lui faudra attendre le Prix Nobel de Littérature en 1950 pour obtenir la reconnaissance littéraire de ses compatriotes. Coindreau participe activement à la promotion de l’auteur en France : dès 1931, il publie un article particulièrement élogieux dans la Nouvelle Revue Française (NRF), et traduit dans la foulée deux nouvelles de l’auteur (« Septembre ardent », « Une rose pour Emily ») qui paraîtront en 1932 dans la NRF. Coindreau a une prédilection pour les écrivains du Sud américain :

Intellectuel, il assigne une fonction quasi philosophique aux œuvres qui ont sa prédilection, les romans du Sud des États-Unis. Cette fonction est liée au dépassement de l’échec historique de la guerre de Sécession. (Gouanvic 2007 : 159)

13Parmi ceux-ci, Faulkner occupe la première place pour Coindreau, qui établira un lien privilégié avec l’auteur qu’il admire profondément et se fera en quelque sorte son agent dans le champ littéraire français (Gouanvic 2007 : 154) . Lorsqu’il traduit The Sound and the Fury en 1938, on peut dire que le traducteur est déjà une figure établie du monde de l’édition et de la traduction, une légitimité acquise par une intégration des normes de traduction (Toury 1998 : 29), c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Gouanvic, « par une traduction conforme à la manière habituelle de traduire, la manière qui l’a fait apprécier » (Gouanvic 2007 : 160). Ainsi se dessine l’habitus d’un traducteur poussé « homologiquement vers les textes qui peuvent manifester une image tragique de la vie, image qu’il impose au texte au-delà de sa signifiance originelle » (Gouanvic 2007 : 159).

14Toutefois, le positionnement du traducteur dans le champ et son habitus ne sauraient, à eux seuls, rendre compte de son traitement d’une œuvre spécifique, sans être complétés de son « projet » de traduction. Le concept de projet de traduction, proposé par Antoine Berman pour la première fois en 1988 (1995 : 76), s’articule autour de la position à la fois individuelle et sociale du traducteur par rapport à la traduction, c’est-à-dire son positionnement par rapport au discours historique, social, littéraire et idéologique (la doxa) de la traduction et la manière dont il conçoit la tâche de la traduction en tant que sujet « pris par la pulsion de traduire » (1995 : 74). Si le projet de traduction ou visée « déterminés à la fois par la position traductive et les exigences à chaque fois spécifiques posées par l’œuvre à traduire » ne sont pas nécessairement énoncés ni théorisés (Berman 1995 : 76), on en trouve parfois les traces par le biais de paratextes plus ou moins développés (préfaces, écrits biographiques, avant-propos, entretiens, etc.). En l’occurrence, dans une ample préface, Coindreau présente le texte de Faulkner ainsi que les difficultés qu’il représente à la fois pour le traducteur et pour le lecteur.

15Plus qu’une préface, c’est un véritable réquisitoire pour convaincre le lecteur de dépasser les difficultés de lecture et se laisser « envoûter » par la plume faulknérienne. Son insistance à expliquer la manière d’écrire de Faulkner, quitte à la justifier aux yeux du lecteur, montre l’importance qu’il accorde à son style, à ses « procédés d’écriture ». Son discours est également révélateur de l’intellectuel et de l’enseignant en lui : il explique qu’il veut « faciliter au lecteur l’accès de cette œuvre complexe », lui « enseigner à aborder les difficultés du texte et comment les résoudre », car « la lecture de Faulkner est, en elle-même, une petite science. » (p. 8). Il assume donc le rôle d’introducteur et prévient le « lecteur paresseux » qui pourrait se laisser décourager par le style faulknérien « plein d’embûches » (p. 13) : le roman de Faulkner, précise-t-il, « exige […] une attention soutenue », mais « la compréhension absolue de chaque phrase n’est nullement nécessaire pour goûter » la « beauté tragique » de l’œuvre, encore accrue par le mystère, « la brume qui [l’]enveloppe » (p. 15). Une telle introduction ne laisse pas prévoir une œuvre « naturalisée », corrigée de ses excès, ce qui a priori ne cadre pas avec les conclusions de Berman et de Meschonnic, pour qui les premières traductions sont bien souvent des traductions assimilatrices (Berman 1990 : 4 ; Meschonnic 1973 : 313). Au contraire, Coindreau semble proposer une « éducation à l’étrangeté » (Berman 1985/1999 : 73) du texte faulknérien. Coindreau conclut donc sa préface sur ces mots :

[…] c’est bien une traduction [que j’offre au lecteur français] et non une adaptation plus ou moins libre. J’ai scrupuleusement respecté la graphie de l’original et n’ai ajouté, que je sache, aucune obscurité. Souvent, au contraire, la précision de la langue française m’a amené, malgré moi, à éclaircir le texte. […] Je ne me suis dérobé devant aucun obstacle. J’ai cependant résolument écarté toute tentative de faire passer dans mon texte la saveur du dialecte noir. (Coindreau in Faulkner 1938 : 17)

Nous reviendrons plus loin sur une interprétation possible de la notion du « respect de la graphie de l’original », mais une autre constatation s’impose ici : les scrupules du traducteur s’arrêtent là où commence le dialecte noir, une réticence en partie justifiée par la déclaration qu’il fait suivre : « il y a là, à mon avis, un problème […] insoluble » (Coindreau in Faulkner 1938 : 17), mais qui nous semble également découler de sa lecture du personnage de Dilsey, en qui il croit reconnaître : « la sœur noire de la Félicité de Flaubert » (op. cit. : 13) :

All men of my generation have known in the homes of their parents and their grandparents white counterparts of Dilsey. We know how they spoke and this is the thing that concerns us. (Coindreau in Vidal 1991: 174)

Après avoir présenté ci-dessus la position traductive de Maurice-Edgar Coindreau, compromis élaboré à partir de son internalisation des normes ambiantes et de sa « conception ou perception personnelle du traduire » (Berman 1995 : 74), nous allons examiner comment ce contrat tacite se révèle à travers ses choix de traduction.

4. Traduire la parole inarticulée

It is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing. (Macbeth, V, 5, 26-28)

  • 9 À titre indicatif, la page 71 présente à elle seule plus de dix sauts temporels de ce type.

16Le passage ci-dessous constitue l’incipit du roman The Sound and the Fury (1929), narré du point de vue de Benjy, personnage mentalement retardé et muet. Le choix du narrateur déficient place Faulkner « en porte-à-faux par rapport aux conventions narratives et aux attentes subséquentes du lecteur. À travers le personnage de Benjy, narrateur idiot, il met en place un idiolecte, […] expression de la spécificité d’un être qui ne sait fondamentalement ni parler ni penser » (Spill 2009 : 63). Caractéristique d’un enfant découvrant le monde, son discours est un vacarme de perceptions sensorielles, mélange d’instantanés mêlant passé et présent au rythme (parfois effréné) où les images et leurs évocations se succèdent dans sa pensée9.

17Cet extrait est d’autant plus significatif pour nous qu’il représente le premier contact avec ce personnage et conditionne donc notre perception de celui-ci :

  • 10 À partir de ce point, pour les exemples tirés de notre corpus, nous adopterons la notation suivante (...)

Through the fence, between the curling flower spaces, I could see them hitting. They were coming toward where the flag was and I went along the fence. Luster was hunting in the grass by the flower tree. They took the flag out, and they were hitting. Then they put the flag back and they went to the table, and he hit and the other hit. Then they went on, and I went along the fence. Luster came away from the flower tree and we went along the fence and they stopped and we stopped and I looked through the fence while Luster was hunting in the grass.
“Here, caddie.” He hit. They went away across the pasture. I held to the fence and watched them going away.
[…]
They were hitting little, across the pasture. I went back along the fence to where the flag was. It flapped on the bright grass and the trees.
[…]
It was red, flapping on the pasture. Then there was a bird slanting and tilting on it. Luster threw. The flag flapped on the bright grass and the trees. I held to the fence. (Faulkner 1929: 3-4)10

  • 11 Parmi les rares cas d’hypotaxe, on retrouve une subordonnée adverbiale exprimant la simultanéité « (...)

18Ce passage lacunaire (il faudra peut-être au lecteur plusieurs retours en arrière pour comprendre qu’il s’agit de la description d’une partie de golf) procède par associations signalant d’entrée des capacités narratives limitées, à la manière d’un enfant (topic-associating vs. topic-centered discourse, Toolan 1988 : 190). Typique du style de Benjy, c’est un assemblage rudimentaire d’impressions sensorielles plus ou moins déconnectées (Leech et Short 1981/2007 : 166). La structure du texte est simplifiée à l’extrême : la longueur moyenne d’une phrase est d’une dizaine de mots, l’agencement syntactique est principalement paratactique et coordonné (les principaux « connecteurs » du discours sont « and » et « then »11), dénotant une cognition très limitée. Cet effort stylistique renforce l’idée que Benjy ne fait qu’enregistrer passivement des impressions plus ou moins fugaces des choses. Il n’a pas l’intellect nécessaire pour en comprendre le sens et/ou relier logiquement les événements entre eux : sa « perception instantanée des objets et des événements […] exclut les opérations réflexives » (Guillemin-Flescher 1981 : 86). Cette absence de lien de causalité est encore accentuée par son utilisation marquée de verbes sans objets, que ceux-ci admettent normalement l’usage intransitif (comme « hunt », « hit ») ou non (« threw, cf. Leech et Short 1981/2007 : 165).

19Lorsqu’on examine le texte de plus près, il n’y a pas que sa syntaxe qui soit limitée, son discours est extrêmement répétitif et témoigne d’une sous-lexicalisation : son vocabulaire est simple, essentiellement constitué de mots courants, principalement des hyperonymes, et il substitue des périphrases aux termes qu’il ne connaît pas (« flower tree », « curling flower spaces »). On note que les noms réfèrent tous à des choses concrètes, jusqu’à l’espace entre les fleurs qui devient physiquement présent (voir plus loin). Sur les 34 occurrences de noms, seuls trois ne sont utilisés qu’une fois (« space », « bird » et « table »). Tous les autres sont répétés plusieurs fois, à intervalles très rapprochés : le mot « fence » apparaît huit fois, le mot « flag », cinq fois, le mot « grass », quatre, etc. (Leech et Short 1981/2007 : 164). Ce phénomène de répétition est également notable dans les verbes, avec « go » qui revient huit fois, la répétition de « hit » six fois, « flap » trois fois, et « hunt » et « hold » deux fois (Leech & Short Ibid.). Nous allons maintenant examiner en détail la stratégie de ré-énonciation mise en place par le traducteur.

4.1. Le traitement des répétitions

20Comme Ballard le souligne dans son chapitre de Versus 2 consacré à ce sujet (p. 297-315), face à la figure de la répétition, la première chose à faire est de déterminer la motivation de celle-ci : procède-t-elle du fonctionnement de la langue anglaise ou d’un effet recherché ? Le traducteur doit effectuer un travail de topographe et déterminer le relief figural du texte « par rapport au niveau de la mer (le niveau stylistique zéro de la désignation ou de la dénotation) » (Richard 2005 : 114-115), avant de procéder à la négociation de sa représentation dans le texte d’arrivée. Dans le cas d’une répétition rhétorique volontaire, le traducteur tentera généralement de la préserver (Ballard 2004 : 300). Au vu des caractéristiques du texte que nous venons d’évoquer plus haut, il ne fait pas de doute que la répétition est un élément rhétorique important du mind-style de Benjy, c’est-à-dire de la représentation psycho-stylistique de son discours.

  • 12 Ici est inséré un renvoi à la note du traducteur suivante : « Nom que l’on donne aux garçons qui su (...)

À travers la barrière, entre les vrilles des plantes, je pouvais les voir frapper. Ils s’avançaient vers le drapeau, et je les suivais le long de la barrière. Luster cherchait quelque chose dans l’herbe, près de l’arbre à fleurs. Ils ont enlevé le drapeau et ils ont frappé. Et puis ils ont remis le drapeau et ils sont allés vers le terre-plein, et puis il a frappé, et l’autre a frappé aussi. Et puis, ils se sont éloignés et j’ai longé la barrière. Luster a quitté l’arbre à fleurs et nous avons suivi la barrière, et ils se sont arrêtés, et nous nous sommes arrêtés aussi, et j’ai regardé à travers la barrière pendant que Luster cherchait dans l’herbe.
« Ici, caddie12. » Il a frappé. Ils ont traversé la prairie. Cramponné à la barrière, je les ai regardés s’éloigner.
[…]
Ils frappaient encore un peu, là-bas, dans la prairie. Je me suis dirigé vers le drapeau, le long de la barrière. Il claquait sur l’herbe brillante et sur les arbres.
[…] Il était rouge, et il claquait sur la prairie, et puis, un oiseau s’est approché, en diagonale, et est resté perché dessus. Luster a lancé. Le drapeau a claqué sur l’herbe brillante et sur les arbres. Je me cramponnais à la barrière. (Le Bruit et la fureur, trad. Maurice-Edgar Coindreau 1938 : 21-22)

À l’exception du glissement hypo-hyperonymique de « fleurs » à « plantes » (sur lequel nous reviendrons plus loin), on note que le traducteur a opté pour la transparence, en adoptant la même figure de style en français. Il a tenu à conserver la grande majorité des répétitions de substantifs en français avec la reprise du mot « barrière » huit fois, du mot « drapeau » cinq fois, « herbe » quatre fois, et des verbes comme « frapper » six fois, « claquer » trois fois, etc.

21L’autre phénomène de redondance stylistique dans cet extrait concerne les verbes de mouvement :

  • 13 Suite à des remarques intéressantes qui nous ont été faites durant le colloque, il nous semble impo (...)

Le passage anglais présente huit occurrences du verbe « go » suivi de divers adverbes de localisation (« through », « toward », « away front », « back », « across », etc.)13. Dans ce cas, le traducteur n’a pas conservé la répétition du signifiant, et y a substitué une répétition sémantique (ou « redondance sous-jacente », Ballard 2004 : 305). Les adverbes de mouvement du texte anglais ont été recatégorisés et sont restitués sémantiquement par le biais des hyponymes « s’éloigner », « suivre/longer », « traverser », etc. On retrouve ainsi cinq hyponymes (« suivre », « s’éloigner », « longer », « traverser », « se diriger ») là où l’anglais use du même verbe huit fois. Si l’on examine cette stratégie a priori « normalisatrice », les choix individuels ne résultent pas des mêmes facteurs. Ainsi, les contraintes d’ordre strictement linguistique imposent l’utilisation de « suivre » à la place d’« aller le long » ; cependant, lorsque Coindreau le glose par le verbe « longer », le choix nous semble plutôt guidé par la norme conservatrice de la tradition littéraire française, naturellement réfractaire à la répétition (Ladmiral 1979 : 225). Concernant le choix du verbe « s’éloigner » en substitution de « go on/go away », que l’on pouvait gloser par « partir/repartir » ici, il est partiellement motivé par les normes linguistiques et stylistiques de la langue d’arrivée, mais le traducteur pouvait le reprendre dans « ils se sont éloignés à travers la prairie » au lieu d’introduire un nouveau verbe (« traverser »), un choix spontanément opéré en réponse au classique chassé-croisé anglais, mais qui n’est en aucun cas obligatoire. Enfin, le traducteur opère un décalage de registre plus important encore en recourant au verbe pronominal « se diriger (vers) », un choix qui ne relève d’aucune contrainte externe et reflète donc, à notre sens, la soumission à une certaine perception de la « belle langue ».

  • 14 Comme dans le cas d’un tic de langage par exemple.

22Au niveau de l’extrait dans son ensemble, la répétition rhétorique est conservée dans une certaine mesure par le biais de la redondance sous-jacente (abondance des verbes de déplacement), mais l’aspect limitant de la répétition lexicale est abandonné. En effet, dans le cas présent, la répétition du verbe go ne fonctionne pas comme un élément prosodique du texte14, mais résulte bien de la sous-lexicalisation du narrateur (du fait de sa compétence linguistique et cognitive limitée, Fowler 1986 : 194). La multiplication des verbes de mouvement et l’introduction de synonymes participent à l’enrichissement quantitatif du discours de Benjy, une tendance déformante qui est le versant « positif » (si l’on peut dire), de l’appauvrissement quantitatif identifié par Berman : au lieu d’une déperdition lexicale (Berman 1985/1999 : 59), on a une variété lexicale accrue, qui déborde les capacités idiosyncratiques du personnage déficient (Polk 1996 : 104).

4.2. L’enrichissement qualitatif

23À travers le traitement d’une figure de style de l’idiolecte de Benjy, nous avons commencé d’entrevoir les difficultés qui se posent au traducteur dans la traduction d’un discours cognitivement et linguistiquement limité, et en particulier, comment la recherche d’équivalence(s) peut se solder par une plus grande variété lexicale en français.

24L’exemple qui suit relève à la fois de l’enrichissement quantitatif comme nous l’avons défini plus haut, et de l’enrichissement qualitatif. Il concerne plus particulièrement les effets de décalage connotatif opérés par certains choix lexicaux du traducteur :

  • 15 Par exemple : « We came to the broken place and went through it. » (SF : 4).
  • 16 En cherchant un peu, nous avons trouvé l’occurrence suivante « […] il se persuada que le parfum des (...)

25La double difficulté du syntagme « the curling flower spaces » relève à la fois du lexique utilisé et de la représentation du monde qu’il véhicule. En effet, la vision de concrétude de Benjy rend même le « vide » physique : il croit littéralement voir « entre les espaces » qui séparent les fleurs comme si ces vides étaient aussi concrets que le reste de sa réalité, un trait que l’on retrouve plus loin dans le texte en diverses occurrences15 (cf. Bockting 1995 : 43, Leech et Short 1981/2007 : 165). Le traducteur effectue donc une première opération de clarification en « corrigeant » l’erreur de Benjy, il passe de « between the… spaces » à « entre les… plantes ». La deuxième difficulté réside dans la recherche d’un équivalent acceptable pour la périphrase « curling flower(s) », qui désigne littéralement « les fleurs enroulées à la barrière ». Le traducteur choisit l’hyperonyme « plantes » à la place des « fleurs » et procède à une modulation en substituant le syntagme nominal « vrilles des plantes » à la périphrase originale. La désignation technique et sans détours de l’objet en français supprime la poéticité naïve de l’idiot contenue dans la description simple et pragmatique de la périphrase anglaise. On aurait pu imaginer simplement « entre les fleurs enroulées », qui aurait véhiculé à la fois le sens et la « fonction » du texte original tout en étant compatible avec la compétence discursive du personnage16.

26Un premier bilan des choix lexicaux du traducteur laisse apparaître une tendance à l’enrichissement à la fois quantitatif et qualitatif, les deux étant susceptibles d’être combinés, comme dans l’exemple qui précède. Nous avons défini l’enrichissement quantitatif comme un accroissement quantifiable du lexique dans le cas présent, son homologue qualitatif est adapté d’une autre tendance déformante bermanienne (l’appauvrissement qualitatif). L’enrichissement qualitatif consiste en un remplacement de termes, expressions, tournures, etc. de l’original, par des termes, expressions, tournures, etc. ayant une plus grande richesse (sonore, signifiante, iconique) que ceux de l’original (d’après Berman 1985/1999 : 58). Cette tendance déformante est illustrée par exemple dans le glissement hypero-hyponymique de « hold » à « se cramponner », qui accentue l’effet dramatique, là où on aurait pu avoir « se tenir/s’accrocher ». Une autre instance d’enrichissement qualitatif concerne la traduction de « pasture », que le traducteur traduit par « prairie ». En anglais, « pasture » peut être traité comme hyponyme et désigne un pré, un terrain agricole où l’on envoie pâturer les bêtes. Mais si la dénotation de la « prairie » française est proche, elle renvoie à une connotation plus recherchée et plus poétique que l’hyperonyme « pré » par exemple, qui peut recouvrir autant la notion d’espace de jeu où pousse « l’herbe brillante » (espace que Benjy a perdu suite à sa vente aux promoteurs du golf), que la notion de « pâturage » (emploi auquel était auparavant dévolu cet espace). Ce choix lexical ne nous semble pas conditionné par des contraintes extérieures, mais par une vision littérarisante du texte qui participe de la tendance à l’ennoblissement.

27En d’autres occasions, les décalages connotatifs sont plus difficilement évitables, comme dans le cas de la traduction de « rattle » par « bruire » et ses dérivés, comme le montre l’exemple suivant :

  • 17 On aurait pu éventuellement songer à « crisser » (« Produire un bruit aigu de frottement (objets du (...)

La traduction de « rattle » pose le problème de l’équivalent en français, et implique généralement un phénomène d’hyponymisation de l’anglais au français (Ballard 2004 : 101). Cependant, dans ce cas précis, « rattling » n’évoque pas une répétition de bruits durs ou métalliques, et peut difficilement se traduire par « s’entrechoquer », « crépiter », « tambouriner », « claquer », etc. Le traducteur a donc recours à l’hyperonyme « bruire », ce qui a pour effet secondaire de substituer une collocation courante en français à une figure de style idiosyncratique en anglais (« rattling the leaves »). Il y a donc une légère entropie sémique, et ennoblissement involontaire par la substitution d’une figure à une non-figure (Meschonnic 1973 : 313). Cette poétisation du texte est particulièrement significative dans le cas des « fleurs brunes et bruissantes » qui superposent en plus un effet d’allitération à la collocation17. À la « rhétorique de l’idiot » avec ses inventions lexicales qui lui confèrent sa poétique singulière, est substituée une collocation traditionnelle du polysystème d’arrivée.

4.3. La traduction-clarification

28Nous avons déjà évoqué brièvement la prépondérance de verbes intransitifs dans l’expression de Benjy (Fowler 1986 : 195) qui révèle son incapacité à établir des liens de causalité entre les actions et leur objet :

  • 18 Nous avons rajouté cette occurrence que l’auteur a omise.

La trouvaille la plus étonnante de l’invention du langage idiot revient sans aucun doute à l’absence d’objet direct dont voici le relevé exhaustif des pages trois et quatre : « I could see them hitting » ; « Luster was hunting » ; « they were hitting » ; « he hit and the other hit » ; « Luster was hunting »18, « He hit » ; « They were hitting little » ; « Luster threw ». Précédant souvent le point final de la phrase, les verbes transitifs dépourvus de leur complément d’objet direct sont autant de ruptures qui désorientent la lecture. (Berne 2009 : 127)

  • 19 Nos remerciements à Cindy Lefebvre-Scodeller pour avoir attiré notre attention sur l’existence de c (...)

29Or, nous remarquons que la traduction réintroduit l’objet direct en plusieurs occasions : « j’ai longé la barrière / nous avons suivi la barrière », « je les suivais », « Luster cherchait quelque chose ». Les contraintes spécifiques de la langue d’arrivée imposent l’usage transitif du verbe « suivre » dans ce sens (et donc le complément d’objet « barrière »), par contre, elles n’imposent nullement d’y substituer « les joueurs » : le traducteur introduit un décalage particulièrement important lorsqu’il écrit « je les suivais ». Si Benjy « suit » quelque chose, c’est la barrière, il ne sait pas qu’il suit les joueurs, il essaie simplement de les conserver dans son champ de vision. La traduction lui prête ici une intentionnalité qu’il n’a pas et s’écarte fortement de l’anglais « I went along the fence ». Mais la clarification la plus importante qu’introduit le traducteur est à venir : « Luster cherchait quelque chose dans l’herbe » pour « Luster was hunting in the grass ». Incapable de relier les gestes à leur but, Benjy est encore moins capable de se projeter déictiquement pour prêter à d’autres des capacités de volition ou d’intention. Luster cherche une pièce de 25 cents qu’il a égarée dans l’herbe, Benjy ne le sait pas, il n’est pas à même d’établir le rapport entre Luster penché dans l’herbe et l’objet de ses recherches. La décision du traducteur de réincorporer l’objet implique un décalage dans le mind-style de Benjy, une décision d’autant plus étonnante que lorsque le syntagme est répété quelques lignes plus bas il le traduit par « Luster cherchait dans l’herbe ». Ce décalage d’équivalence nous paraît polémique, en particulier dans un passage qui sert à l’établissement de l’identité de Benjy ; nous pensons qu’il est révélateur d’un parti-pris « “traditionnel” du traducteur français » pour qui la notion de correction supplante – pour un moment – les droits du discours idiosyncratique (Van Quickelberghe 1995 : 24)19.

5. Le sujet traduisant entre auto-effacement et indices de ré-énonciation

30Les décalages d’équivalence que nous venons d’évoquer sont autant de traces du travail du traducteur, et donc autant d’indices de ré-énonciation (Folkart 1991 : 384 sqq.). Toutefois, comme nous avons pu l’observer, ils ne permettent pas toujours de distinguer avec certitude la part de réappropriation personnelle et celle des contraintes extérieures dans la motivation de ces choix. Nous allons donc maintenant nous intéresser à des décalages qui, à notre sens, inscrivent plus visiblement la subjectivité du traducteur dans l’épaisseur de la « marge traductionnelle » (Folkart 1991). Notre premier exemple concerne l’une des dernières phrases de notre extrait :

Then there was a bird slanting and tilting on il. (SF: 5)

En anglais, on a une phrase existentielle introduite par there : « elle permet d’introduire, à l’aide d’un élément non marqué (there) un élément nouveau d’information » (Ballard 2004 : 194). Nous ajouterons que cette absence apparente de prise en charge du discours à travers la tournure impersonnelle produit un effet d’objectivité. Cette phrase rentre parfaitement dans le cadre des structures mentales du narrateur qui enregistre passivement une information nouvelle, ou plutôt une nouvelle image. Le traducteur opte pour une restructuration radicale, en allant vers une « phrase canonique à sujet défini issu du prédicat de be » (Ballard 2004 : 205) :

Le traducteur réoriente ainsi la relation par rapport au référent du syntagme nominal « a bird slanting and… ». On est passé de l’introduction « brute » d’un fait (l’oiseau est là) à une transformation complète où non seulement l’énoncé est réorienté autour de l’oiseau, mais où il est également aménagé pour passer d’une image statique à un événement dynamique. Dans la situation source un oiseau apparaît dans le champ de vision du narrateur, perché de biais sur le drapeau (on peut noter le « then there was… on », il s’agit bien d’un résultat, l’oiseau est là), alors que dans la traduction, celui-ci s’approche « en diagonale », ce qui implique de surcroît une bonne perception de l’espace chez un narrateur qui voit un drapeau claquer à la fois sur l’herbe et sur les arbres. Le décalage en français est important, non seulement l’oiseau s’approche, mais en plus, il s’approche en diagonale, alors que la perception spatiale de Benjy est essentiellement unidimensionnelle (plane), c’est son angle de vue qui est « oblique » (Berne 2009 : 109). La stratégie du traducteur dénote une volonté de ne pas perdre une miette de l’énoncé original et de préserver la redondance stylistique de « slanting and tilting » dans une certaine mesure (« s’est approché/est resté perché »). À notre sens, ce doublet relève autant du mode d’expression du narrateur que de la spécificité linguistique de l’anglais (phénomène que l’on peut observer dans nombre de locutions anglaises figées) ; or le traducteur a choisi de l’interpréter comme un élément à haut relief figural. Il a donc tenté de le préserver, même si la redondance n’a plus rien de synonymique (les deux verbes renvoient à deux actions distinctes, et les deux syntagmes verbaux ne sont plus coordonnés, mais séparés par « en diagonale »). En investissant « slanting and tilting » d’une valeur symbolique forte, le traducteur a créé un déplacement sur plusieurs plans, et introduit une compétence cognitive nouvelle dans la représentation psycho-stylistique du narrateur.

31L’exemple qui suit va un peu plus loin dans la stratégie de ré-énonciation. Nous pouvons ici véritablement parler de stratégie, car il y a systématisation d’un choix de traduction à travers le texte, qui nous semble dériver directement de la lecture personnelle du traducteur. Nous avons mentionné à plusieurs reprises l’omniprésence des perceptions sensorielles chez Benjy. Les souvenirs fugaces qui l’assaillent sont presque toujours associés à des sons, des sensations visuelles ou olfactives :

Notre remarque ici porte sur la présence du modal « can/could » devant les verbes de perception. D’une utilisation extrêmement courante en anglais, le maintien du verbe « pouvoir » ne s’impose pas naturellement en français. Pourtant le traducteur l’a préservé chaque fois que le modal était présent dans le texte original. La dimension optionnelle de ce choix et sa régularité nous forcent à y voir une stratégie délibérée du traducteur.

32Pour Dupas (1997), auteure d’une étude linguistique sur les verbes de perception en anglais et en français, could n’est ni plus ni moins que « la trace d’une actualisation de la sensation » (Dupas 1997 : 253), c’est-à-dire l’expression du fait que Benjy enregistre passivement ces bruits, ces odeurs, ces images, lorsqu’ils sont a sa portée. Dupas cite également Leech, pour qui l’utilisation de can devant les verbes de perception peut servir a distinguer un état plutôt qu’un événement (Leech in Dupas 1997 : 255), une explication qui semble cohérente avec les emplois qui en sont faits dans le texte : en effet, lorsque Benjy entend un son « événement » (en général source de perturbation), l’auxiliaire disparaît en anglais :

Mr Patterson was chopping in the green flowers. […] Mrs Patterson came across the garden, running. When I saw her eyes I began to cry. […] Mr Patterson climbed the fence. He took the letter. Mrs Patterson’s dress was caught on the fence. I saw her eyes again and I ran down the hill. (SF: 13-14)
Then I heard Caddy walking and I began again. […]
Father shut the door behind us.
“T. P.” he said. […]
“Benjy’s coming down.” Father said. “Go with T. P.”
I went to the bathroom door. I could hear the water. […]
I could hear the water. I listened to it.
“Benjy.” T. P. said downstairs. I listened to the water.
I couldn’t hear the water, and Caddy opened the door. (SF: 41)

On peut noter l’effet perturbateur, la « rupture » induite dans les occurrences de « saw » et de « heard » (dans les deux extraits, ils provoquent les cris et les pleurs du narrateur et même sa fuite) dans l’extrait ci-dessus. Une autre fonction de l’auxiliaire can/could devant le verbe de perception nous semble particulièrement pertinente ici : il peut signifier la volonté de l’écrivain de distinguer ce qui est de l’ordre du vécu, du réel, de ce qui pourrait être interprété comme des hallucinations : les « marqueurs comme can ou could montrent que l’énonciateur se montre garant de la perception du sujet […]. L’auxiliaire de modalité écarte toute possibilité de perception hallucinatoire par opposition au verbe de perception seul » (Dupas 1997 : 317). Cette fonction est particulièrement intéressante lorsque Benjy « sent » (au sens olfactif du terme) que quelque chose ne va pas :

Le traducteur, en introduisant « pouvoir » de manière quasi-systématique insiste sur une sorte de capacité extraordinaire de Benjy : il met en valeur la capacité de celui-ci, voire l’effort fourni (Le Querler 1989), impliquant un « procès avec visée et […] une équivalence avec les verbes de perception volontaire » (Dupas 1997 : 259). À notre sens, cette stratégie traduit la vision personnelle du traducteur qui voit en Benjy un être « plus proche de la bête que de l’homme » (in Faulkner 1938 : 13). C’est exactement cette notion qu’il introduit avec « pouvoir », une espèce de capacité hors du commun (surhumaine ou inhumaine ?), alors que la réalité est plus prosaïque : sa réalité n’a de sens qu’à travers ses perceptions. Lorsque Caddie est dans la salle de bains, elle n’a plus de réalité lorsque la porte est fermée, seul le bruit de l’eau est réel, puis il ne l’entend plus, et Caddie est dehors, elle réapparaît dans le texte alors même qu’elle réapparaît dans le champ de vision de Benjamin.

33Coindreau parle également de Benjy comme d’un être « doué de prescience, à la manière des chiens qui hurlent à la mort » (in Faulkner 1938 : 13), une dimension qu’il intègre donc naturellement au texte lorsque l’occasion se présente :

[…] et il y avait quelque chose que je pouvais sentir. […] Mais je pouvais sentir la chose. […] Une porte s’est ouverte, et la chose, je l’ai sentie plus que jamais […]. (BF : 60)

  • 20 Une lecture « gothique » du texte qui semble être confirmée par les observations de Van Quickelberg (...)

En introduisant un objet mystérieux (la chose) à la place d’une « odeur », Coindreau donne une connotation mystique (voire surnaturelle)20 au « sentir » de Benjy (il « sent » la mort « à la manière des chiens »). En français, il s’agit plus d’un sixième sens que d’une sensation physique (« la chose »), or le fait que l’odeur s’accentue lorsque quelqu’un ouvre la porte rend bien compte d’une « odeur » (à laquelle s’ajoutent les autres perceptions parfaitement concrètes que sont les bruits de pas, la voix de sa mère, etc.). Coindreau joue sur la polysémie de « sentir » pour introduire un nouvel élément dans la psyché de Benjy, que l’on peut interpréter comme un ennoblissement ou une exotisation : il lui accorde des pouvoirs surnaturels.

En guise de conclusion

  • 21 Là encore, les déclarations de Coindreau semblent confirmer nos conclusions : « un traducteur est u (...)
  • 22 La règle de standardisation croissante, d’après l’idée développée par Toury, consiste en une certai (...)

34Lorsqu’on observe la traduction de Maurice-Edgar Coindreau, un premier bilan s’impose : il a opéré une traduction que l’on pourrait qualifier de « littérale » en bien des endroits. S’il dévie, parfois, de son projet de scrupuleusement « respect[er] la graphie » du roman (que nous pouvons interpréter comme un respect de l’agencement syntaxique), cela ne transforme pas radicalement le discours de Benjy Compson. Dans son étude de la position traductive de Coindreau concernant sa traduction de Other Voices, Other Rooms (Truman Capote 1948), Van Quickelberghe pose la question de savoir si la traduction de Coindreau « laisse transparaître […] la lecture qu’ont faite les critiques littéraires de l’original » (1995 : 24) ; nous pensons que la réponse est clairement : oui. Coindreau n’a pas « aplati » le relief figural du discours de l’idiot, une attitude qui s’explique par son sentiment que « c’est surtout lorsqu’il s’agit de Benjy que le symbolisme apparaît » (in Faulkner 1938 : 13). Par ailleurs, guidé par son admiration sans bornes pour l’auteur qu’il traduit, il s’est effacé, tentant de nous donner à lire du Faulkner, et non du Coindreau ou une version francisée de l’auteur, fidèle en cela au projet de traduction qu’il énonçait dans la préface21. Nous avons donné des exemples d’enrichissement qualitatif et quantitatif, d’ennoblissement, d’exotisation, etc., autant de décalages pouvant entraîner une « ré-orientation des effets de lecture ». Toutefois, lorsque l’on considère le texte dans son ensemble, Coindreau n’a pas significativement normalisé la parole de Benjy. Il n’a pas fait disparaître celle-ci dans les conventions littéraires classiques : l’idiolecte de Benjy échappe à la loi de « standardisation croissante »22. En comparant (même hâtivement) son traitement de l’idiolecte et des autres discours du roman, c’est étrangement dans le discours le plus étranger, le plus idiosyncratique, qu’il semble se révéler le plus fidèle, alors qu’il se permet de naturaliser (au sens propre comme au figuré) le discours de Dilsey, qu’il arrache à son sol-de-langue. Au-delà de l’importance accordée par l’auteur à la symbolique du discours de l’idiot, nous pensons que la stratégie de traduction de son monologue trouve sa justification dans le bilan de Spill que nous avons cité plus haut : « le langage qui s’impose dès [les] premières pages ne coïncide pas, […] avec l’ensemble des moyens d’expression d’une communauté », épitomé de l’écriture-déviance, le langage ainsi créé semble échapper aux contraintes normatives du polysystème en créant sa propre vérité.

Bibliographie

Bibliographie

Références

BALLARD Michel, Versus. Des signes au texte, vol. 2, Paris, Ophrys, 2004.

––– , « Les décalages de l’équivalence », in Ballard Michel et Lance Hewson (éds), Correct/Incorrect, Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2004, p. 17-32.

––– , « La traductologie, science d’observation », in Ballard Michel (éd.), Qu ’est-ce que la traductologie ? Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2006, p. 179-194.

––– , « Entre figement et création : le proverbe en traduction », Franco-British Studies, n° 37, 2006-2007, p. 57–71.

––– , « Éléments pour une méthodologie réaliste en traductologie », in Garbovskiy Nikolay (éd.), Science of Translation Today (Proceedings of the International Conference, 1-3 Oct. 2007), Moscow, Moscow University Press, 2007, p. 47- 60.

BERMAN Antoine, L’Épreuve de l’étranger : culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimar, 984.

––– , La Traduction et la lettre ou l’Auberge du lointain, Paris, Seuil, 1985/1999.

––– , Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

––– , « La traduction comme épreuve de l’étranger », Texte, Revue de critique et de théorie littéraire n° 4 : Traduction / textualité, Canada, Trintexte Éditions, 1985, p. 67-81.

––– , « La traduction et ses discours », Meta, vol. 34, n° 4, 1989, p. 672-679.

––– , « La retraduction comme espace de la traduction », Palimpsestes n° 4 : Retraduire, 1990, p. 1-7.

BERNE Marie, Éloge de l’Idiotie. Pour une nouvelle rhétorique chez Breton, Faulkner. Beckett, et Cortázar, Amsterdam – New York, Rodopi, 2009.

BOCKTING Ineke, Character and Personality in the Novels of William Faulkner : a Study in Psychostylistics, Lanham (MA), University Press of America, 1995.

BOURDIEU Pierre, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

––– , Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

BURKETT Eva, American English Dialects in Literature, Metuchen (NJ), The Scarecrow Press, 1978.

CHAPDELAINE Annick, « Reconstructions identitaires en traduction : le conflit des groupes et des langages dans The Hamlet de Faulkner », Palimpsestes n° 10 : Niveaux de langue et registres de la traduction, 1996, p. 93-114.

CHESHIRE Jenny, « Involvement in “standard” and “nonstandard” English », in Cheshire Jenny et Dieter Stein (éds), Taming the Vernacular, London, Longman, 1997, p. 68-82.

COSERIU Eugenio, « Synchronie, diachronie et histoire », Ch. I, « L’apparente aporie du changement linguistique. Langue abstraite et projection synchronique », publié sur Texto!, mars 2006, vol. XI, n° 1. Source électronique : http://www.revue-texto.net/Saussure/Sur_Saussure/Coseriu_Diachroniel.html

DUPAS Chantal, Perception et langage : étude linguistique du fonctionnement des verbes de perception auditive et visuelle en anglais et en français, Louvain, Peeters, 1997.

EVEN-ZOHAR Itamar, Polysystem Studies, [Poetics Today 11 : 1], The Porter Institute for Poetics and Semiotics, Tel-Aviv University, 1990.

FOLKART Barbara, Le Conflit des énonciations, traduction et discours rapporté, Candiac, Québec, Éditions Balzac, 1991.

FOWLER Roger, Linguistics and the Novel, London, Routledge, 1977.

–––, « Studying Literature as Language », in d’Haen Theo (éd.), Linguistics and the Study of Literature, Amsterdam, Rodopi, 1986, p. 187-200.

GACHELIN Jean-Marc, « Aspects in non-standard English », Travaux du Cerlico n° 2, 1990, p. 221-229.

GOUANVIC Jean-Marc, Pratique sociale de la traduction : le roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960), Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2007.

GUILLEMIN-FLESCHER Jacqueline, Syntaxe comparée du français et de l’anglais : problèmes de traduction, Paris, Ophrys, 1981.

HOEPFFNER Bernard, avec LEMÉNAGER Grégoire, 2008, « C’est Mark Twain qu’il ressuscite », Le Nouvel Observateur, 18 septembre 2008 (non paginé). Article accessible en ligne : http://bibliobs.nouvelobs.com/2008/09/18/cest-mark-twain-quil-ressuscite.

IVES Sumner, « A Theory of Literary Dialect », Tulane Studies of English, vol. 2, 1950, p. 137-182.

KOHN James J., « Dialect Literature in America », in Leonard George (éd.), The Asian Pacific American Heritage : A Companion to Literature and Arts, New York – Philadelphia, Taylor & Francis, 1999, p. 351-362.

LADMIRAL Jean-René, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979.

LANE-MERCIER Gillian, « La traduction des discours directs romanesques comme stratégie d’orientation des effets de lecture », Palimpsestes n° 9, La Lecture du texte traduit, 1995, p. 75-92.

––– , « Translating the Untranslatable : The Translator’s Aesthetic, Ideological and Political Responsibility », Target, vol. 9, n° 1, 1997, p. 43-68.

LEECH Geoffrey N. & Mick SHORT, Style In Fiction : A Linguistic Introduction to English Fictional Prose, Harlow (UK), Pearson Education, (1re éd. 1981), 2007.

LE QUERLER Nicole, « Quand voir, c’est pouvoir voir », Langue française, vol. 84, n° 1, 1989, p. 70-82. Article accessible en ligne, source électronique : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lfr_0023-8368_1989_num_84_1_4784.

McKAY Janet Holmgren, « Tears and Flapdoodle : Point of View and Style in Adventures of Huckleberry Finn » [Style 10, 1976, p. 41-50], in Inge Thomas (éd.), Huck Finn among the Critics : A Centennial Selection 1884-1984, Frederick (MD), University Press of America, 1976/1981, p. 201-210.

MESCHONNIC Henri, Pour la poétique II, Paris, Gallimard, 1973.

––– , Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

MILROY Lesley, « Standard English and Language Ideology in Britain and the United States », in Bex Tony et Richard J. Watts (éds), Standard English : the widening debate, London, Routledge, 1999, p. 173-205.

MILROY Lesley et MILROY James, Authority in Language : Investigating Language Prescription and Standardization (3e édition), Londres, Routledge, 1985/1999.

POLK Noël, Children of the Dark House : Text and Context in Faulkner, Jackson, University Press of Mississippi, 1996.

RICHARD Jean-Pierre, « 1+1=3 : Traduire la figure de la répétition », Palimpsestes n° 17, Traduire la figure de style, 2005, p. 113-126.

SIMEONI Daniel, « The Pivotal Status of the Translator’s Habitus », Target, vol. 10, n° 1, 1998, p. 1-39.

SPILL Frédérique, L’Idiotie dans l’œuvre de William Faulkner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2009.

TOOLAN Michael J., Narrative : a Critical Linguistic Introduction, London, Routledge, 1988.

TOURY Gideon, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, 1995.

––– , « A Handful of Paragraphs on “Translation” and “Norms” », Current Issues In Language and Society, vol. 5, n° 1 & 2, 1998, p. 10-32.

TRAUGOTT Elisabeth Closs, « The Sociostylistics of Minority Dialect in Literary Prose », in Alford Danny K. et al. (éds), Proceedings of the Seventh Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society, Berkeley (CA), University of California, 1981, p. 308-316.

VAN QUICKELBERGHE Yvette, « Lecture du texte et traduction littéraire : l’exemple de Other Voices, Other Rooms de Truman Capote », in Vogeleer Svetlana (éd.), L’Interprétation du texte et la traduction, Bibliothèque des Cahiers de l’Institut Linguistique de Louvain, n° 81, Louvain, Peeters, 1995.

VIDAL Bernard, « Plurilinguisme et traduction – Le vernaculaire noir-américain : enjeux, réalité, réception à propos de The Sound and the Fury », TTR, vol. 4, n° 2, 1991, p. 151-188.

WUILMART Françoise, « La traduction littéraire : source d’enrichissement de la langue d’accueil », in Wecksteen Corinne et Ahmed El Kaladi (éds), La Traductologie dans tous ses états, Arras, Artois Presses Université, collection « Traductologie », 2007, p. 127-136.

Corpus

FAULKNER William, The Sound and the Fury, New York, Random House, 1929/1990.

––– , Le Bruit et la fureur, traduit de l’anglais et préfacé par Maurice-Edgar Coindreau, Paris, Gallimard, 1938/1949.

Notes

1 Fremdheit (Ang. strangeness), « l’étrangeté de l’étranger dans toute sa force » (Berman 1984 : 247).

2 En référence à Steinbeck (1939) : « “Ever’body says words different, ’ said Ivy. ‘Arkansas folks says ’em different, and Oklahomy folks says ’em different. And we seen a lady from Massachusetts, an ’ she said ‘em differentest of all. Couldn ’ hardly make out what she was sayin ’. » (The Grapes of Wrath, London-New York, Penguin Books, 1939/1994, p. 135).

3 Frédérique Spill (2009 : 282) parle d’une plus forte implication du lecteur dans le processus de (re-) construction du sens, voire de « traduction » de celui-ci, lorsqu’un idiolecte est fortement marqué par le sceau de la différence.

4 Folkart 1991 : 296.

5 « Le terme de “mind-style” renvoie à la représentation linguistique spécifique du mode de cognition d’un personnage individuel. Recréée à partir d’une analyse approfondie de la psyché du personnage et/ou renvoyant à des aspects plus ou moins fondamentaux du fonctionnement de l’esprit humain, cette représentation psycho-stylistique permet de restituer le mode de pensée du personnage ou simplement le fruit de ses réflexions et de ses préoccupations, ses préjugés, les perspectives et les valeurs qui influencent sa manière de voir le monde et dont il ou elle n’est pas forcément conscient. » (notre traduction).

6 Qu’elle soit « ethnocentrique » selon les termes de Berman (1985/1999) ou « annexionniste » selon ceux de Meschonnic (1973, 1999).

7 « […] chaque champ est l’institutionnalisation d’un point de vue dans les choses et dans les habitus. L’habitus spécifique […] n’est autre chose qu’un mode de pensée spécifique, principe d’une construction spécifique de la réalité » (Bourdieu 1997 : 120).

8 Les 12 tendances déformantes identifiées par Berman sont : la rationalisation, la clarification, l’allongement, l’appauvrissement qualitatif, l’appauvrissement quantitatif, l’homogénéisation, la destruction des rythmes, la destruction des réseaux signifiants sous-jacents, la destruction des systématismes textuels, la destruction (ou l’exotisation) des réseaux langagiers vernaculaires, la destruction des locutions et idiotismes, l’effacement des superpositions de langue (1985/1999 : 53).

9 À titre indicatif, la page 71 présente à elle seule plus de dix sauts temporels de ce type.

10 À partir de ce point, pour les exemples tirés de notre corpus, nous adopterons la notation suivante : SF (The Sound and the Fury) et BF (Le Bruit et la fureur), suivi du (des) numéro(s) de page.

11 Parmi les rares cas d’hypotaxe, on retrouve une subordonnée adverbiale exprimant la simultanéité « While Luster drew », un type de connecteur « temporel » dont les enfants apprennent à se servir bien avant les connecteurs de causalité (Bockting, en référence à Taylor, 1995 : 44).

12 Ici est inséré un renvoi à la note du traducteur suivante : « Nom que l’on donne aux garçons qui suivent les joueurs de golf en portant leurs clubs (N.T.) » (p. 21).

13 Suite à des remarques intéressantes qui nous ont été faites durant le colloque, il nous semble important de noter ici que cette utilisation répétitive du verbe anglais relève en partie de la spécificité de la langue anglaise : en ajoutant un adverbe, il est ainsi possible de modifier le sens du verbe go, alors qu’il faut recourir, en français, à un hyponyme différent pour chaque façon de se déplacer. Cependant, le choix de l’auteur de ne pas introduire de variation (avec « walk [on/away] » par exemple) témoigne à notre sens de sa volonté d’insister sur la sous-lexicalisation du narrateur. Par ailleurs, go étant modifié par des adverbes en plusieurs occasions, il n’est plus l’élément accentué, et son impact répétitif tient donc plus à la fréquence de son utilisation de manière rapprochée.

14 Comme dans le cas d’un tic de langage par exemple.

15 Par exemple : « We came to the broken place and went through it. » (SF : 4).

16 En cherchant un peu, nous avons trouvé l’occurrence suivante « […] il se persuada que le parfum des fleurs enroulées autour de sa fenêtre et dont l’odeur caressait son odorat, n’était autre que la pure haleine de sa bien-aimée » (Cécil Aymé, « Cœur-Doulx », La Belgique : Revue des Revues, vol. 15, 1863, p. 531). À notre sens, ce choix du traducteur ne résulte pas des capacités d’accueil de la langue mais de ce que Berman désignait comme la tendance plus normative de la langue de traduction (Berman 1985/1999 : 35).

17 On aurait pu éventuellement songer à « crisser » (« Produire un bruit aigu de frottement (objets durs et lisses) […], Gravier qui crisse sous les pas. […] Écouter crisser les cigales. », Petit Robert 2009) : « nous marchions dans les feuilles crissantes », « nous avons couru dans les feuilles brillantes et crissantes », etc., qui est, certes, d’un usage rare, mais possible (« Dans les allées, mes pieds soulevaient des feuilles crissantes… » Jacinthe noire, roman, Marie-Louise Amrouche).

18 Nous avons rajouté cette occurrence que l’auteur a omise.

19 Nos remerciements à Cindy Lefebvre-Scodeller pour avoir attiré notre attention sur l’existence de cet article.

20 Une lecture « gothique » du texte qui semble être confirmée par les observations de Van Quickelberghe (1995 : 24-25).

21 Là encore, les déclarations de Coindreau semblent confirmer nos conclusions : « un traducteur est un homme qui n’a aucun droit, il n’a que des devoirs. Il doit témoigner à son auteur une fidélité de caniche » (cité par Van Quickelberghe 1995 : 24).

22 La règle de standardisation croissante, d’après l’idée développée par Toury, consiste en une certaine neutralisation des idiosyncrasies du texte original, en recourant, dans la langue et le répertoire cible, à des références, formulations, etc., plus traditionnelles (« in translation, textual relations obtaining in the original are often modified, sometimes to the point of being totally ignored, in favour of [more] habitual options offered by a target repertoire », 1995 : 268).

Auteur

Traductrice et enseignante en anglais, Karen Bruneaud-Wheal fait une thèse en traductologie sous la direction de Michel Ballard. Ses recherches portent sur l’utilisation dite « non standard » de la langue anglaise dans la littérature anglophone et l’analyse des « tendances déformantes » à l’œuvre dans la traduction de ces sociolectes et/ou idiolectes littéraires.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search