Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Deuxième Partie. Noblesse

Chapitre 4

Eduquer, une tâche noble

Texte intégral

  • 1 Michel Collot, L’Horizon fabuleux, tome 1, XIXème siècle, Librairie José Corti, 1988, p. 136-137.

On a pu relever chez Victor Hugo une opposition systématique entre l’aurore, – naissance, enfance –, et l’aube, qui peut être obscure : « L’aube, écrit Michel Collot, est aussi un crépuscule, hésitant entre l’éclat diurne et l’obscurité nocturne. Plus fondamentalement encore, ces incertitudes correspondent à la métaphysique hugolienne, selon laquelle mort et naissance peuvent échanger leurs significations respectives. » Il cite Charles Baudouin qui, dans Psychanalyse de V. Hugo, rapporte le thème de l’aube sombre au traumatisme originel : « ainsi que l’enfant, l’aube pleure de naître », lit-on dans Les Pauvres gens1. Pour un lecteur de la comtesse, le mot « aube », dépouillé de ce caractère mortifère, associe le refus de la splendeur à la douceur dans la simplicité. La petite ville d’Aube, toujours considérée comme un refuge loin de Paris, convient donc à une modestie qui ne laisse cependant pas de nourrir une nouvelle noblesse. Car un des héros les plus positifs de l’œuvre, Paul d’Aubert, n’est-il pas à la lettre le châtelain d’Aube, tout comme, dans Diloy le chemineau, le général Albert d’Alban. L’auberge elle-même, qu’on atteint dans L’Auberge de L’Ange Gardien au lever du jour et qui devient un substitut de la demeure noble, ne va-t-elle pas se présenter comme un vrai château d’Aube, au prix d’une étymologie naïve, ou d’un jeu de mots auquel nous invite le texte ?

  • 2 Voir Claude Reichler, L ’Age libertin, Editions de Minuit, 1987.

1C’est un Ségur, le marquis Philippe-Henri, qui avait été à l’origine de l’ordonnance exigeant quatre quartiers de noblesse pour accéder aux emplois d’officier. Sans oublier qu’elle se veut descendante des Templiers d’un côté, de Gengis Khan de l’autre, la famille s’éloigne d’un comportement ancien, caractérisé par le préjugé, pour se replier dans son intimité, et se vouer à son rôle exemplaire. Elle délaisse aussi une forme de libéralisme et même de libertinage, qui permettaient de distinguer le rôle social et le for intérieur, la personne symbolique et la personne privée2, qui modéraient l’intransigeance des principes. Les enfants de la comtesse vont l’aider à briser l’étiquette, alors que Louis-Philippe de Ségur, en maître des cérémonies de Napoléon, avait laissé des opuscules sur le sujet.

  • 3 16 mai 1859, Lettres au vicomte et à la vicomtesse Simard de Pitray.
  • 4 Mentionnées dans sa bibliographie par Jacques Chenevière, La Comtesse de Ségur née Rostopchine.

2Le groupe rejette toute cérémonie, tout en continuant d’offrir son corps et son nom au public, se mettant à nu par un incessant mouvement d’écriture, dans lequel la correspondance occupe une place dévoratrice. Un étonnement nous saisit toujours devant la masse de lettres échangées au XIXème siècle, et la comtesse n’y met guère de mesure, au détriment du travail littéraire : « J’espère brocher ma correspondance en une heure et demie », écrit-elle par exemple à sa fille3. S’est-on quitté la veille au soir, on n’a rien de plus pressé que de s’écrire, et de parler de choses aussi intimes que de ses vomissements lors des voyages en fiacre ou en bateau. Cette correspondance ne pouvait manquer d’être à son tour rendue publique, et les lettres de la comtesse à sa fille sont l’occasion pour celle-ci d’énumérer les titres et les noms : Lettres de la Comtesse de Ségur née Rostopchine au vicomte et à la vicomtesse de Simard de Pitray, publiées par la vicomtesse de Simard de Pitray née Ségur, sa fille. Seront également éditées les Lettres d’une grand-mère à son petit-fils Jacques de Pitray (Paris, Oudin, 1898), tandis que la comtesse de Pange fera connaître Quelques lettres inédites de la Comtesse de Ségur née Rostopchine, à la comtesse Philippe de Ségur, sa tante4. Enfin, il n’est pas une biographie qui n’offre à notre curiosité une lettre inédite de tel ou tel membre de la famille.

3Tout est bon à glaner ; écrire rapporte, et la gloire servira les projets de la famille. Dans cette France en cours d’industrialisation, gouvernée par la bourgeoisie et marquée par une nouvelle littérature qui lui est propre, on résiste d’une certaine façon au cours des choses, mais la cellule familiale, débarrassée des servitudes de la Cour, se renouvelle, se lance au cœur du tumulte. D’où l’intérêt de la comtesse, jamais réduite à l’illustration d’un projet ou d’une classe, parce que ce projet et cette classe sont eux-mêmes en état de mouvance. Plongeant dans l’Ancien Régime par toutes ses racines, la famille de Ségur s’est pénétrée des nouvelles idées de mérite, d’économie, de vertu et de vie familiale, qualités bourgeoises confrontées à un arrière-fonds de légende, d’autant que la Comtesse n’oublie pas son origine russe.

  • 5 L’Enfant dans la littérature française des origines à 1870, p. 194.

4Les Nouettes sont attachées à une époque de la vie, celle des enfants et des petits-enfants, et perdent ensuite de leur intérêt. Elles illustrent aussi un moment de l’Histoire où les enfants constituent la parure des châteaux. Pourtant, l’affectation de s’entourer de ses enfants, de prendre sur son temps pour les élever, fut d’abord perçue comme un phénomène social lié à l’émergence de la bourgeoisie, à son triomphe politique et économique consacré par la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Jean Calvet évoque les « illustres exemples » du roi Louis-Philippe et de la reine Marie-Amélie, « substituant la vie de famille à la vie de Cour, et donnant le spectacle du bonheur bourgeois », puis du prince impérial, « un ravissant bambin qui est élevé non pas comme un dauphin dérobé aux regards par l’écran de l’étiquette, mais comme un enfant de bourgeois cossus qui a de beaux jouets et le droit de les casser. Sa mère se pare de lui, plus fière de son fils que de sa couronne... »5

5Les souvenirs de Céline d’Armaillé, Quand on savait vivre heureux, retracent une évolution déjà perceptible au début du siècle. L’auteur évoque ainsi une figure peu enviée des autres enfants, une certaine Clotilde de Champlâtreux, petite-fille de M. Molé, servie comme une princesse mais prisonnière en quelque sorte. Entre le prince et le pauvre, la différence de rang et de fortune est compensée par une plus grande liberté du pauvre. Vers 1830, Eugénie Foa, auteur bien connue de la comtesse de Ségur et collaboratrice du Journal des Enfans, écrivait des Contes historiques dans lesquels elle racontait l’enfance des rois, des savants, des artistes, des grands capitaines :

  • 6 Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine, p. 45.

Quand elle nous montre le désespoir de Louis XV, âgé de cinq ans, qu’une audience solennelle empêche de prendre part à une bataille de boules de neige, elle trace une scène de la petite histoire et certains de ses épisodes intéressent encore parce qu’ils sont bien choisis et contés brièvement. S’adressant à ses jeunes lecteurs, elle leur dit : “Lisez l’histoire des rois, mes enfants, et plaignez-les”6.

  • 7 Mme d’Armaillé, Quand on savait vivre heureux, p. 22.

6Mme d’Armaillé décrit aussi comment on renonça aux bals d’enfants, « restes des usages de la cour de Louis XVI et de l’époque de Berquin », où les petites filles étaient passées en revue par « une foule de vieilles dames que ces réunions enchantaient »7. Les parents, à qui déplaisent ces fêtes d’enfants, « dont le but au fond était de divertir les vieillards et le résultat de fatiguer et de troubler nos existences », les espacent et les remplacent par des jouets. L’enfant a donc droit à des divertissements plus adaptés, moins guindés, et l’on se souvient des deux figures opposées par Nerval, Adrienne, auréolée par son ascendance royale et sa soustraction au monde, Sylvie avec qui sont partagés les plaisirs champêtres du lait et du pain bis. Sylvie paraît en 1854, quelques années seulement avant le cycle de Fleurville.

  • 8 Le Règne de l’enfant, Librairie H. Lecène et H. Houdin, 1889.
  • 9 Un monde à l’usage des Demoiselles, L’instruction des Demoiselles, p. 238-240.

7En 1889, Hippolyte Durand fera le bilan de ce qu’il appelle Le Règne de l’enfant8. Joseph de Maistre lui-même, adoptant les accents du vicaire savoyard, montrait à quel point la classe noble s’était donnée à l’idée d’un bonheur devant moins aux plaisirs mondains qu’à l’intimité familiale. Céline d’Armaillé, née Ségur, fille du général Philippe de Ségur, et par sa mère née Vintimille du Luc, descendante, disait-on, de Louis XV, évoque une famille très unie, laborieuse, aux horaires minutieusement réglés : son père travaillait beaucoup dans son cabinet depuis trois heures du matin. Famille où l’on ne gaspille guère les caresses : « Bonne-Maman m’accueillait avec un petit sourire, écrit sa petite-fille. Elle n’en était pas prodigue et je devais m’en contenter. Elle ne m’embrassait jamais, ce n’était pas l’usage. » Mais famille pénétrée des idées de Voltaire et de Rousseau : « Souvent elle prenait une édition de Rousseau et me lisait un passage de l’Emile ». Quelque reste du système de Rousseau dirigeait encore le traitement de l’enfance, avec promenade journalière quel que soit le temps, et son éducation très poussée. Erudite, n’ayant jamais cessé de s’occuper de questions littéraires et historiques, Céline d’Armaillé a un cabinet de travail. Le programme d’éducation qui se lit à travers ses Mémoires rejoint le principe d’éducation domestique composé par exemple par Mme de Genlis pour Adèle d’Almane, « la plus accomplie de toutes les jeunes Demoiselles, modèle des jeunes filles de la fin du XVIIIème siècle », qu’analyse Paule Constant dans Un monde à l’usage des demoiselles. Principe caractérisé par la mesure et la continuité. En effet, si la journée est bien remplie, elle ne comprend « que » quatre heures d’un travail intellectuel dont la surcharge affecterait l’esprit et la beauté, mais « la force de ces éducations, tant domestiques que conventuelles, a peut-être été d’avoir travaillé en continu en ignorant les vacances »9.

8Chez la comtesse, le terme « vacances » est ambigu, ou plutôt l’est devenu pour nous, car il désigne pour elle la longue période de séjour à la campagne, par opposition au séjour hivernal à Paris. Céline d’Armaillé évoque le départ en juin pour le Domaine de La Rivière, près de Fontainebleau, et le mouvement qui accompagne ce départ, leçons suspendues, désordre, liberté illimitée pendant les huit jours de préparatifs : on emportait le piano, et presque toute la bibliothèque. Ce n’est que dans cette période exceptionnelle que sont suspendues les leçons, mais les « vacances » sont réglées par un horaire plus ou moins strict qui se retrouve chez la comtesse de Ségur : « alors votre journée est arrangée : vous irez vous promener à deux heures, après vos leçons ; vous reviendrez à quatre heures faire vos devoirs ; à six heures, vous irez dîner chez votre grand-mère, et le soir, nous irons chez votre tante de Rouville », écrit-elle dans Les Bons enfants. Et dans Diloy le chemineau : « Je vous donne congé toute la journée. Votre seule leçon aujourd’hui sera une leçon de charité » ; « Gertrude dit qu’elle allait travailler, écrire à sa mère et faire travailler sa sœur jusqu’au déjeuner. Félicie revint près de sa mère pour prendre ses leçons ; Laurent prit la sienne chez sa bonne. »

9L’étiquette fait place à un emploi du temps strictement respecté, auquel des circonstances exceptionnelles permettent seules de déroger. Cette possibilité, toujours nettement soulignée, n’est pas une marque de faiblesse ou de légèreté, mais le fruit d’une éducation équilibrée. Dans Les Bons enfants, la maman s’oppose à la préceptrice, Melle Albion, qui veut punir le petit Henri pour une leçon non apprise : « la punition ne serait pas juste, mademoiselle ; Henri aurait appris ses leçons sans un malheur imprévu arrivé à la nourrice de Pierre. » « Very well, medem ; c’est votre volonté. Seulement, je croyais qu’une pénitence fait toujours bien aux enfants. » Melle Albion se fait reprendre par le petit Pierre, qui lui explique qu’« une pénitence injuste ou trop forte met en colère et donne envie de mal faire pour se venger ». Le nom de la préceptrice, Melle Albion, indique une certaine répugnance pour un modèle anglais marqué selon l’auteur par la brutalité, comme elle le souligne dans Un bon petit diable, ou plutôt pour un modèle anglo-saxon qu’elle rapproche d’un modèle curial.

10L’excès de l’étiquette fait le sujet d’une petite pièce à caractère didactique, recueillie dans Comédies et Proverbes : On ne prend pas les mouches avec du vinaigre, et toute entière consacrée à un débat pédagogique. En effet, Mme d’Atale, partie aux eaux, a confié ses filles à une vieille cousine, Mme d’Embrun, qui profite de l’occasion pour mettre en pratique ses principes d’éducation, particulièrement rigoureux :

Mais je vous assure qu’il faut de la sévérité avec les enfants, sans quoi ils deviennent désobéissants, impertinents, paresseux, menteurs ! Chez Monsieur Northson, chez Monsieur Castwind, chez Madame Southway, trois grandes familles avec lesquelles j’ai beau vécu du vivant de mon mari, quant il était ministre aux Etats-Unis, les enfants étaient élevés à obéir comme des machines : les institutrices avaient permission d’user de toutes les punitions et privations nécessaires ; elles en ont fait des enfants étonnants ; cette ceinture, que vos petites trouvent cruelle, je l’ai vu employer pour le travail, pour empêcher les défauts de la taille, et c’est de New-York que je l’ai apportée ; et on comprend que ce moyen réussisse, de même que le collier de force rend les chiens d’arrêt dociles et excellents. La sévérité et les punitions sont les grands moyens d’action ; le reste, remontrances douces, gronderies de second ordre, est insuffisant.

11Mme d’Embrun, qui porte un prénom renvoyant à l’esthétique de Mme de Genlis, Clorine, représente donc un curieux mélange d’antique contrainte et de modernité à l’américaine, de rencontre entre un souvenir de la société curiale et une bourgeoisie éprise de technicité. L’acte II nous la montre incapable de comprendre et de supporter l’agitation des petites filles, qui attendent le retour de leur mère. Elle-même travaille, « assise bien droite sur une chaise », et ne manifestant aucune émotion :

12– Restez donc tranquilles, Berthe et Alice ; vous êtes d’une agitation !
C’est très mauvais genre. (Berthe) – Mais ma cousine, pensez donc que nous n’avons pas vu maman depuis six semaines et que nous l’attendons à chaque minute !

13– Ce n’est pas une raison pour aller et venir comme des ours en cage, pour faire l’ouvrage des domestiques en garnissant les vases de bouquets, pour avoir enfin des manières communes et du plus mauvais goût [...] Il n’y a pas de mais, mademoiselle. Dans mon enfance, quand ma mère (que je n’avais pas le mauvais goût d’appeler maman), quand ma mère, dis-je, s’absentait, j’attendais tranquillement et convenablement son retour, dans le salon, en grande toilette. (Berthe) – Mais quand vous l’entendiez arriver ?

14– J’attendais debout au milieu du salon que ma mère entrât, et quand la porte s’ouvrait... (Alice) – Vous couriez à elle et vous vous jetiez à son cou.

15– Fi donc ! quel genre ! J’attendais qu’elle vînt à moi ; je faisais une profonde révérence ; je m’inclinais pour lui baiser la main pendant qu’elle m’embrassait sur le front, et j’attendais pour parler qu’elle m’interrogeât. (Berthe) – Moi je ne pourrais jamais être aussi froide pour maman.

16– Ce n’est pas de la froideur, mademoiselle, c’est de la convenance, du savoir-vivre.

17Cette conversation est interrompue par l’arrivée des mamans, et les petites filles se précipitent à la porte, on entend des cris de joie, des éclats de rire, « C’est incroyable ! Une vraie scène de paysans ! » Mme d’Embrun, voulant donner à toutes une leçon de manières, se plante au milieu du salon, « demi-inclinée, les mains sur son estomac », au grand étonnement de Mme d’Ulsac, qui se croit repoussée. Mme d’Embrun constate que « la mère a autant besoin d’être formée et réformée que les filles » : « De mon temps, le respect était la première des sciences ! Car c’est une science, une vraie, grande et belle science ! Maintenant on aime ! Beau progrès en vérité, aimer ! Mais c’est ridicule, inconvenant, impertinent d’aimer ceux qu’on doit craindre et respecter. A présent on veut aimer tout le monde, jusqu’au Bon Dieu ! [...] Non, mademoiselle. On craint Dieu et son Souverain. On respecte ses parents, ses supérieurs, les gens d’âge. On aime ses enfants, ses égaux, son chien, son chat. »

18De son côté, Mme d’Atale constate que ses filles « ont perdu leur docilité, leur amabilité, leur complaisance, et surtout leur gaieté calme ; elles, qui étaient toujours d’accord, se disputent pour un rien... enfin je les trouve changées, et je ne peux dire que ce soit à leur avantage. » La gaieté calme n’est pas ici contradictoire avec une certaine exubérance. La comtesse distingue le calme du cœur et le besoin de mouvement du corps, de ce corps que l’on veut rendre « docile comme une machine, tranquille et calme comme des eaux dormantes, silencieux comme une statue de pierre », enferme dès lors une âme violente. Mme d’Embrun, qui emprunte explicitement son modèle aux dames de la Cour du grand roi Louis XIV, est prête à continuer sa tâche, mais Mme d’Atale refuse cette offre. « Sa présence et sa tendresse maternelle feront tout rentrer dans l’ordre », conclut Melle Octavie l’institutrice. Aussi, la pièce se termine-t-elle sur le départ précipité de Mme d’Embrun, qui laisse une lettre exprimant son refus d’un nouveau « régime », et ce mot, « régime » est bien à prendre dans son double sens, pédagogique et politique. Elle déclare ne pouvoir observer « sans frémir d’indignation les manières bourgeoises modernes, les allures excentriques et villageoises des petites demoiselles » :

Je ne pourrais me taire, et on me défend de parler. Ne voulant pas, madame et cousine, gêner vos habitudes de moderne régime, ni vous imposer celles de mon noble et ancien régime [...] je me résigne à vous informer de ma détermination irrévocable...
Clorine d’Ipermont
Veuve d’Embrun
Château d’Ulsac, 1864, 20 août.

19La réponse, ou plutôt le commentaire de Mme d’Ulsac, sur lequel la pièce se termine, relève d’une désinvolture particulièrement suggestive : « Et nous autres, bourgeois et vilains, allons déjeuner. »

20Dans cette pièce, d’une facture beaucoup moins fine et complexe que les romans, la comtesse traite en fait deux questions qui se lient, celle de la dureté en éducation, et celle de l’étiquette. Elle prolonge un débat classique qui agite en fait les classes les plus élevées depuis le XVIIème siècle, sous l’effet du quiétisme. D’abord placée sous le double signe de la douleur de la croix, l’idée d’enfance, avec ce courant d’idées, s’associe peu à peu à une suavité qui tranche avec la majesté des grands genres. Les poésies de Mme Guyon ont déjà les accents d’un Blake : douceur et petitesse, cette nouvelle association, illustrée aussi par Fénelon, se transporte du couvent à la cour, pour approcher le sommet de l’état. En 1689, Louis XIV confie l’éducation de son petit-fils le duc de Bourgogne à Fénelon. Dans une « édition classique » de 1879, parue chez Mame, des Fables et Dialogues des morts, composés pour l’éducation de ce prince, la notice biographique nous indique que « sous la direction de ce maître habile, le duc de Bourgogne devint un des princes les plus accomplis que la France ait possédés », et que c’est en révélant la douceur et la facilité de la vertu pour un cœur généreux que Fénelon transforma l’âme de son élève : « Ce fut une véritable transformation. M. le duc de Bourgogne, dit Saint-Simon, naquit terrible, et dans sa première jeunesse fit trembler. Dur, colère jusqu’aux derniers emportements, incapable de souffrir la moindre résistance, même des heures et des éléments, sans entrer dans des fougues à faire craindre que tout ne se rompît dans son corps [...] Le prodige est qu’en peu de temps la dévotion et la grâce en firent un autre homme [...] De cet abîme sortit un prince affable, doux, humain, modéré, patient, modeste... »

  • 10 La Vie privée d’autrefois, du XIIème au XVIIIème siècle, L’Enfant, Tome 2, 1896, p. 205.
  • 11 Jean Calvet, La Littérature religieuse de Saint François de Sales à Fénelon, réédition Editions m (...)

21A cette éducation gracieuse, la tradition veut qu’on oppose régulièrement les pratiques austères de Bossuet. Alfred Franklin, qui fut l’un des premiers à s’intéresser aux aspects les plus divers de la vie privée, et donc aux questions de l’enfance, écrivait par exemple : « Le premier Dauphin, fils aîné de Louis XIV, eut pour gouverneur le duc de Montausier, et Bossuet pour précepteur. Leur sévérité hébéta l’enfant10. » Malgré cette condamnation, d’autres feront beaucoup de cas des œuvres composées par Bossuet pour son élève, Discours sur l’histoire universelle, Politique tirée de l’Ecriture sainte, Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même : « On dit : “Cette haute pensée a accablé et écrasé le malheureux enfant” [...] Ce n’est pas la faute du maître si l’élève mal doué, paresseux, aime mieux la chasse au loup... »11

  • 12 Ernest Legouvé, Les Pères et les enfants au XIXème siècle, p. 239 à 254.

22On peut comparer la petite pièce de la comtesse de Ségur avec un chapitre du livre d’Ernest Legouvé, Les Pères et les enfants au XIXème siècle, « La politesse aristocratique et la politesse démocratique ». Deux amis, un député démocrate et le vieux marquis de Luxeuil, ne s’entendent pas sur cette question de la politesse. Le marquis reconnaît que la famille de son ami compte certainement parmi les plus dignes d’estime et de respect, que la fille de celui-ci est « charmante comme ses dix-huit ans », sa femme « toute pleine de cette distinction naturelle qui naît de l’élévation de l’âme », mais telle est l’influence de l’air ambiant que son fils est déjà atteint « d’une certaine peste démocratique ». Cette peste, le marquis la reconnaît à plusieurs symptômes : « Votre fils avait pour voisine de table, une charmante jeune femme ; il n’a su ni lui parler, ni la servir, ni ramasser son gant tombé, ni deviner le fruit qu’elle désirait. » Trop timide avec cette jeune femme, il se montre au contraire trop assuré avec son père ou avec les messieurs plus âgés, les traitant d’égal à égal. Mais, conclut spirituellement le marquis, c’est que ce siècle, « si supérieur aux siècles précédents, n’a pas voulu sans doute accaparer pour lui seul tous les progrès ». Après avoir perdu leurs terres et leurs prérogatives, les aristocrates conservent donc un privilège, « bien mince sans doute, mais que du moins personne ne nous dispute, la politesse ». Le député répond en se réclamant de la sincérité et de l’honnêteté et, distinguant la politesse démocratique, « plus pure dans son principe », et la politesse aristocratique, « plus gracieuse dans sa forme, plus chevaleresque dans son expression », il en conclut que « pour faire un homme parfaitement poli, il faudrait deux choses, les principes d’aujourd’hui, et les manières d’autrefois »12.

23Parmi les défauts de Félicie ou de Giselle, la comtesse met en relief celui qui a sans doute le plus nui à la classe aristocratique, et qui est cette façon d’afficher une supériorité méprisante, alors que, dit Legouvé, on répond maintenant au salut d’un ouvrier. Félicie à tout instant « reprend ses grands airs », fait l’orgueilleuse et méprise ceux qu’elle appelle des « gueux ». Or, si les familles nobles ne manquent pas de garder leur rang, elles ne dédaignent pas de montrer leur considération pour les gens du village. Par exemple, toute la famille s’amuse sans retenue aux noces d’Amanda et de Moutonet, tandis que Félicie, avec les Castelsot, se livre à d’impertinentes plaisanteries, suffisamment haut pour être entendue des voisins : « Allez-vous dîner avec ce monde-là, Félicie ? » lui demande Cunégonde, qui ne sait pas, comme l’enseigne le général, « qu’un ouvrier honnête est plus estimable qu’un prince sans foi et sans moralité ». Quelles que soient les réserves avec lesquelles il faut recevoir de pareilles déclarations, il n’en demeure pas moins que non seulement la comtesse, au fil de son œuvre, s’aventure davantage hors des limites du château, mais qu’elle donne aussi plus de consistance aux personnes « du peuple ». En ce sens, l’expérience de l’écriture apparaît comme une ouverture au monde conduisant dans les parages de George Sand. Dans Diloy le chemineau, il y a une noce qui ne peut pas ne pas faire penser à celle de La Mare au diable, d’autant que le roman commence par une visite à une famille Germain, nom particulièrement lié à l’œuvre sandienne. L’on sait que Germain, « le fin laboureur », est l’une des figures les plus dignes qui peuplent les « romans champêtres ». Dans Diloy le chemineau, sorte de roman champêtre à la Ségur, Félicie est celle qui récuse cette idée que des Germain puissent être estimables : « Ces visites chez les bonnes gens du village sont si ennuyeuses ! Et puis, comme le disait Cunégonde l’autre jour, ils ne sont pas élevés comme nous ; ils sont ignorants, sales ; ils n’osent pas bouger. »

24Les Castelsot, comme les Toume-boule, singent la noblesse mais n’en ont retenu que ce qu’elle a dû abandonner, cette distance que permettait un système de Cour et qui n’est plus de mise, encore moins à la campagne. Certes, en désignant à la honte publique les Futé devenus Castelsot, la comtesse tire un bénéfice double ; tout en défendant la dignité des « paysans », qu’elle propose d’appeler plutôt « fermiers » ou « ouvriers », elle continue d’interdire l’entrée dans la classe noble. La noblesse du cœur, présentée à notre admiration, ne peut jamais se confondre avec la noblesse de naissance, et les adoptions, si fréquentes dans le monde ségurien, deviennent impossibles lorsque l’adopteur potentiel est un aristocrate et l’adopté un prolétaire. On est loin de George Sand, qui trouvait dans ses veines le sang des rois mêlé au sang des pauvres et des petits :

Car nous avons tous des ancêtres, grands et petits, plébéiens et praticiens ; ancêtres signifie patres, c’est-à-dire une suite de pères, car le mot n’a point de singulier. Il est plaisant que la noblesse ait accaparé ce mot à son profit, comme si on ne pouvait porter le titre sacré de père à moins d’avoir un blason...

  • 13 Histoire de ma vie (I, 2, p. 23).

25La noblesse est donc un « préjugé monstrueux, en tant qu’elle prétend accaparer au profit d’une classe de riches et de puissants la religion de la famille », alors que « chaque famille a sa noblesse, sa gloire, ses titres13 ».

Notes

1 Michel Collot, L’Horizon fabuleux, tome 1, XIXème siècle, Librairie José Corti, 1988, p. 136-137.

2 Voir Claude Reichler, L ’Age libertin, Editions de Minuit, 1987.

3 16 mai 1859, Lettres au vicomte et à la vicomtesse Simard de Pitray.

4 Mentionnées dans sa bibliographie par Jacques Chenevière, La Comtesse de Ségur née Rostopchine.

5 L’Enfant dans la littérature française des origines à 1870, p. 194.

6 Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine, p. 45.

7 Mme d’Armaillé, Quand on savait vivre heureux, p. 22.

8 Le Règne de l’enfant, Librairie H. Lecène et H. Houdin, 1889.

9 Un monde à l’usage des Demoiselles, L’instruction des Demoiselles, p. 238-240.

10 La Vie privée d’autrefois, du XIIème au XVIIIème siècle, L’Enfant, Tome 2, 1896, p. 205.

11 Jean Calvet, La Littérature religieuse de Saint François de Sales à Fénelon, réédition Editions mondiales, 1956, p. 272.

12 Ernest Legouvé, Les Pères et les enfants au XIXème siècle, p. 239 à 254.

13 Histoire de ma vie (I, 2, p. 23).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search