Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

Une chevauchée anglaise en Flandre maritime : Froissart et la « croisade » de l’évêque de Norwich

Jean Devaux

Texte intégral

  • 1 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et A. Mirot, 15 vol., Paris, Renouard, Klincks (...)

1Dunkerque et les villes de la Flandre maritime restèrent le plus souvent à l’écart des conflits armés qui, tout au long de la Guerre de Cent Ans, troublèrent la quiétude des pays du Nord. La région connue sous le nom de « Westhoek » fut pourtant le théâtre de la plus singulière des chevauchées menées sur le Continent par les troupes du roi d’Angleterre. Prenant prétexte du désordre causé au sein de l’Église par l’élection de Clément VII, le pape d’Avignon, Henri Despenser, évêque de Norwich, prétendit prendre la tête d’une véritable croisade, destinée à soutenir la cause d’Urbain VI et à pourfendre les suppôts de Satan qu’étaient à ses yeux les schismatiques clémentins. Débarqué à Calais le 17 mai 13831, il s’enfonce tout aussitôt au cœur des terres de Flandre, s’emparant tour à tour de Gravelines, Bourbourg et Dunkerque, où il remporte le 25 mai une éclatante victoire sur les troupes rassemblées en hâte par le comte Louis de Male. Ce sont ensuite les villes de Bergues, Furnes, Nieuport et Dixmude qui se soumettent à la première sommation, craignant de subir le sort de Gravelines, qui avait été en butte à de lourdes représailles. Cassel est prise d’assaut et livrée au pillage, de même que Poperingue, où les Anglais pénètrent le 9 juin.

  • 2 Sur ces événements, cf. ibid., t. 11, p. XXI-XXXVI ; Fr. Quicke, Les Pays-Bas à la veille de la pé (...)

2Le siège d’Ypres vint toutefois sonner le glas de cette fulgurante progression. En dépit des renforts que leur fournissent les Gantois, les prétendus « croisés » piétinent deux mois durant sous les murs de la ville, laissant le temps aux Français de préparer la riposte. Dès le 2 août, Charles VI lève l’oriflamme à Saint-Denis et, bientôt, les troupes royales convergent vers Arras. Découragés par la résistance opiniâtre des Yprois, les Anglais préfèrent lever le siège et, conscients de la puissance de l’armée française, ils se replient sur les positions fortifiées de la côte. Dès lors, ce n’est plus pour eux qu’une longue suite de déconvenues : peu à peu, toutes les places du Westhoek sont reconquises de haute lutte par les Français. Ainsi la croisade de l’évêque de Norwich se solde-t-elle, à son grand dam, par une cuisante déroute2.

  • 3 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et A. Mirot, t. 11, p. 85-157. Nous renvoyons (...)
  • 4 Pour plus de détails, cf. J. Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre : ressorts et enjeux d (...)

3Jean Froissart, chroniqueur du Nord, attaché avec force à l’histoire de son terroir, accorde tout naturellement une place privilégiée à la relation de cette campagne militaire3. Davantage même, c’est là l’un des épisodes déterminants du long développement consacré par l’écrivain aux troubles politico-militaires qui agitèrent le comté de Flandre entre 1379 et 1385. Conservées de manière autonome dans trois témoins manuscrits des XVe et XVIe siècles et pourvues dans deux d’entre eux d’un prologue original, ces Croniques de Flandre constituaient sans doute, dans leur version initiale, un livre spécifique sur les guerres du Nord, retravaillé ensuite par le narrateur et intégré dans un récit d’ordre plus général4.

4Rien de commun, cependant, entre les révoltes populaires de 1382 et la chevauchée menée en terre de Flandre par ces envahisseurs venus d’Outre-Manche. Jean Froissart, attentif, plus qu’aucun autre chroniqueur, à l’art subtil de la construction du récit, prend soin d’introduire cet épisode par un commentaire visant à mettre au jour le rapport logique qui relie ces deux temps forts des affaires flamandes. De fait, à l’en croire, cette campagne militaire fut motivée au premier chef par la vive jalousie qui s’empara des Anglais à l’annonce de l’éclatante victoire de Roosebeke (27 novembre 1382) : la gloire accumulée par les armées françaises, qui portèrent là un coup fatal à la rébellion des villes de Flandre, ne manqua pas de blesser l’amour-propre de cette nation, « pour tant que par nature Englès sont trop envieux sus le bien d’autrui et ont tousjours esté » (XI, 85). Ils n’eurent de cesse, dès lors, de prendre leur revanche et de reconquérir, au nom du roi Richard II, les terres passées de la sorte sous le contrôle des Français.

  • 5 Cf. ibid., p. 92-95.

5Assurément, nous discernons, par-delà ce discours, l’une des motivations profondes de l’expédition, destinée avant tout, sur le plan militaire, à empêcher Charles VI de transformer le comté de Flandre en une base stratégique contre l’Angleterre. Le facteur politique, si important soit-il, ne constitue point toutefois, aux yeux du chroniqueur, le principal ressort de l’Histoire, où les passions individuelles et collectives occupent souvent une place bien plus déterminante. L’on se remémore à cet égard le singulier acharnement avec lequel il condamne l’orgueil des Flamands : ce péché lui apparaît, de manière indiscutable, comme le grand moteur des soulèvements populaires qui se succédèrent de 1379 à 13855. « On dist en un commun proverbre, et voirs est, que onques envie ne morut » (XI, 85) : la maxime populaire qui lui suffit à résumer les causes véritables de l’invasion anglaise est révélatrice, ici encore, de la vision morale à travers laquelle il appréhende volontiers l’événement.

  • 6 « Adont li prelat en leurs prelacions et signouries commenchièrent à prechier che voiage par maniè (...)

6Soucieux de s’acquitter de sa tâche de chroniqueur, Froissart rend compte par le détail des motivations religieuses de cette chevauchée, entreprise, déclare-t-il, « par manière de croiserie » (XI, 88, 90). Il ne se prive pas, pourtant, d’ironiser en contrepoint sur la cupidité de la noblesse anglaise, séduite bien davantage par l’argent de la dîme que par l’indulgence plénière et générale que le pape Urbain avait fait promulguer (XI, 87). Il ne cache pas, en outre, le mépris qu’il éprouve pour la naïveté du « peuples d’Engletère », qui redoutait d’être voué aux affres de l’enfer s’il refusait de contribuer, à travers ses aumônes, au projet initié par le pouvoir pontifical6.

  • 7 « car encores estoit il petit armés fors en Lombardie avoecques son frère » (XI, 91). Froissart ne (...)

7Mais surtout, l’objectif avoué de cette « croiserie », expressément dirigée contre les « Clémentins », entrait, selon notre auteur, en totale contradiction avec l’invasion du comté de Flandre, dont le seigneur et la population étaient restés fidèles au parti d’Urbain VI. Ce détournement, associé au péché de jalousie et à la soif de revanche des envahisseurs, Jean Froissart l’impute toutefois plus précisément à la personnalité de l’évêque de Norwich, dont l’orgueil démesuré et la folle ambition s’imposent sous sa plume comme la parfaite incarnation de l’outrecuidance de la nation anglaise. L’écrivain brosse chemin faisant, par fines touches successives, le portrait d’un jeune homme pétri de suffisance, qui n’avait guère eu encore l’occasion de se distinguer sur les champs de bataille7 et qui, par-dessus tout, « se desiroit a armer » (XI, 91). Aussi Froissart laisse-t-il entendre que la charge importante qui lui fut confiée fit perdre le sens commun à cet impétueux prélat, dont l’unique souci fut d’accomplir quelque « exploit d’armes » (XI, 92), fût-il dénué de toute légitimité.

  • 8 Sur ce personnage, cf. Jean Froissart, Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, 25 vol., Bruxelles (...)

8L’ardeur belliqueuse du chef de la croisade ressort en outre de sa confrontation avec l’un de ses principaux capitaines, messire Hugues de Calverley8. À la fougue irraisonnée de l’évêque de Norwich, « qui avoit grant desir de chevauchier » (XI, 95), s’oppose d’emblée, dans le récit du chroniqueur, la modération de ce personnage et sa longue expérience de la vie des camps : de tous les chevaliers qui prirent part à cette campagne, c’était là « li plus usés d’armes […] et qui le plus avoit veu » (XI, 93). L’état-major eut soin, dès lors, de s’enquérir de son avis avant de consentir à pénétrer en terre flamande. Or, ce parangon de sagesse réprouve fermement les projets de chevauchée échafaudés par Norwich. Outre les risques inhérents à cette expédition, la Flandre entière se trouvant alors sur le pied de guerre, Calverley la juge incompatible avec l’esprit de la croisade prêchée par Urbain VI :

Sire, vous savés – rétorque-t-il à l’évêque – sur quel estat nous sommes issu d’Engletère. Nostre fait ne toucque de riens au fait de la guerre des rois, fors sur les Clementins, car nous sommes saudoiiers au pappe Urbain, qui nous asobt de paine et coupe, se nous poons destruire les Clementins. Se nous alons en Flandres, quoi que li païs soit au duc de Bourgongne et au roi de France, nous nos fourferons, car j’entench que li contes de Flandres et tout li Flamenc sont ossi boin et vrai Urbanistre que nous sommes […]. (XI, 93)

9À diverses reprises, Froissart rapporte au style direct les conseils prodigués par ce chevalier (XI, 99-100, 104), dont les propos avisés constituent, à notre sens, la plus parfaite expression de la pensée du chroniqueur. La description contrastée de ces deux tempéraments contribue de même à la forte coloration romanesque du récit, où les passions humaines jouent, ici comme ailleurs, un rôle prépondérant. Ainsi l’évêque de Norwich repousse-t-il avec véhémence les observations d’Hugues de Calverley, attendant à peine qu’il ait achevé son discours pour le reprendre « comme caux et boullans que il estoit » (XI, 94). Il laisse en outre entrevoir, dans cette cinglante réplique, un autre trait de sa personnalité, où l’ambition va de pair avec la cupidité : la conquête de Bourbourg, Dunkerque, Bergues ou Cassel sera selon lui d’autant plus profitable aux Anglais qu’elle leur rapportera un copieux butin, les villes du Westhoek, jusqu’alors épargnées par la guerre, regorgeant encore de richesses (XI, 94).

  • 9 « Apriès la desconfiture de Dunquerque et la ville prise, il entrèrent tout en grant orguel, et le (...)

10S’il rend compte, en toute impartialité, de l’éclatant succès remporté par les Anglais sous les murs de Dunkerque, Jean Froissart voit toutefois dans cette victoire facile l’une des causes essentielles de leur aveuglement. Se croyant désormais invincibles, convaincus qu’aucune place forte ne pourrait leur tenir tête, ils conçurent en effet le projet insensé de se lancer à la conquête de la Flandre entière9. C’est bien en moraliste que le chanoine de Chimay apprécie l’ensemble de cette campagne militaire : de même que l’envie est dénoncée sous sa plume comme le principal moteur de l’entreprise, le « grant orguel » des Anglais constitue à ses yeux la raison profonde de leur échec final. Telle est d’ailleurs l’explication qu’il avance, dans ce même livre, pour justifier l’écrasement des rebelles gantois, vaincus un an plus tôt par les troupes de Charles VI : ainsi qu’il le constate sur le mode prophétique, « ils s’enorgueilliront tellement que Dieu s’en courroucera et leur remonstrera leur orgueil avant que l’an soit oultre » (X, 236). Ainsi les Anglais et leurs alliés flamands sont-ils victimes de ce même péché d’outrecuidance, qui, constamment, réapparaît, par un subtil jeu d’échos, dans chacun des deux volets de ces Croniques de Flandre.

  • 10 Sur l’usage du style direct dans l’œuvre du chroniqueur, voir St. G. Nichols, « Discourse in Frois (...)

11Au portrait haut en couleur de Philippe van Artevelde, figure emblématique de la présomption des Gantois, répondent, au fil de cette campagne, les incessantes rodomontades d’Henri Despenser, évêque de Norwich. Non seulement il commet l’erreur impardonnable de s’entêter, huit semaines durant, à investir la ville d’Ypres, mais encore il se refuse formellement à demander des renforts à ses compatriotes. Pourtant, à s’en remettre au témoignage de Froissart, plusieurs hauts barons, tels Guillaume de Beauchamp ou Guillaume de Windsor, campaient alors « sus les marces […] de la conté de Kent » et n’attendaient que son signal pour venir lui prêter main forte (XI, 114). L’inconséquence de Norwich est d’autant plus manifeste que l’auteur la met en balance avec la réaction d’Hugues de Calverley, rapportée là encore au style direct10 :

Signeur, vous vos confiiés grandement en vostre poissance. Pour quoi refusons nous le confort de nos gens, quant il s’offrent à nous, et li païs le voelt ? Uns jours poroit venir que nous nos en repentiriens. (XI, 128)

  • 11 « et se repentoit grandement en corage de che que il avoit empris celle saisson che voiage, car il (...)

12Bien plus, Froissart fait état de l’incroyable suffisance manifestée publiquement par le chef de l’expédition, qui, selon la rumeur propagée partout en France, s’était fait fort de poursuivre le siège d’Ypres et d’y attendre de pied ferme l’armée de Charles VI afin de l’affronter dans un ultime combat (XI, 127). L’on sait toutefois quelle fut la stratégie des Anglais à l’approche des troupes françaises : contraints d’admettre, bon gré mal gré, qu’ils ne disposaient pas des forces suffisantes pour livrer bataille, ils n’eurent pour seule ressource que de se retrancher en toute hâte derrière les remparts de Bergues ou de Bourbourg (XI, 122-123). Aussi Froissart a-t-il beau jeu d’ironiser sur la déconvenue de leur bouillant capitaine, réfugié dans Gravelines « enssi que tous esbahis » et regrettant amèrement de s’être engagé dans une campagne qui ne lui valait au bout du compte que blâme et mépris11. C’est cependant au porte-parole favori du chroniqueur, le sage et lucide Hugues de Calverley, que revient l’insigne privilège de dresser le bilan de cette chevauchée :

Signeur, par ma foi, nous avons fait en celle saison une très honteuse chevauchie : onques si povre ne si blameuse n’issi hors d’Engletière. Vous avés ouvré de vostre volenté et creu cel evesque de Norduich, qui quidoit voller anchois que il euist elles. Or veés vous le honnerable fin que vous i prendés […]. (XI, 132)

  • 12 voir Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français, Paris, Hachette, 1996 (éd. orig. 1842), p. (...)

13L’expression proverbiale « vouloir voler sans ailes »12, qui semble ici s’appliquer à un oisillon échappé du nid, permet à l’écrivain de stigmatiser, une dernière fois, la singulière inexpérience de ce jeune chef de guerre et les lourdes erreurs qui lui sont imputables.

  • 13 « Seigneur venoient de tous lés si efforchiement et de si grant volenté, pour servir le roi de Fra (...)

14Cette équipée, générée par l’orgueil des Anglais, soucieux de prendre leur revanche sur les armées de Charles VI, s’impose tout au contraire, sous la plume de Froissart, comme la preuve manifeste de la puissance du roi de France, lequel réussit là, en l’espace de quelques semaines, à reconquérir l’ensemble des places occupées par l’ennemi. Le chroniqueur souligne, à l’aube de cette campagne, la remarquable capacité du monarque à fédérer autour de sa personne la majorité des grands seigneurs du royaume, tous animés par le même désir de servir de leur mieux leur maître et souverain13. C’est là ce dont témoignent en particulier les efforts consentis par le duc de Bretagne, le comte de Savoie ou le comte de Genève, qui n’hésitèrent pas à accomplir un long périple pour venir grossir les rangs de l’armée royale. Davantage même, le duc Frédéric de Bavière s’empresse de se déplacer depuis la Haute Allemagne pour avoir l’honneur de combattre aux côtés des Français, dont la renommée est parvenue jusqu’à lui :

et grandement il se desiroit à armer pour les François et de venir en France, et de veoir l’estat de France, car il amoit toute honneur, et on li avoit dit, si s’en tenoit pour tous enformés, que toutes les honneurs de ce monde estoient et sont en France. (IX, 117)

  • 14 Voir notamment Jean Froissart, Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, t. 1, Introduction (Premiè (...)

15Mais surtout, notre auteur focalise son attention sur le dévouement exemplaire du comte Guy de Blois, qui incarne à lui seul l’attachement indéfectible de la noblesse de France envers son jeune roi. À deux reprises, Froissart insiste sur le piètre état de santé de ce seigneur, qui se remettait difficilement d’une « forte et longue maladie » et demeurait alité en son château de Beaumont. Néanmoins, en dépit de cette extrême faiblesse, il préféra braver la chaleur de l’été et se rendre en litière sur les lieux des combats plutôt que de faillir à son devoir de vassal (XI, 122, 125, 127). Nul doute que cet éloge ne fût inspiré au chroniqueur par ses liens personnels avec Guy de Blois, qui l’avait retenu à son service en qualité de chapelain et fut à l’évidence le premier destinataire de l’ample récit qu’il consacra aux guerres de Flandre14. Au-delà même de l’hommage qu’il rend ici à son mécène, l’on reconnaît toutefois l’art de l’écrivain, étoffant son œuvre de détails véridiques propres à accréditer la thèse qu’il défend.

16De même, Froissart ponctue la relation de cette campagne de formules destinées à signifier à son lecteur la puissance incomparable de l’armée française et la grandeur militaire qui s’y trouve associée. Le substantif « mervelles » (XI, 122) et le verbe « s’esmervillier » (XI, 125) traduisent à la fois l’étonnement et l’enthousiasme suscités chez l’écrivain par ce formidable déploiement de forces, qui revêt à ses yeux un caractère extraordinaire et quasiment miraculeux. Il excelle pareillement à évoquer en quelques mots le spectacle éclatant offert par l’ordonnancement de ces troupes rutilantes, si nombreuses qu’on ne pouvait les embrasser du regard :

  • 15 Cf. XI, 124-125, 134.

et estoit grant biauté de veoir reluire contre che soleil ces banières, ces pennons et ces bachinès et si grant fuison de gens d’armes que veu[e] d’ieux ne les pooit comprendre, et sambloit uns drois bois des lances que on portoit droites.15 (XI, 129)

  • 16 « à eux assaillir, il porroit trop grandement couster de bonnes gens […] » (XI, 148).

17Parvenu devant Bourbourg le samedi 12 septembre, Charles VI dispose d’une armée à ce point exceptionnelle qu’à s’en remettre au témoignage du chroniqueur, « on ne veï onques plus belles gens d’armes ne plus grant fuison comme li rois avoit là » (XI, 145). L’accord de paix conclu dès le lundi suivant devait toutefois permettre d’éviter l’affrontement. Soucieux d’épargner le sang de ses sujets16, le roi consentait à ce que les Anglais quittassent la ville et les laissait libre d’emporter leur butin. Froissart ne manque pas de stigmatiser, une fois encore, la rapacité des troupes ennemies, qui passèrent une journée entière à « emplir leurs males de tout bon et biel » et se replièrent sur Calais « à tout leur grant pillage », non sans avoir au passage incendié la place de Gravelines (XI, 150).

18Tout à l’inverse, l’entrée des Français dans Bourbourg, qui marque l’apothéose de cette guerre de reconquête, coïncide symboliquement, dans le récit des Chroniques, avec un double miracle accompli par la Vierge. À deux reprises, des pillards pénétrèrent dans l’église Saint-Jean-Baptiste et tentèrent de s’emparer d’une pierre précieuse décorant la couronne d’une statue de Notre-Dame. Or, cette dernière pivota d’elle-même sur son socle, de telle manière que le premier des brigands fut instantanément projeté au bas de l’autel et, ajoute Froissart, « morut de male mort ». Lors de la seconde tentative, l’alerte fut donnée par les cloches de l’église, qui se mirent à sonner « sans que nus i mesist la main » (XI, 150-151). Nul doute que ces événements miraculeux ne manifestent clairement, aux yeux de l’écrivain, la protection que la divine Providence accorda aux populations éprouvées par la guerre.

  • 17 Voir de même Jean Froissart, Chroniques. Livre I (première partie, 1325-1350) et Livre II, éd. P. (...)

19Rien d’étonnant, dès lors, si ces prodiges sont associés à l’ultime étape de la campagne de Charles VI, qui se fit l’instrument de la volonté du Tout-Puissant en restaurant la paix dans le pays de Flandre. Cet épisode fait écho, dans cette partie des Chroniques, au miracle qui s’accomplit, l’année précédente, au seuil de la fameuse bataille de Roosebeke : à l’instant précis où l’oriflamme fut déployée, un « blanc coulon », symbole des effets bénéfiques de la victoire, vint se poser sur l’une des bannières de l’armée royale (XI, 54)17. Le « grand don » que le souverain fit à l’église de Bourbourg en souvenir des deux miracles dont elle fut le théâtre traduit ainsi, une fois encore, sous la plume du chroniqueur, la dimension sacrée de la fonction guerrière assumée par le roi très chrétien, agent privilégié de la justice divine, attentive à châtier l’orgueil des puissants.

Notes

1 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et A. Mirot, 15 vol., Paris, Renouard, Klincksieck, 1869-1975 (S. H. F.), t. 11 (1899), p. XXIII, n. 6 et p. XXIV, n. 1.

2 Sur ces événements, cf. ibid., t. 11, p. XXI-XXXVI ; Fr. Quicke, Les Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne (1356-1384). Contribution à l’histoire politique et diplomatique de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du XIVe siècle, Bruxelles, Éditions universitaires, 1947, p. 343-348 ; M. Aston, « The Impeachment of Bishop Despenser », Bulletin of the Institute of Historical Research, t. 38, 1965, p. 127-148 ; N. Housley, « The Bishop of Norwich’s Crusade, May 1383 », History Today, t. 33, mai 1983, p. 15-20 ; S. Curveiller, Dunkerque, ville et port de Flandre à la fin du Moyen Âge à travers les comptes de bailliage de 1358 à 1407, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1989, p. 40-42 ; N. Saul, Richard II, New Haven, Londres, Yale University Press, 1997 (Yale English Monarchs), p. 102-106.

3 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et A. Mirot, t. 11, p. 85-157. Nous renvoyons désormais à cette édition par un chiffre romain suivi d’un chiffre arabe (ex. XI, 85). Pour une autre version de cet épisode, cf. Jean Froissart, Chroniques. Livre I (première partie, 1325-1350) et Livre II, éd. P. F. Ainsworth et G. T. Diller, Paris, Librairie Générale Française, 2001 (Le Livre de Poche, 4556 ; Lettres gothiques), p. 945-971.

4 Pour plus de détails, cf. J. Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre : ressorts et enjeux d’un conflit (1379-1382) », Actes du colloque international Jehan Froissart (Lille 3 – Valenciennes, 30 septembre – 1er octobre 2004), dir. M.-M. Castellani et J.- Ch. Herbin, Perspectives médiévales, 2006, p. 81-98 (en particulier p. 83-85).

5 Cf. ibid., p. 92-95.

6 « Adont li prelat en leurs prelacions et signouries commenchièrent à prechier che voiage par manière de croiserie, dont li peuples d’Engletère, qui creoient assés legièrement, i eurent trop grant foi ; et ne quidoit nuls ne nulle issir de l’an à honneur, ne jamais entrer en paradis, se il n’i metoit et donnoit dou sien » (XI, 88).

7 « car encores estoit il petit armés fors en Lombardie avoecques son frère » (XI, 91). Froissart ne mentionne guère la campagne que le prélat avait menée dans son diocèse afin de mâter une révolte. Cf. N. Saul, Richard II, p. 102. Sur la carrière de ce personnage, cf. Dictionary of National Biography, t. 14, Londres, Smith, Elder, & CO., 1888, p. 410-412.

8 Sur ce personnage, cf. Jean Froissart, Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, 25 vol., Bruxelles, Devaux, 1867-1877, t. 20 (1875), Table analytique des noms historiques, p. 493-495.

9 « Apriès la desconfiture de Dunquerque et la ville prise, il entrèrent tout en grant orguel, et leur sambla bien que toute Flandres fust leur […] » (XI, 107) ; « et ne faissoient nulle doubte que, dedens le septembre, toute Flandres seroit raquise à eux ; enssi se glorefioient il en leurs fortunes » (XI, 111). Cette erreur d’appréciation est d’autant plus regrettable qu’aux dires de Froissart, les Anglais n’auraient eu aucune peine à se rendre maîtres de la ville de Bruges (XI, 107).

10 Sur l’usage du style direct dans l’œuvre du chroniqueur, voir St. G. Nichols, « Discourse in Froissart’s Chroniques », Speculum, t. 39, 1964, p. 279-287 ; P. F. Ainsworth, « Style direct et peinture des personnages chez Froissart », Romania, t. 93, 1972, p. 498-522.

11 « et se repentoit grandement en corage de che que il avoit empris celle saisson che voiage, car il veoit bien que il issoit de ses conquès à grant blasme » (XI, 127).

12 voir Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français, Paris, Hachette, 1996 (éd. orig. 1842), p. 260, 794.

13 « Seigneur venoient de tous lés si efforchiement et de si grant volenté, pour servir le roi de France, que mervelles est à considerer » (XI, 122). Cf. XI, 117, 121-122, 124.

14 Voir notamment Jean Froissart, Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, t. 1, Introduction (Première Partie), p. 280-282, 291-301 ; M. Darmesteter, Froissart, Paris, Hachette, 1894 (Les grands écrivains français), p. 46-51, 57-63 ; F. S. Shears, Froissart, Chronicler and Poet, Londres, Routledge, 1930, p. 37, 41-43 ; M.-Th. de Medeiros, « Le pacte encomiastique : Froissart, ses Chroniques et ses mécènes », Le Moyen Âge, t. 94, 1988, p. 237-255 (en particulier p. 238-241) ; G. Croenen, « Froissart et ses mécènes : quelques problèmes biographiques », Froissart dans sa forge. Actes du colloque réuni à Paris, du 4 au 6 novembre 2004, par Michel Zink, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dir. O. Bombarde, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – Collège de France, De Boccard, 2006, p. 9-32 (en particulier p. 15-20) ; J. Devaux, Froissart et les troubles de Flandre, p. 83.

15 Cf. XI, 124-125, 134.

16 « à eux assaillir, il porroit trop grandement couster de bonnes gens […] » (XI, 148).

17 Voir de même Jean Froissart, Chroniques. Livre I (première partie, 1325-1350) et Livre II, éd. P. F. Ainsworth et G. T. Diller, p. 922-924 : « Comment l’oriflambe fu desploiée, et des miracles qui furent adont veüz ». Cf. J. Devaux, Froissart et les troubles de Flandre […], p. 97-98.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540