Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Troisième Partie. Féminité

Chapitre 2

Poupées

Texte intégral

Si Fédora Fichini apparaît telle un automate grotesque, une poupée outrageusement maquillée, elle nous renvoie précisément à la poupée, à ce jouet si présent dans la vie des petites filles, elle suggère peut-être que toute femme, même munie de verges, peut devenir à son tour une victime, telle Mme Papofski, diablesse coincée dans une trappe et vigoureusement fouettée. Toutes ces femmes bourrelles et martyres peuvent être mises en regard de ces nombreuses poupées qui font l’inspiration de tout un pan de la littérature enfantine, en premier lieu celle de Julie Gouraud, passant par mille traverses avant de périr tragiquement dans un accident qui vaut pour une épiphanie. Personnage auquel la critique attache une redoutable importance, la poupée, compagne des jeux de la petite fille, se voit confier la tâche d’aider au dressage de celle-ci.

  • 1 Leïla Sebbar-Pignon, « Melle Lili ou l’ordre des poupées », Les Temps Modernes, n° 358, ma (...)

1La poupée se présente donc comme un être, – un objet ? –, sur lequel s’exerce une particulière violence, représentative peut-être de celle que subissent les femmes dans une société faite par l’homme et pour l’homme. Mais la plus grande violence tiendrait moins dans cette brutalité que dans l’imposition en douceur de rôles et de comportements sociaux, assurée grâce à la poupée. La poupée servirait à une « domestication » de la petite fille dans un univers socialisé où celle-ci est initiée à un ordre moral et bourgeois, un ordre figuré par l’ordre des poupées : « La poupée, docile, raide, muette, est chaque fois l’alliée irremplaçable de la mère, pour servir à l’éducation de la petite fille1. » Il faut dès lors lire l’ensemble des romans de poupées comme un texte unique, un seul discours, homogène et univoque, comme le programme d’une société qui serait parfaitement sûre de ses objectifs et de ses moyens pour les atteindre, dans une longue durée.

2Mais la poupée, comme l’âne, est au centre d’une intertextualité où les réponses se font à des questions qui ne sont pas toujours formulées. Jouissant d’un double statut, elle est soit une grande dame dont la servitude tient dans des obligations de toilette, soit un enfant à soigner et qui prépare aux fonctions maternelles. Deux directions opposées, l’une vers la représentation dans le monde, l’autre vers les tâches obscures de la demeure familiale.

3Au XIXème siècle, les progrès de l’industrie se font sentir dans la fabrication de la poupée, qui devient plus « vivante » tout en étant davantage encore un objet manufacturé :

  • 2 Jeux et jouets d’autrefois, exposition du 22 décembre 1961-10 mars 1962, I.P.N., Musée d’H (...)

En 1823, Le Bon Génie signale qu’à l’exposition de l’Industrie française on a remarqué des poupées qui prononçaient distinctement « papa », « maman », quand on leur touchait les mains. Le brevet d’invention fut pris le 21 janvier 1824 par le sieur Maëtzel. La rigide poupée de bois évolue peu à peu vers la poupée à membres mobiles au moyen d’articulations de cuir, et plus tard (XIXème) d’articulations sphériques. Le corps en bois fait place à un mannequin revêtu de fin cuir blanc et bourré de son, de sciure ou d’étoffe. Aux yeux peints succèdent des yeux de verre. A l’époque rococo apparaissent les poupées de porcelaine... depuis 1810, on en trouve en papier mâché recouvert parfois d’un revêtement de soie. Le celluloïd apparaîtra en 18802.

4En somme, la poupée renvoie au monde profane et industriel de Gaspard et de M. Féréor. Son important trousseau, détaillé en 1821 par Le Journal des dames et des modes, contrevient aux leçons de modestie qui sont abondamment fournies par ailleurs, si bien qu’on en revient à des questions de morale et d’idéologie. La poupée n’est plus considérée comme un jouet innocent, si tant est qu’il en existe, mais comme l’auxiliaire d’une éducation d’autant plus efficace qu’elle prétend passer inaperçue. Dans ce procès, la poupée de Sophie n’a pas été la plus épargnée, et Leïla Sebbar-Pignon, qui nous invite d’abord à ne plus appeler nos filles « Sophie », raconte à sa façon l’épisode où l’héroïne de la comtesse de Ségur reçoit son cadeau :

  • 3 « Melle Lili ou l’ordre des poupées ».

Une petite fille qui reçoit d’un homme – son père, son parrain ou son oncle – une poupée, la découvre habillée, élégante comme une femme, allongée dans une boîte capitonnée dans les couleurs de sa toilette, parée comme pour recevoir dans son lit. L’homme l’envoie de loin, de Paris. Sur la caisse, on voit écrit : fragile. La poupée est enveloppée dans du papier de soie, posée dans une boîte longue entourée de ficelle rose. L’homme offre à sa fille, sa filleule ou sa nièce, une femme miniature, un objet d’art qu’il a choisi pour sa beauté, son raffinement... L’homme n’est pas présent. C’est la poupée qui dit son attention lointaine3.

5Tout résumé peut être considéré comme un acte de violence exercé sur le texte, réduit aux significations qu’on entend lui donner. Ces lignes prélèvent du récit des éléments exacts, mais dont l’arrangement construit une autre intrigue, à la fois vraisemblable et mutilée, spécieuse. Mais cette réécriture prend aussi, de manière à la fois plus exacte et involontaire, un caractère funèbre : comme si c’était une morte qu’on apportait dans cette longue boîte qui a tout d’un cercueil. N’est-ce pas une telle boîte qui servira pour l’enterrement de la poupée ou pour celui de Mimi le rouge-gorge ?

Elles creusèrent une fosse dans leur petit jardin ; elles descendirent les restes de Mimi, enveloppés de chiffons et de rubans, et enfermés dans une petite boîte ; elles mirent des fleurs dessus et dessous la boite.

  • 4 Victor Hugo, Les Misérables (1862), Edition de La Pléiade, p. 400.

6Les petites filles manifestent quelque indifférence à l’égard de ce luxe qui impressionne beaucoup plus l’enfant du peuple. Dans une scène des Misérables qui fait cœxister le grandiose et l’intime, la poupée illustre et dépasse en même temps le discours le plus conventionnel sur la nature féminine. Elle n’est pas seulement une invention de l’adulte ou du bourgeois, elle est en quelque sorte « fabriquée » par l’enfant qui y projette sa capacité d’émerveillement. Sorte d’idole païenne trônant dans une boutique de bimbeloterie, cette « poupée fabuleuse » tient lieu de crèche en cette soirée de Noël où Jean Valjean vient chercher Cosette à Montfermeil. « La dame », comme celle-ci l’appelle, a provoqué l’ébahissement de tous les passants : « cette poupée n’était pas une poupée, c’était une vision. C’étaient la joie, la splendeur, la richesse, le bonheur qui apparaissaient dans une sorte de rayonnement chimérique à ce malheureux petit être englouti si profondément dans une misère funèbre et froide. » Cosette, cette si petite chose, fait ainsi l’expérience du luxe, « elle se disait qu’il fallait être reine ou au moins princesse pour avoir une “chose” comme cela »4. Luxe et religion mêlés, puisqu’elle croit voir le Paradis tandis que le marchand lui fait l’effet d’être le Père Etemel...

  • 5 Sophie Deroisin, Petites filles d’autrefois, p. 191.

7Si, redescendant de cette extase, nous considérons les poupées du monde ségurien, le propos apparaît bien plus prosaïque. Dans Les Petites filles modèles Marguerite reçoit une charmante poupée en cire avec son trousseau complet dans une commode. Le détail de ce trousseau, qui énumère complaisamment des dizaines de vêtements, est étonnant et même « odieux à lire au moment où Van Gogh rapporte dans ses lettres du Borinage que les enfants d’ouvriers restent sur leur paillasse les jours d’hiver, faute de souliers, ou même de sabots »5. Mais il va contre la leçon de simplicité donnée par le texte et cet excès situe la poupée dans le monde du jeu, à la fois accroché à la réalité et disjoint de celle-ci. On ne sait trop ce qu’apprendra Marguerite avec cette poupée qu’elle traitera plutôt mal, l’oubliant sous un arbre et se la faisant voler par la fille du meunier. Faut-il s’en prendre au texte pour cette évocation du luxe, et dès lors bannir toute représentation de la richesse dans le roman pour enfants ? La poupée de Sophie ne délivre guère un message plus clair. Tout en étant la plus belle qu’on ait jamais vue, elle ne dispose que d’une toilette très simple, mais elle est encore moins bien traitée que l’autre puisqu’un seul chapitre suffit pour venir à bout de cette « vieille poupée, sans couleur, sans cheveux, sans jambes et sans tête », que personne n’aimait ni ne regrettait.

  • 6 De mères en filles (l’éducation des françaises), quatrième de couverture.
  • 7 L. Sebbar-Pignon, « Melle Lili ou l’ordre des poupées », p. 1810.
  • 8 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 25 à 39.

8Que dire de ces Malheurs d’une poupée ? « Nous avons tous – ou presque – appris à lire avec la comtesse de Ségur, sans savoir pour autant quelle histoire se dissimulait derrière les aventures de Sophie », écrit Marie-Françoise Lévy6. « Une petite fille violente avec sa poupée est presque une délinquante, c’est une petite fille à domestiquer... Et la mère présente se chargera de cette éducation surveillée, avec la poupée, son auxiliaire7. » Si tel était le propos de l’auteur, le mécanisme propre de la fiction suffirait à le contester. Comme l’a écrit Marthe Robert, le roman se distingue par le divorce entre le désordre qui lui est propre, « son immoralité aussi bien au regard de tradition qu’au point de vue du monde social réel », et la volonté de lui fixer et de lui faire fixer des droits et des devoirs8. Devenant un personnage de roman, la poupée se voit dotée d’une complexité qui lui fait dire plusieurs choses à la fois. La violence de Sophie est d’abord romanesque, elle permet l’anecdote. Mais elle relève aussi d’une observation attentive et « réaliste » de l’enfance, qui n’est pas vue du seul côté de l’innocence sans pour autant tomber dans la perversion.

9Même punie, la violence est exposée, racontée, retenue et comprise pour ce qu’elle est, une sorte de pulsion dangereuse mais aussi un mode d’exploration propre à l’enfance. Sophie expérimente sur la poupée comme sur les animaux et comme sur elle-même, pour punir mais davantage encore pour savoir. Quand, à l’instar de Gribouille, elle reste sous la gouttière pour faire friser ses cheveux, elle croit appliquer une leçon de physique : « elle se souvint en même temps que les cheveux de Camille frisaient plus quand ils étaient mouillés. » Tous les malheurs de sa poupée s’expliquent par des raisonnements « scientifiques » de la même espèce, et si la poupée devait être le révélateur d’un programme éducatif, elle sert en fait au projet de connaissance de Sophie. D’ailleurs, si sévère qu’elle soit, Mme de Réan réagit plutôt mollement aux différents accidents, qui s’étalent sur une assez longue durée. Elle fait même preuve d’une grande complaisance à les réparer, et la vue de ces réparations ne manque pas d’attrait, devenant un véritable spectacle. Quand la poupée de cire, ayant quelque peu fondu, perd ses yeux qui roulent dans la tête, la maman joue au médecin pour le plus grand plaisir des autres enfants. L’opération, décrite avec minutie, prouve que la mère sait s’appliquer aux travaux manuels, tout en la faisant apparaître comme une guérisseuse. Elle sait réparer les poupées comme elle sait soigner ses enfants. Mais en cette circonstance, elle est elle-même une sorte d’enfant jouant à la poupée, prenant de son temps pour des choses de peu d’importance aux yeux d’un monde adulte. Sortant de sa gravité ordinaire, Mme de Réan entre pour une fois en complicité avec Sophie :

“Déshabillez la poupée, mes enfants, pendant que je préparerai mes instruments.”
Aussitôt Paul et les trois petites filles se précipitèrent sur la poupée pour la déshabiller. Sophie ne pleurait plus ; elle attendait avec impatience ce qui allait arriver.

10A bien y regarder, Sophie ne fait de mal à sa poupée qu’en voulant la soigner, en prenant trop soin d’elle, et parce qu’elle la considère comme un enfant, oubliant qu’il ne s’agit que d’un objet. Pour une seule désobéissance, nous trouvons une série de soins précautionneux. Ce serait donc parce que la petite fille se prépare au maternage qu’elle dégrade la poupée. D’ailleurs, cette poupée « vécut très longtemps, bien soignée, bien aimée », et si petit à petit elle perdit de ses charmes, c’est dans des expériences que l’auteur prend plaisir à énumérer : « Un jour, Sophie pensa qu’il était bon de laver les poupées puisqu’on lavait les enfants... » La poupée perd donc ses couleurs, mais laver un enfant n’a jamais produit ce résultat. Est-ce à dire qu’on suggère à la fillette qu’il ne faut pas donner de bain aux enfants ? Un autre jour, Sophie, « qui s’occupait beaucoup de l’éducation de sa poupée », veut lui apprendre à faire des tours de force, et celle-ci se casse un bras, qui restera plus court que l’autre.

  • 9 Les Petites filles modèles, chapitre XXI, « Installation de Françoise et de Lucie ».

11S’il fallait absolument tirer une leçon de tous ces épisodes, ce serait que toute intention éducative fait courir bien des risques : éduquer risque de briser l’enfant... Une autre conséquence, c’est qu’il existe une radicale différence entre l’être humain et la poupée, c’est qu’on ne peut transposer les gestes de l’un à l’autre. Notons que Sophie part toujours d’observations faites sur elle-même ou sur un autre enfant, et non pas de la poupée, qui ne saurait donc servir d’instrument passif dans un dressage pour un rôle futur. Au total, la comtesse met toujours en garde contre l’excès. Sophie veut trop bien faire : voit-elle un oiseau qu’elle l’étouffe dans le coton pour le réchauffer. Mais les petites filles modèles elles-mêmes n’échappent pas à l’excès, et quand elles veulent soigner la pauvre petite Lucie, elles manquent de « la mettre en pièces ». « Lucie ne put s’empêcher de pousser quelques petits cris, tandis que l’une lui arrachait des cheveux en enlevant son bonnet sale, que l’autre lui enfonçait une épingle dans le dos, que la troisième la pinçait... »9 Dans Les Mémoires d’un âne elles se disputent une petite vagabonde pouilleuse et affamée dont elles lavent les pieds dans un geste christique mais qu’elles sèchent « comme un jambon ».

12La poupée se situe dans cet espace que Winnicott appelle « l’aire transitionnelle », ni vrai ni faux, que George Sand avait déjà su analyser à sa façon : « Du moins, quant à moi, je ne me souviens pas d’avoir jamais cru que ma poupée fût un être animé : pourtant j’ai ressenti pour certaines de celles que j’ai possédées une véritable affection maternelle. » C’est donc sur un plan affectif que l’objet prend son efficace, parce que les enfants sont entre le réel et l’impossible :

  • 10 George Sand, Histoire de ma vie, Tome 1, p. 554.

Ils ont besoin de soigner ou de gronder, de caresser ou briser ce fétiche d’enfant ou d’animal qu’on leur donne pour jouet, et dont on les accuse à tort de se dégoûter trop vite. Il est tout simple, au contraire, qu’ils s’en dégoûtent. En les brisant, ils protestent contre le mensonge [...] Comment l’enfant aurait-il pitié de cet être qui n’excite que son mépris ? Plus il l’a admiré dans sa fraîcheur et dans sa nouveauté, plus il le dédaigne quand il a surpris le secret de son inertie et de sa fragilité.
J’ai aimé à casser les poupées, et les faux chats, et les faux chiens, et les faux petits hommes, tout comme les autres enfants10.

13Cette page si belle et si clairvoyante de George Sand remet les choses à leur place : tout comme il faut réaffirmer la présence toute bête du réel, il faut considérer le faux comme du faux. Ainsi, Sophie convie ses amis à l’enterrement de sa poupée. C’est une fête pour laquelle Mme de Réan et la bonne mettent encore une fois beaucoup de complaisance à collaborer : « On n’avait jamais vu un enterrement plus gai. Il est vrai que la morte était une vieille poupée sans couleur, sans cheveux, sans jambes et sans tête... »

14Ce soupçon de cynisme et de cruauté dans un épisode qui souligne en même temps sa visée comique, éclaire la manière tortueuse avec laquelle la comtesse traite d’un sujet mesquin mais important dans la vie des enfants. Un sujet que chaque lecteur a expérimenté, car tout le monde casse ses jouets. Quelle est donc la morale de cette histoire ? Quel principe éducatif justifie cette vie et cette mort d’une poupée ? La poupée doit-elle disparaître parce qu’elle signale la négligence de la fillette ? Mais ne devrait-elle pas au contraire rester en témoignage, comme un bonnet d’âne ou comme le collier de mouches que Mme de Réan oblige Sophie à porter ? L’auteur prolonge l’effet comique en prêtant à ses petites filles modèles un propos presque scandaleux : « lorsque Camille et Madeleine s’en allèrent, elles demandèrent à Paul et à Sophie de casser une autre poupée pour pouvoir recommencer un enterrement aussi amusant. »

  • 11 Anne Ubersfeld, « Nommer la misère », Revue des Sciences Humaines, n° 156, Hugo, 1974, p.  (...)

15En tout état de cause, on constate que les poupées sont fragiles, alors que Sophie est résistante, et que sa force apparaît en proportion de la faiblesse de l’objet. Sophie résiste aux expériences qu’elle fait sur elle-même, et bien plus encore aux expériences maternelles, aux effets pervers de l’éducation maternelle. Mme de Réan et Mme Fichini la considèrent en définitive comme une poupée, sans pouvoir en faire un objet. C’est encore une opposition de la comtesse et de Victor Hugo, chez qui « l’enfant est la petite chose, le fétiche, l’objet, la poupée. Dans l’une des premières notes sur les Misères, Hugo définissait ainsi son roman : “Histoire d’un saint, histoire d’un homme, histoire d’une femme, histoire d’une poupée.” L’histoire de la poupée, c’est l’histoire de Cosette : ainsi se lit le fétichisme final de Jean Valjean, tirant de leur boîte cercueil les vêtements noirs de la poupée Cosette sans oublier l’évocation immédiate de la “vraie” poupée Catherine11. »

16Par contraste, le travail du deuil s’effectue pleinement chez la comtesse, qui ne s’embarrasse guère de fétiches. Autour de la poupée se jouent bien des scènes éducatives, dont la leçon cependant est ambiguë : le corps de la poupée autorise les expériences les plus variées et dévoile aux yeux de l’enfant sa propre violence, qu’elle soit d’amour ou d’agression. Il y a toujours de la violence dans l’amour, dans le soin donné à l’être aimé. Si l’homme ou la femme ont pour particularité de pouvoir construire un enseignement, et non seulement de le reproduire, cet enseignement suppose patience et indulgence pour celui qui apprend. C’est parce qu’ils auront malmené des poupées que les enfants pourront plus tard ne pas trop casser leurs enfants. En un sens, cette mise en scène de l’agressivité s’intéresse-telle moins à l’enfant pris comme tel, qu’au rapport qu’il entretiendra plus tard avec ses propres enfants.

17L’enfant est toujours déjà un éducateur.

18Mais si le roman ségurien assure cette formation d’éducateur, il le fait moins clairement que d’autres auteurs, comme le montre une comparaison avec Marceline Desbordes-Valmore. Ainsi, dans un de ses contes au titre éloquent, La Poupée monstre, Inès vient-elle d’avoir une nouvelle poupée, et dès le deuxième jour elle se fâche contre elle et la fouette. A sa mère qui lui demande les raisons de cette colère, elle explique :

“C’est un monstre ! je lui donne tout ce que j’ai ; eh bien...
– Eh bien ! dit sa mère, qu’exiges-tu de plus que le bonheur de lui donner ? veux-tu qu’elle ait un cœur et une voix pour remercier, quand c’est toi qui lui doit la reconnaissance ? Confie-moi ta fille à élever, ma chère enfant ; je t’apprendrai le métier de mère ; il est difficile ! Crois-tu que ce soit parce que tu es parfaite que je ne peux me résoudre à te fouetter ? C’est parce que je t’aime et que je n’exige pas qu’une tête si petite que la tienne comprenne ce que j’ai appris depuis si longtemps.”

19Le propos est en définitive bien étrange. Car si la finalité de la poupée était d’aider à un dressage, celui-ci devrait s’exercer au travers des jeux, et même sans que la petite fille ait conscience du processus. Dès lors que la littérature enfantine en fait une question à traiter, nous assistons à un dédoublement, presque à une démystification. L’objet du texte est moins le message éducatif que l’observation d’une position d’éducateur, l’élaboration de ce message éducatif. L’enfant est pris dans un système de distanciation, par rapport à lui-même, par rapport à l’adulte. Inès va répéter mot pour mot les paroles de sa mère, à sa poupée : « Viens, je t’aime encore. Je n’exige pas qu’une tête si petite que la tienne comprenne ce que j’ai appris depuis si longtemps. »

20La jeune lectrice, le jeune lecteur, amenés à se prendre eux-mêmes comme objets d’observation, peuvent comprendre à quel point l’éducation passe par des cheminements complexes, peu naturels en définitive. Devant la « naïveté » de la petite Inès, ils se sentiront en position de supériorité, alors qu’ils se conduiraient comme elle dans la vie courante.

21Un autre récit de Marceline Desbordes-Valmore, La Physiologie des poupées, se construit autour de la diversité des observations conduites par un père de famille. La relation particulière établie par chacune de ses quatre filles avec sa poupée, lui permet de cerner leur personnalité. Mais, en tant que « physiologiste », il s’agit davantage pour lui d’analyser que d’exercer une action qui tendrait à l’uniformité. Ainsi l’aînée se conforme-t-elle au modèle d’une mère attentive à l’ordre et à la propreté, enseignant la couture à sa « fille » et répétant inlassablement : « Vous prenez deux, vous croisez deux. Que votre point soit égal et rond ; vos mains toujours propres et vos laines en ordre. » La seconde n’est préoccupée que de musique et de bruit, la troisième ne fait qu’embrasser sa poupée justement nommée Lutine, et la quatrième, – Marceline –, reste tristement devant la sienne, toute à la pensée de sa mère « partie au ciel ».

  • 12 Marceline Desbordes-Valmore, Contes et scènes de la vie de famille dédiés aux enfants, Gar (...)

22Qu’il se félicite des dispositions d’ordre ou de gaieté, qu’il s’inquiète au contraire d’une propension à la mélancolie, le père respecte en quelque sorte le penchant de chacune de ses filles, ne cherchant que la révélation de leur nature. Les poupées deviennent les héroïnes d’anecdotes diverses laissant les filles développer cette nature dans une fiction dont elles veulent bien être dupes. Ainsi, Lutine est malade, et Alphonse, un petit garçon qui fait office de médecin, vient dire à l’oreille du père : « Je fais semblant de croire ; car vois-tu, cette poupée n’est pas vivante. »« Si, si, un peu vivante ! cria Augusta qui l’avait entendu et qui ne voulait pas perdre son illusion. » Comme chez la comtesse, la leçon ne porte guère sur la nécessité des soins, puisque cette même poupée Lutine, trop embrassée par Augusta, perd de son éclat et que, lavée au savon, c’est sa couleur qu’elle voit partir, laissant apparaître le carton12.

C’est la cause de cela, répondit son père ; l’eau ne vaut rien aux poupées. Ta tendresse lui a déjà fait mal ; il ne faut pas dévorer ce qu’on aime. Trop de caresses étouffent un enfant.

23Plus tard, trop énergiquement soignée par les enfants, Lutine, « barbouillée, le bras vide, et lavée par toutes les potions qu’on lui avait fait boire, demeura dans un état de convalescence dont les bons soins de la sage Albertine ne purent jamais la tirer entièrement... »

24L’équivoque qui pèse sur la poupée conduit aussi à des disputes d’un autre ordre, illustrant une métaphysique à l’usage des enfants. Pour la comtesse de Ségur, une poupée c’est une poupée, et contrairement à Zénaïde Fleuriot, elle s’écarte résolument de la tentation épiphanique des Contes d’Andersen, lisible notamment dans L’Intrépide soldat de plomb, où l’existence héroï-comique du jouet, achevée dans le feu, laisse une trace à la fois très matérielle et très symbolique, un cœur en plomb.

  • 13 Laura Kreyder, L’Enfance des saints et des autres, p. 96.

25Du corps et de l’âme, tel pourrait être le titre du véritable traité que tout un pan de la littérature enfantine ne cesse d’écrire, brodant autour des mêmes figures avec des variations littéralement géométriques. La littérature enfantine hésite entre le spirituel et l’objet fabriqué, l’objet manufacturé, avec ce paradoxe que plus la technique de fabrication est « sophistiquée », plus la poupée semble humaine. D’où la question de l’âme. Conçue bien souvent pour résister à toute épreuve, pour être en quelque sorte éternelle, la poupée acquiert l’humanité par le traitement que lui fait subir l’enfant, et Laura Kreyder évoque un texte où Edmondo de Amicis, l’auteur de Cuore, conclut à l’existence de l’âme des poupées devant le spectacle de têtes, de troncs et de membres séparés13 .

Notes

1 Leïla Sebbar-Pignon, « Melle Lili ou l’ordre des poupées », Les Temps Modernes, n° 358, mai 1976, « Petites filles en éducation », p. 1796-1797.

2 Jeux et jouets d’autrefois, exposition du 22 décembre 1961-10 mars 1962, I.P.N., Musée d’Histoire de l’Education.

3 « Melle Lili ou l’ordre des poupées ».

4 Victor Hugo, Les Misérables (1862), Edition de La Pléiade, p. 400.

5 Sophie Deroisin, Petites filles d’autrefois, p. 191.

6 De mères en filles (l’éducation des françaises), quatrième de couverture.

7 L. Sebbar-Pignon, « Melle Lili ou l’ordre des poupées », p. 1810.

8 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 25 à 39.

9 Les Petites filles modèles, chapitre XXI, « Installation de Françoise et de Lucie ».

10 George Sand, Histoire de ma vie, Tome 1, p. 554.

11 Anne Ubersfeld, « Nommer la misère », Revue des Sciences Humaines, n° 156, Hugo, 1974, p. 589.

12 Marceline Desbordes-Valmore, Contes et scènes de la vie de famille dédiés aux enfants, Garnier, 2 tomes, s.d.

13 Laura Kreyder, L’Enfance des saints et des autres, p. 96.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search