Version classiqueVersion mobile

Traduire en langue française en 1830

 | 
Christine Lombez

La traduction de la poésie grecque moderne dans l’anthologie des Poésies européennes de Léon Halévy (1830)

Christine Lombez

Texte intégral

1En 1830 paraît chez l’éditeur Delaforest à Paris une anthologie de textes poétiques traduits de divers pays d’Europe intitulée Poésies européennes et signée par l’écrivain Léon Halévy. Il ne s’agit pas, à vrai dire, d’une première édition (cette dernière date de 1827). La republication très rapide du titre (en 1828, puis 1830, année qui nous occupera ici) témoigne de la réelle popularité de cet ouvrage, qui connaîtra par ailleurs une édition postérieure (en 1833). La particularité de ce recueil est de proposer un éventail assez diversifié de la poésie européenne dans les premières décennies du XIXe siècle, avec un intérêt marqué pour le patrimoine poétique d’Europe centrale et orientale (notamment grec, russe et tchèque). On s’interrogera sur les raisons de ces choix dans le contexte de sa publication, ainsi que sur les stratégies de traduction de L. Halévy, partagé entre « imitation » et « traduction ».

Description de l’ouvrage

2Le livre se présente comme un volume in 8° de 328 pages. Il est composé d’une préface reprise de la première édition, qui annonce « plus de 30 imitations ou traductions en vers de poètes étrangers, la plupart contemporains », et se subdivise en deux parties : dans la première, la plus importante en volume, figureront traductions et/ou imitations de la poésie européenne (le flou terminologique est voulu). Dans la deuxième, des traductions du théâtre (avec des extraits de Shakespeare, Schiller, ou Alfieri) révèlent que le sens à donner au mot « poésie » était visiblement plus large en 1830 qu’aujourd’hui.

3On remarquera d’autre part que Léon Halévy avoue dans sa préface (p. VI) s’attendre à attirer plus l’attention par la partie théâtre que par la partie poésie, indicateur visible de l’importance de la poésie dramatique au début de la période romantique en France. Signe des temps, cette remarque sera supprimée de l’édition de 1833, qui, par ailleurs, conserve le même sommaire (y compris dans la confusion des dénominations des titres – ainsi qu’on le verra plus loin)

4Dans cette préface programmatique, Halévy affirme son intention de « présenter comme un panorama du genre poétique chez les diverses nations de l’Europe » (p. V), et il poursuit :

Le courage m’a manqué tout à coup, et à la vue du mouvement politique qui entraîne le monde, une sorte de découragement s’est emparé de moi : il m’a semblé qu’un travail purement poétique [...] était peut-être au-dessous d’une société préoccupée des plus graves intérêts, et où s’agitent les questions les plus vitales (p. V-VI).

5La préface de l’auteur nous livre une entrée en matière classique : il y souligne le décalage entre l’intention initiale, ambitieuse, et le résultat obtenu, tout en revendiquant l’originalité de sa démarche :

Tout imparfait qu’est ce travail, c’est encore le plus complet qui ait été publié dans ce genre [...] je dirais même que c’est le seul. Plus de 30 imitations ou traductions en vers de poètes étrangers, la plupart contemporains, composent la première partie de ce recueil (p. VI).

6On signalera également le trait d’esprit un peu désabusé d’Halévy, qui, étonnamment, semble ne pas se faire grande illusion sur le destin de son livre :

Je souhaite ce que doivent souhaiter aujourd’hui tous les poètes, c’est d’être lu entre une ordonnance du Moniteur et un bulletin de l’armée russe (p. VII).

L’anthologiste : qui est Léon Halévy ?

  • 1 Cf. entre autres pour les indications bibliographiques La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné (...)

7Léon Halévy est né à Paris en 1802 et mort à St Germain en Laye en 18831. Il naît dans une famille juive : il est le fils du cantor Elie Halévy, frère cadet du compositeur Jacques François Fromenthal Halévy (auteur de l’opéra La Juive – sur un livret d’E. Scribe – en 1835, l’un des opéras les plus populaires du XIXe s.), et sera le père du librettiste Ludovic Halévy et l’oncle par alliance de G. Bizet. Après des études de droit, il devient l’un des disciples et collaborateurs de Saint Simon, aidant même à la fondation de son journal, Le Producteur. En 1828, il écrit un remarqué Résumé de l’histoire des Juifs modernes.

8Il se fera baptiser afin d’épouser la fille de l’architecte Louis-Hippolyte Lebas (à qui l’on doit notamment l’église N.D. de Lorette à Paris), ce qui lui permettra aussi de devenir professeur assistant de français à l’École Polytechnique en 1831. En 1837, il sera rattaché au Ministère de l’Instruction Publique comme chef du Bureau des Sociétés Savantes, jusqu’à sa retraite en 1853.

9Il signera, durant toute cette période, un grand nombre de poèmes, traductions, pièces et autres ouvrages, parmi lesquels : Emma ou la nuit des noces (par Noël Hyeval, anagramme de L. Halévy), 1821 ; Odes d’Horace (traduction parue en 1821-22, et plusieurs fois rééditée) ; Poésies européennes (1827, etc.) ; L’Espoir, drame en 5 actes (1828) ; Le Tsar Démétrius, tragédie en 5 actes (1829) ; Ode à Saint Simon (1831) ; Luther, poème dramatique en 5 parties (1834) ; Fables (1843) ; La Grèce tragique (tragédies grecques traduites en vers français), 1846 (rééditions multiples) ; on mentionnera également ses adaptations/imitations de pièces de Shakespeare ou de Zacharias Wemer.

10Il s’agit donc d’un homme de lettres polygraphe, à la fois historien, auteur dramatique et poète très actif, et qui semble jouir d’une réelle considération en son temps.

L’anthologie des Poésies européennes : des enjeux spécifiques

11Une anthologie – ensemble de textes choisis selon des critères plus ou moins précis – représente aussi bien la synthèse culturelle d’une époque qu’une sorte d’unité de mesure de la volonté et de la « force de traduction » qui s’est manifestée à un moment donné dans une culture d’accueil. La constitution d’anthologies est loin d’être un acte fortuit. Ce rassemblement de textes traduits est souvent déterminé par des facteurs de goût, de mode, idéologiques ou bien pédagogiques. De fait, l’anthologie est une véritable entreprise de traduction à visée didactique, elle-même correspondant tout autant à une nécessité, à une curiosité qu’à un marché éditorial potentiel. Le choix et les critères qui décident de la réalisation d’une anthologie sont d’autant plus importants qu’ils dessinent non seulement l’état des connaissances de telle ou telle culture étrangère mais font découvrir également des traits de mentalité et des intentions souvent éclairantes pour l’histoire d’une culture d’accueil.

12Quel est le choix que nous propose L. Halévy dans son anthologie ? On y trouve 31 poèmes répartis par langue de la façon suivante (les titres sont reportés d’après le sommaire – la précision a son importance) :

  • anglais : « La couronne de cyprès », imité de W. Scott ; « Le songe du soldat », imité de l’anglais de G. Lewis ; « À la patrie », traduit de l’anglais de Th. Moore ; « Le passé », imité de l’anglais de Th. Moore ; « Lecture de la Bible dans une chaumière d’Écosse », imité de R. Bums ; « Le roi du feu », ballade de W. Scott ; « Mélodie », imité de Th. Moore ; « Le Persan, le soleil et le nuage », fable traduite de l’anglais de Gay ; « Rêverie », traduit de Th. Moore ; « Prière universelle », traduit de Pope ;

  • allemand : « Le chevalier de Toggenbourg », ballade traduite de Schiller ; « Le partage de la terre », traduit de Schiller ; « Le rossignol et le berger », fable imitée de Lessing ; « La fiancée », traduit du poème allemand de Louise par Voss ; « Marie », imité de Schiller ; « L’Étoile », traduit de l’allemand de Körner ; « L’Apparition », imité de Schiller ; « La fille du pasteur », ballade imitée de Bürger ; « La Muse allemande », traduit de Schiller ; « Les Furies », fable imitée de Lessing ;

  • grec moderne : « La mère moréate », imité du grec moderne ; « Le soldat et son cheval », traduit du grec moderne ; « Le départ de l’hôte », traduit du grec moderne ; « La mort du klephte », traduit du grec moderne ;

  • russe : « Le cimetière », imité du russe de Karamsin ;

  • italien : « À mon amie », traduit de M. Ange ; « Vers sur la statue de la Nuit de M. Ange », traduits de J.B. Strozzi, et Réponse de M. Ange, au nom de la statue ;

  • espagnol : « Le cheval et l’écureuil », fable traduite de l’espagnol d’Yriarte ; « La consolation », lettrille espagnole ;

  • portugais : « À Marilie », imité de la 17e lyre de Gonzaga, poète portugais ;

  • tchèque : « L’espoir », imité de Jean Kollar, poète national de la Bohême.

13Quelques remarques tout d’abord sur la répartition par langue : l’allemand et l’anglais sont majoritaires (10 textes), devant le grec moderne (4 textes) ; suivent l’italien et l’espagnol (2 textes chacun), puis le russe, le tchèque et le portugais (1 texte chacun). L’éventail des langues européennes est donc bien représenté.

14La présentation même des traductions n’est pas homogène : certaines sont dites « imitations », d’autres « traductions », d’autres encore ne sont pas labellisées. Cela correspond-il dans les faits à des différences de pratique ? On notera également la présence répétée de fables (Lessing, Yriarte, Gay), un genre qui semble particulièrement intéresser l’auteur par ailleurs, comme en témoigne la bibliographie de L. Halévy. Le choix des auteurs et des textes, en outre, est tout sauf anodin : pour l’allemand, l’absence remarquée de Goethe et la nette prédominance de Schiller posent question ; pour l’anglais, c’est Th. Moore qui domine, devant W. Scott (cela est sans doute à rattacher au fait que Louise Swanton-Belloc a publié en 1823 un recueil remarqué de ses Mélodies irlandaises) ; pour le grec moderne, les textes retenus sont des chants klephtiques, autrement dit des chansons populaires, très en vogue à cette époque et dont C. Fauriel a déjà donné une anthologie de référence dont on reparlera. Une mention particulière sera faite des deux poèmes en russe et en tchèque présents dans le recueil, à une époque où ces deux littératures sont encore très peu traduites en France.

Les poèmes en grec moderne dans l’anthologie de Halévy

15Le nombre relativement important de textes néohelléniques retenus par Halévy peut surprendre à première vue. On peut être étonné, en effet, de voir que le grec moderne se classe en 3e position des langues les plus traduites dans cette anthologie, devant l’espagnol et l’italien. Cette prédilection s’explique en fait par des raisons liées au contexte politique et géostratégique de l’époque. La Grèce jouit en effet d’une importante actualité durant la décennie 1820-1830. Ce sont les années de la guerre d’indépendance contre l’occupant ottoman (présent depuis près de 500 ans), qui rencontra une grande sympathie en Europe occidentale (le « philhellénisme »), comme en témoignent l’engagement de Lord Byron ou l’attitude de Chateaubriand par exemple. Cette guerre qui dura de 1821 à 1830 aboutira à la création, lors de la Conférence de Londres en 1830, d’un État grec indépendant, avec à sa tête un roi bavarois, Othon 1er.

16L’aventure grecque n’a pas laissé les Français indifférents, si l’on en juge par le nombre de publications ou de traductions durant cette période (on se reportera aux données de la Bibliographie de la France pour un aperçu plus global). Seront citées ici quelques-unes publiées en volumes, en procédant par ordre chronologique :

  • C. Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne (1824-25), ouvrage de référence. Cette somme de presque 1000 pages (2 vol.) contient uniquement des traductions en prose.

  • Odes et La Lyre patriotique de la Grèce d’A. Kalvos trad. par S. Julien (1824). Traductions en vers.

  • Dithyrambe sur la Liberté de D. Solomos, trad. par S. Julien (1825). Traduction en vers.

  • N. Lemercier, Chants héroïques des montagnards et matelots grecs, 1825. Traductions en vers.

  • Odes nouvelles de Kalvos, suivies d’un choix de poésies de Christopoulo, trad. par G. Pauthier de Censay (1826). Traductions en vers.

  • 2 Nous ne signalons pas ici les imitations – nombreuses – de la veine grecque « patriotique » (« Mess (...)

17On mentionnera également les échantillons de poèmes grecs présents dans le livre de Mme Swanton-Belloc (Bonaparte et les Grecs, 1826), ceux communiqués à Goethe par l’historien français J.A. Buchon (qu’il reprendra ensuite dans son ouvrage La Grèce continentale et la Morée paru en 1843), ainsi que les nombreuses traductions de poèmes grecs publiées dans la presse littéraire du temps et encore non répertoriées2.

18À noter aussi que les traductions de N. Lemercier et de L. Swanton-Belloc sont en fait des mises en vers sur les versions en prose de Fauriel : cela est revendiqué ouvertement. L’empreinte de Fauriel sera également visible chez Halévy. À cette époque, la Grèce apparaît donc très en vogue dans l’intelligentsia française (et européenne).

Comment ? La « méthode » du traducteur Halévy

19Chaque texte grec choisi par Halévy est accompagné d’une référence, d’un renvoi au recueil de Fauriel.

20Ex : « La mère moréate » est suivie de la note : « Chants populaires de la Grèce moderne, recueillis par M. Fauriel. Chansons romanesques XXI »

21« Le soldat et son cheval », de la note : « Chants populaires de la Grèce moderne, recueillis par M. Fauriel. Chansons romanesques X »

22« Le départ de l’hôte », de la note : « Chants populaires de la Grèce moderne, recueillis par M. Fauriel. Chansons romanesques VIII »

23« La mort du klephte », de la note : « Chants populaires de la Grèce moderne, recueillis par M. Fauriel. Chants historiques XI »

  • 3 Cf. C. Lombez, « (Re) traduire la poésie grecque moderne en France à l’époque romantique : les exem (...)

24On comprend ainsi que le traducteur va s’inspirer du canevas en prose fourni par l’anthologie de Fauriel, mettre ses textes « en poésie » en quelque sorte (c’est-à-dire en vers, signe des temps) – une option également retenue par L. Swanton-Belloc et N. Lemercier3. Il ne s’agit donc pas de « traductions » au sens propre, moderne, du terme, mais bien de la nouvelle mise en forme en vers d’un matériau déjà préexistant en français, mais en prose. D’où le choix d’« imiter ». D’autre part, et comme il est presque certain qu’Halévy ne connaissait pas le grec moderne (à la différence du grec ancien), il n’a pas pu vérifier sur l’original le bien-fondé de ses choix.

25L’analyse qui suit, sur 3 des 4 poèmes grecs retenus dans l’anthologie, va procéder à partir des traductions de Halévy, mises en perspective de la version de Fauriel et de la version originale (voir textes en annexes).

1) « Le départ de l’hôte »

VO
– Titre « Le départ à l’étranger »

Halévy
– « Le départ de l’hôte »

– vers de 15 syllabes, en tout 17 vers

– alternance d’alexandrins et de décasyllabes, en tout 21 vers

– rimes occasionnelles

– rimes plates ou croisées

– beaucoup de parallélismes (τώρα, νύχτα, κόρη, πάρε, δός μου, etc.) qui donnent au texte le rythme d’une chanson, et soulignent le caractère dramatique

– chevilles visant à servir/ soutenir la rime ou le mètre (« il le bride », ajouté vers 2 afin d’obtenir 12 syllabes ; « bouche sincère » rimant avec « éclaire », etc.) ; le « je m’abandonne à toi » de la fin est inventé

2) « Le soldat et son cheval »

VO

Halévy

– Titre « Vevros et son cheval noir »

– « Le soldat et son cheval » (cf Fauriel « Vevros et son cheval »)

– vers de-8 syllabes, en tout 17 vers

– alexandrins, décasyllabes, octosyllabes, en tout 13 vers

– rimes disposées irrégulièrement (ex le 1er et le dernier quatrain en rimes embrassées, le reste ne suit pas de schéma clair)

– rimes plates, embrassées ou croisées

– beaucoup de parallélismes et/ou de répétitions (’Σ τό, και, νά, βαρδάρι à valeur lyrique ou dramatique ; inscription du poème dans un lieu particulier, la plaine du Varadar (βαρδάρι) en Macédoine

répétitions largement évitées (ex. frappant au début), sans doute pour raisons stylistiques ; chevilles augmentatives (« armes »– άρματά, devient « mon sabre et mon fusil fidèle » ; « songe à le couvrir », « restes d’un vaillant » sont deux ajouts destinés à s’ajuster rimiquement avec « mourir » et « voyant » ;

3) « La mort du klephte »

3) « La mort du klephte »

26La méthode de Halévy correspond bien à ce qui se faisait à l’époque en matière de traduction poétique : interventionnisme du traducteur qui n’hésite pas à ajouter des éléments de son crû ou à retrancher des détails sans doute considérés alors comme trop prosaïques ; lissage des moyens d’expression, notamment au moyen de l’alexandrin ; le caractère « populaire » de la chanson n’est conservé qu’à grand-peine ( !) en français.

27Ces trois textes se présentent comme « imités de » : à ce titre, dans l’économie des traductions du temps de Halévy, ils jouissent d’une plus grande liberté littéraire que des traductions stricto sensu (qui, elles, sont plus souvent réalisées en prose). Ce qui peut surprendre, c’est la non-adéquation de l’intitulé de certaines traductions dans le recueil et dans le sommaire : ainsi, « Le soldat et son cheval » et les deux autres chansons grecques ici retenues portent la mention « traduit du grec moderne » dans la table des matières (alors qu’ils sont donnés comme « imité de » dans le texte). Même phénomène pour Schiller (« Le partage de la terre »), pour la Louise de Voss, pour l’« Étoile » de Kömer, et pour la « Rêverie » de Th. Moore...

  • 4 Cf. C. Lombez, « Entre imitation et traduction. Essai de contextualisation de la pratique de la tra (...)

28On peut ainsi supposer que le périmètre sémantique des notions de « traduction » et d’« imitation » n’est déjà plus très clair à cette époque (ce que d’autres indices tout au long du siècle viendront confirmer4), à moins qu’il ne s’agisse d’une négligence de l’imprimeur (qui aurait tout de échappé à l’auteur malgré les éditions successives de l’anthologie...)

Épilogue

  • 5 L. Swanton-Belloc, Bonaparte et les Grecs, Canel, 1826, p. 160.

Les Grecs ont ouvert de nouvelles sources de joie. Ils ont appelé à eux les poètes, les artistes. C’est encore de ce peuple immortel que naîtra la régénération des arts.5

29Cette phrase de Louise Swanton-Belloc résume assez bien l’état d’esprit des intellectuels/écrivains de son temps à l’égard de la poésie néo-hellénique, confirmant en quelque sorte le point de vue de C. Fauriel qui avait précisément en tête la régénération de la poésie populaire française au moyen de ses traductions de la « poésie grecque patriotique ».

30On peut cependant douter que ce projet ait été au premier chef celui de Léon Halévy. Pour autant, son initiative de présenter un panorama de la poésie européenne (et son succès éditorial) est révélatrice de l’appétit de poésie et de la curiosité littéraire d’une époque longtemps de privée d’ouverture vers l’extérieur du fait des aléas de l’Histoire.

La mort du klephte, imité du grec moderne (L. Halévy)

Pour rafraîchir mes yeux qui s’entrouvraient à peine,

Quand soudain j’entendis de sourds gémissements

Qui se mêlaient plaintifs au murmure des vents.

Vers le bruit je m’élance... O tableau d’épouvante !

Nos Klephtes gémissaient sur leur chef expirant ;

Ils arrachaient le fer de sa chair palpitante,

L’étendant des visirs, l’étendard des sultans. »

Mortelle est ma blessure, et ma tête brûlante...

Tendez-moi votre main, que je me lève... O Dieux !

Je ne puis... Soutenez ma tête défaillante...

Que je me tienne assis pour voir encor les cieux !

Apportez du vin doux, enfants, que je m’enivre,

Et que je dise encor de plaintives chansons !

Mais non... Soulevez-moi, marchez, je veux vous suivre

A travers les torrents, sur le sommet des monts. »

De sa bouche, à ces mots, sort un faible murmure...

Son front pâle s’affaisse... Il semble s’assoupir ;

Il frémit, et son âme, avec un long soupir,

Le soldat et son cheval, imité du grec moderne (L. Halévy)

Vévros était gisant sur la plaine sanglante ;

Son cheval le parcourt de sa bouche écumante :

« Lève-toi, lui dit-il ; viens, maître, et cheminons,

Car voilà que sans nous partent nos compagnons. »

Le klephte se soulève, et d’une voix tremblante :

« Je ne puis partir, ami, je vais mourir,

Avec tes fers d’argent creuse, creuse la terre,

De tes dents prends mon corps ; il n’est besoin de bière :

Le départ de l’hôte, imité du grec moderne (L. Halévy)

C’est le beau mois des fleurs, c’est la douce saison ;

Alors l’hôte étranger désire sa maison.

Et la fille qui l’aime, en soupirant l’éclaire.

– O ma fille, où je vais ne vont pas tes compagnes !

Les hommes seuls y vont, les braves, les soldats.

– Eh bien ! j’irai pour toi bien loin de nos montagnes ;

Mets-moi des habits d’homme, et je vole aux combats.

Donne un cheval rapide, une épée, une lance !

Annexes

Annexes

J’avais quitté ma tente une heure avant le jour ;

Du sommeil craignant le retour,

Je puisais l’eau à la fontaine,

Et, penchés tous vers lui, s’écriaient en pleurant :

« Lève-toi donc, voici l’heure, Ulysse !

Dans quel profond sommeil sont plongés tous tes sens ?

Voilà la sanglante milice !

LE KLEPHTE

« Que vous dirai-je mes enfants ?

S’échappe en flots de sang de sa large blessure.

Jette-le dans la fosse, et songe à le couvrir.

Puis, prends mon sabre et mon fusil fidèle !

Porte à mes vieux amis ces restes d’un vaillant ;

Porte mon mouchoir à ma belle,

Pour qu’elle pleure en le voyant. »

Il selle son cheval, il le bride, il le ferre :

Il doit partir avant le jour,

Elle lui verse à boire, et son naïf amour

S’exhale ainsi de sa bouche sincère :

« Allons-nous en, maître, emmène-moi !

Allons-nous en, je m’abandonne à toi !

Pour ton pays je partirai contente :

Le voyageur a besoin d’un soutien,

Avec bonheur je serai ta servante ;

Je ferai mon lit près du tien.

Dans les camps, au péril, avec toi je m’élance !

Allons-nous en, maître, emmène-moi !

Allons-nous en, je m’abandonne à toi ! »

Notes

1 Cf. entre autres pour les indications bibliographiques La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres, et des arts, Paris, 1886-1902 ; cf. également L. Halévy, F. Halévy : sa vie et ses œuvres, Heugel et Cie, 1863 (dans ce récit de souvenirs, L. Halévy évoque la figure de son oncle Fromental Halévy en brossant ponctuellement le portrait de sa famille).

2 Nous ne signalons pas ici les imitations – nombreuses – de la veine grecque « patriotique » (« Messéniennes » et autres « Helléniennes »), dont Mickiewicz dira plus tard qu’elles ont contribué à faire douter de la réalité de l’existence d’une poésie slave.

3 Cf. C. Lombez, « (Re) traduire la poésie grecque moderne en France à l’époque romantique : les exemples de Claude Fauriel et de Népomucène Lemercier », dans Retraductions de la Renaissance au XXIe siècle, C. Lombez (éd.), Cécile Defaut, Nantes, 2011.

4 Cf. C. Lombez, « Entre imitation et traduction. Essai de contextualisation de la pratique de la traduction littéraire en France au XIXe siècle », Atelier de Traduction, N° hors série « Pour une poétique du texte traduit », dir. M. Constantinescu et S. Manolache, Editura Universitatii, Suceava, 2007.

5 L. Swanton-Belloc, Bonaparte et les Grecs, Canel, 1826, p. 160.

Auteur

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de Lettres Classiques, est professeur de littérature comparée à l’Université de Nantes. Ses domaines de recherches englobent la poésie européenne (de l’Antiquité à nos jours, notamment anglaise, allemande et néohellénique) et l’histoire de la traduction, en particulier poétique, depuis la fin du XVIIIe siècle. Auteur, entre autres, de Transactions secrètes. Philippe Jaccottet poète et traducteur de Rilke et Hölderlin (Artois Presses Université, 2003) et de La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle – Réception et interaction poétique, Niemeyer, 2009), elle a également codirigé des ouvrages collectifs (dernièrement : Retraductions de la Renaissance au XXIe siècle, Cécile Defaut, 2011) et signé divers travaux sur la traduction de la poésie européenne en français et sur les poètes-traducteurs. Elle coordonne actuellement avec Yves Chevrel (Paris IV) et Lieven D’hulst (Louvain) le volume XIXe siècle de l’Histoire des traductions en langue française (HTLF 19), à paraître aux éditions Verdier en 2012.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search