Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

Les corsaires de Boulogne, Calais, Dunkerque et la Tamise (xviiexviiie)

Patrick Villiers

Texte intégral

  • 1 Cf. P. Villiers, Les corsaires, Paris, éditions Gisserot, 2008.

1Pratiquement aucun corsaire français n’est allé au sens strict faire des prises dans la Tamise, mais beaucoup de navires allant à ou revenant de Londres furent pris, mais pas nécessairement à l’entrée de la Tamise. comment et par qui, c’est ce que nous allons essayer de voir à travers un ensemble de documents statistiques mais également de récits de capitaines corsaires. Le premier élément à prendre en compte est le type du corsaire. Selon celui-ci, on peut mettre en évidence des destinations relativement précises1. Après avoir analysé la flotte corsaire des corsaires du pas de Calais, nous étudierons ensuite les lieux de prises et dans quelques cas les circonstances des combats.

La flotte corsaire de la Manche de 1778 à 1797

  • 2 Cf. P. Villiers, « Les corsaires du Littoral au XVIIIe siècle, 1744-1783 des corsaires méconnus », (...)
  • 3 Cf. P. Villiers, « Mythe et réalité de la guerre de course en France pendant la guerre d’Indépendan (...)

2Tout navire corsaire est un navire spécifique. Il faut en effet un bâtiment qui allie vitesse, armement et nécessité de loger un fort équipage, environ un homme au tonneau. La première année de la guerre voit le réemploi de navires de pêche ou de commerce mais ils sont rapidement remplacés par des navires neufs2. Les bases de données révèlent que les flottes corsaires ont des caractéristiques bien précises qui diffèrent selon les ports ; les types de corsaires de Dunkerque, Calais et Boulogne sont bien différents de ceux de Saint-Malo ou du Havre comme le montre l’étude de ces flottes pendant la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique3.

Flottes corsaires du Havre, Saint-Malo et Dunkerque de 1778 à 1782

Dunkerque

Saint-Malo

Le Havre

0 à 20 tonneaux

20

6

0

20 à 49 tonneaux

39

15

4

50 à 99 tonneaux

47

17

2

100 à 199 tonneaux

40

7

4

200 à 399 tonneaux

15

4

2

400 à 600 tonneaux

3

2

0

+ de 600 tonneaux

0

1

0

Total

164

52

12

3Sur ce tableau, seuls sont comptabilisés les armements dont le tonnage est connu ; le nombre total des armements de ces trois ports fut probablement de 260. On peut distinguer trois types de corsaires, ceux de moins de 100 tonneaux, ceux de 100 à 400 tonneaux et ceux de plus de 400 tonneaux.

4Le premier est surtout fréquent à Boulogne, Calais et Dunkerque, car il est bien adapté au détroit et se faufile entre les bancs de sable. Au début de la guerre, ce type est souvent un navire de pêche ou un bateau-pilote dont les qualités nautiques sont connues de tous et que l’on utilise en attendant la mise en service de bâtiments spécialement construits pour la course. Ainsi, à Dunkerque, à la fin de 1778, quatre corsaires de moins de 100 tonneaux sur onze sont désarmés et vendus pour « incapacité à la course ». Ils avaient cependant fait des prises. Le cas le plus étonnant est celui du Commandant de 70 tx, capitaine Royer, désarmé et vendu alors qu’il avait capturé un corsaire anglais de 85 tonneaux. À Saint-Malo et au Havre, on emploie des corsaires plus puissants capables de croiser plusieurs semaines sans revenir au port d’attache. Il leur faut en effet aller en mer d’Irlande ou en mer d’Iroise pour tenter d’intercepter les marchands anglais tandis que les corsaires de la côte d’Opale bénéficient de la géographie et de la proximité des côtes française et anglaise.

5De 6 à 20 tonneaux, la mise-hors varie de 5 000 à 20 000 livres. De 20 à 49 tonneaux, la mise-hors va de 20 à 49 000 l., compte non tenu des frais de relâche et de désarmement. De 50 à 99 tonneaux, elle va de 55 000 à 105 000 l. avec une exception à 149 000 l. Ainsi, dès que l’on atteint 50 tx, la mise-hors d’un corsaire dépasse les 50 000 livres soit l’investissement d’un navire colonial de 200 à 300 tx de Nantes ou Bordeaux pour les Antilles. De telles sommes impliquent un recours quasi obligatoire à de nombreux actionnaires, recrutés par l’armateur. La faiblesse du capitalisme local implique un financement qui va bien au-delà de la région : les capitaux havrais mais également parisiens sont très présents à Dunkerque et Boulogne, tandis que Lorient est également très présent dans les armements malouins et havrais. Rappelons que le succès des convois français pendant la guerre d’Amérique amène les armateurs de Bordeaux, Nantes, La Rochelle et Bayonne à continuer le commerce colonial plutôt que de tenter l’aventure corsaire. Il en ira tout différemment sous la révolution.

6En matière de constructions navales, la grande originalité en Manche-Est est le rôle de Boulogne comme constructeur de corsaires. L’arrière-pays est riche en bois grâce à la forêt de Boulogne. Le début de la révolution voit d’abord un encouragement de la guerre de course en 1793, puis un très fort embargo des corsaires. Il faut en effet des équipages pour le réarmement de la flotte de guerre. Ce n’est qu’à partir de 1795 que la course des particuliers redevient libre et que l’on dispose de documents permettant des statistiques et des comparaisons significatives.

Répartition des armements corsaires à Dunkerque du 20 octobre 1795 à juillet 1797 en fonction du tonnage d’après les lettres de marque

Répartition des armements corsaires à Dunkerque du 20 octobre 1795 à juillet 1797 en fonction du tonnage d’après les lettres de marque

7Le plus gros corsaire de Dunkerque est armé par Deslouches en 1796. Il s’agit du Bonaparte, 300 tx, 16 canons, 150 hommes, capitaine Meulenaer. Il fut pris sans avoir fait de prises et la perte fut totale pour les actionnaires. En revanche, l’Intrépide, 130 tx, 80 h., 18 canons, capitaine Cornil Delattre, armateurs Marlier, Valret et Fréchon, fit 12 prises. En 1797, l’Anacréon, brick, 122 tx, 72 pieds de long, 20 pieds de large, 14 canons de 4, 107 hommes, capitaine Jean Fresson, armateur Martin Dubeuil, fit 6 prises. Le Prodige, 111 tx, corvette de 14 canons, montée par 88 h., capitaine Jean Vandezande, armateur Dartigaux, fait 4 prises. On dénombre 23 armateurs ; Marlier-Varlet et Frechon arment 6 corsaires, Dauchy 4, Aget 4, Hayet, 3. D’après le registre des lettres de marque, 51 armements au total ont effectués à Dunkerque et 14 corsaires pris.

Répartition des armements corsaires à Calais de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires à Calais de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

8La Révolution voit un développement des activités corsaires à Calais avec 21 armements au total par 18 armateurs (Jean Barbe, Becquet et Horeau font 2 armements chacun), ce qui montre une extrême dispersion des armateurs et confirme la faiblesse du capital calaisien. Seulement quatre corsaires dépassent 50 tx. Pour l’essentiel, ces corsaires croisent dans le détroit. L’un des meilleurs est le Cerf-Volant, 16 canons, 69 h., environ 80 tx, capitaine Margollé et armateur Horeau. Il fait cinq prises en 1797 mais 6 corsaires calaisiens ont été pris.

Répartition des armements corsaires à Boulogne de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires à Boulogne de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

9Boulogne réalise 24 armements au total, soit un chiffre comparable à celui des guerres précédentes. L’armement y est un peu plus concentré qu’à Calais mais le capital y reste faible. On dénombre 17 armateurs ; le plus grand est Tiesset et cie avec 3 armements, suivi par Merlin Dubreuil (2) et Fontaine (2). Le plus gros corsaire est le Prosper, 128 tx, armé par Joseph Chamoulaud, qui fut pris. 1796 voit Jacques Oudart Fourmentin, le futur baron Bucaille, faire trois courses à la tête du Furet, et l’année suivante faire deux courses sur l’Enjôleur avec son frère sur le Furet. Au cours de ces deux courses, ils prennent 19 navires vendus plus de 760 000 livres, dont la Dame Élisabeth (309 270 l).

Répartition des armements corsaires au Havre de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires au Havre de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
  • 4 Cf P. Villiers, « Le Havre, port de guerre au XVIIIe siècle », Les ports normands, un modèle, actes (...)

1038 armements au total furent effectués au Havre, soit presque le double des armements de la guerre d’Indépendance ou de Succession d’Autriche4. Les premiers armateurs sont Foache et Reyne avec 6 navires, John Cooper 3 corsaires et Thurat 2, mais 31 armateurs n’arment qu’un seul bâtiment. Le plus gros corsaire, l’Oncle Thobie, 180 tx, 10 c., 140 h., est armé par Bardel en 1797. Les deux armements de John Cooper en 1795 et 1796 sont le Pichegru, 100 tx et 40 h., et l’Augustine, 60 tx, 60 h. Foache et Reyne arment quant à eux des lougres de 50 à 80 tx. Foache est le grand armateur négrier des années 1763-1789.

Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

1135 armements au total furent effectués à Saint-Malo qui retrouve les niveaux de la guerre d’Indépendance. Duchesne est le premier avec 3 armements, suivi par Benjamin Dubois 2 armements, déjà présent pendant la guerre d’Amérique et Delastette, également 2 corsaires. 32 armateurs arment en course de 1795 à 1797. Les plus gros corsaires sont l’Entrepreneur, 300 tx, 20 c., 100 h., armé par Callender en 1796, et en 1797 la Minerve, 260 tx, 125 h., armée par Fontan, Le Jeune et Thomas aîné, qui fait 5 prises pour 100 000 fr.

Flottes corsaires de Dunkerque, Calais, Boulogne, Saint-Malo et du Havre, du 20 octobre 1795 à juillet 1797

Flottes corsaires de Dunkerque, Calais, Boulogne, Saint-Malo et du Havre, du 20 octobre 1795 à juillet 1797

12Ce tableau résume bien un des points communs aux corsaires de la Manche dans les premières années de la Révolution : le faible tonnage, ce qui contraste avec les ports de l’Atlantique particulièrement symbolisés par Nantes.

Répartition des armements corsaires à Nantes de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires à Nantes de 1795 à 1797 en fonction du tonnage

13Non seulement Nantes devient le premier port corsaire avec 58 armements, mais les grands corsaires dominent au total. Plusieurs raisons se conjuguent : la fin du commerce colonial, la supériorité navale de l’Angleterre ou les motifs patriotiques. De nombreux armateurs liés au commerce sont accusés d’être royalistes et arment des corsaires aux noms révolutionnaires pour éviter des poursuites. D’autres pensent que la course peut être une réelle opportunité mais les riches prises sont dans l’Atlantique, voire dans l’océan indien : il faut donc de très gros corsaires capables d’affronter un vaisseau de la compagnie des Indes ou une frégate anglaise.

14Ainsi, les trois plus gros corsaires de Nantes font 600 et 500 tx : l’Hydre, 600 tx, 22 c. de 8 et de 6, est armé par Ragneau, Leray et Seigoigne ; le Volage, de 600 tx, 30 c. de 18 et de 6 est armé par Cossin, et le Mars de 500 tx, par Albert et Chauveau. Surcouf va bientôt commencer son épopée, c’est à Nantes qu’il trouvera navire et financement mais dans le Pas-de-Calais apparaissent des capitaines capables d’exploits sur des coquilles de noix au large de la Tamise.

Deux figures de corsaires naviguant dans le pas de Calais dans les premières années de la Révolution : Jean-Pierre Duchenne et Jacques Broquant

15Pour illustrer ce propos, j’ai choisi deux corsaires boulonnais moins célèbres qu’un Tom Souville ou qu’un Jacques Oudart Fourmentin mais bien représentatifs de ces corsaires qui pour faire leur fortune n’hésitent pas à traverser la Manche et à écumer la côte anglaise, principalement de Douvres à l’embouchure de la Tamise. Beaucoup de statistiques manquent. Une des rares qui existent est résumée ci-dessous.

État nominatif des prises conduites dans les ports de la République depuis le commencement de la guerre jusqu’au dernier Fructidor an VII

État nominatif des prises conduites dans les ports de la République depuis le commencement de la guerre jusqu’au dernier Fructidor an VII

16Avec 2 213 prises de 1793 l’an VII, la course n’est pas un phénomène marginal. Ce tableau mérite cependant quelques commentaires. La révolution a supprimé le régime des classes pour le rétablir ensuite mais surtout Dunkerque a perdu le privilège d’exemption des classes dont le port a bénéficié de Louis XIV à Louis XVI. Le port ne profite plus du réservoir des marins de pêche et de cabotage rendu disponible par l’arrêt de ces trafics en temps de guerre. En outre ce tableau additionne les prises faites par les navires de l’état et celles faites par les particuliers. Les prises conduites à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon sont en majorité faites par des navires de la République et vendues au profit de l’état, l’équipage recevant généralement 10 %. Il y eut également plusieurs embargos interdisant aux corsaires particuliers de sortir. Dunkerque reste cependant le premier port du pas de Calais mais avec des résultats en forte baisse par rapport aux guerres précédentes. Calais, bien connu avec Tom Souville, et Boulogne voient apparaître des armateurs et capitaines sans fortune qui vont comprendre l’opportunité d’aller croiser le long de la côte anglaise. Le premier se dénomme Jean-Pierre Duchenne et le second Broquand.

Jean Pierre Duchenne, de Boulogne, 1767-1826

17Né à Boulogne le 6 mai 1767, Jean Pierre Duchenne s’illustre en février 1782 en sauvant 29 hommes d’un corsaire de Granville, naufragé sur les rochers de Flamenville près de Cherbourg. De 1783 à 1788, il navigue au commerce puis embarque en 1789 au titre des classes sur le Canada et le Vanneau, navires du roi. En 1793, il est premier lieutenant à bord du corsaire l’Espoir de 40 tx, qui prend le 7 juillet le Dispatch dont il est nommé capitaine de prise, et qui est vendu 184 865 fr. On le retrouve le 3 Floréal an II sur la canonnière la Surprise comme officier auxiliaire puis comme commandant du transport le Mercure du 8 Messidor au 30 Thermidor an III. Jean Pierre Duchenne prend le commandement du corsaire l’Espoir, armateur Louis Fontaine, en Brumaire an IV et s’empare d’un navire norvégien, la Marie-Élisabeth, mais le tribunal de commerce prononce la mainlevée. En l’an VI, sur les Bons Amis, barque de 7 tx, armateur Tiessiet, Jean Pierre Duchenne s’empare devant Boulogne de la Marie-Madeleine qu’Aucoin ramène au port. Moyennant une rançon de 4 000 livres, le navire danois qui revenait de Saint-Domingue peut poursuivre sa route. Tiessiet confie alors l’Espiègle à Jean Pierre Duchenne avec lequel il s’illustre en combattant le Growler aux côtés de Jacques Oudart Fourmentin sur le lougre l’Enjôleur. Ce combat est exemplaire.

18Au terme d’un mois de croisière infructueuse, Fourmentin et Duchenne décident d’aller croiser le long de la côte anglaise ; dans la nuit, ils aperçoivent un trois-mâts de grande dimension qui peut être un navire colonial comme une frégate de la Royal Navy. Fourmentin s’était emparé un mois plus tôt dans les mêmes conditions d’un navire colonial de 500 tx. Il s’agit du Growler, brick-canonnière armé de canons de 18 et de 32 qui escorte un convoi côtier. Ils s’en emparent après un combat d’une rare violence où les deux corsaires font preuve d’une grande solidarité. Cet exploit leur vaut une paire de pistolets d’honneur envoyée par le Directoire le 1er Nivôse an VII. Duchenne comme Fourmentin prennent des risques et, comme à Dunkerque, ils naviguent souvent en groupe, ce qui leur permet d’attaquer des navires riches ou des convois. Duchenne, enrichi par ses prises, s’arrête de naviguer pour devenir négociant mais il reprend du service comme enseigne de vaisseau employé aux mouvements du port du 9 Vendémiaire an XII au 30 Ventôse an XIII. Il reçoit la légion d’honneur le 28 Thermidor an XII, puis est nommé chevalier de l’Empire.

19À la demande de Tiessiet, son armateur précédent, Jean Pierre Duchenne prend le commandement du Duc de Dantzig de 14 c., 50 h., avec lequel il navigue en Manche du 20 août 1807 au 19 février 1808. Le 13 février, sortant du Havre, Jean Pierre Duchenne s’empare du William et Henry ; cette prise le rend définitivement riche. Il est ultérieurement nommé visiteur de navires du port de Boulogne de 1816 jusqu’à sa mort à Boulogne le 27 janvier 1826. Il est l’exemple d’un brillant capitaine corsaire qui navigue cependant relativement peu et s’est intégré dans la société grâce à ses parts de prise. L’un de ses fils, Monseigneur Duchenne, soutiendra la création à Berck-sur-mer par Marianne-Toute-Seule du premier établissement hospitalier pour scrofuleux et le second, le docteur Duchenne, sera le créateur de l’électrothérapie.

Jacques Broquant (1771-1861)

20Jacques Broquant est né à Boulogne le 19 novembre 1771, d’un père officier de port à Boulogne. Dès 10 ans, il embarque comme mousse sur un bateau pêcheur puis continue comme matelot. En l’an V, il embarque comme capitaine de prise, puis comme deuxième lieutenant sur le corsaire le Sauvage, capitaine Pollet de Boulogne. Il passe ensuite en l’an VI comme second sur le Furet, armé de 30 fusils, 6 espingoles et 26 sabres et portant 35 hommes, armateur Jean Griset, commandé par Nicolas Routtier, puis par Jean Robinson. Le Furet fait 11 prises, la plupart le long de la côte anglaise. La plus riche est la Lydia vendue 491 085 fr, mais le Copper Nails ne rapporte que 488 fr. Le 9 Fructidor an VII, Broquant succède à Robinson sur le Furet, son deuxième capitaine est Jacques Altazin et son premier lieutenant Pierre François Beauvois, tous deux futurs capitaines corsaires. Broquant fait quatre prises, ses 20 parts de prise se montent à 2 083 fr. Le Furet est désarmé et vendu 10 552 fr le 27 Nivôse an VIII.

21Ses nouveaux armateurs, Sannier-Ducrocq et Trudin, lui confient les Cinq Amis de 90 tonneaux, 48 hommes d’équipage, un obusier, une couleuvrine, six canons de 3 et six de 1, quatre pierriers, 40 fusils, 4 espingoles, 25 paires de pistolets et 30 sabres. Il garde son état-major précédent avec lequel il fait deux campagnes, la première du 5 Brumaire au 1er Pluviôse an VIII, la seconde du 3 Germinal au 1er Floréal. Il ne fait qu’une prise à chaque campagne. Lors de la deuxième, il livre un violent combat, échappant de peu à la capture. Broquant passe ensuite sur le Cygne, du 3 Floréal au 23 Prairial, mais la campagne est en perte de 15 656 fr. Sans embarquement pendant l’été, il reçoit ensuite le lougre la Boulonnaise, armateur Moleux-Crouy, 43 hommes d’équipage. Sa première course se termine le 1er Brumaire an IX avec deux prises, plus la Sarah, une reprise. La course suivante avec le Hope vendu 187 686 fr et le Neptune 72 472 fr dédommage amplement les actionnaires et les marins.

22Broquant commande ensuite le Petit Requin puis la Raccrocheuse no 1 avec laquelle il prend le Vine, vendu 2942 fr à Boulogne, prise faite en commun avec le Desaix commandé par Beauvois, son ancien lieutenant. Moleux-Crouy lui confie ensuite le Prosper, 36 hommes d’équipage, avec lequel il capture le Kent, armé de 24 c. de 9, vendu à Dieppe 88 303 fr. Broquant s’empare ensuite du William Bakford, capitaine Benjamin Waren, vendu 228 585 fr. Le Prosper est un corsaire neuf construit à Boulogne, financé par 34 actions d’un total de 4 410 fr. Le bénéfice net s’élève à 149 955 fr. Selon la Gazette de France, le bâtiment était de petite taille :

  • 5 Gazette de France, no 2241, 22 pluviôse an 12 (12 février 1804).

Le corsaire le Prosper, est un petit bâtiment qui se trouvait en construction dans les chantiers de Boulogne […]. Le Premier Consul s’en approcha, le considéra avec attention, en vit en détail toutes les proportions et en fit compliment au constructeur […]. Le capitaine Broquant qui le commande est un homme intelligent et intrépide. La fortune a secondé son courage puisqu’il a déjà fait deux prises importantes dont l’une avait autant d’hommes que le Prosper et pouvait opposer 24 canons de 9 à 6 de 3.5

23Le 2 Pluviôse an XII, le Prosper, après un court duel d’artillerie au large de Shoreham, s’empare d’un trois-mâts anglais armé de 7 canons, venant du Pacifique et chargé de 800 tonnes d’huile de baleine. Le 16, Broquant livre un combat violent dans le pas de Calais, contre un trois-mâts anglais armé de 24 pièces de 9, venant de Saint-Vincent, chargé de 250 boucauts de sucre et de 258 balles de coton. Ces deux prises à elles seules assurent la rentabilité citée précédemment et la fortune de Broquant.

24Devant les succès des corsaires de Boulogne, la Royal Navy envoie en patrouille des cutters armés de 10 à 16 canons. Broquant poursuivi par deux d’entre eux réussit à leur échapper en tuant d’un coup de fusil le capitaine de l’un d’entre eux qui le somme de se rendre : exploit qui n’est pas sans rappeler un épisode des mémoires de Forbin. Ces exploits attirent l’attention de Bonaparte, présent à Boulogne, qui lui aurait demandé son avis sur un débarquement en Angleterre. Le 16 août 1804, lors de la première distribution de la Légion d’honneur, Broquant est parmi les récipiendaires et il est décoré par Bruix.

25Broquant reprend la mer à l’automne à bord du corsaire la Grande Raccrocheuse, armé à Calais. Il croise avec le capitaine Pollet, commandant du Wimereux. Ils font ensemble trois prises : l’Anna-Maria, vendue 83 382 fr, le Ménager vendu 18 266 fr et l’équilatéral vendu 27 956 fr. Mais le 10 décembre 1804, près des côtes anglaises, le corsaire est pris dans les calmes et la frégate anglaise la Favorite le capture. Broquant tente plusieurs fois de s’évader mais il est repris et conduit sur le ponton le Glory. Il réussit cependant à s’évader en 1811, après sept ans de captivité, avec Colin Delpierre et Nicolas Fourmentin. Selon sa fille, Broquant aurait voulu reprendre le commandement d’un corsaire mais sa femme l’en aurait dissuadé.

  • 6 H. Malo, Les Corsaires, Mercure de France, Paris, 1908, p. 61.

26Broquant est franc-maçon et fait partie de la loge fondée sur son ponton, le Glory. Preuve de sa réussite comme corsaire, il est cautionné pour 200 000 francs au titre de ses dépenses en Angleterre. Pendant cette captivité, il se lie d’amitié avec un capitaine corsaire de Binic, Louis Le Saulnier Saint-Jouan, lui aussi franc-maçon. à partir de 1811, Broquant navigue au cabotage et reçoit à cette date son brevet de maître de cabotage. En 1815, il est nommé maître de port à Boulogne poste, dont il démissionne en 1836. Il meurt dans son lit, dans sa 90e année, le 23 février 18616. Il avait quatre fils et trois filles. L’un de ses fils est capitaine et l’autre industriel à Dunkerque dans les filets de pêche.

27Broquant comme Duchenne ont surtout navigué sur des petits corsaires et ont le plus souvent navigué en groupe. Leurs résultats reposent sur leur courage et sur leur capacité à attaquer le commerce anglais le plus près possible de ses bases, au risque de se faire prendre par les navires d’escorte de la Royal Navy.

Notes

1 Cf. P. Villiers, Les corsaires, Paris, éditions Gisserot, 2008.

2 Cf. P. Villiers, « Les corsaires du Littoral au XVIIIe siècle, 1744-1783 des corsaires méconnus », in Les Champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du 1er Empire, Calais, 1994, p. 253-283.

3 Cf. P. Villiers, « Mythe et réalité de la guerre de course en France pendant la guerre d’Indépendance 1778-1783 », Revue de la société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, novembre 1985, p. 59-80.

4 Cf P. Villiers, « Le Havre, port de guerre au XVIIIe siècle », Les ports normands, un modèle, actes du colloque Rouen-Le Havre 1998, Presses universitaires de Rouen, no 265, 1999, p. 117-140.

5 Gazette de France, no 2241, 22 pluviôse an 12 (12 février 1804).

6 H. Malo, Les Corsaires, Mercure de France, Paris, 1908, p. 61.

Table des illustrations

Titre Répartition des armements corsaires à Dunkerque du 20 octobre 1795 à juillet 1797 en fonction du tonnage d’après les lettres de marque
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition des armements corsaires à Calais de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition des armements corsaires à Boulogne de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition des armements corsaires au Havre de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Flottes corsaires de Dunkerque, Calais, Boulogne, Saint-Malo et du Havre, du 20 octobre 1795 à juillet 1797
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Répartition des armements corsaires à Nantes de 1795 à 1797 en fonction du tonnage
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre État nominatif des prises conduites dans les ports de la République depuis le commencement de la guerre jusqu’au dernier Fructidor an VII
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540