Version classiqueVersion mobile

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

 | 
Francis Marcoin

Première Partie. Enfance

Chapitre 2

« Ce pays où nul ne retourne »

Texte intégral

  • 1 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle, I, 8.

La comtesse de Ségur entreprend d’écrire dans un second Empire qui se voudrait la répétition d’une époque, la plus glorieuse, et qui n’a fait que « dépolitiquer » ses artistes, pour reprendre le terme de Baudelaire. C’est une Histoire déchue, qu’ont voulu voir des générations d’écrivains, depuis le renversement de Napoléon et la fin de l’épopée, avec Alfred de Musset, évoquant furtivement « le nid mystérieux des familles » dans La Confession d’un enfant du siècle : « Alors je rentrais dans la ville ; je me perdais dans les rues obscures ; je regardais les lumières de toutes ces croisées, tous ces nids mystérieux des familles... »1 Vers 1830, au moment où l’édition entreprend de créer véritablement une littérature enfantine, l’Histoire, marquée symboliquement par la mort du Père en la personne du roi Louis XVI d’abord emprisonné puis guillotiné, ensuite par la fin de l’Empire et par l’échec d’un Charles X qui voulait restaurer l’image divine du roi de France, est malgré tout loin de s’être arrêtée en ce siècle de rebondissements. Mais tout se passe, pour de nombreux auteurs, comme si elle désertait la scène, laissant la place libre aux historiettes et à l’enfance.

1D’une part si l’on suit le Lukacs du Roman historique, l’homme depuis la Révolution française, les guerres révolutionnaires et l’élévation puis la chute de Napoléon qui ont fait de l’Histoire « une expérience de masse », ne peut plus ignorer que sa destiné individuelle s’inscrit dans un horizon historique, d’autre part cet homme peut se faire tout petit et s’enfermer. Disons plus, il traite son siècle comme un enfant. « Ce siècle avait deux ans », écrit Victor Hugo, voulant à tout prix retracer une destinée au plus près de son époque. L’enfance, loin d’être circonscrite dans les frontières du traité d’éducation, devient donc l’entrée obligée des discours sur l’homme, son monde et sa littérature. Au XIXème siècle, l’enfant est l’enjeu, comme le montrera la psychanalyse, mettant un terme à toute possibilité de débat : quoi qu’on dise, on traitera de l’enfant.

  • 2 Mme de Stolz, Par-dessus la haie, Hachette, 2ème éd., 1874.
  • 3 François Mauriac, L ’Education des filles, conférence du 6 fév. 1931 reprise dans Le Roman (...)

2« Ce pays où nul ne retourne et qu’on appelle l’enfance », écrira Mme de Stolz2, un auteur qui publie à la fois dans la « Bibliothèque Rose » et dans les collections édifiantes pour jeunes filles, chez le libraire catholique Périsse frères. Formule qui annonce le titre d’André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais. Car l’enfance est un monde, un continent à découvrir. C’est aussi une langue, « il faut savoir parler enfant », disait la comtesse de Ségur. C’est en même temps un pays que l’on ne quitte pas, comme le montrera François Mauriac, ancien lecteur de la comtesse, de Zénaïde Fleuriot et de l’Œuvre des Bons Livres, mais aussi auteur d’une Education des filles3.

  • 4 Voir la préface qu’il rédige en 1973 pour la réédition en « Points-Seuil » de ce livre d’a (...)

3Le père lui-même peut s’immiscer dans le réalisme du décor intime et des choses usuelles, dans le prosaïsme d’un monde jusqu’ici réservé aux femmes. Il participe à cette prose de l’enfant, il découvre ce nouveau monde abordé par Berquin. Il ne l’invente pas. On sait que l’idée d’une telle découverte vient des travaux de Philippe Ariès, bien que celui-ci, depuis la publication de L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, ait pris le soin de nuancer son propos initial dans de nombreux entretiens4. Surtout, il met en relation la reconnaissance d’une spécificité de l’enfant et le repli dans la maison : « C’est à la fin du XVIIème siècle et au XVIIIème que j’ai situé en partant de sources surtout françaises, la retraite de la famille loin de la rue, de la place, de la vie collective, et son repli à l’intérieur d’une maison mieux défendue contre les intrus, mieux préparée pour l’intimité. »

  • 5 Ce discours, paru en 1846 sous le titre Eugène de Costa, lettre inédite du comte Joseph de (...)

4L’idée d’enfance, toujours mouvante, tend alternativement à s’effacer et à se réactiver, elle ne procède pas d’une invention, et dans les missels du Moyen-Age on trouve déjà des pages visiblement réservées à de jeunes lecteurs. Il faudrait plutôt dire que l’enfance est toujours à redécouvrir, au travers de nouvelles définitions. D’où, chez Berquin, cette joie de la péroraison, cette jubilation difficile à apprécier aujourd’hui, mais qui tient à la fois d’une mode et d’une esthétique. L’intérêt accordé aux soins nécessaires de l’enfant, à ce qu’il annonce de meilleur ou de moins bon dans l’homme, déborde le champ de la pédagogie : on essaie de décrire l’enfant, de le connaître pour mieux former l’homme, mais on forge en même temps un objet, un état spécifique devant lequel on s’émerveille. Et cette émotion bourgeoise contamine d’autres milieux, jusque chez un Joseph de Maistre, fortement inspiré par la précocité d’un enfant dans son Discours à Madame la Marquise de Costa sur la vie et la mort de son fils : « Je n’ai point oublié la joie de votre époux, un jour qu’Eugène, dans sa plus tendre enfance, se servit d’une de ces expressions qui lui parut d’un heureux augure. » Et de raconter la scène, qui se passe près d’une mare, bien connue de l’enfant mais desséchée ce jour-là. « Son père, à qui rien n’échappait, saisit le sentiment de son fils et veut le mettre à profit : que penses-tu, lui dit-il, que soit devenue cette eau ? L’enfant réfléchit un instant, puis montrant tout à coup sur son visage la joie d’une découverte, Je crois, dit-il, que le soleil l’a bue. » Une autre fois, soufflant le feu de toutes ses forces, il déclare : « je travaille pour faire revenir mon nègre. » Il donnait ce nom à son ombre : « C’est peut-être l’expression la plus originale et la plus étonnante qui ait jamais été rencontrée par un enfant au-dessus de cinq ans5. » Entendant d’ordinaire s’opposer aux philosophes, Joseph de Maistre rejoint ici le jardinier d’enfants de l’Emile, et déclare : « J’ai souvent observé que les jeux mêmes de la première enfance étaient pleins d’invention et d’originalité. »

  • 6 Jean-Claude Chamboredon, « Une sociologie de la petite enfance », dans Espaces Temps, p. 8 (...)

5La reconnaissance des comportements enfantins comme activités d’acquisition, d’apprentissage et de création, donne l’intuition d’une culture enfantine, qui suppose la définition de l’enfant « comme créateur artistique et comme apprenti intellectuel », ainsi que l’écrit Jean-Claude Chamboredon. Elle conduit à « requalifier » les attributions de la mère, devenues un vrai « travail », « non plus gardiennage et surveillance, mais apprentissage, à la limite psychologie appliquée ». Quant à l’activité autrefois « insignifiante » de l’enfant, elle se présente comme une invention, une construction, dont l’environnement culturel d’aujourd’hui permet de prendre conscience avec plus de netteté : « Picasso, la théorie des ensembles, la linguistique, la poésie moderne... sont des conditions de cette reconnaissance pleine de l’enfant comme créateur parce qu’ils donnent des modèles de perception des productions enfantines comme inventions artistiques ou logiques6. »

  • 7 L’Enfant dans la littérature française, (des origines à 1870), p. 208-209.
  • 8 Comtesse Jean de Pange, Deux mondes : Alice et Sophie, p. 314.
  • 9 Pierre Gripari, dans CNAC Magazine, 15 juillet-15 septembre 1986, n° 34, dossier « Une lit (...)

6Marie-Thérèse Latzarus, jouant sur le nom de Sophie, parlait déjà de ses « sophismes », et Jean Calvet de « Sophie la logicienne », qui se dit un jour : « Puisque les cheveux deviennent plus épais quand on les coupe, les sourcils qui sont de petits cheveux doivent faire de même. » Et avec cette application, qu’elle aurait été capable d’ailleurs d’apporter à une bonne action, elle se coupe les sourcils aussi près que possible de leur racine. C’est cette même Sophie dont la logique était décidément dangereuse, qui met tranquillement sa tête sous la gouttière un jour d’orage...7 Comme « logicienne », Sophie peut être rapprochée d’Alice, l’autre petite fille célèbre de la littérature, et la comtesse de Pange note cette « étrange coïncidence » qui fait apparaître dans les mêmes années 1860 deux petites filles du même âge et de la même taille8. Mais c’est pour mieux faire ressortir les propos dissemblables qui nous les font connaître. Louis-Charles Dogson, imprégné du « cycle enchanté » des Nursery Rhymes, regrette son enfance, ses rêves, ses rhymes, ses jeux, et ne se plaît qu’avec les enfants. Il a beau avoir fait de solides études classiques, s’être distingué dans les sciences et avoir été ordonné diacre avant trente ans, il est resté un enfant, il ne tolère les petits garçons que jusqu’à cinq ou six ans, les petites filles jusqu’à dix ou douze. « Ce que les enfants ne savent dire il le sait, car il a les mots, l’expérience, la culture qui manque aux enfants. Mais il a aussi ce qui manque aux adultes, il revit une enfance, il est un être double, ni ange, ni bête, un monstrueux génie. » Quelquefois, la comtesse semble attirée par ce modèle d’enfant riche élevé en « nursery », soustrait au monde ordinaire de la famille, une sorte de « ghetto de l’enfance » qui crée un univers spécifique et qui conduit sans doute à une littérature de « non-sense », où règnent les fantasmes d’enfants seuls et le monde de la nursery...9 Mais les petites filles modèles apprécient trop le mouvement pour se complaire dans une solitude qu’elles ressentiraient vite comme une forme de pénitence.

  • 10 Colette, La Maison de Claudine (première édition en 1922).

7A la différence de la comtesse de Ségur, qui remplit en quelque sorte son œuvre d’une revanche contre sa propre enfance, Lewis Carroll resté enfant exprime son inconsolable regret d’être sorti de la puérilité. Chez la comtesse, l’enfance est rarement un passé, car l’enfant a le regard tourné vers le futur. « Voir et penser comme un enfant tout en écrivant comme un adulte », ainsi Mme de Pange définit-elle l’écriture ségurienne. Alice est inintelligible pour ceux qui ignorent la mythologie et la nursery anglaises, mais reprend cette mythologie en la détournant, en l’investissant de sens nouveaux, ou d’un « non-sense », de la même façon que les surréalistes français détourneront la comptine pour en faire une expression de la « vraie poésie ». Pour la comtesse, l’enfance n’est ni secrète ni mystérieuse. Elle est, tout simplement, dans une évidence au contraire perdue pour le « récit d’enfance », qui s’adresse, lui, à un public adulte. L’adulte, tenté de pénétrer dans la chambre des enfants, que la comtesse nous montre toujours du point de vue des petits, et sans qu’il y ait effraction ou voyeurisme. Au contraire, dans le récit d’enfance, l’adulte est au seuil d’un domaine qui n’est plus le sien, rêvant de forcer la tanière dans laquelle se complaît l’enfant, au propre comme au figuré, la retraite la plus impénétrable étant encore celle de la pensée, comme chez Colette. Et c’est la question : « A quoi penses-tu, Bel Gazou ? », et la même réponse, dans Le Curé sur le mur comme dans La Couseuse : « A rien, maman10. »

  • 11 La Chambre des enfants, 1960. Nous suivons la réédition de 1983 dans la collection « L’Ima (...)
  • 12 J.-B. Pontalis, « La Chambre des enfants », Nouvelle Revue de Psychanalyse n° 19, L’Enfant(...)

8La Chambre des enfants, tel sera le titre d’un récit de Louis-René des Forêts, où des enfants aux prénoms séguriens, Paul, Georges, Jacques, se livrent à un « colloque extravagant » sous l’oreille cachée de l’adulte dont « rien ne saurait donner une idée de la stupéfaction, de la honte qu’il éprouve à se tenir planté indiscrètement derrière la porte entrouverte de la chambre des enfants11. » Ce titre, J.-B. Pontalis le reprend dans l’article liminaire d’une revue consacrée à « L’Enfant », pour évoquer « l’admirable récit de Louis-René des Forêts » mais pour nous prévenir de ceci : « D’abord, à se maintenir aux aguets de ce qui se passe dans la chambre des enfants – qu’on reste planté à la porte ou qu’on y fasse intrusion – on risque fort de n’entendre que le bruit de son propre dialogue intérieur12. »

  • 13 J.-B. Pontalis, « La Chambre des enfants », p. 6.
  • 14 « Contre-expertise : les Grandes personnes et le petit prince ».

9C’est du côté de l’enfant que se passeraient les choses les plus intéressantes. Cette proposition, si fréquemment illustrée qu’elle soit, mérite cependant son correctif, parce qu’« on dirait que l’enfant a pour fonction de déconcerter tout savoir sur lui »13. Ainsi, en dépit de son intérêt pour le monde puéril, la comtesse de Ségur, s’adressant d’abord aux enfants, n’a pas à soutenir la cause des enfants ou à regretter l’état d’enfance, avec lequel elle semble pourtant avoir quelques comptes à régler. Dans un autre article, J.-B. Pontalis note que chez elle les âges, – « et tous les enfants en savent l’importance, qui mesurent les demis et les quarts » –, sont toujours indiqués et qu’ils sont peut-être « la seule différence qui compte du côté de Fleurville ». Qu’en même temps, les adultes sont toujours présents, « les grandes personnes font tourner le monde – leurs rites ont force de loi – mais elles le font tourner autour des petites ! [...] Nulle démagogie chez la comtesse : il n’est pas vrai que l’enfant soit libre, ou qu’il ait un univers à lui ou une imagination sans frein14. »

10L’enfance n’est donc ni une valeur ni une essence, mais une condition qu’il faut respecter, et le monde ségurien une utopie où la mère bénéficie déjà d’un « équipement » culturel et social qui lui permet de prendre en compte l’enfant, de lui donner du temps, de l’argent et de l’intelligence. Modèle archaïque à certains égards, puisque rebelle à l’école, et plus fondé sur l’éducation que sur le savoir, mais rejoignant des discours contemporains consacrant le primat des valeurs sur l’instruction.

  • 15 Pages choisies, p. 177.

11« Que les parents à qui la Providence a donné tout à la fois les vertus et les talents, la fortune et le loisir ; que ces parents, dis-je, conduisent comme vous leurs enfants aussi loin qu’ils le pourront ; mais pourvu qu’on possède le premier et le plus important de tous ces dons, qu’on ne se hâte pas au moins d’arracher les enfants de la maison paternelle, l’asile du bonheur et le berceau des vertus », s’écriait Joseph de Maistre en réponse à la question : « Mais puisqu’il faut être vous pour réussir, il faut absolument une éducation publique ? » Il venait en effet d’évoquer « ces soirées patriarcales, et cette table qu’entouraient un père et une mère adorés, des enfants tous occupés et joyeux, un ami heureux du bonheur de tous... »« Combien de réflexions, Madame, vous avez dû faire dans votre vie sur l’excellence de l’éducation domestique ! »15

12La vie domestique, voilà justement ce qui fait l’inspiration du roman au XIXème siècle. Balzac n’a cessé de traiter la question du mariage, de la vie conjugale, des finances de la famille. La colonisation du monde par l’enfant, l’exploration de la vie ordinaire, passent par le développement de ce genre prédateur qui incorpore et tue les autres genres, comme l’écrit Marthe Robert dans Roman des origines et origines du roman :

  • 16 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 11-12 et suivantes.

Né selon les uns avec l’inoubliable épopée de Don Quichotte, selon les autres avec le naufrage et l’île déserte de Robinson Crusoé, le roman moderne, malgré les nobles origines que lui reconnaît l’historien et dont parfois il se réclame lui-même, est en réalité un nouveau venu dans les Lettres, un roturier16.

  • 17 Roman des origines et origines du roman.
  • 18 Georges Lukacs, La Théorie du roman (Berlin, 1920), réédition Bibliothèque Médiations, Gon (...)

13Genre décrié s’il en est, mais s’excluant volontiers de l’art et de la morale, le roman va faire de grandes choses avec du petit et tuer les autres genres, notamment le plus grand, l’épopée. Abolition des règles classiques, « dilapidation du capital littéraire accumulé par les siècles », invasion de tous les secteurs de l’expérience humaine : « Semblable par bien des traits à la société impérialiste où il est né (son esprit d’aventure est toujours un peu celui de Robinson, lequel ne transforme pas par hasard son île déserte en colonie) il tend irrésistiblement à l’universel, à l’absolu, au tout des choses et de la pensée17. » Marthe Robert prolonge le propos tenu par Lukacs dans La Théorie du roman, pour qui « le roman est l’épopée d’un monde sans dieux »18, et notant qu’aux yeux des romantiques, « l’intériorité est même devenue plus ample et plus riche que la réalité, envers laquelle ne demeure plus qu’un assentiment ironique ». Ainsi le roman d’apprentissage de Goethe, Wilhelm Meister, apparaît-il à Novalis « prosaïque et antipoétique », opposé à « la transcendance réalisée dans le réel, le conte de fées comme fin et comme modèle de la poésie épique » :

  • 19 La Théorie du roman, p. 139-140.

Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister, écrit-il, sont d’une certaine manière, un livre tout à fait prosaïque et moderne. Le romantisme y est entièrement ruiné, ainsi que la poésie de la nature, le merveilleux. Il traite purement et simplement de choses habituelles, humaines ; il oublie tout à fait la nature et le mysticisme. C’est une histoire bourgeoise et domestique qu’on a poétisée. Le merveilleux y est expressément traité comme poésie et exaltation. L’athéisme artistique, voilà l’esprit du livre19.

14L’« athéisme artistique », telle est bien la formule qui semble définir la comtesse de Ségur, en dépit de sa foi. De la même façon qu’elle refuse la poésie, qu’elle s’éloigne du féerique, elle rabaisse la grande Histoire. La guerre, la chevalerie, si présentes dans les Bibliothèques religieuses de Marne, Ardant ou Mégard, sur le modèle de Chateaubriand ou de Walter Scott, sont reléguées en arrière-plan. L’événement capital qu’est l’incendie de Moscou lors de la campagne napoléonienne, se réduit à quelques souris blanchies, quand le « pauvre » Blaise reçoit une lettre de son ancien maître, Jacques de Berne, qui lui relate une « chose très drôle » qui s’est passée chez un de ses voisins : « sa maison a brûlé (ce n’est pas cela qui est drôle, comme tu penses) ; après l’incendie toutes les souris sont devenues blanches... » A son fils un peu sceptique, Anfry explique alors que c’est possible, « car j’ai entendu raconter bien des fois à ton grand-père, qui a été soldat sous l’empereur Napoléon 1er, que, lors, de l’incendie de Moscou, en 1812, quand on est rentré dans les maisons que le feu n’avait pas atteintes, toutes les souris qui couraient au travers étaient blanches comme les lapins blancs. »

15La fuite de Charles X après son renversement, est évoquée avec autant de désinvolture dans Quel amour d’enfant ! Tous les biographes de la comtesse évoquent ce grand souvenir des enfants Ségur, le roi déchu passant en 1830 devant la grille du château des Nouettes, cette irruption de l’Histoire dans l’enfance et dans la vie quotidienne. Mais Giselle, qui ne se laisse guère impressionner, feint de confondre ce roi avec un autre Charles, pour ne retenir qu’une scène privée de sens :

mademoiselle tomme, très mortifiée : Je ne sais pas ce qui prend à Melle Giselle ; elle savait tout cela sur le bout des doigts jusqu’à Charles X.
giselle : Ah oui ! Je sais très bien ! Le Charles qui a passé devant la barrière de grand-père quand il s’est en allé en Angleterre ; M. Tocambel y était, je crois. Et vous aussi, ma tante, n’est-ce pas ?

  • 20 Sabine de Ségur, en religion Sœur Jeanne-Françoise, par le comte Anatole de Ségur, Paris, (...)

16Dans le livre voué au souvenir de sa sœur Sabine, Anatole de Ségur évoquait le nombreux cortège du roi poursuivant lentement son voyage jusqu’à Cherbourg. Vivement frappé par ce dernier passage du roi de France et par son sourire, « dernier et triste rayon de ce noble soleil couchant », l’auteur voyait dans ce défilé à pas lents une « sorte de convoi funèbre de la plus ancienne des monarchies », empreint à la fois de tristesse et de majesté20.

17Rien ne reste de ce « départ de roi » chez la comtesse. A côté des romans qui exaltent l’événement, cultivent l’exotisme ou cèdent à l’appel du grand large, il en sera d’autres qui, pour mieux s’approprier le monde, le réduiront à sa dimension microscopique, retrouvant par là l’exemple de la guerre picrocholine chez Rabelais, guerre de géants mais dans espace borné, un canton, comme celui des Mésaventures de Jean-Paul Choppart, « cette Odyssée de quinze jours sur une surface de dix lieues carrées », ou des Mémoires d’un âne, « notre Iliade ». Mais la forme romanesque se développe dans une relative méconnaissance d’elle-même, le mot « roman » n’étant jamais utilisé par la comtesse, qui préfère parler de « nigauderies ». Même, faisant tout pour masquer et se masquer le véritable caractère de son œuvre, elle lui donne une apparence de théâtre, comédie ou vaudeville. En conformité avec son tempérament, la théâtralité de la vie coupe court à l’enflure romanesque, vient briser l’élan narratif. Et bien souvent, telle ou telle « scène » se déroule à la manière de Labiche, lui-même réputé pour sa crainte d’affronter les grands genres, et qui ne se jugeait pas « taillé grandement ».

18Une des pièces de Labiche, La Fille bien gardée, n’est-elle pas comme l’envers de Ségur, le moment où l’enfant, échappant à la surveillance des parents, s’encanaille avec des domestiques qui révèlent devant lui leurs goûts véritables ? Cet envers que commence de nous montrer Le Dîner de Justine, mais sans aller jusqu’au bout du propos et en s’enfermant dans une idéologie caricaturale, en sorte que le théâtre ségurien est moins théâtral que les romans, riches quant à eux d’une dimension comique et d’une attirance pour le « gag » qui les oppose à une théâtralité pompeuse et éloquente, celle des scènes édifiantes qui ont peuplé les recueils de morceaux choisis de la Monarchie de Juillet comme de la IIIème République.

19La comtesse de Ségur détruit les poses, parce qu’elle se situe dans la veine plus triviale du vaudeville, curieusement invoquée pour un de ses romans les plus pathétiques, La Sœur de Gribouille. L’importance d’une vocation théâtrale première caractérisait autant les carrières de Stendhal et de Balzac, qui choisirent de porter sur la scène romanesque des drames impossibles à monter sur les tréteaux. Mais chez Balzac, la société offre les mirages et les sortilèges des Mille et une nuits, toute femme peut se révéler une fée dès qu’elle n’est pas sorcière ; chez Stendhal lui-même, l’ironie va de pair avec des formes équivoques de romanesque, les Grands de ce monde, même dénoncés, conservent tout leur attrait. Tandis que chez la comtesse, ils sont vus dans des occupations journalières qui ne devraient plus faire rêver.

Notes

1 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle, I, 8.

2 Mme de Stolz, Par-dessus la haie, Hachette, 2ème éd., 1874.

3 François Mauriac, L ’Education des filles, conférence du 6 fév. 1931 reprise dans Le Romancier et ses personnages.

4 Voir la préface qu’il rédige en 1973 pour la réédition en « Points-Seuil » de ce livre d’abord paru en 1960 chez Plon.

5 Ce discours, paru en 1846 sous le titre Eugène de Costa, lettre inédite du comte Joseph de Maistre à Mme la Marquise de Costa (Sagnier et Bray), a été repris dans Pages choisies de Joseph de Maistre, A. Colin, 1901, (pages 175-176). L’exemple de J. de Maistre est intéressant pour ses affinités avec la famille Rostopchine évoquées par Daniel Schlafly, « De Joseph de Maistre à la Bibliothèque Rose, le catholicisme chez les Rostopcin ».

6 Jean-Claude Chamboredon, « Une sociologie de la petite enfance », dans Espaces Temps, p. 88.

7 L’Enfant dans la littérature française, (des origines à 1870), p. 208-209.

8 Comtesse Jean de Pange, Deux mondes : Alice et Sophie, p. 314.

9 Pierre Gripari, dans CNAC Magazine, 15 juillet-15 septembre 1986, n° 34, dossier « Une littérature pour les jeunes ».

10 Colette, La Maison de Claudine (première édition en 1922).

11 La Chambre des enfants, 1960. Nous suivons la réédition de 1983 dans la collection « L’Imaginaire », p. 65.

12 J.-B. Pontalis, « La Chambre des enfants », Nouvelle Revue de Psychanalyse n° 19, L’Enfant, printemps 1979, p. 9. Un récit de Colette Vivier, recueilli dans Les Martiens, porte ce titre : pendant l’occupation, un aviateur anglais est réfugié dans la chambre des enfants tandis que des soldats allemands fouillent la maison (Les Martiens, La Farandole, 1976).

13 J.-B. Pontalis, « La Chambre des enfants », p. 6.

14 « Contre-expertise : les Grandes personnes et le petit prince ».

15 Pages choisies, p. 177.

16 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 11-12 et suivantes.

17 Roman des origines et origines du roman.

18 Georges Lukacs, La Théorie du roman (Berlin, 1920), réédition Bibliothèque Médiations, Gonthier, 1963, p. 82-84.

19 La Théorie du roman, p. 139-140.

20 Sabine de Ségur, en religion Sœur Jeanne-Françoise, par le comte Anatole de Ségur, Paris, Librairie Saint-Joseph, Tolra et Haton, 1869, p. 5.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search