Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Troisième Partie. Féminité

Chapitre 5

En famille

Texte intégral

Si personne, dans une société donnée, n’échappe aux formes plus ou moins douces du conditionnement, c’est qu’on ne saurait dire ce qui vient de la nature. Cette nature, on la retrouve difficilement, même sur une île peuplée de primitifs, où Paul découvre d’autres usages qui sont autant d’autres arbitraires. Dès lors, toute institution demande à être analysée, comme issue d’un lointain instinct, d’une histoire longue et d’exigences sociales nouvelles. Ecrivant pour la famille, la comtesse nous en propose des formes plutôt troublantes, du moins hésitantes. Elle en fait une « formation » qui permet à la femme d’exercer un pouvoir et qui lui sert de base pour une stratégie sociale, sans que ce repli de la femme dans la famille se réduise à une intégration au Tout social. La famille Ségur a ses intérêts propres, comme le domaine de Fleurville, qui sert d’abord à l’épanouissement de ses habitants. On a sans doute trop supposé que la famille, en tant que telle, ne serait qu’une entité au service de l’ordre, et notamment de l’ordre bourgeois, qui voudrait à tout prix mettre en famille un peuple rétif.

1Dans la fiction du XIXème siècle, l’enfant volé fait l’expérience des bas-fonds ou du petit peuple, qui paraissent vivre en marge, en dehors des formes d’existence organisées. La phrase inaugurale de Sans famille, « je suis un enfant trouvé », annonce une quête à travers les milieux les plus populaires et des retrouvailles avec une famille noble. Retrouver sa famille, c’est quitter le peuple ; la famille ne serait pas naturelle au peuple, qui tantôt vole des enfants, tantôt en abandonne. Gavroche, rejeté du cercle de la familialité, ne pouvant compter que sur lui-même, semble la figure par excellence de l’enfant du peuple. Mais on peut se demander pourquoi la comtesse de Ségur donne si peu le bon exemple, et pourquoi ses familles aristocratiques sont si lacunaires, alors que les familles les plus unies peuvent non seulement se trouver dans le peuple, mais encore dans les franges populaires les plus détestables.

2Les bons pauvres donnent l’exemple aux riches : dans Pauvre Blaise, c’est bien la famille des concierges, les Anfry, qui cultive les vertus familiales, alors que la famille de Trénilly, désunie, ne se rassemblera sur le tard qu’en suivant ce bon exemple. Mais les Léonard, ces meuniers qui vivent de rapines diverses, ne forment-ils pas aussi une famille qui profite de son intimité pour préparer ses coups ? De même dans L’Auberge de l’Ange gardien, si les deux sœurs ne s’empressent guère de prendre ou reprendre époux afin de constituer un foyer, elles se trouvent face aux Bournier, les autres aubergistes, une famille unie dans ses crimes, aussi unie que pouvaient l’être les Thénardier dans Les Misérables.

3Car, à bien y regarder, dans cette œuvre peuplée de solitaires, ce sont les Thénardier qui constituent le seul exemple de famille complète : pas plus que Mgr Myriel ou que Jean Valjean, Javert n’est mariable. Sans doute Gavroche est-il invité à chercher ailleurs sa subsistance, mais il n’est pas tout à fait orphelin. Abandonné, chassé, il lui arrive de passer chez ses parents. D’ailleurs, ce semi-abandon, qui le situe à l’extérieur de la cellule familiale, le « sauve » en même temps, puisqu’il n’est plus tout à fait un Thénardier. Il se fond dans une entité plus vaste, le peuple en marche, auquel son père et sa mère restent absolument étrangers.

4Dans Sans famille, souvent vu comme un roman familialiste et porteur des intérêts symboliques de la bourgeoisie, la famille la plus complète est représentée encore une fois par une véritable association de malfaiteurs, les Driscoll, cette famille londonienne que l’on prétend imposer à Rémi et qui constitue pour lui l’horreur absolue : mieux vaudrait rester orphelin que d’appartenir à cette famille-là... La parenté crée entre les individus des liens étroits qui permettent d’échapper à la surveillance sociale, puisqu’ils se situent en quelque sorte au-dessus des lois. La famille tend dès lors à échapper au droit public et à se constituer comme une formation autonome, un lieu de solidarité conçu contre la société : un enfant ne trahit pas ses parents, fût-il battu et affamé. Ce n’est que l’amour désespéré d’Eponine pour Marius qui la pousse à dévoiler les machinations de son père.

  • 1 La Police des familles, Editions de Minuit, 1977, p. 90.
  • 2 Cité par Franklin, L’Enfant, p. 212.

5Ainsi la fiction ségurienne est-elle au service de la famille, comme la famille est au service de l’ordre, d’une manière vacillante et toujours suspecte. Dans La Police des familles, Jacques Donzelot commence par évoquer les « scènes disparates » qui illustrent la perception de la famille à la fois comme « agent de répercussion du pouvoir bourgeois » et comme « sphère d’autonomie des gens ». Et, alors même qu’on s’emploie à encourager la mise en famille d’une population qui avait perdu ses attaches à l’aube de l’ère industrielle, on remarque que la famille préfère toujours ses intérêts privés à l’ordre général. Ainsi, le problème est-il moins de défendre ou de supprimer l’institution familiale que de résoudre cette question, comment rendre compatible le principe de l’autonomie familiale, de ses égoïsmes et de ses ambitions singulières, avec les procédures de socialisation de ses membres1. Il faudrait dire que la famille a au moins deux définitions : elle est d’abord un lien de sang, une relation presque animale, en tout cas barbare, reposant sur l’irrationnel, ignorant la séparation du bien et du mal, ou alors, elle s’unit autour d’un nom ou d’une terre, elle est une formation construite dans le temps de l’Histoire : « Dans les grandes maisons, c’était la famille que l’on aimait bien plus que les individus », disait Talleyrand2. Aussi la famille est-elle crainte et défendue à la fois ; il s’agit moins de mettre le peuple en famille que de légiférer sur cette famille, de laquelle par exemple on peut retirer les enfants quand les parents sont défaillants. Peu à peu les mesures sociales qui postulent une sorte de contrat entre la famille et l’Etat, au nom de la protection de l’enfance, instaurent une surveillance du domaine privé, du moins celui des pauvres. Cette surveillance remet en cause l’autorité paternelle d’Ancien Régime, dont George Sand faisait le tableau idéalisé dans La Mare au diable. Et, pour J. Donzelot, « si les normes hygiénistes relatives à l’élevage, au travail et à l’éducation des enfants ont pu prendre effet, c’est qu’elles offraient à ceux-ci, et corrélativement, aux femmes, la possibilité d’une autonomie accrue à l’intérieur de la famille contre l’autorité patriarcale ».

6La famille aristocratique, elle, règle seule ses problèmes, sans l’intervention d’une justice extérieure. Chez la comtesse, aucun gendarme ne vient gêner Mme Fichini dans ses moments de furie, et personne ne vient s’étonner de l’abandon de Christine des Ormes par ses parents. Dans le domaine de Fleurville, la comtesse met en place une nouvelle loi de la famille, qui ne se présente pas comme telle puisqu’elle est vécue sur le mode de l’évidence et qu’elle prétend s’imposer comme modèle applicable à tous. Si la question de la surveillance se pose dans tous les discours sur la famille, achoppant toujours sur la part réservée à la puissance publique et révélant l’insuffisance de la famille pour assurer, par elle-même, en tant que telle, l’intégration sociale, le domaine de Fleurville s’applique à lui-même, de lui-même, des règles qu’aucune administration n’aura à lui imposer. Mais il s’agit bien là d’un artefact contre une réalité en marche : la protection de l’enfant pauvre, le rééquilibrage des rapports entre l’homme et la femme substituent au « patriarcalisme familial » un « patriarcat d’état » qui brisera à coup sûr les barrières de Fleurville. Tout cela prouve en même temps la plasticité de la famille, susceptible de recevoir divers contenus selon les lieux et les moments. Ainsi le paternalisme de l’industriel révèle-t-il le souci d’enlever en quelque sorte leurs enfants aux familles, et le destin de Gaspard, adopté par M. Féréor, ne fait que traduire d’une manière paroxystique celui d’une masse de jeunes gens de plus en plus appelés à quitter leur village.

  • 3 Elisabeth Ravoux, « Famille et pouvoir dans La Fortune de Gaspard ».

7Entrer à l’usine revient à changer de père, à changer de loi, et oublier les lois de l’amitié ou de l’amour pour adopter la loi du travail, du profit, du patron. Servir son patron devient le premier devoir et le seul, et on essaie en fait de faire croire qu’il s’agit de servir son père. Si Gaspard se fait symboliquement adopter, c’est parce qu’il a accepté totalement et parfaitement ce jeu3. On s’attendrait à ce que la comtesse condamne ce détournement, mais sur ce sujet elle semble elle-même dans l’indécision, puisque le père Thomas, qui incarne la résistance de la famille au patron, est en même temps un personnage discrédité, toujours dans l’erreur et toujours d’avis changeant, punissant l’ignorance de Lucas après avoir puni la soif de savoir de Gaspard. Très théâtralement, à la façon d’un « deus ex machina », la comtesse prétend résoudre ses contradictions en convertissant M. Féréor, qui concentre en lui les attributs de l’instruction nouvelle et ceux du patriarche. Le discours ultramontain sauve l’usine en en faisant une grande famille chrétienne qui exalte chaque petite famille pour mieux la détruire.

  • 4 Ferdinand Mount, La Famille subversive, Londres, 1982, P. Mardaga, Liège-Bruxelles.

8En effet, le système capitaliste trouverait son intérêt, non dans la préservation de la famille, mais dans sa destruction. Tout grand mouvement économique et politique, toute utopie, ne vont-ils pas contre la famille ? Dans un ouvrage aux accents très polémiques, La Famille subversive, Ferdinand Mount s’est attaché à démontrer combien la famille est ennemie de l’Etat et de toute hiérarchie. L’humanité a toujours fait échec aux solutions prétendument alternatives, ou révolutionnaires, communes, crèches, kibboutz, monastères, qui lui ont été offertes ; s’opposant aux thèses défendues par Ariès et qui font de la mise en famille du peuple un élément de sa mise en tutelle, il présente cette famille comme le noyau d’une résistance aux pouvoirs. A l’inverse, les grands révolutionnaires, les messies, tous ceux qui prétendent faire le bonheur des autres, se dressent contre elle, et Mount entend montrer que notamment la religion la voit comme une ennemie. A l’appui, cette parole de Jésus : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses sœurs et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple4. »

9Dans Les Vacances le roi des sauvages et son peuple, évangélisés par M. de Rosbourg, sont d’ailleurs prêts à tout quitter pour le suivre, mais celui-ci refuse pour rentrer en France, retrouver sa femme et sa fille, et mener « une vie de propriétaire normand », après avoir racheté le domaine des Tourne-boule. L’histoire, voire l’Histoire, tourne court, la grande aventure ne mène pas à la colonisation, au contraire remet tout à sa place, les hommes, les femmes, les couples, dans des châteaux qui ont retrouvé leurs légitimes propriétaires. Au contraire, Gaspard, homme moderne, porteur d’une certaine revendication d’indépendance, veut choisir son destin, échapper au destin séculaire, échapper à la famille pour mieux s’intégrer dans un nouvel ordre à la fois plus dur et plus ouvert. L’auteur semble faire vivre son personnage en s’étonnant de ce qu’il est, en adhérant et en s’opposant tout à la fois au nouvel ordre des choses. Ce qui est frappant, c’est le caractère théâtral qu’elle donne à son adoption, c’est l’excès délibéré et non nécessaire du propos.

10Toute famille pose la question de son for intérieur. Même repliée sur ses terres, la famille aristocratique ne connaît jamais la totale intimité, devant perpétuer le respect des civilités, se donner en représentation, représenter un lieu dont elle porte quelquefois le nom. D’un autre côté, récusant l’utopie qui voudrait la dissoudre, échappant aux philanthropes qui veulent forger son bonheur, la famille populaire a besoin d’être redressée ou policée, mais non créée. Et le roman d’aventures comme le conte ne la détruisent à l’orée de la fable que pour mieux intégrer l’enfant à un monde plus vaste, et, en définitive, à la société. Libérer l’enfant de sa famille, c’est en quelque sorte l’assujettir à un ordre plus puissant, à un service public, qui en même temps a besoin de la famille pour fixer l’homme.

11Rapport ambigu de l’homme à la famille. Maître apparent, il tient sous sa subordination la femme, l’épouse et mère ; mais il n’est rien dans « ce petit état qu’est un ménage », comme l’écrit le Larousse du XIXème. Il peut donc se faire évanescent, discret : à peine si les enfants Ségur se souviennent de leur père, Eugène. De même, un peu plus tard, verra-t-on s’effacer le père de Maupassant, au profit d’une mère possessive, voyante, envahissante. Ce père n’oublie pas son fils, l’aide financièrement, mais sans jamais être payé de retour, de même qu’Eugène pensera dans son testament à ses petites-filles Camille et Madeleine. Comme s’il n’avait le choix qu’entre l’autorité brutale et cette disparition anticipée : Eugène de Ségur comme Gustave de Maupassant mourront loin des leurs et ne survivront que comme prête-nom. Il faut noter cependant qu’Eugène adoptera lui-même un autre lieu, le château de Méry des Ségur-Lamoignon, où il est enterré, et qu’un des fils, Edgar, guère présent dans les chroniques familiales, prend le nom de Ségur-Lamoignon, devenant le propriétaire de Méry et en écrivant même l’histoire, Le Domaine et les seigneurs de Méry (Tolra et Haton, 1869).

  • 5 « De Joseph de Maistre à la Bibliothèque Rose », p. 106.
  • 6 Marthe de Hédouville, La Comtesse de Ségur et les siens, p. 47.

12Pourtant, si Eugène de Ségur, le mari, et le père de tant d’enfants, est mort loin de sa famille, le père de Sophie a souffert, lui, de l’absence des siens. Daniel Schlafly, évoquant l’effritement de la famille, cite cette lettre où Rostopchine se plaint : « Où sont-ils, mes enfants ? Nathalie est aussi loin que Sophie. Lise n’est plus sur la terre. Vivre isolé de ceux qu’on aime, voilà le grand tourment de la vieillesse5. » En 1806 ou 1807, il avait écrit Oh, les Français !, une nouvelle opposant à la légèreté des Français « le tableau d’une famille patriarcale dont le père et la mère, unis par un amour comme on n’en trouve plus depuis... qu’il y a des français, meurent à trois jours d’intervalle, ne pouvant vivre séparés »6.

  • 7 Paul Lapie, La Femme dans la famille, Paris, Octave Doin, 1908, p. 105.

13D’ailleurs, si l’on en croit certains, l’homme a plus besoin de la famille que la femme, c’est lui le plus fragile. Dans un ouvrage paru au début du XXème siècle mais qui porte encore la marque des débats du XIXème, La Femme dans la famille, un ouvrage généreux et ouvert comme l’époque a su en produire malgré sa réputation, Paul Lapie observe, en se fondant sur les chiffres de mortalité, que les femmes se passent plus facilement des hommes qu’eux des femmes : « Des deux sexes, celui que surmène davantage la vie indépendante, celui qui, pour trouver le bonheur, a le plus vif besoin de l’abri du foyer, ce n’est pas le sexe féminin, mais le masculin7. » Mais sur l’image paternelle, pèse une charge symbolique imposante, sans commune mesure avec la réalité de ses fonctions. Cette image ne dépend pas de sa présence, et même se renforce de son absence. Dans l’histoire de la poupée de Sophie, tout vient de l’éloignement du père, auréolé d’une autorité que son épouse elle-même si dominatrice ne lui laisserait sans doute pas exercer sur place.

  • 8 Entretien de Gérard Miller avec Serge Daney, « L’oncle, c’est le père moins le pire », Lib (...)

14C’est dans ce XIXème siècle si patriarcal que s’effrite la puissance paternelle, condamnée à une position fausse, soit d’excès tyrannique, soit de lâche faiblesse. On comprend pourquoi l’homme, chez la comtesse, se préfère oncle ou tuteur plutôt que père. C’est d’ailleurs un aspect étonnant de l’œuvre ségurienne, de cet univers féminin, que de savoir si bien envisager le point de vue de l’homme. Car, quel est le problème avec le père ? « Il a beau faire tout ce qu’il peut, faire fonctionner tant bien que mal la famille, se démener pour soutenir à bout de bras la Loi, il succombe inévitablement sous sa mission [...] Si occuper la fonction paternelle était le plus court chemin pour être aimé, cela se saurait depuis longtemps », alors que l’oncle de la même génération que le père ou la mère, bénéficie d’une part de l’autorité, sans craindre le revers de leur autoritarisme : c’est en quelque sorte le père sans le pire... »8

Notes

1 La Police des familles, Editions de Minuit, 1977, p. 90.

2 Cité par Franklin, L’Enfant, p. 212.

3 Elisabeth Ravoux, « Famille et pouvoir dans La Fortune de Gaspard ».

4 Ferdinand Mount, La Famille subversive, Londres, 1982, P. Mardaga, Liège-Bruxelles.

5 « De Joseph de Maistre à la Bibliothèque Rose », p. 106.

6 Marthe de Hédouville, La Comtesse de Ségur et les siens, p. 47.

7 Paul Lapie, La Femme dans la famille, Paris, Octave Doin, 1908, p. 105.

8 Entretien de Gérard Miller avec Serge Daney, « L’oncle, c’est le père moins le pire », Libération du jeudi 21 janvier 1988.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search