Version classiqueVersion mobile

Traduire en langue française en 1830

 | 
Christine Lombez

Les auteurs

Texte intégral

Patrick Berthier, professeur émérite de littérature française à l’Université de Nantes, a consacré sa thèse de doctorat d’État à l’étude de La Presse dramatique et littéraire au début de la monarchie de Juillet (1830-1836) (Lille, « Thèse à la carte », 1997, 4 vol.) ; il a publié de nombreux articles et des éditions annotées concernant Balzac, Gautier, Musset, Nodier, Vigny... Il dirige aux éditions Champion, dans le cadre des Œuvres complètes pilotées par Alain Montandon, la première édition intégrale et critique des feuilletons dramatiques de Théophile Gautier (Critique théâtrale, 4 vol. parus, 2007-2012, 16 vol. à paraître).

Yves Chevrel est professeur émérite de littérature comparée à l’Université de Paris Sorbonne. Auteur d’ouvrages sur la méthodologie de sa discipline, dont La Littérature comparée, PUF, coll. « Que sais-je ? » (1989, 6e éd. refondue 2009 ; traduit en plusieurs langues), il est spécialiste du naturalisme (Le Naturalisme. Étude d’un mouvement littéraire international, PUF, 1982, 2e éd. 1993) et a également publié et édité des travaux sur les problèmes posés par les œuvres traduites, dont Enseigner les œuvres littéraires en traduction, Versailles, CRDP, 2007. Il dirige actuellement, avec Jean-Yves Masson, une Histoire des traductions en langue française, à paraître en 4 volumes aux éditions Verdier.

Lieven D’hulst est professeur ordinaire de littérature francophone moderne et de traductologie littéraire à la Katholieke Universiteit Leuven (Belgique). Ses recherches portent actuellement sur les sujets suivants : les littératures francophones de Belgique et des Caraïbes (voir e.a. Les études littéraires francophones, état des lieux, Lille, P.U. Lille, 2003 et Caribbean Interfaces, Amsterdam, Rodopi, 2007 ; la traduction littéraire (e.a. une édition critique du Faust de Goethe traduit par Nerval, Paris, Fayard, 2002, et la co-responsabilité d’une Histoire des traductions en langue française, volume XIXe siècle, à paraître en 2012 chez Verdier) ; la médiation interculturelle, notamment celle qui est occasionnée par la migration (recherche en cours ; voir http://www.kuleuvenkortrijk.be/​nl/​Onderzoek/​Letteren/​chir/​chir_fr). Il est membre de l’équipe éditoriale de la revue Target. International Journal of Translation Studies et co-directeur de la collection « Traductologie » (Arras-Presses-Université).

Françoise Genevray, agrégée de lettres classiques, licenciée de russe, maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université Jean-Moulin Lyon III, a publié de nombreux articles sur les écrits fictionnels et autobiographiques de George Sand et réalisé l’édition critique de Kourroglou ainsi que de Teverino dans les Œuvres complètes de la romancière (H. Champion, 2011). Ses recherches concernent la réception de l’œuvre sandienne en Russie (George Sand et ses contemporains russes : audience, échos, réécritures, L’Harmattan, 2000), les relations intellectuelles entre France et Russie au XIXe s., la littérature russe des XIXe et XXe s. (M. Tsvetaeva, A. Platonov, V Chalamov, B. Pilniak) et divers sujets comparatistes (parallèles littéraires, études de réception, images de l’Inde). Parmi ses dernières publications : « Gogol grotesque : excès et excédents », L’Excès : signe ou poncif de la modernité ?, éd. L. Verdier et G. Bonnet (Kimè, 2009) ; « Lignes d’ombre d’Amitav Ghosh ou le roman de l’étranger proche », La Production de l’étrangeté dans les littératures postcoloniales, éd. B. Bijon et Y. Clavaron (H. Champion, 2009) ; « De Consuelo à Crime et Châtiment », George Sand, intertextualité et polyphonie I. Palimpsestes, échanges et réécritures, éd. N. Harkness et J. Wright (Bern, Peter Lang, 2010) ; « Les romans indiens de Louis Bromfield, ou l’aventure en miettes », dans Les Cahiers de la SIELEC, n° 7 (Paris-Pondichéry, Kailash, 2011). Elle est membre du jury du Prix Russophonie, créé à Paris en 2007 et décerné chaque année pour la meilleure traduction du russe vers le français.

Agnès Graceffa, Docteur en histoire, est chargée de cours à l’Université de Lille 3. Ses travaux s’attachent à l’étude de la médiévistique aux XIXe et XXe siècles, tant du point de vue des discours que de ses acteurs. Outre la version remaniée de sa thèse, parue aux éditions Brepols sous le titre Les Historiens et la question franque. Le peuplement franc et les Mérovingiens dans l’historiographie française et allemande des XIXe-XXe siècles (Tumhout 2009), elle a publié une quinzaine d’articles consacrés à l’historiographie, aux transferts culturels érudits entre France et Allemagne et à ses auteurs.

Rainier Grutman est professeur titulaire au Département de français et à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa. Il a reçu une formation de romaniste dans plusieurs universités européennes (Namur, Louvain, Madrid) avant d’obtenir son doctorat à l’Université de Montréal. Lauréat du prix Gabrielle-Roy pour son livre sur la littérature québécoise (Des langues qui résonnent, Montréal, Fides, 1997), il a codirigé un Dictionnaire des termes littéraires (Champion, 2001, éd. de Poche, 2005) ainsi qu’une volumineuse Histoire de la littérature belge (Fayard, 2003). Ses recherches actuelles portent sur l’intertextualité à l’époque romantique, sur Maurice Maeterlinck et sur l’autotraduction littéraire.

Claudine Le Blanc, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3, est ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de lettres modernes, Docteur ès Lettres. Ses travaux portent sur les littératures de l’Inde classique et moderne, les formes de l’oralité littéraire, épique et indienne en particulier, ainsi que sur la rencontre entre les littératures indiennes et celles de l’Occident. Elle est l’auteur d’Une littérature en archipel. La tradition orale de La Bataille de Piriyapattana au Karnataka, Inde du sud (Champion, 2005), et d’une Histoire de la littérature de l’Inde moderne. Le roman, XIXe-XXe siècles (Ellipses, 2006), et a co-dirigé trois volumes collectifs, L’usage des héros. Traditions narratives et affirmations identitaires dans le monde indien (en collaboration avec V. Bouillier, Champion, 2006), La ballade. Littérature populaire, littérature savante et musique (en collaboration avec J. Labarthe, éditions Cécile Defaut, 2008), L’ailleurs de l’autre. Récits de voyageurs extra-européens (en collaboration avec J. Weber, PUR, 2009).

Benoît Léger (Ph. D. 2000 McGill) est professeur agrégé au Département d’études françaises de l’Université Concordia (Montréal) depuis 1999, où il enseigne la traduction littéraire et générale ainsi que l’histoire de la traduction. Ses recherches antérieures ont porté sur l’histoire de la traduction en France aux XVIlle et XIXe siècles. Il a publié en 2009 une édition critique des Études sur la traduction de l’anglais de Madame de Rochmondet (1830). Sa traduction de Various Miracles (Miracles en série, Triptyque, 2005) a été finaliste pour le Prix du Gouverneur général du Canada. Il a publié en 2011, aux Presses de l’Université de Laval, la traduction de Sons of the Conquerors de Hugh Pope (Fils de Conquérants. Le monde türk et son essor), et travaille en ce moment à la traduction de Dining with Al-Qaeda du même auteur (à paraître en 2012 aux Presses de l’Université de Laval).

Christine Lombez, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de Lettres Classiques, est professeur de littérature comparée à l’Université de Nantes. Ses domaines de recherches englobent la poésie européenne (de l’Antiquité à nos jours, notamment anglaise, allemande et néohellénique) et l’histoire de la traduction, en particulier poétique, depuis la fin du XVIIIe siècle. Auteur, entre autres, de Transactions secrètes. Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et Hölderlin (Artois Presses Université, 2003) et de La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle – Réception et interaction poétique, Niemeyer, 2009), elle a également codirigé des ouvrages collectifs (dernièrement : Retraductions de la Renaissance au XXIe siècle, Cécile Defaut, 2011) et signé divers travaux sur la traduction de la poésie européenne en français et sur les poètes-traducteurs. Elle coordonne actuellement avec Yves Chevrel (Paris IV) et Lieven D’hulst (Louvain) le volume XIXe siècle de l’Histoire des traductions en langue française (HTLF 19), à paraître aux éditions Verdier en 2012.

Jean-Yves Masson, ancien élève de l’École Normale Supérieure, est professeur de littérature comparée à l’université Paris-Sorbonne et directeur du Centre de Recherche en Littérature Comparée. Directeur de collections aux éditions Verdier depuis 1991, traducteur d’une quarantaine de livres (de l’allemand, de l’anglais et de l’italien), il est l’auteur d’ouvrages et d’études sur la poésie et le théâtre européens des 19e et 20e siècles. Il anime à l’université Paris-Sorbonne le séminaire « Histoire des traductions et traductologie » en collaboration avec Jean-René Ladmiral et co-dirige avec Yves Chevrel l’Histoire des traductions en langue française à paraître aux éditions Verdier à partir d’octobre 2012.

Gabriel Louis Moyal est professeur agrégé au Département d’Études françaises de McMaster University, au Canada. Depuis quelques années ses travaux de recherches et ses publications portent sur l’histoire de la traduction littéraire et politique entre la France et l’Angleterre pendant les années de la restauration et de la Monarchie de Juillet. Il a publié dans divers volumes et périodiques dont META : Journal des traducteurs, TTR, Recherches sémiotiques, etc. Il continue cette recherche dans le cadre d’un projet intitulé « Traduire l’Angleterre : Politiques de l’anglomanie, 1814 – 1848. »

Maria del Rosario Álvarez Rubio fait partie du Département de Philologie Anglogermanique et Française de l’Université d’Oviedo, où elle a soutenu sa thèse de doctorat sur « La literatura española en la prensa cultural francesa del siglo XIX : la Revue des Deux Mondes et la Revue de Paris ». Son domaine de recherche concerne les influences culturelles entre la France et l’Espagne au cours du XIXe siècle notamment, ainsi que leurs relations à travers la presse périodique, les histoires littéraires et les traductions dans les deux langues à cette époque. Elle a collaboré aux chapitres coordonnés par C. Lombez, Y. Chevrel et J.Y. Masson, F. Mclntosh et L. D’hulst, pour le volume de l’Histoire des Traductions en langue française (19e siècle). Parmi ses travaux, elle a publié le livre Las historias de la literatura española en la Francia del siglo XIX (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2007), au sein de l’équipe de recherche dirigée par Romero Tobar, et à laquelle elle participe.

Frédéric Weinmann, Ancien élève de l’ENS, agrégé d’allemand et Docteur ès Lettres, enseigne en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles. Sa thèse de doctorat est consacrée à la traduction de la prose allemande en français entre 1750 et 1815. Ses principaux domaines de recherche sont l’histoire de la traduction, la littérature populaire et la canonisation. Il a publié de nombreux articles sur la traduction au XIXe siècle ainsi que diverses réflexions méthodologiques sur la traduction en général. Il a lui-même traduit une vingtaine d’ouvrages et travaille actuellement sur le roman contemporain en France, en Allemagne et dans les pays anglo-saxons.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search