Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

1937 – L’Élu

Texte intégral

1Avec ce titre, éclatant dans le bureau de l’éditeur à la veille du Concourt, l’écrivain « tentait sa chance ». Au plus intime de lui-même il se sentait beaucoup moins sûr d’être « élu ». Son carnet personnel nous révèle ses états d’âme en cette semaine de décembre 1936 : c’est une sorte de journal très succinct, rédigé sur un agenda de bureau, dans la chambre d’hôtel retenue par Monsieur Esmenard.

2Lundi 7 décembre : « Après-demain, Concourt. Tout ce long voyage en auto, ce séjour dans la Ville Triste pour rien... Je commence à être sérieusement accablé. Et comme l’orgueil va saigner après !... »

3Mardi 8 décembre : « 7 heures du soir. Il faut beaucoup penser au Seigneur Jésus pour qui ni la Croix, ni le Prix Concourt ne comptait pas beaucoup ».

4Le mercredi 9 décembre, il est bien trop pris pour écrire. Avec les Esmenard, il déjeune près du téléphone : Place Gaillon, le jury siège à partir de 13 heures sous la présidence de Rosny aîné ; au troisième tour de scrutin, Van der Meersch l’emporte pour son roman L’Empreinte du dieu-, il recueille sept voix contre trois à Louis Aragon qui aura le Renaudot pour Les beaux quartiers. Là-bas dans le Nord, Thérèze et Sarah sont chez Benjamin, guettant eux aussi un appel téléphonique ; c’est la T.S.F., « Radio PTT Nord à Lille » qui diffusera les résultats en fin d’informations... Albin Michel confirmera, Max ne peut pas les appeler, il est emporté par l’ouragan.

5Sur l’agenda, le journal ne reprend que le samedi 12 décembre : « 6 heures du soir : je rentre de Paris avec le Prix Concourt, des collaborations assurées partout, la fortune... C’est un bonheur écrasant. Relire le mot de mardi soir et continuer ».

  • 1 Témoignage de Maître Rohart, Lille. 1999.

6Le dimanche à Il heures, le quartier et les anciens voisins arrivent en groupe féliciter leur grand homme, ils sont chargés de mimosa acheté au marché de Roubaix. Benjamin a organisé une réception pour l’après-midi : le mobilier, quai des Alliés, est encore si sommaire que le salon n’est occupé que par une longue planche posée sur des tréteaux et couverte d’un drap blanc ; petits fours et porto sont servis par Thérèze et une voisine à une quinzaine d’invités parmi lesquels Maître Rohart, à qui Maxence dira : « Quand je vois le contraste entre ce qui m’attendait à Paris, les tumultes, les "amis" qui ne sont que de vagues connaissances, le factice des mondanités et l’ambiance de cet après midi, si amicale et si sereine, je remercie le Bon Dieu de m’avoir donné une santé fragile qui m’interdit de vivre à Paris »1.

7Les Van der Meersch font quelques folies : Benjamin a emmené Thérèze à Tournai, se choisir un somptueux manteau de fourrure long et ample, bandes de renard roux, presque orange ; pour les photos de presse elle se drape dans le confortable vêtement comme si elle jouait à la star. Maxence, lui, achète une luxueuse décapotable, bleu clair à liserés rouges : les voisins du canal et ceux de l’entreprise rue Favreuil en restent ébahis. Et puis on meublera le salon, en néo-gothique, chêne foncé et vitraux de couleurs.

8Bulles de champagne, vite oubliées. Ce qui reste, en profondeur, c’est cette relation personnelle à Dieu, toute neuve sous la plume de l’écrivain : « Beaucoup penser au Seigneur Jésus ».

  • 2 Van der Meersch avait rencontré sur une drague de Dunkerque, en juillet 1936, au lendemain de la mo (...)

9Le 30 août de cette même année, dans Le Journal, un texte insolite avait révélé la conversion de l’écrivain, sous le titre « Que vaut-il mieux ? » À la manière d’un pari pascalien, Van der Meersch suppute nos chances : même si la foi n’est que superstition, elle accomplit des merveilles ; même si le matérialisme est vérité, nous en mourons ; alors que vaut-il mieux, pour l’homme : l’illusion qui vivifie ou la vérité dont on crève ? La question n’a pas même à être posée : une philosophie qui donne une raison de vivre ne peut être mensonge. Voici une conversion toute basée sur le raisonnement, une foi toute volontaire !2

  • 3 Pour la rencontre de Van der Meersch avec Elie Bordes, cf. ici même p. 168.
  • 4 Elie Bordes. Le drame spirituel dans l œuvre de Maxence Van der Meersch, éd. Georges Frère, Tourcoi (...)
  • 5 Invasion 14, p. 290.

10 On ne peut pas aborder l’œuvre de Van der Meersch sans étudier son évolution spirituelle ; tous les critiques y ont été amenés. Le premier en date est Elie Bordes, qui rencontra l’écrivain en 1940, et devint de ses amis3. Dans son essai, paru en 19444, il décrit cette recherche d’un sens à la vie comme une longue marche dont chaque roman marquerait une étape : Maxence chemine, d’ouvrage en ouvrage : Car ils ne savent ce qu ’ils font dévoile son état d’âme ; Le Péché du Monde dit la pitié qui fait craquer la gangue de l’égoïsme ; l’instituteur révoqué de Quand les sirènes se taisent parle de sacrifice et de rédemption ; Maria fille de Flandre et le carillonneur de Bruges, de cette mystérieuse besogne que nous sommes tous amenés à accomplir, et Invasion 14 nous fait avancer avec Gaure, Decraemer et l’Abbé Sennevilliers, ce prêtre « qui semblait avoir reporté sur l’humanité entière des possibilités de dévouement, d’amour et de sacrifice »5. L’Élu fait le pas, mais dans un combat douloureux, qui laisse pantelant.

***

  • 6 Cf. ici même p. 78-79.

11Quelques années plus tôt, Maxence était allé visiter une fabrique d’explosifs à Bauvin, au bout du pays minier. Impressionné par cet ensemble de pavillons séparés les uns des autres, dispersés parmi les arbres, avec le perpétuel souci de réduire les effets d’éventuelles catastrophes, il avait rapporté, de ces courses à moto, de multiples descriptions d’un paysage original. C’est le décor tragique qu’il choisit pour ce nouveau roman6.

  • 7 L’Élu, p. 253.

12Une lente alchimie d’incidents domestiques et de ruptures sentimentales ; une déflagration : le suicide d’un fils unique qui avait tout pour être heureux ; et les conséquences de la catastrophe : le vieux couple qui approfondit son amour en même temps que la personnalité de chacun se libère, la pauvre mère qui trouve presque tout de suite dans la foi l’acceptation de la mort, un ingénieur secoué par le destin et qui, sans joie, par raisonnements successifs, se met en marche vers une conversion difficile, dans la Nuit. Un ami discret, qui accompagne plus qu’il ne guide, soutient ce cheminement jusqu’au portail d’un cloître. Et Siméon « s’imposfe] dans l’ombre, un gauche signe de croix »7 : c’est l’Élu.

  • 8 « J’ai passé un excellent dimanche en compagnie de Siméon ». Albin Michel à Van derMeersch, le 18 j (...)
  • 9 Autres titres proposés pour L’Élu : « Le pain de vie », « Le lot de l’homme », « Siméon », et « L’e (...)

13Siméon8 est de la même souche que Biaise Rameau ; c’est la même détresse spirituelle qui étreint l’un et l’autre ; mais l’Élu9 dépasse le Mont-Noir, s’évade du désespoir, atteint le monastère de la colline voisine, le Mont des Cats.

Notes

1 Témoignage de Maître Rohart, Lille. 1999.

2 Van der Meersch avait rencontré sur une drague de Dunkerque, en juillet 1936, au lendemain de la mort de la petite Benjamine, un chef mécanicien, vieux marin, qui lui avait parlé de ses voyages au Canada : « Il fallait tout de même que ce soit de la bonne race. Monsieur, pour être ainsi resté tout pareil attaché à la terre, à sa religion et à la France, après si longtemps. »
« En écoutant ce vieil homme, sûr d’une continuité, d’un progrès, d’un sens de l’histoire, moi dont les insomnies se berçaient de l’absurdité de la vie, et de la mort, et de la sale besogne, j’ai soudain choisi ces certitudes morales ; famille, foi, amour du pays, plus nécessaires à l’homme que toutes les forces matérielles. »
Ces confidences, faites en 1936 au Journal de Roubaix, furent répétées en 1943 ou 1944 dans le cadre familial ; et Maxence commentait : « Bien sûr, de tout cela, on peut traduire : "Travail, Famille, Patrie", et me coller une étiquette. Je les refuse, toutes ! »

3 Pour la rencontre de Van der Meersch avec Elie Bordes, cf. ici même p. 168.

4 Elie Bordes. Le drame spirituel dans l œuvre de Maxence Van der Meersch, éd. Georges Frère, Tourcoing. 1944.

5 Invasion 14, p. 290.

6 Cf. ici même p. 78-79.

7 L’Élu, p. 253.

8 « J’ai passé un excellent dimanche en compagnie de Siméon ». Albin Michel à Van derMeersch, le 18 janvier 1937.

9 Autres titres proposés pour L’Élu : « Le pain de vie », « Le lot de l’homme », « Siméon », et « L’enclume de Dieu ». tout de suite écarté à cause de L’Empreinte du dieu qui vient de sortir. Le nombre de titres « bibliques » dans l’œuvre de Van der Meersch mérite d’être remarqué.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search