Version classiqueVersion mobile

Une Mosaïque d’enfants

 | 
Guillemette Tison

Troisième partie. La vie mentale

Introduction

Texte intégral

  • 1 Jack, p. 80.

L’âme des enfants est un abîme.
Alphonse DAUDET, Jack1

  • 2 Chérie, Préface, p. IV.

Dans la Préface-manifeste de Chérie, Edmond de Goncourt formule pour « le grand livre des temps modernes » l’exigence d’être « un livre de pure analyse »2. Au roman d’action, cette époque tend en effet à substituer le roman psychologique, selon des modalités diverses. Zola, définissant le « roman expérimental », utilise une métaphore empruntée au domaine de la mécanique pour parler d’abord du corps, ensuite de la vie mentale :

  • 3 Zola, « Le roman expérimental », dans Anthologie des préfaces de romans français du XIXème siècle, (...)

Quand on aura prouvé que le corps de l’homme est une machine, dont on pourra un jour démonter et remonter les rouages au gré de l’expérimentateur, il faudra bien passer aux actes passionnels et intellectuels de l’homme3.

La vie mentale apparaît donc à ces hommes d’une époque scientiste comme un phénomène qui ne doit pas plus que les autres échapper à une démarche investigatrice. Mais, lorsqu’il s’agit de l’enfant, la difficulté se fait plus grande. L’entreprise de mettre en mots la vie fluctuante de l’esprit humain est déjà ambitieuse. Qu’en dire lorsque le romancier se propose de reconstituer, non une personnalité achevée et plus ou moins structurée, mais l’esprit en devenir d’un enfant qui ne maîtrise pas bien le langage, ni l’introspection ? Les catégories psychologiques traditionnelles se montrent encore plus inopérantes que dans la peinture des personnages adultes. L’écrivain ressent une certaine impuissance des mots :

  • 4 Paul Bourget, Le Disciple, p. 90. On trouvera souvent les métaphores d’ombre et de lumière pour par (...)

Les termes manquent qui correspondent aux perceptions inachevées des enfants, à leur pénombre d’âme4.

Malgré cette difficulté reconnue, les romanciers que nous étudions ont tenté de mettre en mots ce qui est mouvant et non-verbal. Construisant des personnages, ils ont dû organiser l’informel. Nous sommes ici au cœur de la notion du personnage, et devant l’un des plus grands défis proposés à l’écrivain par la vie.

Notes

1 Jack, p. 80.

2 Chérie, Préface, p. IV.

3 Zola, « Le roman expérimental », dans Anthologie des préfaces de romans français du XIXème siècle, Julliard, 1965, p. 269.

4 Paul Bourget, Le Disciple, p. 90. On trouvera souvent les métaphores d’ombre et de lumière pour parler de la vie mentale.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search