Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Partie I. Aspects théoriques et méthodologiques

La traductologie à la croisée des chemins : guide d’orientation

Roch Duval

Résumé

Plus ou moins quarante-cinq ans après sa conception, la traductologie présente encore l’aspect d’une discipline intellectuelle constamment à la recherche d’une identité qui lui est propre et d’objectifs précis et bien définis. En raison de l’indétermination épistémologique et programmatique de la discipline, un examen critique des plus récents avatars théoriques s’impose. De fait, le discours traductologique contemporain semble davantage animé, dans un rythme d’ailleurs de plus en frénétique, par une incessante succession de turns, de réorientations à l’allure parfois arbitraire ou stochastique, d’approches ad hoc axées sur l’intégration rapide et partielle de disciplines externes, de dialogues plus ou moins fructueux entre des disciplines variées, que par la mise en place d’un solide dispositif analytique reposant sur des fondements conceptuels à la fois rigoureux et productifs issus d’une heuristique féconde. À la suite du philosophe allemand Jürgen MittelstraB, nous défendons une conception de l’interdisciplinarité forte. De manière concrète, en traductologie cela se traduit par une attitude épistémologique à la fois plus forte et plus ouverte que celle proposée par Snell-Hornby et al. (integrated approach).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans « Does Moral Philosophy Rest on a Mistake ? » (1912), Harold Arthur Prichard (1871-1947), figure séminale de la philosophie morale oxonienne de la première moitié du XXe siècle, bouleversait l’éthique contemporaine en jetant les bases du fondationnalisme. Dans la foulée de cette réorientation de la réflexion sur la morale, il remettait radicalement en question les théories alors communément admises et faisant figure de paradigmes indétrônables, notamment l’utilitarisme de Hastings Rashdall et l’intuitionnisme de G.E. Moore. La force rhétorique du projet prichardien reposait principalement sur une charge virulente contre l’état de la philosophie morale telle que pratiquée à son époque :

Probably to most students of Moral Philosophy there comes a time when they feel a vague sense of dissatisfaction with the whole subject. And the sense of dissatisfaction tends to grow rather than to diminish. It is not so much that the positions, and still more the arguments, of particular thinker...

Auteur

Traducteur du portugais, de l’allemand et de langues scandinaves, Roch DUVAL Détient un doctorat en philosophie de l’Université de Montréal. Il a récemment obtenu un second doctorat en traductologie (Université de Montréal), consacré aux « Fondements épistémologiques et préceptes esthétiques de la traductologie d’Haroldo de Campos ». Ses publications portent entre autres sur Wittgenstein et la photographie, l’anthropologie philosophique de Kant, l’interculturalité, la traduction de poèmes de Nicolaj Stochholm, et la théorie de la transfusion de Guilherme de Almeida.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search