Version classiqueVersion mobile

Essai sur le philosémitisme catholique

 | 
Olivier Rota

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit, condensé, de notre travail doctoral en Sciences des Religions. Bien naturellement, ce travail n’aurait pu aboutir sans le soutien, la guidance et les conseils de nos maîtres. Nous profitons de l’inestimable occasion de cette publication pour témoigner de notre reconnaissance pour tout ce que ces derniers ont pu nous apporter tout au long de ces années de recherche scientifique.

2C’est à Danielle Delmaire que nos remerciements s’adressent en tout premier lieu. Danielle Delmaire, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Lille III, nous a honoré de sa confiance pendant toute notre démarche doctorale, d’interrogation, de recherche et de rédaction. Sa direction, à la fois patiente et ferme, alerte et stimulante, nous a permis d’aller toujours plus loin dans notre itinéraire intellectuel. Nous espérons avoir délivré un travail digne de ses attentes.

3Nos remerciements vont encore à Philippe Chenaux, professeur d’histoire de l’Église moderne et contemporaine à l’Université du Latran à Rome. C’est à Philippe Chenaux que nous devons notre initiation à l’histoire contemporaine du christianisme, et plus généralement notre curiosité du fait religieux. Cette étude doit énormément à ses travaux pionniers sur la France catholique du XXe siècle. Qu’il nous soit permis d’exprimer ici toute notre gratitude à son égard.

4Notre reconnaissance va également aux professeurs Yves Chevalier, professeur émérite de sociologie à l’Université de Tours et directeur de la revue Sens, et Carol Iancu, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Montpellier III, directeur de l’École des hautes études du judaïsme, codirecteur du centre de recherches Juifs, Arméniens et chrétiens d’Orient. Leurs conseils avisés et leur bienveillante sympathie ont accompagné tout notre parcours doctoral.

5Par ailleurs, notre étude ne serait jamais arrivée à maturité sans l’aide et le soutien, sans les suggestions et les conseils, de tous ceux que notre recherche doctorale nous a permis de rencontrer. Aussi, souhaitons-nous manifester toute notre gratitude à René Mougel (directeur des Cahiers Jacques Maritain et du Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain), Jacques Prévotat (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lille III), Michel Fourcade (maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université Montpellier III), Nicholas Atkin (Senior Lecturer in Modern European History à l’Université de Reading) et Dominique Mazel (conservateur à Aix-en-Provence, responsable de la bibliothèque des Métiers d’Arts), pour leur soutien si précieux ; à Frère Elio (NDS) et aux Srs Isabelle-Marie (NDS), Anne-Thérèse (NDS), Anne-Catherine (NDS), Mary-Kelly (NDS) et Clare Jardins (NDS), pour leur accueil incomparable ; aux PP. Bonfils (SJ) et Nicholas, à Meg Whittle, Scott Taylor et Claudine Pézeron pour leur grande efficacité ; à Paule Marx et Bruno Charmet, à Pascal Hepner et Thierry Sterck, à Georgiana Medrea et Saadet Oren, pour nos discussions si riches de possibilités ; à tous ceux qui ont su témoigner de la sympathie pour nos travaux. Qu’il nous soit aussi permis de rendre hommage au soutien indéfectible de notre famille proche, à la constante affection, au réconfort et aux ressources inouïes de compréhension et de patience de notre épouse, Andreea.

6Enfin, nous souhaitons dédier cet ouvrage à la mémoire de deux disparus.

7À Jacques Sys (†2007). Président honoraire de l’Université d’Artois, spécialiste du fait religieux, directeur de la revue Graphè, Jacques Sys fut aussi à l’origine, avec Jean-Marie Delmaire (†1997), d’un développement des sciences religieuses à l’université Lille III – Charles de Gaulle. Alors qu’il luttait contre la maladie, nous espérions encore bénéficier de sa présence généreuse à la table de notre soutenance. Sa mort inattendue nous a empêché de lui témoigner notre profonde gratitude. Notre étude demeure orpheline de sa chaleur et de sa pénétration.

8À Paul Démann (†2005). Personnalité-clef du dialogue judéo-chrétien des années cinquante et soixante, Paul Démann nous a éclairé de sa vive intelligence une après-midi de septembre 2004. Ses propos nous ont habité toutes ces dernières années.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search