Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Deuxième Partie. Noblesse

Chapitre 7

Habiter

Texte intégral

Un tel paragraphe rencontre l’inspiration généralement développée chez les éditeurs catholiques, et principalement chez Lefort, dont certains volumes sont entièrement consacrés à ces questions. Sur sa fin, le roman rencontre donc le problème social, et celui de l’habitat, écarté depuis le début puisque la famille de Gaspard vit dans une certaine aisance qui la met bien au-dessus des conditions de vie généralement décrites à cette époque.

  • 1 Eugène Sue, Le Juif errant, Quatorzième partie, « La Fabrique », II. « La Maison commune »

1Habiter, occuper un espace qu’on voudrait voir à la fois socialisé et naturel, cette question politique est aussi une question littéraire puisque le roman est une manière de faire des mondes, de proposer des mondes possibles, non pas seulement ceux de la fantaisie, mais ceux qui tentent de concilier le constat réaliste et la visée utopique. Le programme ultramontain, parce qu’il se méfie de la réunion du peuple, va vers l’espace individualisé où chaque famille se retrouve dans son intimité, alors qu’au même moment le débat porte sur le meilleur espace privé pour les pauvres ou les ouvriers. Aux « agglomérations de chaumières dégoûtantes », Fourier avait proposé de substituer des « phalanstères », c’est-à-dire des « palais sociétaires » capables d’abriter plusieurs milliers de personnes. Une application de ces idées voit le jour dans la littérature en 1844, avec Le Juif errant d’Eugène Sue, qu’une tradition suspecte associera aux débuts littéraires de la comtesse de Ségur, en compagnie de Louis Veuillot. Rapprochement problématique, contredit par les textes, puisque la topographie rêvée par Sue diffère absolument de celle de la comtesse, bien éloignée d’une perspective fouriériste. Dans Le Juif errant, l’industriel François Hardy a financé une maison commune située près de sa fabrique. « Imposante masse de bâtiments situés à une lieue de Paris, dans une position aussi riante que salubre », cette maison commune est pleine de « merveilles »1 dont Eugène Sue essaie de prouver qu’elles sont moins le fruit d’un esprit utopique que d’une « excellente spéculation », représentant « un placement aussi lucratif qu’assuré ». En cela, il tient un propos assez proche de celui de Balzac qui, dans Le Curé de village, se réfère aux monastères qui « ont bâti, planté, cultivé l’Europe », mais qui critique cependant la philanthropie, parce qu’elle confie l’exécution de ses projets « à des choses muettes et sans puissance », au contraire de la Religion qui « a étendu la vie au-delà de ce monde ».

  • 2 Karl Marx et Friedrich Engels, La Sainte Famille, ou critique de la critique critique, 3èm (...)

2Tout au long du XIXème siècle cependant, et en dépit des différences de systèmes, la littérature confie la réalisation de l’Utopie à des personnages placés au-dessus des autres, pensant pour les autres. Et toutes les fictions tombent sous le coup de la critique de Marx et d’Engels qui, dans La Sainte famille, condamnent la ferme moderne de Bouqueval décrite dans Les Mystères de Paris : « L’exploitation-modèle de Bouqueval est une simple apparence fantastique ; son fonds occulte n’est pas le bien-fonds naturel de Bouqueval, mais la bourse fabuleuse, dont, à l’instar de Fortunatus, Rodolphe dispose2. »

3Si les mécanismes financiers imaginés par Sue relèvent du fantastique pour Marx et Engels, l’organisation sociale décrite dans Le Juif errant trouvera quelque écho dans la réalité, avec le familistère de Godin à Guise, dans l’Aisne. Le principe associatif gouverne la conception de ce « palais », avec logements de célibataires et logements de ménages, et surtout avec ses parties communes : dortoirs pour les enfants de chacun des sexes, surveillés la nuit par un père ou une mère de famille, ainsi que cuisine commune, permettant de débarrasser chaque logement de l’attirail ménager habituel. Salle de malades, buanderies, séchoirs, écuries et greniers complètent cette organisation qui se distingue encore par une caisse de secours mutuels...

4Cette vision collectiviste de la société ne pouvait convenir à la comtesse de Ségur et à son parti, qui refusent l’intégration de la famille dans un corps social plus large, uni par l’association et l’esprit mutualiste. La fiction se charge donc d’organiser le village idéal. Les aménagements proposés par la comtesse dans Pauvre Blaise où elle commence à explorer un autre espace social, puis dans L’Auberge de l’Ange gardien et dans La Fortune de Gaspard, n’illustrent pas une fonctionnalité très accomplie, mais se regroupent plutôt autour d’un point central. La comtesse n’entre pas dans le détail des installations, laissant à chacun son quant à soi. Chaque demeure garde en quelque sorte son secret, on ne pénètre pas vraiment chez les autres, mais l’humble chaumière ne connaît pas la tentation de l’autarcie qui est celle des grandes organisations sociales, que ce soit le domaine féodal, le monastère évoqué par Balzac, ou le phalanstère, entités relativement indépendantes de la société, puisque s’y trouvent réunies solidairement toutes les fonctions de consommation, d’éducation et de santé. Avec l’école, l’église, la bibliothèque, la maison entretient des liens qu’en définitive, le château, auto-suffisant, ne connaît pas. On va à Fleurville, on ne vient pas de Fleurville, et tout le travail de la comtesse, dans les romans suivants, sera de transformer le château en un habitat plus modeste et plus ouvert. Il est donc significatif d’observer la maison natale de Sophie Rostopchine, le domaine de Voronovo, évoqué par Claudine Beaussant qui le compare curieusement à un phalanstère :

  • 3 La Comtesse de Ségur ou l’enfance de l’art, p. 26.

Près de deux mille habitants y vivaient, qui tous étaient dépendants du barine. Les maîtres du domaine, sorte de phalanstère agrémenté d’esclaves, hébergeaient leur clergé, leurs médecins, les précepteurs, les institutrices et les gouvernantes de leur enfants, des parents pauvres, des émigrés de haute lignée, des orphelins de basse condition, des émigrés innombrables3.

5Dans la maison collective de Sue, on fait le pain, de la même manière que dans le château féodal, qui disposait de son moulin de son four, comme le montrent les planches panoramiques des encyclopédies pour enfants, où l’on fait voir la multiplicité des activités simultanées. Il reviendra à Zola, en 1901, avec Travail, d’exposer de manière didactique les problèmes posés par l’application des principes fouriéristes, qu’il transforme radicalement. Luc Froment veut tenter l’expérience d’une « usine fraternelle », jeter les fondements d’une « Cité heureuse » qui doit remplacer peu à peu « le faubourg ouvrier aux masures branlantes, à demi pourries » :

  • 4 Emile Zola, Travail (nous suivons l’édition des Œuvres complètes, Cercle du Livre Précieux (...)

Et il rebâtissait à cette même place, il évoquait la ville future, la Cité de vérité, de justice et de bonheur, dont il voyait déjà les maisons blanches rire parmi les verdures, libres et fraternelles, sous un grand soleil d’allégresse [...]
Il avait voulu que les maisons de sa cité ouvrière, construites chacune au milieu d’un jardin, fussent des maisons de bien-être, où fleurit la vie de famille [...] Au centre des terrains, Luc avait fait élever la maison commune, une vaste construction où se trouvaient les écoles, une bibliothèque, une salle de réunion et de fêtes, des jeux, des bains. C’était là simplement ce qu’il avait gardé du phalanstère de Fourier, laissant chacun bâtir à sa guise, sans forcer personne à l’alignement, n’éprouvant la nécessité de la communauté que pour certaines services publics4.

  • 5 Georges Guitton, Léon Harmel (1829-1915), Action populaire, édition Spes, Paris, 1927.

6En 1893, En famille d’Hector Malot s’inspire explicitement du village de Noisiel, ensemble pavillonnaire de 20 hectares créé par le chocolatier Menier. Ce que d’aucuns appellent « l’enfermement pavillonnaire » a pris son essor sous le Second Empire, et les esquisses proposées par la comtesse vont dans le même sens... On peut rapporter cet « enfermement pavillonnaire » à la volonté des classes dirigeantes de contrôler et de moraliser les milieux ouvriers, mais les grands de ce monde n’échappent pas à cette surveillance qui pèse continûment sur eux, comme le montre toute l’œuvre. Et comme le confirme en 1891 L’Usine et le Château, un roman d’Olga de Pitray, qui forme une sorte de suite à La Fortune de Gaspard avec une usine maintenant éloignée du modèle curial. Pour décrire ce qu’est devenu le système d’un M. Féréor amendé et revenu de ses ambitions solaires, la fiction emprunte à la réalité, et notamment à l’organisation chrétienne de l’usine telle qu’elle fut conçue et appliquée à l’usine du Val des Bois, à Warmériville, par Léon Harmel. Celui-ci avait publié en feuilleton L’Histoire d’une usine dans La France nouvelle des 21 et 28 mars 1875, et lors de la création du Bureau Central de l’Union des Œuvres, présidé par Mgr de Ségur, il avait présenté sa réalisation du Val des Bois. Sur les instances de Gaston, avec lequel il était très lié, il rédige un rapport sur l’Organisation chrétienne de l’usine. Celle-ci doit être une grande famille, « la grande œuvre de notre temps est l’œuvre du salut de nos frères les ouvriers », et « le patron chrétien se souviendra qu’il est père de famille ». En 1877 son Manuel d’une corporation chrétienne développe les principes fondateurs du Val des Bois. L’effort pour la sanctification des âmes doit être soutenu par des institutions économiques : société de secours mutuel, assurances sur la vie, caisse d’épargne, hôtellerie chrétienne, bibliothèque. Concurremment avec les bienfaits religieux, quatre ou cinq chapitres font valoir les avantages procurés par les logements, les fournitures scolaires, les prix de gros pour l’alimentation et les vêtements5.

  • 6 Correspondance du vicomte Armand de Melun et de Madame Swetchine publiée par le comte Le C (...)
  • 7 Id., 3 août 1842.
  • 8 Id., 29 juin 1852.

7Une autre familière de la famille Ségur, Mme Swetchine, s’était déjà penchée sur la question de la misère. En 1849, dans une lettre au vicomte de Melun, parlant d’un discours « maladroit » de Victor Hugo, elle tombait cependant d’accord avec celui-ci sur ce que « Dieu a fait la pauvreté, mais n’a pas fait la misère ». La pauvreté, comme toutes les inégalités, est d’institution divine, tandis que la misère, dans une société chrétienne, procède de ces anomalies que sont le vice d’un côté, la dureté de l’autre6. Prétendant lutter contre l’influence de George Sand, A. De Melun, auteur d’un Manuel des Œuvres, avait créé une « colonie » fondée sur la même nostalgie d’une vie pastorale. Là, il voit ses jeunes ouvriers occupés à faire leur moisson, et « la terre a conservé pour eux la trace des pas du Sauveur, elle leur répète les expressions et les paraboles que le Seigneur lui empruntait »7 ; en 1852, à Bourg d’Iré, chez M. De Falloux, il évoque les visites à une ferme-modèle, « aux troupeaux dignes de ceux d’Admète », et au potager, là où la politique n’a plus de place, car « il y a tant d’idées utiles, de saints devoirs entre elle et le Bourg d’Iré, qu’on ne l’aperçoit plus que dans le lointain des siècles. L’hospice à ouvrir, l’école à développer, une pauvre malade à consoler, un pays tout entier à enrichir de sa fortune, à occuper de ses travaux... »8

8Si l’usine se prête moins à une inspiration bucolique, il reste quelque chose de cette rêverie dans le roman d’Olga de Pitray. Le manufacturier, M. Nivier, mène une vie « patriarcale » qui est même donnée en exemple aux gens du château, égoïstes et frivoles. Ne s’occupant que de monter leur écurie de course, ayant déserté la campagne pour mener une vie mondaine et parisienne, ceux-ci ne satisfont plus aux obligations sociales de la noblesse. Ainsi Olga nous montre-t-elle d’un côté celui qui donne du travail aux ouvriers, en habit négligé et presque assimilé par le costume et par ses occupations à ses ouvriers, de l’autre des « sportsmen » et des « sportswomen » pour qui le bonheur consiste à « passer dans la vie bruyante, excentrique et affolée de nouveauté ». L’usine est à elle seule « une ville en miniature » qui, loin de se réduire à ses activités de fabrication, fédère toutes celles de la vie sociale :

Eglise, maison d’école, asile, ouvroir, hôpital, pharmacie, école pour les petits garçons, école pour les petites filles, maisons d’ouvriers avec jardinets, tout cela était groupé autour des vastes ateliers de métallurgie dans lesquels se mouvait avec ordre un peuple de travailleurs.

9Ce prolongement donné à La Fortune de Gaspard et publié dans la « Bibliothèque Rose », indique bien à quel point l’ouvrage n’est pas un accident ou le fruit d’un quiproquo : le XIXème siècle, de manière constante, adresse aux jeunes lecteurs un propos social dont notre époque ne trouve plus l’équivalent. Les différences de classes, les problèmes du travail, constituent l’enjeu de plus d’un roman pour enfants du siècle dernier. Avec moins d’esprit dialectique que sa mère, Olga de Pitray ne craint pas d’exposer le programme de conduite du propriétaire et patron :

Sache-le : la vie est à la fois une lutte et un apostolat. Nous devons aux autres le bon exemple. Nous leur devons notre appui, nos sympathies, nos conseils et notre influence. Plus nous sommes en vue dans l’échelle sociale, plus nous sommes tenus à être des modèles et le centre d’un groupe uni pour faire le bien.

10Prise dans une perspective délibérément sociale, la question de la surveillance passe d’une sphère relativement réduite comme celle de la Cour, à une communauté plus vaste ; mais c’est l’homme de pouvoir qui est sous le regard de ses inférieurs, et l’expression « être en vue » prend tout son sens, Olga de Pitray faisant le portrait non plus d’une petite fille modèle, mais du notable modèle. Plus sinueux chez la comtesse, le discours tend à se rigidifier chez sa fille, qui écrit après l’invasion de 1870 et l’épisode de la Commune, et qui n’entend plus calquer le patron sur le gentilhomme, mais le gentilhomme sur le patron. Dans cette progression de la notion d’intimité en rupture avec la société curiale, l’aristocrate ou le patron grand bourgeois n’échappe pas totalement à la nécessité de préserver son image. Il doit se faire respecter et en même temps respecter les plus humbles.

11La noblesse doit s’employer à lever comme une suspicion originelle qui retentit dans la réception critique faite à l’œuvre ségurienne, puisqu’il serait en quelque sorte devenu illégitime d’ancrer la fiction enfantine dans la classe aristocratique. Le succès de la comtesse est toujours allé de pair avec de sérieuses réserves sur son appartenance de classe, dans des lectures qui retiennent exclusivement les ouvrages dont l’action se situe dans un château. Ce sont les moins nombreux. Le cycle fleurvillien, en particulier, suscite d’autant plus l’intérêt qu’on veut dénoncer l’effet pernicieux de cette littérature, et sans doute une pareille fascination s’explique tant il apparaît que le château de Fleurville est un modèle de monde qui continue d’exercer son effet alors même qu’on s’en éloigne. Mais le modèle aristocratique est supposé mauvais, dans la fiction puérile, parce qu’il détournerait les enfants de la réalité :

  • 9 André Brauner, Nos livres d’enfants ont menti, Sabri, Paris, 1957, p. 74.

Ses récits amusants d’enfants de très bonne famille, où il n’y a ni soucis ni misère, sont en quelque sorte les “Contes de fées” de l’enfant d’ouvrier. Il se met à rêver, mais il lui suffit d’ouvrir les yeux pour que ces rêves aient une fin immédiate. Il n’en restera rien, sinon une illusion néfaste, devant les problèmes de la vie9.

  • 10 Marc Soriano, Guide de la littérature pour la jeunesse, p. 4.

12On hésite à reconnaître dans ces textes une œuvre à part entière, dont les qualités internes peuvent expliquer le succès : « En somme, quelle attitude adopter à l’égard de Mme de Ségur ? » Marc Soriano ne répond à cette question que par un vœu sur lequel il ne se fait lui-même aucune illusion : « il serait donc souhaitable qu’elle sombre dans un juste oubli », au profit d’écrivains plus vrais, plus proches de la véritable enfance, comme Colette Vivier, Madeleine Gilard, Alice Piguet, Renée Aurembou, N. Lavolle10...

  • 11 Latzarus, p. 109.

13Marie-Thérèse Latzarus cite le témoignage d’une mère de famille se refusant à mettre les livres de la « Bibliothèque Rose » dans les mains de ses enfants « pour ne pas les faire pénétrer, même en imagination, dans un monde qui n’est pas le leur » ; opinion qu’elle discute en remarquant combien Mme de Ségur s’entend à « neutraliser » ce danger, la vie sans apparat de Sophie ne la rangeant pas dans les privilégiées de la fortune, elle qui « ignore les copieux goûters de la plupart des enfants d’ouvriers actuels ». Et de rappeler les robes sans ornements, le rejet du gaspillage, et « la fête magnifique » des petites filles modèles : les lampions sont tout simplement confectionnés par elles-mêmes avec des coquilles de noix et de la graisse11.

  • 12 Voir Philippe Lejeune, « Colette Vivier a toujours dix ans », Trousse-livres n° 60, mai 19 (...)

14Quant à Colette Vivier, qu’on oppose à la comtesse parce qu’elle met en scène des familles ouvrières dans des quartiers populaires de Paris, elle reconnaît elle-même avoir beaucoup appris chez celle-ci12. Elle lui emprunte en particulier sa simplicité, notamment pour décrire l’immeuble de La Maison des petits bonheurs. Mais, issue elle-même de la bourgeoisie, elle idéalise quelque peu cet immeuble populaire vivant sous le régime d’une utopie qui renverse les termes séguriens : la proximité, la solidarité, le partage des soucis quotidiens, l’emportent sur le désir de s’écarter. Et ce modèle, si tant est qu’il ait existé, est devenu aussi archaïque que celui de Fleurville.

Notes

1 Eugène Sue, Le Juif errant, Quatorzième partie, « La Fabrique », II. « La Maison commune ».

2 Karl Marx et Friedrich Engels, La Sainte Famille, ou critique de la critique critique, 3ème partie, chapitre VI, Editions sociales, 1969, p. 235.

3 La Comtesse de Ségur ou l’enfance de l’art, p. 26.

4 Emile Zola, Travail (nous suivons l’édition des Œuvres complètes, Cercle du Livre Précieux, 1968, Tome 8, p. 670 à 682).

5 Georges Guitton, Léon Harmel (1829-1915), Action populaire, édition Spes, Paris, 1927.

6 Correspondance du vicomte Armand de Melun et de Madame Swetchine publiée par le comte Le Camus, Ancienne librairie religieuse H. Oudin, 1892, p. 433.

7 Id., 3 août 1842.

8 Id., 29 juin 1852.

9 André Brauner, Nos livres d’enfants ont menti, Sabri, Paris, 1957, p. 74.

10 Marc Soriano, Guide de la littérature pour la jeunesse, p. 4.

11 Latzarus, p. 109.

12 Voir Philippe Lejeune, « Colette Vivier a toujours dix ans », Trousse-livres n° 60, mai 1985, p. 18-19.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search