Version classiqueVersion mobile

Une Mosaïque d’enfants

 | 
Guillemette Tison

Deuxième partie. Le corps

Introduction

Texte intégral

  • 1 Zola, « Stendhal », Le Messager de l’Europe, mai 1880, dans Du roman, p. 85.

Si vous retranchez le corps, si vous ne tenez plus compte de la physiologie, vous n’êtes plus même dans la vérité, car [...] il est certain que tous les organes ont un écho profond dans le cerveau, et que leur jeu, plus ou moins bien réglé, régularise ou détraque la pensée.
Emile Zola, 18801.

  • 2 Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, 1788. 3 Henri Mitterand, Le Regard et le Signe, PUF, « (...)

Le personnage romanesque est une fiction abstraite, qui n’existe que par le truchement des mots. Pourtant, à certaines époques, les romanciers ont voulu lui donner un semblant de réalité qui stimule l’imagination du lecteur ; il faut que cet être fait de mots « prenne corps ». Les historiens de la littérature s’accordent pour dater du XVIIIème siècle l’irruption du corps dans la littérature romanesque. En ce qui concerne les personnages d’enfants ou d’adolescents, c’est sans doute dans Paul et Virginie2 que l’on trouve les premiers portraits véritablement constitués : les corps sont vivants, intégrés à l’action. Bernardin de Saint-Pierre marque une étape très importante de la figuration du personnage. La représentation du corps, sous la forme du portrait, aura la fortune que l’on sait, avec Balzac et ses contemporains ; d’abord simple indice concret, le corps prend dans le roman une place grandissante tout au long du XIXème siècle, comme le montre Henri Mitterand : « Tout se passe comme si, entre 1850 et 1880, le personnage devenait un corps3 ». Le texte de Zola cité en épigraphe, et toute la page d’où il est tiré, affirme avec véhémence la nécessité d’unir le physiologique au psychologique. Cela se confirme, bien sûr, pour les personnages d’enfant.

Notes

1 Zola, « Stendhal », Le Messager de l’Europe, mai 1880, dans Du roman, p. 85.

2 Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, 1788. 3 Henri Mitterand, Le Regard et le Signe, PUF, « Ecriture », 1987, p. 108.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search