Version classiqueVersion mobile

Traduire en langue française en 1830

 | 
Christine Lombez

Images d’un mythe national espagnol dans la France de 1830 : les Romances du Cid du chevalier Regnard

María del Rosario Álvarez Rubio

Texte intégral

  • 1 K. van Bragt, Bibliographie des traductions françaises (1810-1840). Répertoires par disciplines. Av (...)
  • 2 Histoire de la monja alférez, doña Catalina de Erauso (écrite par elle-même, et enrichie de notes e (...)
  • 3 Aben Humeya, ou la Révolte des Maures sous Philippe II, drame historique, Paris, 1830.
  • 4 Les Romances du Cid ; traduction libre de l’espagnol, suivie de l’abrégé historique de la vie du Ci (...)
  • 5 A. Niño, Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España 1875-1931, Madrid, CSIC/Casa de V (...)
  • 6 II n’a lu que les romances, mais pas du tout la chanson de geste exhumée en 1779. Il ne cite pas no (...)
  • 7 L’anecdote, blâmée par Regnard dans sa préface, sur la translation des restes du couple de Cardeña (...)
  • 8 Le profond enracinement de ce thème héroïque se manifeste aussi en maintes créations artistiques. E (...)
  • 9 Romancero e historia del mui valeroso caballero el Cid Rui-Diaz de Vibar, en lenguage antiguo, reco (...)
  • 10 F. Bouterwek, Histoire de la littérature espagnole traduite de l’allemand [...] par le traducteur d (...)
  • 11 Espagne poétique. Choix de poésies castillanes depuis Charles-Quint jusqu’à nos jours, mises en ver (...)
  • 12 Études sur l’histoire des institutions, de la littérature, du théâtre et des beaux-arts en Espagne, (...)
  • 13 Romancero. Choix de vieux chants espagnols traduits et annotés par le Comte de..., Paris, Librairie (...)
  • 14 Romancero Général ou Recueil des chants populaires de l’Espagne. Romances historiques, chevaleresqu (...)
  • 15 P. Bénichou, Nerval et la chanson folklorique, Librairie José Corti, Paris, 1970. D’un autre côté, (...)
  • 16 P. Bénichou, « Romancero español y romanticismo francés », Hispanic Studies in Honor of Joseph H. S (...)

1Parmi les textes de tout genre recensés en France par la critique sur les « choses d’Espagne » depuis le passage du XVIIIe au XIXe siècle, les presses offrent en 1830 trois traductions1 inscrites dans le champ pourtant large des Belles-Lettres et dont le sujet tient à deux périodes mémorables de cette nation voisine du Sud des Pyrénées : le controversé Siècle d’Or – que Louis Viardot recrée dans la biographie hasardeuse de la Monja Alférez2, et où son ami, l’espagnol Martinez de la Rosa situe son drame Aben Humeya, traduit par lui-même3 pour sa première la veille des Trois Glorieuses – et le Moyen-Age, à travers une nouvelle version des romances du Cid par le chevalier Regnard4. Ce vétéran des guerres de l’Empire partage avec les auteurs précédents l’expérience marquante des conflits en terre d’Espagne, non seulement lors de l’invasion napoléonienne mais aussi de l’expédition du Duc d’Angoulême pendant le premier régime libéral espagnol. Des rangs d’enrôlés dans cette armée de 1823 sortiraient aussi d’autres traducteurs, les uns ponctuels, les autres plus spécialisés de la langue, de la littérature ou de l’histoire espagnoles qu’ils rapprochent du lectorat français. Parmi ces derniers, il faut citer par leur retentissement Abel Hugo et Louis Viardot, modèle de l’« hispanisant » de la première moitié du XIXe siècle. Quoiqu’attirés par ce domaine alors à découvrir dans la presse, le théâtre, les cénacles et les chaires universitaires, tous ne méritent pas un tel titre. Malgré les limites imprécises du terme à cette époque-là5, avant l’assimilation des études philologiques allemandes, Regnard n’est pas un spécialiste de cette culture méridionale6 mais un ancien officier qui, fasciné par les poèmes originaux sur le Cid antérieurs à Corneille, tente d’élargir l’horizon d’attente de ses contemporains français7 et de leur faire partager les sensations qu’il a éprouvées. Admiré à l’étranger depuis son internationalisation au XVIIe siècle et promu assez tôt en Espagne au statut de symbole national8, l’exemple du héros avait poussé, à la naissance si turbulente du XIXe s., l’éditeur espagnol Vicente González del Reguero9 à le présenter comme modèle patriotique aux militaires de son pays et aux jeunes générations. C’est l’un des choix faits de même par Quintana dans ses Vidas de Españoles célebres, réimprimées en Espagne et en France depuis leur parution en 1807, ou encore, trois ans après la traduction de Regnard, par l’exilé libéral Juan Florân qui l’exaltera en l’opposant à Don Quichotte dans L’Europe littéraire (art. 3°, p. 125). D’autre part, la réhabilitation progressive de cette forme littéraire à la fin du XVIIIe siècle parmi les lettrés espagnols, consacrée en Europe par les théories romantiques des Schlegel et l’histoire littéraire de Bouterwek10, et dont témoigne la proclamation comme « genre national » de Juan Ma Maury11 auprès du public français, s’inscrit dans une révision plus vaste de la littérature espagnole, de son identité historique et de son appartenance à la modernité européenne entreprise par les ilustrados. L’actualité poétique en France des romances – terme pour lequel la plupart des traducteurs gardent, excepté des hispanisants comme Viardot12 ou Puymaigre13 parmi d’autres, le genre féminin que Damas-Hinard14 basait sur les règles de la langue française –, hérite de son côté de la mode « troubadour » et son attrait pour la chevalerie romanesque ou même fantaisiste. Mais elle bénéficie aussi de la vogue des recueils lettrés des chansons plus ou moins traditionnelles et de l’influence herdérienne qui identifiait le populaire au primitif15 et qui se manifeste alors dans le goût pour les ballades et les légendes. À ce moment de recherche esthétique, les versions des recueils de romances ne se limiteront pas d’ailleurs à répandre de nouvelles pièces, mais, par le biais des adaptations, elles éveilleront l’inspiration poétique et la réflexion théorique16.

  • 17 J. de Escobar, Historia y romancero del Cid (Lisboa, 1605). Edición, estudio bibliográfico e índice (...)
  • 18 Telles que le Romancero general de 1600, le Cancionero de Romances, la Sylva de romances, le Tesoro (...)
  • 19 Voir à ce propos le prologue d’Atkins à l’édition de Rodríguez-Moñino, ibid., 1973. Voir aussi Rodi (...)
  • 20 Ces extraits parus en décembre 1782, juillet 1783 et octobre 1784, ont été publiés comme Histoire d (...)
  • 21 Les Romances du Cid, imitées de l’espagnol (Paris, Delaunay, 1814). La 2e édition, anonyme, date de (...)
  • 22 Der Cid, Geschichte des Don Ruy Diaz, Grafen von Bivar. Nach Spanischen Romanzen, 1803-1805.
  • 23 Rodríguez-Moñino (op. cit., 1973) a tracé le parcours des éditions dont les altérations les plus ma (...)
  • 24 Le Romancero du Cid. Traduction nouvelle, avec le texte en regard, Paris, Baudry, libraire-éditeur, (...)
  • 25 Sammlung der besten alten Spanischen historischen, Ritter-und maurischen Romanzen ; mit Einleitung (...)
  • 26 La Légende du Cid, comprenant le Poème du Cid, les Chroniques et les Romances, Paris, 1866, 2 t.
  • 27 À part ses erreurs sur la filiation des éditions consultées, ses principales coupures (signalées pa (...)
  • 28 H. Tronchon, « Préromantisme » allemand et français : Herder et Creuzé de Lesser adaptateurs du « R (...)
  • 29 S’il fait partie de la bibliographie, même avec des erreurs, d’Hippolyte Lucas (Documents relatifs (...)
  • 30 Celles des portraits fantaisistes de Rodrigue et de Chimène, du coffre exposé dans la cathédrale, d (...)
  • 31 Regnard jette un regard sévère sur sa source en lui reprochant ses retranchements, jugés excessifs, (...)
  • 32 La Castilla y el más famoso castellano : discurso sobre el sitio, nombre, gobierno, y condado de la (...)
  • 33 Regnard fait référence aux notes de G. del Reguero se rapportant au texte des anciennes éditions (r (...)
  • 34 Le livre Ier comprend 13 romances sur l’affront du comte de Gormaz à Don Diègue, les plaintes de Ch (...)
  • 35 Si la collection d’Escobar imprimée à Lisbonne (dont nous empruntons la numérotation) comptait 96 r (...)
  • 36 Romancero e historia del muy valeroso caballero el Cid Ruy Diaz de Vibar, en lenguage antiguo, reco (...)
  • 37 S. de Sismondi, La littérature du Midi de l’Europe, Treuttel et Würtz, Paris-Strasbourg, 1813, t. I (...)
  • 38 Cité par Tronchon et surtout par Bénichou (op. cit., 1988, p. 82-88) qui compare quelques passages (...)
  • 39 « Puis, quand bien même certains poèmes de l’antiquité classique pourraient se prêter à la traducti (...)
  • 40 Pour lui, s’il s’agit d’un ouvrage scientifique, de philosophie ou d’histoire, tout scrupule est né (...)
  • 41 Creuzé lui-même avait déjà consulté Sismondi et s’était même inspiré de ses gloses. À des autorités (...)
  • 42 Comme exemple de son procédé général, voici deux passages de la réponse du roi Ferdinand à la lettr (...)

2Dans ce mouvement de lente ouverture vers les canons littéraires étrangers qui s’étend au cours de ce siècle en France, cette traduction constitue un autre chaînon dans la diffusion du romancero, et particulièrement du cycle cidien – beaucoup plus ancré que d’autres plus sporadiques comme ceux de Bemardo del Carpio, le Roi Rodrigue ou les Infants de Lara –, inclus d’habitude dans les romances héroïques, historiques ou chevaleresques d’après les classifications les plus généralisées. Les difficultés d’accès aux sources principales suscitent la plainte la plus fréquente chez les critiques. De son propre aveu, après avoir traversé Burgos en 1808, c’est pendant ses séjours en 1812 et en 1813 que Regnard aurait alors emprunté le vieux recueil d’Escobar17, déjà rare à l’époque, pour se résigner enfin lors de la campagne de 1823 à puiser, faute de mieux, dans l’édition récente de G. del Reguero. Au fur et à mesure que le siècle avance, d’autres collections18 s’ajoutent à celle primordiale d’Escobar, fruit elle-même d’une volonté consciente et réformatrice de réélaboration destinée à donner de l’unité au cycle19. La fortune de tous ces recueils qui rassemblent des pièces anciennes et beaucoup d’autres, cultivées mais bien plus tardives – que les premiers traducteurs français ne distinguent pas –, met en évidence le parcours hasardeux de ces productions de transmission orale ainsi que le rôle décisif des compilateurs. Si l’on retraçait la généalogie de cette réception éditoriale en France à l’aube du XIXe siècle, il nous faudrait remonter aux réécritures attribuées à Couchut20 des romances cidiens dans la Bibliothèque Universelle des Romans au siècle précédent. Cet intermédiaire, qui avait essayé d’enrichir le répertoire de romances écarté par Corneille, fournit principalement les versions de seconde main de Creuzé de Lesser21 et, en partie, celle qui a le plus influencé Herder22, suivi bientôt par l’édition de Reguero de 1818, issue d’une lignée commune de l’édition de Madrid de 1621, et d’où naissent, à grands traits, à travers le XVIIIe siècle, les branches espagnole, allemande et anglaise du début du XIXe siècle23. C’est à cette médiation contemporaine que feront appel Regnard et partiellement Antony Rénal24 qui, afin de compléter sa traduction, y incorpore des romances divers de l’édition allemande, moins compromise, de Depping25, avant la publication postérieure de Denis et d’autres plus documentées comme celles de Damas-Hinard ou de Saint-Albin26. Cependant, l’édition posthume de G. del Reguero constitue une manipulation avouée du texte d’Escobar en réduisant au nom de la vérité historique le nombre de romances à 78, en retranchant quelques-uns ou en unifiant d’autres27. Bien qu’il admire leur « finesse d’invention, le charme des discours, l’agrément des descriptions et la simplicité des mœurs » (1830, p. xxv ; 1818, p. xvi), il décide d’expurger les poèmes à son avis extravagants, déréglés ou fabuleux et il loue même (1818, p. xxii-xiv) les procédés de Florian dans son Gonzalve de Cordoue pour leur efficacité instructive. La version de Regnard, neuf ans après la deuxième édition de Creuzé (qui aurait pu s’en inspirer pour les rajouts de sa 3e édition, comme le suggère Tronchon28), reste pourtant assez méconnue par ses contemporains, bien qu’elle reçoive quelques jugements favorables29. Plus attentif à la structure dans l’agencement des paragraphes, l’insertion de gravures30, les courts résumés en tête de chaque poème à la façon des anciens recueils – que Rénal va pourtant supprimer –, Regnard, en dépit d’un regard souvent critique31, suit de près le texte de référence dans l’insertion assez littérale de la préface du compilateur et de l’abrégé historique sur la vie du héros – extrait du père Risco32, et moins apprécié malgré les louanges de G. del Reguero –, dans certains écarts de l’éditeur espagnol (respectés sauf quelques changements de son cru33 sur lesquels il avertit), ainsi que dans le nombre et l’ordre scrupuleux des romances qu’il va réorganiser en sept livres divisés en trois parties34. Ce corpus mutilé s’accroît dans les recueils suivants édités en France qui joignent d’autres sources du Siècle d’Or35. Adaptateur d’une édition d’où proviennent aussi, tel que l’a montré Rodríguez-Moñino, celles de 1828 et de 1829 contenant l’étude préliminaire de Müller36 (qui fournit aussi l’édition de Herder et auxquelles a recours Sismondi37), Regnard essaie une démarche plus respectueuse dans sa « traduction libre » que les remaniements déclarés du mondain baron de Lesser dans ses « imitations », et que le chevalier n’avait pas voulu consulter pour ne pas être influencé. Toutefois, la faveur accordée à la liberté de choisir, d’abréger ou d’amplifier dans ce genre étrange à leurs yeux, qui mène Creuzé à mouler en rimes variées maintes phrases inventées par Couchut et à les soumettre souvent au decorum, est présente à une moindre échelle chez Regnard38. D’autre part, sa traduction en vers constitue un exemple d’une pratique désormais périmée au profit de la prose. Bien que l’on lise des justifications éparpillées dans les préfaces et les notes de bas de page, il faudra attendre la version, censée être de référence à l’époque, de Damas-Hinard en 1844 pour trouver une réflexion plus organisée sur la traduction des romances. Expérimenté dans les traductions de classiques auprès de Nisard, de dramaturges espagnols et bientôt de la chanson de geste cidienne et du Quichotte, il met en garde contre les risques de traduire d’un système poétique à un autre à cause des règles rigides qui régissent le vers français39. Comme il s’agit non seulement d’un corpus historique mais aussi poétique, Damas-Hinard francise les noms propres d’après l’usage établi, il révise le sens des mots historiques essentiels concernant les mœurs décrites, et il conseille (p. lxxii-lxxiii) aux traducteurs de combiner la littéralité rigoureuse avec une certaine liberté car « le mode de traduction dépend uniquement de la nature de l’ouvrage à traduire »40. Si son procédé fait appel, tout en évitant les archaïsmes, aux modèles français d’élocution contemporains des romances, surtout à Froissait qui lui est si familier, il se sent néanmoins obligé d’avertir le lecteur de l’usage de quelques locutions moins élégantes qu’il garde malgré les bienséances, pour respecter la naïveté, la concision et l’énergie des chants populaires. D’autre part, ces apports à la diffusion du cycle ont lieu à une période où des ouvrages espagnols se voient relancés dans le théâtre, la presse périodique, le marché éditorial des deux langues, et aussi dans les histoires de la littérature en train de se constituer. Les valeurs reconnues à ces formes poétiques, dépourvues pourtant d’étude selon son défenseur Bouterwek (t. I, p. 124) et éloignées, donc, de la perfection classique, comportent des qualités telles que le naturel, la naïveté et la vivacité des expressions ou le pittoresque des tableaux41. C’est ainsi que Regnard ressent le plaisir de sa lecture « en dépit de ses longueurs, de ses redites, de ses contradictions et de son langage suranné » (p. v) ; n’aspirant pas à la recherche esthétique alors reconnue à Creuzé, il se propose de transmettre la simplicité et l’énergie stylistique des octosyllabes originaux42. L’édition espagnole, quoique raccourcie, la rapprochera davantage des vieux romances que ne l’avaient fait ses devanciers français. Sa réécriture du cycle fera partie à son tour d’un nouvel épisode de la réception en France de l’un des thèmes les plus célèbres du patrimoine littéraire espagnol.

Notes

1 K. van Bragt, Bibliographie des traductions françaises (1810-1840). Répertoires par disciplines. Avec la collaboration de L. D’hulst et J. Lambert, Presses Universitaires de Louvain, 1995.

2 Histoire de la monja alférez, doña Catalina de Erauso (écrite par elle-même, et enrichie de notes et documens par don Joaquín M. de Ferrer [La Monja Alférez, comédie fameuse de don Juan Pérez de Montalbán], Paris, 1830.

3 Aben Humeya, ou la Révolte des Maures sous Philippe II, drame historique, Paris, 1830.

4 Les Romances du Cid ; traduction libre de l’espagnol, suivie de l’abrégé historique de la vie du Cid ; par le Chevalier Regnard, ornée de six lithographies au trait, Paris, Anselin, Libraire/Bourges, imprimerie de Manceron, 2 t.

5 A. Niño, Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España 1875-1931, Madrid, CSIC/Casa de Velázquez/Société des Hispanistes Français, 1988.

6 II n’a lu que les romances, mais pas du tout la chanson de geste exhumée en 1779. Il ne cite pas non plus le dramaturge Guillén de Castro, source inspiratrice de Corneille, qui commençait à être revalorisé à l’époque.

7 L’anecdote, blâmée par Regnard dans sa préface, sur la translation des restes du couple de Cardeña jusqu’aux rives de l’Arlanzón, sous l’ordre du général Thiébault, reflète l’influence d’un imaginaire collectif français façonné par Corneille.

8 Le profond enracinement de ce thème héroïque se manifeste aussi en maintes créations artistiques. En ce qui concerne la cristallisation littéraire du mythe, voir surtout C. Rodiek, La receptión international del Cid, Gredos, Madrid, 1995, ou aussi, dans la vaste bibliographie sur ce sujet, les travaux recueillis par G. Santonja (éd.), El Cid. Historia, literatura y leyenda, Madrid, Sociedad Estatal España Nuevo Milenio, 2001. D’autre part, les anciens courants de cidophilie et de cidophobie autour de cette personnalité historique devenue un archétype de vertu, réveillent au XVIIIe avec le père Risco et Masdeu une discussion acharnée sur son comportement, et même son existence réelle, pour ressurgir au XIXe avec l’influent arabiste Dozy (Recherches sur l’histoire politique et littéraire de l’Espagne, Leyde, 1849).

9 Romancero e historia del mui valeroso caballero el Cid Rui-Diaz de Vibar, en lenguage antiguo, recopilado por Juan de Escobar, nueva edition, reformada sobre las antiguas, añadida e ilustrada con varias notas y composiciones del mismo tiempo y asunto para su mas fácil inteligencia, y adornada con un epitome de la historia verdadera del Cid. Por D. Vicente González del Reguero, Madrid, Imprenta de Cano, 1818.

10 F. Bouterwek, Histoire de la littérature espagnole traduite de l’allemand [...] par le traducteur des lettres de Jean de Muller (Mme de Streck, avec une préface par M. de Stapfer, d’après Barbier), chez Renard, Pauline, frères Michaud, Paris, 1812, 2 t.

11 Espagne poétique. Choix de poésies castillanes depuis Charles-Quint jusqu’à nos jours, mises en vers français avec une dissertation comparée sur la langue et la versification espagnoles, une introduction en vers, et des articles biographiques, historiques et littéraires, Paris, P. Mongie, 1826-27, 2 t.

12 Études sur l’histoire des institutions, de la littérature, du théâtre et des beaux-arts en Espagne, Paris, Paulin, 1835.

13 Romancero. Choix de vieux chants espagnols traduits et annotés par le Comte de..., Paris, Librairie de la Société Bibliographique, 1878.

14 Romancero Général ou Recueil des chants populaires de l’Espagne. Romances historiques, chevaleresques et moresques. Traduction complète, avec une introduction et des notes, Paris, Charpentier, libraire-éditeur, 1844, 2 t.

15 P. Bénichou, Nerval et la chanson folklorique, Librairie José Corti, Paris, 1970. D’un autre côté, Damas-Hinard soutient la théorie qui va prévaloir définitivement grâce à Milà i Fontanals : les romances, issus quelques-uns des mêmes chroniques, ont dérivé des chansons de geste après leur morcellement en petits poèmes faisant un tout. Si Damas-Hinard, comme l’académicien Abel Villemain à la Sorbonne en 1830 (́Cours de littérature française. Tableau de la littérature du Moyen Âge en France, en Italie, en Espagne et en Angleterre, Didier, Libraire-éditeur, Paris, 1852), affirme que ce sont l’histoire et la poésie authentiques du moyen âge espagnol, création spontanée d’une collectivité, il refuse de les comparer favorablement à l’Iliade, car c’est un peuple ignorant et grossier, sans aucun art et limité aux sujets de Dieu, la patrie et l’honneur. En revanche il leur reconnaît le don du naturel et plus d’ascendant sur leur littérature que les anciens Grecs sur la leur.

16 P. Bénichou, « Romancero español y romanticismo francés », Hispanic Studies in Honor of Joseph H. Silverman, Juan de la Cuesta, Newark-Delaware, 1988, p. 77-108.

17 J. de Escobar, Historia y romancero del Cid (Lisboa, 1605). Edición, estudio bibliográfico e índices por Antonio Rodríguez-Moñino. Introducción por Arthur Lee-Francis Atkins, Castalia, Madrid, 1973.

18 Telles que le Romancero general de 1600, le Cancionero de Romances, la Sylva de romances, le Tesoro escondido, le Romancero de Sepúlveda, la Crónica del Cid, et bien d’autres.

19 Voir à ce propos le prologue d’Atkins à l’édition de Rodríguez-Moñino, ibid., 1973. Voir aussi Rodiek (op. cit., p. 228-230).

20 Ces extraits parus en décembre 1782, juillet 1783 et octobre 1784, ont été publiés comme Histoire du Cid, éditée par A. Leitzmann, Halle, 1916.

21 Les Romances du Cid, imitées de l’espagnol (Paris, Delaunay, 1814). La 2e édition, anonyme, date de 1821 et y ajoute plusieurs apologues. La 3e (1836) s’intitule Odéide imitée de l’espagnol, augmentée d’Héloïse et des Prisons de 1794.

22 Der Cid, Geschichte des Don Ruy Diaz, Grafen von Bivar. Nach Spanischen Romanzen, 1803-1805.

23 Rodríguez-Moñino (op. cit., 1973) a tracé le parcours des éditions dont les altérations les plus marquées jusqu’à 1818 par rapport au texte original ne concernaient que la perte du sonnet d’éloge, les changements de dédicace ou l’exclusion de quelques pièces. Atkins signale que le corpus vivant du cycle cidien est réuni en 31 éditions vérifiées depuis 1610 jusqu’à 1757 et 3 autres étrangères. Parmi ces dernières celles de Londres (1825) et Francfort (1828 et 1829, celle-ci héritière de la série d’Alcalá), expression de l’hispanisme romantique anglais et allemand. Plus tard, l’érudition nationale et étrangère va refondre la vieille collection, l’amplifier et l’imprimer à destination du public académique et populaire. À partir du romancero cidien très augmenté de Carolina Michaëlis (Leipzig, 1871) les nouveaux romanceros vont proliférer au XIXe et XXe siècles.

24 Le Romancero du Cid. Traduction nouvelle, avec le texte en regard, Paris, Baudry, libraire-éditeur, Hippolyte Souverain, éditeur/Lyon, Imprimerie Typographique et Litographique de Louis Perrin, 1842, 2 t.

25 Sammlung der besten alten Spanischen historischen, Ritter-und maurischen Romanzen ; mit Einleitung und Anmerkungen (Altenburg und Leipzig, Brockhaus, 1817). Traduite par V. Salvá (Londres, 1825, l’édition consultée par Rénal) et éditée et annotée par Alcalá Galiano (Romancero castellano ó Colección de antiguos romances populares de los españoles, 1844).

26 La Légende du Cid, comprenant le Poème du Cid, les Chroniques et les Romances, Paris, 1866, 2 t.

27 À part ses erreurs sur la filiation des éditions consultées, ses principales coupures (signalées parfois en bas de page en se référant à la numérotation originelle, au thème, pour mieux comprendre la suite ou en copiant quelques vers des pièces écartées) concernent surtout la suppression de poèmes (VI, VIII, XII-XIV, XXI-XXIII, XXVI, XXX, XXXVII, XXXVIII, XLIV, XLVII, XLIX, LX, LXVII, LXXXVIII, LXXXIX, XCIII, XCIV d’après Escobar ; et LXIX, XCII, CII, d’après l’éd. d’Alcalá, 1612), soit pour leur manque de qualité à son avis, soit pour abréger, soit pour des rejets d’ordre « rationaliste » qui écartent le miracle du Cid déjà mort, l’ambassade du Pape, l’apparition de Saint Lazare et de Saint Pierre ou l’épisode des juifs, par exemple. Il justifie quelques décisions d’agencement au nom de la critique moderne insérant aussi comme complément le discours du P. Risco. Quoiqu’il se plaigne des exagérations vulgaires dans leur transmission, il vante les romances héroïques, pleins de grandes beautés comme la lettre de Chimène au roi Ferdinand ou la réponse de celui-ci, assez citées par les critiques français.

28 H. Tronchon, « Préromantisme » allemand et français : Herder et Creuzé de Lesser adaptateurs du « Romancero del Cid », Revue d’Histoire Littéraire de la France, v. 19, 1912, p. 489-531 et p. 855-883.

29 S’il fait partie de la bibliographie, même avec des erreurs, d’Hippolyte Lucas (Documents relatifs à l’histoire du Cid, Paris, Alvarès, Libraire-Éditeur, 1860), c’est Rénal surtout qui s’étonne de cet « oubli » et reprend plusieurs passages de son avant-propos et de sa préface (op. cit., p. 64-72).

30 Celles des portraits fantaisistes de Rodrigue et de Chimène, du coffre exposé dans la cathédrale, du monument dressé sur l’emplacement supposé du manoir du Cid, de l’ancienne porte gothique de la ville, et de l’arc de triomphe néoclassique à Burgos.

31 Regnard jette un regard sévère sur sa source en lui reprochant ses retranchements, jugés excessifs, et le manque de transition entre les épisodes aux dépens d’une cohésion plus ferme dans l’histoire. Il fait plus confiance à ses propres observations sur les sites et aux jugements de savants comme Pufendorf ou le président Hainaut, qu’à certaines données historiques de l’abrégé.

32 La Castilla y el más famoso castellano : discurso sobre el sitio, nombre, gobierno, y condado de la antigua Castilla : historia del célebre castellano Rodrigo Díaz, llamado vulgarmente el Cid Campeador, (1792).

33 Regnard fait référence aux notes de G. del Reguero se rapportant au texte des anciennes éditions (r. 16, 17, 28, 39 et 74) ; il avertit sur quelques suppressions de la source (r. 15, r. 68) ou de petits changements de sa part (r. 72) ; il manifeste ses doutes sur le sens du texte original (r. 29) ; il déclare son choix pour une expression plus délicate (r. 47) ; il fond les romances 25 et 26 sur le serment du roi Alphonse et il incorpore d’autres notes concernant de brèves explications sur l’identité des personnages ou des endroits, des rappels de prononciation ou des renseignements historiques.

34 Le livre Ier comprend 13 romances sur l’affront du comte de Gormaz à Don Diègue, les plaintes de Chimène devant le roi, le mariage du héros, les premières couches et les relevailles de la jeune épouse ; le IIe en contient 11 autour du testament et de la mort de roi Ferdinand, de sa succession par D. Sanche, des discordes entre les frères, de l’assassinat du monarque et des combats des deux chevaliers de Zamora contre les fils du comte Arias Gonzalo. La IIe partie est composée du IIIe livre, qui admet 9 romances sur l’avènement d’Alphonse VI et son serment forcé, l’exil du Cid, ses conquêtes et la prise de Valence ; et du IVe avec 12 romances sur les prouesses du héros jusqu’à la réconciliation avec le roi. La IIIe partie comprend les livres V (14 romances avec les noces de ses filles, les trahisons et les préparatifs de la vengeance), VI (11 qui racontent le voyage du Cid de Valence à Tolède, les Cortès, le jugement et le retour à Valence) et VII (8 romances sur sa victoire, sa mort et les hauts mariages de ses filles).

35 Si la collection d’Escobar imprimée à Lisbonne (dont nous empruntons la numérotation) comptait 96 romances (auxquels les éditions espagnoles en avaient ajouté 6), de ces 102 réimprimés en Espagne jusqu’à 1818, le nombre traduit varie depuis les premières versions françaises, cours, florilèges et passages versés dans les histoires littéraires. Herder et Couchut en présentent environ 70 adaptés d’autres sources, et Creuzé publie après ses additions 66 poèmes. La traduction française de l’histoire littéraire de Bouterwek choisit, de son côté, 3 romances tirés d’autres collections. Maury (pp. cit., 1826-27) en admet 8 (I, III, VI, IX, XXV, XVI, XVII et XXXIX). Dans ses Leçons espagnoles de littérature et de morale, précédées d’une notice sur la littérature castillane (Firmin Didot frères, et Théophile Barrois, Paris, 1830), Victor Rendu insère en espagnol le IIe romance et un autre (« A la postrimera hora ») du Romancero general de 1600. Villemain traduit en prose de sa main des passages du Ier (XVe leçon) et des IIe, IXe, Xe et LXe (XVIe leçon). La version de Rénal, plus soignée du point de vue esthétique mais très critiquée par Damas-Hinard à cause d’erreurs sémantiques et d’un rythme un peu lourd, réunit un peu pêle-mêle 106 poèmes tandis que celui-ci observe un ordre chronologique, déjà noté chez Sismondi, et classe ses 117 romances issus de plusieurs sources, parmi les romances historiques datés au XIe siècle en trois époques – sous Ferdinand I, Sanche II et Alphonse VI –. Lucas (op. cit., 1860) ajoute cependant le XVIIIe chez Damas-Hinard, du Cancionero de Romances, aux résumés en prose des romances I, V, XV, XXV, XLIII, XCI, et le IXe (4e partie) chez Damas-Hinard, tiré aussi de la collection précédente, à part les brefs passages des XVIe et XXIe. Pour glaner dans d’autres collections françaises de la seconde moitié du siècle, celle de Puymaigre (op. cit., 1878) inclut 6 romances provenant de l’édition de Wolf (1856) dont 3 (I, V, XXXVII) appartiennent au recueil d’Escobar. Dans son Histoire de la littérature espagnole (Dezobry, Fd Tandou et Cie, Paris, 1863), première histoire rédigée par un Français sur cette littérature, Eugène Baret traduit en prose le romance XCVI dont il donne plusieurs strophes de l’original dans son Anthologie espagnole (Librairie Charles Delagrave, Paris, 1884).

36 Romancero e historia del muy valeroso caballero el Cid Ruy Diaz de Vibar, en lenguage antiguo, recopilado por Juan de Escobar, Edicion completa, añadida y adornada con una version castellana de la historia de la vida del Cid por el famoso historiador aleman D. Juan de Müller, Francoforto, Impr. Broener, 1828. Après la dédicace à Böhl de Faber et la préface datée de 1827 par l’éditeur allemand, cette édition reproduit celle de Reguero et insère les 24 romances omis par ce dernier. Il y a une autre en 1829 à Paris, chez Baudry.

37 S. de Sismondi, La littérature du Midi de l’Europe, Treuttel et Würtz, Paris-Strasbourg, 1813, t. III. Dans des éditions postérieures, il s’aperçoit des différences par rapport aux sources espagnoles des romances, dont il inclura des résumés de divers exemples de romances cidiens tirés d’autres collections comme celle de Metge (1626).

38 Cité par Tronchon et surtout par Bénichou (op. cit., 1988, p. 82-88) qui compare quelques passages de l’auteur, de Couchut et de Creuzé, Regnard réécrit en octosyllabes les vers originaux (avec quelques variations, par exemple, dans le r. 17 (la glose en rondeau redoublé) et la rime du 66e (« À vos deux femmes, /Qu’avez, infâmes »). Ces modifications le forcent alors à changer l’ordre des phrases plus qu’à faire une traduction littérale pour garder le sens général (comme arrive dans les incipit), à résumer parfois et surtout à gloser en dépassant, mais pas trop, le nombre de vers des romances.

39 « Puis, quand bien même certains poèmes de l’antiquité classique pourraient se prêter à la traduction en vers français, il faudrait encore y renoncer pour les romances. En voici la raison. Le style des romances est, avons-nous dit, d’une simplicité, d’une naïveté extrême ; mais en même temps, par un privilège inhérent à la langue espagnole, il possède une incontestable noblesse. Or un écrivain français voudra-t-il dans une traduction en vers reproduire le ton simple et naïf des romances, immanquablement il tombera dans le vers odieux, insipide des complaintes. Se décidera-t-on, pour éviter ce péril, à employer le langage choisi, les formes élégantes, distinguées qu’exige la versification française, alors ce ne sera plus le même défaut, mais ce ne sera pas davantage les romances. Les divers essais tentés en ce genre par des hommes de beaucoup d’esprit et de talent, viendraient s’il était besoin confirmer notre opinion ». (op. cit., p. lxxvii). Maury, devancier immédiat de Regnard qui ne le cite pas, avait choisi aussi la prose pour rendre compte justement des romances (op. cit., t. II, p. 11) de même que Rénal (op. cit., 1842, p. 62).

40 Pour lui, s’il s’agit d’un ouvrage scientifique, de philosophie ou d’histoire, tout scrupule est nécessaire, mais quand on a affaire à un ouvrage d’imagination, alors, il conseille d’appréhender la lettre et l’esprit du texte avec sensibilité. Le traducteur « doit, avec une vive sympathie pour l’œuvre originale, s’efforcer d’en reproduire avant tout, la partie musicale et pittoresque, le charme, la grâce, l’effet » (op. cit., p. lxxviii).

41 Creuzé lui-même avait déjà consulté Sismondi et s’était même inspiré de ses gloses. À des autorités aussi invoquées par Rénal (op. cit., 1842) comme Andrés, Villemain, Viardot, Herder, Laharpe s’ajouteront, par exemple, la traduction réputée de Damas-Hinard et des éditions modernes d’Ochoa (Paris, Baudry, 1838), et surtout de Durán (Romancero general, Madrid, 1832 [1re éd.]) et Wolf et Hoffmann (Primavera y Flor de romances, Berlin, 1856). Les critiques français, de leur côté, résisteront moins à accepter l’originalité de cette littérature nationale qu’à lui accorder une plus grande perfection formelle, aussi bien dans les poèmes traditionnels que chez les grands auteurs (M.R. Álvarez Rubio, Las historias de la literatura española en la Francia del siglo XIX, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2007).

42 Comme exemple de son procédé général, voici deux passages de la réponse du roi Ferdinand à la lettre de Chimène (r. XVII, 12e chez Reguero et Regnard) qui, seule et enceinte, réclame auprès d’elle son mari au service du roi : « Pidiendo á las diez del dia/papel á su secretario, /á la carta de Ximena/responde el Rey por su mono : / Despues de facer la cruz/con cuatro puntos, y un rasgo/aquestas palabras finca/á guisa de cortesano : [...] A non vos tener en cinta, /señora, el vueso veladof, /creyera de su dormir/lo que me habedes contado : /pero si os tiene señora, /con el brial levantado, /no se ha dormido en el lecho, /si espera en vos mayorazgo [...] ». « Ferdinand, quand du matin, /En sa royale demeure, /La cloche au son argentin/A frappé la dixième heure ;/De sa main, va répondant/À la lettre de Chimène, /Et dans un style galant/Aussi commence la sienne ;/Après avoir toutefois, /Du temps suivant la coutume, /Placé quatre points en croix, /Soulignés d’un trait de plume./[...] Il cède trop au sommeil ?/Vraiment plaisante est la plainte ;/Croira-t-on rien de pareil, /Lorsque vous êtes enceinte ?/Un héritier, Dieu merci, /Prouvera qu’en votre couche/Il n’a pas toujours dormi, /Quoiqu’on dise votre bouche [...] ». Ces extraits soulignent par exemple l’effort pour imiter la rime espagnole, la tendance à amplifier parfois le nombre de vers à gloser et le ton direct qui, malgré de petits ajouts comme le son de la cloche, n’escamote pas le sens des expressions du romance sur la conception de l’héritier.

Auteur

Fait partie du Département de Philologie Anglogermanique et Française de l’Université d’Oviedo, où elle a soutenu sa thèse de doctorat sur « La literatura española en la prensa cultural francesa del siglo XIX : la Revue des Deux Mondes et la Revue de Paris ». Son domaine de recherche concerne les influences culturelles entre la France et l’Espagne au cours du XIXe siècle notamment, ainsi que leurs relations à travers la presse périodique, les histoires littéraires et les traductions dans les deux langues à cette époque. Elle a collaboré aux chapitres coordonnés par C. Lombez, Y. Chevrel et J.Y. Masson, F. Mclntosh et L. D’hulst, pour le volume de l’Histoire des Traductions en langue française (19e siècle). Parmi ses travaux, elle a publié le livre Las historias de la literatura española en la Francia del siglo XIX (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2007), au sein de l’équipe de recherche dirigée par Romero Tobar, et à laquelle elle participe.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search