Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Deuxième Partie. Noblesse

Chapitre 1

Postérité d’un nom

Texte intégral

  • 1 Jules Vallès, « Les Victimes du livre », Le Figaro, 9 octobre 1862, repris dans Les Réfrac (...)

Le livre tuera le père1, écrivait Jules Vallès en 1862, évoquant l’enfant qui filera un jour « avec cent sous gardés de ses étrennes, sa gourde, son livre ». Ce livre, c’est Robinson, c’est un roman de Fenimore Cooper ou de Walter Scott... Chez la comtesse, ces appels au voyage ne sont pas nécessaires, elle qui bâtit des enclos où elle va évaluer, dévaluer, réévaluer, les figures de la mère et du père, en même temps que les familles se font, se défont et se refont. Pour la noblesse, la question de la généalogie l’emporte traditionnellement sur beaucoup d’autres : elle suppose une figure régnante, elle se cherche un centre, un chef. Dans une France qui se voit dans un « après » de la Révolution, qui a perdu un roi et même un empereur, et qui vient d’en retrouver un autre qui ne fait pas illusion, les romans de la comtesse de Ségur commencent par s’édifier autour de caractères féminins forts, voire autoritaires et intransigeants comme Mme de Réan.

1L’entourage de la comtesse participe à la recherche d’une figure paternelle, en se trouvant de nouveaux termes. L’ultramontanisme de son fils aîné Gaston de Ségur, ou de son grand ami Louis Veuillot, repose sur la volonté de faire du Pape un souverain doté d’un état et d’un pouvoir temporel puissant, face à la dispersion du pouvoir spirituel représentée par la tradition gallicane. Le dogme de l’infaillibilité pontificale viendra combler le vide laissé par le bannissement des rois. Les œuvres puériles de la comtesse se présentent donc sur ce double horizon d’une tradition aristocratique et d’une refondation catholique qui se contredisent plutôt qu’elles ne s’harmonisent. Elles demandent à être lues comme un « roman familial » qui se déploie doublement, dans les sphères du public et du privé.

  • 2 L’Enfance des saints et des autres, p. 109.

2« Un roman est une vie prise en tant que livre. Toute vie a une épigraphe, un titre, un éditeur, un avant-propos, une préface, un texte, des notes, etc. Elle les a ou peut les avoir... » Ce propos, emprunté à Novalis par Marthe Robert pour ouvrir son livre Roman des origines, origines du roman, prend une valeur particulièrement suggestive en regard du cas Ségur : l’existence de la comtesse est un roman, non parce qu’elle serait riche d’aventures, mais parce que sans cesse réécrite, remise en forme et débouchant sur une équivoque perpétuelle entre la vie et la littérature. Personne n’en doute, il suffit de consulter l’abondante hagiographie consacrée à la comtesse pour s’en convaincre encore davantage, la comtesse est présente dans ses livres, comme Dieu dans sa création. Rarement la vie privée et l’œuvre ont été à ce point confondues dans la lecture, alors que l’auteur s’y montre rarement, et jamais sans déguisement. Ainsi Laura Kreyder observe-t-elle ce paradoxe des Mémoires d’un âne, où la comtesse, s’incarnant en âne, « l’animal, la bête de somme, le mâle, l’Autre par excellence enfin », décrit, parmi ses rencontres, « une charmante grand-mère, parfaite de bonté et de modestie, mais un personnage de second plan, presque insignifiante »2.

3Cette fausse modestie ne trompe jamais. La comtesse se distingue radicalement de celles qui ne sont ses consœurs qu’en apparence, et toujours condamnées à l’anonymat. On ne compte pas, dans les bibliothèques catholiques, les noms d’emprunt, les faux titres de noblesse suggérant une sorte d’équivoque entre la gouvernante et la demi-mondaine ; on ne compte pas davantage les Melle B... ou Mme de..., ou Mme M.G.E., initiales qui excluent ces « bas-bleus » de toute « publicité ». Elles écrivent sous l’autorité d’évêques ou d’archevêques, certifiant que les principes de la morale la plus pure sont respectés. Contre cette sorte d’écriture collective, voire cet imaginaire collectif, l’investissement autobiographique appliqué à l’œuvre ségurienne, – qu’il soit le fait de l’auteur ou du lecteur –, l’insère dans la Littérature et la distingue d’un projet qui serait purement didactique, sans détruire pour autant l’intention morale de la narration.

  • 3 On a pu entendre ce témoignage lors d’une émission radiophonique consacrée à la comtesse, (...)

4La comtesse de Ségur ne manque pas de biographes, tous éblouis par la splendeur des noms, Ségur, Rostopchine, qui associent d’emblée l’épopée et la puérilité. Si toute lecture renvoie à d’autres textes, cette intertextualité est ici régie par une circulation de la fiction, de la correspondance, des écrits familiaux et des témoignages divers sur la vie des uns et des autres. Une vie d’encre et de papier. Le véritable libertinage de ce milieu, c’est l’écriture. Tout le monde ou presque, tant chez les Ségur que chez les Rostopchine, écrit ou a écrit. C’est une débauche, comme peuvent le constater les employés ou les domestiques, toujours curieux de scruter les draps de leurs maîtres, du moins si l’on en croit un Zola ou un Mauriac. Mais si les draps étaient sales aux Nouettes, dit-on encore au village d’Aube, c’était à cause de l’encre, parce que tout le monde, la comtesse comme Louis Veuillot, écrivait au lit3. Dans son article « L’Immortelle comtesse de Ségur à Laigle », Hélène Jaulme, après avoir rappelé la tradition discutée selon laquelle Eugène Sue aurait rédigé aux Nouettes des chapitres de son Juif errant, déclare : « On écrit d’ailleurs beaucoup aux Nouettes, et un habitant de la région se rappelle que sa grand-mère, blanchisseuse, se plaignait que les draps étaient tachés d’encre. »

5Du caractère original, nouveau, de l’œuvre ségurienne, on déduit généralement une coupure d’avec la littérature, une inspiration puisant uniquement dans la vie de mère et de grand-mère. On fait peu de cas de l’immense bibliothèque qui aurait contenu jusqu’à sept milles volumes, de ses rencontres de jeunesse avec Pouchkine ou avec Xavier de Maistre, lisant à sa famille le manuscrit du Lépreux de la cité d’Aoste, des talents d’écrivain de son père, dont les Mémoires ou moi au naturel, écrits en dix minutes paraissent non seulement dans Le Temps, mais dans les journaux de toute l’Europe, tout cela croisé avec la tradition Ségur, déjà riche de deux académiciens. Les nombreuses biographies de la comtesse nous offrent cependant, épars, les éléments de cette confrontation dont l’ouvrage de Claudine Beaussant, L’Enfance de l’art, tire un parti sans doute systématique, mais révélateur d’une nouvelle lecture, intéressante pour l’histoire et la critique de la littérature enfantine, comme pour celle de la littérature du XIXème siècle.

6Longtemps absente des manuels de littérature, la comtesse de Ségur apparaît aujourd’hui comme une figure obligée, débordant toujours le cadre de la littérature pour illustrer une époque, l’enfance, le peuple, la femme, etc. Figure française s’il en est, bien que d’origine russe, et ce n’est pas le moindre des paradoxes d’une auteur et d’une œuvre que la lecture critique a souvent considérées de manière réductrice, pour les célébrer comme pour les condamner. Toujours ramenée à sa caste, elle-même incitant à ce retour malgré sa capacité à entrer dans les milieux humbles, elle participe pourtant d’un fonds commun, partagé par filles et garçons, riches ou pauvres, enfants et adultes restés lecteurs ou ayant perdu depuis longtemps la fréquentation des livres. D’une certaine manière, chacun a son mot à dire sur la comtesse de Ségur, et l’on ne compte plus les ouvrages qui lui sont consacrés, se reprenant l’un à l’autre des propos et anecdotes, souvent invérifiables.

  • 4 Comtesse Jean de Pange, « Deux mondes, Alice et Sophie », La Revue littéraire, histoire, a (...)
  • 5 Comtesse d’Armaillé, née Ségur, Quand on savait vivre heureux (1830-1860), souvenirs de je (...)
  • 6 « Deux mondes, Alice et Sophie », p. 314-315.
  • 7 Quand on savait vivre heureux, Introduction, p. VII.

7Ce roman connaît donc une postface, et les petites filles modèles continuent de vivre, soit au travers de ces écrits anecdotiques, soit même comme référence de type ethnologique. Chacun veut les avoir rencontrées, telle la comtesse Jean de Pange qui évoque son enfance, un grand salon en rotonde s’ouvrant sur un jardin en bordure de la rue de la Baume, et quelques visiteurs du dimanche. « C’étaient quelques vieux messieurs ou quelques vieilles dames (ou du moins qui me paraissaient vieux). Je devais leur faire une petite révérence et les appeler mon oncle ou ma tante. Et ma grand-maman me disait à mon ébahissement : C’est Paul... ou Madeleine... Camille... ou Jacques. Tu les connais... Tu les as vus dans ta Bibliothèque rose4. » Etrangeté de ce souvenir, particulièrement déformé si l’on pense que Camille est morte à 21 ans, Jacques à 18 ans, et que Madeleine est entrée au couvent... La comtesse Jean de Pange était la petite-fille de Céline d’Armaillé, elle-même cousine germaine par alliance de la comtesse de Ségur. La comtesse Jean de Pange a aussi publié les mémoires de cette grand-mère, intitulés Quand on savait vivre heureux5, pour confondre un peu plus encore l’écrit et le vécu, d’autant que son aïeule lui racontait ses histoires « dans la chambre où se trouvaient le lit de Napoléon et le sabre du général de Ségur »6. Il faut insister sur l’authenticité des personnages et des lieux, et l’on se grandit d’avoir connu les héros de cette littérature à la fois puérile et universellement connue. Dans l’introduction aux souvenirs de sa grand-mère, Mme de Pange écrit encore : « Toute petite, j’avais déjà bien compris que ma grand-mère n’avait jamais ressenti une bien vive sympathie pour l’héroïne des célèbres Malheurs. En me lisant quelques chapitres du Général Dourakine ou du Bon petit diable, elle ne manquait pas de marquer sa mauvaise humeur en soulignant certains passages excessifs d’un “grattez le Russe, vous trouverez l’ours” qui me frappait beaucoup. Mais Cadichon, Cadichon surtout me remplissait d’aise [...] alors elle me décrivait la forêt de Laigle et ce château des Nouettes où vivaient les petites filles modèles et ce cher Cadichon... »7

  • 8 Voir aussi, dans Lisez-moi Historia de décembre 1947, « La Comtesse de Ségur racontée par (...)

8Cette œuvre consacrée à l’exaltation de la vie privée dépasse son cadre primitif parce qu’elle vient d’une famille entrée dans l’Histoire, parce que la famille Ségur a tout connu et qu’elle ne manque jamais de se célébrer, tous ces petits riens prenant de la grandeur grâce à ce caractère illustre qui leur vaut d’être donnés à la postérité. Entrée à son tour en littérature, la plus jeune fille de la comtesse, Olga de Pitray publiera Ma chère maman ainsi que Mon bon Gaston en 1887. Pierre de Ségur, fils d’Anatole et troisième académicien de la lignée, ne pourra échapper au geste d’écrire sur son aïeule, dans son article « La Comtesse de Ségur », publié en 1912 dans le Bulletin de la Société normande de géographie, tandis que l’arrière-petite-fille (fille de Paul de Pitray), Arlette de Pitray, publiera en 1939, Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, racontée par sa petite-fille chez Grasset, un ouvrage en grande partie inspiré par le livre d’Olga, qu’elle se contente de reprendre presque textuellement sur de nombreux points8.

9Paul de Pitray, le petit-fils de la comtesse, ira plus loin encore, ne prolongeant pas simplement la généalogie familiale, mais encore celle de ses personnages. En 1936, Le Petit-fils de Cadichon, – où apparaît à son tour Arlette de Pitray –, et en 1938, Cadichon III en Argentine, renvoient à la fois à la vie et à l’œuvre :

  • 9 Le Petit-fils de Cadichon, p. 7 et 8. Paul de Pitray fait ici allusion aux adaptations pou (...)

J’ai connu Cadichon I dont grand-mère Ségur a conté l’histoire dans la Bibliothèque rose, ce même Cadichon que j’ai fait monter sur scène en 1927 d’après le roman fameux dont vous avez gardé mémoire, j’en suis sûr.
Je l’ai si bien connu, ce cher Cadichon, qu’une fois, avec le petit char à bancs qu’il traînait, ayant comme passagers une demi-douzaine de mes cousins et moi-même, nous capotâmes dans un chemin de traverse, aux Nouettes. Nous fûmes captifs sous la voiture une demi-heure durant, tandis que notre gouvernante filait à toutes jambes pour prévenir les sauveteurs.
Si grand-mère Ségur ne s’est plus occupée d’écrire sur le héros de son roman, après la publication des Mémoires d’un âne, ne croyez pas qu’elle se soit désintéressée de Cadichon. Elle lui conserva toute sa sollicitude jusqu’au moment où les Nouettes furent vendues, Hélas ! Cadichon n’était pas compris dans la vente ; il fut confié à un brave agriculteur de l’Orne... »9

10Paul de Pitray inscrit plus explicitement l’action en Normandie, une Normandie plus « réelle » et plus conventionnelle, en déplaçant du côté d’Yvetot son château des Songes, où vit la famille de Marsy (anagramme de Simard de Pitray). Les enfants ont un peu changé, ressemblent à ceux d’Enid Blyton et trouvent un souterrain et un trésor comme le club des Cinq. Cette découverte est hautement significative, puisqu’il s’agit de deux tombeaux de pierre datant de Philippe-Auguste, ceux des ancêtres, Baudoin-Jacques Demarsy et Eléonore des Roches, dame Demarsy. Généalogie imaginaire qui, à travers les Simard de Pitray, enracine plaisamment la famille dans la terre et l’histoire normandes. Parmi d’autres trésors offerts à l’admiration de toute la contrée, une statuette en or massif représentant le Christ couronné d’épines, renferme une relique authentique, du Christ lui-même, et l’oratoire de Mme de Marsy devient un lieu de dévotion.

  • 10 Claude Lévi-Strauss, Mythologiques III, L ’Origine des manières de table, Plon, 1968. Alfr (...)
  • 11 paul : Je crois que cela veut dire que maman et ma tante veulent aller en Amérique. sophie(...)

11Voici donc la Normandie qui s’empare de la comtesse, alors que dans ses textes le caractère normand des paysages n’apparaît que d’une façon fort générale, propre à désigner toute espèce de campagne française, même si la Normandie, à cette époque, semble dotée d’un caractère générique qui lui vaut de figurer comme la campagne par excellence. Il faut noter que n’existe aucune relation particulière entre la famille Ségur, originaire de la Corrèze, et cette région de l’Orne par ailleurs si différente de la Normandie de Flaubert ou de Maupassant. Si la comtesse s’était bien gardée de citer explicitement les Nouettes, sa descendance ne s’en prive pas, alors que la postérité a conservé d’elle une image plus abstraite. L’expression même de « petite fille modèle » est entrée dans l’usage courant, apparaissant régulièrement dans les ouvrages de mode, et faisant une apparition plus remarquable encore chez Claude Levi-Strauss, qui en fait un concept. En effet, la quatrième partie du Tome III des Mythologiques, « L’Origine des manières de table », intitulée Les Petites filles modèles, lui permet d’appliquer à notre propre culture une démarche ethnologique traditionnellement portée vers d’autres cultures, spécialement celles qu’on dit « primitives »10. Et quand il choisit pour épigraphe du chapitre « Petit traité d’ethnologie culinaire », un dialogue tiré des Malheurs de Sophie11, Cl. Levi-Strauss suggère un renversement possible du discours sur le sauvage. Il confirme à sa façon ce que certains nomment l’immortalité de la comtesse de Ségur dans les manières de penser. N’est-elle pas entrée dans le folklore, à mi-chemin de la religion et de la superstition, comme le constate Arnold Van Gennep, à propos des rites bretons autour du mariage et de la naissance :

  • 12 Arnold Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, I, I. « Introduction générale (...)

Ce n’est pas seulement aux saints du Paradis qu’on s’adresse, mais aussi aux femmes qui, durant leur vie, se sont montrées amies et protectrices de la jeunesse et ont laissé dans la paroisse le souvenir de leurs édifiantes vertus.
C’est pourquoi à Néant, près de Ploërmel, les jeunes filles vont dans ce but prier sur la tombe de Melle de Volvire ; à Lockmariaker, sur celle de (la romancière) Zénaïde Fleuriot ; à Pluneret, près de Sainte Anne d’Auray, sur celle de la comtesse de Ségur ; sur cette dernière, on voit, en ex-voto, de petits bonnets, des béquilles d’enfants, des linges de malades et d’incurables12.

  • 13 Manuel de folklore français contemporain, p. 243.

12La Bretagne, où la comtesse a beaucoup vécu durant ses dernières années, devient également sa province. Le chanoine Cordonnier apporte un témoignage assez proche en rappelant que Gaston, en 1881, était venu rejoindre sa mère dans cette sépulture : « la réputation de sainteté, qui avait survécu à la disparition du pieux prélat, amena bien vite auprès de sa tombe une multitude de pèlerins descendant de la basilique de Sainte Anne d’Auray... »13

  • 14 De quelques erreurs sur la papauté, « Introduction », p. I à XI.
  • 15 Id., p. V.

13La sainteté se présente comme une nouvelle façon de s’illustrer, de rester grand tout en évitant la hauteur. La comtesse de Ségur entre dans la catégorie des « géants » de la littérature, de ceux qui ont fait leur nom ou même l’ont dépassé, comme Hugo, avec leur plume. Curieuse réponse à Louis Veuillot, co-auteur des Célébrités catholiques contemporaines avec son frère Eugène où il s’octroie modestement une notice, mais qui affecte de fustiger le culte des grands hommes. Car selon lui, le paysan, dépositaire de la vieille sagesse, ignore tout des hommes célèbres, alors qu’il n’y en a pas un « qui ne sache très-bien ce que furent saint Pierre, saint Paul, saint Augustin, saint Louis, saint Vincent de Paul14. « Attendez cinquante ans, cent ans au plus ; sortez du petit groupe qui est la société lettrée et du petit espace qui est la localité : plus rien ne retentit, plus rien ne brille ; le grand homme, en dépit de sa statue, est comme s’il n’avait jamais été15. » Et, faisant un parallèle entre le Bien, représenté par l’Eglise, et le Mal, représenté par ses ennemis, il constate que ceux-ci empruntent à celle-là ses signes extérieurs, et en premier lieu le culte des saints :

Les sectaires, les indifférents, les libres penseurs ont donc leurs saints, qu’ils appellent des grands hommes, et qu’ils exposent à la vénération publique dans les rues et dans les carrefours [...] point de bourgade qui ne possède son grand homme, du moins en buste », mais « ni livre, ni marbre, ni bruit, rien n’est capable, même ici-bas, d’assurer à l’homme ce peu de rayon qui est la gloire humaine, lorsque cette gloire n’est pas elle-même un reflet de la gloire de Dieu [...] Qu’importe au peuple que ce personnage ait inventé une mécanique, écrit un livre, gagné une bataille ?

14Au début de Jean qui grogne et Jean qui rit M. Abel, « le voleur », « l’étranger », justifie son voyage en Bretagne par son désir de voir l’église de Sainte-Anne qui va être transformée : « Je veux voir le vieux sanctuaire avant qu’on le détruise. » Mais il étonne beaucoup Jean en avouant qu’il ne connaît pas non plus la fontaine miraculeuse de Mme Sainte Anne. M. Abel pourrait ajouter aujourd’hui un autre but à son excursion, en allant voir cette tombe qui montre comment une certaine forme de paganisme s’empare d’une figure prétendument réservée au cléricalisme le plus intransigeant. En dépit de Veuillot, la comtesse de Ségur est d’emblée située dans le domaine public comme Balzac, comme Hugo.

  • 16 La Comtesse de Ségur, l’idéale grand-mère, p. 232.
  • 17 Discours officiel de Jules Lemaitre, cité par le chanoine Cordonnier, p. 235.

15Même, il existe à Paris un autre lieu où lui rendre hommage. En 1936, Jérôme Doucet dédicace son livre Mademoiselle Graindsel, paru dans la « Bibliothèque Rose », à Madeleine de Genestoux, qu’il a rencontrée sous une des statues du Jardin du Luxembourg, précisément celle de la Comtesse de Ségur, dont elle est « la vivante résurrection littéraire ». Le chanoine Cordonnier a rassemblé de précieuses indications sur ce monument dû à Jean Boucher qui, par une ironie de l’histoire, avait précédemment obtenu une médaille d’or du Salon pour un autre monument, celui de Victor Hugo. L’inauguration du 19 juin 1910 a donné l’occasion de propos sur l’humilité, la simplicité, la modestie du buste, mais aussi sur la grandeur des familles et des académiciens présents, comme Marcel Prévost, Paul Hervieu, Maurice Donnay, René Bazin, Jules Clarétie, Henri de Régnier. Créatrice d’un genre nouveau, « le roman pour enfants », selon la formule d’Albert Vandal en 1908, lors de l’élection de Pierre de Ségur à l’Académie16, la comtesse est en quelque sorte admise à son tour par l’illustre « Compagnie », par ces hommes de lettres qui l’ont lue dans l’édition originale17 et dont elle a sans doute contribué à modeler la vision du monde. Sous cet aspect aussi, elle devient une « immortelle ». Et c’est bien à un pèlerinage qu’invitait Marcel Prévost dans Le Figaro du 4 mai 1910 : « Nous irons donc en pèlerinage vers la colonne fleurie, vers le buste de la bonne dame des Nouettes. Ce sera un pèlerinage vers le passé, le plus émouvant des pèlerinages. »

16A certains égards, c’est même toute la « Bibliothèque Rose » qui est un véritable tombeau de Ségur. D’abord par la présence de ses descendants, mais aussi par une imitation diffuse, renvoyant toujours au modèle et à ses personnages. En 1897, paraîtront Les Grandeurs de Sophie, de Mme de Lajolais, nom qui est le pseudonyme de François Deschamps. Grâce à la comtesse, les femmes auteurs n’ont plus à se faire passer pour des hommes. Mieux, ce sont les hommes qui prennent un nom féminin !

Notes

1 Jules Vallès, « Les Victimes du livre », Le Figaro, 9 octobre 1862, repris dans Les Réfractaires, Les Editeurs Français Réunis, 1973, p. 171. En fait, c’est plutôt à la Mère, figure à la fois prééminente et avilie, qu’il s’en prendra, dans Jacques Vingtras (qui va devenir L’Enfant).

2 L’Enfance des saints et des autres, p. 109.

3 On a pu entendre ce témoignage lors d’une émission radiophonique consacrée à la comtesse, sur « France-Culture », le jeudi 1er octobre 1987.

4 Comtesse Jean de Pange, « Deux mondes, Alice et Sophie », La Revue littéraire, histoire, arts et sciences, des Deux mondes, 15 juillet 1949.

5 Comtesse d’Armaillé, née Ségur, Quand on savait vivre heureux (1830-1860), souvenirs de jeunesse publiés par la comtesse Jean de Pange, Librairie Plon, 1934.

6 « Deux mondes, Alice et Sophie », p. 314-315.

7 Quand on savait vivre heureux, Introduction, p. VII.

8 Voir aussi, dans Lisez-moi Historia de décembre 1947, « La Comtesse de Ségur racontée par sa petite-fille ». Arlette de Pitray a écrit des nouvelles et une Histoire sainte avec son père Paul de Pitray.

9 Le Petit-fils de Cadichon, p. 7 et 8. Paul de Pitray fait ici allusion aux adaptations pour la scène qu’il a faites des différents romans de sa grand-mère, et parues dans le « Théâtre rose ».

10 Claude Lévi-Strauss, Mythologiques III, L ’Origine des manières de table, Plon, 1968. Alfred Adler, qui note cette référence, écrit : « Es hat also den Anschein, als ob ein die Schiksale aller Sophien emstlich bedrohendes Bündnis bestehe zwischen Rousseau, Mme de Ségur und Lévi-Strauss » (« C’est comme si l’un des destins de toutes les Sophies procédait d’une alliance particulièrement menaçante entre Rousseau, Mme de Ségur et Lévi-Strauss »), Alfred Adler, Möblierte Erziehung (Studien zu pädagogischen Trivialliteratur des 19 Jahrhunderts), chapitre 4 : « Die Malheur der Sophie, Maman und das Wörterbuch, Kommentar zu drei Romanen der Comtesse de Ségur », p. 115.

11 paul : Je crois que cela veut dire que maman et ma tante veulent aller en Amérique. sophie : Mais ce n’est pas du tout terrible ; au contraire, ce sera très amusant. Nous verrons des tortues en Amérique.

paul : Et des oiseaux superbes ; des corbeaux rouges, oranges, bleus, violets, roses, et pas comme nos affreux corbeaux noirs.

sophie : Et des perroquets, et des oiseaux-mouches. Maman m’a dit qu’il y en avait beaucoup en Amérique. paul : Et puis des sauvages, noirs, jaunes, rouges.

sophie : Oh, pour les sauvages, j’en aurais peur ; ils nous mangeraient peut-être.

12 Arnold Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, I, I. « Introduction générale et première partie : du berceau à la tombe. Naissance. Baptême. Enfance. Adolescence. Fiançailles », Paris, Auguste Picard, 1943, p. 243.

13 Manuel de folklore français contemporain, p. 243.

14 De quelques erreurs sur la papauté, « Introduction », p. I à XI.

15 Id., p. V.

16 La Comtesse de Ségur, l’idéale grand-mère, p. 232.

17 Discours officiel de Jules Lemaitre, cité par le chanoine Cordonnier, p. 235.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search