Version classiqueVersion mobile

Traduire en langue française en 1830

 | 
Christine Lombez

Une traductrice révolutionnaire en 1830 : Madame de Rochmondet

Benoît Léger

Texte intégral

Introduction

  • 1 Publiés à compte d’auteur « chez l’auteur, rue Joubert, n° 7 ». L’ouvrage est disponible chez Galig (...)

1Il importe peu que les Études sur la traduction de l’anglais, ou Lessons on the French Translation par une certaine « Madame G.M.*** de Rochmondet »1 aient paru avant ou après les Trois Glorieuses, sous la Restauration ou sous la Monarchie de Juillet, le travail proposé par Rochmondet est de nature révolutionnaire, tant par son contenu que par la pensée traductive qui le caractérise. Il importe tout aussi peu que cette angliciste ait disparu de l’Histoire : les Études tracent le portrait d’une traductologue avant la lettre qui, pour reprendre les notions d’Antoine Berman, exerce une pensée réflexive sur la traduction.

2La rédaction des Études est sûrement achevée avant la Révolution, mais, si l’on tient compte de la dédicace à la princesse Clémentine d’Orléans, fille de Louis-Philippe, la parution a certainement lieu après juillet. Cette brève dédicace à une enfant de treize ans ne semble qu’être de convenance.

3Est-ce en raison de la Révolution que l’ouvrage passe quasi inaperçu ? La Revue britannique (RB) se contentera d’une brève annonce en 1831, pour le recommander aux pères de famille. Information précieuse, on ajoute que le conseil de l’instruction publique en a autorisé l’usage :

Cet ouvrage, écrit avec beaucoup de méthode, se recommande surtout par la pureté du style, et par l’élégante et facile reproduction des textes. Le Conseil Royal de l’Instruction Publique vient d’en autoriser l’usage dans tous les établissemens universitaires de France. Cette disposition seule suffit pour appeler l’attention des pères de famille et des chefs d’institution sur un ouvrage bien supérieur à tout ce que l’on a déjà publié sur cette matière.

4Malgré une réédition en 1837, effectivement approuvée pour l’enseignement universitaire, les Études feront long feu. La brève annonce de la RB met cependant en valeur certaines des caractéristiques les plus originales du travail de Rochmondet : analyse suivie de difficultés ponctuelles, mise en rapport sous forme de tableaux du texte anglais et de la version proposée, justification des choix de traduction et, surtout, nouveauté de la démarche.

Une traductrice dans la tourmente traductionnelle de la décennie de 1830 ?

5Il semble que ce soit la RB qui, en 1830, marque le changement dans la manière dont on conçoit la traduction. Bien sûr, Germaine de Staël, dans « De l’esprit des traductions » (1816), avait dénoncé la traduction assimilatrice par laquelle on donne « sa propre couleur à tout ce qu’on traduit ; quand même on devroit par là changer en or tout ce que l’on touche », mais elle ne nommait guère les traducteurs et limitait sa pensée à la traduction de la poésie et du théâtre. Par contre, selon J. Béreaud, l’art de la traduction a été « totalement rénové sous l’influence de la sensibilité littéraire nouvelle issue du romantisme, entre les années 1816 et 1830 ».

6L’exemple de Benjamin Constant commentant les traductions de Delille montre en effet que les auteurs français commencent à remettre en question la poétique des Belles Infidèles ; le premier écrit ainsi en 1809, dans sa tragédie de Wallstein « imitée » de Schiller que le second, malgré son talent, est resté lié aux exigences du français et qu’il a rendu Virgile et Milton « par des périphrases très-élégantes et très-harmonieuses, mais beaucoup plus longues que l’original ». Le cas du traducteur-poète Delille, encore extrêmement populaire au début du siècle, mérite qu’on l’évoque afin de comprendre comment la traduction se redéfinit par la suite. Ses œuvres sont encensées à la fin du XVIIIe siècle et jusque sous la Restauration. En 1770, il publie sa traduction en vers des Géorgiques de Virgile et, en 1804, celle de l’Enéide. Il traduit également Paradise Lost (1805).

7Michaud, l’un des éditeurs du Paradis perdu dans cette traduction, insiste longuement dans sa préface sur les défauts de Milton et vante les corrections de Delille qui l’a ainsi amélioré. Évoquant les premières traductions, dont celle de Dupré de St-Maur en 1729, il explique l’insuccès du poème au XVIIIe siècle par la force de la littérature française de l’époque : « ...[Elle] était assez riche alors de ses propres chefs-d’œuvre : on n’a songé aux richesses étrangères que dans un siècle moins fécond et moins brillant ». La préface est consacrée, de manière assez classique, à justifier la lecture du poème tout en insistant sur les défauts et les bizarreries de l’auteur (fautes de goût, expressions triviales, usage du merveilleux, affectation, longueurs, manque d’intérêt par moments), ce qui permet par la même occasion de justifier la traduction qui « améliore » le texte par une « heureuse infidélité » rendant service à Milton : « Au reste, nous avons cru devoir particulièrement insister sur les défauts de Milton, par la raison qu’ils ont en grande partie disparu dans la traduction de M. Delille ». Le discours critique sur Milton est ici à un moment charnière : le poète anglais est encore considéré comme un barbare manquant de goût auquel on rend service en le corrigeant, mais le préfacier reconnaît également les limites de la France de l’Ancien Régime qui, « trop riche », ne pouvait accueillir l’étranger.

Attaques contre les Belles Infidèles

8Vers 1830, Delille, dernier grand représentant des Belles Infidèles, semble tomber en disgrâce alors que les romantiques dénoncent sa pratique. Bien sûr, en janvier 1829, la RB affirme toujours que le traducteur doit garder une certaine liberté créatrice : « rien de plus infidèle qu’une traduction littérale qui décolore les textes qu’elle reproduit, en faisant disparaître le mouvement et la grâce ». Mais le goût change, sinon celui du public, du moins celui des traducteurs et des critiques.

9L’une des salves contre Delille est tirée par un certain Mollevaut, qui consacre les trois quarts de sa traduction des Géorgiques à dénoncer la version de son prédécesseur qui « sacrifia le génie de Virgile au bel esprit du temps », faisant appel à un « faux clinquant » qui lui valut les éloges de ses contemporains. Dans la préface du premier chant des Géorgiques puis dans la centaine de pages qu’il consacre à la critique de la traduction de Delille, Mollevaut est l’un de ceux qui décrivent avec le plus de précision les procédés mis en œuvre par les traducteurs de l’Ancien Régime : « De plus, Delille souvent allonge ou resserre son modèle, intervertit l’ordre des pensées, change les images, dénature les expressions ». « Un bon traducteur (conclut-il avec un optimisme scientifique propre au siècle) ne doit faire qu’une bonne copie. »

  • 2 Aroux sera cependant très critique de la traduction de Chateaubriand : « Si l’abbé Delille a péché (...)
  • 3 Revue britannique, nouvelle série, t. III, Paris, 1830 : vi-vii (« annonces bibliographiques »).

10Nerval, dans son introduction aux Poésies allemandes de 1830, lance que « [q]uant aux imitations, on n’en veut plus, et on a raison ». La même année, dans sa propre traduction (en vers) de Paradise Lost, le polémiste Eugène Aroux dénonce la version paraphrasante à laquelle se livrait Delille qui « a péché trop souvent par l’infidélité et l’inexactitude »2. La RB approuve la démarche d’Aroux dans un article de 1830, affirmant qu’il « est souvent parvenu à rendre heureusement dans ses vers la vigueur épique, la manière heurtée, les graves pensées et la naïve expression de l’Homère anglais »3. Chateaubriand enfoncera pour ainsi dire le dernier clou du cercueil de Delille et de ses confrères de l’Ancien Régime avec sa traduction de Milton. Le jugement est sans appel : « Le chef-d’œuvre de l’abbé Delille est sa traduction des Géorgiques, aux morceaux de sentiment près ; mais c’est comme si vous lisiez Racine traduit dans la langue de Louis XV ».

11Rochmondet ne va pas aussi loin que Chateaubriand dont elle rejetterait sans doute les positions (dont celles en faveur du calque) en évoquant le génie de chaque langue. Les arguments de sa préface, ses conclusions et, surtout, les justifications qu’elle donne à ses choix de traduction montrent cependant chez elle une quête d’exactitude dans l’interprétation du texte de départ qui est celle des érudits de son siècle. Elle aussi retraduit la plupart des textes qu’elle propose et en cela procède comme Chateaubriand à une critique, plus implicite cependant, du travail de ses prédécesseurs.

  • 4 Delille n’est bien sûr pas le seul à avoir traduit les Géorgiques : on dispose en 1830 d’une versio (...)

12Fidèle aux positions traductives qui cohabitent, notre critique fait appel simultanément à des modèles classiques et à des sources plus récentes. Elle rend hommage au travail érudit de son maître Pierre-François Tissot, mais lorsqu’elle analyse les Fleurs de Hervey c’est à Delille comme poète et comme traducteur canonique des Géorgiques qu’elle renvoie4. Contrairement à certains de ses contemporains, elle ne procède cependant pas au pillage de traductions antérieures pour les revoir ; toutes les versions proposées ici semblent en effet être originales.

« Professionnalisation » de la traduction

13Un article publié en 1833 par la RB, version française d’un texte anonyme originellement paru dans la Edinburgh Review, dénonce la « professionnalisation » de la traduction. Les termes pourraient s’appliquer à l’évolution de la traduction en France à partir de la Monarchie de Juillet : « La traduction est devenue un métier : les rapports entre les différentes nations d’Europe s’étant multipliés, la connaissance des diverses langues est devenue familière à beaucoup de gens qui n’ont d’autre mérite que celui-là. » L’article s’en prend ensuite aux éditeurs qui n’hésitent plus à faire appel à des tâcherons, la conséquence étant que les bons auteurs délaissent la traduction :

Dès qu’un ouvrage remarquable paraît à l’étranger, on le découpe par feuilles, on le distribue entre cinq ou six manœuvres qui exécutent leur tâche au courant de la plume, et qui font toujours assez bien pourvu qu’ils fassent vite. Cette belle œuvre ne coûte pas cher, comme on doit le penser ; mais aussi pourvu que le sens grossier et matériel soit à-peu-près rendu, qu’importe le reste ? Le libraire y trouve l’avantage de dépenser peu d’argent et de prendre le pas sur ses confrères ; le public s’accoutume au mauvais style, et prend une idée absolument fausse des écrivains ainsi défigurés. Traiter la traduction comme un art devient impossible. Les hommes de talent abandonnent souvent aux médiocrités cette opération presque mécanique, et s’il prenait envie à quelqu’un de consacrer un soin consciencieux et le tems nécessaire à la traduction de quelques ouvrages remarquables, il n’aurait, ni public pour le lire, ni éditeur pour s’en charger.

14La manière de traduire à la française telle que l’ont pratiquée les partisans des Belles Infidèles, comme Letoumeur, est ensuite dénoncée : « On ne peut guère espérer une bonne traduction française de Shakspeare (sic). Celle de Letourneur existe [...] et cependant elle est aussi infidèle qu’inélégante ».

15Rochmondet partage certaines des idées avancées dans l’article de la Edinburgh Review, la traduction étant pour elle une tâche qui ne devrait pas être confiée à n’importe qui. L’ouvrage prend ainsi parfois des allures de manifeste pour une pratique professionnelle et éthique de la traduction lorsque l’auteur critique le travail de ses collègues et de ses prédécesseurs. Même si elle se résigne souvent à trancher en faveur de la formulation la plus conforme à ce qu’elle appelle l’« idéologie » de la langue française (le génie de langue), la plus acceptable en français, certains commentaires ponctuels sur la traduction de passages délicats constituent une critique implicite de la manière dont on « aurait pu traduire ».

16C’est cependant dans l’introduction que les commentaires sont les plus directs. La toute première phrase est à ce sens révélatrice de la position de Rochmondet : « En apprenant l’anglais, il m’est souvent arrivé de consulter des traductions de français en anglais, et d’anglais en français ; j’ai plus trouvé d’imitations que de véritables traductions. » Dans d’autres cas, même si la suite de l’argument en réduit la portée à des questions linguistiques, on sent encore la dénonciation d’une pratique dilettante : « La traduction est trop négligée en général, ou faite trop légèrement ; elle est non-seulement nécessaire pour avoir une idée précise de l’esprit et des termes de la langue qu’on étudie, c’est encore le meilleur moyen de s’habituer à écrire correctement, c’est à dire à se rendre compte du sens précis des mots, et de leur juste emploi dans le discours ».

17Selon l’auteur de la Edinburgh Review et selon Rochmondet, la traduction professionnelle (qui, paradoxalement, est exercée souvent par des anonymes plus ou moins compétents) serait en train de remplacer la traduction comme la pratiquaient les littérateurs du siècle précédent : Desfontaines, ou Delille (donné dans l’article comme exemple de traducteur infidèle) étaient critiques, journalistes, traducteurs et dans certains cas pamphlétaires. Anonymes, ou du moins connus, ils étaient critiqués par les censeurs de l’époque qui ne leur pardonnaient pas la moindre faute de langue. Les nouvelles traductions professionnelles semblent ainsi plus dangereuses puisque le traducteur peut sous le couvert de l’anonymat, se permettre beaucoup plus de libertés.

Intérêt épistémologique et théorique

18Les Études ne sont pas qu’un document historique ou archéologique témoignant d’une des manières dont on commence à concevoir la traduction vers 1830 ou encore un simple recueil de moralistes anglais : elles illustrent la manière dont on souhaiterait traduire, non seulement dans le contexte de la traduction littéraire, mais aussi dans celui de l’apprentissage des langues étrangères et de la traduction en général. Le travail de Rochmondet dépasse donc le niveau de la didactique.

19Pour qui s’intéresse à l’histoire des traductions en langue française ou simplement à la traduction littéraire, il est en effet rare d’entendre le traducteur ou la traductrice prendre la parole. Pour une Anne Dacier qui étale ses explications sur des centaines de pages, pour un André Markowicz qui prend la parole dans divers forums, combien de traducteurs gardent un silence obstiné sur les raisons de leurs choix ? Or, la voix de Rochmondet est si forte que l’on a l’impression d’entendre l’auteur expliquer sa traduction à ses étudiants. Son travail, comme celui de toute bonne pédagogue, sera ainsi justifié à l’aide de sources fiables. Mais ce sont le souci d’établir un vocabulaire précis et de s’y tenir, ainsi que l’effort pour définir ce que devrait être la traduction, qui dominent.

Mais qui est Rochmondet ?

  • 5 II a existé un régiment de Rochmondet ou Rochemondet en Suisse qui aurait servi en Sardaigne. Le no (...)

20En l’absence de renseignements sur l’auteur des Études, ce sont ici les textes et la préface qui tracent le portrait d’une femme protestante (orléaniste ? immigrée revenue dans son pays ?) que ses goûts portent vers la littérature morale et allégorique. Il est peu probable qu’elle soit anglaise, mais les sources religieuses et critiques laissent penser qu’elle est, sinon suisse, du moins affiliée d’une manière ou d’une autre au pays d’Antoine Court de Gébelin (1719-1784), théologien protestant, franc-maçon mythologue et grammairien, à l’historien Paul-Henri Mallet5 et à d’autres érudits suisses.

21L’anonymat de Rochmondet est en fait plus intrigant que la question de son identité. Compte tenu de la nature de l’ouvrage qui se présente comme un manuel de traduction et dont les textes sont tout à fait acceptables, il est peu probable qu’il s’agisse d’un pseudonyme. Les nombreux manuels d’anglais qui paraissent à l’époque sont clairement attribués à leurs auteurs dont on indique en détail les compétences ; on donne même parfois (comme ici) l’adresse de l’auteur, en précisant qu’il donne des leçons particulières d’anglais, ce qui laisse entendre qu’il s’agit d’un marché lucratif. Rochmondet ne donne d’autre indication sur elle-même que la publication à compte d’auteur (avec l’adresse en page de titre) et son sexe présumé.

22Est-on seulement en présence d’une femme ? Le texte même comporte peu d’éléments qui confortent l’hypothèse. L’anonymat de l’auteur fait d’elle une figure ambivalente : son travail est-il celui d’une belle infidèle ou d’un traducteur littéraliste ? Déchirée entre l’ancien et le nouveau, entre les imitations qu’elle a lues et les traductions qu’elle aimerait produire, entre l’élégance française et l’énergie française, Rochmondet est une traductrice d’une étonnante modernité.

Conclusion

23Chez Mme de Rochmondet, la valorisation d’une pratique professionnelle et éthique de la traduction suit le cheminement logique : la traductrice prend la parole, continuellement et avec insistance, mais on ignore presque tout d’elle. Le traducteur et la traductrice « professionnels » du XIXe siècle s’effacent en effet désormais au profit de l’auteur et du préfacier critique ; selon E. Bougeard-Vetö, ce changement apparaît entre 1815 et 1830 alors que la traduction « n’est plus considérée comme un travail de création mais de reproduction ». Le travail de Nerval, Chateaubriand ou Constant est chez ces derniers une activité en marge de leur œuvre. Chez notre auteur, à mi-chemin entre préfacière critique et traductrice, la voix est omniprésente, mais cette une voix reste, malheureusement, anonyme.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme, « De l’art de traduire et des différens systèmes de traduction », Revue britannique, troisième série, t. IV, 1833, p. 31-50.

Aroux Eugène, Le Paradis perdu, poème en six chants traduit de l’anglais en vers français, Études sur Milton, Paris, 1830, Mesnier [Traduction partielle].

Ballard Michel, De Cicéron à Benjamin, Traducteurs, traduction, réflexions, 1992, Lille, Presses Universitaires.

Bandry Anne, « Romantic to Avant-Garde : Sterne in Nineteenth and Twentieth Century France », dans Peter de Voogd and John Neubauer, éd., The Reception of Laurence Sterne in Europe, Londres et New York, Thoemmes Continuum, 2004, p. 32-67.

Béreaud Jacques G.A., « La traduction en France à l’époque romantique », Comparative Literature Studies, 8, 1971, 224-244.

Bougeard-Vetö Marie-Élisabeth, Chateaubriand traducteur. De l’exil au Paradis perdu, Paris, Honoré Champion, 2005.

Caravolas Jean-Antoine, La Didactique des langues. Précis d’histoire I (1450-1700), 1994, Presses de l’Université de Montréal/Gunter Narr Verlag (Tübingen).

Chateaubriand François René de, 1861 [1997], Remarques, Le paradis perdu de Milton [Document électronique], Œuvres complètes de Chateaubriand, 11, Acamédia (reproduction de l’éd. de Paris, 1861).

Chevrel Yves, Précis de littérature comparée, Presses Universitaires de France, Paris, 1989.

Cointre Annie et Rivara Annie (éd.), Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais, 1721-1828, Publication de l’Université de Saint-Étienne, 2006.

Constant Benjamin, Wallstein : tragédie en cinq actes et en vers précédée de Quelques réflexions sur le théâtre allemand et suivie de Notes historiques, Paris, J.J. Paschoud, 1809.

D’hulst Lieven, Cent ans de théorie française de la traduction : de Batteux à Littré (1748-1847), 1990, Lille, Presses Universitaires.

– , « Traduire l’Europe en France entre 1810 et 1840 », dans Ballard, Michel, éd. Europe et traduction, Artois Presses Université/Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1998, p. 137-157.

Delille Jacques, Œuvres choisies, Paris, Firmin Didot frères, 1856.

Dumarsais César Chesneau, Les Tropes de Dumarsais, avec un commentaire raisonné [...]par M. Fontanier..., t. I, Paris, Belin-Le-Prieur, 1818.

Genette Gérard, Seuils, Paris, Seuil, 1987.

Goulding Sybil, Swift en France ; essai sur la fortune et l’influence de Swift en France au XVIIIe siècle, suivi d’un aperçu sur la fortune de Swift en France au cours du XIXe siècle, 1924, Paris, Champion.

Hervey James, Méditations and Contemplations..., Londres, Rivington et al., 1774.

Lambert José, « Théorie de la littérature et théorie de la traduction en France (1800- 1850) interprétées à partir de la théorie du polysystème », Poetics Today, 2, 4 (été-automne), 1981, p. 161-170.

Lambert José, « Translatée ! Literature in France », The Manipulation of Literature : Studies in Literary Translation, Théo Hermans, éd., New York, St. Martin’s Press, 1985, p. 149-163.

Mallet Paul Henri, Histoire de Danemark..., Copenhague, C. et A. Phillibert, 1758.

Milton John, Paradis perdu, trad. Jacques Delille, 1805, Paris, Giguet et Michaud.
 – , Le Paradis perdu de Milton, traduit en vers français, par É. Aroux..., 1842, Paris, Blanc Montanier, préface, n.p.

Mollevaut C.-L., Les Géorgiques de Virgile, traduites en vers français, avec le texte en regard, et des remarques sur la traduction de Delille..., t. 1, 1830, Paris, Langlois et Grevot.

Partridge Eric, The French Romantics ’ Knowledge of English Literature (1820-1848), 1924 [1974], Paris, Champion.

Pickford Susan, « Between Version and Traduction : Steme’s Sentimental Journey in Mid-Nineteenth-Century France », Translation and Literature, 16,1, 2007, p. 53-65.

Pym Anthony, Method in Translation History, Manchester, St. Jerome, 1998.

Revue britannique, nouvelle série (1830) : « Annonces bibliographiques », t. III, Paris, vi-vii.

Revue britannique ou Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne... (1825-1835), 1re série, Paris.

Rochmondet G.M. de, Mme, Études sur la traduction de l’anglais, or, Lessons on the French translation, introduction, notes et bibliographie de Benoit Léger, 2009, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa.

Romantisme, « Traduire au 19e siècle », 1999, Paris, n° 106.

Sainte-Beuve Charles-Augustin, « Poètes et romanciers modernes de la France : Jacques Delille », Revue des Deux Mondes, t. 11 (août), 1837, p. 273-302.

Staël, Anne-Louise-Germaine Necker, de, « De l’esprit des traductions », Œuvres complètes, t. XVII, Bruxelles, Louis Hausman, 1818 [1830], p. 299-307.

Tissot Pierre-François, Étude sur Virgile comparé avec tous les poètes épiques et dramatiques des anciens et des modernes, 1825-1830, Paris, Méquignon-Marvis.

Notes

1 Publiés à compte d’auteur « chez l’auteur, rue Joubert, n° 7 ». L’ouvrage est disponible chez Galignani et Baudry, spécialistes des langues étrangères. Sous la Restauration, Baudry publie des ouvrages essentiellement en anglais (selon le catalogue de la Bibliothèque Nationale de France). La maison Galignani, fondée en 1800, publie à partir de 1808 le Repertory of English Literature et, à partir de 1814, le quotidien Galignani’s Messenger. En 1830, la maison se présente sur la couverture de Taies of a Grandfather (Walter Scott) comme « The English, French, German, and Spanish Library ». Elle publie en anglais les œuvres de Lord Byron, de Thomas Moore, Walter Scott ou de Fenimore Cooper, ainsi que des manuels de conversation anglaise.

2 Aroux sera cependant très critique de la traduction de Chateaubriand : « Si l’abbé Delille a péché trop souvent par l’infidélité et l’inexactitude, M. de Chateaubriand, dans son travail si patient et si consciencieux de calquer à la vitre, pour se servir de son expression, l’œuvre de Milton, est peut-être tombé dans l’excès contraire. Grâce à lui, ceux qui ne savent pas la langue anglaise ont été mis à même de comprendre, ce qui peut suffire à un travail scientifique ; mais un poëme a besoin d’être senti. Pour peu que l’illustre écrivain eût devoir d’exécuter sa tâche dans un système d’imitation moins absolu, sa prose harmonieuse et colorée, en suppléant heureusement le vers, eût été seule capable de satisfaire ceux dont l’esprit ne se contente pas de l’intelligence d’une composition épique » (Milton 1842 : préface, n.p.). Pour une comparaison des traductions de Delille et Aroux, voir l’ouvrage d’E. Bougeard-Vetö.

3 Revue britannique, nouvelle série, t. III, Paris, 1830 : vi-vii (« annonces bibliographiques »).

4 Delille n’est bien sûr pas le seul à avoir traduit les Géorgiques : on dispose en 1830 d’une version de Desfontaines (1743, rééd. 1802) ainsi que de celle de Mollevaut (1830) à laquelle Rochmondet n’a peut-être pas eu accès.

5 II a existé un régiment de Rochmondet ou Rochemondet en Suisse qui aurait servi en Sardaigne. Le nom Rochmondet est aussi attribué à une famille de la Côte vaudoise en Suisse.

Auteur

Est professeur agrégé au Département d’études françaises de l’Université Concordia (Montréal) depuis 1999, où il enseigne la traduction littéraire et générale ainsi que l’histoire de la traduction. Ses recherches antérieures ont porté sur l’histoire de la traduction en France aux XVIlle et XIXe siècles. Il a publié en 2009 une édition critique des Études sur la traduction de l’anglais de Madame de Rochmondet (1830). Sa traduction de Various Miracles (Miracles en série, Triptyque, 2005) a été finaliste pour le Prix du Gouverneur général du Canada. Il a publié en 2011, aux Presses de l’Université de Laval, la traduction de Sons of the Conquerors de Hugh Pope (Fils de Conquérants. Le monde türk et son essor), et travaille en ce moment à la traduction de Dining with Al-Qaeda du même auteur (à paraître en 2012 aux Presses de l’Université de Laval).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search