Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

1939 – La guerre

Texte intégral

  • 1 Maître Gaston Rohart.

1« 12 octobre 1939 – Mon cher Gaston1

2Hélas, oui, quelle faille dans nos vies. Je l’avais dès longtemps prévue, tout en la niant jusqu’à la dernière seconde. À quoi bon décourager les gens de la vie ? Maintenant le voile est tombé. Je vais t’envoyer La Maison dans la dune, puis, en novembre, Pêcheurs d’hommes qui paraît quand même.

3Pour l’instant, je ne suis pas rappelé et je m’embête. Je vais me donner au journalisme, je pense, pour la durée de la guerre si personne n’a besoin de moi. Il y a encore des vérités à dire. Il y en aura surtout après la victoire. »

  • 2 25 octobre 1939, à Albin Michel : « Je ne suis pas encore fixé sur mon sort ; j’attends Messieurs l (...)

4Six semaines après la déclaration de guerre, Van der Meersch piaffe2. Bien qu’exempté de service militaire, il pourrait, répète-t-il, assurer un travail de bureau : en septembre 1938 déjà, lors de la crise tchécoslovaque, il a fait une démarche dans ce sens auprès des services d’état-major.

5Cette guerre réveille en lui les douloureux souvenirs de 14-18 : restera-t-il donc encore « en marge » ?

  • 3 Tout reprendra en 1940 : Annie Ducaux et Ginette Leclerc se joindront alors à Blanchette Brunoy. L (...)

6Dans la même semaine, il se rend à Bondues, où les premiers contingents de l’armée britannique sont arrivés le dimanche précédent. Il raconte à tante Julia le tournage du film d’après L’Empreinte du dieu : les prises de vue, au mois d’août, sur les bords de la Lys à Armentières et au moulin Deschodt, et à Ghyvelde et à Bruges et Anvers. Les jeunes cousines s’intéressent aux acteurs : Pierre Blanchar, Jacques Dumesnil ou Pierre Larquey ; Max avoue que la réalisation est bien compromise : Dita Parlo et Mila Parely ont dû quitter la France ; tout est interrompu3.

  • 4 Centre de Recherches de la Soie & des Industries Textiles (CRSIT). Pêcheurs d’hommes est dédié « à (...)
  • 5 Lettre à Tante Julia, Noël 1939.

7 Maxence annonce aussi le départ du chanoine Pinte : il quitte le Nord pour fonder à Lyon un centre de recherches4 : « Il va beaucoup nous manquer, à Père et à moi ; mais je suis en même temps plus rassuré de le voir s’éloigner : en cas d’invasion, les Allemands n’en feraient qu’une bouchée ! »5

  • 6 Le 17 janvier 1940, il envoie à Albin Michel deux nouvelles : « Maman de guerre » (qui pourrait ser (...)
  • 7 Lors de l’invasion allemande de mai 1940, le ménage Van der Meersch prit lui aussi le chemin de l’e (...)

8Van der Meersch ne fut pas mobilisé et ne fit pas de journalisme : à nouveau il prit des notes, décrivit des personnages, enregistra des témoignages6 ; une fois encore il accumula des documents pour « des idées de livres ». Et une fois encore il se laissa prendre tout entier par l’événement : comme la rencontre de Thérèze, comme la grève aux Longues-Haies ou le coup de sonnette des jocistes, il accueillit le malheur, le reconnut et se livra à lui. Il ne fut pas « en marge »7.

***

9Sans faire partie d’un mouvement précis de résistance, Van der Meersch se conduisit en patriote tout au long de la guerre ; modeste, discret, il savait se montrer décidé, s’affichait quand c’était nécessaire.

10Hébergea-t-il un soldat anglais après la débâcle de 1940 ? Rien n’est sûr. Mais en septembre il chercha à faire teindre en noir un blouson militaire anglais qu’il aimait beaucoup et en fit changer les boutons. Ainsi transformé, il le porta toute la guerre.

  • 8 Van der Meersch écrira à ses cousins, le 15 octobre 1944 : « Nous voilà libres ! Quel soulagement ! (...)

11En janvier 1941, avant le jour, trois Allemands en uniforme et un civil vinrent sonner Quai des Alliés. Maxence, imprudemment, avait jeté sur les épaules le fameux blouson pour aller leur ouvrir. Il fut tout de suite bousculé et invectivé, mais les Allemands ne prêtèrent pas attention au vêtement suspect : ils venaient interroger l’écrivain, lui sembla-t-il, à propos d’invasion 14 et des prénoms juifs « nombreux dans sa famille et dans ses romans : Benjamin, Sarah, Judith, Siméon ». Van der Meersch se défendit en souriant, évoqua son origine flamande, cita les prénoms d’autres personnages : Karelina, Maria ou Wilfrida. Ils lui signifièrent la « mise à l’index » d’Invasion 14, interdit de vente, et se retirèrent en promettant qu’ils reviendraient. Cet incident marqua profondément Van der Meersch : « Ils se sont conduits en occupants, méprisants et méprisables ; ils me donnaient envie de me battre »8, dira-t-il plus tard.

  • 9 Mouvement Voix du Nord. Chef de groupe : Capitaine Charlet (Charles Eeckoudt) à partir d’avril 1943 (...)

12En mars 1943, Henri, un petit cousin de Bondues, s’évada d‘un camp de prisonniers en Haute-Silésie et revint au village. Tout de suite recherché par la police et les Allemands, il s’enrôla dans la Résistance. Agent de renseignements dans deux mouvements différents9, toujours en route, il avait multiplié les points d’escale. Le Quai des Alliés était du nombre, avec une issue de secours vers la rue Lamartine. Un jour de juin 44, il passa en coup de vent : « Je crois qu’ils m’attendent du côté des Trois Suisses, et j’ai un message urgent à faire parvenir à Lille. Peux-tu m’en débarrasser ?

13– Ne me dis rien que je puisse répéter, conseilla Maxence : quand on ne sait rien, c’est plus facile de tenir sa langue. Mais donne-moi le papier et l’adresse. J’y vais.

14– Pars en Mongy, c’est plus sûr. Tu iras rue Gantois, à Lille, en face d’une école, numéro 126, au premier étage ; tu demandes "Tante Blanche" ou "Tante Margot" et tu leur donnes ce paquet de cigarettes. Prends aussi des allumettes, pour faire plus vrai. »

15Maxence fut très fier, quelques jours plus tard, de capter sur Radio-Londres le message personnel : « Le Tordu se redresse ». C’était l’accusé de réception de « sa marchandise ».

***

  • 10 War Office : mouvement de Résistance mené par Michel Trotobas. très actif dans le nord de la France (...)
  • 11 Cf. Rémy, Avec les Ch ’timis. éd. France Empire, 1974, p. 200 -205.

16En juin 1944, pour mettre à sec les canaux de la région et les rendre impraticables, le W.O Sylvestre-Farmer10 décida de faire sauter les écluses et de couler des péniches au travers de ces voies d’eau. Raymond Denancy en prit l’initiative et le 28 juillet, « avec le plein accord de l’apparente victime, coula une péniche chargée de charbon en plein travers du canal, face à la grue Vermeulen, au Blanc-Seau, le bief de partage. Avant de procéder à ce sabotage l’équipe des résistants du quartier, parmi lesquels le célèbre romancier Maxence Van der Meersch, s’était employée à transporter sur la berge les meubles du marinier pour les sauver de la destruction, puis la péniche fut envoyée par le fond. »11

17Les meubles du marinier furent entreposés dans le garage du Quai des Alliés ; Maxence y rangea lui-même, méthodiquement, les éléments de meubles et de caisses... Il suait à grosses gouttes, s’asseyait parfois pour reprendre haleine, mais son visage était rayonnant ; il pesait alors 44 kilos.

***

18Van der Meersch publia plusieurs articles dans la presse clandestine. Trois jours après l’aventure de la péniche, Nord-Libre proposait « L’homme traqué », qui décrit les dangers vécus quotidiennement par « le Tordu » et ses amis. Le 5 septembre, toujours dans Nord-Libre, un autre article s’intitule « Ceux de la Résistance ». Il est précédé d’une note : « Cet article, rédigé il y a une quinzaine de jours, était destiné à un organe de notre presse clandestine. En le publiant aujourd’hui au grand jour, nous nous réjouissons de montrer à quel point la pensée française s’est associée de cœur et d’action dans le combat pour la libération ».

***

  • 12 Nord-Eclair, 11 janvier 1945.

19Enfin, en janvier 1945, le groupe O.C.M. (Organisation Civile et Militaire) de la Résistance délégua Van der Meersch pour le représenter au Comité de Libération. La presse qui annonce cette nomination ajoute « le nouveau délégué est pleinement qualifié : il a durant l’occupation protégé les réfractaires et n’a pas marchandé son aide précieuse aux Mouvements de prisonniers. »12

20Ainsi divers mouvements de résistance : Voix du Nord, F2, W.O., O.C.M. reconnaissent que Van der Meersch les aida sans hésiter et tout simplement, en bon Français. Les œuvres de solidarité peuvent en témoigner, elles aussi : l’écrivain se donna à fond, et avec passion. Il écrit au Chanoine Pinte, en octobre 1942 : « Vous ne pouvez penser à quel point la vie d’ici est épuisante, sans un répit, au milieu des tristesses universelles et des égoïsmes, des jouissances affichées juste à côté des pires détresses. Quelle leçon, quelle invitation à la charité (...) Pour qui sait voir, de telles époques éduquent l’âme incomparablement. Comme la guerre nous aura été utile à Thérèze et à moi. Elle nous aura fait comprendre la charité. On travaille, on garde courage... »

***

  • 13 Albin Michel lance alors la collection « Pages catholiques », sous la direction d’Omer Englebert. L (...)
  • 14 Son image d’ordination (8 juillet 1906) est illustrée par le portrait du Curé d’Ars.
  • 15 C’est peut-être cette générosité qui a valu à Van der Meersch l’étiquette de « pétainiste », que lu (...)

21Dès sa création, le Secours National eut besoin d’argent. Le Délégué départemental, Thellier de Poncheville, s’adressa aux Van der Meersch. Maxence accepta de mener une action de groupe et spectaculaire. Il choisit d’écrire une biographie du Curé d’Ars13. St Jean-Marie Vianney était très honoré du Chanoine Pinte14. Ars est à 35 kms de Lyon et l’homme de science habite désormais Ecully, la paroisse où le Curé d’Ars fit son « apprentissage ». Le 10 octobre 1941, l’écrivain se mit à l’œuvre, rédigea en dix jours une quarantaine de pages, obtint le nihil obstat du Père Chenu le 22 février 1942. Albin Michel acceptait l’édition et la menait rondement ; les textes manuscrits, corrections et notes furent présentés dans un étui de maroquin grenat réalisé par Lecocq, relieur à Roubaix, avec sur chaque plat un dessin à la pointe d’argent signé André Missant. Il fut mis aux enchères en octobre 1942, au profit du Secours National15.

22Les prisonniers de guerre réclamaient des livres : lectures, discussions et conférences aidaient à tuer le temps. Un des titres les plus demandés fut Pêcheurs d’hommes. Quand Maxence l’apprit, il s’en félicita mais décida de verser chaque mois dans la caisse du Secours National l’équivalent des droits d’auteur sur cet ouvrage : « Je ne veux rien gagner sur cette vente : ce serait une prise de guerre ! »

23Il considère les femmes de prisonniers de son quartier comme ses sœurs, leur envoie des gâteries pour leurs réunions, écrit une saynète pour l’arbre de Noël de 1942. Elle s’intitule « La lettre du Prisonnier », sera jouée au Blanc-Seau, soulevant une vive émotion, et paraîtra dans La famille des prisonniers. Il participe à la création d’un bulletin de liaison entre elles : À l’espère, il en rédige les éditoriaux : « Ce que le monde espère de vous » ; et il les interroge et les charge de mission : « invasion 40 ? mais vous êtes dans le coup ! et en première ligne ! J’écris, mais c’est vous qui vivez, vous qui dictez ! »

  • 16 « Vieux » édité par la Maison du Vieillard, 82 rue de l’Ommelet à Roubaix, 1943.

24Il est vivement touché aussi par la misère des personnes âgées, sans autres ressources que le Bureau de bienfaisance, et qui mendient, ou « revendent leur ticket de beurre, pour payer leur charbon ». Il s’active à créer « La Maison du Vieillard » à Roubaix, qui organise des parrainages : « de quoi assurer à votre filleul un repas par jour, aux soupes populaires. Ça coûte huit francs, quarante-huit francs par semaine. C’est tout. Dimanche il n’y a pas de cantine (...) Vous avez l’adresse de votre filleul ; vous irez le voir ; vous sortirez de chez lui honteux et heureux. » Pour faire connaître cette initiative, il écrira une plaquette d’une vingtaine de pages : « Vieux »16.

***

25En 1939, la guerre a disloqué une famille du quartier : le père mobilisé, puis prisonnier, la mère dérive dans la débauche, disparaît puis réapparaît avec un amant de passage, abandonnant ses trois enfants. L’aîné se débrouille, la plus jeune, encore un bébé, est recueillie par une parente ; reste le petit René qui, à quatre ou cinq ans, est livré à lui-même. Alors Maxence vient le chercher et l’emmène chez lui, rassuré, heureux.

  • 17 Témoignage de René Vanderschaeghe.

26René sautant sur les genoux de Maxence ; René, juché sur le dos du gros chien, pour une séance d’équitation ; avec Maxence, on va saluer Alphonse le grutier, et on a le droit d’aller dans la cabine qui tourne ; avec Maxence, on va porter le panier de linge chez la repasseuse, près du Pont des Voyous ; au passage, on fait la grimace à Marie des Alliés dont le nez est rongé par un chancre ; et on peut jouer sans bruit dans le bureau avec le gros tampon-buvard en guise de tank, et on admire respectueusement la plume d’oie de l’écrivain ; enfin, on apprend à nager dans le canal, grâce à Maxence qui bricole des flotteurs : deux jerricans vides qu’on s’accroche aux épaules17.

27En 1944, papa revient d’Allemagne et reprend son garçon ; on laisse Maxence en proie à la lancinante nostalgie d’un fils.

Notes

1 Maître Gaston Rohart.

2 25 octobre 1939, à Albin Michel : « Je ne suis pas encore fixé sur mon sort ; j’attends Messieurs les médecins du Conseil de Réforme. Mais ça ne me dirait rien d’aller garder un viaduc ! »

3 Tout reprendra en 1940 : Annie Ducaux et Ginette Leclerc se joindront alors à Blanchette Brunoy. L ’Empreinte du dieu sortira à Lille, au Cinéac. le 31 mai 1941.

4 Centre de Recherches de la Soie & des Industries Textiles (CRSIT). Pêcheurs d’hommes est dédié « à Monsieur le chanoine Jules Pinte ».

5 Lettre à Tante Julia, Noël 1939.

6 Le 17 janvier 1940, il envoie à Albin Michel deux nouvelles : « Maman de guerre » (qui pourrait servir de thème à un film) et « Le droit de mourir » (qui paraîtra dans Paris-Soir).

7 Lors de l’invasion allemande de mai 1940, le ménage Van der Meersch prit lui aussi le chemin de l’exil. Son périple dura quatre mois : le 24 mai, ils sont à « l’abri en Anjou » ; en juillet, chez Maître Moithy, en Charente Maritime. Au retour, ils sont un temps coincés dans un camp de réfugiés à Trappes (le courrier est à expédier au Pensionnat Ste Marie, à Trappes, Seine et Oise). Le 19 septembre, ils sont rentrés à Wasquehal.

8 Van der Meersch écrira à ses cousins, le 15 octobre 1944 : « Nous voilà libres ! Quel soulagement ! (...) Nous pouvons enfin entendre une voiture s’arrêter sans dire "Ce sont eux !", sans jeter un coup d’œil pour vérifier que la cabane est bien inhabitée. Je puis enfin écrire tout ce que je veux sur mes carnets sans avoir à les cacher chaque soir en lieu sûr ! »

9 Mouvement Voix du Nord. Chef de groupe : Capitaine Charlet (Charles Eeckoudt) à partir d’avril 1943. Et Mouvement F2 (Polonais), agent P1 à partir de septembre 1943.

10 War Office : mouvement de Résistance mené par Michel Trotobas. très actif dans le nord de la France entre 1940 et 1944. On disait aussi le Réseau Sylvestre-Farmer.

11 Cf. Rémy, Avec les Ch ’timis. éd. France Empire, 1974, p. 200 -205.

12 Nord-Eclair, 11 janvier 1945.

13 Albin Michel lance alors la collection « Pages catholiques », sous la direction d’Omer Englebert. La Vie du Curé d’Ars en est le 10e ouvrage. Roger Vercel sera l’auteur du n° 14 : Le Bienheureux Charles de Blois. La Petite Sainte Thérèse aurait dû faire partie de la collection.

14 Son image d’ordination (8 juillet 1906) est illustrée par le portrait du Curé d’Ars.

15 C’est peut-être cette générosité qui a valu à Van der Meersch l’étiquette de « pétainiste », que lui ont collée plus tard des critiques qui n’avaient pas vécu la guerre. Van der Meersch, tout simplement, « acceptait] d’être un naïf ». (Préface à L ’Almanach paroissial de Redon, 1949).

16 « Vieux » édité par la Maison du Vieillard, 82 rue de l’Ommelet à Roubaix, 1943.

17 Témoignage de René Vanderschaeghe.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search