Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Partie II. L’interdisciplinarité en traductologie : pratiques « intégrées »

De Bach à Saint Jérôme : la cognition musicale et la cognition traductionnelle dans une optique interdisciplinaire de l’enseignement et de l’apprentissage

Chantale Marchand

Résumé

Dans le monde du savoir, où l’interdisciplinarité est au centre de la discussion, on peut se poser la question suivante : comment traductologues, chercheurs en sciences de l’éducation et experts en psychologie cognitive peuvent-ils profiter d’un travail conjoint pour favoriser l’apprentissage chez les étudiants ? Déjà, des traductologues se sont intéressés à l’aspect cognitif de la traduction, comme en font notamment état les travaux de Tirkkonen-Condit (1989), de Jääskeläinen (1996, 1998) et de Gile (2005). Les recherches accomplies en ce sens ont permis non seulement de pousser la réflexion sur l’activité des traducteurs, mais également de donner des repères aux formateurs. Les chercheurs ont aussi abordé les méthodes d’évaluation et le sujet de la compétence traductionnelle. Mais que reste-t-il à accomplir ? Dans cet article, nous abordons entre autres certaines études liées à la formation et à l’apprentissage réalisées en psychologie cognitive, plus spécifiquement en cognition musicale, qui pourraient inspirer des recherches conjointes entre les traductologues, les chercheurs en sciences de l’éducation et les experts en sciences cognitives.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’est-ce qu’apprendre ? D’après Le dictionnaire actuel de l’éducation, apprendre consiste à « acquérir et développer des connaissances et des habiletés » (Legendre 2005 : 88). Pour notre part, nous proposons une n inspirée davantage du courant humaniste : apprendre, c’est partir à la recherche des autres et de soi en explorant un univers où on pourra s’épanouir et apporter sa contribution personnelle. Dans cette perspective, l’acte d’enseigner devient une entre prise de développement qui joue sur l’ensemble des dimensions humaines, qu’elles relèvent des plans cognitif, social, psychologique ou affectif. Partant, le formateur ne peut faire l’économie d’une réflexion, voire d’une autoréflexion, qui deviendra le pivot de l’enseignement, mais aussi de l’apprentissage. Il aidera les apprenants à prendre conscience de leurs forces et de leurs faiblesses, de leurs méthodes et de leurs stratégies, et, ce faisant, les outillera afin qu’ils puissent travailler dans une atmosphère de collabor...

Auteur

Doctorante en traduction à l’Université de Montréal, Est éditrice de manuels scolaires aux niveaux collégial et universitaire. Elle a aussi enseigné la stylistique et la grammaire différentielles à l’Université de Trois-Rivières et la traduction à l’Université de Montréal. La conception de manuels et la pédagogie de la traduction constituent ses deux principaux sujets de recherche. Elle s’intéresse en particulier à la dimension psychologique de l’apprentissage ainsi qu’aux thèmes de l’authenticité et de la collaboration en enseignement. Ses travaux ont été publiés dans Meta ainsi que dans Circuit, la revue de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search