Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

La Petite Sainte Thérèse

Texte intégral

1À partir de 1941, on le sait, la pénurie de papier amène les éditeurs à favoriser les petits formats, les 40 ou 80 pages.

  • 1 Rappelons qu’il fréquente alors Jacqueline Vincent, de la famille carmélitaine, auteur d’une Sainte (...)

2Albin Michel lance la collection « Pages Catholiques » sous la direction de l’Abbé Englebert. Invité à y collaborer, Maxence pense en même temps à La vie du Curé d’Ars et à une vie de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus1.

3Un 80 pages serait vite réalisé, mais tout est dit sur la Petite Carmélite ; il faudrait une approche plus neuve, une biographie moins stérilisée.

  • 2 Le P. François de Ste Marie relèvera 7000 varia entre l’ouvrage édité en 1898 et les manuscrits ori (...)

4L’écrivain a lu L’Histoire d’une Âme, écrite par Sainte Thérèse, mais revue, tronquée, corrigée par trois personnes au moins : la sœur de Thérèse, Mère Agnès, a supprimé les détails trop intimes de la vie familiale, ré-écrit les confidences trop personnelles ; la Mère Marie de Gonzague a fait remanier l’ensemble des textes, de manière à ce que l’auteur s’adresse à elle, sa prieure, et qu’elle soit l’interlocutrice de choix ; et Dom G. Madelaine, un Prémontré de l’Abbaye de Mondaye a corrigé style et orthographe, a réclamé qu’on scinde le texte en chapitres. On ne peut plus appeler cela une autobiographie.2

  • 3 Fasquelle, 1937.

5Maxence reçoit « l’idée du livre », l’inspiration, en découvrant La Petite Sainte Thérèse de Lisieux de Lucie Delarue-Mardrus.3

6En 1926, un Capucin, le Père Ubald d’Alençon, dans un article pour La Revue franciscaine, avait fait état des confidences de Mère Agnès lors du « Grand Procès » de 1915 pour la béatification de sa sœur. Elle avait alors déposé trois mémoires. Le premier, « Dans quel milieu Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus s’est sanctifiée au Carmel de Lisieux », n’était guère tendre pour la prieure d’alors, ni pour son Carmel. L’indiscrétion « malencontreuse » du Père Ubald a été immédiatement sanctionnée par ses supérieurs, mais Lucie Delarue-Mardrus a hérité de ses travaux, et fait de la « Petite-Sainte-à-la-pluie-de-roses » une héroïne face à des souffrances volontairement infligées.

  • 4 La Petite Sainte Thérèse, p. 245.
  • 5 Ibid., p. 250.

7Et pourquoi ne peut-on pas lire L’Histoire d’une Âme dans le texte authentique ? Et pourquoi les clichés des photographies retouchées de la Sainte sont-ils inabordables ? Les appels à la vérité historique sont jusqu’ici restés sans écho, inaudibles parmi les chuchotements des communautés religieuses. Van der Meersch, le premier, ose, pour le grand public, soulever le masque angélique dont on a recouvert la jeune Normande : « Il faut bien que se dissipe la fade légende de la docile petite sainte à la pluie de roses, aux vertus douceâtres et moutonnières (...) Dût cette réhabilitation étonner quelquefois ! »4 Le premier, il ose dénoncer l’extraordinaire camouflage des photographies de la sainte, retouchées par Céline : « le visage a été étiré, estompé, adouci et voilé d’ombres savantes ; on a grandi et élargi le regard, arrondi et amolli la joue... On est arrivé au total à quelque chose de romantique à souhait, à une image très approchée des vierges raphaëliques. »5

  • 6 Ibid., ?. 231.

8Révéler le réalisme d’une vie conventuelle ; plaider la cause de la vérité, de l’authenticité ; camper une jeune fille courageuse, une Carmélite audacieuse, une Thérèse de chair et de sang et annoncer une sainteté « qui s’accommode de toute la misère de notre cœur »6, voilà de quoi faire un bon livre ! Van der Meersch y travaille avec enthousiasme. « D’ici quelque temps, vous aurez Sainte Thérèse », annonce-t-il à son éditeur au dernier jour de l’année 1941 (et il s’exclame, se rendant compte soudain de la date : « Sapristi ! Bonne Année !) Mais le livre sera trop gros pour les "Pages Catholiques" : il fera environ deux cent cinquante pages. »

  • 7 Van der Meersch à Esménard, 15 mars 1945. Voir plus haut les difficultés de publication de Femmes à (...)

9Alors ce sera une publication normale, qui attendra des jours meilleurs. Et pour la collection des petits formats, on demandera à l’Abbé Combes, professeur à l’institut Catholique, une Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face toute classique, dans la tradition carmélitaine. En début 1945, le manuscrit de Van der Meersch est bouclé, mais passera après Femmes à l’encan. « Je vous expédie les deux manuscrits ; faites pour le mieux ! »7

  • 8 En la seule année 1909-1910, on distribue 183 500 images de la petite Thérèse. En 1910 « 6 000 exem (...)
  • 9 La Petite Sainte Thérèse, p. 248.

10 Comme pour La Vie du Curé d’Ars, Van der Meersch souhaite obtenir l’imprimatur des autorités religieuses. Il s’est rapproché des Dominicains du Saulchoir pour la mention préliminaire, le nihil obstat. Le Père Chenu a levé les bras au ciel : Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus appartient au Carmel de Lisieux, où vivent encore deux de ses sœurs : Pauline – Mère Agnès – Prieure à vie, qui mourra en 1951, et Céline – Sœur Geneviève de la Sainte Face – qui disparaîtra en 1959. Elles ont obtenu la canonisation de leur petite sœur et sont à l’origine de toutes les fondations réclamées par le développement du pèlerinage, en particulier de l’Offïce Central, chargé des éditions, des publications et du rayonnement spirituel de la Sainte. Elles ont largement diffusé la biographie expurgée de Thérèse8, et maintes fois elles ont commenté cette Histoire d’une Âme. Elles ont aussi fourni toute l’iconographie thérésienne : photographies revues et grattées et, de préférence, multiples portraits qui présentent « une synthèse consciencieuse et étudiée avec le plus grand soin des meilleurs éléments fournis par les photographes. »9 Bref, tout ce qui concerne Thérèse est trésor du Carmel de Lisieux. N’y touche pas qui veut !

11Van der Meersch aurait dû s’en douter qui, demandant avec candeur des photos pour illustrer son ouvrage, a été « courtoisement » éconduit. Et les ecclésiastiques qui parcourent le manuscrit pour délivrer un nihil obstat se récusent immédiatement.

  • 10 Le Père Philippe de la Trinité, provincial des Carmes.

12Maxence s’était aussi tourné vers les supérieurs du Carmel en France. Il s’en ouvre à Albin Michel et l’éditeur semble pousser un soupir de soulagement : « Ce que vous dites de Sainte Thérèse de Lisieux m’intéresse beaucoup. Je vous approuve d’avoir exposé vos idées au Père Philippe10 afin de vous sentir dégagé moralement de toute appréhension et d’être à même de faire taire les voix qui s’élèveraient au lendemain de la sortie du petit livre », lui écrit R. Esménard le 24 octobre 1944.

  • 11 Van der Meersch à Robert Esménard, 10 Mai 1945.
  • 12 Ibid.. 30 juin 1945.

13Six mois plus tard, Van der Meersch lui signale qu’il frappe toujours à la même porte : « Imprimatur. Ne rien faire. J’écris au Père Philippe, provincial des Carmes. Nous aboutirons plus aisément par ce canal. »11 Et encore : « Le Père Philippe devrait avoir les épreuves de La Petite Sainte Thérèse. »12

  • 13 Ibid., 30 mars 1946.

14Quand Sainte Thérèse laisse passer devant elle Femmes à l’encan, Maxence redemande le texte. « Je voudrais relire Ste Thérèse. Renvoyez-moi le manuscrit pour mise au point et question imprimatur », demande-t-il le 22 janvier 1946 ; et puis il signe le bon à publier, lance consciemment le brulôt : « Un ami chanoine, professeur de théologie en faculté de Lille, aime bien Sainte Thérèse, mais déconseille l’imprimatur. "On abîmerait le livre". Je m’en passerai donc. »13

  • 14 Cf. texte complet de la lettre à Robert Esménard, p. 192-193.

15On le voit, l’écrivain et son éditeur connaissent la force explosive de la biographie. Eux, et d’autres. On sait. « Je suis asticoté par un quarteron de théologiens et je n’en vois plus l’issue... » écrit Van der Meersch à Esménard à la Noël 1946. Mais « La Vérité délivre », et « Celui qui fait la vérité arrive à la lumière ». Maxence « ne peut pas ne pas parler » et le seul problème qui reste alors à résoudre est celui du droit de tous à la vérité : il faut que tous puissent le lire. « Le livre, me dit-on, va provoquer un petit scandale (vous savez que je ne l’ai pas cherché). On va le lire. On ne va plus le trouver (...) C’est une question d’honnêteté, de bonne foi envers le public. Je vous demande un effort désespéré pour une réédition dans les trois mois qui suivront le lancement. »14

16La vérité, il ne s’agit pas de la taire, il s’agit que tous aient le droit de l’entendre.

***

  • 15 Van der Meersch à Esménard, 6 février 1947. La photo aurait été trouvée par Benjamin, et Maxence dé (...)

17La mise en page. La couverture et le titre. Les illustrations. Pour la première fois, elles sont indispensables. Van der Meersch invite le lecteur à comparer photos et peintures. Il se doit de les lui présenter : « J’achève les épreuves. Ni Fasquelle ni le Carmel de Lisieux n’ont voulu permettre reproduction de photos. J’en ai une, personnelle. Peut-on la reproduire dans le bouquin ? Je vous l’envoie à tout hasard. Demandez qu’on me la retourne. Elle est inédite. C’est Sainte Thérèse sur son lit de mort. J’y tiens beaucoup ! »15

  • 16 Lettre à Albin Michel, 10 juin 1942.
  • 17 La Petite Sainte Thérèse, p. 165-166.
  • 18 Ibid., p. 166.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 171.
  • 21 Ibid., p. 177.

18La Petite Sainte Thérèse sort en juillet 1947. « Seul comme un ours »16, à Cucq-Trépied, Maxence est face à face avec la mort. II garde l’ouvrage en sous-main. Il en relit parfois quelques lignes, en laisse l’écho retentir dans son propre destin : « Ses forces peu à peu s’en vont (...) On la voit qui décline »17 ; « C’est l’hémoptysie, le premier crachement de sang. Elle le devine dans l’obscurité »18 ; « Cette heure dramatique où la mort vient de lui donner son premier et solennel avertissement. »19 ; « De plus en plus, on remarque son amaigrissement, sa pâleur, les ravages du mal sur sa carcasse délabrée »20 ; « Toute cette existence qui s’était voulue si haute, si éclatante, si fulgurante, va s’achever (...) l’impression d’un immense naufrage, d’un immense échec. »21 Et puis il se secoue, se reproche cette complaisance morbide.

***

  • 22 Lettre au Chanoine Tiberghien, sans date (1947 ?).
  • 23 Abbé Combes, La Petite Sainte Thérèse de Maxence Van der Meersch devant la critique et devant les t (...)
  • 24 Pierre Blanchard, Année théologique, Tome 9 (1948).

19 La Petite Sainte Thérèse est en librairie. Fortes ventes, et vives réactions, dans les deux sens : « Beaucoup d’excellentes lettres de prêtres et de religieux sur Sainte Thérèse. Ce livre fait du bien, est bien accueilli. »22 Même les critiques négatives reconnaissent : « Captivant par son accent passionné, le livre consacré par Van der Meersch à la Sainte de Lisieux s’est conquis l’audience la plus large... »23 Et, pour conclure les célébrations du 50e anniversaire de la mort de la Sainte : « La Petite Sainte Thérèse de Maxence Van der Meersch a été le plus grand évènement littéraire de l’année thérésienne. »24

20Et d’autre part, de violentes critiques.

  • 25 Jean Vinatier. Mère Agnès de Jésus. Éditions du cerf, 1993, p. 200.

21Le Carmel de Lisieux se sent frappé de plein fouet. La Mère Agnès revit les affres qu’elle a connues en 1926, lors de l’affaire du Père Ubald : « La prieure se rendit compte du faux-pas accompli par elle. Ce qui était écrit sous le sceau du serment était écrit et contresigné par d’autres sœurs ! Elle avait oublié de situer les faits dans leur contexte. Cette accumulation de griefs [contre la Prieure et le Carmel de Lisieux au XIXe siècle] était trop impressionnante. Elle eut beau essayer de rétablir les faits, de rappeler qu’on peut toujours trouver à redire dans la vie des Saints... »25 Rien n’y fit.

  • 26 Ibid., p. 255.

22Ce n’est qu’en publiant les textes authentiques de Sainte Thérèse que la vérité historique pourrait reprendre ses droits. Dès le 14 août – moins d’un mois après la sortie de La Petite Sainte Thérèse –, Monseigneur Picaud et le Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus insistaient auprès de Mère Agnès pour que l’intégralité des trois manuscrits autobiographiques fût publiée. On tergiversa, alléguant le grand âge de la prieure à qui on demandait cet abandon. Le 2 novembre 1950 Mère Agnès dit à Sœur Geneviève : « Après ma mort, je vous charge de publier les manuscrits en mon nom. »26 Ils parurent en 1956 ; les photographies non retouchées formèrent, en 1960, le recueil intitulé : Le visage de Sainte Thérèse.

***

  • 27 Ibid., p. 223.

23Et puis, on pense à protéger les jeunes de la Mission de France. Pour rechristianiser les banlieues, le Cardinal Suhard avait créé cette école de formation, aidée spirituellement et matériellement par le Carmel de Lisieux. La Maison Saint Jean, toute proche, accueillit en 1942 les premiers séminaristes. « C’est tout à la fois le séminaire du Cardinal et celui de Mère Agnès »27

  • 28 Ibid., p. 249.
  • 29 Abbé Combes, « Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus », Bonne Presse, 1949, p. 275.

24Cette jeunesse n’a pas toujours « le calme serein et les manières policées en usage au Carmel ». « On les entend parfois se moquer avec humour des exagérations de quelques pèlerins : « Ici, pavé foulé par la Sainte »... « Ici, on peut voir le paysage contemplé par la Sainte... »28 Avec quelle fougue aveugle n’allaient-ils pas se précipiter sur la scandaleuse biographie ? « Dans la mesure où les séminaristes et les prêtres de la Mission de France accepteraient (...) le message thérésien tel que Maxence Van der Meersch l’interprète et le présente (...) dans cette mesure même ils saboteraient leur formation spirituelle... »29

***

25Pour mener la lutte, il y a l’Abbé Combes.

  • 30 Paul Vignaux, cité par Claude Langlois dans Thérèse et ses théologiens, p. 138.
  • 31 Claude Langlois, « L’Abbé Combes, théologien et historien de Thérèse », Colloque Sainte Thérèse, Ac (...)
  • 32 Lettres de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Lisieux, O.C.L., 1948, Préface.

26 Historien, érudit, « connaisseur hors pair des XIVe et XVe siècles »30, ce médiéviste, chargé de conférences à l’institut Catholique depuis 1943, devient un spécialiste de Sainte Thérèse de Lisieux en 1945 : il la choisit cette année-là comme thème de son cours public. En 1946, il s’installe à Lisieux pour de longs mois, et écrit plusieurs ouvrages sur Sainte Thérèse et sa spiritualité. Il sollicite à chaque fois l’accord du Carmel : la mention « soigneusement revu et corrigé par le Carmel de Lisieux » lui est une sorte d’imprimatur – et il devient peu à peu la voix officielle des Sœurs de Thérèse. Pourtant « la lune de miel entre Combes et le Carmel fut brève »31 : en 1950, c’est la rupture. Mais l’Abbé Combes garde ses titres bien après qu’il a quitté « l’emploi » : il se dit encore chercheur au C.N.R.S. alors qu’il est déjà à l’institut, se présente encore en 1947 comme Professeur à l’Université Catholique de Paris32 et ne met ses lecteurs au courant de sa mise à l’écart par le Carmel qu’en 1954.

27Pour la célébration du cinquantenaire de la Mort de Sainte Thérèse, l’ Abbé Englebert lui demande un « petit format », dans la collection des « Pages Catholiques ». Avec Ed. Pognon, le spécialiste des recherches thérésiennes rédige Sainte Thérèse de T Enfant-Jésus et de la Sainte Face.

28Un 64 pages ! qui n’a aucune allure face à La Petite Sainte Thérèse de Van der Meersch, qui sort en même temps, aux mêmes éditions ! Cette concurrence « que l’Abbé Combes juge déloyale », qu’il ressent comme une humiliation, sera une force supplémentaire pour son combat.

***

29Le 24 août 1947 dans la Revue d’Histoire de l’Église de France, André Combes fait de l’ouvrage de Van der Meersch une critique historique vinaigrée ; et récidive, cette fois par une critique doctrinale, dans La Vie spirituelle de novembre. Le persiflage en est agaçant ; on sent bien que ce ne sont que premières passes d’armes.

30Dans l’hebdomadaire Carrefour, en octobre, Maxence a pu redire le fond de sa pensée : « La sainteté est à portée de tous (...) Dans ce déclassé, dans cet adultère, dans cet inverti, disons-le audacieusement, il y a assez pour faire un saint. »

  • 33 Michel Spanneut, Encyclopédie : Catholicisme hier – aujourd’hui – demain à : Van der Meersch (Maxen (...)

31« Cette foi en la vocation universelle à la sainteté est l’expression la plus frappante du christianisme généreux de Maxence Van der Meersch. »33

Notes

1 Rappelons qu’il fréquente alors Jacqueline Vincent, de la famille carmélitaine, auteur d’une Sainte Thérèse en 1934.

2 Le P. François de Ste Marie relèvera 7000 varia entre l’ouvrage édité en 1898 et les manuscrits originaux.

3 Fasquelle, 1937.

4 La Petite Sainte Thérèse, p. 245.

5 Ibid., p. 250.

6 Ibid., ?. 231.

7 Van der Meersch à Esménard, 15 mars 1945. Voir plus haut les difficultés de publication de Femmes à l’encan.

8 En la seule année 1909-1910, on distribue 183 500 images de la petite Thérèse. En 1910 « 6 000 exemplaires du livre s’envolent » (J. Baudry, « Les premières éditions de l’Histoire d’une Ame ». Colloque de 1997. Thérèse et ses théologiens, p. 54). 9 traductions avant 1905. Thérèse sera canonisée en 1925. La demande en avait été acceptée en 1908.

9 La Petite Sainte Thérèse, p. 248.

10 Le Père Philippe de la Trinité, provincial des Carmes.

11 Van der Meersch à Robert Esménard, 10 Mai 1945.

12 Ibid.. 30 juin 1945.

13 Ibid., 30 mars 1946.

14 Cf. texte complet de la lettre à Robert Esménard, p. 192-193.

15 Van der Meersch à Esménard, 6 février 1947. La photo aurait été trouvée par Benjamin, et Maxence dédie La Petite Sainte Thérèse à la mémoire de son père. Le cliché a été détruit par le Carmel, qui dit que cette photo aussi était retouchée.

16 Lettre à Albin Michel, 10 juin 1942.

17 La Petite Sainte Thérèse, p. 165-166.

18 Ibid., p. 166.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 171.

21 Ibid., p. 177.

22 Lettre au Chanoine Tiberghien, sans date (1947 ?).

23 Abbé Combes, La Petite Sainte Thérèse de Maxence Van der Meersch devant la critique et devant les textes, éd. St Paul, 1950.

24 Pierre Blanchard, Année théologique, Tome 9 (1948).

25 Jean Vinatier. Mère Agnès de Jésus. Éditions du cerf, 1993, p. 200.

26 Ibid., p. 255.

27 Ibid., p. 223.

28 Ibid., p. 249.

29 Abbé Combes, « Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus », Bonne Presse, 1949, p. 275.

30 Paul Vignaux, cité par Claude Langlois dans Thérèse et ses théologiens, p. 138.

31 Claude Langlois, « L’Abbé Combes, théologien et historien de Thérèse », Colloque Sainte Thérèse, Actes, Institut Catholique de Toulouse, novembre 1997. Thérèse et ses théologiens.

32 Lettres de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Lisieux, O.C.L., 1948, Préface.

33 Michel Spanneut, Encyclopédie : Catholicisme hier – aujourd’hui – demain à : Van der Meersch (Maxence), Tome xv, p. 690. Cf. aussi du même auteur, Van der Meersch discuté, op. cité.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search