Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Troisième Partie. Féminité

Chapitre 1

La femme auteur

Texte intégral

Lire, c’est jouer sur la confusion des rôles. Dans Les Vacances, il y a une identité de fait entre le jeu des cabanes et la « vraie » robinsonnade vécue par M. de Rosbourg, mais ces deux habitats rappellent, tout autant que la hutte exotique, celle de la femme Lecomte et de sa fille, une hutte de bûcheron abandonnée et délabrée, au toit percé de tous côtés, et qui illustre un vrai dénuement, non joué. On leur trouvera ensuite un logement modeste, « une maison petite, mais propre, et entièrement mise à neuf », avec « trois pièces, une cave et un grenier, un joli jardin et un potager planté d’arbres fruitiers ». La question est de s’installer, d’aménager son chez-soi, jeu particulièrement adressé aux petites filles. L’aménagement de cette maisonnée devient une histoire vécue en grandeur nature, assortie de sa morale, réclamée par Mme de Fleurville : « Vous me raconterez la joie de la pauvre femme et de sa fille. » La charité, autre activité féminine, permet une représentation véritablement théâtrale, des manifestations de reconnaissance. On s’est mis à la place du pauvre, on se reconnaît dans la bonté, et l’idée même de charité instaure une différence. Les privilégiés, chez la comtesse, seraient prêts à tout donner, pourvu qu’on leur laisse précisément ce pouvoir de donner.

1La découverte de l’intérieur pauvre offre aussi un espace facilement explorable par la petite fille, permettant, plutôt que la description, le dénombrement, puisque la misère est par définition limitée en objets. Le dénuement est facilement maîtrisé, adapté aux capacités intellectuelles comme à la situation de l’enfant qui, même riche, possède peu de choses en propre et aspire toujours à se bâtir une petite maison, celle des pauvres ou des sauvages, dont il serait le maître et le propriétaire. Si le château favorise un mode de vie en homothétie avec celui de l’enfance, puisque les grands y ont le même rythme journalier que les petits, la cabane ou l’humble maison favorisent donc une appropriation du monde plus jubilatoire. Dans un premier temps, les petites filles veulent trop donner, et l’on s’y perd dans « cet amas de choses inutiles ». La bonne Elisa, qui met bon ordre à tout cela, se livre en même temps à une énumération proche de celles que l’on trouve dans les contes ou comptines :

Placez dans un coin ce pain, ce petit pot de beurre, ces six œufs... ; bon... et puis la petite marmite de bouillon..., une bouteille de vin à présent..., un paquet de chandelles et un flambeau. Là..., ajoutez cette petite table, deux chaises de paille, deux verres, deux assiettes... et c’est tout.

2« Petit » pot, « petite » marmite, « petite » table, on installe une maison de poupées. Il n’y a rien de plus euphorique que ces scènes d’installation, qui sont aussi une reconnaissance des lieux : « Il nous faut du bois pour faire cuire la soupe. Et du sel pour mettre dedans. Et des cuillers pour la manger ! Et des couteaux pour couper le pain ! Et des terrines et des plats pour mettre le beurre et les œufs. » Chacune apporte son grain de sel, prenant plaisir à dire les gestes les plus évidents, comme dans les leçons de Mrs Barbauld. L’apothéose vient avec la dînette. Soupe, morceau de bœuf, omelette, celle-ci sera reprise lorsque Gribouille et sa sœur, de retour chez eux, éprouveront un grand bonheur à retrouver leur pauvreté, plus aimable que la maison bourgeoise de Mme Delmis. Caroline regarde avec attendrissement les objets qui lui servaient autrefois, pendant que Gribouille, « reprenant ses anciennes allures », met tout en ordre, verse de l’eau dans les cruches, prépare le feu, etc.

3Le sordide n’existe donc pas chez la comtesse, alors que la découverte de la pauvreté est souvent une punition, que ce soit dans Les Veillées instructives et amusantes, où la petite Louise est obligée de passer la nuit dans une cabane de cantonnier, ou dans les nombreuses histoires de bohémiens qui font ressortir par contraste le confort de la maison familiale. Ces histoires n’ont pas cours ici, et la pauvreté, ne revêtant un aspect ni inquiétant ni pittoresque, encore moins aventureux, rappelle la diversité des conditions et la sagesse qu’il y a dans la soumission à l’ordre des choses.

  • 1 Isabelle Jan, Essai sur la littérature enfantine, p. 126.

4« Chacun à sa place » : cette proposition, qui semble commander le discours politique et social de la comtesse de Ségur, fait que ses personnages, et notamment les plus modestes, ne quittent guère leur canton. La stabilité politique conduit à une forme d’immobilité qui ignore les délices de la géographie, à travers cette errance romanesque dont la littérature du XIXème s’est souvent fait une spécialité. Une thèse a même été consacrée à cette caractéristique, et Simone Muller place son travail, La Thématique de la stabilité dans l’œuvre romanesque de la comtesse de Ségur, sous l’autorité d’Isabelle Jan, pour qui « l’enfance ne tient pas du tout à faire l’expérience de la liberté. Aussi l’aventure, pour être acceptée sans réticence par la sensibilité enfantine, doit-elle toujours déboucher sur son contraire : la sécurité1. » Aussi tout voyage se fait-il dans la perspective d’un retour, et la comtesse nous montre de préférence des gens qui arrivent, des hommes puisqu’ils sont les seuls à pouvoir connaître un semblant d’aventure. Le cycle de Fleurville nous fait assister à l’agrégation progressive d’éléments masculins à une société d’abord féminine.

  • 2 Jean-Jacques Porchat, La Sagesse du hameau, Entretiens d’un aïeul et de ses petits-enfants (...)

5Ordre social et ordre sexuel semblent donc avoir partie liée. Autant que la question sociale, la littérature enfantine au XIXème siècle explore celle des sexes. Après le moment révolutionnaire qui avait allégé la tutelle pesant sur l’épouse, l’autorité patriarcale s’était renforcée, et un Joseph de Maistre s’était montré actif dans cette autre Restauration. Mais comme pour le pouvoir du roi, l’évidence s’est perdue. L’abondance même des discours qui tentent de fonder en raison l’infériorité des femmes, et qui ne semblent vérifier que la « stupidité » dont on stigmatise le XIXème siècle, trahit le divorce entre la Loi et l’usage. Puisqu’on ne peut continuer de légitimer l’autorité maritale et paternelle sur la force, il faut la justifier par la raison. Ainsi, dans La Sagesse du hameau, Entretiens d’un aïeul et de ses petits-enfants, Jean-Jacques Porchat, prix Montyon de l’Académie française, explique-t-il qu’il faut bien un chef dans chaque ménage comme dans tout état, lequel a son gouvernement, « c’est-à-dire son roi, ou du moins son président ». Mais il est permis aux rois et aux présidents de se faire suppléer, et cela même dans l’intérêt d’un bon gouvernement, si bien que J.-J. Porchat traite des Droits de la femme, dans un chapitre où il tente de concilier des exigences contradictoires. D’un côté, la femme a souvent la main et la tête moins fortes, d’autant qu’elle est souvent mariée à un homme plus âgé, parce qu’« on nous traite bien plus vite en personnes raisonnables », explique la mère ; de l’autre, le père semble bien plus souvent obéir alors qu’il est le maître, parce qu’il s’incline devant les compétences de sa femme et qu’il la reconnaît comme son égale devant Dieu2...

  • 3 Claire Michard-Marchal, Claudine Ribéry, « Enonciation et effet idéologique », L ’Arraison (...)

6Si de telles naïvetés n’ont plus cours aujourd’hui, la langue usuelle continue d’illustrer ce que certaines féministes, dans le cadre d’une « anthropologie des sexes », ont appelé l’« arraisonnement des femmes »3. Ainsi, même dans le discours ethnologique, trouve-t-on des dissymétries sémantiques touchant aux notions de « femme » et d’« homme », et montrant qu’une société est d’abord perçue à travers les seuls êtres masculins qui la composent. C’est ainsi qu’il arrive à Claude Levi-Strauss lui-même de réduire un village à ses hommes :

Le village entier partit le lendemain dans une trentaine de pirogues abandonnées, nous laissant seuls avec les femmes et les enfants dans les maisons.

  • 4 « Avant-Propos » de Saintes ou pouliches. L ’éducation des filles au XIXème, Albin Michel, (...)

7Epouses ou mères, les femmes ne sont pas considérées comme des sujets autonomes, puisque le « village » est parti alors qu’elles n’ont pas bougé. Il en va de même apparemment chez la comtesse de Ségur, où elles sont tout « naturellement » écartées de la chasse, de la guerre et des affaires, et où elles s’affairent à l’aménagement des intérieurs. Elle semble illustrer le propos d’Isabelle Bricard, qui rappelle, en ouverture à son ouvrage, Saintes ou pouliches. L’éducation des filles au XIXème, la formule de George Sand dans Lelia : « Nous les élevons comme des saintes, puis nous les livrons comme des pouliches. » Elle-même se propose, dans un « souci quasi ethnographique », de « cerner un milieu à part, qui a son territoire, ses usages, ses principes, – éducatifs et autres », ses coutumes propres qui en font une peuplade unique qu’il ne faudrait pas essayer de comparer avec la peuplade voisine »4.

  • 5 Ces termes renvoient librement à des notions développées par Paul Ricœur dans ses travaux (...)

8Ce milieu à part prend toute sa consistance chez la comtesse, mais au prix d’un retournement, car la « naïveté » de l’ethnographe n’est pas la sienne, et l’absence des hommes, dans Les Petites filles modèles, ne donne guère le sentiment d’un abandon même s’il arrive aux femmes de regretter leur époux. Ce monde à la fois clos et féminin n’est pas sans énigme, à la fois dans et hors le monde, le confortant et le contestant. Comment évaluer l’éventuelle contribution de la comtesse à un projet social qui serait lui-même sans contradiction et toujours nécessairement du côté de l’oppression ? Notre lecture peut-elle se fixer pour tâche de reconstituer ou de fabriquer une cohérence, désignée sous le terme d’« idéologie », cette part mauvaise qui serait toujours à débusquer ? La littérature enfantine se prêterait d’autant plus à ce démontage que, se voulant simple, elle s’avance sous le signe de la certitude, que les rôles des uns et des autres y seraient fixés, que les valeurs y apparaîtraient dans une sorte d’évidence naturelle. Mais toute fiction s’avance comme la proposition d’un monde dont elle n’explique pas l’ensemble des ressorts, et qu’il faut interpréter par référence à une réalité externe. La rencontre entre le monde du texte et le monde du lecteur se fait au travers de présupposés, voire de préjugés communs, qui seuls permettent de suivre le fil narratif.5 Mais la description de la société, les gestes des hommes et des femmes, vont-ils nécessairement relever d’un projet d’embrigadement, dès lors qu’ils ne sont pas dénoncés ? Tout ce que dit le texte, mais aussi tout ce qu’il ne dit pas, peut être versé au discrédit du discours pédagogique. La comtesse de Ségur, comme beaucoup d’autres, évite la question du sexe, n’indique pas comment se font les enfants, d’où vient la fortune de ses personnages, ne remet pas en question la place de la femme, et de nombreux aspects de la vie, la nécessité du travail, le goût de l’effort, sont perçus comme des exigences indiscutables, encore qu’ils soient sans cesse à rappeler et que la morale vient justement de la résistance de certains individus, auxquels l’auteur donne la parole.

  • 6 Pierre Caspard, « De l’horrible danger d’une analyse superficielle des manuels scolaires » (...)

9La littérature enfantine du XIXème siècle ne songe nullement à cacher l’intention morale qui la guide et qui semble d’abord relever d’un système de défense. Dans une société qui n’a peut-être jamais autant produit de discours sur l’infériorité de la femme en même temps que sur sa mission essentielle, une écriture s’avance comme éducatrice, « institutrice » dirait Balzac, et, qu’elle traite de la vertu ou du savoir, elle expose une « idéologie » qui semble toujours en rajouter, caricaturale par essence. Ainsi rien de plus voyant que la place affectée à chaque sexe ou à chaque classe sociale. Ce qui frappe le lecteur du XXème siècle, c’est même cette naïveté dans le discours social et politique, naïveté que l’on peut mettre en relation avec le contentement, la plénitude du bourgeois, qu’il s’agisse de M. Prudhomme ou de M. Homais. Le bourgeois, en faisant main basse sur les valeurs morales, est même parvenu à les dévaluer, à les faire sentir comme « bourgeoises », avec toute la négativité attachée à ce mot. Mais la déconstruction de son discours s’avère malaisée, et l’« analyse de contenu » risque de se réduire à un relevé de préjugés qui n’échappent à personne, ni aux auteurs, ni aux maîtres, ni aux enfants eux-mêmes. Bien plus, ces valeurs, « ordre, discipline, travail, persévérance, propreté, ponctualité, épargne, prévoyance », attribuées à la classe bourgeoise, seraient-elles donc étrangères au peuple ou à la paysannerie ?6

  • 7 Parus chez Hachette en 1868. Z. Carraud (1796-1889) a publié des Historiettes à l’usage de (...)

10Dans ce foisonnement de questions, la condition de femme-auteur apparaît inconfortable. Ecrivant sur le tard, à partir de son expérience de mère et de grand-mère, la comtesse peut paraître enfermée dans un rôle auquel ses écrits ne feraient que donner un prolongement. Consciente de cette équivoque, elle refusera pour sa première œuvre le titre de Contes d’une grand-mère, que George Sand ne craindra pas d’utiliser, tandis que Zulma Carraud écrira Les Goûters de la grand-mère7.

  • 8 Comme le rappelle Marcel Bouteron en Introduction à la Correspondance inédite Honoré de Ba (...)

11C’est l’écriture qui avait permis à George Sand de s’émanciper. Pour la comtesse comme pour Mme Carraud, il est un peu tard, mais le succès éditorial donne à ces femmes vieillissantes une importance nouvelle. Elles ont en fait toujours écrit, leur importante correspondance le prouve. Les lettres échangées entre Zulma Carraud et son ami Balzac sont d’un intérêt extrême, parce que s’y mêlent des détails quotidiens, des choses domestiques, des propos sur les enfants et des discussions sur l’œuvre balzacienne. Tenue longtemps, – ou se tenant volontairement ? – loin de la création, Mme Carraud se donne au travail de son correspondant qu’elle conseille, encourage, critique, et auquel elle fournit des anecdotes qu’il reprendra8.

  • 9 Lettre du 15 mars 1854, voir l’édition établie par Marie-José Strich, p. 25.

12Mais tout cela ne va pas sans frustration, cette frustration qui serait à l’origine de la carrière littéraire de la comtesse de Ségur, selon sa petite-fille Arlette de Pitray, après avoir été cause de sa longue prostration. Le 15 mars 1854, dans une lettre à son fils Gaston, elle écrivait : « Si Dieu m’accorde la grâce de marier Olga, j’aurai bien assez vécu. A quoi sert une vieille femme dans ce monde ; une fois passée à l’état de grand-mère pour tous ses enfants, son rôle est bien fini, elle n’est indispensable à personne. Je ne suis pas une grand-mère utile puisque chacun de mes jeunes ménages sait parfaitement diriger la vie animale de ses enfants et son système quant à la vie intellectuelle »9. Propos qu’il faut comparer avec ceux de Zulma Carraud, effaçant son moi, s’immolant quotidiennement pour l’éducation de ses deux garçons, s’enfermant dans son petit enclos, elle qui était « plutôt née pour penser que pour agir » :

  • 10 Correspondance inédite, p. 219.

... je m’abyme tout entière en mes enfants, et il ne me reste que la vie extérieure, sans goûts, sans passions, presque sans pensées autres que celles qui peuvent leur être appliquées, soit immédiatement, soit dans l’avenir10.

13Chez la comtesse, certaines mères accepteront difficilement le sacrifice de leurs plaisirs contre l’éducation de leurs enfants. François le bossu devait s’intituler La Mauvaise mère, parce qu’on y voit une Mme des Ormes qui abandonne sa fille. Même si cette mère est condamnée, – comment pourrait-il en être autrement ? –, la révolte, la possibilité scandaleuse de ne pas aimer son enfant sont énoncées, et en retour la liberté pour celui-ci de se trouver une famille d’élection.

  • 11 D’après Marcel Bouteron, Appendice à la Correspondance inédite.
  • 12 Voir, à propos de Sophie Ulliac-Trémadeure, Zulma Carraud et Zénaïde Fleuriot, notre artic (...)
  • 13 Pierre Reboul, « Regard sur Joséphine de Gaulle ».

14L’écriture apparaît donc un peu comme une revanche, et ces mères qui ont tout donné récupèrent en quelque sorte leur mise, au plan symbolique comme au plan financier. La comtesse de Ségur obtenait jusqu’à 3000 francs pour ses livres, et Zulma Carraud se met à écrire quand son mari prend sa retraite : retraité en 1834, celui-ci ne touche que 2325 francs, réduits à sa mort en 1864 à 648 francs11. Au XIXème siècle, le développement d’une librairie « spéciale » pour la jeunesse permet à des femmes d’accéder à l’écriture, au prix d’un renoncement à l’ambition proprement littéraire et d’un confinement dans une mission éducative. Il faut une certaine expertise, une curiosité et sans doute de la bienveillance pour retrouver dans ces écrits les vestiges d’une inspiration personnelle. Nous savons peu de choses de ces femmes-auteurs, mais une lecture en sympathie est nécessaire pour estimer à sa juste valeur cette écriture censurée, toujours prise dans la dénégation12. Ainsi Pierre Reboul, feuilletant quelques livres de Joséphine de Gaulle, parus chez Lefort, décèle dans Honorine, un ouvrage paru en 1842, l’ombre de l’écrivain et de ses rapports avec son éditeur. Joséphine de Gaulle relate en effet les efforts d’une orpheline pour survivre, et à qui la couture laisse trop de libertés pour « ruminer ses malheurs ». De là « l’idée d’épancher sur le papier ce trop-plein de son cœur, et de présenter à la jeunesse, sous la forme d’un roman, les leçons que sa propre expérience lui avait faites si dures »13.

  • 14 Sur ces questions, voir notre article, « Petites-lectures ».

15Zénaïde Fleuriot, qui a trouvé un biographe chez son neveu Francis Fleuriot-Kérinou, s’est débattue toute sa vie avec une ambition littéraire non moins désavouée. En s’appuyant sur les écrits intimes de l’écrivain et sur ses propres souvenirs familiaux, F. Fleuriot-Kérinou restitue cette tension entre l’acceptation mélancolique d’une petite existence et l’insatisfaction qui se fait discrètement sentir dans l’œuvre. Non, en cette circonstance, l’écriture ne fait pas office de cure, ne brise pas l’enfermement, si elle n’échappe pas à la confidence voilée. On se fait un point d’honneur à se vouloir toute petite, on veut et on ne veut pas être femme-auteur, on hésite autant devant la voie de l’enseignement, et la jeune fille déclassée suivra les cours de Mme Pape-Carpentier à Paris et obtiendra un diplôme pour les salles d’asile14...

  • 15 Elena Gianini Belotti, Dalla parte delle bambine, 1974. Traduction française, Du côté des (...)

16Toutes propagent et critiquent à la fois des valeurs « féminines » qui les sanctifient et les humilient. On peut les dire au service des hommes qui auraient seuls imposé ces règles, et d’une certaine façon la conscience du sexe féminin pourrait se forger à partir des limites tracées par les mères elles-mêmes, encloses dans leur rôle social et condamnées à le transmettre. Une telle idée a eu son efficace dans une société qui affectait de naturaliser des phénomènes visiblement produits par une organisation sociale ; la critique du « stupide XIXème siècle » n’est plus à faire, touchant notamment son discours sur la femme. En retour, les analyses dites « constructivistes » ont vécu sur des réductions semblables dont l’ouvrage d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, consacré à « l’influence des conditionnements sociaux sur la formation du rôle féminin dans la petite enfance »15, donne une forme exemplaire. Tout texte parlant de la femme ou de la petite fille a dès lors pu être convoqué pour vérifier un propos auquel il ne s’agit d’apporter de nouvelles illustrations. En mai 1976, Les Temps modernes consacrent ainsi un numéro aux « Petites filles en éducation », dans lequel les jeux, les poupées et les lectures ne peuvent que solidairement participer à la construction d’un rôle où la nature occupe peu de place.

17Les Editions des femmes, qui publient Du côté des petites filles depuis 1974, prendront leurs distances à l’égard de ce discours qui les avait conduites dans un premier temps à promouvoir une autre littérature enfantine, vouée à dénoncer la ségrégation des rôles et à se constituer en « anti-Bibliothèque Rose », ainsi que le montre leur titre emblématique, Rose Bonbonne, d’Adela Turin. Cette fable apparaît comme un manifeste s’en prenant à cette couleur rose distinctive des filles et de la Bibliothèque pour laquelle écrivait la comtesse de Ségur. En effet, l’auteur imagine qu’autrefois, au pays des éléphants, les éléphantes avaient la peau couleur rose bonbon et ne mangeaient que des anémones dans un jardinet clôturé d’où elles se contentaient de regarder les garçons jouer dans la savane, se rouler dans la boue et faire la sieste sous les arbres. Jusqu’au jour où l’une d’entre elles, ne rosissant pas, est laissée libre de faire comme les petits garçons éléphants, d’abord au vif effroi des autres filles, puis à leur envie. Toutes finissent par sortir de l’enclos, et « depuis ce temps-là, il est devenu difficile de dire, en regardant jouer les petits de cette tribu, lesquels sont des éléphants et lesquels sont des éléphantes. »

18On peut lire ce récit comme une réponse à la comtesse de Ségur et une invite à sortir du domaine de Fleurville, non seulement pour agir dans le monde, mais pour refuser toute distinction entre petites filles, modèles ou non, et petit garçons. La quatrième de couverture d’une réédition du livre d’E.G. Belotti, offre cependant un avertissement révélateur d’un discours plus nuancé :

Les petites filles sont actives, curieuses, téméraires, mais elles sont toujours freinées, arrêtées, réprimées... obligées de répondre paisiblement aux exigences de la masculinité.
Elena Gianini Belotti analyse les modalités de ce conditionnement à « la féminité ». Mais faut-il en conclure, comme elle, que seules les qualités « humaines » de l’enfant sont à développer, quel que soit son sexe ? Cette éducation égalitaire, indifférenciée, ne signifie-t-elle pas une intégration plus grande encore aux schémas d’oppression masculins ? L’immense succès de ce livre montre bien qu’il concerne l’un des points névralgiques de la lutte du côté des femmes.

  • 16 Marie-Christine Vinson, L’Education des petites filles, p. 34.
  • 17 Id., p. 34.

19Faire une « lecture idéologique » de la comtesse de Ségur revient à déchiffrer les symptômes de cette oppression masculine, de ce régime patriarcal dont le roman réaliste du XIXème siècle, et d’abord celui de Balzac, serait une sorte de bras armé. Lire, c’est se révolter contre le texte, puisque celui-ci invite les petites filles à devenir des mamans modèles en plongeant dans le malheur celles qui se comportent mal : « Madame Fichini, la mauvaise mère, n’est pas ménagée par la fiction16. » Un renversement de la lecture fait prendre le parti de Mme Fichini, présentée comme une victime possible, puisqu’« à aucun moment il ne nous est dit que cette pauvre jeune fille a été épousée pour elle-même, son attrait, son intelligence. Utilisée pour subvenir à l’éducation de Sophie, elle est frustrée de l’amour de son mari qui vit dans le triste souvenir de sa première épouse »17. Au lieu de se réfugier dans la résignation et le sacrifice, – ce qui constituerait le lot ordinaire de l’épouse du XIXème siècle –, Fédora se révolte. Car Mme Fichini a un prénom, et lui redonner ce prénom, c’est sans doute lui redonner une jeunesse que le texte s’entend à nous faire oublier. Un prénom romanesque, balzacien, donc équivoque pour un auteur fort soupçonneux à l’égard du fantastique.

20Mais Fédora, c’est aussi, à peu de choses près, le deuxième prénom de la comtesse Féodorovna, mère de Sophie Rostopchine. La question de la mauvaise mère, loin d’être cantonnée dans une problématique sociale, nous transporte sur la scène familiale : une belle-mère, une « marâtre », est le visage donné à une vraie mère, et la complexité s’accroît encore si l’on rappelle que le père de la comtesse, Théodore Wassiélévitch Rostopchine, était communément appelé Fiodor. Quoi qu’il en soit, devenant un personnage positif, Fédora devrait autoriser un nouveau regard sur le texte lui-même, lequel, réputé normalisateur, donne à la critique les moyens de deviner la « vraie » condition de la jeune épousée, et sort lui-même de la clôture idéologique dans lequel on prétend l’enfermer. Autrement dit, une démarche logique voudrait qu’en sauvant Fédora on acquitte aussi Mme de Ségur.

  • 18 « L’Adulte comme jouet », L’Orne de la comtesse de Ségur, tome 2.

21Fédora est par excellence une de ces figures qui étouffent dans un monde trop étroit, une marionnette qui s’agite vainement dans ce « petit format » où manque l’oxygène, selon Isabelle Jan. Celle-ci, oublieuse des courants d’air qui traversent le château de Fleurville, n’en souligne pas moins avec justesse que ces marionnettes ne sont jamais un enfant, toujours un adulte18. Chaque roman, à un moment ou à un autre, projette de façon souvent gratuite, un être burlesque, et malgré l’exemple de Dourakine, ce sera plus souvent une femme, une grosse femme qui se croit belle et légère, qu’on chahute et qu’on maltraite comme une poupée trop bien habillée.

Notes

1 Isabelle Jan, Essai sur la littérature enfantine, p. 126.

2 Jean-Jacques Porchat, La Sagesse du hameau, Entretiens d’un aïeul et de ses petits-enfants sur la famille, l’autorité paternelle, le travail, la propriété, les riches et les pauvres, « ouvrage destiné à servir de lecture courante dans les écoles primaires », Dezobry et E. Magdeleine, 1849.

3 Claire Michard-Marchal, Claudine Ribéry, « Enonciation et effet idéologique », L ’Arraisonnement des femmes, Essais en anthropologie des sexes, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1985.

4 « Avant-Propos » de Saintes ou pouliches. L ’éducation des filles au XIXème, Albin Michel, 1986.

5 Ces termes renvoient librement à des notions développées par Paul Ricœur dans ses travaux sur le temps et le récit.

6 Pierre Caspard, « De l’horrible danger d’une analyse superficielle des manuels scolaires » (à propos du livre de Laura S. Strumingher, What Were Little Girls and Boys made of ? Primary Education in Rural France, 1830-1880), in Histoire de l’éducation n° 21, janvier 1984, p. 69.

7 Parus chez Hachette en 1868. Z. Carraud (1796-1889) a publié des Historiettes à l’usage des jeunes enfants qui commencent à savoir lire (Hachette, 1853), des Histoires véritables pour les enfants de 4 à 8 ans, Hachette, (« Bibliothèque Rose », 1864), Les Métamorphoses d’une goutte d’eau, et des manuels de lecture courante à l’usage des écoles primaires : Maurice, ou le travail (1853), et La Petite Jeanne ou le Devoir (1852, 41 réimpressions entre 1853 et 1901).

8 Comme le rappelle Marcel Bouteron en Introduction à la Correspondance inédite Honoré de Balzac-Madame Zulma Carraud, c’est à Z. Carraud qu’est dédiée La Maison Nucingen, c’est auprès des Carraud que fut élaborée et composée mainte œuvre de La Comédie humaine. Dans cette correspondance, on voit qu’une de ses historiettes sera reprise dans les Contes drolatiques.

9 Lettre du 15 mars 1854, voir l’édition établie par Marie-José Strich, p. 25.

10 Correspondance inédite, p. 219.

11 D’après Marcel Bouteron, Appendice à la Correspondance inédite.

12 Voir, à propos de Sophie Ulliac-Trémadeure, Zulma Carraud et Zénaïde Fleuriot, notre article « Petites lectures ».

13 Pierre Reboul, « Regard sur Joséphine de Gaulle ».

14 Sur ces questions, voir notre article, « Petites-lectures ».

15 Elena Gianini Belotti, Dalla parte delle bambine, 1974. Traduction française, Du côté des petites filles, Editions des femmes, 1974.

16 Marie-Christine Vinson, L’Education des petites filles, p. 34.

17 Id., p. 34.

18 « L’Adulte comme jouet », L’Orne de la comtesse de Ségur, tome 2.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search