Version classiqueVersion mobile

Van der Meersch au plus près

 | 
Térèse Bonte

1934 – Le Barreau

Texte intégral

1Le 25 juillet 1934, Maître Pierre Lambert, avocat au Barreau de Lille, fit rapport à Monsieur le Bâtonnier et Messieurs les membres du Conseil de l’Ordre, que Monsieur Vandermeersch Maxence, à qui les diplômes de Droit avaient été attribués le 21 janvier 1930, demandait son admission en stage.

  • 1 Prestation de serment – Greffe de la Cour d’Appel de Douai.

2Maxence prêta serment le 10 août 19341. La fierté de Benjamin se lisait sur son visage. Avec la robe et le rabat, il offrit à son fils une chevalière d’or : – « Aujourd’hui tu épouses la justice et le droit ! » Et ses larmes coulèrent durant la cérémonie officielle.

3Le stage dure trois ans : heures de présence d’abord auditive à la Correctionnelle ou en Cour d’Assises ; plus tard, audition et étude de plaidoiries dans les salles de travail du Palais ; plus tard encore, assistance judiciaire auprès d’un accusé. Le jeune avocat fait tout ensemble ses classes et son apprentissage « sur le tas ». Maxence rencontra tout de suite un « aîné » : Gaston Rohart était plus jeune d’âge mais, entré au Barreau dès l’obtention de sa licence de Droit, il pouvait guider le « Roubaisien » dans les traditions et coutumes du Palais. Très vite, la sympathie et la cordialité devinrent amitié.

4Le nouveau stagiaire idéalisait le rôle d’avocat : il se lançait dans le prétoire avec la fougue du novice et quel que soit l’enjeu, se battait avec la même véhémence. « J’ai toujours, en entamant ma plaidoirie, l’impression de commencer un match de boxe », avouait-il. Un jour, il est nommé d’office pour défendre un soldat du contingent. Le pauvre bougre était rentré de permission avec une nuit de retard – dans le langage militaire, cela s’appelait désertion.

5Van der Meersch, formé au roman, avait imaginé une plaidoirie à vous arracher des larmes. Il avait déjà le trac sur la route, raconte Maître Rohart ; la cour de la Citadelle de Lille, les sentinelles qui présentent les armes, les prestigieuses constructions de Vauban, l’austère salle de tribunal, bruissante de souvenirs, l’entrée solennelle des généraux et juges militaires, ponctuée de claquements de talons et de « garde-à-vous », tout ce décorum transfigura le petit stagiaire. Il se lança dans son discours comme si réellement la vie d’un homme était en danger. Et réalisa, lentement, au fil des phrases, que chacun somnolait, que la sanction était connue d’avance et que sa plaidoirie n’avait d’effet que sur le pauvre deuxième classe, l’accusé, de plus en plus terrorisé à mesure que s’enflaient les périodes de l’orateur. « J’avais l’impression de déclamer dans un théâtre d’ombres », dira plus tard Maxence.

  • 2 Lors de la débâcle de Mai 1940. les Van der Meersch trouvèrent refuge quelques jours chez un autre (...)

6Maxence ne plaida guère2. Il eut à conseiller, gratuitement, des voisins du quartier, des amis ou des membres de sa famille. Il fut parfois commis d’office pour assurer la défense d’un inculpé mais quand un vrai client se présentait, il le recevait avec sympathie, bavardait cordialement, préparait une fiche, et demandait à son ami Maître Rohart de prendre le relais. Sa vocation d’avocat, réelle au demeurant, fut amplement réalisée dans son oeuvre d’écrivain. Chacun de ses ouvrages est un plaidoyer.

7On a pris l’habitude d’avancer que Van der Meersch avait surtout conseillé et défendu des fraudeurs, et tiré des confidences faites par ses clients, des éléments de documentation qu’il utilisera ensuite dans ses romans. La chronologie semble infirmer cette assertion : Van der Meersch termine son stage, peut avoir une clientèle en 1937. La Maison dans la dune et L’Empreinte du dieu, qui parlent de fraude et de contrebande, paraissent respectivement en 1932 et 1936.

8Par contre, une nouvelle est née du récit d’une « cliente ». À la Toussaint 1937, l’avocat, allant fleurir la tombe de sa sœur aînée, au cimetière de Roubaix, fut croisé par une ouvrière en deuil qui le reconnut, osa l’accoster et lui demander conseil « pour un divorce ». Avec sa gentillesse habituelle, Maxence accompagna la jeune femme, lentement, dans les allées du cimetière, jusqu’à une petite tombe.

  • 3 « Pierrot », conte pour la Toussaint. Écrit pour Le Journal de Roubaix qui le publie le 1er février (...)

9Elle disait la mort de son enfant et son deuil, sa dépression, son dégoût de la vie, son laisser-aller, et l’abandon de son mari qui avait rencontré une femme plus gaie, plus coquette. Il écouta, lui expliqua doucement qu’il était contre le divorce, mais qu’il pouvait la conseiller ; et il lui fixa rendez-vous chez son père, rue Favreuil, pour qu’elle ne rencontrât point sa petite Sarah ! Quand l’ouvrière s’y rendit, gênée, un peu honteuse, mais toute changée, comme éclairée, elle expliqua qu’elle avait revu son mari, qu’ils allaient tenter de reprendre la vie commune, et qu’il n’était plus question de divorce. Maxence eut un sourire vainqueur : l’amour avait triomphé ! Il fit de cette histoire une émouvante nouvelle pour la Toussaint suivante3.

Notes

1 Prestation de serment – Greffe de la Cour d’Appel de Douai.

2 Lors de la débâcle de Mai 1940. les Van der Meersch trouvèrent refuge quelques jours chez un autre membre du Barreau de Lille, Maître Gaston Moithy, rue de Chizé à St Jean d’Angély. En janvier 1942, Van der Meersch lui écrira, à Lyon : « Pourquoi ne rentrez-vous pas ? Je crois le deviner. Mais après la guerre, de toute façon, il faudra bien rentrer. Il y a du travail en quantité ici pour les avocats, et pour les Français. Est-ce que vous travaillez là-bas ? A quoi ? Avez-vous besoin d’argent ? (...) Courage ! La fin arrive ! »

3 « Pierrot », conte pour la Toussaint. Écrit pour Le Journal de Roubaix qui le publie le 1er février 1938.

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search