Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Troisième Partie. Féminité

Chapitre 7

Refus de l’aventure

Texte intégral

Gromiline-Voronovo, la terre de la terreur, un monde inquiétant où naîtrait un romanesque excessif, esquissé mais immédiatement combattu. La comtesse laisse attendre, puis esquive, une trame romanesque agitée, et son roman raconte la tentation et le refus de l’aventure. Certains lecteurs ne seront attentifs qu’au premier de ces deux mouvements et ne retiendront du texte que ses virtualités d’errance et de déplacement. Ainsi, René Schérer et Guy Hocquenghem, selon qui l’enfant est fait pour être enlevé, en raison de sa petitesse, de sa faiblesse et de sa joliesse, recensent dans la littérature toutes les figures du ravisseur, et ne manquent pas d’en trouver chez la comtesse de Ségur :

  • 1 René Schérer, Guy Hocquenghem, Co-ire, Album systématique de l’enfance, Recherches n° 22, (...)

Le paradoxe, l’ironie, c’est que ces figures interviennent généralement dans le roman familial ou éducatif ; on les voit s’étaler complaisamment dans ces livres édifiants pour la jeunesse où pullulent en contrepoint aussi les rapts redoutés, fait des saltimbanques ou des vagabonds. C’est alors que le bon protecteur est opposé au corrupteur, l’Anglais M. Georgey protecteur du petit Julien et de Frédéric, à la bande perverse dont fait partie Alcide, dans Le Mauvais génie de la comtesse de Ségur ; le généreux dandy Abel, protecteur de Jean qui rit, aux fréquentations de bas étage de son cousin, dans Jean qui grogne et Jean qui rit de la même. [...] Tout cela bien moral, évidemment. Mais ce n’est pas la leçon explicite qui importe ; ce que révèlent tous ces romans, c’est la fascination auprès de l’enfance et des familles, exercée par le protecteur1.

  • 2 Marianne Alphant, « Une lecture orpheline », p. 152.

1Ainsi tout protecteur, occupant la place du séducteur, et même de corrupteur, intervient pour obliger l’enfant à réaliser son désir de fuite. Ce désir de fuite, c’est « le fil plus sombre » que Marianne Alphant cherche également dans la trame du récit, celui d’une détresse d’abord, enfants perdus ou maltraités, mais qui devient plus gai : « Jean embrasse sa mère, s’essuie les yeux et se met en route sans tourner la tête. Ainsi s’éloigne le lecteur ; l’enfant s’en va, Jean à Paris, Julien aux champs garder les dindes, Gaspard à l’usine de M. Féréor... »2 Une phrase de Jean qui grogne et Jean qui rit semble significative : « Les enfants suivirent l’étranger, Jean remerciant le bon Dieu et la sainte Vierge de la rencontre d’un si bon, si riche et si généreux voleur. » Jean fait ici allusion aux conditions de leur rencontre avec M. Abel, qui s’était fait passer pour un voleur afin de montrer aux enfants leur imprudence. Mais ce propos ambigu pourrait bien exprimer un désir de se faire voler, d’être emmené. Tout autre roman pour enfants, Les Ecoliers de Mme Guizot par exemple, dirait sans doute cela. Mais chez la comtesse, l’étranger ne nous emmène nulle part. Il nous dépose ou nous fixe, et si le petit garçon veut vraiment quitter sa mère, c’est pour en retrouver une autre ou pour aller vers une dépendance plus forte encore. Jacques et Paul sont perdus et abandonnés, mais loin d’être condamnés à l’errance, ils sont tout de suite trouvés par Moutier et conduits à l’auberge. De même, Jean qui grogne et Jean qui rit, partant à pied pour Paris, ne tardent pas à rencontrer un étranger, ce « voleur » de M. Abel, qui leur donne de l’argent, les fait manger à l’auberge et leur laisse son adresse parisienne. Puis c’est M. Kersac, qui les transporte dans sa carriole jusqu’à Vannes, et même jusqu’à Malansac, leur faisant gagner deux jours de voyage à pied, avant de leur payer tout bonnement une place de troisième classe en chemin de fer jusqu’à Paris :

Je n’aimais pas, Jean, à te savoir sur les grandes routes avec si peu d’argent, un si long voyage devant toi, et tant de mauvais garnements que l’on est exposé à rencontrer.

2Cette rencontre d’un protecteur, loin de séparer Jean de sa mère, permet de renouer le contact avec elle, puisque le premier geste de Kersac est d’aller la voir pour lui donner des nouvelles de son fils. En toute bonne logique ségurienne, il lui faudra ensuite épouser la femme Hélène Dutec, comme pour régulariser la situation.

3Le roman ségurien commence donc là où finit généralement le roman d’aventures, au moment des retrouvailles, quand le bonheur peut s’épanouir, moment généralement détesté du romancier, puisque selon l’adage, « les peuples heureux n’ont pas d’histoire ». C’est en cela que la comtesse de Ségur nous apprend à lire, c’est-à-dire à revenir sur notre propre acte de lecture et sur notre attente à l’égard de la fiction. On peut ainsi parler de « distanciation », terme sans doute galvaudé, mais qui s’impose si l’on compare le roman ségurien à eux-mêmes de la « Bibliothèque Rose ». En effet, bien qu’écrivant dans le sillage de la comtesse et bien que présentant le même « profil » qu’elle, publiant parallèlement des ouvrages de dévotion et des romans pour enfants, d’autres auteurs féminins se laissent plus volontiers entraîner sur les routes et illustrent la veine de l’enfant trouvé ou enlevé. Les Mémoires d’un caniche, de Julie Gouraud, s’ils témoignent d’une concurrence avec Les Mémoires d’un âne, vont élargir considérablement le cadre géographique, puisqu’un petit caniche élevé luxueusement dans un des plus magnifiques châteaux de la Touraine, est d’abord volé, puis vendu à un jeune couple qui l’emmène en voyage et lui fait connaître les Alpes, la Suisse, les montagnes. Ensuite, perdu puis donné à une vieille mendiante dont il fait l’aisance, il accompagne le fils de celle-ci qui gagne Paris à pied, et finit, après quelques aventures, par retrouver son ancien maître.

4Ainsi ce qui est absent chez la comtesse, le long voyage plein d’imprévus, l’expansion du récit toujours arrêté chez elle, est ici pris en charge par un auteur qui tout en écrivant par ailleurs des « Mois de Marie », ne recule pas devant le roman d’aventures dans lequel se dispersent déjà quelques fragments d’encyclopédie : propos pratiques sur l’utilité d’un chien, incitation à s’intéresser à la géographie, développement sur l’utilité des voyages pour acquérir des connaissances et « varier ses impressions », etc. L’aventure est de toute évidence présentée comme une manière de visiter notre pays et de découvrir des paysages. Un autre de ses ouvrages, Les Vacances d’Yvonne, affichait un sous-titre éloquent : « Dauphiné ; paysages, mœurs, causes de la foudre, catéchisme, histoire sainte ». Publié en 1832, cet ouvrage témoigne d’un intérêt porté à l’instruction des demoiselles, mais sans présenter l’ordre qui sera systématisé plus tard, avec Le Tour de la France par deux enfants. Dans Le Petit colporteur, un jeune orphelin se fait marchand ambulant pour se constituer un capital qui permettra d’ouvrir un magasin, donc de se fixer. C’est une expérience heureuse qui fait connaître de bons riches, des pauvres généreux et des églises pour prier à chaque halte. Les désagréments ne sont jamais bien graves et la Providence, celle de Dieu comme celle des riches, veille. Pour peu aventureux qu’ils soient, ces voyages font néanmoins sortir le personnage de son milieu.

  • 3 Voir notre « Lecture anachronique, La Maison roulante de Mme de Stolz ».

5Un autre auteur féminin, Mme de Stolz, publie dans la « Bibliothèque Rose » un roman qui peut être considéré comme le prototype du roman d’enlèvement, La Maison roulante. Comme la comtesse de Ségur et comme Julie Gouraud, elle est l’auteur de Comédies et proverbes, qui figurent au catalogue de la Librairie catholique Périsse, aux côtés de ses ouvrages édifiants. Mais La Maison roulante est un roman particulièrement vif et enlevé qui, à partir d’un décor ségurien, s’ouvre sur le vaste monde. C’est d’abord le bonheur dans une campagne normande « avec ses haies ses buissons, ses grands prés, ses champs dorés, tous ses parfums, toutes ses fleurs. » Cette félicité n’empêche pas le désir de rompre la monotonie, de faire « le grand voyage », par Strasbourg, Vienne, Prague, les lacs, les montagnes, et la Bohème, où le jeune Adalbert ne tarde pas à être enlevé. Expérience horrible, rencontre de personnages hideux, mais aussi découverte de la beauté sauvage et de la vie du cirque, le récit est dramatique de bout en bout3.

6Le caractère théâtral du cirque, monde lui-même de la fiction, des rôles et des contorsions, représente une parenthèse, un moment à la fois sordide et idéalisé, coupant dans le quotidien prosaïque. Le théâtre ségurien, lui, est beaucoup plus proche du vaudeville, celui de Labiche, qui vit sur un rejet de la grandeur, sur son propre abaissement, ou des Tribunaux Rustiques de Jules Moinaux, le père de Courteline, qui fournira également matière à inspiration à Maupassant et à Mirbeau. Quand la comtesse de Ségur accepte de faire voyager ses personnages et qu’elle évoque le chemin de fer, elle imagine un événement cocasse, et les rencontres, les incidents, finissent, avec Les deux nigauds, en scènes grotesques de prétoire.

  • 4 Friedrich Wolfzettel, « Roman populaire et littérature pour enfants », dans Richesses du r (...)
  • 5 Roman des origines et origines du roman, p. 135-136.

7L’aventure n’arrive que par le détour de la parole. Ainsi dans L’Auberge de l’Ange gardien, le chien de Moutier, qui découvre les deux enfants dans le bois, s’appelle Capitaine. Impossible de ne pas songer au Capi de Sans famille, mais Moutier n’est pas en route pour l’épopée, il en revient. Il repartira, mais nous ne le saurons que plus tard, par son récit, qui nous apprendra incidemment la mort en guerrier de Capitaine. Le livre n’est plus le lieu d’un récit, mais du récit d’un récit. Réservant son avant-scène à des moments de tranquillité, il rejette l’intrigue romanesque en arrière-plan et dans Les Vacances l’aventure se trouve morcelée et commentée, passant par la voix d’un narrateur et de ses auditeurs. On peut interpréter cette séparation comme le résultat d’un filtrage et d’un épurement de la réalité vulgaire, qui permettent à la robinsonnade d’apparaître dans le cadre d’« une mise-en-abyme assez adroite de la tradition du roman populaire » elle-même subordonnée à des intentions moralisatrices4. Pourtant, n’est-ce pas le feuilleton qui se trouve du côté de l’idéal, même lorsqu’il évoque des misères, toujours plus lyriques que la simple matière du quotidien ? Et la robinsonnade ne fournit-elle pas originellement un cadre idéaliste et épuré, puisque, nous dit Marthe Robert, « contrairement à l’adolescent du conte, dont la fugue a pour but de mieux préparer sa réconciliation avec l’idéal familial ; contrairement même à Ulysse, ce modèle des coureurs de mer qui est aussi le champion du retour, Robinson rompt une fois pour toutes avec ceux qu’il a reniés... » Il a formé le vœu de n’être le fils de personne, il devient effectivement « l’orphelin absolu, le solitaire absolu », accomplissant un voyage régressif, et son naufrage représente « l’ultime recours de l’âme enfantine fuyant la nécessité de mûrir, l’espoir de n’être pas né et de renaître dans un monde neuf et pur »5.

  • 6 Michel Butor, « Lecture de l’enfance », Répertoire III, p. 261.
  • 7 « Lecture de l’enfance », p. 262.

8La seule aventure contée directement par la comtesse de Ségur, le retour au pays natal du général Dourakine, est elle aussi un cheminement régressif. Certes, on peut y voir un appel du vaste monde, auquel la comtesse elle-même ne saurait se refuser, replacé par Michel Butor dans la « lignée des voyages extraordinaires » qui « ouvrent pour l’enfant, à l’intérieur du monde des adultes, une fenêtre donnant sur l’extérieur et l’intérieur ». En effet, pour Michel Butor, les lectures de l’enfance auraient pour mission de forcer « la forteresse des adultes où l’on ne peut entrer que par examens et cérémonies, et dont les murs empêchent de voir le reste du monde »6. Et l’enfant, « au retour de ses voyages imaginaires, situe le monde de ses parents comme province confinée par rapport au vaste univers. Chez la comtesse de Ségur elle-même, voyez le rôle que joue la Russie »7.

  • 8 Jules Vallès, « Les Victimes du livre », article du Figaro, 9 octobre 1862, repris dans Le (...)

9Mais qui a dit que l’enfant voulait partir ? Voyez Jules Vallès évoquant, dans Les Victimes du livre, tel lecteur du Journal des enfans ou de La France maritime rêvant de devenir mousse et de filer, mais nous montrant ensuite des adultes rivés à leurs bureaux, à leurs boutiques ou à leurs familles. Tous sont restés, sauf quelques-uns encore plus malheureux que les autres8.

  • 9 François Rivière, Souvenir d’Enid Blyton, Ramsay, 1982, p. 25.-27.

10Dans Les Enfants, l’objet du livre n’est que la réunion d’une petite société dans une enceinte protégée, non loin des parents que l’on devine, un œil sur ce groupe d’enfants qui réfléchit à ses récits. Cette manière de concevoir ce que nous persistons à appeler un « roman » pose la question du goût des enfants pour ce qui bouge sans cesse, et d’autant plus que le seul auteur à vraiment rivaliser avec la comtesse, Enid Blyton, procède comme elle, avec des histoires simples, « le parti-pris d’une édulcoration des situations dramatiques du roman d’aventures », comme l’écrit François Rivière, qui insiste aussi avant tout, sur « l’ineffable sentiment de sécurité » que lui prodigua d’emblée la lecture d’Enid Blyton9. Qu’apporte la lecture de l’aventure, sinon un sentiment plus fort d’être soi-même à l’abri ? « Plus encore que dans le cadre d’une stricte ordonnance, duquel la famille ne nous laisse guère échapper, nous sommes protégés des événements eux-mêmes, de l’histoire suscitée. » Pour qualifier l’esprit d’Enid Blyton, qu’il oppose à la comtesse de Ségur, François Rivière retrouve pourtant le terme d’« immobilité ». Aussi les reproches communément adressés à l’auteur, pour son manque d’invention tant dans l’intrigue que dans la langue, manquent à leur objet, puisqu’il s’agit d’abord de rassurer, de montrer que, derrière les mots, il n’y à rien à craindre.

  • 10 Marie-Pierre et Michel Mathieu-Colas, Le Dossier « Club des cinq », Magnard-L’Ecole, 1983.

11Dans un travail en forme d’enquête, Le Dossier club des cinq, Marie-Pierre et Michel Mathieu-Colas, montrent également que le succès d’Enid Blyton ne doit rien à une accumulation d’événements. Parmi les six-cents volumes écrits par Enid Blyton – on touche là à une différence essentielle avec la comtesse de Ségur, auteur d’une œuvre nettement plus ramassée –, la série la plus célèbre, celle du « Club des cinq », commence en 1942 par un roman, Five on a treasure island (paru en français sous le titre Le Club des cinq), qui se distingue fortement de son modèle supposé, L’Ile au trésor. En effet, comparant la structure de ce récit et des vingt autres de la collection, avec celle du conte traditionnel ou du roman d’aventures, M.-P. et M. Mathieu-Colas montrent qu’on retrouve un nombre limité de « fonctions » et que l’intrigue se limite à un propos valorisant le thème des vacances, le décor de l’île, le camping et le pique-nique10. L’île des Mouettes, autant que le château des Nouettes, se révèle comme un lieu maternant, et les auteurs de cette étude observent une « dégradation » de l’aventure entre les premiers et les derniers volumes de la série, dont l’intensité baisse encore davantage. Un récit de plus en plus nonchalant réduit la part du mouvement du suspens, et du Trésor de l’île au Coffre aux merveilles, le dix-huitième volume qui raconte aussi une « course au trésor », disparaissent de nombreux rebondissements ou actions d’éclat.

12Une étude plus poussée du Club des cinq et les saltimbanques permet de montrer l’importance « disproportionnée » de la phase préparatoire. Les enfants, voyant passer un cirque ambulant, louent des roulottes pour le rejoindre. Comme les forains ne veulent pas d’eux, les héros soupçonnent quelque chose et décident de les surveiller. Ils découvrent un repaire souterrain sous la roulotte, l’explorent et arrivent à des objets volés. Surpris et faits prisonniers par leurs ennemis, ils s’en tireront et recevront de chaleureuses félicitations. Si le schéma du récit est respecté, avec un prélude, une quête centrale, un affrontement avec les ennemis, un dénouement et une glorification, le prélude occupe à lui seul 80 pages sur un total de 220 pages. Ce qui indique un attardement sur le non-aventurier, qui est peut-être le plus aventureux, étant consacré à la découverte plus légère du milieu environnant. Encore y a-t-il chez Enid Blyton une enquête qui relie les moments entre eux, et comme un souvenir des romans noirs avec tours et souterrains, mais chez elle comme chez la comtesse, reste cette disponibilité du texte, cette manière de prendre son temps, d’insister sur les petites choses au détriment des grandes.

13Le récit est dans le langage, fait de langage. Il est plaisir des mots, qui sont en eux-mêmes souvent des découvertes. Quand un enfant entend dire « bourri » pour désigner un âne, il emploie immédiatement le mot, au risque de se faire reprendre. Le caractère élémentaire du style fait d’autant plus ressortir la moindre originalité, voire les scories d’un parler populaire qui n’est pas mis entre guillemets et qui est présenté comme naturellement dans le cours du texte. La comtesse de Ségur réussit à imposer ces tournures là où échoua Zulma Carraud, obligée de retraduire en « bon français » les expressions berrichonnes qu’elle avait utilisées dans une première version de La Petite Jeanne. Ainsi, selon la mère Léonard, Jeannette « s’émotionne de la joie qu’elle a », et l’on se plaît à observer des expressions « populaires », dans une langue qui respecte pour l’essentiel les règles canoniques : « vas-tu pas finir », « pour ça non », « de quoi que t’as peur ? », « je te vas quérir », « c’est tout des menteries », « pour sûr »...

14Les personnages séguriens sont de grands bavards. Quand ils agissent, c’est en quelque sorte pour faire provision de récits, et le plus démuni d’entre eux se trouve bien riche s’il a quelque chose à raconter. N’est-ce pas Moutier à qui l’on ne fait pas payer sa dépense, la première fois qu’il s’arrête à l’auberge de l’Ange gardien, parce qu’il a laissé à la patronne des enfants d’autant plus intéressants qu’ils invitent à se poser des questions ?

15Observons les personnages, ils viennent de terminer leur haricot de mouton aux pommes de terre, l’hôtesse s’est installée sur une chaise en face de Moutier qui prend son temps, sourit, et, s’accoudant sur la table, lui dit : « Vous attendez l’histoire que je vous ai promise. » Cette histoire, le lecteur la connaît et c’est comme si c’était lui qui la racontait à son tour. La conversation constitue donc un des plus grands plaisirs, comme héritage d’une mondanité que ne se refusent pas les gens du peuple. Il y a de la jouissance à raconter, l’histoire passe de bouche en bouche et nous la voyons circuler. Le théâtre, c’est aussi celui qu’on joue soi-même, à soi-même, chez soi. On joue au petit théâtre à Fleurville comme aux Nouettes, comme à Nohant. Mais c’est le cours même de la vie qui recèle de la théâtralité. Il y a des surprises qu’on fait aux autres, et dont le général Dourakine est particulièrement friand. On sait qu’il possède l’art de transformer une noce de campagne en pièce à grand spectacle et à plusieurs tableaux. Ce qu’il attend, c’est bien entendu, l’inattendu :

Vous voilà ! c’est ça que j’attendais ! Le coup de théâtre, les yeux écarquillés ! le saut en arrière ! la bouche ouverte !

16Ce n’est plus ici la dramaturgie éducative, car la représentation que se donne Dourakine n’a pour objet que son propre plaisir. Rien ne surpasse pourtant les curieuses inventions de M. Abel, qui sème le désordre dans les soirées données par les épiciers et s’inspire de ses gags pour ses tableaux de l’Exposition, comme Une soirée d’épicier, ou qui, pour pouvoir fumer à son aise dans le train, imagine une pantomime avec ses camarades Caïn et Seth : Caïn simule la folie furieuse, on essaie de le maîtriser et on écrase une grosse dame, dont on met la robe en loques et que l’on fait fuir.

17Manières plus ou moins fortes de faire surgir l’anecdote, scènes réalistes ou récits merveilleux, tout fait l’affaire, en se soumettant à la manière ségurienne, c’est-à-dire à la forme dialoguée. Cette forme, qui permet aux parents de tirer éventuellement une leçon morale, amène également à converser sur le déroulement même de la fiction, objet véritable de la relation didactique. Dans Les Bons enfants, ce sont diverses formes de récit qui sont présentées et commentées. Livre heureux, sans tension, pas même narrative, sans histoire mais plein d’histoires. Les dix premiers chapitres se présentent de manière délibérément décousue, la comtesse s’amusant à faire reparaître les mêmes prénoms, sans nous assurer qu’ils désignent toujours les mêmes personnages. Sophie, Camille, Marguerite, sont-elles les mêmes que dans le cycle fleurvillien ? Il y a dans ce seul petit jeu une manière de questionner la fiction à laquelle le lecteur échappera difficilement : pour Sophie en particulier, on retrouve un même fond de caractère, une grande vivacité, mais plus de sérénité, comme si la comtesse voulait montrer à travers elle la diversité des possibles narratifs.

18A partir du chapitre XI, le livre prend un autre tournant avec un retour au conte de fées. Camille raconte en effet Esbrouffe, Lamalice et la souris à un petit cercle rappelant celui qu’avait constitué la société fleurvillienne autour de M. de Rosbourg et de Paul. Et les enfants ne manquent pas d’échanger leurs opinions sur les personnages, Sophie évoquant même les histoires d’un missionnaire, l’abbé Hue, qui fréquentait effectivement la famille de Ségur. Le plaisir de la « critique » prolonge donc celui du narrateur. A quoi donc servirait une histoire, sinon à cela, la relire sous prétexte de juger, essayer d’estimer son effet sur soi-même ? Il n’y a rien d’économique ou de fonctionnel dans cette façon d’agir, puisqu’on s’arrête à des instants qui ne devraient pas intéresser le lecteur s’il ne tenait qu’au déroulement de l’histoire.

valentine : Comme j’ai eu peur quand on a voulu brûler cette pauvre Lamalice !
jacques : J’ai été bien content quand on a plongé dans l’eau ce méchant Esbrouffe.
marguerite : Comme c’est vilain aux parents d’avoir abandonné leur petite cousine !

19Etc., etc. Désirant renouveler ce plaisir, la petite société des enfants décide de se consacrer à une nouvelle occupation : « Nous devrions tous raconter une histoire chacun à notre tour ; c’est amusant ! » Mais tout le monde n’est pas expert en la matière, et Sophie va l’apprendre à ses dépens, quand elle ne parvient pas à commencer son histoire :

Un jour, un missionnaire qui s’appelait M. Huc dînait chez nous. On mangeait des confitures ; il dit : “J’ai mangé des confitures meilleures que cela en Chine, des confitures de crapaud.” Papa dit : “Quelle horreur !” Maman dit : “C’est dégoûtant !” Je dis : “C’est impossible.” L’abbé dit...

20Les autres l’interrompent sans ménagement, « Ce n’est pas une histoire, cela », « Allons, la voilà qui recommence : Je dis, tu dis, il dit ». Les auditeurs et critiques impitoyables vont faire semblant de dormir, ou terminer les phrases à sa place... Ce nouveau Décaméron, agrémenté de taquineries, de disputes, de toute une agitation enfantine, permet d’esquisser en toute simplicité un art de conter à l’usage d’un jeune public dont la compétence est ainsi reconnue. Ce même public est implicitement invité à constater par contraste le talent d’une autre Sophie, habile à effacer les « chevilles » d’un texte ou à ne pas tomber dans les longueurs. Ainsi Pierre suscitera-t-il aussi l’exaspération en se montrant trop explicatif :

sophie : Dis donc, si tu commençais !
pierre : Je commence. Je dis donc : le cochon ivre mort. Remarquez bien que je ne dis pas seulement ivre ; je dis ivre mort.
leonce : Mais oui, mais oui, nous avons remarqué. Commence enfin...

21Ainsi le gag tient-il davantage dans la manière de raconter que dans l’anecdote elle-même, d’autant que les auditeurs ne laissent passer aucune faiblesse. Pierre raconte donc l’histoire d’un cochon mort d’avoir avalé des grains de cassis imbibés d’eau-de-vie, ce qui suscite des doutes et conduit, de fil en aiguille, à une suite de scènes emboîtées les unes dans les autres. Car si Pierre prétend avoir vraiment vu la scène, ne fait-il pas comme grand-mère, qui commence souvent « Quand j’étais petite », et qui raconte des bêtises incroyables, « comme si grand-mère faisait jamais des bêtises ». C’est l’occasion de raconter une anecdote qui prouve que la grand-mère peut mentir, avant qu’on n’en revienne à l’histoire du cochon, sur laquelle on interroge M. Eliant, le père de Camille. Celui-ci organise alors une « expérience » sur les poules de la fermière en leur donnant de l’avoine trempée dans l’eau-de-vie, pas assez pour leur faire mal, mais suffisamment pour les enivrer. L’agitation des poules alarme la fermière, qui n’a pas été prévenue, et le lendemain, à l’heure du déjeuner, c’est au tour de Mme Eliant de raconter comment la fermière est venue la trouver toute effarée, demandant qu’on se défasse de ces poules et qu’on purifie le poulailler, parce qu’elle croit les bêtes possédées du diable. S’étageant sur plusieurs plans, le récit remet en cause la crédulité, critique le conte, va en tous sens.

22L’histoire de ces poules enivrées et des réactions qui s’ensuivirent aurait pu faire plus tard le sujet d’une rédaction d’école primaire, et d’une manière générale c’est bien à cette activité avant la lettre que s’occupent les enfants, travaillant cependant plus l’« oral » que l’« écrit ». Mais cette anecdote fait pièce au modèle plus sérieux de la fable ou de l’apologue. Ainsi le jeune Léonce est-il conduit à raconter comment un jour il s’est enivré, provoquant l’exclamation du petit Henri, « C’est drôle cela. Je voudrais bien avoir été ivre aussi », phrase qui exige un correctif moralisateur : « Quand on est ivre, on est comme un imbécile, un animal. Je t’assure que, depuis que je l’ai été sans le vouloir, je me suis bien dit que j’y prendrais garde à l’avenir. »

Notes

1 René Schérer, Guy Hocquenghem, Co-ire, Album systématique de l’enfance, Recherches n° 22, 1976, p. 33.

2 Marianne Alphant, « Une lecture orpheline », p. 152.

3 Voir notre « Lecture anachronique, La Maison roulante de Mme de Stolz ».

4 Friedrich Wolfzettel, « Roman populaire et littérature pour enfants », dans Richesses du roman populaire, Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1983.

5 Roman des origines et origines du roman, p. 135-136.

6 Michel Butor, « Lecture de l’enfance », Répertoire III, p. 261.

7 « Lecture de l’enfance », p. 262.

8 Jules Vallès, « Les Victimes du livre », article du Figaro, 9 octobre 1862, repris dans Les Réfractaires, Editeurs français réunis, 1955, p. 171.

9 François Rivière, Souvenir d’Enid Blyton, Ramsay, 1982, p. 25.-27.

10 Marie-Pierre et Michel Mathieu-Colas, Le Dossier « Club des cinq », Magnard-L’Ecole, 1983.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search