Version classiqueVersion mobile

Une Mosaïque d’enfants

 | 
Guillemette Tison

Quatrième partie. Le cadre de vie

Chapitre II. Clôtures

Texte intégral

En même temps que le monde extérieur s’offre au personnage enfant, l’éducation traditionnelle tend au contraire à le retenir et à dresser autour de lui bien des obstacles. Dans les romans, ce mouvement de rétention est illustré par des lieux clos, barrières matérielles ou morales dressées autour du personnage, contre lesquelles il va être amené à réagir plus ou moins violemment.

1. L’école, lieu de liberté ?

  • 1 Claude Pujade-Renaud, L’Ecole dans la littérature, ESF, 1986, p. 12. Aux romans cités, de Colette e (...)
  • 2 L’Enfant, fin du chap. I : « Je suis grand, je vais à l’école. Oh ! la belle petite école ! » (p. 1 (...)

L’extraordinaire expansion de la scolarisation, amorcée bien avant les lois Ferry de 1880-1882, correspond alors à un stade nouveau du développement social. Les enfants vont, en principe, être tous scolarisés. L’école et le collège apparaissent très fréquemment dans les romans, comme un passage obligé, souvent déterminant dans la vie des héros. Mais l’école primaire est beaucoup moins fréquemment évoquée que le collège. Claude Pujade-Renaud, qui a étudié la représentation de l’école dans la littérature, le constate : ce n’est que vingt ans après les lois de Jules Ferry que l’école élémentaire est vraiment au centre de deux grands romans, Claudine à l’école (1900) et La Maternelle (1904), « comme s’il fallait une génération d’élèves pour que cette école laïque surgisse en tant que “sujet” romanesque (au XIXème siècle, c’est le collège bien sûr avec Balzac, Daudet et Vallès notamment, qui prédomine)1 ». Il est vrai que chez Vallès, en particulier, l’école primaire n’est peinte que très brièvement, sous des aspects plutôt positifs, alors que le collège et le lycée font l’objet de développements à la fois plus fournis et beaucoup plus pessimistes2. L’école primaire est, à l’époque de Vallès et pour longtemps, un lieu peu dépaysant, proche de la maison familiale ; les « salles d’asile » qui accueillaient les tout petits depuis plusieurs décennies, deviennent en 1881 des « écoles maternelles », changement d’appellation significatif.

  • 3 Le héros du Roman d’un brave homme, d’Edmond About, donne à propos de son collège communal les chif (...)

1Le départ pour le collège, surtout pour les pensionnaires, constitue une rupture avec le cadre de l’enfance, et l’entrée dans un monde beaucoup plus strictement clos que ne l’était la maison familiale. La condition d’interne, fréquente en ce siècle, accentue cet arrachement3 et l’idée d’enfermement. Ces lieux ont été souvent représentés sous des couleurs bien noires. Sans décrire forcément de façon exhaustive des locaux, cours de récréation, salles de classe, qui appartiennent à l’expérience commune, beaucoup de romanciers insistent sur des détails concrets. Les impressions sensorielles sont vives chez Jacques Vingtras :

  • 4 L’Enfant, III, p. 157. Voir aussi, au chap. XI, p. 208, l’allusion aux odeurs empestées des latrine (...)

Le collège moisit, sue l’ennui et pue l’encre ; les gens qui entrent, ceux qui sortent, éteignent leur regard, leur voix, leur pas, pour ne pas blesser la discipline, troubler le silence, déranger l’étude. Quelle odeur de vieux4 !

  • 5 Voir Paul Gerbod, La Vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXème siècle, Hachette, 1968, (...)

Nous avons vu combien Vallès attache d’importance à l’odorat. Ici, en quelques brèves notations, il parvient à susciter l’impression produite sur l’enfant par cet endroit sinistre. La présentation du lieu est indissociable des perceptions et des émotions du personnage. Les bâtiments scolaires, qui étaient certainement dans la réalité tout à fait sordides5, apparaissent dans les romans comme un monde sinistre, au sujet duquel reviennent fréquemment deux métaphores : la caserne et la prison. Edmond About, dont nous avons vu déjà pourtant l’esprit plutôt conformiste et optimiste, fait parler ainsi son héros, Pierre Dumont :

  • 6 Le Roman d’un brave homme, p. 28.

Comme presque tous les collèges de notre pays, c’était un ancien couvent, qui avait servi de caserne et ressemblait à une prison. [...] Une porte ferrée sur toutes les coutures et qui n’eût certes point déparé la Bastille, contenait les internes dans le devoir ; la cour où ils prenaient leurs récréations était ceinte de hautes murailles6.

On trouverait de tels mots dans presque tous les récits d’enfance de la fin du siècle, fictifs ou non. L’enfant se sent forcément emprisonné dans de tels collèges, sa psychologie en est affectée.

  • 7 Jack, I, 2, p. 23.

2Dans Jack, le gymnase Moronval est installé dans un étrange bâtiment conçu pour photographier des chevaux. On y entre par une porte à « lourds battants » percée d’un « petit guichet grillé7 ». Le dortoir des élèves est installé dans un endroit humide et malodorant, ce qui laisse entendre que les enfants ne sont pas mieux traités que des animaux. Plutôt qu’à une prison, c’est à un jardin zoologique que veut nous faire penser Daudet, comparaison qui devient explicite au moment où les deux héros font une sortie au Jardin d’Acclimatation et s’identifient aux animaux en cage :

  • 8 Ibid., I, 5, p. 89.

Que les perruches, les aras, semblaient tristes dans cette longue cage séparée en compartiments uniformes, dont chacun s’orne d’un petit bassin et d’un arbre à perchoir, sans branches ni feuilles vertes !
Mâdou, en regardant ces endroits mélancoliques, un peu sombres, car le bâtiment est bien haut pour sa petite cour, pensait au gymnase Moronval8.

Différentes pistes romanesques s’ouvrent aux écrivains qui devront choisir, pour leurs héros ainsi cloîtrés, le conformisme ou la révolte.

Le lieu d’un débat idéologique

  • 9 Parallèlement à l’expression romanesque, voir les véritables réquisitoires dressés dans la presse p (...)

3En s’appuyant sur des faits réels, sur leur expérience vécue, les écrivains que nous étudions ont été préoccupés par le cadre sordide de l’école, et ont choisi d’y situer leurs personnages d’adolescents, à la fois pour faire comprendre à quel point ces conditions peuvent jouer sur l’état d’esprit de leurs héros, et aussi, chez certains, pour dénoncer la façon dont les enfants étaient traités9. Beaucoup de ces épisodes romanesques ont donc une portée idéologique et dénonciatrice, en particulier chez Vallès et Mirbeau.

  • 10 La Petite Lazare, IV : « “Au lieu de prison, vous auriez mieux fait de donner à cet enfant une robe (...)

4Cependant, et pour différents motifs, certains écrivains proposent une tout autre vision de l’école. On ne s’étonnera pas que les ouvrages destinés à la jeunesse se montrent beaucoup plus conformistes. Le Tour de la France par deux enfants ne décrit pas vraiment l’école, mais fait fortement ressentir combien elle manque aux enfants lancés sur la route. L’école est une institution fortement valorisée, dont l’absence est tant bien que mal remplacée par l’acquisition d’un savoir d’expérience. Dans un autre ouvrage à portée éducative, qui sans être explicitement destiné à de jeunes lecteurs, est accessible à tout public, La Petite Lazare, l’école est présentée comme l’inverse de la prison où Lazare a été injustement enfermée, et représente son rêve le plus cher. Lorsqu’elle y est enfin admise, l’enfant est éblouie de pénétrer dans ce « sanctuaire » qui sera la voie de sa promotion sociale10. L’entrée dans ce lieu est un pas considérable dans la vie et dans le monde de la connaissance. Pour une raison différente, le héros de Bas les cœurs !, dont nous avons vu combien il souffre dans le milieu étouffant et réducteur de sa famille, est encouragé en ces termes, par un voisin peu conformiste, à entrer au collège, après la fin des hostilités de 1870-1871 :

  • 11 Georges Darien, Bas les cœurs !, 23, p. 306.

On t’enverra à Paris, dans un lycée, pour continuer tes études. Ce n’est pas gai, un collège. C’est, pour beaucoup, une prison. Ce ne sera pas gai pour toi non plus, sans doute ; mais tu m’as dit toi-même que tu aimais mieux vivre entre les quatre murs d’un bâtiment noir que dans un milieu que tu exècres11...

  • 12 De même le héros de Vipère au poing, d’Hervé Bazin (Grasset, 1948) envisage son entrée au collège c (...)

Deux espaces sont ici mis en regard, celui de l’école, celui de la famille, et l’enfermement matériel dans le premier, si sordide soit-il, est tout de même préférable à l’enfermement social dans le second12 . Dans ces deux romans, pourtant si dissemblables, l’école est présentée comme un lieu de liberté. Au-delà du témoignage sur les conditions difficiles de l’enseignement à cette époque, le regard que portent les romanciers sur l’institution scolaire montre combien elle pouvait être, à cette époque, l’enjeu de violents débats.

2. Descente aux enfers

5Dans le destin des plus défavorisés des enfants que nous présentent les romans, une nouvelle étape se dessine après le passage, plus ou moins bref, par l’école. C’est celle de la mise au travail, et par conséquent l’entrée dans des lieux nouveaux et impressionnants.

L’enfant à l’usine : un fait social

  • 13 Les Contemplations, III (1856), Melancholia.

6Le grave problème du travail des enfants en usine, déjà dénoncé par de nombreux auteurs, et en particulier par Victor Hugo dans un célèbre poème des Contemplations13, a été plutôt occulté dans les romans. Une œuvre éducative comme Le Tour de la France par deux enfants passe avec une extrême discrétion sur cette question qui, en 1877, peut constituer un facteur de division sociale : certains travaillent durement pendant que d’autres apprennent à lire. Bruno se contente d’y faire allusion au moment du passage de ses deux héros au Creusot :

  • Il y a trop de machines qui se remuent autour de nous et au-dessous de nous [dit Julien]. Il me semble que nous allons être broyés là-dedans.

  • Non, petit Julien ; vois, il y a là des enfants qui ne sont pas beaucoup plus âgés que toi et qui travaillent de tout leur cœur ; mais ils sont obligés de faire attention.

    • 14 Le Tour de la France par deux enfants, XLVIII, p. 670. Voir aussi Bonnefont, op. cit., p. 111, où l (...)

    C’est vrai, dit le petit garçon en se redressant et en dominant son14 émotion. Comme ils sont courageux !

La disproportion entre l’enfant et la machine est indiquée, mais immédiatement occultée par l’optimisme de l’auteur qui insiste surtout sur le courage et l’ardeur au travail de ces enfants vus de loin. La réalité ouvrière est singulièrement édulcorée.

  • 15 Le Tour de la France par deux enfants, XC, p. 774.

7Dans cette période d’expansion industrielle, certains sites focalisent particulièrement l’attention. Deux lieux ont fortement frappé les contemporains, le site du Creusot, à la fois atelier et mine souterraine, et les forges d’Indret. L’île d’Indret, dans l’estuaire de la Loire, abritait une immense usine de construction navale. Le livre de Bruno l’évoque brièvement : « On repassa devant l’usine d’Indret, où fument sans cesse les cheminées d’une grande usine analogue à celle du Creusot15 » ; les deux sites sont explicitement rapprochés, mais l’auteur est ici peu concrète. Constant Améro et Gaston Bonnefont se montrent plus soucieux de donner à voir ou à entendre. Le premier fait d’Indret une description impressionnante :

  • 16 Constant Améro, Le Tour de France d’un petit Parisien, 1889, p. 236.

L’île entière semblait n’être qu’une vaste usine d’où s’échappaient par maintes hautes cheminées des tourbillons de fumée. De cette forge cyclopéenne se dégageaient mille bruits confondus et assourdissants, produits par un puissant outillage en pleine activité16.

  • 17 Gaston Bonnefont, Voyage en zigzags... « Nous passons devant l’établissement d’Indret [...] ; le ta (...)

8On peut s’étonner que la présence humaine soit comme effacée, l’usine semble fonctionner sans intervention humaine. Gaston Bonnefont, épigone des deux auteurs précédents, se contente d’une brève description qui reprend surtout l’idée du bruit17. Si banales que soient ces descriptions, leur comparaison avec ce que Daudet fait de la même donnée est éclairante. Rappelons que Jack, âgé de treize ans, est placé de force en apprentissage à Indret. Plusieurs chapitres de la deuxième partie du roman racontent ses débuts dans un immense atelier ; l’usine est vue de l’intérieur, cette fois. Daudet recourt d’abord à des phrases nominales :

  • 18 Jack, II, 2, p. 205.

D’abord, le bruit, un bruit effroyable, assourdissant, trois cents marteaux retombant en même temps sur l’enclume, des sifflements de lanières, des déroulements de poulies, et toute la rumeur d’un peuple en activité, trois cents poitrines haletantes et nues qui s’excitent, poussent des cris qui n’ont plus rien d’humain, dans une ivresse de18 force où les muscles semblent craquer et la respiration se perdre .

L’homme est présent ici, mais comme confondu avec sa machine. Sa présence est juste devinée, dans le bruit. Les objets, ensuite, prennent le pas sur les hommes, semblent vivants ; les lignes qui suivent consacrent le triomphe de la matière et du gigantisme :

Tout grince, gronde, résonne, hurle, aboie. On se croirait dans le temple farouche de quelque idole exigeante et sauvage. Aux murs sont accrochées des rangées d’outils façonnés en instruments de tortionnaires, des crocs, des tenailles, des pinces. De lourdes chaînes pendent au plafond. Tout cela dur, fort, énorme, brutal.

Cette description, qui se prolonge encore longuement, situe le cadre où l’enfant si fragile est contraint de travailler. La présentation des lieux prend une valeur tout à fait différente lorsqu’elle est mise en relation avec un personnage : la disproportion entre l’apprenti et son cadre de vie, la violence des sensations et des impressions, donnent aux lieux une puissance magique, et enrichissent notre compréhension du personnage. La suite de la même page prend une tonalité nettement fantastique, et, plus loin, c’est dans une lecture qu’il fait à ses rares heures de loisir que l’enfant trouve l’expression de ce qu’il ressent : L’Enfer de Dante prend pour lui la forme de son enfer quotidien :

  • 19 Ibid., p. 215. On retrouve ce terme d’« enfer » à propos de la chambre de chauffe du paquebot où Ja (...)

Ces hommes demi-nus, ces flammes, ces grandes fosses de la fonderie où le métal en fusion coulait en nappe sanglante, il les voyait passer dans les strophes du poète, et les plaintes de la vapeur, le grincement des scies gigantesques, les coups sourds du marteau-pilon retentissant dans les halles embrasées, les faisaient ressembler, pour lui, aux cercles de l’enfer19.

En réalité, Daudet ne cherche pas ici à dénoncer l’injustice des conditions de travail faites aux jeunes enfants en cette époque d’expansion industrielle, mais à nous apitoyer sur le sort de son héros, enfant déraciné et soumis à des contraintes qui ne conviennent pas à sa nature. Les romans ne remettent donc pas toujours en cause le phénomène économique de l’enfant apprenti en usine. Ce riche sujet, à la fois réel et romanesque, est traité plus sur le mode du reportage que comme un témoignage d’indignation.

Un monde souterrain

  • 20 « Au fond d’une mine », Le Figaro, 16 novembre 1866, Œuvres, I, p. 907-916.
  • 21 Le Gaulois, 19 novembre 1883, Chroniques, II, p. 276-279.

9L’imaginaire des écrivains et des lecteurs est encore plus sollicité par un milieu qui prend une énorme importance dans les romans du temps : la mine. Des chroniqueurs sont allés explorer ce monde mystérieux : Jules Vallès20, Maupassant21, entre autres. Très nombreux sont aussi les romans qui le prennent pour cadre, au moins épisodiquement. Ainsi Sans famille (1878) pour les chapitres XXIV à XXVII, Les Indes noires (1877), Les Cinq Cents Millions de la Begum (1879), de Jules Verne, et bien entendu Germinal (1885). Cette fascination des écrivains a été analysée par Henri Mitterand : la mine est, selon lui,

  • 22 Henri Mitterand, « Chronotopies romanesques : Germinal », Poétique, n° 81, février 1990, p. 98. Le (...)

le chronotope du lieu souterrain, qui est à la fois enfer et tombe, enfermement et damnation, espace privé de lumière et d’issues, que l’histoire réserve aux malheureux et aux opprimés, mais d’où peuvent surgir des cataclysmes d’autant plus violents qu’ils ont été plus longtemps contenus22.

  • 23 Germinal, I, 4, RM III, p. 1172. Jules Verne, Les Indes noires, passim.
  • 24 Chapitre VII (p. 94, dans Le Livre de poche). Dans Le Maître de forges, de Georges Ohnet, un enfant (...)
  • 25 Plutôt que de supposer une influence de Malot sur Zola, on peut juger probable que les deux écrivai (...)
  • 26 Rémi repensait à une histoire racontée par Vitalis : « Dans cette histoire, des matelots avaient ét (...)

10A fortiori, pour les personnages d’enfants, la mine est un lieu chargé d’émotions. Le huis clos s’y associe à l’obscurité, générant des terreurs entretenues par les légendes comme celle de l’Homme noir23. L’enfant y est exploité au travail pour sa petite taille et son agilité, et réduit à l’état de bête de somme. Un élément d’intérêt romanesque y est toujours présent aussi : la menace d’une catastrophe, coup de grisou ou inondation, qui finit par survenir effectivement dans tous les romans cités ci-dessus. Le petit Carl Bauer, âgé de treize ans, meurt asphyxié dans Les Cinq Cents Millions de la Bégum24. La catastrophe la plus redoutable est celle qui, par un éboulement ou un accident survenu dans les issues, condamne le ou les personnages à une claustration d’autant plus redoutable qu’elle implique une obscurité totale, la faim et la soif, véritable descente aux enfers qui revêt un caractère initiatique. Bien avant Germinal, Sans famille traite un tel épisode, Rémi, qui se trouvait par une série de hasards travailler pour quelques jours dans la mine, fait partie de la petite équipe de sept personnes qui reste bloquée dans une galerie pendant quatorze jours. Cette péripétie, classique dans les romans de la mine25, implique un certain nombre d’éléments utiles à la connaissance du personnage, affronté aux besoins vitaux, mais aussi aux drames de la vie dans un groupe où les relations sont forcément tendues, aux hallucinations, et à l’angoisse d’envisager sa propre mort. Bien entendu, Rémi, malgré son jeune âge, sort triomphant de cette épreuve, même si son imagination lui a causé de graves inquiétudes26.

  • 27 Voir sur ce point Henri Marel, « Jules Verne, Zola et la mine », Les Cahiers naturalistes, n° 54, 1 (...)

11Ce monde souterrain donne lieu à quelques fantasmes, en particulier l’invention d’un monde parallèle, dans lequel on pourrait vivre aussi bien qu’à la surface du sol. Jules Verne, dans Les Indes noires, exploite cette idée en imaginant une jeune fille de quinze ans, Nell, née dans la mine, et qui y a toujours vécu, avec son grand-père, recluse, en ignorant complètement la lumière du soleil. La donnée romanesque permet alors de faire découvrir à la jeune fille la vie sociale et la beauté du monde, comme par une seconde naissance. Dotée d’une intelligence remarquable, Nell accomplit en peu de temps et sans drame cette initiation, traitée par Jules Verne sur un mode tout à fait optimiste27. L’usine ou la mine, lieux du travail enfantin, véritable figuration de l’enfer, ont un caractère initiatique, et le héros finit en général par en sortir, grandi par les épreuves qu’il a surmontées.

3. Encerclements

  • 28 Le Roman d’un enfant, II, p. 45-49, XXIII, p. 110, L, p. 183. Loti parle d’une « sphère ouatée » (I (...)

12L’idée de la réclusion est souvent illustrée, symboliquement, par la figure du cercle. S’il est pour le tout petit une protection recherchée, le cercle devient, pour l’adolescent, une clôture mentale qui limite ses désirs et ses possibilités. Cette image est particulièrement présente dans Le Roman d’un enfant. Dans le second chapitre, qui sacrifie à la tradition du récit de premier souvenir, Loti lui fait une place de choix. C’est d’abord la clarté du « foyer ; ce « cercle lumineux » s’oppose aux chaises vides, « alignées le long des murs », qui attendent l’arrivée des personnes âgées composant la maisonnée et dont le jeune enfant désire la présence, « à leurs places accoutumées, assises en cercle autour de moi ». Ce souvenir associe euphorie et angoisse, puisque le cercle est recherché ici comme une protection contre les ténèbres extérieures. L’image, concrétisée par la disposition des chaises, réapparaît à plusieurs reprises dans la suite du roman ; mais le cercle familial est bientôt ressenti, par le jeune homme comme une étouffante prison28.

« Surveiller etpunir »

13Si la cause des droits de l’enfant a fait depuis le siècle dernier de réels progrès, il n’était pas rare alors que l’enfant soit confronté à la prison, autre forme d’encerclement à laquelle les romans font une place, que ce soit pour parler de prisons réelles, plus ou moins terribles, ou pour bâtir autour du héros des prisons mentales, aux murs invisibles peut-être, mais aux lourdes contraintes.

  • 29 Voir Roger Bellet, « La punition du cachot chez Vallès et dans les collèges du XIXème siècle », Dan (...)

14L’école, nous l’avons vu, est souvent comparée à la prison ; elle comporte aussi réellement une prison, dans certains cas. Dans la gradation des punitions et des châtiments en usage, en effet, existent différentes formes de réclusion. Pour des fautes bénignes, il y a les arrêts et la retenue, mais dans certains cas l’élève peut être mis « au cachot », ou « en prison », ou « au séquestre », ces trois mots recouvrant sans doute des réalités proches29. Dans tous les cas, il s’agit d’une mise à l’écart du fautif, dans un espace austère où, occupé à un pensum ou non, il est censé méditer sur ses torts et s’amender. Cependant le résultat n’est pas forcément celui que les éducateurs escomptaient. Dans L’Enfant, Vallès place plusieurs fois son personnage dans de telles situations. Mis aux arrêts dans une salle d’étude vide, il découvre par hasard Robinson Crusoé, et ces heures de solitude deviennent le moment de la plus merveilleuse évasion : Robinson a, pour l’écolier puni, le prestige du héros qui assume seul sa vie. Une autre fois, à Saint-Etienne aussi, il a « gobé une retenue » qui le prive de la partie de campagne du dimanche, mais prend la punition avec une certaine philosophie :

Je trouvai moyen, sous peine de besoins urgents, d’aller flâner dans le gymnase, où je décrochai un trapèze et faillis me casser les reins ; je bâclai mon pensum, bus un peu d’encre, et six heures arrivèrent.

Le cachot, qui devrait amener l’élève à la docilité et le mater, produit parfois l’effet inverse, il fait du puni un personnage prestigieux :

  • 30 L’Enfant, XI, p. 211, XVI, p. 261, XV, p. 243.

Je préfère le cachot à la retenue.
Je suis libre entre mes quatre murs, je siffle, je fais des boulettes, je dessine des bonshommes, je joue aux billes tout seul. [...]
Le cachot ne m’épouvante pas ; même j’éprouve un petit orgueil à revenir le soir par les cours désertes, en rencontrant au passage quelques élèves qui me regardent comme un révolté30 !

L’enfant éprouve le paradoxe de s’y trouver libre, et en même temps gagne en prestige social. Sa révolte y prend forme peu à peu.

15L’enfermement dans un cachot imposé à Sébastien Roch est vécu beaucoup plus douloureusement par le jeune garçon, parce qu’il ignore de quoi il est accusé, et qu’il est sous la garde constante d’un odieux frère geôlier.

  • 31 Sébastien Roch, I, 7, p. 927.

Jamais il n’a senti aussi lourdement sur son crâne, sur ses épaules, sur ses reins, sur tout son corps et sur toute son âme, le poids accablant du collège, l’étouffement de ses murs, l’écrasement de cette discipline, le froid visqueux de cette ombre31.

Mirbeau suggère le rapport entre les conditions physiques de la séquestration et l’effet moral produit ; il évoque la détresse de l’enfant. Son livre est, sur ce point comme sur bien d’autres, un réquisitoire contre de telles méthodes éducatives.

  • 32 Sans famille, XXIX, p. 438, opposé à XXXVIII, p. 527.

16Mais il est d’autres prisons que celles de l’école. Dans ce cas, l’épisode d’emprisonnement constitue une sorte de pause dans la continuité narrative. Il est traité parfois sur le mode de la dérision, présentant, dans Sans famille, une scène cocasse lorsque les deux enfants, soupçonnés à tort d’avoir volé une vache, sont enfermés dans la pièce où le garde champêtre met à sécher ses oignons ; mais il peut être aussi (et c’est le cas dans le même roman) un épisode pathétique, requérant la sympathie du lecteur, et amenant un suspens narratif32 : comment le héros réussira-t-il à sortir d’un lieu si bien gardé ? L’évasion sera l’occasion de montrer l’ingéniosité des complices. Depuis Le Comte de Monte-Cristo, le motif est populaire. Mais que ce soit un enfant qui en soit le héros involontaire, et le pathétique s’en trouve renforcé.

  • 33 Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975, p. 343 sq. Mettray reçut quelques pensi (...)

17« Surveiller et punir » : ce double objectif de la prison, ainsi formulé par Michel Foucault, prend dans les romans une forme frappante avec l’allusion à une institution qui fascina tous ceux qui, au XIXème siècle, s’intéressaient à l’enfance : la colonie de Mettray. Cet établissement fondé en 1840 recevait de jeunes délinquants, mais aussi des adolescents placés là par le fait de l’autorité paternelle33. Les esprits conformistes n’y voient rien de répréhensible, et Mettray est une étape dans le tour de France des deux cousins, raconté par Gaston Bonnefont :

  • 34 Gaston Bonnefont, op. cil., p. 340-341.

Nous nous arrêtons et visitons le pénitencier. Tout y est calculé pour que les enfants et les jeunes gens qui y sont envoyés aient l’illusion de la liberté. L’aspect général n’a rien de sévère. [...] On n’entre ici que quand on a commis quelque faute grave et il serait malheureux que les enfants honnêtes ne fussent pas mieux traités que les jeunes coquins34.

Ce passage d’un « roman » dont nous avons déjà signalé le caractère référentiel, fait sentir par comparaison ce qu’a de frappant la description du même établissement par Daudet, une quinzaine d’années plus tôt. Jack a été accusé à tort d’un vol, et l’amant de sa mère, d’Argenton, passant en Touraine, découvre par hasard la colonie. Il songe à y placer Jack, ce qui serait une façon commode de se débarrasser de lui. Daudet décrit les enfants au travail dans un champ :

  • 35 Jack, II, 7, p. 279.

« Plus droit !... Pas si vite !... » criait le surveillant ; et les outils s’escrimaient, les visages en sueur se penchaient vers la terre ; et par moments, quand ils se relevaient pour prendre haleine, on voyait des fronts étroits, des crânes pointus, des têtes qui portaient toutes une marque d’atrophie, de dépérissement ou de désordre. Assurément, ces enfants n’avaient pas été élevés dans la liberté de la pleine nature. La pâleur de la plupart, leurs yeux rouges ou mal ouverts, racontaient des misères de ville, des étouffements de quartiers pauvres et des maisons malsaines35.

  • 36 Jack, totalement lavé du soupçon qui pesait sur lui, échappe finalement à ce sort.
  • 37 On sera moins surpris de trouver également la dénonciation des abus de Mettray sous la plume de Mir (...)

Certes, Daudet n’est pas un écrivain social ou engagé ; mais sa sensibilité se révolte devant le sort fait à ces enfants, fussent-ils délinquants, et la mise en œuvre de cette indignation dans le roman frappe d’autant plus que le projet d’enfermement concerne le héros, Jack. L’épisode n’ayant pas de conséquence sur la suite de l’intrigue36, on voit que ces quelques pages qui font entrer dans l’univers du roman la réalité de la colonie de Mettray ont une intention plus pathétique et dénonciatrice que narrative37.

  • 38 L’Enfant, I, p. 143. Plusieurs paragraphes y forment un parallèle : « La maison que nous habitons e (...)
  • 39 Ibid., XVIII, p. 301.

18Mais la prison n’est pas forcément un lieu muni de serrures et de barreaux. Pour certains personnages d’enfants ou d’adolescents elle prend parfois des formes plus subtiles, et non moins douloureuses. L’oppression familiale est aussi un enfermement. Si Jacques Vingtras se trouve, au cachot du lycée, « libre entre [s]es quatre murs », la famille est pour lui une prison bien plus contraignante. Pour lui, « maison » rime avec « prison » et la comparaison n’est pas à l’avantage de la première38. Il en vient à lui préférer, dans ses souhaits secrets, la réclusion sous ses formes les plus traditionnelles : « Je voudrais être en cellule, être attaché au pied d’une table, à l’anneau d’un mur ; mais ne pas aller me promener avec ma famille, le soir39 ». Ce paradoxe est une façon d’illustrer les rapports de Jacques et de ses parents. La « délivrance », selon l’intitulé du dernier chapitre du livre, sera l’étape ultime de l’adolescent vers l’autonomie. Le livre apparaît comme une vaste métaphore qui présente l’enfance en famille comme une prison mentale, où sont imposés l’uniforme, la nourriture, les rythmes de vie.

  • 40 Au contraire, dans des ouvrages pour les enfants un peu plus anciens, comme Les Petites Filles modè (...)

19La prison, sous ses formes traditionnelles, ou à travers des représentations plus symboliques, occupe donc une place de choix parmi les figures de l’enfermement. Rares sont, dans les romans que nous étudions, les cas où l’enfant sort repentant et amélioré de telles punitions40 ; au contraire, la claustration, pour les plus forts des héros, renforce leur volonté d’autonomie et même leur révolte.

L’île et le bassin

20Autre figure du cercle, l’insularité comporte des vertus fascinantes qui ont inspiré poètes et romanciers, depuis les mythes de l’Antiquité jusqu’à notre époque. Plusieurs œuvres illustrent ce motif, avec ses variantes, ou son inverse : à la terre entourée d’eau se substitue parfois le bassin, eau cernée par une clôture.

  • 41 Voir Daniel Compère, Approches de l’île chez Jules Verne, Minard, 1977.
  • 42 On peut penser ici à l’importance de la carte dans L’Ile au trésor de R.L. Stevenson (1883).

21L’île, l’un des éléments fondamentaux du roman d’aventures, apparaît avec une grande fréquence dans la littérature de jeunesse, surtout depuis Robinson Crusoé. On sait la place qu’elle tient dans de nombreux romans de Jules Verne, avant et après Deux ans de vacances41. Ce roman présente d’abord un aspect didactique, et l’exploration de cette île, qu’on ne situera précisément qu’à la fin du roman, et dont on sait seulement qu’elle se trouve quelque part dans le Pacifique Sud, donne lieu à des développements géographiques, botaniques, zoologiques de la part de Jules Verne. Mais l’essentiel, pour le lecteur, n’est sans doute pas là. Les quinze jeunes gens que la dérive, puis l’échouage de leur bateau, ont conduits sur cette terre, sont d’abord affrontés à une question, qui occupe tout le chapitre V, de sa première à sa dernière ligne : « Ile ou continent ? ». La réponse à cette question sera déterminante : l’abordage sur un continent aurait pu permettre une expédition pour reprendre contact avec les humains ; mais sur une île, et de surcroît déserte, les jeunes garçons ne pourront compter que sur eux-mêmes. C’est une île étrange, d’ailleurs, qui renferme un immense lac intérieur d’eau douce ; île gigogne si l’on veut. La présence dans le roman d’une carte de l’île donne une représentation concrète de ce monde particulier42. La logique narrative amène alors une autre alternative : puisque c’est une île, on peut, soit chercher à s’en échapper, soit décider d’y rester et aménager au mieux ce territoire. Ces deux théories sont débattues par Gordon et Briant, mais la discussion tourne court, et dans les faits, c’est la seconde position qui prévaut, jusqu’à la délivrance des enfants, venue de l’extérieur.

  • 43 Simone Vierne, Jules Verne et le roman initiatique (p. 391).
  • 44 Deux ans de vacances, XII, p. 206.
  • 45 Francis Marcoin, « La fiction pour enfants au XIXème siècle », dans Le Livre d’enfance et de jeunes (...)
  • 46 Sans famille, XXV, p. 389 : « Nous serons là comme des naufragés sur un radeau, dans une situation (...)

22Terre où l’on est enfermé, l’île reste malgré tout un exaltant terrain de jeux et d’exploration, dont il faut découvrir et inventorier les possibilités. L’idée de jeter un enfant seul sur une île déserte est peu fréquente dans les romans, et ferait sans doute trop fortement ressortir la faiblesse du personnage. Mais, en groupe, les héros mettent en commun leurs ressources. Cette « micro-société43 » connaît les problèmes de tout groupe humain : clivages selon les âges, les nationalités, les tempéraments. L’île donne malgré tout un sentiment de sécurité. Les enfants lui donnent le nom de leur pensionnat et la baptisent « l’île Chairman44 », de même que le lac central sera appelé « Family-Lake ». On voit par là le besoin de rendre familier et proche ce territoire, ne serait-ce que par le pouvoir des mots. L’île, dans les romans où elle apparaît, est la représentation d’un monde fermé, et peut avoir une valeur métaphorique. La plupart des utopies n’ont-elles pas été situées dans des îles ? Francis Marcoin, remarquant la fréquence du thème de l’île dans la littérature de jeunesse, en montre le sens symbolique : « univers en réduction, soit école, soit prison ou couvent45 ». Curieusement, par exemple, Hector Malot fait sentir la ressemblance entre la situation d’isolement des mineurs bloqués dans une galerie, avec l’eau à leurs pieds, et celle de naufragés sur une île46. Les angoisses, l’attente et les conflits sont au fond les mêmes.

  • 47 Deux ans de vacances, I, p. 9.
  • 48 Le Roman d’un enfant, X, p. 72. Voir aussi tout le chapitre XX. L’aspect autobiographique est ici p (...)

23Le rétrécissement de l’espace vital des personnages a une certaine ambivalence : il est restriction de la vie et du mouvement, mais il peut être recherché aussi par besoin de sécurité. Ainsi, dans Deux ans de vacances, lorsque le Sloughi dérive avec les enfants seuls à bord, ce bateau apparaît comme un territoire de relative sécurité par rapport à la mer qui les environne, déchaînée, et les plus petits se blottissent les uns contre les autres dans le salon du yacht47. Mais, avec l’adolescence, vient le besoin d’expansion ; l’île peut catalyser alors le rêve d’un ailleurs. Même si elle n’est pas bien lointaine, elle acquiert de son isolement un charme et un attrait exotiques. Cela est très sensible encore chez Loti, dont le roman peut se lire comme l’enchaînement d’une série d’espaces de plus en plus vastes. Du jardin de la maison familiale avec son petit bassin, il passe à l’île de ses ancêtres : lieu de la découverte de la mer, lieu aussi des premières amours enfantines : « C’est singulier le charme qu’avait pour moi cette île et les moindres choses qui en venaient48 ». Mais, plus loin dans le roman, « l’île » que jusque là il écrivait toujours en italiques ou entre guillemets, désigne un tout autre lieu. Avec les voyages de son frère, c’est Tahiti qui devient dans sa pensée « l’île délicieuse » ou « l’île mystérieuse » :

  • 49 Ibid., XXX, p. 126, LXVIII, p. 223, LXXIV, p. 234, XLVI, p. 173

Dans les rêves de mes nuits, je voyais souvent l’île délicieuse et m’y promenais ; elle hantait mon imagination comme une patrie chimérique désirée ardemment mais inaccessible, située sur une autre planète49.

L’île n’est donc plus ici une image d’enfermement, mais au contraire la cristallisation des rêves d’un départ lointain.

24L’idéal pour concilier le besoin de sécurité et l’appel à l’évasion se concrétise par le très ancien mythe de l’île flottante. Une forme originale en a été conçue par Jules Verne et André Laurie, écrivant en commun L’Epave du Cynthia :

  • 50 Jules Verne et André Laurie, L’Epave du Cynthia, p. 24.

L’objet qui flottait ainsi, porté vers la côte par la marée montante, était un petit berceau d’osier, enveloppé d’une housse de mousseline et bien attaché sur une bouée. [...] J’aperçus alors dans le berceau un pauvre bébé de sept à huit mois, qui dormait à poings fermés50 !

  • 51 A la fin du même roman, Erik, le héros enfin identifié, et son père adoptif, se trouvent isolés sur (...)

Cette découverte mystérieuse rappelle l’épisode biblique de la découverte de Moïse ; l’errance au fil de l’eau annonce sans doute un destin exceptionnel, pour un personnage en apparence ballotté sans point de départ ni point d’arrivée. Cercle mystérieux, cette bouée est destinée à dériver au gré des courants51 et représente les aléas de la vie, surtout si on la compare à l’image d’un bateau caréné, lui, pour fendre les flots et aller de l’avant. Le cercle s’oppose donc souvent à l’idée de mouvement et enferme le personnage dans une relative immobilité. Exceptons-en une figuration qui associe circularité et circulation, celle du cirque.

Le cirque

  • 52 Citons, entre autres, depuis Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart de Louis Desnoyers (1834), Roma (...)
  • 53 Gyp, « Bob au cirque », Petit Bob, Vallès, L’Enfant, VIII.

25Distraction très populaire en cette fin de siècle, le cirque avec son monde de saltimbanques tient une place importante dans les romans de l’époque, et pas uniquement dans les ouvrages destinés à la jeunesse52. Image de cercle avec son chapiteau qui réunit en rond, à l’abri, les spectateurs de tous âges, le cirque fascine, par les couleurs, les bruits, le mouvement, l’exotisme, la sensualité même53. Il est la représentation d’un monde truqué dont les romanciers, bien souvent, nous dévoilent les coulisses, et ne doit sa magie qu’à l’artifice. Employé à titre de comparaison, le cirque permet de dévoiler les faux-semblants ; qu’on voie, dans cet esprit, la description par Vallès d’une distribution des prix :

  • 54 L’Enfant, V, p. 170.

Adossée à cette salle était l’estrade avec le personnel de la baraque, je veux dire du collège : – Monseigneur au centre, le préfet à gauche, le général à droite, galonnés, teintés de violet, panachés de blanc, cuirassés d’or comme les écuyers du cirque Bouthors. Il n’y avait pas de chameau, malheureusement54.

Une telle comparaison dévalorise singulièrement la cérémonie. Elle révèle l’impertinence du narrateur adulte, mais aussi le regard critique et distancé du héros enfant. Elle donne sur l’institution scolaire un regard nouveau, qu’a analysé Roger Bellet :

  • 55 Roger Bellet, « Image de l’école chez Jules Vallès », Dans le creuset..., p. 280.

En élevant le monde du cirque à l’état de mythe, Vallès jugeait et faisait juger. La collision le passionnait, parce qu’une analogie rapprochait les deux mondes : mondes clos, lois internes rigoureuses, fonction analogue de la répétition et de la « récitation », rôle de l’estrade et des tréteaux d’où l’on profère et provoque, jeu des collégiens-acteurs55...

En général, le monde du cirque provoque chez le personnage enfantin à la fois fascination et crainte. Dans la tradition des romans populaires, les saltimbanques passent pour des voleurs d’enfants ; ils sont donc ceux qui arrachent l’enfant au foyer clos et protecteur pour le jeter sur les routes. Ils brisent, par la violence, le cercle familial pour entraîner au dehors le héros-victime. Le cirque, c’est à la fois le chapiteau et la route, c’est sans doute pourquoi il tient une place de choix dans les récits d’enfance ou destinés à l’enfance.

26Dans de nombreux romans, la peinture d’un monde clos répond à une intention réaliste ; l’écrivain se propose de témoigner sur certaines institutions. Mais la clôture a aussi un rapport étroit avec la structure du récit, et l’évolution du personnage. Les épisodes d’enfermement, quelle que soit leur forme, créent angoisse et suspens. L’enfant ou l’adolescent, affronté à des limites imposées, doit structurer sa personnalité en conformité avec elles, ou en réaction contre elles : les romans édifiants lui font accepter ces limites, en tirer une morale. Les romans plus contestataires préparent ainsi la révolte du héros. Le monde ainsi délimité est chargé de valeurs symboliques. L’espace est en effet une figuration de la situation de l’enfant dans le monde, et souvent, de son aliénation. Mais, pour qu’il y ait matière à roman, il faut que cet espace clos soit transgressé, il faut passer outre.

Notes

1 Claude Pujade-Renaud, L’Ecole dans la littérature, ESF, 1986, p. 12. Aux romans cités, de Colette et de Léon Frapié, on peut ajouter Vérité, de Zola (1903).

2 L’Enfant, fin du chap. I : « Je suis grand, je vais à l’école. Oh ! la belle petite école ! » (p. 147), à confronter avec les chapitres III (Le Collège), XI (Le Lycée) et XX (Mes Humanités).

3 Le héros du Roman d’un brave homme, d’Edmond About, donne à propos de son collège communal les chiffres suivants : « Une trentaine de captifs, c’est à dire d’internes, dont quelques-uns avaient leurs familles à vingt pas du collège [...]. Vingt demi-pensionnaires déjeunaient avec les internes [...]. Enfin, nous étions à peu près cent externes, libres d’aller et de venir. » (p. 28). Pour des statistiques portant sur la réalité, voir Elisabeth Badinter, L’Amour en plus, p. 206.

4 L’Enfant, III, p. 157. Voir aussi, au chap. XI, p. 208, l’allusion aux odeurs empestées des latrines et l’état négligé des locaux, au lycée de Saint-Etienne.

5 Voir Paul Gerbod, La Vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXème siècle, Hachette, 1968, chap. 1.

6 Le Roman d’un brave homme, p. 28.

7 Jack, I, 2, p. 23.

8 Ibid., I, 5, p. 89.

9 Parallèlement à l’expression romanesque, voir les véritables réquisitoires dressés dans la presse par Vallès (par exemple « L’éducation » dans Le Cri du peuple, 8 février 1884, Œuvres, II, p. 1114) et par Maupassant (« Alma mater » dans Gil Blas, 9 juin 1885, Chroniques III, p. 169). Romanciers et chroniqueurs insistent sur ce qui fut certainement un problème de société, contribuant sans doute à une amélioration. En 1921, Drieu La Rochelle pouvait écrire : « Pas méchant, le collège, du reste : je songe aux malédictions que les hommes du dernier siècle ont lancées contre leurs geôles. Tout cela est fini. » (Etat-civil, p. 74).

10 La Petite Lazare, IV : « “Au lieu de prison, vous auriez mieux fait de donner à cet enfant une robe. Avec une robe, elle irait à l’école, et ne battrait pas les champs...” L’école ! une robe ! Lazare soupira... » Voir aussi les chapitres VIII et XXL

11 Georges Darien, Bas les cœurs !, 23, p. 306.

12 De même le héros de Vipère au poing, d’Hervé Bazin (Grasset, 1948) envisage son entrée au collège comme une véritable libération.

13 Les Contemplations, III (1856), Melancholia.

14 Le Tour de la France par deux enfants, XLVIII, p. 670. Voir aussi Bonnefont, op. cit., p. 111, où le travail des enfants au Creusot est passé sous silence, on parle plus de l’école « gérée par l’usine elle-même » qui leur est réservée.

15 Le Tour de la France par deux enfants, XC, p. 774.

16 Constant Améro, Le Tour de France d’un petit Parisien, 1889, p. 236.

17 Gaston Bonnefont, Voyage en zigzags... « Nous passons devant l’établissement d’Indret [...] ; le tapage, formé de mille bruits confondus, est assourdissant » (p. 359).

18 Jack, II, 2, p. 205.

19 Ibid., p. 215. On retrouve ce terme d’« enfer » à propos de la chambre de chauffe du paquebot où Jack travaille ensuite, II, 8, p. 301.

20 « Au fond d’une mine », Le Figaro, 16 novembre 1866, Œuvres, I, p. 907-916.

21 Le Gaulois, 19 novembre 1883, Chroniques, II, p. 276-279.

22 Henri Mitterand, « Chronotopies romanesques : Germinal », Poétique, n° 81, février 1990, p. 98. Le mot « chronotope » est emprunté à Bakhtine.

23 Germinal, I, 4, RM III, p. 1172. Jules Verne, Les Indes noires, passim.

24 Chapitre VII (p. 94, dans Le Livre de poche). Dans Le Maître de forges, de Georges Ohnet, un enfant est écrasé par le wagon qu’il tirait, mais l’intervention du patron permet de le sauver ! (Ollendorff, 1883, dans Mélos, « Omnibus », p. 540).

25 Plutôt que de supposer une influence de Malot sur Zola, on peut juger probable que les deux écrivains ont eu des sources documentaires communes.

26 Rémi repensait à une histoire racontée par Vitalis : « Dans cette histoire, des matelots avaient été jetés sur un îlot de sable où ne se trouvait pas la moindre nourriture, et ils avaient tué le mousse pour le manger. Je me demandais, en entendant mes compagnons crier la faim, si pareil sort ne m’était pas réservé, et si, sur notre îlot de charbon, je ne serais pas tué aussi pour être mangé. » (XXVII, p. 409).

27 Voir sur ce point Henri Marel, « Jules Verne, Zola et la mine », Les Cahiers naturalistes, n° 54, 1980, p. 187-200.

28 Le Roman d’un enfant, II, p. 45-49, XXIII, p. 110, L, p. 183. Loti parle d’une « sphère ouatée » (I, p. 43), ce qui est une autre formulation de l’image du « cocon ». Mais le terme est employé d’une façon de plus en plus péjorative au long du livre (voir LIV, p. 194).

29 Voir Roger Bellet, « La punition du cachot chez Vallès et dans les collèges du XIXème siècle », Dans le creuset littéraire du XIXème siècle, éd. Du Lérot, 1995, p. 299-315.

30 L’Enfant, XI, p. 211, XVI, p. 261, XV, p. 243.

31 Sébastien Roch, I, 7, p. 927.

32 Sans famille, XXIX, p. 438, opposé à XXXVIII, p. 527.

33 Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, 1975, p. 343 sq. Mettray reçut quelques pensionnaires devenus illustres par la suite, comme Jean Genet. L’établissement ferma ses portes en 1939.

34 Gaston Bonnefont, op. cil., p. 340-341.

35 Jack, II, 7, p. 279.

36 Jack, totalement lavé du soupçon qui pesait sur lui, échappe finalement à ce sort.

37 On sera moins surpris de trouver également la dénonciation des abus de Mettray sous la plume de Mirbeau, dans une interview donnée à La Petite République, le 25 Janvier 1909 (Mirbeau, Combats pour l’enfant, Vauchrétien, Ivan Davy, p. 229- 232).

38 L’Enfant, I, p. 143. Plusieurs paragraphes y forment un parallèle : « La maison que nous habitons est dans une rue sale [...] / La prison est au bout de la rue [...] / Le geôlier [...] m’emmène quelquefois à la prison, parce que c’est plus gai [...] / A la maison l’on ne rit jamais ».

39 Ibid., XVIII, p. 301.

40 Au contraire, dans des ouvrages pour les enfants un peu plus anciens, comme Les Petites Filles modèles, de la Comtesse de Ségur, Sophie, enfermée plusieurs jours au « cabinet de pénitence » dans des conditions assez dures, éprouve un véritable repentir (Chap. XVIII).

41 Voir Daniel Compère, Approches de l’île chez Jules Verne, Minard, 1977.

42 On peut penser ici à l’importance de la carte dans L’Ile au trésor de R.L. Stevenson (1883).

43 Simone Vierne, Jules Verne et le roman initiatique (p. 391).

44 Deux ans de vacances, XII, p. 206.

45 Francis Marcoin, « La fiction pour enfants au XIXème siècle », dans Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 136.

46 Sans famille, XXV, p. 389 : « Nous serons là comme des naufragés sur un radeau, dans une situation plus terrible, même, car sur un radeau, au moins, on a l’air et le jour. »

47 Deux ans de vacances, I, p. 9.

48 Le Roman d’un enfant, X, p. 72. Voir aussi tout le chapitre XX. L’aspect autobiographique est ici patent ; il s’agit de l’île d’Oléron, où Loti demanda à être enterré.

49 Ibid., XXX, p. 126, LXVIII, p. 223, LXXIV, p. 234, XLVI, p. 173

50 Jules Verne et André Laurie, L’Epave du Cynthia, p. 24.

51 A la fin du même roman, Erik, le héros enfin identifié, et son père adoptif, se trouvent isolés sur une banquise qui dérive, encore soumis au destin (op. cit., p. 209).

52 Citons, entre autres, depuis Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart de Louis Desnoyers (1834), Romain Kalbris d’Hector Malot (1869), Les Frères Zemganno, de Goncourt (1879), Miarka, la fille à l’ourse de Jean Richepin (1883), Le Petit Gosse de William Busnach (1889), César Cascabel de Jules Verne (1890).

53 Gyp, « Bob au cirque », Petit Bob, Vallès, L’Enfant, VIII.

54 L’Enfant, V, p. 170.

55 Roger Bellet, « Image de l’école chez Jules Vallès », Dans le creuset..., p. 280.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search