Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Deuxième Partie. Noblesse

Chapitre 5

Fin de la société de cour

Texte intégral

  • 1 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, 1 (ce volume est la traduction du (...)
  • 2 Id., p. 138. Plus loin, p. 299, il cite un exemple de plaisanterie faite par des adultes à (...)

Au prix d’une démagogie assez rare chez elle, la comtesse feint de se ranger du côté des bourgeois, contre un comportement excessivement noble, et donc ridicule. Dans la longue histoire menant vers ce que Norbert Elias appelle la « civilisation des mœurs »1, le contrôle des pulsions est institué par les classes dirigeantes, mais c’est la société de cour qui va mettre en œuvre ce « dressage », enseigner la décence, la réserve, la propreté, les bonnes manières, toutes ces « civilités » dont Norbert Elias montre qu’elles se sont d’abord adressées aux adultes avant de concerner l’enfant, une fois reconnue l’importance du premier âge. L’invention de l’enfance serait donc à mettre en relation avec celle de « civilisation », qui ne désigne plus une culture particulière, mais la culture supérieure, celle qui distingue l’homme civilisé des sauvages. « Civilisation », ici, réfère à un autre terme, celui de « civilité », terme popularisé par le traité d’Erasme de Rotterdam, De civilitate morum puerilium (La Civilité puérile), publié pour la première fois en 1530. Dédié à un fils de prince, et voulant enseigner le savoir-vivre aux jeunes gens, ce traité, par le simple relevé des recommandations qu’il prodigue, nous instruit de l’état de « civilisation » qui régnait alors et qui changera profondément dans l’Europe moderne. Concernant les manières de se moucher, de manger avec ses doigts, l’habitude de cracher ou de péter, tous les gestes de la décence et de la pudeur, « Erasme et ses contemporains ont encore le droit de parler de choses, d’actions, de comportements qui deux ou trois siècles plus tard scandaliseront les lecteurs ou leur feront monter le rouge au front, dont la simple évocation en société sera strictement interdite2. »

  • 3 Lettre du 21 août 1856 reproduite dans Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, racontée par (...)

1Dans une lettre à Louis Veuillot, la comtesse parle des Civilités puériles et honnêtes comme un des livres de son enfance dont elle a gardé le souvenir le plus net : « aussi vous ne me verrez jamais m’enfoncer dans mon fauteuil, oublier de dire un Dieu vous bénisse à celui qui éternue, cracher ailleurs que dans mon mouchoir, entrer dans une chambre sans gratter sauf à me casser les ongles, ni laisser une lettre sans réponse... »3

  • 4 Norbert Elias, La Société de cour, Flammarion « Champs », 1985, p. 215 (Die Höfische Gesel (...)

2Un autre ouvrage de Norbert Elias, La Société de Cour, décrit les progrès de cette civilité, en relation avec une vie de Cour où la noblesse est comme prisonnière, soulignant « le phénomène à première vue paradoxal, d’une couche supérieure vivant dans un état de dépendance totale »4. Le raffinement des mœurs, l’étiquette, impliquent une forte contrainte qui se révèle cependant comme une arme sociale face aux classes inférieures qui n’y sont pas soumises. Elias développe les paradoxes de cette société « oisive » qui est toujours occupée. Avec le système des dépenses, l’étiquette et la logique du prestige, « les implications de l’existence sociale d’une couche oisive ne sont pas moins impérieuses et inéluctables que celles qui mènent à la ruine une couche laborieuse ». Qui ne maintient pas son rang, dans la société curiale, le perd. L’homme de Cour calcule donc sans cesse, et ces projets à long terme l’emportent sur les réactions affectives immédiates, qu’il s’agit alors de contrôler. D’où un refoulement du naturel, de l’affectivité, refoulement qui devient signe de reconnaissance et par extension définit « les bonnes manières », d’abord imposées aux hommes, puis aux enfants, constituant dès lors un objectif de l’éducation.

3Nous dirons donc que, si tout enfant est un prince, la notion même de bonne éducation est d’origine curiale. Chaque maison va s’apprêter à observer une étiquette qui débordera de l’espace curial. La noblesse des manières pourra caractériser toute famille bourgeoise qui se respecte, au risque de tomber dans l’excès, comme Le Bourgeois gentilhomme l’enseigne à des générations d’écoliers. Entre l’intimité et la civilité, c’est tout le débat d’une vie privée qui tantôt oppose ses exigences à celles de la Cour, tantôt adopte des raffinements nouveaux que la noblesse abandonnera peu à peu. L’œuvre ségurienne offre un bon exemple de cette tension : les personnages ridicules sont ceux qui veulent maintenir, ou plutôt imiter, un cérémonial devenu coûteux et sans objet. Dans Les Vacances, les Toume-boule sont tout à la fois « ridicules, fiers et communs ». On roule en voiture élégante, la dame est magnifiquement vêtue, et la petite fille est « habillée comme pour aller au bal : robe de gaze à volants et rubans, fleurs dans les cheveux, le cou et les bras nus et couverts de colliers et de bracelets ».

4La vraie noblesse se flatte d’avoir abandonné cette cérémonie, et il faut, comme M. Tourne-boule, n’être qu’un ancien marmiton pour y trouver quelque charme. Parce qu’ils n’ont pas d’inquiétude sur leur position dans le monde, parce qu’ils sont conscients d’une certaine légitimité dans leurs façons et leur art de faire, les enfants, à un moment où fleurit au contraire toute une littérature du « savoir-vivre », vont pouvoir singer un cérémonial que les ancêtres de Ségur avaient pourtant contribué à codifier. Ils décident de se rassembler devant la petite Toume-boule et de défiler devant elle, deux à deux, comme pour une princesse :

Et tous les enfants, étant convenus de faire des révérences solennelles, firent leur entrée au salon marchant deux à deux. C’était une petite malice à l’intention des toilettes de la mère et de la fille.
Camille et Léon se donnant la main avancèrent, saluèrent et allèrent se ranger pour laisser passer Madeleine et Paul, qui en firent autant...

5Ravie de cet accueil, Melle Yolande Tourne-boule invite ses admirateurs à de futures soirées parisiennes, engageant Paul pour la première valse, Jean pour la première polka et Léon pour la première contredanse. Mais les enfants se prévalent de l’exemple des sauvages chez qui Paul est resté cinq ans, après son naufrage, à la fois pour refuser ces danses et pour contester le vocabulaire mondain ; en effet, tandis que Melle Yolande parle de « charmants chalets » à propos des cabanes du jardin, Marguerite se complaît à dire « hutte de sauvage » :

mademoiselle yolande : Ah !... c’est une hutte sauvage ? Comment avez-vous eu ce bel échantillon d’architecture ?
marguerite : C’est Paul qui l’a bâtie ; il a été cinq ans chez les sauvages.
moidemoiselle yolande, avec dédain : On le voit bien.
marguerite : Est-ce parce qu’il a refusé vos bals et vos valses ?
mademoiselle yolande : Parce qu’il ne sait pas les usages du monde.
marguerite : Cela dépend de quel monde, mademoiselle ; si c’est du vôtre, c’est possible ; aucun de nous n’y a jamais été ; si c’est du monde poli, bien élevé, comme il faut, il en connaît les usages, aussi bien que mes amies, leurs parents et les nôtres.

6Se mettre du côté de l’âne, du manant, du sauvage, c’est tout un dans cette littérature où, comme chez Barbey d’Aurevilly, le noble entend faire alliance avec le peuple contre la bourgeoisie. A Fleurville, on va à dos d’âne, et cet animal de la crèche, figure de l’humilité, est en quelque sorte opposé à l’allure aristocratique et guerrière du cheval, non sans quelque équivoque. Ainsi, dans ses souvenirs d’enfance, Olga de Pitray évoque-t-elle les habitants du village, un monde inférieur mais respectueux et respectable, prêt à s’émerveiller devant le faste supposé de ses châtelains, et pour qui une partie d’ânes devient un événement grandiose :

  • 5 Olga de Pitray, Ma chère maman, p. 71.

Ces jours-là, je me plaisais à orner mon cher Rapide. J’étais fort coquette pour lui. Je lui mettais des colliers innombrables, de grosses perles brillantes de toutes les couleurs. Ma mère me les fournissait avec une bonté, une générosité inépuisables. Les bonnes gens écarquillaient les yeux en voyant passer cette étrange et bruyante procession précédée de Rapide dont les douze ou treize colliers produisaient un cliquetis superbe ! L’année de la visite faite par Louis-Philippe à la Trappe, nous passâmes dans un village non loin de là, où l’on crut bonnement que c’était « la Cour » qui arrivait chez les révérends pères et où je fus prise pour Madame Adélaïde, sœur du roi, grâce aux ornements de mon âne5.

  • 6 Selon Thureau-Dangin, Histoire de la Monarchie de Juillet.

7Ce commentaire qui prétend puiser à la fraîcheur de l’autobiographie, illustre l’étemel balancement « dialectique » auquel se tient la famille. On est simple et vertueux, mais encore au-dessus des autres, même sur le dos d’un âne. Ceux qui peuvent s’y tromper sont amusants, mais au fond d’eux-mêmes, spontanément, ils reconnaissent la vraie grandeur. Encore celle-ci reste-t-elle modeste, et il est non moins comique de voir Olga de Pitray prendre comme preuve de magnificence cette confusion avec la famille de Louis-Philippe, qui professait un refus de vie princier. « Que parlez-vous de Cour ? est-ce que je veux une Cour ? » s’était exclamé Louis-Philippe devant Dupont de L’Eure6.

  • 7 Sophie de Ségur née Rostopchine, l’inoubliable comtesse. Ses anges, ses diables, p. 63.

8Marie-Louise Audiberti remarque que le cheval n’apparaît guère dans l’œuvre de Sophie, « alors que père et mari témoignèrent la même prédilection pour cette bête », et cite les agendas d’Eugène de Ségur, page de Napoléon et futur époux de Sophie Rostopchine, montrant les soins qu’il dispense à une des juments de l’empereur, nommée « La Coquette »7. Par sa fonction comme par ses goûts, Eugène le bien né est tout à fait étranger au monde des ânes, tandis que pour son épouse, se ranger de ce côté revient sans doute à illustrer leur mésentente notoire.

  • 8 Voir Hélène Jaulme, « L’Immortelle comtesse de Ségur à L’Aigle ».
  • 9 Lettre du 20 décembre 1860, reproduite dans Sophie Rostoptchine, comtesse de Ségur, racont (...)

9Au-delà, on y verra l’opposition de l’homme et de la femme, de l’apparat guerrier et du pouvoir domestique, mais aussi un clivage littéraire et religieux, la comtesse continuant, par de nouvelles voies, d’illustrer l’abaissement comme autre forme de la grandeur. Car seuls les plus grands peuvent s’abaisser. Alors que le château de la comtesse se situe dans une région aristocratique de l’Orne, aux haras les plus célèbres, comme ceux du Pin et de Tinchebraye, dans la campagne la plus distinguée de France selon Paul Guérande, elle fait parcourir le pays par un âne qui fréquente d’ailleurs les châteaux voisins, dont elle donne les noms réels : le château de Chandai, qui appartenait au duc de La Force, et celui de la Herpinière, aux Moulin de La Fontenelle8. Dans La Comtesse de Ségur ou l’enfance de l’art, Claudine Beaussant intitule longuement un de ses chapitres : « Dans lequel Sophie nous prouve s’il en était besoin qu’elle préfère les petits aux grands de ce monde, les Juifs aux gentils, les gentils aux méchants, les pauvres aux riches, puisqu’elle choisit un âne pour écrire ses mémoires et non un des pur-sang du haras de son père le comte Rostopchine ou de l’écurie de son mari le comte de Ségur. » Un Louis Veuillot voudra immédiatement se retrouver dans Cadichon. Dans une lettre à « madame la comtesse et très cher confrère », il se dit jusqu’au cou dans les Mémoires d’un âne, prétendant y lire sa propre histoire : « J’y trouve bien des choses que j’ai pensées, et un certain mépris pour l’espèce humaine qui me revient fort en ce moment9. »

10Dans Quel amour d’enfant, le duc de Palma, le vieux mari que s’est choisi Giselle en raison de ses équipages magnifiques, mourra d’une chute de cheval providentielle, permettant à la jeune femme de retrouver à la fois le bonheur et la simplicité. A travers cette même Giselle, sont condamnés tous les plaisirs de la vie de Cour, le grand bal de l’Ambassade d’Autriche, les beaux équipages, et les ducs de Palma avec leurs présents somptueux. Mais la manifestation la plus claire d’une certaine animosité contre le cheval et ce qu’il représente, se trouve sans doute dans l’épisode des Malheurs de Sophie intitulé « Le Pain des chevaux », où Sophie, mal nourrie, vole le pain noir de l’écurie.

11Avec l’âne, la comtesse porte la contradiction au cœur de son œuvre, ou plutôt en révèle les équivoques qui la soustraient à son milieu d’origine, voire à son propos le plus explicite sur les classes sociales. C’est pourquoi sans doute les manuels de lecture de la IIIème république, qui ignoreront la comtesse, feront exception pour Les Mémoires d’un âne, tant Cadichon peut illustrer la simplicité rustique, occuper la place du pauvre. Pourtant, c’est le caractère picaresque de l’âne qui est exalté dans Cadichon, alors que l’âne des pauvres apparaît dans La Piété enseignée aux enfants de Monseigneur de Ségur : « Le 25 Décembre, après plusieurs journées de marche, Joseph et Marie arrivèrent à Bethléem ; mais comme ils étaient de pauvre apparence, on ne voulut les recevoir dans aucune hôtellerie. Ils furent obligés de se réfugier dans une grotte, voisine de Bethléem, afin d’y trouver un abri pendant la nuit. Cette grotte était creusée dans le roc vif, elle servait d’étable aux pauvres animaux des environs ; il y avait au fond une auge de pierre, surmontée d’une crèche, c’est-à-dire d’un râtelier de bois destiné à porter le fourrage des bestiaux. »

12Cet animal pauvre et enfantin sera associé au triomphe final annoncé par l’archange Gabriel, quand Jésus, lui-même représenté chez les Juifs en âne crucifié, se placera sur son dos. D’ailleurs, la comtesse de Ségur ne craint pas de se livrer à un jeu de mots sur cette croix, confondue avec la croix d’honneur : Cadichon mériterait la croix, dit un gendarme, ce à quoi un autre lui répond que les ânes la portent déjà, « pour rappeler qu’un des leurs a eu l’honneur d’être monté par Notre-Seigneur Jésus-Christ ». Mais l’âne conduit aussi au mode mineur, loin de l’épopée et de la grande poésie. La trivialité du travail conduit à la trivialité du monde, du corps, souvent obscène. Sur ce sujet, Le Nouveau Larousse illustré, publié en 1905 sous la direction de Claude Augé, est intarissable : l’âne inspire une multitude d’expressions toutes faites et se trouve associé à la naissance du roman, avec l’épisode de L’Ane d’or, dans les Métamorphoses d’Apulée, qui contiennent aussi la fable d’Amour et Psyché, disséminée à la fois dans Peau d’âne et La Belle et la Bête, contes si déterminants pour notre propos.

13La transformation de Lucius en âne l’entraîne en effet dans une série d’aventures picaresques auxquelles la comtesse semble plus sensible qu’à la spiritualité généralement affectée à cet animal. Si l’on ignore quelle connaissance elle pouvait avoir de l’œuvre licencieuse, on trouve cependant dans la « Bibliothèque des chemins de fer » de Louis Hachette une édition des Contes merveilleux d’Apulée, en 1853. La même maison Hachette donne également en 1857 les œuvres complètes de Lucien de Samosate, auteur souvent publié à l’époque. Entre l’influence de Buffon (on ne compte plus les Buffon des enfants, où l’âne tient une place à la fois éminente et modeste), et celle d’Apulée, la comtesse bénéficie d’une inspiration sûre. Aussi faudrait-il sans doute moins parler des mémoires d’un âne que de sa mémoire, qui lui permet de jouer avec les trois versions antiques de L’Ane : en effet, le texte d’Apulée doit être mis en regard de celui de Lucien de Samosate, plus bref et particulièrement humoristique. Mais tous deux sont à rapporter au récit perdu de Lucius de Patras : si l’on considère le nom complet d’Apulée, Lucius Apuleius, on trouve une étrange permanence du prénom Lucius, de la lumière attachée à cet âne d’or, et que nous retrouverons avec le Lucas de La Fortune de Gaspard, présenté d’emblée comme un véritable âne en face de Gaspard, son savant de frère.

14Comme l’âne de Lucius, Cadichon, loin de figurer l’humilité, reçoit et donne des coups, passe de maître en maître, se fait connaître pour ses talents presque humains. Seuls manquent, comme on peut s’y attendre, ses exploits sexuels. Avec Les Mémoires d’un âne, la comtesse de Ségur affecte d’évoquer tout simplement les environs de son propre château, et c’est précisément dans ce roman qui s’inscrit le plus dans la tradition littéraire, qu’elle parle avec le plus de précision de ce pays normand, prenant soin de nommer le marché de Laigle.

15Et pourtant, ne traite-t-elle pas sur le mode mineur une figure à laquelle Hugo donne de l’ampleur dans son long poème philosophique, L’Ane, ainsi présenté dans le Nouveau Larousse illustré : « Patience (c’est le nom que le poète donne à son baudet), s’adressant au philosophe Kant, lui demande ce qu’il fait de la nature, de l’enfance, du sourire, de la bonté, de tout ce qui est la véritable science. Lui-même, en somme, il n’est qu’un âne savant, et il l’avoue ; il a compulsé tous les textes. Ayant épuisé la science, il se demande à quoi elle sert, et ne le trouve pas. L’amoncellement des livres entassés par les siècles, ces montagnes d’in-folio et d’in-quarto créés pour servir de pâture aux mites et aux rats, ne valent pas la droiture du simple bon sens. Victor Hugo a ainsi transformé une boutade en une épopée de plusieurs milliers de vers. » Hugo, avec qui la comtesse entretient un dialogue indirect, et avec qui, en dehors des oppositions partisanes, elle partage souvent le même imaginaire. Ce qu’en somme elle cherche à dissimuler, en faisant l’âne, en choisissant un animal doué d’une équivocité à laquelle on doit sans doute le titre d’une revue d’inspiration freudienne, L’Ane, même si ce furent ses longues oreilles qui retinrent d’abord les psychanalystes. Mais ceci ne nous dit-il pas quelque chose sur la grand-mère et sur cet âne, sur leur capacité d’écoute ? Et l’aïeule conteuse est d’abord toute oreille, recevant la parole des enfants beaucoup plus qu’on n’a voulu le dire, tout en se refusant à illustrer ce qui serait une cause des enfants.

16Parlant par antiphrase, Mme d’Ulsac, qui n’a sans doute nulle intention d’être confondue avec les bourgeois et les vilains, manifeste que la vraie noblesse n’a en quelque sorte pas besoin d’artifices pour se faire reconnaître, ce qui lui permet de concilier la distinction aristocratique et la reconnaissance du mérite. Cette conciliation est le produit d’une circulation des valeurs entre classes sociales, propre à la société française, si l’on en croit Norbert Elias qui la distingue en cela de l’allemande et encore plus de la russe. Ce phénomène fut sans doute une révélation pour la fille du gouverneur Rostopchine, qui apprit à découvrir un fond humain dans l’état apparemment le plus abject, tout en continuant, par réflexe de caste, de juger comme spoliatrice et illégitime toute tentative bourgeoise d’acquérir un château.

17La comtesse de Ségur expose un mode d’emploi ambigu, destiné simultanément aux enfants de l’aristocratie et à tous les enfants. C’est, pour ceux-ci, un discours sur la vanité des richesses et des cérémonies, le bonheur de la condition médiocre et de la charité, mais c’est aussi, pour ceux-là, un programme de conduite propre à préserver ou à restaurer une forme d’autorité. Comme chez Balzac, la noblesse est menacée par un peuple qui veut la dépouiller, mais elle fait mieux que résister dans un XIXème siècle qui la voit reconquérir plus d’une position perdue. M. de Rosbourg est donc en mesure de racheter à vil prix les biens de M. Tourne-boule, y compris ceux qui témoignent d’un luxe ostentatoire et dont on vient de se moquer, comme son magnifique équipage et les bijoux et parures de sa femme. Ainsi les châteaux retournent-ils à leurs légitimes propriétaires, et le titre complet du chapitre, « Les Tourne-boule et l’idiot », prend-il tout son sens si l’on considère la seconde anecdote, celle de l’idiot Relmot, battu par de grands gamins et délivré par Paul et Léon. Avec sa « belle voix de commandement », digne de la marine ou de l’armée, Paul figure ainsi le chevalier sans peur et sans reproche, défenseur des faibles sur un territoire dont il est en quelque sorte le seigneur... L’épisode des Tourne-boule et celui de Relmot, sans lien apparent, permettent en fait de caractériser doublement la nouvelle aristocratie, héritière de prérogatives guerrières, porteuse des droits et des devoirs, mais débarrassée en partie du cérémonial qui l’avait étouffée.

18Mais on voit que ce modèle peut être suivi par tout jeune garçon qui trouve là matière à se grandir, quelle que soit sa classe d’origine. En même temps, l’anecdote n’est pas exempte de mauvaise foi, puisque Paul prétend se situer, contre Yolande Toume-boule, du côté des sauvages dont il se réclame pour la danse et la hutte. Et sa promesse de se conduire à l’avenir de manière « plus civilisée » à l’égard de ses ennemis n’est pas une simple façon de parler, car son évocation des sauvages montre que tout le sépare de ces derniers. D’abord leur retard technique, leur primitivité, mais aussi leur puérilité : s’ils ont, à leur façon, un cérémonial qui paraît aussi dérisoire que celui d’une Yolande Toume-boule, les sauvages se conduisent comme de véritables enfants de deux ans, par leur absence de contrôle, leur entier abandon à l’émotion première, joie ou peur, qui les rend ridicules et inférieurs. Leurs rois, qui n’ont rien de majestueux, font des caprices, désirant naïvement les biens de l’autre comme s’il s’agissait de jouets.

  • 10 Le Centaure de Dieu, p. 89.

19Ainsi l’idée de contrainte réapparaît-elle : le sauvage, comme le petit enfant ou comme l’être sorti du peuple, ne sait pas cacher ce qu’il éprouve, alors que cet apprentissage sera toujours présenté comme une nécessité aux héros d’extraction modeste, tel Jeannot dans Jean qui grogne et Jean qui rit. Les puissants de ce monde ont à pratiquer la simplicité, mais les petits doivent apprendre à se contrôler, à ne pas se laisser aller, à ne pas être trop familiers, même avec un bienfaiteur. Dans Le Centaure de Dieu, Jean de La Varende rappelle qu’il était interdit de se tutoyer devant le Roi, dont la présence devait anéantir toute familiarité. « Le vous d’Amélien était un hommage délicat au duc10. » Ce modèle de politesse, même adouci, reste en perspective. Seul gêne l’excès.

  • 11 Id., p. 10.

20Bien que la différence entre une noblesse de province et une aristocratie plutôt parisienne ou versaillaise n’ait pas force de loi, le livre de La Varende, en faisant apparaître inopinément la comtesse de Ségur, développe cette opposition, mais en en renversant les termes, puisque le loisir ostentatoire, le souci de l’apparat et de la réception apparaissent comme les signes d’une classe restée vraiment noble dans sa province. Dans Le Centaure de Dieu, le chevalier de la Bare, bien que de petite noblesse, laisse subsister, « un état de représentation latente » qui fait de la messe du dimanche quelque chose comme « le petit lever du Monarque ». On se laisse voler, on entretient une domesticité nombreuse et décorative plus qu’utile, honorant de ses faveurs les plus jolies servantes aimées, engrossées et comme de la famille. Et l’on est ignorant de tous, sauf de généalogie. La Varende voit la période 1850-1870 comme celle de « la vraie Révolution », car la « grande Révolution » de 1789 n’a été le fait que d’une minorité hardie, entraînant des gens passifs, scandalisés, souvent éperdus, et il a fallu cinquante années pour que la masse s’habitue « à penser en révolutionnaires, c’est-à-dire en individualistes »11. Ainsi chacun est-il maintenant livré « au démon Solitude, dont l’autre nom mélancolique est Moi ».

21On rêve d’une mutuelle dépendance entre les grands et les petits, qui seraient liés non seulement par des intérêts communs mais par un sentiment d’affection. En somme, pour rester grand, le grand devrait se confondre avec les petits. Ainsi Louis Veuillot, soucieux de restaurer un ordre ancien qui procède plus de ses songeries que de la réalité, adopte-t-il avec la famille Ségur un comportement qui prétend mettre en pratique des relations de type ancien entre maître et protégé. Avec « maman Ségur », il se comporte comme Jean qui rit avec M. Abel, débordant de révérence et de remerciements qui sous-entendent de nouvelles demandes. Sa correspondance révèle cette abdication volontaire de tout orgueil, qui paraît autant un rôle de composition que le résultat d’une tendance naturelle. Ainsi, à mesdemoiselles Agnès et Luce Veuillot, le 1er juillet 1856, écrit-il :

  • 12 Louis Veuillot, Correspondance, Tome V (juillet 1856-février 1859), p. 3.

... alors le bon Dieu a parlé au cœur de Mme de Ségur. Il lui a dit : Mme de Ségur, mon amie, vous aimerez la sœur et les enfants de cet homme qui travaille pour m’obéir ; vous les emmènerez aux Nouettes ; vous les ferez courir sur l’herbe à l’ombre de vos arbres. Elles joueront, elles boiront du lait, elles feront du gâteau pour les chiens, elle mangeront des fraises, cueilleront des fleurs12.

22Et, recevant du beurre des Nouettes, il remercie la comtesse, le 10 septembre 1857 :

  • 13 Id., p. 234.

Cela dit, ce pot de beurre est très bien de votre caractère. Vous continuez une tradition de la bonne vieille aristocratie qui prenait un plaisir incomparable à se ruiner en largesse. Autrefois les grands seigneurs donnaient des culottes (méprisons les Anglais) aux gens de lettres...13

23Dans cette même lettre, il ne craint pas de s’inviter lui-même aux Nouettes, « quand il n’y aura personne », évoquant les givres magnifiques en plein hiver, mais aussi le bon feu et le jambon qui ne peuvent manquer. Plus tard, au fil de cette correspondance, on le voit réclamer du pâté, toujours dessinant de son interlocutrice le portrait d’une personne pleine de magnificence. Séjournant aux Nouettes en novembre 1857, il évoque la vie agréable qu’il y mène :

  • 14 Id., p. 249 (25 novembre 1857, à Elise Veuillot).

Si cela va comme cela huit jours, ce sera très bien. Amusez-vous bien aussi, mes enfants, et, s’il vous vient quelque chose de bon, mangez-le. Je ne sais pas encore ce que je vous rapporterai ; mais, pour moi, j’ai quelque chose. Dame Olga veut me donner une tabatière. Vrai, je ne l’ai pas demandée14.

24Quelques jours plus tard, à la fin du mois, il loue la charité de Mme de Ségur, qui vient elle-même lui faire du feu dans sa chambre :

  • 15 Id., p. 250.

Il y a bien des domestiques, et ils sont même assez bons puisqu’on n’est pas tout à fait obligé de les servir ; mais de se faire servir par eux, c’est à quoi on aurait tort de prétendre et on le sait15.

  • 16 Selon Marie-Louise Audiberti, Sophie de Ségur, l’inoubliable comtesse, p. 110.

25Dans un texte intitulé « La Vie de château », recueilli dans Çà et là et qui aurait été inspiré par le château de Livet, propriété des Pitray16, il dresse un tableau où s’allient idéal pittoresque et idéal politique :

  • 17 Louis Veuillot, Çà et là, p. 165.

Un grand parc entoure le château ; une jolie rivière coule dans ce grand parc ; de plantureuses prairies, des collines boisées forment l’horizon. Là, notre ami, entouré de sa femme de ses enfants, vit heureux, aimé de ses domestiques et de ses voisins du village. Les pauvres y trouvent du pain, les malades des secours, ceux qui ont besoin de conseils des conseils, ceux qui ont besoin d’appui un appui. Abattez la noble maison, semez le parc en pommes de terre ; il n’y a plus rien pour les arts, rien pour les malheureux, rien pour l’hospitalité17.

  • 18 Id., p. 166.

26Louis Veuillot transpose au plan politique les éléments de ce tableau, et en dernier ressort la fiction ségurienne peut, de même, passer pour l’expression directe d’un projet conservateur. Mais le discours politique de l’époque, outre la peur du socialisme, manifeste avec force une crainte de la violence, de la rupture des équilibres, toujours traduits en termes moraux. « L’honnêteté du peuple, entretenue par la charité et par l’exemple du château, a préservé le canton des souffles de haine qui courent sur toute la France », ajoute Veuillot, pourtant expert à souffler sur le feu18. Haine, envie, ou au contraire sollicitude, bonté, participent d’une grille d’interprétation qui ignore le matérialisme dialectique et qui considère d’abord les rapports sociaux comme des rapports d’individu à individu. Les querelles sociales seraient mauvaises tout simplement parce qu’elles troubleraient le cours de l’existence, et sur ce point, politique et pédagogie ont partie liée : car ce qui trouble l’enfant comme le pauvre, c’est la tentation, la provocation. Si la noblesse adopte un maintien modeste, dans Les Malheurs de Sophie Madame de Réan, qui cultive jusqu’à l’excès cette mise austère, trouve presque une compensation en jouant avec perversité de la tentation avec Sophie et en introduisant le désordre dans une vie que tout contribuait à rendre heureuse.

27Louis Veuillot se plaît donc à rêver une communauté dirigée par un seigneur à la fois tout-puissant et bienveillant, comme Jean de La Varende le fera dans Le Centaure de Dieu. On a une nombreuse domesticité, mais moins pour être servi que pour servir de protecteur, par un malentendu peut-être délibéré de la part de Veuillot, car on sait compter chez la comtesse, et dans Pauvre Blaise par exemple, le coût des serviteurs est jugé trop élevé. Face au témoignage de Veuillot, celui de La Varende est d’ailleurs plus critique. Lorsque son héros rend visite à la comtesse, il observe le train de la maison :

  • 19 Le Centaure de Dieu, p. 206.

Gaston regardait avec intérêt, curiosité, ce milieu d’aristocratie parisienne si différent du sien. Ici, influence de la ville, souvenirs militaires... les gens étaient menés sans humanité, « à la baguette ». Tandis que Mme de Ségur lui lisait Pauvre Blaise, avec un sentiment qui tirait des larmes à l’auteur lui-même, on vint prévenir que le vieux cocher, sur son départ, demandait à prendre congé : « qu’il entre ! » fit la comtesse, gardant un œil sur son manuscrit vibrant... L’autre se présenta très ému ; il partait après vingt ans : – Au revoir, au revoir, mon bon ami, – et bien le bonjour chez vous... Elle ne parlait qu’un français assez vulgaire, celui de ses livres.
L’homme hésitait : elle ne lui tendit même pas la main19.

28Le château, c’est déjà l’usine lorsque la « maison » est considérée du point de vue de son efficacité, de son « rendement », et non plus du côté de l’apparence. La comtesse est très sensible aux questions d’économie domestique, mais la conscience qu’on a bien affaire à des personnes crée encore des liens affectifs, du moins dans l’œuvre, qui n’est peut-être pas toujours aussi âpre que la vie. Les bonnes, notamment, ne sont pas de simples employées. Grâce à leur intimité avec les enfants, elles occupent une situation privilégiée mais toujours menacée, puisqu’on peut déplaire à des petits maîtres non dénués de défauts.

  • 20 Anne Martin-Fugier, La Place des bonnes, Grasset, 1979, réédition « le livre de poche bibl (...)

29Dans La Place des bonnes, Anne Martin-Fugier, pour vérifier le peu de considération accordée à la personne même de la bonne, s’appuie sur un épisode des Petites filles modèles, lorsqu’Elisa, se relevant de la petite vérole, montre son visage grêlé aux enfants, et que ceux-ci lui affirment : « Tu seras toujours ma bonne Elisa ». Cette exclamation nous montrerait que la bonne est en quelque sorte privée de son corps puisque, « s’il s’agit de la servante, on déplorera fièvre et fatigue causée par la maladie, mais peu importent les traces que celle-ci laisse », et que « la question de la beauté fait tout de suite place à celle de la bonté »20. Certes, la personne même de la bonne reste dans l’ombre, et nous n’entrerons jamais dans son intimité. Peut-on cependant interpréter la remarque de Camille comme autre chose qu’un cri d’amour, un désir de réconforter ? Lors d’une soirée donnée en son honneur, Elisa est « la reine de la fête », par un processus de carnavalisation qui permet pour un moment de renverser les rôles. Mais les bonnes parlent de « leurs » enfants, auxquels elles restent attachées pour la vie. En cela, elles se distinguent des autres domestiques, toujours suspects de tromper et de voler, comme le montre cette méchante petite « comédie », Le Dîner de Justine. Quant aux petits prolétaires, ils se mettent souvent au service d’un plus grand, avec lequel ils entretiennent des relations complexes, dans une négation de l’activité salariée.

30Le monde de la comtesse est régi par la sagesse et l’économie, et son aristocratie parée des vertus bourgeoises rachète les terres et les biens des bourgeois parvenus, ruinés par leur train de vie princier. L’auteur accentue les échanges entre les couches sociales et rêve presque d’un renversement qui ferait des bourgeois une classe de gaspilleurs et des nobles une classe entreprenante et économe. Si le noble selon La Varende tient à un « archaïsme » qu’il tend même à inventer, l’aristocrate selon Mme de Ségur adopte une conduite mixte : l’écriture, la diplomatie, les œuvres pour les pauvres, témoignent toujours qu’on ne « travaille » pas, au sens industriel ou commercial du terme, mais qu’on ne perd pas non plus son temps et qu’on se range du côté de l’utilité.

  • 21 La Société de cour, p. 71.

31Il importe toujours de se distinguer. Mais les comportements et les modes de la Cour, comme le montre Norbert Elias, se sont répandus géographiquement, dans toute une noblesse de province, et socialement, dans « les couches moyennes supérieures »21, à tel point que le modelage du comportement par répression des pulsions, l’intégration forte du surmoi, vont être sentis non comme les effets d’un modèle aristocratique, mais comme « la mise en forme » de la société bourgeoise industrielle. Au XIXème la rigidité de la vertu bourgeoise en viendra à être systématiquement opposée à la frivolité du gentilhomme. Entre les deux classes se joue une alternance d’assimilation et de distinction, qui travaille toute l’œuvre de la comtesse de Ségur, lue tour à tour comme l’expression de préjugés de classe aristocratique et la programmation des comportements voulus par la société bourgeoise. Contradiction induite par le texte ségurien et par la diversité d’un public qui est à la fois et contradictoirement celui des petites-filles de la famille Ségur-Rostopchine et celui des petites filles, bien plus nombreuses, lectrices de la « Bibliothèque Rose ». Dans cette même perspective, il faudrait considérer comment Télémaque, écrit pour un fils de roi, est donné à lire à tous les enfants de la classe bourgeoise.

  • 22 Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, 1961, réédition en livre de poche « Plu (...)

32En retour, la noblesse s’embourgeoise. La comtesse, en s’employant à gommer les manifestations les plus criantes de la vanité, tant chez les nobles que chez les roturiers, confirme à l’avance la lecture que René Girard fait de Stendhal : « Est noble, aux yeux de Stendhal, l’être qui tient ses désirs de lui-même et s’efforce de les satisfaire avec la dernière énergie. L’être noble s’élève au-dessus des autres par la force de son désir. » Mais, ajoute Girard, à devoir justifier sa supériorité, à devoir réfléchir sur son propre état de noblesse, le noble perd peu à peu ce qu’il prétend être sa qualité propre, et si, en tant qu’individu, il est l’être passionné par excellence, « la noblesse, en tant que classe, est vouée à la vanité. Plus la noblesse se transforme en caste, plus elle se fait héréditaire, plus elle ferme ses rangs à l’être passionné qui pourrait venir de la roture »22 Ce propos tenu par Stendhal dans Le Rouge et le Noir, on peut être tenté de le retrouver dans La Fortune de Gaspard. Mais si Julien et Gaspard reçoivent tous deux des coups en raison de leur goût pour l’étude, la comtesse complique la situation, brouille les cartes, en faisant de M. Féréor, le modèle de Gaspard, à la fois un industriel moderne et une réincarnation du pouvoir souverain d’antan. Et surtout, en conférant à Gaspard à la fois les marques de la réussite et les stigmates d’un malheur personnel qui ne sera guéri qu’in extremis.

33D’une certaine manière, Gaspard n’aspire pas à pénétrer la bonne société, et seul l’intéresse le pouvoir. En cela sa stratégie diffère de celle d’un Julien Sorel. Mais elle est suffisamment unique dans l’œuvre ségurienne pour avoir quelque chose de subversif. En effet Gaspard se distingue également des autres personnages roturiers de la comtesse, Blaise, Jean ou le Julien du Mauvais Génie, qui sont moins engagés dans une mécanique d’ascension sociale que d’alliance avec un suzerain dont ils seront l’homme de confiance, dans une situation de mutuelle dépendance affective. Leur réussite ne doit rien à une réflexion sur la société, mais à une éducation purement morale, éloignée de toute « philosophie » : en 1841, Louis Veuillot avait publié avec son frère Eugène, sous le pseudonyme d’Eugène Chalmont, Emile et Marie, ou les enfants du philosophe. Aussi développent-ils moins une stratégie, avec ce qu’elle implique de lutte plus ou moins frontale, qu’ils ne suivent une tactique, c’est-à-dire une démarche beaucoup moins délibérée et nettement plus sinueuse, évitant l’affrontement direct avec l’adversaire.

  • 23 Michel de Certeau, « Arts de faire », dans L’Invention du quotidien, Tome 1, UGE 10/18, 19 (...)

34Cette distinction entre « stratégie » et « tactique » a été proposée par Michel de Certeau, comme deux « arts de faire » qui s’offrent dans l’action. La stratégie repose sur un « calcul des rapports de force qui devient possible à partir du moment où un sujet de vouloir et de pouvoir est isolable d’un environnement », et suppose « un lieu susceptible d’être circonscrit comme un propre et donc de servir de base à une gestion de ses relations avec une extériorité distincte », tandis que la tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Elle s’y insinue, fragmentairement, sans le saisir en son entier, sans pouvoir le tenir à distance23.

35Ni Blaise ni Jean qui rit ne veulent vaincre le puissant ou obtenir un pouvoir décisif, mais, procédant par enveloppement, acceptation de la supériorité proclamée de l’autre, l’affaiblissent même sans le vouloir, l’encerclent, selon une procédure orientale à l’œuvre dans les jeux de stratégie, qui aboutissent moins à l’écrasement de l’autre qu’à sa propre dissolution. Tactique qui renvoie à une période de l’Histoire bien connue de la comtesse, puisqu’elle fut celle du maréchal Koutouzov contre Napoléon. Koutouzov, ou le plus faible se dérobant à l’attaque directe, préférant l’insinuation. Pour Michel de Certeau, beaucoup de pratiques sont, dans la vie quotidienne, de type tactique, et résultent d’accommodements avec la réalité. Chez la comtesse, nous pouvons observer une homothétie entre des arts de faire publics et des arts de faire privés, capable de changer la position la plus forte en la plus faible, et inversement.

Notes

1 Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, 1 (ce volume est la traduction du Tome I de Uber den Prozess der Zivilisation, paru en 1939, et tardivement reconnu en France).

2 Id., p. 138. Plus loin, p. 299, il cite un exemple de plaisanterie faite par des adultes à la petite demoiselle de Bouillon, âgée de six ans et qui vit à la cour. On lui fait croire qu’elle est enceinte et elle trouve un jour, en se réveillant, un nouveau-né dans son lit. « Elle est toute étonnée et dit dans son innocence » : “Il n’y a que la Sainte Vierge et moi à qui cela soit arrivé ; je n’ai pas eu de douleurs ! ” Cette remarque est colportée partout, l’affaire devient le passe-temps favori de ces dames, et l’enfant reçoit des visites comme c’est l’usage quand une femme vient d’accoucher. » (Anecdote empruntée par Elias à l’ouvrage de Franklin).

3 Lettre du 21 août 1856 reproduite dans Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, racontée par sa petite-fille.

4 Norbert Elias, La Société de cour, Flammarion « Champs », 1985, p. 215 (Die Höfische Gesellschaft, 1933).

5 Olga de Pitray, Ma chère maman, p. 71.

6 Selon Thureau-Dangin, Histoire de la Monarchie de Juillet.

7 Sophie de Ségur née Rostopchine, l’inoubliable comtesse. Ses anges, ses diables, p. 63.

8 Voir Hélène Jaulme, « L’Immortelle comtesse de Ségur à L’Aigle ».

9 Lettre du 20 décembre 1860, reproduite dans Sophie Rostoptchine, comtesse de Ségur, racontée par sa petite-fille.

10 Le Centaure de Dieu, p. 89.

11 Id., p. 10.

12 Louis Veuillot, Correspondance, Tome V (juillet 1856-février 1859), p. 3.

13 Id., p. 234.

14 Id., p. 249 (25 novembre 1857, à Elise Veuillot).

15 Id., p. 250.

16 Selon Marie-Louise Audiberti, Sophie de Ségur, l’inoubliable comtesse, p. 110.

17 Louis Veuillot, Çà et là, p. 165.

18 Id., p. 166.

19 Le Centaure de Dieu, p. 206.

20 Anne Martin-Fugier, La Place des bonnes, Grasset, 1979, réédition « le livre de poche biblio », 1985, p. 31.

21 La Société de cour, p. 71.

22 Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, 1961, réédition en livre de poche « Pluriel », 1978, p. 138-139.

23 Michel de Certeau, « Arts de faire », dans L’Invention du quotidien, Tome 1, UGE 10/18, 1980, p. 20-21.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search