Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Partie II. L’interdisciplinarité en traductologie : pratiques « intégrées »

Le discours sur la formation des traducteurs : au-delà des questions linguistiques, ou la quête de pertinence

Álvaro Echeverri

Résumé

Depuis que la traduction est entrée dans le contexte universitaire, les traductologues tentent de proposer la meilleure manière de former les futurs traducteurs, montrant ainsi leur souci de faire de leur discipline un champ de recherche en constant développement. Au Canada, cette préoccupation pour l’innovation est très présente dans la formation des traducteurs. Malgré d’excellents progrès dans ce sens, la recherche en pédagogie de la traduction pourrait bénéficier du lien interdisciplinaire qui peut s’établir entre la formation des traducteurs et la riche tradition de recherche en sciences de l’éducation. L’objectif de notre réflexion est, d’une part, de présenter quelques arguments en faveur d’une consolidation des liens interdisciplinaires entre la traductologie et les sciences de l’éducation, et d’autre part, d’insister sur l’importance de fonder la formation des traducteurs sur une meilleure collaboration entre les formateurs de traducteurs et les fournisseurs de services de traduction au Canada.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’évolution des connaissances sur l’enseignement de la traduction connaît une situation similaire à celle du discours traductologique en général, dont l’essor est étroitement lié aux réflexions de bon nombre de traducteurs. En effet, quelques-uns des textes clés de la traductologie font état des idées des traducteurs à propos des énigmes posées par le phénomène de la traduction. Citons à titre d’exemple La tâche du traducteur de Walter Benjamin, texte clé de la traductologie qui résulte des tribulations de l’auteur face aux défis du travail de traduction. Les premières réflexions traductologiques appartiennent à des praticiens qui décrivent ou prescrivent leur manière de traduire. Louis Kelly faisait référence à cette réalité quand il affirmait en 1979 : « Had translation depended for its survival on theory, it would have died out long before Cicero » (Kelly 1979 : 219). Dans le cas de la formation des traducteurs, on pourrait dire que si son évolution dépendait des connaissances pr...

Auteur

Est professeur agrégé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal. Sa recherche porte sur l’enseignement de la traduction, l’histoire de la traduction et la méta-traductologie. Il s’intéresse particulièrement aux approches d’apprentissage centrées sur l’étudiant et aux aspects métacognitifs de la traduction et de son apprentissage. En ce moment, il travaille à la création d’une base de données bibliographiques consacrée aux textes traductologiques traduits en anglais, en français et en espagnol depuis 1970.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search