Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

Épilogue

Texte intégral

  • 1 « L’Âtre », Rue de St Pol ; puis, à partir de novembre 51, villa « Les Bécots », 29 rue de St Orner (...)

1Au lendemain des funérailles Sarah et sa mère partirent sur la Côte d’Azur. Plusieurs mois. Comme elles avaient dit : « Plus jamais Wasquehal ! », elles décidèrent : « Plus jamais "la Maison dans la dune" ! » Le 1er juillet, elles rentrèrent au Touquet, mais dans une villa de location1.

***

2En 1949, le nouveau contrat passé entre l’écrivain et son éditeur prévoyait la parution de « quatre oeuvres, plus "Le Nazaréen", dans les dix années à venir ». Van der Meersch n’avait plus rien produit. Thérèze et Sarah trièrent les manuscrits.

3 La Compagne pouvait très vite compléter la trilogie de La Fille pauvre. Il y eut pourtant des réticences : le 14 mars 1952, Sarah répondait à une demande de R. Esménard : « Ma mère relit La Compagne et vous donnera une réponse courant semaine prochaine ». Et le 27 mars, Thérèze avouait : "Mon mari était en train de remanier ce manuscrit. Pour des raisons d’ordre intime, je voudrais attendre encore quelques mois (car vous savez que ce livre est une confession). Il m’est pénible de le voir paraître sans avoir bien pesé tout ce qui découlera inévitablement de douloureux pour ma fille dans cette mise en lumière de toute ma vie (...) Seules les souffrances qui peuvent toucher Sarah me font reculer..."

4Albin Michel eut la délicatesse d’attendre jusqu’en 1955.

5 Pourquoi j ai écrit Corps et Ames pouvait former un ouvrage copieux et bien charpenté. Et Thérèze dit : « Mon mari tenait à la publication de ce travail ». Le Docteur Schlemmer, successeur du Docteur Carton, relut le manuscrit qui fut édité en 1956.

6 Enfin Masque de chair, ce cri d’angoisse d’un homosexuel, dont le chanoine Tiberghien suggérait qu’il restât en tiroir – et Maxence le lui avait promis – fut édité en 1958, quinze ans après sa rédaction : le contexte sociologique était tout autre.

***

7Tout n’était pas réglé pour Valère. Il manquait bien une signature. Non adopté, l’enfant n’héritait pas, n’était qu’un étranger. Le protocole était pourtant trop avancé. « Les dames Van der Meersch furent astreintes à payer les frais de son éducation ».

  • 2 Les Échos du Touquet, 31 juillet 1982.
  • 3 Valère était aussi reçu chez M. et Mme Poupart, « Les Colonnes ». au Touquet.

8Le 17 mai 1953, Valère Van der Meersch fit sa communion solennelle à la paroisse du Touquet. Fin septembre, Valère Cousin entra comme pensionnaire dans une école technique du Midi. Il ne revit plus Thérèze ni Sarah après 1956. En février de cette année-là, Thérèze écrivait : « J’ai trouvé pour Valère un pensionnat privé dans les Alpes Maritimes, dont la Directrice est cartonnienne. Il est paresseux. C’est un enfant qui me cause de grandes inquiétudes pour l’avenir. Je sors de tout cela épuisée, et Sarah ne veut plus en entendre parler. C’est notre conseiller financier qui fera désormais le nécessaire. »« Rejeté par sa tutrice et livré à lui-même, Valère a mené une vie aventureuse que nous avons su surveiller », témoigne M. Leprêtre2. Valère resta en liens affectueux avec celui-ci, ainsi qu’avec l’Abbé Bille, le vicaire de la paroisse. Il mourut à Nice, le 2 juillet 19933.

***

9Sarah et sa mère vécurent ensemble, rompirent peu à peu toutes relations et voyagèrent beaucoup. Thérèze mourut au Touquet le 7 janvier 1978. Son corps revint au cimetière de Mouvaux. Sarah n’assista pas aux obsèques de sa mère et il n’y eut aucune cérémonie religieuse, mais un prêtre ami bénit le cercueil.

10Sarah mourut à Wasquehal le 2 avril 1998.

Notes

1 « L’Âtre », Rue de St Pol ; puis, à partir de novembre 51, villa « Les Bécots », 29 rue de St Orner, dont elles changèrent l’appellation : « Villa les Roses ». Le 30 juillet 1952, Sarah annonçait aux Editions Albin Michel : « Nous avons acheté à mon nom une maison à payer par mensualités ; notre adresse est : "L’Empreinte”, boulevard d’Artois ». « La Maison dans la dune » fut vendue avec, dans le cahier des charges, l’obligation d’en changer le nom ; elle devint « Sand hill ».

2 Les Échos du Touquet, 31 juillet 1982.

3 Valère était aussi reçu chez M. et Mme Poupart, « Les Colonnes ». au Touquet.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search