Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Partie I. Aspects théoriques et méthodologiques

La méthode traductologique : un récit polyphonique

Nayelli Castro

Résumé

Depuis la publication de « The Name and Nature of Translation Studies » (Holmes 1972), les recherches traductologiques sont hantées par la question de la méthode. Parfois, cette méthode est empruntée à des disciplines ayant fourni les bases théoriques pour la réflexion proposée. D’autres fois, cette méthode est moulée sur la base de l’objet qu’on cherche à étudier. Souvent la méthode conçue est de nature plurielle, c’est-à-dire qu’elle intègre les outils de plusieurs disciplines dont les voix résonnent dans les approches et les contributions avancées. Cet article fait la chronique des choix méthodologiques faits pour étudier la traduction philosophique au Mexique entre 1940 et 1970. Il sera question de présenter les conséquences de ces choix et les réflexions liées à l’emprunt des outils des disciplines telles que la sociologie, l’histoire, l’analyse du discours et la traductologie. En somme, il s’agira de penser la méthode traductologique comme un récit polyphonique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

The Name and Nature of Translation Studies » de James Holmes (2004 [1972]) est aujourd’hui considéré comme une contribution fondatrice à la traductologie, non seulement parce que l’auteur y dessine l’une des premières cartes du terrain des recherches du domaine, mais également parce qu’il y modélise les perspectives d’analyse du phénomène de la traduction. En effet, dans cet article, Holmes apporte une distinction entre les approches théoriques, descriptives et appliquées, qui orienteront les regards des chercheurs pour les quarante années qui suivront.

La cartographie proposée représentait une « utopie disciplinaire » (Holmes 2004 [1972] : 172), conçue comme un « intérêt commun envers un ensemble de problèmes, d’approches et d’objectifs de recherche » qui, même partagé par plusieurs disciplines, ne pouvait pas être abordé dans le cadre des champs de savoir établis1. Le terme « utopie » semblait alors employé dans son sens étymologique (non lieu), car c’est en vertu du fait de ne pas...

Auteur

Nayelli CASTRO Est professeure adjointe au Département d’Études Latino-américaines de l’Université de Massachusetts Boston. Sa thèse de doctorat (Université d’Ottawa) a porté sur la traduction philosophique en espagnol au Mexique entre 1940 et 1970. Elle a publié sa recherche dans les revues The Translater (2013), MonTI (2012) et TTR (2012). Elle a par ailleurs dirigé le collectif Traducción, identidad y nacionalismo en Latinoamérica (2013).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search