Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Partie II. L’interdisciplinarité en traductologie : pratiques « intégrées »

De la subjectivité dans le langage : la voix d’Yves Bonnefoy, traducteur de Hamlet

Stéphanie Roesler

Résumé

Cet article traite de la notion de voix qui, quoiqu’employée par de nombreux écrivains ou critiques, n’est que rarement ou partiellement définie, peut-être car elle est au carrefour de diverses disciplines. Il aborde la voix de l’auteur, pour saisir plus précisément ce qu’est la voix du traducteur, en prenant l’exemple des cinq traductions du Hamlet de Shakespeare par le poète contemporain Yves Bonnefoy. Il rapproche la voix du traducteur de la notion de ré-énonciation telle que la développe Barbara Folkart dans Le Conflit des énonciations, pour finalement la définir comme la trace d’une subjectivité ré-énonciative, matérialisée dans une série de décalages avec le texte de départ. Dès lors, il fait apparaître que dans la traduction de la poésie plus particulièrement, ainsi dans la traduction de Hamlet par Bonnefoy, l’acte traducteur peut se faire non plus ré-énonciation mais recréation, c’est-à-dire écriture d’un poème nouveau, dans une autre langue, et dans lequel la voix du traducteur sera audible, de même que sa poétique propre sera sensible. Si bien que la traduction de la poésie engage, plus que tout autre type de traduction littéraire, la voix du traducteur, qui s’inscrit comme sujet dans son texte, et plus encore s’il est poète lui-même.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’entend-on exactement quand on parle de « voix », et plus précisément de la voix d’un auteur ou d’un traducteur ? Bien que le mot « voix » soit utilisé par de nombreux écrivains et critiques, il n’est nt jamais défini, qu’il s’agisse de la voix de l’écrivain ou de celle du traducteur. Cet article vise dans un premier temps à préciser ce qu’est la voix du traducteur, en ayant recours aux outils offerts par la linguistique, la sémiotique et la psychologie. Dans un second temps, il examinera la manière dont cette notion est expliquée et pratiquée par Yves Bonnefoy dans ses traductions du Hamlet de Shakespeare. Au fil de cette démarche, nous mettrons l’idée de voix en lien avec celle de ré-énonciation, empruntée à Barbara Folkart (1991) ; nous examinerons si la voix, comprise comme trace de ce que nous appellerons une subjectivité énonciative, se fait nécessairement audible dans le texte, ou si elle relève d’un travail conscient de la part du traducteur, qui cherche à se faire entendr...

Auteur

Est titulaire d’un doctorat en littérature française et traductologie de l’Université McGill, consacré aux cinq traductions du Hamlet de Shakespeare par Yves Bonnefoy. Durant son postdoctorat à l’Université Concordia, elle a élargi ses recherches à d’autres traducteurs français de Hamlet aux XXe et XXIe siècles. Elle a notamment publié des articles dans la revue TTR, dans l’ouvrage Thinking through Translation with Metaphors (2010) et dans le collectif Traduire-écrire (2012). Son premier livre, Yves Bonnefoy et Hamlet : Histoire d’une retraduction, est paru aux éditions Classiques Garnier en 2016.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search