Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traversée France-Angleterre du Moyen Âge à nos jours

 | 
Stéphane Curveiller
, 
Florence Hachez-Leroy
, 
Gérard Beauvillain

De Longuenesse à Bath : des moines de Saint-Bertin de Saint-Omer traversent la Manche en 944

Charles Mériaux

Texte intégral

  • 1 Folcuin, Gesta abbatum Sithiensium, éd. Oswald Holder-Egger dans MGH, SS, 13, Hanovre, 1881, p. 60 (...)

1Rédigée en 962-963 par le moine Folcuin, la chronique du monastère de Sithiu – cet établissement un peu étrange composé en réalité de deux communautés religieuses, monastique à Saint-Bertin et canoniale à Saint-Omer – s’étend longuement sur la réforme de l’établissement en 944 et sur le départ en Angleterre d’une partie de ses moines. En rapportant cet événement, Folcuin ne travaille plus seulement en historien, ce qu’il faisait jusque-là en consignant les faits et gestes des abbés, ainsi que les événements marquants de l’histoire du lieu depuis sa fondation en 654 en convoquant de nombreux documents ainsi que la tradition orale de la communauté1. Mais la réforme de 944 est le premier événement qui trouve une place dans la mémoire personnelle du chroniqueur car il s’étendit sur plusieurs années et il n’était par tout à fait achevé lorsque le jeune Folcuin franchit pour la première fois la clôture du monastère un jour d’automne de l’année 948.

La réforme de Saint-Bertin

  • 2 Sur la réforme de Gérard, en plus des contributions rassemblées dans la Revue bénédictine, 70, no  (...)
  • 3 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Arthur Giry, Maurice Prou et Georges (...)
  • 4 Il n’existe aucune source locale mentionnant l’arrivée des moines bertiniens ; sur le monastère ro (...)
  • 5 Hubert Dauphin, « Le renouveau monastique en Angleterre au Xe siècle et ses rapports avec la réfor (...)

2Revenons donc rapidement sur les événements tels que nous les expose Folcuin. Il y a, à l’origine de la réforme, une initiative du comte de Flandre Arnoul Ier (918 † 965), également abbé laïc de Sithiu. En 944, Arnoul fit appel au réformateur Gérard de Brogne (un monastère situé dans le Namurois) auquel avait déjà été confiée la réforme de Saint-Pierre de Gand2. En compagnie de moines « venus de différents monastères », Gérard s’installa à Saint-Bertin sans prendre néanmoins le titre d’abbé qui resta dans les mains du comte. Il chercha à rétablir « la règle ». Il faut donc comprendre que Gérard mit de l’ordre dans les coutumes et usages qui avaient progressivement éloigné la communauté d’une observance rigoureuse de la règle bénédictine. Mais certains moines se montrèrent réticents et le comte employa la manière forte. Le 15 avril, il expulsa purement et simplement les récalcitrants. La foule des familiers du monastère s’était rassemblée aux portes de Saint-Bertin, manifestant silencieusement sa réprobation, mais rien n’y fit. Le comte tenta une dernière fois de retenir les moines en leur promettant d’accroître les biens de la communauté en contrepartie de l’adoption de la règle bénédictine, mais il essuya un nouveau refus. Les moines demeurèrent alors quelque temps à Longuenesse où, de toute évidence, le monastère possédait toujours des biens et quelques bâtiments susceptibles de les héberger3. Il semble qu’on les informa alors du sort qui les attendait car certains, à la réflexion, décidèrent finalement de retourner à Saint-Bertin. Folcuin donne leurs noms, ce qui suggère qu’il avait pu encore, au moment où il écrivait, interroger directement ces témoins. Quant aux autres, ils embarquèrent sur un navire et traversèrent la mer. Ils auraient alors été accueillis avec bienveillance par le roi de Wessex Aethlestan qui les aurait installés au monastère de Bath4. En réalité, comme l’ont remarqué plusieurs historiens, il ne peut être question d’Aethelstan, décédé en 939, et l’on doit donc supposer que Folcuin, mal informé, a confondu le roi avec son fils et successeur Edmund5. Voici pour la première traversée.

  • 6 Guillaume de Malmesbury, Gesta regum Anglorum, éd. Roger Aubrey Baskerville Mynors et al., Oxford, (...)

3Folcuin donne ensuite une explication à la générosité manifestée par le roi anglais. Dix ans plus tôt, le propre frère d’Aethelstan, nommé Edwin, avait dû quitter précipitamment le royaume, « contraint par quelque trouble » dit vaguement Folcuin. Pris dans une tempête, l’embarcation d’Edwin fit naufrage et son corps fut recueilli et déposé à Saint-Bertin par le frère d’Arnoul Ier Adalolphe († 933) qui était alors abbé. Aethelstan aurait ensuite adressé des aumônes conséquentes à l’établissement. Dix ans plus tard, se souvenant de la sollicitude des moines de Saint-Bertin, Edmund de Wessex aurait donc à son tour accueilli avec bienveillance les moines proscrits qui se présentaient à lui. De ces événements, il faut savoir que le chroniqueur Guillaume de Malmesbury livra bien plus tard, au début du XIIe siècle, une version assez différente6. Lorsque le roi Edward décéda en 924, ses deux fils lui auraient succédé : Aethelstan (en Mercie) et Aelfweard (en Wessex) qui mourut quelques mois plus tard. Les années suivantes furent donc marquées par un conflit entre Merciens et Saxons de l’Ouest, ces derniers se rangeant derrière Eadwin un demi-frère d’Aelfwfeard. Aethelstan sortit victorieux du conflit et contraignit Edwin à quitter l’Angleterre, accompagné de son écuyer (armiger), dans une vieille barque sans rame ni rameur. Edwin périt noyé, mais l’écuyer put rapporter le corps de son maître à Wissant. Aethelstan se chargea alors d’une pénitence pour la mort de son malheureux rival. De Saint-Bertin, il n’est aucunement fait mention dans le récit de Guillaume de Malmesbury.

Traverser la Manche au milieu du Xe siècle

  • 7 Stéphane Lebecq, « Aux origines du renouveau urbain sur les côtes de l’Europe du Nord-Ouest au déb (...)
  • 8 Stéphane Lebecq, « England and the continent in the sixth and seventh centuries : the question of (...)
  • 9 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : (...)

4Folcuin ne donne aucun de détail sur la traversée des moines en 944. À quel endroit embarquèrent-ils ? On sait que, jusqu’au Ve siècle, Boulogne servait de point de passage obligé pour les liaisons à travers la Manche, mais que l’abandon de la Bretagne (insulaire) par les troupes romaines au début du Ve siècle avait provoqué le déclin du port. Entre le VIIe et le IXe siècle, Quentovic s’était progressivement imposé comme plaque tournante du trafic transmanche7. Situé plus au sud, dans la basse vallée de la Canche, sur la rive gauche du fleuve, le port de Quentovic s’étendait à l’emplacement de la commune actuelle de La Calotterie comme l’ont confirmé très récemment des sondages archéologiques. Stéphane Lebecq a supposé que, dès 605, le moine Augustin envoyé par le pape Grégoire le Grand pour convertir les habitants du Kent, avait embarqué à Quentovic8. Actif aux VIIe, VIIIe et au début du IXe siècle, Quentovic connut un déclin rapide dans la seconde moitié du IXe siècle, mais la basse vallée de la Canche ne fut pas pour autant abandonnée. Les activités portuaires se rassemblèrent autour du castrum de Montreuil. Arnoul Ier s’en empara momentanément en 939. Il en fut chassé très vite par le duc de Normandie et ne put reprendre le contrôle de la forteresse qu’en 9489. Dans ces conditions, il paraît peu vraisemblable que les moines de Saint-Bertin aient pu embarquer à cet endroit en 944.

  • 10 Flodoard, Annales, éd. Philippe Lauer, Paris, 1905, ao 936, p. 63.
  • 11 Vita Bertulfi, éd. Oswald Holder-Egger dans MGH, SS, 15-2, Hanovre, 1888, p. 633-641, c. 24-27, p. (...)
  • 12 Jean Lestocquoy, « D’Angleterre à Rome au Xe siècle », dans Études historiques dédiées à la mémoir (...)
  • 13 Voir supra n. 6.
  • 14 Hériman de Tournai, Les Miracles de Sainte-Marie de Laon, éd. trad. et notes par Alain Saint-Denis (...)

5D’ailleurs, Boulogne connaissait au même moment un nouvel essor. En 936, c’est là qu’avait débarqué le jeune Louis IV appelé par les grands du royaume à succéder au roi Raoul10. Louis IV était le fils de Charles le Simple et de la princesse Otgive, une fille d’Aethelstan. Lorsque Charles le Simple avait été écarté du pouvoir en 922, Louis IV et sa mère avaient regagné la cour du roi de Wessex. Le comte de Flandre avait alors joué un grand rôle dans les négociations qui permirent le retour du jeune souverain. D’autres petits ports des environs connaissaient aussi un certain succès. C’était vraisemblablement de Wissant que voulait s’embarquer, dans les années 930, un trafiquant de reliques nommé Electus que l’on voit dissimuler ses larcins à Audinghem avant de les faire parvenir à la cour d’Aethelstan pour les vendre11. Wissant apparaîtrait aussi plus tard, en 990, dans l’itinéraire emprunté par l’archevêque Sigeric de Canterbury pour se rendre à Rome. Ce document mentionne en effet une localité du nom de Sumeran que Jean Lestocquoy identifiait avec l’actuel hameau de Sombre12. Selon Guillaume de Malmesbury, c’est d’ailleurs sur la plage de Wissant que le corps d’Edwin se serait échoué13. L’activité de Wissant est enfin bien documentée au XIIe siècle et l’on sait qu’au printemps 1113 le port accueillit les chanoines de Laon en route vers l’Angleterre pour recueillir des dons destinés à la reconstruction de leur cathédrale14. Boulogne ou Wissant ? Il est en somme difficile d’identifier avec certitude le port qui vit passer les moines de Saint-Bertin en 944. Qu’en est-il de l’autre côté de la Manche ? La aussi, il n’est pas facile d’être affirmatif. Dès le IIIe siècle, Douvres avait connu un déclin similaire à celui de Boulogne, ouvrant la voie au développement des petits établissements portuaires voisins tels Richborough ou encore Sandwich où, déjà, avaient débarqué Augustin et ses compagnons en 597.

  • 15 Aimoin de Fleury, Vita et Passio sancti Abbonis, éd. et trad. Robert-Henri Bautier et Gillette Lab (...)

6En 985, le moine Abbon de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire, près d’Orléans) se rendit aussi en l’Angleterre et fut accueilli comme écolâtre à l’abbaye de Ramsey, mais son biographe se montre imprécis, se contentant de signaler qu’Abbon embarqua en « Morinie »15. Son témoignage n’est cependant pas sans intérêt car il se fait l’écho des dangers que représentait alors la navigation dans la Manche. En raison du mauvais temps, Abbon dut en effet rester près d’un mois à terre avant de pouvoir embarquer. Un convoi d’une dizaine de bâtiments finit par prendre la mer, mais il essuya une tempête. Seuls trois navires en réchappèrent dont celui qui transportait Abbon. Il faut dire que celui-ci, ayant aperçu des marsouins, des dauphins, des cochons marins (porcipisces) et des baleines, avait eu un pressentiment qui l’avait incité à prier ardemment saint Benoît et à obtenir de lui ce miracle. C’est en tout cas ce que veut croire son biographe.

  • 16 Bède le Vénérable, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, éd. Bertram Colgrave et Roger Aubrey Ba (...)
  • 17 Miracula Wandregisili, éd. Pierre Van den Bosch, dans AA SS, Julii 5, Anvers, 1727, p. 281-290, c. (...)
  • 18 Voir supra n. 14.

7D’autres récits témoignent des risques que prenaient les voyageurs. Au tout début du VIIe siècle, l’abbé Pierre de Cantorbéry avait fait naufrage au large d’Ambleteuse et avait péri noyé16. Au milieu du IXe siècle, un navire qui transportait le préfet Grippo avait, lui, été épargné car les marins avait aperçu in extremis le feu du phare de Boulogne restauré par Charlemagne en 811 et on attribua ce miracle à saint Wandrille dont les reliques se trouvaient alors dans l’église d’Outreau17. Il faut aussi rappeler les menaces que faisaient planer les pirates auxquels échappèrent par exemple en 1113 les clercs de Laon dont il vient d’être fait mention18. C’est donc bien peut-être lorsqu’ils apprirent qu’ils seraient exilés en Angleterre et qu’ils réalisèrent les dangers que représentait la traversée de la Manche que certains moines de Saint-Bertin préférèrent finalement rejoindre leur monastère et se soumettre à une réforme qu’ils avaient pourtant refusée avec tant d’obstination dans un premier temps. C’est en tout cas une hypothèse que l’on peut émettre à en juger par les vives appréhensions qu’avaient aussi exprimées naguère les moines romains envoyés par le pape Grégoire le Grand en Angleterre.

La Flandre et l’Angleterre au Xe siècle

  • 19 P. Grierson, « The relations between England and Flanders », n. 5, à compléter par Veronica Ortenb (...)
  • 20 Pauline Stafford, « Charles the Bald, Judith and England », dans Charles the Bald. Court and kingd (...)
  • 21 P. Grierson, « The relations between England and Flanders », n. 5, p. 73-74.
  • 22 Flodoard, Annales, n. 10, ao 939, p. 72.
  • 23 P. Stafford, « Charles the Bald, Judith and England », op. cit., n. 5, p. 74 ; voir aussi Steven V (...)

8L’exil des moines récalcitrants en 944 met enfin en lumière l’étroitesse des liens qui unissaient alors la Flandre et l’Angleterre étudiés par Philip Grierson pour la période qui précède la conquête normande de 106619. Dans son récit, Folcuin fait uniquement référence aux relations familiales qui unissaient les princes anglais (Aethelstan, Edwin et Edmund) et flamands (Adalolphe et Arnoul Ier). On rappellera en effet d’une part que Baudouin Ier avait épousé en 863 la fille du roi de Francie Charles Chauve, Judith, qui avait été auparavant mariée à deux rois anglais, Aethelwulf et Aethelbald, de telle sorte qu’elle avait joué un temps un rôle central à la cour du royaume de Wessex20. Plus important pour notre propos est l’union de Baudouin II et d’Elftrude, la fille d’Édouard l’Ancien, qui était aussi le père d’Aethelstan et d’Edwin. Mais malgré les liens familiaux noués de part et d’autre de la Manche, il semble que les relations entre la dynastie royale et la famille comtale se fussent refroidies lorsque la cour de Wessex choisit, en 939, de privilégier le soutien à Louis IV contre les princes révoltés dont faisait précisément partie Arnoul I er21. Quoi qu’il en soit, on observe de part et d’autre de la Manche une forme d’accord tacite. Au XIIe siècle, Guillaume de Malmesbury, on l’a dit, prétendit qu’Edwin avait été chassé d’Angleterre par son frère Aethelstan. Au début de l’année 939, Arnoul Ier envoya en exil en Angleterre la femme et le fils du comte Herluin qui était alors l’âme de la résistance contre les Flamands à Montreuil22. Quelques décennies plus tard, en 956, exilé par le roi Dunstan, abbé de Glastonbury, fut Eadwig et trouva refuge à Saint-Pierre de Gand23. Il semble donc que quels que fussent les sentiments changeants qu’ils aient pu nourrir les uns envers les autres, les princes anglais et flamands trouvaient finalement commode de pouvoir exiler outre Manche les laïcs et les ecclésiastiques en rupture de ban.

  • 24 Annales regni Francorum, n. 17, ao 808, p. 127.
  • 25 Folcuin, Gesta, n. 1, c. 47, p. 614.
  • 26 Philip Grierson, « Grimbald of St. Bertin’s », English historical Review, 55-220, 1940, p. 529-561

9Il est curieux de constater que Folcuin ne fait aucune allusion aux liens qui existaient aussi entre Saint-Bertin et l’Angleterre. Pourtant, dès le début du IXe siècle, on voit l’abbé Nantaire agir comme ambassadeur au service de Charlemagne24. En 820, Louis le Pieux confia l’abbaye à un Anglo-Saxon disciple d’Alcuin, un certain Fridugise25. Vers 886, le moine Grimbald de Saint-Bertin se rendit à la cour d’Alfred le Grand et travailla à la traduction du Liber Pastoralis de Grégoire le Grand. Le roi lui proposa le siège de Cantorbéry qu’il refusa, tout en acceptant cependant l’abbatiat du New Minster de Winchester qu’il conserva jusqu’à sa mort en 90126.

  • 27 H. Dauphin, « Le renouveau monastique », n. 5 ; Guy Lanoë, « Approche de quelques évêques moines e (...)
  • 28 H. Dauphin, « Le renouveau monastique », n. 5, p. 188.
  • 29 Richard Gameson, « L’Angleterre et la Flandre aux Xe et XIe siècles : le témoignage des manuscrits (...)

10En somme, l’existence de relations anciennes entre le comté de Flandre et le royaume de Wessex, entre Saint-Bertin et l’Angleterre, suggère que l’accueil des exilés avait été préparé de part et d’autre de la Manche. Ces derniers eurent d’ailleurs la possibilité d’emporter leurs affaires et des manuscrits. Nul ne devait donc ignorer en Angleterre que l’on s’apprêtait à accueillir des moines hostiles à la réforme de Gérard de Brogne, qui plus est dans un monastère royal. C’est dire qu’ils n’étaient sans doute pas dénués de qualités et qu’il convient de relativiser la situation qui régnait à Saint-Bertin avant 944. Cependant, une génération plus tard, un tel événement n’aurait pu se reproduire. Sous le règne d’Edgar (957 † 975) en effet les milieux ecclésiastiques anglais s’enthousiasmèrent pour la réforme monastique et s’inspirèrent des expériences menées sur le continent, principalement à Fleury (grâce à Abbon) et en Flandre27. En 957, Dunstan revint de Saint-Pierre de Gand où il avait mûri des projets de réforme. Il les mit aussitôt à exécution une fois installé comme archevêque de Canterbury (959). Le vent de réforme fut ensuite porté par la composition d’une nouvelle législation monastique, la Regularis concordia adoptée au concile de Winchester vers 973. Bath semble avoir été touché au début des années 960 et, avec Dom Dauphin, on aimerait bien savoir quelle fut alors la réaction des moines bertiniens qui y vivaient peut-être encore28. En tout cas, on comprend aisément pourquoi les sources anglo-saxonnes ne cherchèrent pas à conserver le souvenir de l’arrivée des moines flamands à Bath. Notre seul informateur sur ce point est Folcuin. On comprend aussi pourquoi il n’y eut pas, par la suite, de relations privilégiées entre les deux établissements. Bien plus tard, lorsqu’en 1077 l’abbé Seiwold fut contraint de quitter Bath en raison de la conquête normande, ce n’est pas à Saint-Bertin qu’il trouva refuge, mais à Saint-Vaast d’Arras, emportant avec lui plusieurs manuscrits dont certains avaient déjà traversé la Manche en 94429 !

Annexes

Annexe : Traduction du chap. 107 des Gesta abbatum Sithiensium de Folcuin (éd. O. Holder-Egger, p. 628-629)

[107] La conversion des moines à la vie régulière

Arnoul, abbé et comte, dont il a été question, déplorant que la vie monastique, qui avait fleuri à cet endroit aux premiers temps grâce aux efforts de saint Bertin, était désormais détruite, entreprit de restaurer la religion originelle et de rendre à ce lieu la noblesse d’une sainteté ancienne. Pour cette raison, il fit appel à un certain abbé Gérard et, au cours de bons entretiens, chercha à trouver un accord avec les moines. Comme ceux-ci s’entêtaient et ne cédaient ni au moyen de flatteries, ni sous les menaces, il leur ordonna de quitter le monastère en l’an 944 de la naissance salutaire du Seigneur Jésus Christ, le 17 des calendes de mai [le 15 avril]. Il confia l’établissement à l’abbé Gérard – qui était alors le premier et presque le seul en ces temps reculés à observer la vie régulière dans les régions occidentales – ainsi qu’à des moines venus de différents monastères afin qu’il fût gouverné selon la règle.

Un grand nombre de gens étaient rassemblés pour assister à cet événement. Ils éprouvaient une grande douleur à la vue du départ des moines et versaient des larmes. On pouvait voir le trouble des familiers de ce monastère et du reste de la population qui manifestaient contre le comte et les moines réguliers. Mais le comte, s’approchant de ceux qui partaient, leur demanda de revenir en promettant de leur donner tous les biens nécessaires à condition que, de retour dans leur monastère, ils acceptent d’observer la règle monastique. Et ceux-ci, persévérant dans leur refus, s’éloignèrent, suivis d’une foule nombreuse. Ils demeurèrent quelque temps dans un domaine du monastère nommé Longuenesse. Néanmoins, peu après, la plus grande partie d’entre eux embarqua sur un navire et fut envoyée de l’autre côté de la mer.

Le roi Adalstenus les reçut avec bienveillance et leur concéda aussitôt le monastère appelé Ad Balneos [Bath] principalement pour la raison suivante : le frère de ce même souverain illustre, le roi Edwinus, avait été enterré au monastère de Saint-Bertin. L’an 933 du Verbe incarné, ce même roi Edwinus, contraint par quelque trouble dans son royaume, voulut s’embarquer et gagner en bateau une région au-delà de la mer. Une tempête s’éleva dans laquelle fut pris le navire ; le roi sombra au milieu des vagues. Son corps fut rejeté sur le rivage et le comte Adalolfus, parce qu’il était son parent charnel, le recueillit avec honneur et l’apporta au monastère de Saint-Bertin pour qu’il y fût enterré. Après la mort de son frère, le roi Adalstenus envoya à cette communauté de nombreux présents en aumône pour [le salut de] son frère et, pour cette raison, il accueillit volontiers les moines qui se présentèrent à lui. Le reste des moines, dont le cœur fut touché par la grâce divine, adoptèrent la règle monastique et revinrent au monastère. Il s’agit de Engelandus, qui avait été prévôt auparavant, de Grimbaldus et Drohtuinus, deux vénérables vieillards, puis d’Adalolfus et Galandus, de Sigwinus, de Suavinus, de Vulfricus, de Sigebaldus et d’Adalgerus.

Alors, parce que l’abbé Gérard était à la tête d’un monastère du nom de Blandin, situé à Gand [= Saint-Pierre], et qu’il ne pouvait gouverner en personne l’un et l’autre, le gouvernement de la vie régulière [à Saint-Bertin] fut confié, sur ordre du comte et avec l’accord de l’abbé Gérard, à un certain Agilo, moine de Saint-Èvre de la cité de Toul, ainsi qu’au moine Womar du monastère de Blandin qui ne reçurent pas le titre d’abbé. Quelque temps après, Agilo mourut. À la demande de Gérard et avec l’accord du comte Arnoul, Wido, le neveu de ce même Gérard, fut consacré abbé dans ce monastère, l’an 947 de la naissance du Seigneur. À cette époque, un enfant du nom de Wago fut offert au monastère comme moine oblat par son père Odo de la cité de Montreuil. Plus tard, ce même abbé Wido, parce qu’il suivait trop l’enthousiasme d’une vaine jeunesse, fut dénoncé au comte, privé de son abbatiat et envoyé au monastère de Saint-Bavon [à Gand]. Cependant Womar gouvernait le monastère sous la férule de la règle. À cette époque, moi Folcuin, qui écris ces lignes, je fus amené ici, venant du royaume dit de Lothaire par mon père Folcuin – dont j’ai déjà parlé plus haut – et ma mère Thiedala, l’an 948 de l’année de l’incarnation très salutaire de Notre Seigneur Jésus Christ, le jour de la fête de l’élévation de saint Bertin qui suit la fête de la Toussaint30. Offert à saint Bertin, je suis devenu moine – hélas, j’en ai seulement l’apparence.

Notes

1 Folcuin, Gesta abbatum Sithiensium, éd. Oswald Holder-Egger dans MGH, SS, 13, Hanovre, 1881, p. 606-635, c. 107, p. 628-629 pour le passage qui sera commenté dans cet article ; sur Folcuin et ses Gesta, en attendant la publication de l’étude de Laurent Morelle, Autour de Folcuin de Saint-Bertin, mémoire inédit d’habilitation, Université de Paris I, 2001, voir L. Morelle, « Diplomatic culture and history writing : Folcuin’s cartulary-chronicle of Saint-Bertin », Representing history (900– 1300). Art, music, history, éd. Robert A. Maxwell, Philadelphie, 2010, p. 53-65.

2 Sur la réforme de Gérard, en plus des contributions rassemblées dans la Revue bénédictine, 70, no 1, 1960, des travaux de Dom Misonne désormais réunis dans Réformes monastiques entre Escaut et Moselle du Xe au XIIe siècle. Travaux réunis à l’occasion de ses 75 ans, Maredsous, 2001 (= Revue bénédictine, 111, no 1-2) et de la thèse d’Alain Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse (VIIe -XIe siècles). Contribution à l’histoire religieuse des campagnes du haut Moyen Âge, Sigmaringen, 1985, p. 229-247, on verra Steven Vanderputten et Brigitte Meijns, « Gérard de Brogne en Flandre. État de la question sur les réformes monastiques du Xe siècle », Revue du Nord, sous presse.

3 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Arthur Giry, Maurice Prou et Georges Tessier, Paris, 1943-1955, vol. 2, no 430, p. 462 : en 877, l’abbaye possédait à Longuenesse sept manses avec leurs dépendances et leurs esclaves.

4 Il n’existe aucune source locale mentionnant l’arrivée des moines bertiniens ; sur le monastère royal de Bath, voir la notice de la Blackwell encyclopedia of Ango-Saxon England, éd. Michael Lapidge et al., Oxford, 1999, p. 54.

5 Hubert Dauphin, « Le renouveau monastique en Angleterre au Xe siècle et ses rapports avec la réforme de saint Gérard de Brogne », Revue bénédictine, 70, 1960, p. 177-196, p. 177 ; Philip Grierson, « The relations between England and Flanders before the norman conquest », dans Essays in medieval history selected from the Transactions of the royal historical Society on the occasion of its centenary, dir. Richard W. Southern, Londres et al., 1968, p. 61-92, p. 47.

6 Guillaume de Malmesbury, Gesta regum Anglorum, éd. Roger Aubrey Baskerville Mynors et al., Oxford, 1998-1999, vol. 1, c. 139, p. 226.

7 Stéphane Lebecq, « Aux origines du renouveau urbain sur les côtes de l’Europe du Nord-Ouest au début du Moyen Âge. Les emporia des mers du Nord », dans Les villes romaines du nord de la Gaule. Vingt ans de recherches nouvelles, éd. Roger Hanoune, Villeneuve d’Ascq, 2007, p. 485-491.

8 Stéphane Lebecq, « England and the continent in the sixth and seventh centuries : the question of logistics », dans St Augustine and the conversion of England, éd. Richard Gameson, Stroud, 1999, p. 50-67.

9 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, 2004, p. 148-152.

10 Flodoard, Annales, éd. Philippe Lauer, Paris, 1905, ao 936, p. 63.

11 Vita Bertulfi, éd. Oswald Holder-Egger dans MGH, SS, 15-2, Hanovre, 1888, p. 633-641, c. 24-27, p. 635-636 (composée entre 1073 et 1088, cette biographie de saint Bertulphe de Renty prétend se fonder sur un libellus perdu).

12 Jean Lestocquoy, « D’Angleterre à Rome au Xe siècle », dans Études historiques dédiées à la mémoire de M. Roger Rodière, Arras, 1947, p. 35-40, p. 40 ; Veronica Ortenberg, Archbishop Sigeric’s journey to Rome in 990, Anglo-Saxon England, 19, 1990, p. 197-246.

13 Voir supra n. 6.

14 Hériman de Tournai, Les Miracles de Sainte-Marie de Laon, éd. trad. et notes par Alain Saint-Denis, Paris, 2008, l. II, c. 4, p. 165-167.

15 Aimoin de Fleury, Vita et Passio sancti Abbonis, éd. et trad. Robert-Henri Bautier et Gillette Labory (avec la collaboration d’Anne-Marie Bautier et de Jean Dufour), dans L’abbaye de Fleury en l’an mil, Paris, 2004, c. 4, p. 53-55.

16 Bède le Vénérable, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, éd. Bertram Colgrave et Roger Aubrey Baskerville Mynors, Oxford, 1969, l. I, c. 33, p. 114-116.

17 Miracula Wandregisili, éd. Pierre Van den Bosch, dans AA SS, Julii 5, Anvers, 1727, p. 281-290, c. 25, p. 287 ; Annales regni Francorum, éd. Friedrich Kurze, Hanovre, 1895 (MGH, SRG [6]), ao 811, p. 135.

18 Voir supra n. 14.

19 P. Grierson, « The relations between England and Flanders », n. 5, à compléter par Veronica Ortenberg, The english Church and the continent in the tenth and eleventh centuries. Cultural, spiritual, and artistic exchanges, Oxford, 1992, p. 21-40.

20 Pauline Stafford, « Charles the Bald, Judith and England », dans Charles the Bald. Court and kingdom, éd. Margaret Gibson et Janet Nelson Aldershot, 1990, p. 139-153.

21 P. Grierson, « The relations between England and Flanders », n. 5, p. 73-74.

22 Flodoard, Annales, n. 10, ao 939, p. 72.

23 P. Stafford, « Charles the Bald, Judith and England », op. cit., n. 5, p. 74 ; voir aussi Steven Vanderputten, Canterbury and Flanders in the late tenth century, Anglo-Saxon England, 35, 2006, p. 219-244.

24 Annales regni Francorum, n. 17, ao 808, p. 127.

25 Folcuin, Gesta, n. 1, c. 47, p. 614.

26 Philip Grierson, « Grimbald of St. Bertin’s », English historical Review, 55-220, 1940, p. 529-561.

27 H. Dauphin, « Le renouveau monastique », n. 5 ; Guy Lanoë, « Approche de quelques évêques moines en Angleterre au Xe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 19, 1976, p. 135-150 ; Catherine Cubitt, « The tenth century benedictine reform in England », Early medieval Europe, 6, 1997, p. 77-94.

28 H. Dauphin, « Le renouveau monastique », n. 5, p. 188.

29 Richard Gameson, « L’Angleterre et la Flandre aux Xe et XIe siècles : le témoignage des manuscrits », dans Les échanges culturels au Moyen Âge, actes du 32e congrès de la SHMESP (Boulogne-sur-Mer, juin 2001), Paris, 2002, p. 165-206, à la p. 181, en a identifié un : l’actuel ms Arras 764 (I) qui contient des œuvres exégétiques de Raban Maur ; sur Seiwold et sa bibliothèque, voir toujours Philip Grierson, « Les livres de l’abbé Seiwold de Bath », Revue bénédictine, 52, 1940, p. 96-116.

30 Cette fête n’est attestée dans aucun des livres liturgiques ou calendriers anciens qui ne retiennent que la depositio de Bertin le 5 septembre et sa translatio le 16 juillet.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540