Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

Quelques proches

Texte intégral

  • 1 « Illuminations et sécheresses », Études Carmélitaines, octobre 1937, p. 66.

1« L’idée d’un livre me vient comme au hasard. Une rencontre, une conversation, une lecture... »1

  • 2 Van der Meersch qualifiera ce feuilleton historique de « médiocre ».
  • 3 « La Concubine » restera longtemps en chantier : il est encore cité dans le contrat de 1949 avec l’ (...)
  • 4 In « Les Amis de Lille », mars 1936.
  • 5 On publiera après sa mort : Pourquoi J’ai écrit Corps et Ames, 1956.

2Si, dans cette période comprise entre le Concourt et la guerre, entre 1936 et 1939, il n’y eut que L’Élu qui fût édité, Van der Meersch réalise dans cette même période un travail considérable de documentation et de manuscrits autour « d’idées de livres ». En moins de trois ans, il fournit une douzaine de gros articles ou de nouvelles à divers journaux, remplit un carnet de notes : « Corsaires », qui prépare un feuilleton de deux cents pages sur « le Roi de la Course : Jean Bart »2. Il annonce un « Byron », un ouvrage sur la J.O.C. – ce sera Pêcheurs d’hommes – et « Médecine » : « Je travaille toujours à ce fameux bouquin (...) je ne suis pas sûr qu’il naisse viable », écrit-il le 15 août 1938. Il ébauche un roman : « La Concubine »3., deux pièces de théâtre : « Don Juan » et « Enchères », avec un commissaire-priseur et des antiquaires. En outre, pour se libérer de l’angoisse engendrée par des critiques trop acerbes, il prend l’habitude de s’imposer des réponses calmes, pertinentes, rédigées, même s’il les garde inédites : attaqué dans un article virulent4« Invasion 14- Pourquoi pas Kermesse 14 ? », il remplit tout un cahier : « Pourquoi j’ai écrit Invasion 14 » qui reste en tiroir. De même, il rédige « Pourquoi j’ai écrit L’Élu » et utilise cette étude dans une des nombreuses conférences qui lui sont demandées, ici à l’Université Catholique de Lille, le 2 décembre 19375.

  • 6 Le 18 avril 1947.

3Ce travail quotidien, intense, se coince dans un horaire précis et rigoureux. Rendez-vous et sorties sont programmés : le Chanoine Pinte, membre actif de nombreuses commissions d’études et de recherches doit répondre à de multiples engagements et vient moins régulièrement partager le déjeuner dominical. Son influence sur les Van der Meersch reste très forte : Maxence lui donne le titre de Père. « Père », à égalité, en contrepoids avec Benjamin. A la mort de celui-ci (1946) l’écrivain désignera par testament le Chanoine Pinte comme tuteur de ses enfants : « En tout cas, si (...) il arrivait de la casse, appelez Sarah et Valère près de vous. Achetez-leur une petite maison et veillez sur eux (...) A quand la joie d’embrasser notre père ? »6

  • 7 L’Abbé M. Dillies, vicaire au Blanc-Seau, lui envoya un jeune de la paroisse. Marc Vanhaecke, pour (...)

4Les dimanches où le savant ne vient pas, Maxence, après le repas, tente une réussite à deux jeux de cartes, dont il a inventé les règles et qui occupe encore une fois les deux lits rassemblés ; s’il a un partenaire, il fait une partie d’échecs7. Aux beaux jours, il part assister à des séances de dressage de chiens, ou chiner dans les braderies de quartier : « Je ne manque pas une vente. Je puis du reste y étudier à loisir les choses et les gens ».

  • 8 À propos de La Petite Sainte Thérèse, on reprochera à Van der Meersch d’avoir ainsi « vulgarisé » l (...)
  • 9 Lettre du 10 janvier 1941 à Mademoiselle Ricour, et lettre du 28 décembre 1946 à M. et Mme Langrand (...)

5Le Chanoine Tiberghien est l’hôte du jeudi soir. Promoteur de l’École Supérieure de Journalisme, ce prêtre issu d’une famille d’industriels est un vétéran du catholicisme social. Il a encouragé la J.O.C. dans le diocèse (1926) et a fortement contribué à la création de l’école des Missionnaires du travail. Professeur aux Universités Catholiques de Lille, il souhaite vivement rencontrer l’auteur de L’Élu et demande au Chanoine Pinte de le présenter. Sa fougue et sa fantaisie amusent Van der Meersch, et sa directivité, sa primarité inciteront Maxence à se croire investi d’une mission d’écrivain chrétien. Comme il a eu le souci de vulgariser la culture – tous les jeunes de cette époque ont lu sa plaquette : « Comment se cultiver » –, il pousse Van der Meersch à faire du bien par ses livres8. Peu à peu, Maxence et Thérèze prennent l’habitude de moraliser, de jouer parfois aux conseillers spirituels. À une jeune fiancée, en juillet 1941, Thérèze envoie six pages sur la « vocation » du mariage et les renoncements de l’épouse : « On trouve Jésus partout » écrit-elle. Elle récidive en 1946, dans une lettre de félicitations à la même, devenue mère de famille ; et Maxence ajoute en post-scriptum « Ma femme fait des sermons mieux que moi. »9

  • 10 Curé de Bondues de 1883 à 1896. Il ne fit pas l’unanimité dans le village.
    Dans ces discussions. Va (...)

6Benjamin, si friand des repas avec l’Abbé Pinte, n’apprécie guère le Chanoine Tiberghien. Il n’assiste pas aux veillées du jeudi soir, axées souvent sur des thèmes de morale conjugale ou sociale : « Il me rappelle le Curé Feuillet10 », grogne-t-il. « Les soirs sont faits pour la lecture, ou pour le jeu, ou pour les femmes. Ce chanoine est encore plus bavard que son Maître ; il troublerait ma digestion ».

7L’influence du Chanoine Tiberghien sur les Van der Meersch fut incontestable et durable : « Vous ne me quittez jamais sans me laisser enrichi », lui écrit Maxence (19 février 1943).

***

8Les autres amis prennent rendez-vous ; ils sont d’ailleurs très peu nombreux et les relations épistolaires sont préférées aux visites.

9Maxence dédicace volontiers ses ouvrages pour d’anciens condisciples du lycée. Il écrit longuement à l’un d’entre eux, Marcel Jacquemart, à qui il fait aussi cadeau de manuscrits, et en 1945, d’une page de brouillon : « Tu l’inséreras dans "Invasion 40" quand celui-ci paraîtra ».

10Maître Gaston Rohart est le collaborateur du Barreau et son avocat suppléant. « Soyez tranquille, dit Maître Van der Meersch à ses clients, je vous confie à un autre moi-même ».

  • 11 2 décembre 1937 : « Jeune homme, si tu avais le don de Dieu, tu ne gaspillerais pas ces richesses q (...)

11C’est un véritable ami, qui l’invite à des conférences à l’université catholique de Lille. Van der Meersch y rencontre Pierre-Henri Simon, qui y enseigne de 1928 à 1939 ; il aime l’ambiance créée par ces jeunes intellectuels fiers de leur foi : « Vous avez de la chance, leur dit-il ; vous avez été "élus" de par votre naissance et votre éducation ; ne galvaudez pas cette grâce ».11

12En octobre 1939, Maxence écrira à Maître Rohart mobilisé : « Il n’y aura désormais de résurrection pour nous (la France) que dans le catholicisme. Tu as été et tu es encore de ceux qui aident à me confirmer dans cette pensée et je t’en remercie (...) Cette épreuve, n’est-ce pas, nous aura encore rapprochés en nous éloignant. En toute affection à toi ».

***

  • 12 C’est Van der Meersch à Simons (lettre non datée).

13Parmi les grands amis de Van der Meersch il y eut d’abord Simons : l’artiste lillois au parler savoureux, à la grande culture et aux dons multiples, le « fils de notre peuple », qui partageait la même pudeur, la même volonté farouche de préserver son intimité, la même tendresse pour les petites gens. Simons et Van der Meersch. Lequel dit de l’autre : « Simplicité naturelle sans affectation, sans modestie non plus ? » Tous deux ont conscience de leur génie. Et qui dit à l’autre « Vieux grand homme, (...) un soleil de Van Gogh c’est bien plus ennoblissant pour l’esprit que tant de fadaises bondieusantes »12 ?

  • 13 Lettre non datée. 1947 ?

14On se traite de « bizuth », et de « vieux mécréant », et puis on avoue : « Tes aquarelles, elles m’ont fait mal à regarder. C’est Roubaix et son peuple. Il n’y avait que toi pour faire ça. J’ai retrouvé mes tendresses, mes colères et mes enthousiasmes d’il y a vingt ans. tout ce qui m’a fait tant aimer ce monde ouvrier avec ses misères et ses grandeurs. Je quitte le Nord. C’est un crève-coeur encore plus grand depuis que je regarde ces images »13.

  • 14 11 fit aussi sept gouaches pour Invasion 14. dont l’édition de luxe fut abandonnée.
  • 15 Cf. p. 217.

15Simons illustra d’aquarelles et de gouaches les éditions de luxe de Quand les sirènes se taisent et de L’Empreinte du dieu14. Et quand il fut question d’un film d’après Quand les sirènes se taisent, Van der Meersch écrivit à Simons : « Parlé de toi et Line Dariel pour « les sirènes ». C’est d’accord. Un rôle à elle et toi « Assistant metteur en scène ». Qu’il est dommage que ce projet n’ait pas abouti.15

  • 16 « Printemps », un récit de Van der Meersch dans sa chronique in : Moteurs et cycles, mai 1918.

16 Chaque matin, après deux heures de travail, vient le moment des courses et de la visite à son père. Maxence empoigne le sac à provisions de toile cirée noire, y fourre les manuscrits du jour enveloppés de journal, hésite à changer de chaussures, s’entoure le cou d’une longue écharpe chiffonnée en ficelle et s’éloigne le long de la berge. « Un chaland passe, silencieux, tiré par son tracteur électrique ronronnant comme un gros insecte. Au câble d’acier pendent de longues chevelures ruisselantes arrachées au fond du canal. Et les pêcheurs, des têtes connues, des figures de Roubaisiens, des visages qui me reviennent, lèvent leur gaule, pas trop contents, et me regardent en clignant de l’œil comme pour me dire : « – Hein ! quelle patience il nous faut, à nous autres ! Ça ne devrait-il pas être défendu ? »16

17Sur le pont du Blanc-Seau, il est dépassé par un jeune cycliste, qui le reconnaît, n’ose pas saluer, mais plusieurs fois, de loin, se retourne sur sa selle, longuement.

  • 17 « Van der Meersch passait devant ma fenêtre, car il faisait lui-même ses courses à la boucherie ou (...)

18La rue de Mouvaux est animée : c’est l’heure des courses pour tout le monde. Aux fenêtres, des rideaux se soulèvent17 ; l’épicerie de la rue de l’Église est fermée : les Huleux, le couple âgé qui en était tenancier, ont pris leur retraite sur place et vivotent, occupant la boutique sans l’avoir transformée : l’ouverture de la porte actionne toujours la sonnette, le vieux appuie ses coudes sur le comptoir pour fumer sa pipe, et devant les rayonnages vides la vieille tricote de ses doigts usés et maigres comme des pattes d’insecte agile.

  • 18 Le peintre et sculpteur Missant (1908-1977) fera plusieurs portraits de Van der Meersch et de Thérè (...)

19Ils ne vendent plus rien, mais Maxence ne passe pas dans leur rue sans entrer les saluer, écouter une bonne blague du vieillard, ou lui en apprendre une autre. Et puis, par la rue du Presbytère, il arrive très vite à l’entreprise ; rue Favreuil, avant d’embrasser Père, il aura le bonjour amical de Mademoiselle Lucie – pardon, de Madame Missant – dont le regard appuyé lui rappellera que son artiste de mari a bien envie de l’avoir pour modèle18.

  • 19 De son quartier et de sa région. Il s’efforce de rendre service : « Un de mes amis organise une ven (...)
  • 20 Il est aussi scrupuleusement respectueux de ses lecteurs : après la parution de Pêcheurs d’hommes, (...)
  • 21 Témoignage de M. et Mme Langrand-Ricour.

20Ainsi Van der Meersch est de son quartier19. Nul ne connaît plus son enfance, à part les souvenirs d’école, et sa vie privée est toute secrète : on ne s’en rend pas compte, parce qu’il écoute. Il fait parler. Ses romans circulent de maison à maison, de client à client parfois dans les cabarets ; il est leur grand homme, qui sait dire, lui, ce qu’ils vivent. Et il se sent à l’aise dans ce milieu modeste, s’ingénie à faire plaisir20, comme s’ils étaient de la famille : « Au printemps 1941, alors que le ravitaillement devenait très difficile, Van der Meersch nous invita à nous joindre à la promenade familiale du soir. En quittant la maison, il emporta un panier qu’il maniait avec précaution ; tout en bavardant, nous fîmes le tour du quartier. De temps à autre, l’écrivain se détachait du groupe, nous précédait, allait taper du doigt sur le volet ou la vitre d’une fenêtre : l’habitant, sans doute accoutumé à ce signal, entr’ouvrait sa porte, et Maxence lui glissait dans la main un ou deux oeufs frais ; Des œufs de Pâques !" leur soufflait-il, et puis nous rejoignait, se mêlait de nouveau à la conversation. »21

***

  • 22 28 juin 1943. Le fils de Roger Vercel fait alors ses études de médecine.

21Albin Michel s’occupe des romans à envoyer aux autres écrivains, en hommage d’auteur. Maxence y souscrit docilement. Les « grands » : Malraux, Mauriac ou Jules Romains ont droit à une dédicace toute protocolaire. Pour d’autres, la phrase se fait amicale. Roger Vercel lui a plu, d’emblée, dès 1934. Cet autre romancier "régional" est aussi édité chez Albin Michel. Au fil des oeuvres, les deux auteurs sympathisent : avec Corps et Âmes, Maxence lui envoie ce billet : « Bon courage ! Puissé-je recevoir bientôt le livre commencé. Il m’amusera sûrement. Mais il m’apportera aussi quelque chose de plus : la constante leçon d’énergie qui émane de tous vos bouquins. Merci pour cela ! »22

  • 23 Avec Le Journal d’un curé de campagne.

22 Giono est lu et relu, et plus encore Bernanos, qui fut aussi candidat au Concourt en 193623. Anouilh, qui lance Le Voyageur sans bagages en 1937, est très apprécié au Quai des Alliés, mais cette sympathie pourrait se muer en véritable accord, tout mystérieux, quand l’année suivante apparaît La Sauvage : Maxence, frémissant, y relit Le Péché du Monde, la même fidélité désespérée à la tare indélébile de la pauvreté. La Sauvage est bien sœur de La Fille pauvre, et elle se prénomme Thérèse ! On devine, dans l’intimité du soir, la lecture à deux voix de cette « Pièce Noire ». Van der Meersch écrit son émotion à Anouilh qui ne semble pas lui avoir répondu.

23À la même époque, Van der Meersch fut amené à conseiller une romancière de vingt-sept ans son aînée. Lilloise d’origine mais vivant à Paris, Jacqueline Vincent avait été mariée à un psychopathe. Sa foi intense lui avait permis de donner un sens à la douleur, de répondre au problème du mal, d’instinct, simplement. Devenue veuve, et malade, elle publia, d’abord pour la jeunesse puis des romans pour adultes, vingt-quatre volumes en vingt-quatre ans, de 1930 à 1954.

24Elle souhaitait connaître Van der Meersch et le rencontra lors de la sortie du numéro spécial des Études Carmélitaines, « Illuminations et sécheresses » dans lequel l’un et l’autre avaient été amenés à collaborer (octobre 37).

  • 24 Les citations concernant Jacqueline Vincent sont tirées du Livre de l’amour. Père Bruno de J. M„ Et (...)
  • 25 Jacqueline Vincent, L’Enfant qui passe, Paris. Plon. 1939, Préface de Maxence Van der Meersch.

25Le courant passe et très vite le jeune auteur conseille à son aînée d’oser dire simplement le réel, de partir du vécu. Jacqueline Vincent a décrit pour elle-même les épreuves qu’elle a subies ; mais ce vécu, en particulier la mort brutale d’un enfant, est encore de sa chair, reste indicible. Maxence tente de la libérer. « Avec l’aide amicale de Van der Meersch, L’enfant qui passe put enfin voir le jour chez Plon, au début de 1939. »24 Maxence en écrit la préface, dans la même tonalité, la même vibration que l’ouvrage, qui sera couronné par l’Académie Française : « L’ayant lu, on ne peut plus l’oublier ».25 La correspondance et l’aide se poursuivent, amicales et fructueuses. « Je pense à mon roman, galvanisée par Van der Meersch », écrit-elle encore en novembre 1942 ; « on va lui en servir, du document ! »

26Les lecteurs, habitués aux sentiments élevés décrits avec une noblesse d’âme toute vibrante et dans un climat très épuré, s’avouent parfois décontenancés ; les bibliothécaires hésitent : « Elle n’est plus à mettre entre toutes les mains » ; ses conseillers spirituels s’inquiètent. Et la maladie, les événements de la Libération mettent un terme à ces relations. Jacqueline Vincent aura les honneurs de la Rose en 1949 ; Van der Meersch les avait obtenus en 1946, quand les Rosati des Flandres reprirent leurs traditions.

27Elle, qu’a-t-elle apporté à Van der Meersch ? Cette mystique, cette immolée, cette ardente, qu’est-ce qu’elle a partagé ? Elle avait écrit une Sainte Thérèse de Lisieux en 1934, elle est de la Famille Carmélitaine, quel fut son impact sur La Petite Sainte Thérèse de Van der Meersch qui paraîtra en 1947 ? A-t-elle pris parti dans les attaques sans noblesse des théologiens d’alors ?

  • 26 Jacqueline Vincent, Thérèse la Petite, E.I.S.E., Lyon. 1954.

28Quand la mort de Van der Meersch eut clos le débat, l’année de sa propre mort, en 1954, elle publiera, comme un ultime écho Thérèse la Petite26.

***

  • 27 Témoignage du Père Decabooter.

29À neuf ans, et toujours en cours particulier, Sarah apprit le catéchisme diocésain et la « Petite clé de l’Histoire Sainte », en même temps que les règles de grammaire et les tables de multiplication. La messe dominicale ne fut pas toujours respectée, mais Thérèze mena sa fille aux exercices de piété prévus pour son âge. Sarah fit sa communion solennelle le 28 avril 1940, dans l’église St Eloi du Blanc-seau et selon toute la tradition : robe et voile blancs, cierge, cadeaux et images-souvenirs. Le mardi suivant elle alla rendre visite à l’école paroissiale, avec sa mère et son grand-père. Comme une petite demoiselle, elle passa dans les rangs et distribua des dragées aux élèves de Mademoiselle Villette, la classe des grandes27.

30À l’occasion de cette fête, on tira une série de photographies : Sarah seule, en toilette blanche – ce cliché était destiné aux petites cousines et aux amis – ; Sarah et sa mère, pour la famille Denis ; Sarah, ses parents et son grand’père pour les Vandermeersch.

  • 28 Cf. La Fille pauvre, p. 520.

31Les relations avec les Denis n’avaient jamais été totalement interrompues. Thérèze avait l’esprit de famille, se sentait responsable de sa cadette, qui passait en coup de vent, bruyante et quémandeuse, et plus encore du jeune Adrien. Dès 1929, Benjamin avait établi des principes très nets et pleins de raison : Thérèze aidait qui elle voulait, comme elle le pouvait, selon sa propre richesse, son argent à elle. Les Van der Meersch n’agissaient jamais directement. Quand Adrien fut mis en apprentissage en chaudronnerie, Benjamin participa aux frais de pension, mais toujours par l’intermédiaire de Thérèze28.

  • 29 Après la mort de Maxence. de 1953 à 1955. pour leur offrir des vacances. Thérèze louait un appartem (...)

32Quand son frère se maria, la jeune femme lui conseilla de louer une maison rue Lamartine, dos à dos avec le Quai des Alliés : une maison avec jardin, pour que l’enfant qui allait naître vive à la campagne ; et quand Adrien, malade, dut cesser le travail, son épouse vint chaque jour Quai des Alliés pour aider au ménage et à la cuisine29.

33Maxence se montrait bon et amical avec son jeune beau-frère ; leurs relations pourtant furent toujours un peu complexes, marquées par le caractère ombrageux et frondeur de l’un, la mansuétude trop grande peut-être de l’autre. « C’étaient le feu et l’eau, deux éléments qui ne peuvent s’approcher ».

34En 1946, tout un chapitre qui se serait intitulé « Didi » était à joindre au manuscrit du Cœur pur, le second tome de La Fille pauvre. Maxence n’osa pas alors le publier, craignant les réactions imprévisibles d’Adrien. Ce chapitre, qui ouvrait une perspective sur la triste vie des jeunes apprentis, était en préparation depuis bien longtemps : en 1934 dans la Revue des Anciens du Lycée de Tourcoing, l’écrivain mentionnait déjà cette étude. Il en remit la parution à plus tard.

35Après sa mort, quand Albin Michel prépara l’édition posthume de La Compagne (1955), Thérèze refusa d’y inclure le chapitre « Didi » et on mentionna simplement l’existence du projet.

Notes

1 « Illuminations et sécheresses », Études Carmélitaines, octobre 1937, p. 66.

2 Van der Meersch qualifiera ce feuilleton historique de « médiocre ».

3 « La Concubine » restera longtemps en chantier : il est encore cité dans le contrat de 1949 avec l’éditeur. Le thème du roman se déroule dans le Boulonnais et raconte comment une épouse trompée fait la connaissance de sa rivale et la défend contre les brutalités de son mari. Les proches de Van der Meersch devinaient très vite les noms réels des protagonistes.

4 In « Les Amis de Lille », mars 1936.

5 On publiera après sa mort : Pourquoi J’ai écrit Corps et Ames, 1956.

6 Le 18 avril 1947.

7 L’Abbé M. Dillies, vicaire au Blanc-Seau, lui envoya un jeune de la paroisse. Marc Vanhaecke, pour jouer aux échecs (témoignage du Père Decabooter).

8 À propos de La Petite Sainte Thérèse, on reprochera à Van der Meersch d’avoir ainsi « vulgarisé » la théologie et la mystique de Thérèse de Lisieux.

9 Lettre du 10 janvier 1941 à Mademoiselle Ricour, et lettre du 28 décembre 1946 à M. et Mme Langrand-Ricour.

10 Curé de Bondues de 1883 à 1896. Il ne fit pas l’unanimité dans le village.
Dans ces discussions. Van der Meersch n’est pas disciple docile. Ainsi cette lettre véhémente au Chanoine Tiberghien, à propos d’un point de morale sexuelle (maîtrise de la procréation) : « Cher Monsieur le Chanoine. C’est bien pensé et c’est bien dit. Mais il faut que les principes, en gros, soient superposables à la vie et puissent à peu près "coller avec elle", sauf cas limites. Or ici le hiatus est formidable (...) Quand vous dites : "Ne pas arguer de cas particuliers", vous faites erreur grave : le cas particulier est et sera de plus en plus celui des foyers où l’on peut avoir des enfants sans limite ! En amitié. V.D.M. » (Sans date. Archives Historiques Diocésaines – Fonds Tiberghien).

11 2 décembre 1937 : « Jeune homme, si tu avais le don de Dieu, tu ne gaspillerais pas ces richesses que tu possèdes. Moi. j’ai dû me créer moi-même. C’est pourquoi je puis dire : sache en apprécier la surnaturelle grandeur. »

12 C’est Van der Meersch à Simons (lettre non datée).

13 Lettre non datée. 1947 ?

14 11 fit aussi sept gouaches pour Invasion 14. dont l’édition de luxe fut abandonnée.

15 Cf. p. 217.

16 « Printemps », un récit de Van der Meersch dans sa chronique in : Moteurs et cycles, mai 1918.

17 « Van der Meersch passait devant ma fenêtre, car il faisait lui-même ses courses à la boucherie ou chez l’épicier. Tenue négligée et barbe hirsute » (Père M. Decabooter, Abbé du Mont des Cats).

18 Le peintre et sculpteur Missant (1908-1977) fera plusieurs portraits de Van der Meersch et de Thérèze.

19 De son quartier et de sa région. Il s’efforce de rendre service : « Un de mes amis organise une vente de charité ; pouvez-vous lui accorder, comme à moi-même, une remise de 40 % ? », demande-t-il à Albin Michel le 9 mai 1938. Et l’abbé Debailleul, curé du Christ-Roi à Wattrelos, vendra, à la fête paroissiale, 185 L’Élu, 40 Le Péché du monde, 70 La Maison dans la dune, 54 Quand les sirènes se taisent, 55 Maria, fdle de Flandre et 43 Invasion 14 !

20 Il est aussi scrupuleusement respectueux de ses lecteurs : après la parution de Pêcheurs d’hommes, un bibliothécaire paroissial signala que la page 193 de l’ouvrage était un obstacle à la lecture des 18-20 ans (« – Bah ! faut pas s’en faire. A la place de ma femme, on s’a arrangé à deux avec le copain... »). Van der Meersch écrit alors à Albin Michel : « À la prochaine édition, supprimer les lignes Il et 12 de la page 193. Les remplacer par : "– Bah ! faut pas s’en faire. Y a eu moyen de s’arranger tout de même". »

21 Témoignage de M. et Mme Langrand-Ricour.

22 28 juin 1943. Le fils de Roger Vercel fait alors ses études de médecine.

23 Avec Le Journal d’un curé de campagne.

24 Les citations concernant Jacqueline Vincent sont tirées du Livre de l’amour. Père Bruno de J. M„ Etudes Carmélitaines, Desclée de Brouwer. 1960.

25 Jacqueline Vincent, L’Enfant qui passe, Paris. Plon. 1939, Préface de Maxence Van der Meersch.

26 Jacqueline Vincent, Thérèse la Petite, E.I.S.E., Lyon. 1954.

27 Témoignage du Père Decabooter.

28 Cf. La Fille pauvre, p. 520.

29 Après la mort de Maxence. de 1953 à 1955. pour leur offrir des vacances. Thérèze louait un appartement à Stella-Plage pour sa soeur et sa famille, et invitait pour une quinzaine de jours le fils d’Adrien au Touquet.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search