Version classiqueVersion mobile

Pour une interdisciplinarité réciproque

 | 
Marie-Alice Belle
, 
Alvaro Echeverri

Interdisciplinarité et réciprocité : mise en contexte théorique

Marie-Alice Belle

Résumé

Il s’agit ici de replacer la diversité des pratiques de recherche illustrée par le recueil dans le cadre de la réflexion contemporaine sur les relations de la traductologie avec ses disciplines limitrophes. Alors que cette dernière s’est longtemps définie comme une discipline « importatrice » (Kaindl 1997) de concepts et de méthodologies exogènes, les développements récents de la recherche dans certains sous-domaines de la traductologie témoignent d’un début de rééquilibrage des rapports interdisciplinaires. De cette dernière tendance se dégage un nouveau profil disciplinaire pour la traductologie comme champ de recherche à l’identité bien définie, mais ancrée dans une dynamique d’ouverture et d’échanges méthodologiques et conceptuels.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien que les premières définitions de la traductologie comme une « interdiscipline » remontent aux années 1980 (Hermans 1985 ; Snell-Hornby 1988), l’ouverture généralisée des frontières disciplinaires au cours des dernières décennies s’est traduite par une réflexion renouvelée sur les modalités de la recherche en traductologie. Nombreuses en effet ont été les invitations à traverser les frontières méthodologiques et théoriques (Snell-Hornby et al. 1993 ; Hermans 2002 ; Baker 2009 ; Ricardi 2012) qu’une première génération de traductologues en mal d’identité disciplinaire avait pu s’efforcer de tracer. Ainsi, le « futur » de la traductologie au tournant du XXIe siècle semblait se placer avant tout sous le signe des approches « intégrées » (Snell-Hornby 1988 et 2006), « unifiées » (D’hulst 2006) ou « holistiques » (Tymoczko 2007), l’élargissement du champ disciplinaire – tant en termes des méthodes de recherche qu’en termes de définition même de l’objet traduction – apparaissant comme...

Auteur

Ancienne normalienne, agrégée d’anglais, Marie-Alice BELLE Est professeure agrégée en traductologie à l’Université de Montréal. Sa recherche porte sur les théories, les discours et les pratiques de la traduction en Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles, avec un intérêt particulier pour l’intersection entre l’histoire de la traduction et ses domaines connexes (histoire littéraire, études de la réception, écriture féminine, histoire du livre). Elle dirige actuellement un projet de recherche financé par le Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada sur la place des traductions dans la formation de la culture de l’imprimé en Angleterre entre 1476 et 1660.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search