Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

La traversée de Henri VIII et de 35 000 hommes de Douvres à Calais en 1554 : La contribution des Pays-Bas

Louis Sicking

Texte intégral

  • 1 Cet article résume les résultats de recherches publiées, telles : La maîtrise de la mer. Coopérati (...)
  • 2 J. Glete, Navies and nations. Warships, navies and state building in Europe and America, 1500-1860 (...)
  • 3 J. Glete, Navies and nations, p. 146. J.C.A. De Meij, « Oorlogsvaart, kaapvaart en zeeroof », dans (...)
  • 4 J.C. De Jonge, Geschiedenis van het Nederlandsche zeewezen I, 2e impression Haarlem, 1858, p. 91-9 (...)
  • 5 J. Glete, Navies and nations, p. 126-127.

1Au début de l’épohque moderne, les forces navales de l’Empire des Habsbourg et de l’Angleterre pouvaient être considérées comme des exemples de la primauté d’une marine de mercenaires temporaires d’une part, et d’une marine de guerre permanente d’autre part1. Déjà, en Angleterre, pendant le règne du premier Tudor, le roi Henri VII (1485-1509), une marine de guerre permanente se développa et devint la force maritime la plus grande du pays. Son successeur Henri VIII (1509-1547) stimula encore davantage la marine grâce à une politique de construction navale et une administration permanente2. Les Habsbourg, par contre, n’avaient pas de marine de guerre permanente3. L’empereur Charles-Quint possédait une flotte d’une dizaine de navires de guerre, aux Pays-Bas, pendant les années cinquante, entretenue par son amiral à Veere en Zélande4. Les Habsbourg étaient donc, à l’origine, totalement dépendants des navires particuliers ou appartenant aux marines de guerre des pays amis. L’Angleterre, grâce à une flotte bien organisée, pouvait être un allié important. L’alliance conclue entre Charles-Quint et Henri VIII pour entreprendre une invasion conjointe en France en 1544 impliquait une coopération navale5.

2La question est de savoir dans quelles circonstances les Tudor et les Habsbourg sont arrivés à coopérer en mer pendant cette année. Quelles étaient les stipulations, et comment celles-ci se réalisaient-elles ? En étudiant cette coopération, on espère faire quelques remarques comparatives sur les forces navales des deux puissances, et sur la dépendance supposée des Habsbourg à l’égard de la marine anglaise au début de l’époque moderne.

  • 6 R.B. Wernham, Before the Armada. The growth of English foreign policy 1485-1588, Londres, 1966, p. (...)
  • 7 State papers King Henry the Eighth. Foreign correspondence, 1542-1544, IX, 5 (1849), p. 571-573.
  • 8 R.B. Wernham, Before the Armada, p. 153.
  • 9 « Item, il est accorde, que Madame la Regente donnera ordre au Pays denbas pour la provision des h (...)

3En 1542, une nouvelle guerre éclatait entre le roi de France François Ier et Charles-Quint. Au lieu de pousser un soupir de soulagement, Henri VIII pensa à une nouvelle alliance avec l’empereur. Elle fut conclue le 11 février 1543. Les deux alliés se promettaient d’attaquer la France dans les deux ans. Pour Henri, le but de l’alliance était de prévenir une intervention française en écosse, comme François Ier l’avait annoncé. Pendant toute l’année 1543, Henri se concentra sur l’écosse, tandis que Charles-Quint était occupé à la soumission du duché de Gueldre pour l’annexer aux Pays-Bas6. Par un nouveau traité conclu le 31 décembre, des mesures plus précises furent convenues. L’attaque contre la France devait avoir lieu au plus tard le 20 juin 1544. Le but n’était pas moins que l’occupation de Paris, ville que l’empereur devait approcher par la Champagne, et le roi d’Angleterre par la Somme. Chacun devait envoyer 35 000 hommes à pied et 7 000 chevaux7. Henri VIII voulait tenir les promesses du traité en attaquant la France à Boulogne, le port français le plus proche de l’Écosse. L’occupation de ce port devait renforcer la position anglaise dans le pas de Calais8. Le rôle des forces navales était subordonné aux forces terrestres. Elles devaient garantir la sécurité du passage des troupes anglaises de Douvres à Calais. Chaque puissance devait équiper des navires pouvant accueillir deux mille hommes à son bord. Le transport même devait avoir lieu avec des bateaux venant des Pays-Bas, et la sœur de Charles-Quint, Marie de Hongrie, la régente, devait décider de leur disponibilité9.

  • 10 Ces bateaux, heuden et pleiten en néerlandais, étaient des caboteurs. J. van Beylen, « Scheepstype (...)
  • 11 D.J.B. Trim, « The Context of War and Violence in sixteenth century English society », Journal of (...)

4Le rassemblement des bateaux en Hollande ne se fit pas sans problèmes. Les Anglais se plaignaient de retards, tandis que Marie de Hongrie protestait contre l’absence de réponse à sa question sur la date à laquelle les bateaux devaient être prêts. Elle avait voulu éviter des dépenses inutiles. Quand, vers la fin du mois de mai, plusieurs bateaux furent enfin prêts, ils n’osèrent pas partir à cause de la présence en mer de certains navires de guerre français. La régente prit immédiatement des mesures en ordonnant à l’amiral basé à Veere de partir avec quelques navires de guerre, afin de chasser les français et d’assurer le passage des bateaux. Cela ne se réalisa pas, mais on sait qu’une semaine plus tard les premiers bateaux arrivaient en Angleterre. Au total il s’agissait de 300 bateaux, « hoys et playtes », qui transportèrent entre 30 000 et 40 000 hommes et des centaines de chevaux de Douvres à Calais, lors de plusieurs traversées10. Il s’agissait de la plus grande armée anglaise transportée au continent jusque-là11.

  • 12 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letter and papers, XIX, 1, p. 53.

5Ce transport fut escorté par une flotte anglaise, commandée par l’amiral anglais John Dudley, assisté depuis la mi-juin par une flotte venant des Pays-Bas. Charles-Quint avait refusé de mettre sa flotte sous le commandement des Anglais, malgré les instances anglaises en ce sens. Avec sa réputation, il craignait, non sans raison, que dans ce cas son armée navale ne fût utilisée que pour servir les buts du roi d’Angleterre, « pour aller au coustel d’Escosse »12. L’amiral des Pays-Bas, Maximilien de Bourgogne, commandait l’escadre des Habsbourg. La présence de l’amiral devait souligner l’indépendance et le prestige des forces navales habsbourgeoises. Dans une lettre à Marie de Hongrie, régente des Pays-Bas, il témoignait de ses aventures sur mer à la façon suivante :

  • 13 Isle of Whight.
  • 14 Maximilien de Bourgogne à Marie de Hongrie, « Devant Douvres au batteau, ce 17e jour du juing 1544(...)

le 13e [de juin 1544] au matin je fis voile et suis arrivé sur les costes d’Engleterre auprès de Douvres le 14e de ce moys après disner entre trois et quatre heures ou estant arrivé n’ay trouvé ne admiral ne viceadmiral ne aultre cherge ayant de l’admiral. Parquoy j’ay despeschie ung mien serviteur devers le Roy qui estoit a Londres comme mesme des Anglois entendiz. Devant touteffois venir audit Douvres j’ay trouvé les navires de Flandres lesquelz me sont incontinent suyviz et pareillement deux aultres navieres de guerre angloises lesquelz me firent la reverence comme reciprocquement je fiz a eulx par lesquelles je entendiz l’absence du admiral. Estant donc arrivé audit Douvres je appercheuz aulcuns navieres du Roy lesquelz estoient gisantes devant la ville. J’ai fait jecter ancre environ ung demy lieu d’eulx affin de voire leur fachon de faire et intention. Advisant Votre Majesté que depuis mon partement jusques a mon abordement nous eusmes que bien grande bruyne laquelle a duré trois jours de loing avecq grandt vent.
[…] Madame, ayant esté quelque peu de temps sur l’ancre me sont venuz saluer en toute reverence acoustumee par la mer trois navieres de guerre angloises bien en ordre et equipees desquelz le capitaine s’a fait mectre a mon bort du quel ay demandé après l’admiral et viceadmiral me respondit que l’admiral estoit à Londres et quant au viceadmiral que il n’y avoit nul mais que luy estoit lieutenant commis sur la naviere admirale me priant que je me voulsisse mectre plus près de terre auprès des navieres du roy ce que j’ay fait veu que deulx mesmes me sont venuz prier.
Ce mesme gentilhomme me disoit qu’il avoit eu certaine nouvelle que les Franchois estoient en nombre de quarante navieres courants les costes de Wijch13 et Beversthye. Et que desdits quarante n’avoient que six ou sept bonnes navieres de guerre et que les aultres estoient tout petites.
[…] Je regarderay de garder le costes tant qu’il me sera possible. Et suis esté ce jourdhuy [17 juin 1544] couré sur les costes de Boloigne affin de garder le passaige a mondit sieur le Priveseel etc [Sir John lord Russell] lequel est passé aujourd’huy avecq grandt nombre de gens de guerre dessoubz sa cherge tant a pied que de cheval, lesquels ont dit d’estre dix mille personnes et passent journellement […].14

  • 15 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letter and papers, XIX, 1, p. 438. D. Loades, The Tudor navy, p. 128.

6L’action navale combinée se concentra ensuite sur le voyage de Henri VIII à Calais, qui tenait personnellement à faire son entrée à Boulogne. Le passage eut lieu le 14 juillet15.

7L’auteur du journal de bord du navire de l’amiral – il s’agit du plus ancien journal de bord néerlandais connu – décrivait ainsi la rencontre entre Henri VIII et l’amiral des Pays-Bas :

  • 16 Traduit du néerlandais. J.P. Sigmond, « Een voyaige ter zee anno 1544 », Archief van het koninklij (...)

Ainsi nous avons vu la galère du roi, directement devant nous, avec le roi en personne, en train d’appareiller pour Calais, ce qui a empêché Monseigneur l’amiral de parler avec le roi. Néanmoins, quand le roi passait devant nous dans sa galère, monseigneur se trouvait tout seul debout sur l’arrière du navire, lui faisant révérence propice, en faisant hisser et caler le hunier trois fois ; ensuite il donnait l’ordre à tirer toutes les pièces d’artillerie à bord ; ensuite, quand ceci était entendu par nos autres navires, suivant leurs ordres, eux aussi ont tiré toutes leurs pièces d’artillerie grand et petit, ce qui était très beau à entendre.16

8La flotte des Pays-Bas consistait en trois escadres : deux de Zélande et une de Flandre. Les deux escadres zélandaises étaient composées de douze navires de guerre et comprenaient 1 400 hommes. Dix navires avaient été équipés en Zélande sous la responsabilité de Maximilien de Bourgogne. L’autre escadre équipée à Middelbourg consistait en deux navires seulement. La troisième escadre de cinq navires de guerre avec 500 hommes avait été équipée à l’Écluse par les Quatre Membres de Flandre.

  • 17 J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 94. N. Maddens, « De Vlaamse oorlogsvloot tijdens de regering va (...)
  • 18 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 446.
  • 19 AGR, Archives du Conseil d’État et de l’Audience, no 1659/2 f. 43r. J. P. Sigmond, « Een voyaige » (...)
  • 20 J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 98.

9Les trois escadres se réunirent en mer près de Gravelines, avant d’aller à Douvres17. Le comte de Bedford, John Russell, témoigna par écrit devant le Privy Council que les navires de l’amiral des Pays-Bas n’étaient pas grands mais qu’ils étaient bien équipés et triomphalement décorés pour la guerre18. De son côté, Maximilien de Bourgogne ne fut pas très impressionné par les dix navires anglais, qui, selon lui, étaient mal équipés en hommes. Cela n’empêcha pas une bonne coopération de s’établir entre les deux amiraux, qui entretenaient des relations amicales19. L’ambiance était tellement bonne que les navires des flottes d’après le journal de bord mentionné ont effectué plusieurs exercices militaires entre eux. Cela est une indication du professionnalisme et de bon entraînement de manœuvre dans le cadre d’une flotte20.

  • 21 N.A.M. Rodger, Safeguard, p. 182. J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 96. J. Gairdner et R.H. Brodie (...)
  • 22 P. de Gaygangos éd., Calendar of letters, despatches, and state papers, relating to the negociatio (...)
  • 23 D. Loades, Tudor navy, p. 152, P. Villiers, « Boulogne », p. 165-166.

10Tout de suite après l’arrivée du roi anglais à Calais, les deux forces navales furent réduites à mille hommes chacune. Après avoir rencontré le roi d’Angleterre au camp près de Calais, l’amiral néerlandais rentra chez lui. La campagne militaire anglaise sur terre était peu organisée ; pourtant le siège et le blocus de Boulogne entre le 19 juillet et le 14 septembre eurent du succès, et Henri VIII gagna de la gloire facilement avec une conquête coûteuse et non pertinente. Entre-temps les deux flottes gardèrent le pas de Calais jusqu’au retour du roi en octobre 154421. Du côté des Habsbourg, les obligations navales étant remplies, l’escadre des Pays-Bas rentra au début de novembre. Du fait que Charles-Quint avait déjà conclu la paix de Crépy avec la France, quatre jours après la prise de Boulogne, les Anglais abandonnèrent l’espoir d’une assistance supplémentaire des Néerlandais sur mer22. La paix entre Charles-Quint et François Ier eut des conséquences pour les relations anglo-habsbourgeoises. L’Angleterre était maintenant seule dans sa guerre avec la France. Quoique le retour de Boulogne dans les mains de la France en 1550 eût mené à une amélioration des relations anglo-françaises, la suspicion anglaise vis-à-vis des Habsbourg persista23.

  • 24 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 365 et 451.

11Dans l’entreprise navale de 1544 les Pays-Bas jouèrent un rôle important. Leur potentiel maritime était indispensable au transport des troupes anglaises. Les forces navales des Anglais et des Habsbourg étaient équilibrées, les marines de guerre jouant le rôle d’auxiliaire des armées de terre. Bien qu’ils dussent accepter le commandement même de la flotte de guerre des Pays-Bas, les Anglais furent, finalement, satisfaits de cette flotte comme ils l’avaient été avec le transport des troupes24.

Conclusion

12L’aspect le plus surprenant de la coopération navale entre les Anglais et les Habsbourg est l’égalité des efforts à accomplir par les deux partenaires en mer. Il ne fut question d’aucune compensation militaire ou financière des Habsbourg pour les activités navales anglaises. Par contre l’effort naval de la part des Anglais était contrebalancé par des activités maritimes des Habsbourg, organisées aux Pays-Bas. Depuis la fin du quinzième siècle, les seigneurs de Veere s’efforçaient de fonder une organisation navale, dont la flotte de 1544 fut un des premiers résultats. Il faut quand même ajouter que cela n’avait encore rien de comparable avec la marine anglaise dont l’expérience et la capacité étaient incontestablement beaucoup plus grandes. Cela s’explique par un soutien continu au niveau politique, financier et institutionnel existant depuis longtemps déjà. Si la présence navale anglaise fut relativement faible en 1544 dans le pas de Calais, ceci s’explique par l’entreprise navale contre l’Écosse la même année.

  • 25 Voir L. Sicking, « Les transports militaires par mer : l’importance des Pays-Bas au XVe siècle », (...)
  • 26 Voir sur cette coopération : L. Sicking, Neptune and the Netherlands. State, economy, and war at s (...)

13Sur le plan maritime, les Anglais n’étaient pourtant pas totalement indépendants. Ils étaient incapables de réaliser eux-mêmes les transports sur mer de troupes et de chevaux, et reconnaissaient les capacités des Néerlandais, notamment des Hollandais, dans ce domaine. Avec leurs grandes hourques, mais aussi grâce au grand nombre de navires de tonnage restreint, ceux-ci jouaient un rôle clé dans la logistique des forces terrestres anglaises. En ce sens, rien n’avait changé depuis la Guerre de Cent Ans, pendant laquelle des Hollandais et des Zélandais avaient aussi été responsables des transports des forces militaires sur la Manche25. Les Habsbourg compensaient les limites de leur professionnalisme naval, par rapport aux Anglais, grâce à leurs capacités dans les transports maritimes, ce qui a rendu possible la traversée de la plus grande armée anglaise avant le XVIIIe siècle. L’hypothèse selon laquelle les Habsbourg dépendaient de la marine de guerre anglaise doit être relativisée. Leur énorme potentiel maritime en Espagne et aux Pays-Bas leur permettait en effet d’équiper des flottes qui, par leur taille, équilibraient celles de l’Angleterre. Comme la marine de guerre française était plus importante que celles des deux puissances prises séparément, celles-ci étaient capables de maîtriser la mer grâce à leur coopération navale. Grâce au professionnalisme anglais, et grâce au potentiel maritime espagnol et néerlandais, la « navy » des Tudor et « l’armée de mer » des Habsbourg se complétaient. Le mariage de Philippe II avec Marie Tudor en 1554 devait d’ailleurs prolonger plus intensivement une coopération navale qui, jusque-là, n’avait eu qu’un caractère occasionnel26.

Notes

1 Cet article résume les résultats de recherches publiées, telles : La maîtrise de la mer. Coopération navale entre l’Angleterre et l’empire des Habsbourg pendant la première moitié du XVIe siècle, dans Publication du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe siècles), Rencontres d’Oxford (22 au 25 septembre 1994) ; L’Angleterre et les pays bourguignons : relations et comparaisons (XVe-XVIe s.), 35, 1995, p. 187-197. Il y ajoute quelques éléments nouveaux. Pour une approche comparative entre les forces militaires anglaises et néerlandaises à cette époque, voir S. Gunn, D. Grummit and H. Cools, War, state, and society in England and the Netherlands 1477-1559, Oxford, 2007, pour les forces navales p. 23-26.

2 J. Glete, Navies and nations. Warships, navies and state building in Europe and America, 1500-1860, Stockholm, 1993 (Acta Universitatis Stockholmiensis. Stockholm studies in history, 48), p. 130-131. D. Loades, The Tudor navy. An administrative, political and military history, Aldershot, 1992, p. 55, 77, 81-82, 91.

3 J. Glete, Navies and nations, p. 146. J.C.A. De Meij, « Oorlogsvaart, kaapvaart en zeeroof », dans G. Asaert, J. Van Beylen et H.P.H. Jansen éds, Maritieme geschiedenis der Nederlanden, t. I, Bussum, 1976, p. 307-337.

4 J.C. De Jonge, Geschiedenis van het Nederlandsche zeewezen I, 2e impression Haarlem, 1858, p. 91-93. J. C. A. De Meij, « Oorlogsvaart », p. 325-326.

5 J. Glete, Navies and nations, p. 126-127.

6 R.B. Wernham, Before the Armada. The growth of English foreign policy 1485-1588, Londres, 1966, p. 152-154. D. Loades, The Tudor navy, p. 123.

7 State papers King Henry the Eighth. Foreign correspondence, 1542-1544, IX, 5 (1849), p. 571-573.

8 R.B. Wernham, Before the Armada, p. 153.

9 « Item, il est accorde, que Madame la Regente donnera ordre au Pays denbas pour la provision des hoyes et aultres vaisseaulx requis a la transportation de ladicte armee », State papers. King Henry the Eighth. Foreign correspondence, 1542-1544, IX, 5 (1849) p. 571-573. J. Gairdner et R.H. Brodie éd., Letters and papers, foreign and domestic. Henry VIII, XIX, t. 1, Londres, 1903, p. 52.

10 Ces bateaux, heuden et pleiten en néerlandais, étaient des caboteurs. J. van Beylen, « Scheepstypen », Maritieme geschiedenis der Nederlanden t. 1, p. 143-144. D. Loades, The Tudor navy, p. 128. J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers XIX, 1, no 714, 730, 794, 879 ; p. 363, 366-367, 422.

11 D.J.B. Trim, « The Context of War and Violence in sixteenth century English society », Journal of early modern history, III (1999), p. 233-255, 246. T.F. Arnold, The Renaissance at War, Londres, 2001, p. 168. Il est peu probable que l’armée d’Éduard III que traversait la Manche en 1346 sur la plus grande flotte anglaise équipé jusque là, quoique certainement impressionnant pour l’époque, était aussi grand. Cette armée faisait le siège de Calais en 1346-1347 après la défaite anglaise contre les Français dans la bataille de Crécy du 26 Août 1346 : N. A.M. Rodger, Safeguard of the Sea. A naval history of Britain, 1 (660-1649), Londres, 1997, p. 102-103. Ce n’était que pendant la guerre de succession d’Espagne (1701-1714) qu’une armée anglaise plus grande que celle de 1544 traversait la Manche.

12 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letter and papers, XIX, 1, p. 53.

13 Isle of Whight.

14 Maximilien de Bourgogne à Marie de Hongrie, « Devant Douvres au batteau, ce 17e jour du juing 1544 », Archives générales du royaume (AGR) Bruxelles, Archives du Conseil d’État et de l’Audience (Aud) no. 1659/2 f. 35-36.

15 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letter and papers, XIX, 1, p. 438. D. Loades, The Tudor navy, p. 128.

16 Traduit du néerlandais. J.P. Sigmond, « Een voyaige ter zee anno 1544 », Archief van het koninklijk Zeeuws genootschap der wetenschappen, 1992, p. 94. L’auteur du journal est probablement Willem de Winter, le secrétaire de l’amiral. L. Sicking, « Door Oranje overschaduwd. Het hof van Maximiliaan van Bourgondië, heer en markies van Veere », M. Damen et Louis Sicking éds., Bourgondië voorbij. De Nederlanden 1250-1650, Hilversum, 2010, p. 99-122, p. 103.

17 J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 94. N. Maddens, « De Vlaamse oorlogsvloot tijdens de regering van Karel V, Belgisch tijdschrift voor militaire geschiedenis », 22, 5, 1978, p. 395. Archives de l’état à Bruges, Archives du Franc de Bruges, no. 1817 f. 86r., J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 438. State papers, IX, 5, p. 707.

18 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 446.

19 AGR, Archives du Conseil d’État et de l’Audience, no 1659/2 f. 43r. J. P. Sigmond, « Een voyaige », p. 95.

20 J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 98.

21 N.A.M. Rodger, Safeguard, p. 182. J.P. Sigmond, « Een voyaige », p. 96. J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 451.

22 P. de Gaygangos éd., Calendar of letters, despatches, and state papers, relating to the negociations between England and Spain preserved in the archives at Simancas, Vienna, Brussels and elsewhere, Londres 1895, VI, 2 Henry VIII 1542-1543, p. 177-181. R.B. Wernham, Before the Armada, p. 158. P. Villiers, « Boulogne au XVIe siècle », P. Masson et M. Vergé-Franceschi éds., La France et la mer au siècle des grandes découvertes, Paris, 1993, p. 164.

23 D. Loades, Tudor navy, p. 152, P. Villiers, « Boulogne », p. 165-166.

24 J. Gairdner et R.H. Brodie, Letters and papers, XIX, 1, p. 365 et 451.

25 Voir L. Sicking, « Les transports militaires par mer : l’importance des Pays-Bas au XVe siècle », S. Curveiller et Laurent Buchard éd., Se déplacer du Moyen Âge à nos jours. Actes du sixième colloque européen de Calais 2006-2007, Calais, 2009, p. 147-156.

26 Voir sur cette coopération : L. Sicking, Neptune and the Netherlands. State, economy, and war at sea in the Renaissance, Boston et Leiden, 2004, p. 333-344. Sur la marine de guerre anglaise à l’époque de Philippe II et Marie Tudor voir entre autres : J.D. Alsop, A regime at sea : the navy and the 1553 succession crisis, Albion. A quarterly journal concerned with British studies, 24, (1992), p. 577-590. T. Glasgow, Maturing of naval administration 1556-1564, The mariner’s mirror 56 (1970) p. 3-26 et du même auteur The navy in Philip and Mary’s war, 1557-1558, The mariner’s mirror, 53 (1967) p. 321-341. D. Loades, The Tudor navy, p. 159-177. C.S.L. Davies, England and the French War, 1557-1559, J. Loach et R. Tittler éd., The mid-Tudor polity c. 1540-1560 (Londres etc. 1980) p. 164, 173-174, 177-181.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540