Version classiqueVersion mobile

Une Mosaïque d’enfants

 | 
Guillemette Tison

Cinquième partie. Vers la maturité

Introduction

Texte intégral

  • 1 Par le critique Wilhelm Dithey.
  • 2 Wilhelm Meisters Lehrjahre, 1795-96, trad. Aubier-Montaigne, 1983. Voir Susan Suleiman, « La struct (...)

L’écriture littéraire repose sur une donnée fondamentale : celle du temps. Le roman ne peut négliger cette composante essentielle de la vie. A plus forte raison, lorsque nous nous intéressons à des personnages enfantins, dont la vie est perpétuellement en mouvement, en évolution, en transformation ; la prise en compte du temps est souvent la base du récit. Le terme allemand de Bildungsroman a été créé en Allemagne en 18701 à propos du roman de Goethe, Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister2. On y voit un jeune homme lancé sur les routes à la recherche de sa propre sagesse ; cette œuvre apparaît comme l’archétype du Bildungsroman. Lorsqu’il s’agit de traduire cette expression, les équivalents français prolifèrent : roman d’apprentissage, roman de formation, roman d’éducation, roman de développement, roman d’entrée dans la vie : les nuances entre ces formules sont ténues. A presque toutes pourrait s’appliquer cette formule de Lukács :

  • 3 Théorie du roman, trad. Denoël-Gonthier, 1968, Gallimard, « Tel », 1989, p. 85. Il convient néanmoi (...)

Le contenu [du roman] est l’histoire de cette âme qui va dans le monde pour se connaître, cherche des aventures pour s’éprouver en elles et, par cette épreuve, donne sa mesure et découvre sa propre essence3.

  • 4 Par exemple, dans Le Personnel du roman, p. 235 sq.

En nous gardant d’ajouter une dénomination nouvelle à cette nomenclature, nous allons nous interroger sur le rôle joué par le temps dans la constitution du personnage d’enfant ou d’adolescent. La plupart des personnages traversent, sinon des épreuves, du moins des expériences qui leur permettent d’appréhender le monde et de tenter d’y trouver leur place. Après avoir examiné selon quel découpage le romancier raconte le temps vécu par son ou ses héros, nous étudierons les différentes modalités du personnage, telles que les a déterminées Philippe Hamon4 : entre « vouloir », « savoir » et « pouvoir », l’enfant fait son chemin.

Notes

1 Par le critique Wilhelm Dithey.

2 Wilhelm Meisters Lehrjahre, 1795-96, trad. Aubier-Montaigne, 1983. Voir Susan Suleiman, « La structure d’apprentissage : Bildungsroman et roman à thèse », Poétique, n° 37, février 1979, p. 29-42 et son livre Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, 1983, PUF, « Ecriture ».

3 Théorie du roman, trad. Denoël-Gonthier, 1968, Gallimard, « Tel », 1989, p. 85. Il convient néanmoins de considérer cette formule avec beaucoup de prudence, Lukács étant revenu sur ce texte, en 1938, dans une virulente autocritique (Problèmes du réalisme, trad. L’Arche, 1975, p. 264).

4 Par exemple, dans Le Personnel du roman, p. 235 sq.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search