Version classiqueVersion mobile

Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au xviie siècle

 | 
Delphine Denis
, 
Anne-Élisabeth Spica

Lectures de Madeleine de Scudéry

La fortune de Madeleine de Scudéry en Allemagne

Volker Kapp

Texte intégral

  • 1 C. Wentzlaff-Eggebert, « Les Scudéry en Allemagne », p. 591.

L’œuvre de Madeleine de Scudéry a eu un grand succès dans les pays de langue allemande. Le retentissement de ses publications fut tel que Christian Wentzlaff-Eggebert, qui parla, au colloque du Havre, de la fortune des Scudéry en Allemagne, s’excuse du « sujet bien trop vaste pour être traité dans le cadre d’une communication de colloque »1. Ses livres attirent très tôt l’attention des lecteurs d’Outre-Rhin ; sa personne même est une attraction pour les voyageurs séjournant à Paris bien qu’elle passe pour tout autre qu’une beauté. Cette donnée historique mérite notre attention.

  • 2 J.-M. Valentin. « Die literarischen Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich im 17. (...)
  • 3 Cf. R. Krebs, « Gottsched, traducteur et commentateur de Fontenelle ».
  • 4 Cf. A.-M. Lecoq, La Querelle des Anciens et des Modernes, p. 311 ; P.K. Kapitza, Ein bürge (...)
  • 5 J.C. Gottsched, « Notes à la traduction allemande de la Digression sur les Anciens et les (...)

1Selon Jean-Marie Valentin, « ce n’était pas tant la littérature de “l’âge classique” que celle de “l’âge baroque” » qui fut diffusée dans l’Allemagne du XVIIe siècle2. Faut-il en conclure que Madeleine de Scudéry profite en tant que romancière « baroque » d’un prétendu retard culturel allemand ? Certainement pas, car elle reste présente dans la vie littéraire et culturelle de l’Allemagne lorsque les grands auteurs de « l’âge classique » attirent l’admiration des Allemands. Elle représente pour ces lecteurs une des vedettes de la littérature du siècle de Louis XIV. Johann Christoph Gottsched traduit en 1727 la Digression sur les anciens et les modernes de Fontenelle3, qui n’hésite pas à nommer Artamène ou le Grand Cyrus parmi les ouvrages qui dépassent la littérature gréco-latine4. Il faut reconnaître que Gottsched ajoute une note où il vante « le beau dialogue sur les romans français qu’a écrit Boileau »5 parce que le traducteur ne partage pas les idées des Modernes. Néanmoins, l’optique de Fontenelle correspond à celle de Gottsched et de ses contemporains en Allemagne. Fontenelle encadre ce roman, dans son énumération, par L ’Astrée et La Princesse de Clèves, mais ce voisinage ne le déshonore pas ; il prouve tout au plus que l’évolution du goût littéraire en France n’est pas suivie par les Allemands.

  • 6 Amaranthes, Nutzbares, galantes und curiöses Frauenzimmer-LEXIKON, p. 1479.
  • 7 « Sind Weibes=Personen keine leblosen Machinen, oder nach den Regeln der Kunst gedrechselt (...)
  • 8 « [...] legte damit so besondere Ehre ein, daβi auch selbst die gelehrtesten und ansehnlic (...)
  • 9 Cf. B.L. Spahr, « Ar (t) amene : Anton Ulrich und Fräulein von Scudéry », p. 95.
  • 10 Cf. B.L. Spahr, « Madeleine de Scudéry and Sybilla Ursula, Herzogin von Braunschweig-Lüneb (...)

2Mademoiselle de Scudéry incarne pour les Allemands l’urbanité ; elle est recommandée comme institutrice des bonnes manières. La lecture de ses œuvres est vivement conseillée à ceux qui veulent se cultiver, surtout aux femmes. Le guide le plus important en matière de culture féminine, Nutzbares, galantes und curiöses Frauenzimmer-LEXIKON d’Amaranthes (1713), pseudonyme de Gottlieb Siegmund Corvinus (1677-1746), nomme Madeleine « eine vortrefflich gelehrte und galante Französin »6. Les deux qualités, de « savante » et de « galante », ne se contredisent pas puisque l’auteur de cette encyclopédie ne prône pas l’idéal ridiculisé par Les Femmes savantes de Molière ; il se révolte au contraire contre la pratique de négliger la formation intellectuelle des femmes et se propose de leur dispenser la connaissance des vérités nécessaires et utiles7. Amaranthes partage les convictions du monde littéraire et de la bonne société sur la romancière. Aussi le Grosses Vollständiges Universal-Lexikon de Johann Heinrich Zedler rapporte que ses ouvrages furent si prestigieux que les gens les plus érudits et les plus nobles en France et à l’étranger voulaient entrer en rapport amical avec elle8. Anton Ulrich von Braunschweig-Lüneburg lui rend visite en 16569. Sa sœur aînée, Sibylla Ursula, duchesse de Braunschweig-Lüneburg, et un savant, Leibniz, échangent des lettres avec elle10.

  • 11 S. Koloch, « Madeleine de Scudéry in Deutschland. Zur Genese eines literarischen Selbstbew (...)

3Sabine Koloch insiste sur l’importance et le caractère exceptionnel de cette correspondance entre la Française et cette femme de la noblesse protestante qui nourrit, elle aussi, des ambitions littéraires11. Cet échange de lettres ne dura que quatre ans (1656-1660) car il y eut, suivant Myriam Maître, un malentendu entre les deux épistolières :

  • 12 M. Maître, Les précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, p. 4 (...)

[...] la jeune princesse chercha auprès de la célèbre Française une reconnaissance de son talent que Mlle de Scudéry, fort soucieuse de son côté de ne point passer pour une femme savante et ignorante des bienséances, n’osa ou ne voulut lui accorder12.

  • 13 Ibid., p. 404.

4Pour évaluer la correspondance avec Leibniz, il faut se référer à une autre remarque de Myriam Maître concernant la gloire de la romancière : celle-ci est « universellement admirée », mais on exalte des « vertus qui n’ont rien de proprement littéraire : le mérite, la vertu, la bonté et la modestie surtout »13. Leibniz admire en revanche ses réussites littéraires en lui écrivant :

  • 14 G.W. Leibniz, Allgemeiner politischer und historischer Briefwechsel, p. 644.

Vous avés porté la gloire et la beauté des Romans aussi loin qu’il estoit possible ; de sorte qu’ils sont descendus depuis14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 644-645.

5Cette lettre de mars 1699 remercie Mademoiselle de Scudéry d’avoir envoyé la liste sollicitée de ses ouvrages, qui – écrit Leibniz – « ne sont pas le moindre ornement de nostre siecle et de vostre nation »15. L’épistolier indique lui-même les critères de son jugement littéraire ; ces romans « contiennent une Morale vive et animée » (ibid.) que Leibniz retrouve dans les Conversations sans mentionner que ces entretiens proviennent en grande partie des romans. Les romans et les anthologies de conversation relèvent, pour l’érudit allemand, de la philosophie morale puisque – poursuit-il – « cette importante science des mœurs a reçû par vostre moyen le plus grand lustre dont elle estoit capable »16. Leibniz demande alors les clefs des romans parce qu’il pense augmenter le profit de la lecture s’il peut identifier les personnages portraiturés. Est-ce qu’il range Madeleine parmi les moralistes ? Il serait téméraire de le dénier, mais il faut reconnaître également que le philosophe pense autant à l’instruction morale ou même moralisatrice. Les romans et les entretiens de l’auteur français répondent parfaitement à une vision de la littérature dans les pays de langue allemande que Gottlieb Stolle exprime en 1718 dans son introduction à l’histoire de la critique.

  • 17 G. Stolle, Anleitung zur Historié der Gelahrtheit : denen zum besten, so den Freyen-Künste (...)
  • 18 « Zur ungebundnen heroischen Poesie rangiret man die Romane » (ibid., p. 244).
  • 19 « Gewiβ ist, daβ die meisten nichts taugen. Die besten sind la Clelie [...] » (ibid., p. 2 (...)

6Stolle traite des Conversations dans le chapitre sur l’éloquence où il cite, entre autres, les Nouveaux dialogues des morts de Fontenelle et les Caractères naturels des hommes de Bordelon17. Dans le chapitre sur la poésie, les romans sont abordés en tant que « poésie héroïque en prose »18. Selon les uns, il faut les condamner comme « dangereux » ; selon les autres, il faut distinguer les bons des mauvais et Clélie fait partie des meilleurs ; toutefois, d’après Stolle, « la plupart ne valent rien »19. Cette opinion correspond certainement à l’opinion commune des spécialistes d’historia literaria de ce temps.

  • 20 Cf. R. Jürgensen. Die deutschen Übersetzungen der Astrée des Honoré d’Urfé, p. 124-148.
  • 21 Ibid., p. 357.
  • 22 Ibid., p. 173, note 147.
  • 23 C. Thomasius, Freimiitige, lustige und ernsthafte, jedoch vernunftmässige Gedanken oder Mo (...)

7Le spécialiste de littérature française du classicisme risque de méconnaître l’impact de notre auteur s’il la juge dans la perspective française. Le succès de Madeleine de Scudéry favorise – et confirme en même temps – le prestige du siècle de Louis XIV dans les pays de langue allemande. Dans la perspective allemande, les divergences entre les périodes de la littérature française du XVIIe siècle et les rivalités entre différents auteurs perdent leur importance. Au niveau des traductions allemandes, la distance semble plus grande entre L ’Astrée et la Clélie qu’entre la Clélie et La Princesse de Clèves. La traduction de L’Astrée est, en 1619, encore pénétrée des idéaux de l’humanisme de Bâle et de Strasbourg20. Cette première traduction fut interrompue par la guerre de Trente ans21, la deuxième, publiée à Halle et à Leipzig (1624-1632), en revanche put aboutir. Les deux traductions n’entrent pourtant pas dans les discussions allemandes sur la poétique du roman22. Les traductions des romans de Scudéry suscitent par contre plus d’attention chez les législateurs du Parnasse allemand. Elles restent encore au centre de l’intérêt lorsque les Français commencent à préférer le type de roman bref, imposé par Madame de La Fayette. Aussi les Allemands sympathisent-ils avec les adversaires de Madame de La Fayette. La polémique autour de La Princesse de Clèves trouve son écho dans la revue Monatsgespräche de Christian Thomasius, philosophe qui s’engage pour propager les idées chères au siècle des Lumières ; grand admirateur de Madeleine de Scudéry, il la préfère nettement à Madame de La Fayette23. Thomasius est pourtant un des premiers à réagir contre la prédominance de la langue et de la littérature française dans l’Allemagne de l’époque. Sa méfiance à l’égard de la civilisation de cour française explique autant sa critique de La Princesse de Clèves que son admiration pour Madeleine de Scudéry. La gloire de cette femme de lettres dure donc en Allemagne plus longtemps qu’en France.

  • 24 R. Jürgensen, op. cit., p. 356.

8À l’époque de la publication des grands romans de Madeleine de Scudéry, le français n’est pas encore la langue dominante dans les petites cours d’Allemagne et la bourgeoisie cultivée a besoin de traductions pour lire la littérature française. La répercussion des traductions de Scudéry doit être jugée à l’intérieur du mouvement de réforme de la littérature allemande. Elles arrivent à ce moment-même, tandis que la première traduction de L ’Astrée paraît avant cette réforme qui n’affecte que la partie finale de la deuxième traduction de ce roman24.

  • 25 Cf. R. Zuber, Les « belles infidèles » et la formation du goût classique.

9La fortune de L ’Astrée est entravée par les vicissitudes de la guerre de Trente ans tandis que celle des romans de Madeleine de Scudéry est favorisée par la reprise de la vie littéraire allemande. Ainsi que celles de l’Italie et de l’Espagne, la littérature française sert de modèle à la production d’ouvrages littéraires allemands. Dans ce contexte, le travail des traducteurs assume une fonction analogue à celle de Perrot d’Ablancourt pour la formation de la prose française25 : c’est un enrichissement de la langue littéraire autant qu’une contribution à la poétique du genre romanesque. Les traducteurs de Madeleine de Scudéry sont des auteurs de grande renommée ou des littérateurs attachés aux grandes académies littéraires de l’époque. Ils sont issus surtout de l’Allemagne protestante tandis que l’Allemagne catholique reste passive. Les versions des romans sont dues surtout à des hommes, celles des Conversations en revanche à des femmes.

  • 26 Cf. H. Will. « Zesen-Scudéry. Eine Parallele », 12-17.
  • 27 R. Ebert, citée par S. Koloch. art. cit., p. 219, note 21.
  • 28 Une première version de ce roman est due à sa sœur Sibylla Ursula, cf. l’article cité de B (...)
  • 29 Ibid., p. 226.
  • 30 S. Koloch. art. cit., p. 226, note 43.

10L’histoire des traductions de l’œuvre de Madeleine de Scudéry est bien connue depuis que Sabine Koloch a résumé et complété ces recherches dans l’article déjà cité. Aussi nous contenterons-nous de rappeler brièvement les données essentielles. En 1645 paraît la traduction d’Ibrahim, due à Philipp von Zesen : ce n’est donc que quatre ans après l’édition originale que la première traduction de ce roman sort en Allemagne. Madeleine de Scudéry influence, par ce biais, la production romanesque allemande. Zesen s’en inspire dans son propre roman Adriatische Rosemund (1645) en ce qui concerne les thèmes et le style des descriptions26 ; Adolph von Haugwitz se réfère à la traduction de Zesen dans son roman Soliman (1684)27. Clélie est traduite par Sibylla Ursula von Braunschweig-Lüneburg, mais cette première traduction, incomplète, ne fut pas imprimée. Clélie marque cependant le roman Die durchleuchtigste Syrerinn Aramena (1669-1673), commencé par Sibylla Ursula et publié sous le nom de son frère, Anton Ulrich von Braunschweig-Lüneburg28. La deuxième traduction, complète cette fois-ci, de ce roman est réalisée par Johann Wilhelm von Stubenberg (Nümberg 1664). Le troisième des grands romans, Artamène ou le Grand Cyrus doit sa version allemande (1690-1699) à Pernauer von Perney, un Autrichien exilé en Allemagne et, d’après Koloch29, un des premiers traducteurs allemands de Boileau. Parmi les nouvelles, Célinte sort en 1668 à Francfort ; cette traduction écarte la Conversation sur la curiosité30, texte qui sert de prologue à la version française. Cette omission est en contradiction avec le succès fulgurant des anthologies tardives de la romancière.

  • 31 Ibid., p. 230.
  • 32 C. Schmölders (éd.), Die Kunst des Gesprächs. Texte zur Geschichte der europäischen Konver (...)

11Les Conversations sur divers sujets doivent à Barbara Helena Kopsch leur édition en langue allemande (Nürnberg 1685). Kopsch enrichit sa traduction d’un frontispice et de 16 illustrations traitant les thèmes principaux des conversations. Une autre femme, Christiane Mariane von Ziegler, traduit de nouveau et publie en 1735 à Leipzig les Conversations. Cette deuxième version, selon Koloch de loin supérieure à la première, semble pourtant être indépendante de la précédente. Un extrait des Conversations nouvelles sur divers sujets sort en 1715 dans les Summarische Nachrichten (3. Stück, pp. 649-670) de Christian Thomasius dont la fille Sophia Elisabetha est, d’après Koloch31, la traductrice. Claudia Schmölders traduit en 1976 un extrait de l’entretien De la conversation dans son anthologie sur l’art de la conversation32.

12Le dernier texte à mentionner sont Les Femmes illustres, dont la traduction allemande est due à Paris von dem Werder. Ces « harangues héroïques » sont attribuées à Georges dans les deux éditions de 1654 et de 1659 de même que les romans dont la traduction paraît sous le nom de Georges de Scudéry. Zesen était encore convaincu qu’Ibrahim était son œuvre. Les Conversations sont publiées, en revanche, sous le nom de Madeleine. Cette pratique reflète celle des éditions françaises, mais elle ne signifie nullement que Madeleine reste pour les Allemands dans l’ombre de son frère. Tout au contraire, sa renommée dépasse largement celle de Georges. Le titre de la traduction des Conversations par Helena Kopsch fait programme : Kluge Unterredungen der in Frankreich berühmten Mademoiselle de Scudery, worinnen uber unterschiedliche Sachen sehr nachdenkliche Gedanken und lehrrichtige Gespräche enthalten. En 1685, la célébrité de Mademoiselle de Scudéry est confirmée et ses entretiens passent pour suggestifs et instructifs.

  • 33 « Ich habe solche [=die Clelia des Herrn Scudery] gewiβlich aus blosser Unachtsamkeit ausg (...)
  • 34 « [...] ein Französischer Comicus » (J.H. Zedler, op. cit., col. 755).
  • 35 « [...] le grand Cyrus [...] welchen nicht ihr Bruder, wie dabei vorgegeben worden, sonder (...)

13Le monde littéraire allemand des XVIIe et XVIIIe siècles sait bien distinguer les mérites de Madeleine de celles de son frère Georges. En 1688, Christian Thomasius mentionne que les romans furent publiés sous le nom de Georges et il attribue cette pratique à la modestie de Madeleine33. En 1743, l’Encyclopédie de Johann Friedrich Zedler présente Georges comme un « auteur dramatique »34, Madeleine en revanche comme l’auteur des grands romans publiés sous le nom de son frère35.

14Malgré la différence du public envisagé, les informations dans l’encyclopédie pour les femmes ne se distinguent donc pas de celles de l’encyclopédie universelle. L’article de l’Encyclopédie de Zedler contient pratiquement les mêmes jugements que celui de Nutzbares, galantes und curiöses Frauenzimmer-Lexikon, déjà mentionné, compilé par Amaranthes. Les deux textes ressortent d’une même tradition dont on peut reconstituer l’origine à travers la bibliographie qu’ils contiennent. Cette bibliographie enregistre soigneusement les romans et surtout les Conversations de Madeleine dont elle recense scrupuleusement tous les titres. Cette partie de son œuvre est fort appréciée en Allemagne. Différentes publications confirment ce constat.

  • 36 Il perdra plus tard son poste en raison de délits sexuels et serait mort en 1709 à la pris (...)
  • 37 J. Pasch, Joh. A. Planer, Gynaeceum Doctum sive Dissertatio historico-literaria. Vom Geleh (...)
  • 38 « ein gemäβigter Frauenfreund » (ibid., p. 195).
  • 39 Ch. A. Heumann, Acta philosopharum, das ist, Nachricht von der Philosophie des Frauenzimme (...)
  • 40 « [...] die Königin unter den Philosophinnen » (ibid., p. 205).
  • 41 Thomasius, Monatsgespräche, vol. I, p. 48-49.

15Deux dissertations sur les femmes illustres permettent d’évaluer à quel degré l’historia literaria de l’époque estime ces volumes. Joh. Andreas Planer défend en 1686, à l’université de Wittenberg, sous la présidence de Johannes Pasch, une dissertation sur Gynœcum Doctum, qui porte, dans la deuxième édition de 1701, le sous-titre Dissertatio historico-literaria. Pasch, dont le nom figure seul sur la page de titre de la seconde édition, devient en 1687 professeur de philosophie à l’université de Rostock et en même temps pasteur36. Cette dissertation contient un inventaire alphabétique des femmes érudites où Mademoiselle de Scudéry est recommandée en tant qu’auteur « De conversatione, sur divers Sujets », livre « élégant » de philosophie morale37. Christoph August Heumann publie des Acta philosophorum. Das ist gründliche Nachrichten aus der Historia philosophica dont la cinquième pièce est intitulée Acta philosopharum, das ist, Nachricht von der Philosophie des Frauenzimmers (1721). Heumann, historien des sciences et de la littérature, fut professeur de théologie à l’université de Göttingen et, selon Elisabeth Gössmann, un « gynéphile » modéré38. Heumann cite la traduction latine du traité de Huet Sur l’origine du roman qui qualifie Madeleine de « eruditissimam juxta ac sapientissimam virginem »39, et la nomme lui-même « reine des femmes philosophes »40, titre que Heumann lui attribue d’après Thomasius. Thomasius ne la range pas seulement parmi les moralistes, mais il la met au même plan que Descartes en ce qui concerne l’analyse des passions et à Aristote et Sénèque quant à la philosophie morale. Cet éloge concerne surtout les Conversations, mais il vaut également pour Clélie, vantée par Thomasius dans ses Monatsgespräche41. Heumann mentionne de surcroît la correspondance de Madeleine avec Leibniz et la bibliographie de ses publications, diffusée par le philosophe. Cette métamorphose de la femme de lettres en philosophe permet de cerner la valeur attribuée aux entretiens – qu’ils fassent partie des romans ou des anthologies tardives – de la part des lecteurs allemands.

  • 42 « Von der Lehre des Wohlstandes » (G. Stolle, op. cit.).
  • 43 « Wie sie denn in moralischer Characterisirung der Personen, und unterschiedlicher Vorstel (...)

16L’historia literaria passe facilement des romans aux entretiens parce qu’elle range ces deux genres dans la rubrique de la morale. Dans le manuel déjà mentionné, Gottlieb Stolle revient aux Conversations de Mademoiselle de Scudéry quand il se penche sur la philosophie pratique. Après la morale en général et le droit naturel, il traite du bien-être42 et y allègue deux anthologies de Mademoiselle de Scudéry : la Morale du monde et les Conversations nouvelles sur divers sujets. Une note y ajoute ses « romans », qualifiés de « morales », et loue sa capacité magistrale de caractériser les personnes et les passions43, don qui relève de son génie littéraire aussi bien que de la profondeur de son analyse philosophique.

  • 44 T. Borgstedt, « ‘‘Tendresse’’ und Sittenlehre. Die Liebeskonzeption des Christian Thomasiu (...)

17Adoptant la perspective française, on pense immédiatement aux moralistes. Stolle n’y mentionne pourtant ni La Rochefoucauld ni La Bruyère, mais Morvan de Bellegarde, et surtout Christian Thomasius. Thomasius se réfère à elle dans son Einleitung zur Sittenlehre (1692) ; il transforme cependant – suivant la lecture de Thomas Borgstedt – les idées de la Française sur la galanterie en une doctrine du mariage bourgeois44. Il faudra entreprendre des recherches ultérieures sur la présence de notre auteur dans la philosophie morale du XVIIIe siècle parce que ce domaine peut réserver encore des surprises.

  • 45 « [...] Madeleine de Scudéry mit ihren auch heute noch häufig genannten, aber nicht mehr g (...)
  • 46 « So ist auch der Scudéry erster Roman, Ibrahim, vom ästhetischen Standpunkt aus betrachte (...)
  • 47 « Die Verehrer der Dichterin schreiben ihr gern eine besonders tiefe Kenntnis in der “Herz (...)
  • 48 « Den heutigen Leser verletzt aber nicht so sehr die Abweichung von der historischen Wahrh (...)

18Pour conclure, je voudrais évoquer rapidement l’état des recherches sur Mademoiselle de Scudéry dans les universités de langue allemande. Trois manuels permettent d’évaluer sa place dans le canon de la littérature classique au XIXe siècle. Ferdinand Lotheissen affirme en 1883 dans son Histoire de la littérature française du XVIIe siècle que ses romans étaient autrefois célèbres, qu’ils sont toujours nommés mais qu’on ne les lit plus45. Heinrich Koerting s’autorise en revanche de sa renommée pour la traiter plus brièvement que les autres romanciers ; il lui consacre toutefois presque 70 pages de son Histoire du roman français au XVIIe siècle publiée en 1885, réimprimée jusqu’en 1891 et rééditée par Slatkine en 1970. Ses analyses, qui renvoient souvent à la Bibliothèque universelle des romans, érigent le Grand Cyrus et Clélie en sources primordiales de l’histoire des mœurs au XVIIe siècle46. Si Koerting critique son « anatomie du cœur amoureux », il tient cependant ses romans pour le sommet du genre du roman héroïque47. En 1912, Wolfgang von Wurzbach condamne ses romans sans appel dans son Histoire du roman français. D’après Wurzbach, le lecteur est rebuté par sa transposition des époques anciennes dans le siècle classique et surtout par le bavardage affecté des salons que la romancière importe avec naïveté dans l’Antiquité et dans l’Orient48. Ce reproche se maintient assez longtemps dans la critique littéraire de langue allemande.

  • 49 M. Kruse, « Le banquet des sept Sages. Mlle de Scudéry, Plutarch und die “Questioni d’Amor (...)
  • 50 M. Kruse, « “La gloire du monde’’ und “La gloire de Dieu” im Werk von Mademoiselle de Scud (...)

19Un renouvellement des études est entrepris par Margot Kruse en 1960, qui rapproche le « Banquet des sept sages dans Artamène ou le Grand Cyrus du Banquet de Plutarque et des « Questioni d’Amore »49. Elle analyse dans un article postérieur les concepts de « gloire » et de « dissimulation » chez Mademoiselle de Scudéry50. Ces travaux ouvrent la voie à une nouvelle évaluation de son œuvre.

  • 51 R. Baader. Dames de lettres. Autorinnen des preziösen, hocharistokratischen und » modernen(...)
  • 52 R. Kroll. Femme poète. Madeleine de Scudéry und die « poésie précieuse ».
  • 53 C. Schamel, Vom Kampf der Geschlechter zur Utopie des Ausgleichs. Die Uberzeitlichkeit der (...)

20Depuis les années 80, Madeleine de Scudéry est devenue un sujet de recherches féministes. Renate Baader pratique cette méthode féministe dans son ouvrage Dames de lettres. Autorinnen des preziösen, hocharistokratischen und "modernen” Salons (1640-1698) : Mlle de Scudéry – Mlle de Montpensier – Mme d’Aulnoy51. D’après cette critique, les trois auteurs préludent au siècle des Lumières, thèse très contestée même parmi les critiques féministes récentes comme par exemple Renate Kroll qui publie en 1996 une étude sur Mademoiselle de Scudéry et la poésie précieuse52. Une annexe d’une centaine de pages y réunit la production lyrique de l’auteur, textes dispersés dans les recueils collectifs de l’époque. En 1999, l’étude de Christine Schamel sur la lutte des sexes réserve une place prépondérante à notre romancière53.

  • 54 G. Penzkofer, “L’art du mensonge”. Erzählen als barocke Lügenkunst in den Romanen von Made (...)
  • 55 Cf. « Scudérys Roman findet seinen literarhistorischen Platz am Ende der spezifisch “roman (...)

21La critique féministe présente Madeleine de Scudéry comme un personnage révolutionnaire tandis que Gerhard Penzkofer la classe parmi les romanciers baroques54. Penzkofer établit bien les rapports intertextuels de l’œuvre narrative de Mademoiselle de Scudéry avec Héliodore et d’Urfé, le roman pastoral et la tradition de l’amour courtois. Selon ce critique, son monde littéraire renvoie plutôt à une civilisation en voie de disparition55. Penzkofer prend souvent une position opposée à celle de la critique féministe.

22Ce n’est pas le moment de prendre parti dans cette discussion mais de terminer cet exposé. Ce dernier chapitre de la fortune de notre auteur prouve toutefois que la fortune de Mademoiselle de Scudéry se prolonge jusqu’à l’aube du XXIe siècle puisque son œuvre passionne toujours la critique de langue allemande.

Notes

1 C. Wentzlaff-Eggebert, « Les Scudéry en Allemagne », p. 591.

2 J.-M. Valentin. « Die literarischen Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich im 17. Jahrhundert. Bemerkungen zur Forschungsgeschichte und Entwurf eines Forschungsprogramms », p. 23.

3 Cf. R. Krebs, « Gottsched, traducteur et commentateur de Fontenelle ».

4 Cf. A.-M. Lecoq, La Querelle des Anciens et des Modernes, p. 311 ; P.K. Kapitza, Ein bürgerlicher Krieg in der gelehrten Welt. Zur Geschichte der Querelle des Anciens et des Modernes in Deutschland, p. 157.

5 J.C. Gottsched, « Notes à la traduction allemande de la Digression sur les Anciens et les Modernes de Fontenelle (1727) », dans A.-M. Lecoq, La Querelle des Anciens et des Modernes, p. 334.

6 Amaranthes, Nutzbares, galantes und curiöses Frauenzimmer-LEXIKON, p. 1479.

7 « Sind Weibes=Personen keine leblosen Machinen, oder nach den Regeln der Kunst gedrechselte und angeputzte Hauben=Stücke, sondern vernünfftig denkende Wesen, die der gütige Schöpffer mit der Beurtheilungs = Erfindungs = und Behaltungs = Krafft offt reichlicher versehen als die Manns=Personen ; so können und müssen sie auch eine gründliche und scharffsinnige Erkenntnis nöthiger und nützlicher Wahrheiten erlangen. » (Ibid., p. 3.)

8 « [...] legte damit so besondere Ehre ein, daβi auch selbst die gelehrtesten und ansehnlichsten Leute sowohl innerhalb als ausser dem Reich sich um ihre Freundschafft bewarben. » (J. H. Zedler, Grosses Vollständiges Universal-Lexikon, vol. 36. col. 56.)

9 Cf. B.L. Spahr, « Ar (t) amene : Anton Ulrich und Fräulein von Scudéry », p. 95.

10 Cf. B.L. Spahr, « Madeleine de Scudéry and Sybilla Ursula, Herzogin von Braunschweig-Lüneburg : The Correspondence of two Femmes Savantes », p. 343- 362 ; G. Utermöhlen, « Die gelehrte Frau im Spiegel der Leibniz-Korrespondenz », p. 610-612.

11 S. Koloch, « Madeleine de Scudéry in Deutschland. Zur Genese eines literarischen SelbstbewuBtseins bürgerlicher Autorinnen », p. 222.

12 M. Maître, Les précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, p. 486, note 265.

13 Ibid., p. 404.

14 G.W. Leibniz, Allgemeiner politischer und historischer Briefwechsel, p. 644.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 644-645.

17 G. Stolle, Anleitung zur Historié der Gelahrtheit : denen zum besten, so den Freyen-Künsten und der Philosophie obliegen, p. 151.

18 « Zur ungebundnen heroischen Poesie rangiret man die Romane » (ibid., p. 244).

19 « Gewiβ ist, daβ die meisten nichts taugen. Die besten sind la Clelie [...] » (ibid., p. 244).

20 Cf. R. Jürgensen. Die deutschen Übersetzungen der Astrée des Honoré d’Urfé, p. 124-148.

21 Ibid., p. 357.

22 Ibid., p. 173, note 147.

23 C. Thomasius, Freimiitige, lustige und ernsthafte, jedoch vernunftmässige Gedanken oder Monatsgespräche über allerhand, fürnehmlich aber neue Bücher, vol. III, p. 149-150. Cf. à ce propos notre article « Barbon et Tartuffe – Thomasius und die französische Literatur », à paraître dans les actes du colloque de Halle (1999).

24 R. Jürgensen, op. cit., p. 356.

25 Cf. R. Zuber, Les « belles infidèles » et la formation du goût classique.

26 Cf. H. Will. « Zesen-Scudéry. Eine Parallele », 12-17.

27 R. Ebert, citée par S. Koloch. art. cit., p. 219, note 21.

28 Une première version de ce roman est due à sa sœur Sibylla Ursula, cf. l’article cité de B.L. Spahr, « Ar (t) amene », p. 93-104.

29 Ibid., p. 226.

30 S. Koloch. art. cit., p. 226, note 43.

31 Ibid., p. 230.

32 C. Schmölders (éd.), Die Kunst des Gesprächs. Texte zur Geschichte der europäischen Konversationstheorie, p. 166-177.

33 « Ich habe solche [=die Clelia des Herrn Scudery] gewiβlich aus blosser Unachtsamkeit ausgelassen / und halte ich diesen Roman desto mehr für lobenswürdig / weil viel Gelehrte der Meinung sind / daβ ihn nicht der Bruder sondern die Schwester Mademoiselle Scuderi verfertiget / jener aber mit dieser ihrer guten Bewilligung auf ihr Begehren seinen Nahmen fürgesetzt habe / welches denn ein ungemein Exempel nicht allein eines gelehrten Frauenzimmers ist [...] sondern auch zum Muster einer sonderlichen und raren modestie dienen kan [...] » (C. Thomasius, Freimiitige, lustige und ernsthafte, jedoch vernunftmässige Gedanken oder Monatsgespräche über allerhand, fürnehmlich aber neue Bücher, vol. I, p. 48).

34 « [...] ein Französischer Comicus » (J.H. Zedler, op. cit., col. 755).

35 « [...] le grand Cyrus [...] welchen nicht ihr Bruder, wie dabei vorgegeben worden, sondern sie selbst verfertiget haben soll » (ibid., col. 756).

36 Il perdra plus tard son poste en raison de délits sexuels et serait mort en 1709 à la prison de Hambourg.

37 J. Pasch, Joh. A. Planer, Gynaeceum Doctum sive Dissertatio historico-literaria. Vom Gelehrten Frauenzimmer, 1686/ 1701, dans E. Gössmann (éd.), Eva Gottes Meisterwerk, p. 123.

38 « ein gemäβigter Frauenfreund » (ibid., p. 195).

39 Ch. A. Heumann, Acta philosopharum, das ist, Nachricht von der Philosophie des Frauenzimmers, 1721, ibid., p. 205.

40 « [...] die Königin unter den Philosophinnen » (ibid., p. 205).

41 Thomasius, Monatsgespräche, vol. I, p. 48-49.

42 « Von der Lehre des Wohlstandes » (G. Stolle, op. cit.).

43 « Wie sie denn in moralischer Characterisirung der Personen, und unterschiedlicher Vorstellungen der Affecten eine rechte Meisterin gewesen » (ibid., p. 693). Stolle utilise dans ce contexte le terme de « moraliste », mais il lui attribue plutôt une signification philosophique : « Sie hat auch viel Materien, und darunter auch solche, die den Wohlstand und die Höfligkeit betreffen, abgehandelt, an welche andre Moralisten vor ihr nicht gedacht haben. » (Ibid.).

44 T. Borgstedt, « ‘‘Tendresse’’ und Sittenlehre. Die Liebeskonzeption des Christian Thomasius im Kontext der “Preciosité’’ », p. 414-420.

45 « [...] Madeleine de Scudéry mit ihren auch heute noch häufig genannten, aber nicht mehr gelesenen Romanen » (F. Lotheissen, Geschichte der französischen Literatur im XVII. Jahrhundert, vol. III, p. 63).

46 « So ist auch der Scudéry erster Roman, Ibrahim, vom ästhetischen Standpunkt aus betrachtet, mindestens ebenso wertvoll wie ihre späteren Schöpfungen, wennschon ihm andererseits nicht die hohe kulturhistorische Bedeutung zukommt, welche den Grand Cyrus und Clélie zu den wichtigsten Ouellenschriften für die Sittengeschichte des XVII. Jahrhunderts erhebt. » (H. Koerting, Geschichte des französischen Romans im XVII. Jahrhundert, vol. I, p. 405-406).

47 « Die Verehrer der Dichterin schreiben ihr gern eine besonders tiefe Kenntnis in der “Herzensanatomie” zu ; wir vermôgen diese Ansicht nicht zu teilen. [...] Ungeachtet dieser und mancher anderer Mängel führte Madeleine de Scudéry den Idealroman in der Form, die ihm schon Jahrzehnte vorher verliehen worden war, auf den Gipfel äusseren Erfolges. » (Ibid., p. 459-460).

48 « Den heutigen Leser verletzt aber nicht so sehr die Abweichung von der historischen Wahrheit als die völlig unhistorische Auffassung vergangener Epochen. Wo und in welcher Zeit immer sich diese Romane abspielen mögen, das Ganze ist in einer geradezu widerlichen Weise von affektiertem Salongeschwätz überwuchert, das die Verfasser in rührender Naivität auf die Antike und den Orient übertragen. » (W. von Wurzbach, Geschichte des französischen Romans. 1. Band. Von den Anfängen bis zum Ende des XVII. Jahrhunderts, p. 265).

49 M. Kruse, « Le banquet des sept Sages. Mlle de Scudéry, Plutarch und die “Questioni d’Amore” », p. 204-226.

50 M. Kruse, « “La gloire du monde’’ und “La gloire de Dieu” im Werk von Mademoiselle de Scudéry », p. 101-117 ; « Justification et critique du concept de la dissimulation dans l’œuvre des moralistes du XVIIe siècle », p. 158-163 ; cf. dans le même volume M. Tietz, « La morale païenne jugée par les chrétiens au XVIIe siècle : le personnage de Lucrèce, l’illustre Romaine », p. 313-315.

51 R. Baader. Dames de lettres. Autorinnen des preziösen, hocharistokratischen und » modernen « Salons (1649-1698) : Mlle de Scudéry – Mlle de Montpensier – Mme d’Aulnoy.

52 R. Kroll. Femme poète. Madeleine de Scudéry und die « poésie précieuse ».

53 C. Schamel, Vom Kampf der Geschlechter zur Utopie des Ausgleichs. Die Uberzeitlichkeit der Mann-Frau-Beziehung bei Madeleine de Scudéry, Ninon de Lenclos, Crébillon fils, Laclos, Preziösensatirikern und Romankritikern.

54 G. Penzkofer, “L’art du mensonge”. Erzählen als barocke Lügenkunst in den Romanen von Mademoiselle de Scudéry.

55 Cf. « Scudérys Roman findet seinen literarhistorischen Platz am Ende der spezifisch “romanesken” Tradition. Er repräsentiert [...] den markanten Schluβpunkt einer Gattungsentwicklung, die in Frankreich über das Epos und den humanistischen Roman bis zum höfischen Roman des Mittelalters zurückführt. » (Ibid., p. 23) ; « Ich vermute nämlich, daβ Scudérys romaneske Ideale [...] dem im engeren Sinne berufsständischen Bürgertum der kommenden Aufklärung am ehesten fremd erscheinen muβten. » (Ibid., p. 259).

Auteur

Université de Kiel

© Artois Presses Université, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search