Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

Le Calaisis, un « boulevard diplomatique » entre France et Angleterre : l’exemple du Camp du Drap d’Or (1520)

Stéphane Curveiller

Texte intégral

  • 1 Pour toutes les références relatives aux sources et à la bibliographie sur le sujet, se reporter a (...)

Extrait rédigé par Stéphane Curveiller dans l’Histoire de Guînes des origines à nos jours, éds. E. Buy, S. Curveiller, J. Louf, Balinghem, Éditions du Camp du Drap d’or, 2007, p. 70-72. Ce texte est proposé dans les Actes du colloque avec l’accord du conférencier, le Professeur Charles Giry-Deloison1.

1Le Pale représente semble-t-il de plus en plus l’endroit où il faut se montrer ! Le prestige des Princes, renforcé par les « Grandes entrées royales » dans les villes, est devenu un support entre les populations et leurs dirigeants. La localisation du Calaisis et du Guînois étroitement associés offre un espace privilégié à cette fonction en plein essor. à la rencontre des grandes influences politiques du moment, la région est certes l’objet de convoitises, de conflits mais aussi un lieu par excellence donc de rencontres, de fêtes… Les souverains, les ducs, les gentilshommes s’y succèdent et Guînes occupe dans ce cas une place fréquemment visitée, voire même lieu de séjour, souvent bref (le repos le plus souvent) pour les ducs de Bourgogne ou leurs épouses comme le décrivent les chroniques des « hôtels » de la cour bourguignonne.

2Les limites du Pale sont aussi incluses dans ce processus aussi durant cette longue période entrecoupée de trêves et de conflits. Ainsi, en mai 1380, des conférences sont ouvertes entre Calais et Boulogne à Leulinghem à la fin du règne de Charles V. En 1390, c’est la rencontre de Saint-Inglevert où chevaliers anglais et français rivalisent lors de joutes dont Froissart et d’autres nous parlent. De même Gravelines après une période économique difficile connaît un relatif sursaut au milieu du XVe siècle sur le plan diplomatique comme l’a bien montré Monique Sommé.

3Mais c’est entre Guînes et Ardres déjà en octobre 1396 qu’eut lieu l’entrevue de Charles VI et de Richard II. On parle de 120 tentes du côté français, un « luxueux entassement de pavillons et de tentes richement aménagés ». Il s’agit alors des fiançailles entre Isabelle de France et Richard II. Une description bien précise de l’événement est à notre disposition, ou encore à titre d’exemples, le roi d’Angleterre Henri V séjourna quelques jours à Guînes à son retour de sa victoire d’Azincourt en 1415 ; il reçut un accueil triomphal aux dires du non moins célèbre chroniqueur Monstrelet dans le Pale et principalement à Calais.

En allant, (Henri V) se print à deviser avec les prisonniers et princes français, en les réconfortant amiablement comme cellui qui bien le savoit faire ; et tant chevaichèrent qu’ilz vindrent à Calais, où le roy d’Angleterre fut receu du capitaine et de ceulx de la ville, lesquelz luy vindrent au devant jusques au plus près de Guisnes, et d’aultre part les prebstres et clerz tous revestuz avec les croix et fanons de toutes les églises de la ville, en cantant Te Deum laudamus. Hommes, femmes et petis enfans s’esjoyssaient à sa venue, disant : « Bien soit venu le roy nostre souverain seigneur ! » et ainsi, en grant gloire et triumphe, entra dedans la ville de Calais.

4Nous ne pouvons nous attarder davantage sur tous les séjours de diverses personnalités de l’époque, mais « le point d’orgue fut l’entrevue célèbre du Camp du Drap d’Or » entre Guînes et Ardres, une fois encore, qui se tint en 1520 entre le roi de France François Ier et le roi d’Angleterre Henri VIII.

5Les manuscrits anglais (letters and papers) sont ici très explicites. Les bateaux anglais amènent alors par le port de Calais bois et matériaux nécessaires à l’édification de luxueux bâtiments sis « dans la plaine de Guisnes » (l’endroit précis étant à peu près connu). De riches tapisseries ornent les salles du palais construit sur la très belle maison de l’Étape des laines de Calais, des étoffes de velours et de soie, les joyaux précieux, de la vaisselle d’or et d’argent nécessaire aux banquets, sans omettre la difficulté de nourrir toute cette population exceptionnelle. Le maréchal de Calais Sir John Pecche s’inquiète à ce propos des victuailles nécessaires (de la viande dans les boucheries de Calais et même du fourrage pour les chevaux…). D’aucuns parlent même de suite de plusieurs milliers de personnes. Il faut impressionner l’adversaire !

6Plusieurs auteurs nous permettent de participer à cette rencontre prestigieuse ; le roi de France l’emporte par la richesse de ses pavillons, mais le roi d’Angleterre excite l’admiration par l’édification d’un monument original. Celui-ci est en bois peint, exécuté en Angleterre, et toutes les pièces qui le composent ont été démontées et ramenées en France. Ce Palais de grande taille est composé de plusieurs appartements, meublé de tapisseries de brocard, d’or et d’argent, bordés d’une bande de vert et de blanc, couleur favorite de la maison Tudor (Ernest Ranson). Quoi qu’il en soit, les préparatifs de part et d’autre sont splendides et dès leur arrivée, les deux souverains s’empressent d’envoyer des ambassades. L’étiquette est rigoureuse et la rencontre a lieu à mi-distance entre Guînes et Ardres le jeudi 7 juin 1520. Voici quelques passages des différentes chroniques pour revivre l’événement.

Le roy François 1er étoit monté sur un beau coursier, et estoit vêtu d’une saye de drap d’or frisé, ayant une manteline battu, fort enrichie de pierrerie. La pièce de devant et ses manches bien garnies de fines pierreries, comme gros diamans, rubis, esmeraudes…
Les trompettes, clérons, les héraux et roy d’armes marchoient auprès du Roy, ayant leurs cottes d’armes et bannières déployées…
Et de l’autre côté de ladite vallée étoit le roy d’Angleterre, accompagné des ducs de Rotingham, de Suffort, le marquis d’Orst, le comte de Northumberland, le comte de Tallebot, le comte de Salisburry grand chambellan…, et grand nombre de gens non armez pour la cause dessusdite et étoient tous en bel ordre.
Le roy d’Angleterre étoit habillé de toile d’argent ayant force pierreries et bien riches sur luy et emplumé de plumes blanches…

7Finalement, les deux souverains arrivent au lieu fixé et lisent les articles rédigés pour l’entrevue ; on ne fait que signaler qu’ils sont « bien faicts et bien escripts » sans que l’événement ne débouche véritablement sur un engagement précis et formel.

Après qu’ils eurent parlé et devisé et fait bonne chaire ensemble, ajoute de Peiresc, prindrent leur vin ; puis firent venir audit pavillon les princes et seigneurs de part et d’autre, et lesditz roys les accolèrent ; c’est assavoir le Roy accola les princes et Seigneurs d’Angleterre, et le Roy d’Angleterre accola les princes et seigneurs de France, par un grand amour fraternelle, et ainsi tous ensemble banquetèrent et prindrent leur vin avec lesdits Roys, et les trompettes et clérons […] jouèrent de chacune telle part tellement qu’il semblait que ce fut un Paradis ; et pour ce que la nuit s’approchoit, lesdits Roys, princes et seigneurs prindrent congé moult amoureusement, et chacun se retira pour iceluy jour…

8Coup de théâtre ! Les choses ne se déroulent pas comme prévu. Charles Quint œuvre plus habilement sur le plan diplomatique et parvient à détacher Henri VIII de l’alliance française. Pourtant, les fêtes entre Français et Anglais auront duré du 5 juin (arrivée du roi d’Angleterre à Guînes) au 25 juin ! Il ne nous appartient pas ici de décrire les magnificences de cette rencontre ni de l’analyser dans le détail, une étude précise faisant l’objet de recherches imminentes, réactualisant les questions, doit voir le jour (Charles Giry-Deloison). On peut donc dire que le Calaisis est devenu un véritable « boulevard diplomatique » durant cette période.

9mais alors pourquoi avoir gardé le comté de Guînes (du moins une partie) et le Calaisis ? Malgré le prix, les difficultés (Étape des laines, soldes difficiles à payer à la soldatesque, heurts entre soldats et population locale, chevauchées stériles…), pourquoi la monarchie britannique est-elle aussi attachée à cet « îlot continental » selon David Grummitt ? Finalement, tout le monde s’accommode de cette situation. Les Anglais avaient saisi toute l’importance de ce pied à terre en face de chez eux. Calais n’est-elle pas une des « deux prunelles du Détroit » comme l’a rappelé l’empereur Sigismond au début du XVe siècle lors de sa venue dans la ville ! Certains ayant vu un lieu de terrorisme du côté anglais (de moins en moins efficace selon nous) et aussi une plaque de contre-terrorisme comme Denis Clauzel. mieux vaut savoir où est l’ennemi et les tentatives sont de plus en plus limitées. Certes, il y a toujours des escarmouches, entre les deux camps aux limites du Pale. mais après Charles VII, la France s’intéresse davantage aux Guerres d’Italie et le Pale lui-même n’a-t-il pas été l’enjeu entre les York et les Lancastre en pleine guerre des Deux Roses. Si certains ont cru voir un désintérêt de la couronne anglaise pour ce « joyau hors de prix », il ne faut pas en exagérer le phénomène puisque Henri VIII lui-même réinvestit dans l’embellissement de la place calaisienne et même dans les aspects défensifs.

Le camp du drap d’or, tableau du XVIe siècle. Calais par l’image, F. Lennel, 1904-1905
(Réed. par Alain Lottin et Stéphane Curveiller, La Sentinelle, Le Téméraire, 1999)

Notes

1 Pour toutes les références relatives aux sources et à la bibliographie sur le sujet, se reporter au même ouvrage Histoire de Guînes…, p. 276-282.

Table des illustrations

Légende Le camp du drap d’or, tableau du XVIe siècle. Calais par l’image, F. Lennel, 1904-1905(Réed. par Alain Lottin et Stéphane Curveiller, La Sentinelle, Le Téméraire, 1999)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540