Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Troisième Partie. Féminité

Chapitre 4

Jeux de garçons

Texte intégral

  • 1 Isabelle Nières, « Masculin/féminin : l’ancien et le nouveau dans Les Vacances de la comte (...)

Les hommes eux-mêmes semblent recueillis et adoptés à Fleurville. Partie d’un ménage de femmes, la comtesse de Ségur accorde toute son attention à l’autre « genre » dans Les Vacances, où elle fait revenir des hommes et des garçons. Les Vacances explorent donc une nouvelle question, ou plutôt la même question vue de l’autre côté, la construction du rôle masculin. Si l’on estime qu’une violence s’exerce sur les femmes et sur les petites filles, toujours victimes ou du moins toujours aliénées, étrangères à elles-mêmes, il faut dès lors envisager cette autre violence. A moins d’imaginer que le petit garçon n’aurait qu’à « remplir un programme génétique et psychologique qui coïnciderait miraculeusement avec les exigences du groupe » et de penser que la virilité serait « naturelle » et que la féminité serait « culturelle »1.

  • 2 Zénaide Fleuriot, Bouche-en-cœur, p. 95 ; Marceline Desborde-Valmore, Contes et scènes de (...)

1La comtesse nous expose souvent la difficulté qu’éprouve le jeune garçon à s’identifier convenablement à son rôle. Dans Les Vacances le jeune Léon, qui doit vaincre sa couardise, est même affublé d’un prénom encombrant, puisqu’il n’a rien d’un lion. N’est-il pas là pour nous rappeler que toute éducation passe par l’imposition d’un modèle ? Sans aucun doute, la littérature enfantine a contribué à une sorte de naturalisation de goûts réputés masculins ou féminins. On n’y montre guère les garçons jouer à la poupée, sinon pour les tuer à coups de pistolet, comme dans Bouche-en-cœur, ou pour servir de médecin, dans La Physiologie des poupées2.

2Le XIXème siècle a multiplié les ouvrages qui instituent une stricte séparation entre féminin et masculin, bien que certains propos révèlent une société plus réceptive qu’on ne le croirait à certaines questions. Ainsi, en 1888, dans L’Art et la Poésie chez l’enfant, Bernard Pérez insiste sur le goût de l’homme pour la parure, le chiffon, l’oripeau, le bijou, le fétiche, la poupée même.

  • 3 Bernard Pérez, L’Art et la Poésie chez l’enfant, Alcan, 1888, p. 26-29. E.-G. Belotti ne v (...)

J’ai dit la poupée. Rousseau en a parlé un peu à la légère. “Les garçons, dit-il, cherchent le mouvement et le bruit, les tambours, les sabres, les petits carrosses ; les filles aiment mieux ce qui donne dans la vue et sert à l’ornement ; des miroirs, des bijoux, des chiffons, surtout des poupées ; la poupée est l’amusement spécial de ce sexe ; voilà très évidemment son goût déterminé par sa vocation.”
Si les petites filles aiment tant la poupée, c’est surtout parce qu’on les y habitue, et non par frivolité pure, encore moins en vertu de l’instinct maternel, qui n’a pas encore fait son apparition à cet âge. Combien ne voit-on pas de garçons s’éprendre d’une belle et durable passion pour ces fantoches dont la jeune Odette, habile à distraire le fou Charles VI par d’intéressantes petites comédies, se servait pour amuser le pauvre roi ! Un garçon de six ans, et très garçon, demandait pour étrennes à sa mère une poupée, “et qui s’habille et se déshabille...”3

3L’auteur donne l’exemple d’un autre garçon, « très garçon aussi », très heureux, à cinq ans, d’avoir une poupée, et qui veut manger beaucoup de gâteaux pour avoir du lait et la nourrir. Passant aux travaux de confection, il contredit également Rousseau, notant la répugnance de nombreuses fillettes pour la couture, tandis que beaucoup d’hommes ont un goût prononcé pour les travaux d’aiguilles : un garçon qui, à six ou sept ans, excellait dans la broderie ou le tricot, n’en est pas moins acheminé vers l’Ecole Polytechnique.

  • 4 Isabelle Nières, « Masculin/féminin... », p. 352.

4Nulle trace de ces dispositions chez la comtesse, qui réserve au nègre Ramoramor le goût des uniformes chamarrés et qui énonce les qualités traditionnelles d’un garçon appelé à tenir une place de choix dans la société : le courage, le sang-froid et la générosité, trois marques distinctives d’un vrai commandant, d’un protecteur des femmes et des enfants. La femme peut éprouver une crainte qui appelle en quelque sorte le courage de l’homme, qu’elle exige de l’homme. Les petites filles se montrent d’ailleurs plutôt cruelles avec Léon, et prétendent imposer au garçon un certain rôle. Dans cette perspective, le naufrage de Paul et ses cinq années de séjour sur une île peuplée de sauvages apparaissent comme un moment privilégié de formation. Cette enfance d’un chef lui vaut un rang particulier dans la société de Fleurville et laisserait attendre un avenir brillant, dans l’armée, la politique, voire l’industrie qui a besoin elle aussi de dirigeants courageux, éclairés et d’esprit religieux. Pourtant, comme le remarque Isabelle Nières, la comtesse de Ségur ne fait rien de cette éducation exceptionnelle. Alors que Jacques entre au Conseil d’Etat et que Léon, guéri de sa couardise, fait une carrière militaire, Paul se contente de rester chez M. de Rosbourg4. Si l’on postule une fiction qui suit une ligne cohérente, ou qui se soumet à un projet idéologique précis, la longue période de formation du héros apparaît bien inutile. Comme si elle était inadaptée au monde réel, Paul ayant beaucoup appris, mais d’une manière idéale, dans un espace à la fois inquiétant, dangereux et sauvage, sans lien avec la nouvelle donne sociale. C’est aussi un être qui a retenu des leçons d’amour et de douceur, qui l’amèneront à reconstruire Fleurville tout près de Fleurville.

5Dans le parc cependant, petites filles et petits garçons jouent aux mêmes jeux de cabanes, robinsonnent ensemble en esprit. Dans Après la pluie le beau temps, la distinction entre les jeux des filles et les jeux des garçons tend à s’effacer plus clairement grâce au nègre Ramoramor. Ayant fabriqué un arc et des flèches, celui-ci permet à Geneviève et à Jacques de jouer « au pays des Amazones » : « Geneviève est une Amazone et prend une leçon d’arc », explique Jacques à M. Dormère, qui vient de dire « Donnez votre arc et vos flèches à Georges, mademoiselle. C’est un jeu de garçon qui ne vous convient pas. » Le caractère négatif du personnage de M. Dormère enlève à cette déclaration le sens qu’elle aurait si on l’isolait de son contexte. De plus, il apparaît d’abord comme un être de mauvaise foi : ne prétexte-t-il pas une différence des sexes pour que son fils Georges obtienne cet arc et ces flèches ?

6Dans Les Bons enfants cette question est traitée de manière contrastée. Les garçons barbotent dans l’eau, Sophie veut les imiter. Ses jupons l’en empêchent ; « ce serait joli ! Est-ce que les filles peuvent faire comme les garçons ? », lui dit Mme de Rouville. Cette leçon est autant un constat, car c’est aussi le vêtement qui est cause de l’empêchement, et l’on n’imagine pas alors que les petites filles puissent s’habiller comme les garçons et que le vêtement originellement masculin prenne un caractère de neutralité. Et si la maman profère l’arbitraire social, le désir de la petite fille s’est également exprimé. « Mais a-t-on jamais vu des petites filles crier et se démener ainsi, comme des petits démons », s’écriait Mme de Fleurville, visiblement ravie, dans Les Petites filles modèles.

7Les petites filles modèles ne sont pas ennemies du mouvement, bien que celui-ci reste limité par essence, dans un monde fermé aux angoisses. Elles aussi ont lu, sinon Robinson Crusoé, du moins Les Robinsons suisses, et elles auraient pu souscrire aux propos de Zénaïde Fleuriot :

  • 5 Zénaïde Fleuriot, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, p. 49.

Donc, j’avais dix ans. Je lisais alors Le Robinson suisse et Le Robinson suisse me ravissait. Il m’avait même donné, s’il faut l’avouer, des goûts d’amazone qui durèrent une grande année. J’aimais à me coiffer de casquettes, à porter sur mon épaule un manche à balai en guise de fusil [...] C’était tout ce que je pouvais faire pour ressembler à un petit Robinson. J’avais beau désirer me perdre dans une savane quelconque [...] je me heurtais aux murs de notre jardin, je ne rencontrais pas le moindre reptile (ce qui du reste m’eût terriblement fait peur), je n’avais pas l’ombre d’une monture sous la main. Le Robinson a le tort de ne pas compter une seule petite fille parmi ses personnages, cela fait que les jeunes lectrices, ne trouvant d’autres types à copier que ces garçonnets aux pieds légers, aux mains adroites, sont portées à s’identifier avec eux. Depuis que ce bienheureux livre m’avait été donné, je ne rêvais plus qu’expéditions lointaines, qu’exercices gymnastiques, que nourriture sauvage, que grottes, que navigations. En un mot, j’étais devenue la plus aventureuse des petites filles...5

8Pour satisfaire davantage les petites filles, certaines adaptations des Robinsons suisses avaient ajouté des personnages féminins, mais Zénaïde Fleuriot montre que le caractère masculin ou féminin du héros n’est pas limitatif, et que par la lecture, la petite fille s’empare d’une masculinité qui semble lui être refusée, tout en recevant le message éducatif tourné vers l’utilité sociale :

  • 6 Id., p. 1.

L’île déserte, ses travaux, son inconnu et ses dangers me paraissaient mille fois préférables aux palais enchantés des contes de fées. Est-ce l’idée de voir se rendre utiles, à l’âge de toutes les faiblesses, ces travailleurs enfants agissant comme des hommes, qui les entoure d’un tel prestige ? Je n’en sais rien. Mais la vie laborieuse, active des Robinsons me plaisait bien davantage que la vie molle de ces princesses qui ne font rien...6

9Les « bons enfants » préfèrent les « jeux courants, parce que c’est bien plus amusant », et dans Diloy le chemineau, Gertrude se présente comme « une demoiselle », mais qui est aussi petite fille que les autres « pour le jeu et les courses dans les champs ». « Ah, tu joues encore », lui dit Félicie, figée dans ses principes de mondanité mais qui se laissera finalement entraîner à gravir et à descendre des fossés en courant, à faire des guirlandes de bleuets et de coquelicots. Colin-maillard, cache-cache, courte-paille, costumes, charades, cueillette de marrons ou pêche aux écrevisses, toutes activités autrefois dévolues aux adultes et réservées maintenant aux enfants, spécifient à la fois cette enfance tout en la mettant en mouvement.

10Le corps de l’enfant est sujet à suées, à rougeurs, à bleus. La suée affecte la plupart des personnages. Elle peut être ridicule, liée à la peur : « Bernard, Gabrielle, Christine et François avaient peine à réprimer une violente envie de rire chaque fois qu’ils jetaient les yeux sur leurs malheureux camarades, dont les cheveux en désordre, les vêtements déchirés, les visages et les mains griffés, rouges, gonflés et suants, contrastaient avec l’avidité qu’ils déployaient devant chaque plat qu’on leur servait. » (François le bossu)

11Mais d’autres rougeurs inspirent un intérêt plus tendre. « Petite maîtresse fatiguée, toute mouillée, toute rouge », dit Rame à Geneviève, dont les mauvais traitements infligés par son tuteur renforcent en quelque sorte l’attrait. On assiste aussi à des mêlées, à des enchevêtrements de corps, dans Les Vacances ou Les Bons enfants : « L’attendrissement gagna tous les coupables, tous se jetèrent au cou de Sophie, qui finit par demander grâce ; car ce qui avait commencé avec un sentiment de tendresse et de justice devint un jeu, et Sophie était écrasée par les bras et les têtes qui l’entouraient... » La bataille s’élargit, les plus grands accourent en renfort, chacun abîme ses vêtements : « tous étaient rouges et suants ». Même les petites filles modèles peuvent être des démons, « des abeilles en révolution », qui sortent d’une fête la chemise trempée ou la robe toute mouillée de sueur...

Notes

1 Isabelle Nières, « Masculin/féminin : l’ancien et le nouveau dans Les Vacances de la comtesse de Ségur ».

2 Zénaide Fleuriot, Bouche-en-cœur, p. 95 ; Marceline Desborde-Valmore, Contes et scènes de la vie de famille, p. 298.

3 Bernard Pérez, L’Art et la Poésie chez l’enfant, Alcan, 1888, p. 26-29. E.-G. Belotti ne va pas si loin, évoquant simplement le refus opposé par une mère à son garçon qui voulait faire la lessive (Du côté des petites filles, p. 117).

4 Isabelle Nières, « Masculin/féminin... », p. 352.

5 Zénaïde Fleuriot, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, p. 49.

6 Id., p. 1.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search