Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Deuxième Partie. Noblesse

Chapitre 8

Le prince et le pauvre

Texte intégral

  • 1 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir (The Theory of the leisure class, 1899), (...)

Ce qui reste, c’est que pour prendre la défense de la comtesse, on en vient à effacer le caractère propre de son œuvre et que l’on continue ainsi de manifester, malgré soi, comme une gêne : la comtesse de Ségur serait convenable en dépit de ses origines aristocratiques. Curieux renversement des préjugés, qui fait porter la réprobation sur ce que le sociologue Veblen a nommé la « classe de loisir », marquée par son exemption du travail industriel ou productif, par sa spécialisation dans des occupations « prédatrices », le loisir et la consommation ostentatoires, autant de formes d’une rivalité puérile des adultes1 que la comtesse considère avec distance, ne manquant jamais de fustiger la dissipation, le goût pour les bals, la volonté de paraître, sans que ses lecteurs la prennent toujours au mot.

  • 2 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, réédition Hatier, 1967, p. 157.
  • 3 Marc Soriano, Guide de la littérature pour la jeunesse, p. 485.

1Ainsi, Paul Hazard, oubliant la polémiste, insiste sur le goût de la comtesse pour la vie de société, les salons, les châteaux, les beaux parcs où l’on se promène en causant : « Causer, passer d’un sujet à un autre en se jouant, affleurer sans insister, accepter l’idée que votre voisin vous tend sans prétendre garder obstinément la vôtre, accepter volontiers la personnalité d’autrui comme limite de sa personnalité propre, avec grâce, avec esprit : quel plaisir ! » Paul Hazard voit le lieu ségurien à la fois comme un palais merveilleux et comme une image idéalisée de tout foyer : « Fait curieux, note-t-il, Mme de Ségur est restée en faveur, non pas seulement chez nos enfants riches, mais chez les pauvres2. » Il rapproche ce monde de celui du conte de fées, idée que reprendra Soriano, pour qui « ce monde fondé sur l’acceptation de classes sociales rigides et sur l’irréversible rapport du maître et de l’esclave » peut sembler aux enfants aussi lointain que celui des contes de fées. « Peut-être interprètent-ils cette distance due à la richesse et aux privilèges d’une manière plus mythique encore, la vivent-ils comme la distance qui sépare leur âge de l’état adulte3. »

2Mais la pauvreté des petits paysans, l’obligation de travailler, et même les si éminentes qualités d’un Blaise, d’un Jean ou d’un Julien sont aussi éloignées du lecteur, qui ne peut guère s’identifier à eux, tout en recevant un « message » d’ailleurs bien malaisé à déchiffrer.

3Devant la gabegie organisée du château de Trénilly (Pauvre Blaise), on peut percevoir la réaction horrifiée d’une propriétaire inquiète de perdre ses biens, mais aussi les avertissements d’une femme qui ne se résout pas à ce que d’autres êtres humains consentent à leur propre abaissement. Le slogan « pauvre, mais honnête », tout en se révélant commode pour la conservation de l’ordre bourgeois ou nobiliaire, est aussi une forme de reconnaissance d’une humanité chez tous les hommes, quels qu’ils soient, à un moment où la France connaît une séparation particulièrement cruelle des classes sociales, où la misère fait douter de cette humanité, tant chez les ouvriers que chez les paysans arriérés.

4Il faut souligner la tranquillité, l’assurance avec laquelle Blaise parle de sa pauvreté, comme dans ce dialogue avec Jules de Trénilly, où il s’exclame :

De la viande, Monsieur Jules ! Nous n’en mangeons que le dimanche, et il ne nous en faut pas beaucoup ; avec un morceau gros comme le poing nous en avons de reste pour le lendemain.
– Pas possible ! s’écria Jules avec étonnement. Moi, je ne mange que de la viande : que manges-tu donc les jours de semaine ?
blaise : Du fromage, un œuf dur, des légumes avec du pain, bien entendu. Quant au pain, j’en ai autant que j’en veux...

5Dans cette tranquillité si peu naturelle, dans cette ostentation à trouver ordinaire une aussi grande frugalité, perce le discours de l’époque sur le caractère presque divin de la pauvreté. La comtesse postule un être issu du peuple et qui garde en toute occasion son honnêteté, et ce faisant elle ne diffère pas du discours socialisant, qui trouve la dignité du travailleur dans le respect absolu de certaines valeurs morales. Si la noblesse du cœur passe avant celle de la naissance, tout pauvre est un prince en puissance. Au XVIIIème siècle, Marivaux n’a cessé de rêver sur la possibilité d’échanger les rôles, souvent payée d’une déception. « Ce pauvre enfant de portier a les sentiments élevés d’un prince », dit-on de Blaise, et la comtesse, avant The Prince and the Pauper de Mark Twain (1882), procède à un échange de vêtements entre Blaise et Jules de Trénilly, qui est tombé dans une mare, mais sans exploiter les possibilités romanesques de l’épisode. Aucune confusion possible entre les deux personnages, cet échange n’étant qu’un des nombreux exemples de l’ingratitude de Jules, qui méprise la grosse chemise, le pantalon rapiécé et les affreux sabots de Blaise. Alors qu’il aura à « imiter » Blaise, comme on parle de l’Imitation de Jésus-Christ, il pense que ce dernier est bien heureux d’avoir enfilé ses beaux habits, et qu’il n’a jamais eu « de chemise si fine et un si joli pantalon ».

6Cette scène, ces paroles méchantes et peut-être clairvoyantes, témoignent d’une certaine perplexité à l’égard du peuple qui voudrait sans doute régner mais qui ne pourra le faire qu’en renonçant au pouvoir de Cour et à qui la sainteté est présentée comme une ambition réalisable. Comme le montre le « triomphe de Blaise », la sainteté n’a que faire des beaux habits et des belles manières, qui continuent de nourrir une distinction de classes. La comtesse ira plus loin encore avec Gribouille, être d’une rusticité définitive qui lui permet de dire des vérités grossières, et chez qui la distinction entre bonnes et mauvaises manières, voire entre bonté et méchanceté, tend à s’effacer.

7C’était aller très loin, sur un chemin que ni l’auteur ni le lecteur ne sauront jamais vraiment élucider, et si obscur que seule la mort du personnage permettait de lui trouver une fin. Et si Blaise peut encore s’abandonner à ses sentiments avec la famille de Trénilly, les autres prolétaires modèles devront se montrer plus modestes et parachever leur formation en apprenant les bonnes manières, c’est-à-dire la retenue. Jean qui rit manifeste sa reconnaissance avec trop de vivacité, ne contrôle pas ses élans, et pour lui, se former, c’est se dégrossir :

Peu à peu, les restes de dehors villageois et naïfs disparurent. En prenant de l’expérience et de l’âge, Jean fut plus maître de ses sentiments ; il aima autant mais avec moins d’expansion ; il apprit à contenir ce que l’inégalité des conditions pouvait rendre ridicule ou inconvenant vis-à-vis de ses maîtres et des étrangers ; il ne baisa plus les mains de M. Abel ; il ne se mit plus à genoux ; il le regarda moins affectueusement et moins souvent ; mais, dans son cœur, c’était la même ardeur, le même dévouement, la même tendresse.

  • 4 De pueris suivi de La Civilité puérile, réédition Klincksieck, 1990, p. 93.

8A plusieurs reprises dans le roman, on voit M. Abel rappeler à Jean leur convention : « Tais-toi, tais-toi, mon enfant. Tu sais que tu es convenu avec moi de ne me remercier que par les yeux. » Il faut apprendre à respecter la distance que la société impose entre les êtres de classes différentes, tout en appelant les petits de ce monde à user des civilités en usage chez les grands, selon la démarche d’Erasme, qui adresse sa Civilité puérile au très-noble Henri de Bourgogne, « fils de princes et né pour régner », élevé au milieu des courtisans, tout en précisant que son ouvrage n’est pas fait pour lui, mais que « les enfants recevront plus volontiers ces préceptes adressés à un enfant d’un rang élevé et d’un grand avenir4. »

  • 5 Jacques Laurent, « Etrennes noires », p. 162-163.

9Jean est donc appelé à s’affiner, se rapprochant ainsi de celui dont on lui demande de s’éloigner. En même temps, sa fraîcheur rustique apparaît comme une des raisons du charme qu’il exerce sur M. Abel, lui-même partagé entre son goût pour le naturel et des règles plus académiques, – problème qu’il doit retrouver dans l’exercice de son métier de peintre. Il admire la jolie figure du paysan, « embellie encore par l’expression d’enthousiasme qui éclairait son regard », il est surpris du « langage devenu presque éloquent de ce pauvre petit paysan, qui peu de mois auparavant, avait le langage commun de la campagne ». En somme, il ne manque au rustre que les bonnes manières pour ressembler à plus grand que lui, et la comtesse retrouve à sa façon cet effet de miroir que recherchaient les Grands de la Cour en s’abaissant dans le plus petit, le petit Grand, dont la définition s’étend maintenant de l’enfant au peuple. Et si Montherlant, parlant du monde ségurien dans Pitié pour les femmes, fait dire à son héros Costal « on y boit jusqu’à la lie le malheur de n’être pas noble. Tous les bons ont une particule et les méchants n’en ont pas », Jacques Laurent, qui semble d’abord partager cette opinion, remarque qu’il y a au moins une classe de roturiers particulièrement distingués, et remarquables par leurs noms, « qui s’écrivent en un seul mot, mais portent une particule intégrée » : Diloy (d’Iloy), Derigny (d’Erigny), ou rappellent un titre de noblesse, comme Lecomte5. Il fait de ces roturiers une catégorie d’exception qui pénètre « dans le halo de la Grâce » et qui s’oppose au reste de la roture, située « à une place légèrement supérieure à celle de l’animal ». En fait, le petit peuple, s’il évolue dans une sphère qui ne peut être confondue avec celle des Grands de ce monde, se partage entre de multiples caractères aux nuances assez subtiles, et moins caricaturaux que les tableaux naturalistes de Maupassant ou de Zola.

10J. Laurent, pour montrer que les bons roturiers sont d’abord ceux qui savent se tenir à leur place subalterne, rappelle le conseil de Dérigny à son fils : « N’oublie pas qu’il ne faut pas agir avec ses supérieurs comme avec ses égaux et qu’il faut savoir supporter avec patience ce qui nous vient d’eux » (Le Général Dourakine). Mais, outre que ces considérations sont un jugement terrible porté contre les maîtres, il s’agit plutôt ici d’une « morale pratique » dans la lignée des Fables de La Fontaine, que ce soit Le loup et l’agneau ou Le Jardinier et son seigneur. Il faut savoir que « la raison du plus fort est toujours la meilleure », dans la ligne d’une « tactique », telle que l’a définie Michel de Certeau.

  • 6 Paul Guérande, Le Petit monde de la comtesse de Ségur, p. 57 et 58.

11La mère de Jean qui rit, particulièrement pauvre et honnête, illustre l’idée que le dénuement ne situe pas obligatoirement l’individu hors de l’humanité. Lorsque Jean indique à Kersac la manière de trouver sa mère, il lui dit : « Vous demanderez la femme Hélène Dutec », et cette dénomination contient bien la contradiction entre une humilité, « la femme », et une noblesse potentielle, marquée à la fois par le prénom et par ce que J. Laurent appelle la particule intégrée, Dutec pouvant se lire D’Utec. Cependant, la particule n’est pas aussi solidement attachée à la noblesse que le pense le critique ; d’abord, parce qu’un Anfry, le père de Blaise, ou une Mme Blidot, dans L’Auberge de l’Ange gardien, sont eux aussi remarquables par leur grandeur d’âme, sans que leur nom en témoigne particulièrement. Certes, on pourrait voir la dernière lettre d’Anfry comme un signe de majesté, la lettre « y » étant volontiers associée à une idée de vieille France, mais il serait vain de prétendre trouver un système onomastique totalement cohérent. Et, comme le montre bien Paul Guérande, si « un préjugé tenace veut que la comtesse de Ségur ne manifeste d’intérêt véritable que pour l’aristocratie », on ne sait pas vraiment où commence la noblesse6 ; château et particule suffisent-ils à la désigner ? On peut douter de la noble origine de M. des Ormes (François le Bossu), du duc de Palma (Quel amour d’enfant !), et encore plus du duc de La Folotte (Diloy le chemineau), pourtant très bien considéré.

  • 7 Le Petit monde de la comtesse de Ségur, p. 58.
  • 8 Lettres d’une grand-mère, la comtesse de Ségur à son petit-fils Jacques de Pitray, Librair (...)

12En fait, les trois exemples cités ici, tout en révélant le caractère ambigu du nom noble, entrent dans trois séries différentes : des Ormes devient Dormère dans Après la pluie le beau temps, et dans ce nom apparemment roturier on peut voir un abaissement d’un personnage qui est si mauvais pour Geneviève, mais M. et Mme des Ormes, dotés d’une particule, n’hésitaient pas à abandonner leur fille Christine. Le duc de la Folotte porte un nom suffisamment éloquent, qui ne le distingue guère de Castelsot, nom des parvenus qui l’ont ruiné et qui se nomment en réalité Futé. Si les noms ont un sens, Folotte affiche le sien et contredit pour le moins le propos apparent du récit, qui se place de son côté. Enfin, le duc de Palma consonne un exotisme qui doit beaucoup plus au demi-monde qu’au terroir et qui ne saurait être confondu avec les noms bien français de Fleurville ou d’Orvillet. D’ailleurs, continue Paul Guérande, « qu’importe une particule de plus ou de moins ? » Il rappelle que dans Les Malheurs de Sophie une Elisabeth Chéneau est introduite dans la société de Réan. « Est-ce une petite bourgeoise ? Probablement pas. La comtesse, en effet, a une petite-fille nommée Elisabeth Fresneau. Gentilhommerie bretonne et légitimiste »7. Rappelons que dans une lettre à Jacques de Pitray, la comtesse de Ségur place Elisabeth Fresneau aux côtés de Gaston, Camille et Jacques lui-même, au premier rang de ses préférences8.

13La comtesse de Ségur, dans son jeu sur les noms, complique donc à loisir le rapport entre la noblesse et le peuple, entre lesquels elle établit des fossés qu’elle s’empresse de combler. D’ailleurs, que permet la fiction, sinon d’essayer tous les rôles possibles, celui du prince et celui du pauvre ? Les dédicaces à ses petits-enfants, à l’orée de tel ou tel livre consacré à un héros de condition modeste, autorisent ou favorisent cette prise de rôle. Ainsi Blaise est-il présenté à Pierre de Ségur, le futur académicien, comme « un excellent garçon, sage et pieux » qui lui ressemble. Quant à Paul de Pitray, il est convié, sinon à s’identifier à Gaspard, du moins à se placer sur le même plan que lui :

Cher petit, quand tu seras plus grand tu verras, en lisant l’histoire de gaspard, combien il est utile de bien travailler. Et tu sauras, ce que Gaspard n’a appris que bien tard, combien il est nécessaire d’être bon, charitable et pieux, pour profiter de tous les avantages du travail et devenir réellement heureux.
Deviens donc un garçon instruit et surtout un bon chrétien. C’est ce que te demande ta grand-mère qui t’aime et qui veut ton bonheur.

14Si l’épopée ou la tragédie classique avaient coutume d’incarner les puissants de ce monde dans des rôles de demi-dieux ou de héros mythologiques, le roman ségurien procède inversement en plongeant le fils de prince dans le monde inférieur. Non en lui faisant connaître le rapt et l’abaissement provisoire, comme dans Sans famille, mais en lui dormant un double possible. Ainsi, lire revient-il à regarder vers plus bas que soi et Valentine de Ségur-Lamoignon, « charmante, aimée, entourée », se voit-elle offrir l’histoire d’un « pauvre garçon un peu imbécile, peu aimé, pauvre et dénué de tout » : « Compare sa vie à la tienne et remercie Dieu de la différence. »

Notes

1 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir (The Theory of the leisure class, 1899), traduction française chez Gallimard, 1970.

2 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, réédition Hatier, 1967, p. 157.

3 Marc Soriano, Guide de la littérature pour la jeunesse, p. 485.

4 De pueris suivi de La Civilité puérile, réédition Klincksieck, 1990, p. 93.

5 Jacques Laurent, « Etrennes noires », p. 162-163.

6 Paul Guérande, Le Petit monde de la comtesse de Ségur, p. 57 et 58.

7 Le Petit monde de la comtesse de Ségur, p. 58.

8 Lettres d’une grand-mère, la comtesse de Ségur à son petit-fils Jacques de Pitray, Librairie Oudin, 1898.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540